Gérard de Lally-Tollendal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gérard de Lally-Tollendal
Lally-Tollendal, Trophime Gerard de, par Sergent, BNF Gallica.jpg
Fonctions
Député
Pair de France
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Lieu de travail
Activités
Autres informations
Membre de

Trophime-Gérard, comte de Lally, baron de Tollendal, puis marquis de Lally-Tollendal, plus connu sous le nom Gérard de Lally-Tollendal, né le à Paris où il est mort le , est un homme politique et homme de lettres français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gérard de Lally-Tollendal est le fils légitimé de Thomas-Arthur, comte de Lally, baron de Tollendal, officier français d’origine irlandaise, rendu responsable de la défaite française lors du siège de Pondichéry en janvier 1761, condamné à mort par le parlement de Paris et exécuté. Gérard de Lally-Tollendal n’apprend sa filiation que le jour de l’exécution de son père le . Soutenu par Voltaire dès 1773, il obtient en 1778 la cassation de l’arrêt du parlement, mais l’affaire, renvoyée devant les parlements de Rouen et de Dijon, se conclut par une confirmation de la condamnation. Selon certaines sources, sa mère serait la comtesse de Maulde, pourtant mariée, ce qui en ferait un demi-frère de Emmanuel Gabriel de Maulde.

Gérard de Lally-Tollendal dévoilant le buste de son père par Jean-Baptiste-Claude Robin en 1787,
(Musée de la Révolution française).

Il est bailli d’Étampes en 1779. En 1789, il est délégué de la noblesse aux États généraux et membre du comité de constitution de l’Assemblée nationale constituante. Il est l’auteur de l’addition relative à la « distinction des vertus et des talents » dans l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen d’août 1789. Démissionnaire de l’Assemblée après les journées des 5 et 6 octobre 1789, il émigre en 1790, mais revient en France en 1792 pour tenter, en vain, d’en faire sortir le roi et ses proches. Il est arrêté le 10 août et incarcéré à la prison de l’Abbaye, d’où il est libéré le mois suivant, peu avant les massacres de Septembre. Il prend de nouveau le chemin de l’exil, mais ne tarde pas à se proposer, par courriers échangés avec la Convention nationale, pour participer à la défense du roi lors de son procès, ce qui lui est refusé.

Il revient en France après le coup d'État du 18 brumaire, mais ne retrouve un rôle officiel qu’à partir de la Restauration, où il sera couvert d’honneurs et créé marquis de Lally-Tollendal en 1815.

Il est nommé membre de l’Académie française en 1816 par ordonnance royale, au fauteuil 31, peu après l’exclusion d’Emmanuel Joseph Sieyès pour cause de régicide. Le marquis de Lally-Tollendal est pair de France et ministre d'État, grand officier de la Légion d’honneur, chevalier commandeur et grand trésorier du Saint-Esprit.

Publication[modifier | modifier le code]

Défense des émigrés français
  • Adresse de M. de Lally-Tollendal aux Français, ou, La dinde à la broche, la poule au pot & la grande pinte, servis ensemble sur les tables du peuple : 1°. Par la grande émission des assignats ; 2°. Par l’emploi vraiment patriotique des biens nationaux, [S.l.], [S.d.], (lire en ligne).
  • Mémoire de M. le Comte de Lally-Tollendal, ou Seconde lettre à ses commettans, Paris, Desenne, 1790. [BM Senlis]
  • Défense des émigrés français adressée au peuple français, avant-propos de l’auteur, daté de Londres, janvier 1797, Hambourg, chez P.F. Fauche, Imprimeur-Libraire, 1797, X + 247 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]