Société des républicaines révolutionnaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Société des républicaines révolutionnaires ou Société des citoyennes républicaines révolutionnaires est fondée lors de la Révolution française, en , par Pauline Léon, chocolatière, et Claire Lacombe, actrice. C'est un groupe révolutionnaire exclusivement féminin, aux revendications sociales et féministes. Elles revendiquent pour les femmes le rôle de citoyennes et le port d'arme. Elles se positionnent d'abord sur le terrain politique pour s'occuper ensuite de questions économiques. Le gouvernement révolutionnaire décide la dissolution de toutes les sociétés de femmes, à l'automne 1793.

Fondation[modifier | modifier le code]

Le 10 mai 1793, des citoyennes déclarent au secrétariat de la municipalité leur intention de « former une société où les femmes seules pourront être admises »[1].

le 13 mai 1793, Pauline Léon et Claire Lacombe fondent la Société des citoyennes républicaines révolutionnaires dans la bibliothèque des jacobins, rue Saint Honoré à Paris. Toutes les deux sont issues de la petite bourgeoisie populaire.

Le 10 juillet 1793 le Règlement de la Société des Citoyennes républicaines révolutionnaires de Paris est publié [2]. Dans ce texte, le programme de la Société des Citoyennes comporte trois volets : instruction mutuelle, étude de la Constitution et des lois de la République, défense de tout individu victime de l’arbitraire [1]. Au moins 170 femmes y adhèrent [3].

Soutien aux Enragés[modifier | modifier le code]

La Société des citoyennes intervient à l'Assemblée conventionnelle, la Convention ne fait aucun cas de leurs positions. Elles adoptent une position radicale, s'opposant aux Girondins.

Le 26 mai 1793, les citoyennes révolutionnaires manifestent pour la libération de Jacques-René Hébert, arrêté par les Girondins le . Fin mai, elles se positionnent contre la pauvreté.

Elles s'éloignent ensuite des Montagnards et des Hébertistes notamment sur les questions économiques et la citoyenneté des femmes. Elles se rapprochent des Enragés conduits par Jacques Roux et Théophile Leclerc. Une idylle naît entre Pauline Léon et Théophile Leclerc, qu'elle épouse le . Le , elles ne soutiennent pas les protestations des femmes contre la cherté du prix du savon pour ne pas être considérées comme contre-révolutionnaires. Le , les citoyennes révolutionnaires soutiennent la demande de Jacques Roux d'introduire la peine de mort dans la Constitution contre l'agiotage et l'usure. Le , face à l'opposition de Marat et de Robespierre, les citoyennes révolutionnaires abandonnent Jacques Roux. Elles se retrouvent en porte-à-faux, elles n'obtiennent pas la reconnaissance des hommes au pouvoir et elles abandonnent leurs positions de peur d'être accusées de contre-révolutionnaires[4].

Funérailles de Marat[modifier | modifier le code]

Les citoyennes révolutionnaires jouent un rôle de première importance lors des funérailles de Jean-Paul Marat, assassiné par Charlotte Corday le . Les funérailles sont orchestrées par le peintre Jacques-Louis David. Les citoyennes révolutionnaires exhibent les objets du martyr de la Liberté : baignoire, écritoire, chaise, chemise [4]. Elles se consacrent au culte du martyr. Le elles forment la garde rapprochée lors de la translation du cœur de Marat au Club des Cordeliers. Le , elles obtiennent qu'un obélisque en bois, à la mémoire de Marat soit dressé sur la place du Carrousel [1].

Hostilités envers la Société des citoyennes[modifier | modifier le code]

Leur soutien aux Enragés et leur volonté d'agir politiquement vont se heurter à l'hostilité des Conventionnels et des Hébertistes. L'emprisonnement illégal de Jacques Roux, le 5 septembre, marque un coup d'arrêt à leurs revendications. Des députés de la Convention dont François Chabot et Claude Basire répandent des rumeurs contre Pauline Léon et Claire Lacombe. Les femmes de la Société fraternelle se retournent contre elles, alors qu'éclate la querelle autour du port de la cocarde par les femmes dans l'espace public. Les Conventionnels rendent le port de la cocarde obligatoire le 21 septembre sous peine de prison. Pendant ce temps, les citoyennes révolutionnaires réclament l'application d'un plafond aux prix des denrées et aux salaires. Le , elles sont accusées d'anti-patriotisme.

Dissolution des sociétés de femmes[modifier | modifier le code]

La Convention veut interdire aux femmes la possibilité de créer et d'animer des clubs politiques. Le député Louis-Joseph Charlier s'oppose à cette proposition. Le , il déclare à l'Assemblée : « Je ne sais sur quel principe on peut s'appuyer pour retirer aux femmes le droit de s'assembler paisiblement. À moins que vous contestiez que les femmes font partie du genre humain, pouvez-vous leur ôter ce droit commun à tout être pensant. » Louis-Joseph Charlier est battu et l'Assemblée interdit les associations de femmes. La Convention dissout tous les clubs et sociétés populaires de femmes[4]. Il est désormais interdit aux femmes de se réunir.

Citation[modifier | modifier le code]

« en quelque sorte la section féminine du mouvement des Enragés », selon Daniel Guérin, La lutte des classes, 1946

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Claude Guillon, « Pauline Léon, une républicaine révolutionnaire », Annales historiques de la Révolution française, no 344,‎ (lire en ligne)
  2. Claude Guillon, Deux Enragés de la Révolution, Leclerc de Lyon et Pauline Léon, Paris, La Digitale,‎
  3. Dominique Godineau, « Le genre de la citoyennté », Genre, femmes histoire en Europe,‎ (ISBN 978-2-84016-100-4)
  4. a, b et c Jean-Clément Martin, La révolte brisée, Paris, Colin,‎ , 272 p. (ISBN 978-2-200-34626-3), p. 134-141

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Barrie Rose, The Enragés, Socialists of the French Revolution, Melbourne University Press, 1965
  • Jean-Claude Bonnet (dir.), La Mort de Marat, Paris, Flammarion,‎ , 510 p. (ISBN 2-08-211526-7, lire en ligne)
  • Marie Cerati, Le club des citoyennes républicaines révolutionnaires, Paris, éd. sociales, 1966
  • Annie Geffroy, « A bas le bonnet rouge des femmes ! (octobre-novembre 1793) », Les femmes et la Révolution française, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1990
  • Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses, Alinéa, 1988 (reprint, Perrin, 2004)
  • Dominique Godineau, Le genre de la citoyennté, ou quelle identité politique pour les femmes pendant la Révolution française ?, in Genre, femmes histoire en Europe, Presses universitaire Paris-Ouest,2011,978-2-84016-100-4
  • Jacques Guilhaumou, 1793 : la mort de Marat, Bruxelles, Complexe, coll. « La Mémoire des siècles » (no 212),‎ , 169 p. (ISBN 2-87027-276-6, lire en ligne)
  • Claude Guillon, Deux Enragés de la Révolution, Leclerc de Lyon et Pauline Léon, La Digitale, 1993
  • Claude Guillon, « Pauline Léon, révolutionnaire », in Annales historiques de la Révolution française, n° 344, 2006, p. 147-159.
  • Jean-Clément Martin, La révolte brisée, Paris, Armand Colin, 2008, 272 p.
  • Evelyne Morin-Rotureau dir., 1789-1799 : combats de femmes. La Révolution exclut les citoyennes, Paris, Éditions Autrement, Collection Mémoires n° 96, 2003, 248 p., (ISBN 2-7467-0397-1)