Ingénieur agronome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ingénieur agronome
Présentation
Statut
Secteur
Métiers voisins
Compétences
Diplômes requis
Fonction
Contraintes
Charge de travail
Pénibilité
Risques
Accident du travail (bétail, machinerie, inhalation de poussières, pesticides, animaux etc)
Codes
ROME (France)
A1303

L'ingénieur agronome est une personne professionnelle mettant en œuvre les sciences et techniques de l'agronomie. Il exerce particulièrement des responsabilités d'expertise technique sur les mécanismes du vivant dans différents domaines tels que l'agriculture, la pêche, la sylviculture, l' aménagement du territoire, l'environnement, l'agroindustrie. Le travail peut-être exercé dans le secteur public ou dans le secteur privé.

Un agronome échantillonne une parcelle d'essai de lin (Department of Agronomy, Iowa State University)
Une professeur d'agronomie montrant la production choux

Missions[modifier | modifier le code]

L'ingénieur exerce en tant qu'agronome et peut avoir différents types de missions à assumer, et donc des quotidiens très divers. Une part du travail est réalisée sur le terrain, mais il y a également une part importante de travail de bureau[1]. Le travail consiste à améliorer la production alimentaire en complétant le travail de l'agriculture. Cela se décline en plusieurs types de missions[2].

Accompagner et soutenir le développement agricole : animateur territorial[modifier | modifier le code]

Cela se traduit par l’accompagnement à l’émergence de projets de développement agricole pertinents et/ou par l’accompagnement du projet. Par exemple: création d’une filière de thé en Aubrac, intégrer des produits locaux en restaurant collective, créer un abattoir ou un atelier de découpe de la viande... il faut savoir animer un groupe, parfois composé uniquement d’agriculteurs, mais pas toujours. il faut dans ce cas pouvoir traduire les contraintes des uns et des autres pour maintenir le dialogue. Il faut également savoir animer des réunions, solliciter et rallier les acteurs pertinents, déposer des demandes de subvention, s’entourer des experts qui permettront de répondre aux questions techniques... le cœur de ce métier est l’animation, la coordination et la communication ;

Conseiller les agriculteurs techniquement[modifier | modifier le code]

Par exemple, sur la transformation de leurs produits, la construction d’un bâtiment, la commercialisation, l’alimentation de leurs animaux, la gestion de la fertilisation[3]... il faut être techniquement solide, et être capable de faire circuler les informations. Ce métier est souvent couplé avec de l’animation de groupe, afin d’apporter un conseil collectif. Dans ce cas, l’apport peut être descendant, du conseiller vers les agriculteurs, ou horizontal; les agriculteurs échangeant entre eux leurs bonnes pratiques, le conseiller tenant principalement un rôle d’animateur. Parfois, il peut être possible d’associer un peu de recherche expérimentale à ce métier, afin d’améliorer les connaissances et les pratiques ;

Faire de la recherche expérimentale[modifier | modifier le code]

Il s’agit là de répondre à des problèmes. Cette action peut se faire en institut de recherche ou représenter une partie du temps du salarié. La recherche expérimentale peut se faire de plusieurs façons, notamment entre ingénieurs et techniciens, ou avec les agriculteurs dans leurs propres parcelles. L’ingénieur recueille- parfois- les donnés -ou alors le technicien, ou alors l'agriculteur-les compile et les analyse. Il doit ensuite les transmettre en les vulgarisant et en communiquant dessus.

Perspectives et questionnements[modifier | modifier le code]

Le lien entre cette profession agronomique, hautement qualifiée et scientifique, et des professionnels ou des paysans des métiers de la terre, travaillant parfois de façon empirique, pose question, concernant le dialogue possible et le développement réellement engendré[4],[5].

Belgique[modifier | modifier le code]

En Belgique (tant francophone que néerlandophone), le titre « bioingénieur » a remplacé l'ancienne appellation « ingénieur agronome » en 2009[6]. En effet, de nombreuses disciplines annexes sont enseignées tout au long du cursus, donnant accès à d'autres débouchés[7]. Cette filière est enseignée à l'ULB, l'UCLouvain ainsi qu'à Gembloux Agro-Bio-Tech de l'Université de Liège.

L'autre filière via les hautes écoles belges délivre un Master en Sciences de l'ingénieur industriel en agronomie. Le cursus type - dans les 2 filières - consiste en 3 années de bachelier (180 ECTS) dans lesquelles l'étudiant acquiert les connaissances fondamentales scientifiques, et se termine par 2 années de master (120 ECTS), grade équivalent au Bac +5 (Master). Cette filière est enseignée en haute école : Institut supérieur industriel agronomique de Huy, de Gembloux et à l'HEPH.

Canada[modifier | modifier le code]

Québec[modifier | modifier le code]

Le baccalauréat en agronomie[8] (bachelor degree; 4 ans d'études universitaires de premier cycle après un diplôme d'études collégiales) mène à la profession d'agronome. Le titre d'ingénieur-agricole n'existant pas au Québec.

Le détenteur du diplôme de baccalauréat peut exercer légalement ce métier dans la province à condition d'être membre de l'Ordre des agronomes du Québec (OAQ)[9]. Cela nécessite de réussir un examen d'entrée[3].

Côte d'Ivoire[modifier | modifier le code]

L'École Supérieure d'Agronomie (ESA) est l'une des grandes écoles de l'INP-HB de Yamoussoukro. La durée de formation des agronomes varie de trois à quatre ans selon la spécialité choisie. Cependant, il faut au préalable avoir fait les classes préparatoires mathématiques supérieures-biologies accessibles aux bacheliers des séries C et D. En plus du diplôme d'agronomie générale (DAG) obtenu au bout des deux premières années du cycle ingénieur, les futurs ingénieurs bénéficient d'une spécialisation, année d'approfondissement, dans les domaines tels que :

France[modifier | modifier le code]

En France, un ingénieur agronome et agricole est un ingénieur spécialisé dans les sciences et technologies du vivant : il bénéficie d'un enseignement en grande école accessible en majorité par la filière des classes préparatoires aux grandes écoles, mais aussi par des concours externes. Le profil de l'agronome est équilibré entre les sciences de l'ingénieur, les sciences agronomiques, la biologie animale et végétale, les biotechnologies, les sciences de la terre, du sol et de l'environnement, le développement durable, l'agroalimentaire et les sciences économiques et sociales.

Les ingénieurs agronomes sont formés dans les établissements d'enseignement supérieur agricole publics. Depuis le 1er Janvier 2022, l'Institut agro regroupe l'Institut Agro Montpellier, l'Institut Agro Rennes-Angers (auparavant appelé Agrocampus Ouest) et l'Institut Agro Dijon. Il existe également AgroParisTech, Bordeaux Sciences Agro, École nationale supérieure agronomique de Toulouse (INP-ENSAT), École nationale supérieure d'agronomie et des industries alimentaires de Nancy (ENSAIA), Oniris et VetAgro Sup.

Les ingénieurs agricoles, dénommés ensuite "ingénieurs en agriculture" étaient formés dans les écoles d'agriculture de statut privé ou associatif: l'Ésitpa, École d'ingénieurs en agriculture (ESITPA) (Chambres d'agriculture), l'Institut Polytechnique LaSalle Beauvais, les écoles de la Fédération des écoles supérieures d'ingénieurs en agriculture (FranceAgro3) comprenant l'ISARA-Lyon, l'ISA et l'EI Purpan, l'ESA d'Angers, et l'ISTOM - École supérieure d'agro-développement international.

Les diplômes d'ingénieur agronome et d'ingénieur en agriculture n'existent plus officiellement. Désormais c'est seulement la mention de l'école habilitée par la Commission du Titre d'Ingénieur (CTI) qui figure sur le diplôme. Le titre d'ingénieur ne spécifie pas le domaine étudié.

Sénégal[modifier | modifier le code]

À l'École Nationale Supérieure d'Agriculture (ENSA-Thiès), la durée de la formation est de cinq ans. La sélection est faite sur concours pour les élèves en classe de terminale scientifique ou les titulaires du baccalauréat pour les Sénégalais ; dans d'autres cas, une étude de dossier est indispensable. Les ingénieurs formés dans cette école sont spécialisés dans essentiellement quatre départements que sont :

  1. Productions végétales ;
  2. Génie rural ;
  3. Productions animales ;
  4. Économie et sociologie rurales ;
  5. Foresterie ;
  6. Sciences des sols.

Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse romande, les ingénieurs agronomes sont formés à la Haute École du paysage, d'ingénierie et d'architecture de Genève (HEPIA) filière agronomie. Celle-ci prépare au diplôme d'ingénieur agronome grade Bachelor en trois ans[10]. Cette formation francophone de niveau universitaire à plein temps enseigne les productions biologiques. Les autres particularités de cette formation résident d'une part dans son enseignement qui a une forte dimension appliquée et d'autre part dans sa focalisation sur les cultures spéciales : horticulture, aspects vivriers, ornementaux et médicinaux, solutions horticoles pour l'environnement construit.

L'École polytechnique fédérale de Zurich est quant à elle la seule haute école universitaire en Suisse à proposer des études d'agronomie. Il est possible d'y acquérir les diplômes de BSc, de MSc et de docteur en sciences agronomiques.

Tunisie[modifier | modifier le code]

En Tunisie, les ingénieurs agronomes sont formés dans multiples instituts qui font partie de la double tutelle de la ministère de l'Agriculture (institution de recherche et d'enseignement supérieur agricoles) et du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et des Technologies de la communication (université de Carthage).

Après avoir passé le concours national d'entrée aux écoles d'ingénieurs section (biologie/géologie), la formation des ingénieurs agronomes est assurée par sept instituts répartis dans 6 gouvernorats différents dans lesquels ils acquièrent une formation polyvalente et complémentaire à celle acquise en cycle préparatoire, qui sont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marion Larronde-Larretche, « Quatre questions sur le métier d’ingénieur agronome », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  2. « Ingénieur agronome », sur Phosphore
  3. a et b Ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (Québec), « Le coin de Rafale : sais-tu ce qu’est le métier d’agronome? », sur www.environnement.gouv.qc.ca
  4. Françoise Métral 1990.
  5. « La révolte écolo dans les grandes écoles, "une lame de fond" », sur Arrêt sur image,
  6. « Historique : une faculté au coeur de l'histoire », sur Faculté de Gembloux Agro-Bio Tech
  7. https://www.ulb.ac.be/facs/bioing/presentation.html
  8. « Baccalauréat en agronomie »
  9. « Ordre des agronomes du Québec »
  10. « Page d'accueil », sur Haute école du paysage, d'ingénierie et d'architecture de Genève

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Métral, Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, Maison de l'Orient et de la Méditerranée, , 231-254 p. (lire en ligne), « Ingénieurs et agronomes dans un projet de développement rural en Syrie ».
  • Institut national agronomique Paris-Grignon, L' ingénieur agronome : la place qu'il occupe parmi les valeurs intellectuelles et morales de la nation française  ; témoignage du Maréchal Lyautey, Paris, Ed. H. Dannaud, (BNF 37058811).
  • Gilles Galodé, L'Emploi des ingénieurs agronomes et des travaux agricoles : formation, insertion et mobilité professionnelle, Dijon, Institut de recherche sur l'économie de l'éducation, coll. « Cahier de l'IREDU », (BNF 34967020).
  • Marie-Thérèse Rapiau, Stéphane Rimlinger et Nelly Stephan, Quel marché du travail en agriculture, en agroalimentaire et en environnement pour les techniciens, les ingénieurs et les cadres ?, l'Harmattan, coll. « Logiques sociales », (BNF 41197695).
  • Bernard Cier (dir.) et Jean Traynard (dir.), Les métiers de l'ingénieur en agriculture, Paris, Espace études éd., coll. « Le guide Réussir », (BNF 37181950).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]