Juventus Football Club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Juventus » redirige ici. Pour les autres significations, voir Juventus (homonymie).
Juventus
Logo du Juventus
Généralités
Nom complet Juventus Football Club S.p.A.
Surnoms La Vecchia Signora
(La Vieille Dame)
I Bianconeri
(Les Noirs Et Blancs)
Madama
(Madame)
La Fidanzata d'Italia
(La Fiancée D'Italie)
Le Zebre
(Les Zèbres)
La Goeba
(La Bossue)
Noms précédents Sport Club Juventus
(1897-1900)
Foot-Ball Club Juventus
(1900-1936)
Juventus
(1936-1942)
Juventus-Cisitalia
(1942-1945)
Fondation (117 ans)
Statut professionnel Depuis 1929
Couleurs Blanc et Noir
Stade Juventus Stadium
(41 000 places)
Siège Corso Galileo Ferraris 32,
10128 Turin, Piémont
Championnat actuel Serie A Tim
Propriétaire Drapeau : Italie Famille Agnelli
(à travers Exor S.p.A)
Président Drapeau : Italie Andrea Agnelli
(depuis 2010)
Entraîneur Drapeau : Italie Massimiliano Allegri
(depuis 2014)
Joueur le plus capé Drapeau : Italie Alessandro Del Piero (705)[1]
Meilleur buteur Drapeau : Italie Alessandro Del Piero (289)[2]
Site web www.juventus.com
Palmarès principal
National[4] Championnat d'Italie (31)[3]
Coupe d'Italie (10)
Supercoupe d'Italie (6)
Championnat d'Italie D2 (1)
International[4] Coupe intercontinentale (2)
Ligue des champions (2)
Coupe des coupes (1)
Coupe UEFA (3)
Coupe Intertoto (1)
Supercoupe d'Europe (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2014-2015 de la Juventus FC
0
Voir l’image vierge
Le club de la Juventus est basé à Turin, dans
la région du Piémont (au nord-ouest de l'Italie).

La Juventus Football Club (du latin iuventus : jeunesse[note 1], prononcé : [juˈvɛntus]), plus communément appelée la Juventus ou bien la Juventus de Turin en français, et familièrement la Juve (prononcer : [ˈjuːve]), mais également surnommé la Vecchia Signora (la Vieille Dame) ou bien encore les Bianconeri (blancs et noirs), est un club de football professionnel italien (également S.p.A., société par actions) basé dans la ville de Turin, dans la région du Piémont, dans le nord de l'Italie.

Le club est le troisième plus ancien du genre dans le pays[note 2] et a passé toute son histoire sportive, à l'exception de la seule saison 2006-07 (disputée en Serie B) en première division du championnat d'Italie de football (connu comme la Serie A depuis 1929).

Fondé le en tant que club omnisports sous le nom de Sport Club Juventus par un groupe de jeunes étudiants turinois[5] et lié à la puissante famille industrielle Agnelli depuis 1923, le club, traditionnellement dirigé par des aristocrates et soutenus par des ouvriers, est devenu un symbole de la culture italienne, de l'italianità (italianité)[note 3],[6],[7] et reflète, entre autres, dans sa tradition de succès, sa contribution à l'équipe d'Italie de football, ininterrompue depuis la seconde moitié des années 1920 et reconnu comme l'une des majeures et plus importantes au monde[8] en raison de la politique idéologique et de l'origine socio-économique des sympathisants du club[note 4] et leur présence massive dans toutes les régions du pays et, à l'étranger, principalement dans les pays avec une présence significative d'immigrants italiens, grâce à sa base de supporters, plus que tout autre club italien et l'un des plus grands au niveau mondial[9].

Le club nourrit certaines rivalités avec d'autres grands clubs du pays, dont les plus notoires restent sans conteste avec l'autre grand club turinois, le Torino (les deux équipes se rencontrent lors d'un derby appelé le Derby della Mole), ainsi qu'avec l'un des deux grands clubs milanais en Lombardie voisine, l'Inter (les deux équipes se rencontrent lors d'un derby appelé le Derby d'Italia).

En plus d'être la plus soutenue, la Juventus est historiquement l'équipe la plus titrée d'Italie et l'une des plus titrées et reconnues au monde[10],[11]. Selon la International Federation of Football History & Statistics, un organisme reconnu par la FIFA, la Juventus est le meilleur club italien et le deuxième meilleur club européen du XXe siècle[12]. En 1985, la Juventus devient la première équipe dans l'histoire du football européen à remporter les trois compétitions majeures organisées par l'Union des associations européennes de football, la Coupe des clubs champions (C1), la Coupe des coupes (C2) et la Coupe UEFA (C3)[13],[14],[15]. Après leur triomphe en Coupe intercontinentale la même année, la Juventus est aussi devenue la première équipe dans l'histoire du football, et est actuellement l'unique au monde, à avoir remporté toutes les compétitions officielles au niveau international[16],[17],[18].

Ayant connu de nombreuses enceintes durant son histoire (huit depuis 1897), la Juve évolue depuis 2011 au Juventus Stadium, nouveau stade ultramoderne de 41 000 places. L'équipe est actuellement présidée par Andrea Agnelli (fils d'Umberto Agnelli, qui fut également président et propriétaire de la société bianconera) depuis le [19], et entraînée par Massimiliano Allegri depuis le [20]. L'équipe première ainsi que toutes les autres catégories s'entraînent sur les terrains du centre sportif du Juventus Center à Vinovo, petite ville située à 14 km au sud-ouest de Turin.

Histoire du club[modifier | modifier le code]

Création du club (1897-1900)[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, à une époque où le sport se développait d'une façon considérable dans toute l'Italie et particulièrement à Turin, on note le développement du football, arrivé de Grande-Bretagne, mais également du cyclisme, pratiqués à la patinoire du Parco del Valentino puis au Campo Piazza d'Armi (premiers terrains de la future Juventus) par des étrangers et étudiants, nombreux dans la ville. Ce sont ces étrangers, principalement des Britanniques, ainsi que quelques Italiens qui les fréquentaient[21] qui fondèrent les premiers clubs de football de la ville (comme le Football & Cricket Club Torino, le Nobili Torino ou l'Internazionale Torino notamment).

En 1896, un groupe de lycéens turinois du Liceo Massimo d'Azeglio dont certains rentrèrent d'Angleterre, pratiquaient le jeu de la barre puis, plus tard, le football, au Duca di Genova, l'après-midi en dehors des cours et se réunissaient autour d'un banc[5] (existant encore aujourd'hui) sur lequel ils posaient leurs affaires à l'angle du Corso Re Umberto et du Corso Vittorio Emanuele[22], sur lequel sera créé le futur club. Parmi cette quinzaine d'étudiants figuraient les frères Eugenio et Enrico Canfari qui tenaient un magasin-atelier de vente et réparation de bicyclettes au Corso Re Umberto, 42[5], boutique de leur père. C'est dans cette boutique qu'ils tiendront avec leurs amis et camarades la première réunion constitutive concernant la création d'un club multisports.

Les fondateurs en 1898 avec le premier maillot du club.

C'est ainsi que le [22] fut fondé officiellement par les élèves du Lycée classique Massimo d'Azeglio (les plus âgés d'entre eux avaient 17 ans et les plus jeunes seulement 14 ans[note 5]) le « Sport Club Juventus » (au départ un club omnisports). Les treize lycéens fondateurs du Sport Club Juventus[note 5]:

       

Le mot « Juventus » (signifiant jeunesse en latin[22], en référence à la jeunesse de ses créateurs et joueurs), fit partie d'un des nombreux noms que les jeunes étudiants décidèrent d'approuver (parmi d'autres propositions comme Iris Club, Società Sportiva Massimo d'Azeglio, Società Via Fort, Società Omnisport Auguste Taurinorum, Forza e Salute ou encore Vigor e Robur[note 5]). Le club fonctionne au départ grâce à une contribution de chaque joueur, fixée au départ à une lire par mois (pour le loyer du local une fois la boutique devenue trop petite, les papiers, ballons (20 lires pièce), etc.), que beaucoup se refusèrent à payer, abandonnant donc le club.

Les premières couleurs que choisira le club pour jouer furent une chemise rose avec une cravate noire[5], ainsi qu'un pantalon de golf noir, tenue que les étudiants utilisaient durant les heures d'éducation physique (les équipements sportifs réservés au football n'existant pas à l'époque). Il faut savoir qu'à l'époque, les clubs de football n'avaient pas d'entraîneur officiel, et que de facto, tous les protagonistes de l'équipe étaient à la fois les associés, techniciens et joueurs de l'équipe. Ce furent tout d'abord les frères Canfari qui se chargèrent de s'occuper de la direction et des finances du club. Eugenio, l'aîné, fut le premier président du club[5] (de 1897 à 1898) et choisit Enrico Piero Molinatti (également un des créateurs du club) comme secrétaire. Au bout d'une année, il passa la présidence à son frère cadet Enrico[23].

« L'âme juventina est une manière complexe de sentir, un mélange de sentiments, d'éducation, de bohême, de joie et d'affection, de foi à notre volonté d'exister et de continuellement nous améliorer. »

— Enrico Canfari[note 6]

Le club ne joue au départ que quelques matchs amicaux non officiels contre des équipes locales turinoises, tout d'abord au Parco del Valentino en 1897, puis au Parco del Cittadella l'année suivante. Le club abandonne définitivement sa section omnisports pour se consacrer uniquement au football et change son nom en « Foot-Ball Club Juventus » en 1899[22] et s'installe ensuite au Stadio Piazza d'Armi (situé dans le quartier de Crocetta) pour ses matchs. Le premier match amical connu de l'histoire de la Juve est une victoire 2 buts à 1 contre le Football Club Torinese joué le [24].

Débuts en compétition officielle (1900-1923)[modifier | modifier le code]

Après la fondation de la FIGC (fédération italienne) en 1898 et l'instauration du premier championnat d'Italie de football en 1898 (appelé à l'époque Campionato Federale), les Canfari décident d'inscrire leur équipe et disputent donc leur première compétition officielle lors du championnat 1900.

Première rencontre officielle

3e Championnat fédéral italien de football, Éliminatoires (Groupe du Piémont, 2e journée)

, 15h30 - Stadio Piazza d'Armi, Turin

FC Torinese - FBC Juventus

1 - 0[25]

Arbitre : Jourdain
Buteur : But inscrit après [minute inconnue] minutes [minute inconnue]e Colongo

Le Foot-Ball Club Juventus dispute donc son premier match officiel le dimanche 11 mars 1900 contre le Football Club Torinese au Piazza d'Armi[26] lors du groupe éliminatoire régional du championnat.

Ce n'est que lors du deuxième match officiel de leur histoire, lors de la journée suivante, que les Rosaneri (roses et noirs) enregistrent leur première victoire (0-2 à l'extérieur contre le Ginnastica Torino)[27]. Lors de ce championnat 1900, le FBC Juventus finit 2e des éliminatoires du Piémont et atteint ensuite les demi-finales des phases finales du championnat l'année suivante. À la fin de la saison 1901, le club se vit remettre une bannière ainsi qu'une médaille de la part de la municipalité de la ville de Turin, lors d'un tournoi entre équipes piémontaises et liguriennes (Gonfalone e Medaglia del Municipio)[5].

L'équipe turinoise change durant cette période deux fois de présidents, avec Carlo Favale (en 1901) ainsi que Giacomo Parvopassu (en 1902, année où le club remporte pour la 3e année consécutive le tournoi amical de la Coppa del Ministero della Pubblica Istruzione), et réalise ensuite enfin les performances attendues en arrivant deux années de suite finaliste du championnat fédéral en 1903 et 1904 (année où l'équipe abandonne le Campo Piazza d'Armi pour s'installer dans un nouveau stade, le Stadio Motovelodromo Umberto I).

C'est durant la saison 1903 que le club décide de se doter d'un nouvel équipement et de nouvelles couleurs[5], le rose n'étant plus considéré comme assez viril. Ils abandonnèrent donc leur traditionnelle tenue rose et jouèrent désormais avec une tenue à rayures blanches et noires, tenue encore d'actualité. C'est un anglais, négociant en gros et joueur du club, du nom de John Savage, originaire de Nottingham, qui apporta les nouveaux maillots au club, identiques à ceux de l'équipe anglaise du Notts County Football Club[28], équipe qu'il supportait. Ce nouveau maillot ainsi que leur nouvelles couleurs furent perçues comme un symbole de « simplicité, d'austérité, d'agressivité et surtout, de pouvoir »[28].

L'équipe en 1903.

À la fin de cette saison 1903, les bianconeri remportent la compétition amicale du Torneo di Trino Vercellese[note 8] (ils battent en finale par un score de 15-0 le Forza e Costanza, une équipe de Novare), ainsi que la Coppa Città di Torino pour la deuxième année consécutive.
En 1904, la Juve participe à sa première compétition internationale amicale, et remporte la Coppa Universitaria contre le Lyon olympique universitaire.

En 1905, et ce pour la première fois de la courte histoire du club, un étranger (un Suisse du nom d'Alfred Dick) prend la présidence du club. Riche industriel travaillant dans le textile, il apporta une grande aide financière au club, et commença à faire venir de nombreux joueurs étrangers au club (surtout des Suisses et des Britanniques dont quelques-uns travaillaient dans son usine).

La Juve évolue donc désormais dans une nouvelle enceinte, au Stadio Motovelodromo Umberto I depuis 1904 (et ce jusqu'en 1906), et c'est précisément lors de la saison 1905 que les bianconeri (blancs et noirs) remportèrent leur premier Scudetto (titre de champion d'Italie) de Prima Categoria (première division de l'époque)[22], après seulement 8 ans d'existence, tandis que sa réserve (Juventus II) remporta de son côté la Seconda Categoria (deuxième division de l'époque). Le club juventino finit son année 1905 en beauté en remportant en plus la Coppa Luigi Bozino (qu'elle remportera également l'année suivante).

Un an plus tard, à la fin de la saison 1906, le club fut finaliste du championnat mais manqua de disparaître. On parlait alors de le transférer de Turin vers la Suisse selon les souhaits du président suisse de l'époque, Alfred Dick, et de l'appeler le Jugend Fußballverein, sans aucune consultation ni discussion avec les autres membres juventini. Alfred Dick fut stoppé à temps dans ses démarches et fut contraint de démissionner de son poste mais resta à Turin en fondant son propre club, le Foot-Ball Club Torino[29] (l'intense rivalité des deux clubs pour la suprématie sur la ville de Turin existe dès cette date et le premier match entre les deux équipes) créé le . C'est donc alors que le défenseur turinois (et l'un des créateurs du club) Carlo Vittorio Varetti prend le contrôle du club et y reste jusqu'en 1910.

Durant plusieurs années, l'après-Alfred Dick fut dur à digérer pour la Juve (malgré un maigre trophée amical, la Coppa Luserna San Giovanni en 1907), diminuée financièrement et amputée de certains de ses cadres, partis rejoindre le nouveau club de leur ancien président au FCB Torino (comme les titulaires Diment, Bollinger, Mazzia ou encore Squair). C'est un peu moins d'un an plus tard, lors des éliminatoires régionales du championnat d'Italie 1907, que se tient le premier match le 13 janvier entre les deux clubs de Turin, le Foot-Ball Club Juventus et le Foot-Ball Club Torino, premier derby d'une longue série entre les deux équipes (le match entre la Juve et le Torino est appelé le Derby della Mole ou Derby de Turin)[30].

En octobre 1907, la FIGC interdit aux joueurs étrangers de participer au championnat. Un tournoi parallèle est alors créé, le Campionato Federale F.I.F. (non officiellement reconnu)[31], tandis que le second championnat (officiel), la Prima Categoria (appelé aussi la Coppa Romolo Buni[32]), se tient également la même année[31].

À la suite de cette dissidence avec la fédération, quelques équipes décidèrent de faire partie de ce Campionato Federale F.I.F., dont la Juventus qui remporta les championnats fédéraux de 1908 (ainsi que celui de 1909[33]) qui furent non reconnus officiellement par la FIGC.

Lors du vrai championnat officiel de 1908, les Zèbres sont ensuite éliminés dès le premier tour du championnat, dans les éliminatoires régionaux.

En novembre puis en décembre 1908, le club parvient pour la première fois (après 3 tentatives en 1904 puis 1905) à remporter le trophée de la Boule d'argent Henri Dapples[note 9],[34] contre le Pro Vercelli.

Le dimanche a lieu pour la première fois de l'histoire un match entre les bianconeri et le nouveau club milanais du Foot-Ball Club Internazionale (actuel Inter), créé un an plus tôt en 1908. La Juventus remporta le match 2 buts à 0 (doublé d'Ernesto Borel), premier d'une longue série, et entama par la même occasion le début d'une longue rivalité entre les deux clubs nord-italiens, aujourd'hui appelé le Derby d'Italie[note 10].

Les années suivantes furent difficiles (changeant deux fois de présidents avec Attilio Ubertalli en 1911[35] et Giuseppe Hess en 1913[note 11]), le club ne parvenant plus à s'imposer dans le paysage footballistique italien, voire régional (terminant régulièrement en fin ou au milieu de classement). Malgré une finale atteinte lors du Trophée Sir Thomas Lipton au printemps 1911[note 12], c'est d'ailleurs pendant la saison 1912 que le FBC Juventus enregistre les plus lourdes défaites de son histoire (un 8-1 à l'extérieur contre le Milan Football and Cricket Club le 14 janvier, et un 8-0 à domicile contre le FBC Torino le 16 novembre[note 13]). Lors de la saison 1913, l'effectif au bord du gouffre, évite même de peu la relégation[note 14], saison lors de laquelle arrivèrent les frères Boglietti (Ernesto I et Romolo II), premiers joueurs non européens du club (argentins mais italiens d'origine).

Peu avant la Première Guerre mondiale, le football italien est alors largement dominé par d'autres clubs piémontais comme le Pro Vercelli Calcio ou encore l'Associazione Sportiva Casal Calcio.

Pendant la Première Guerre mondiale, à la suite du décret de mobilisation du gouvernement italien, la FIGC ordonne la suspension du championnat. La présidence de la Juventus est alors partagée conjointement entre Gioacchino Armano, Fernando Nizza et Sandro Zambelli pendant la guerre, où l'effectif était régulièrement remanié. Ce triumvirat (qui créa un hymne et au journal au club, dans le but de maintenir un lien avec les sympathisants de l'équipe) était appelé le comité présidentiel de guerre.

Du fait de la mobilisation sur le front transalpin, l'effectif juventino se retrouve amputé. En effet, lors de la première année italienne du conflit en 1915, plus de 24 protagonistes (joueurs, direction, ou autres) du club prirent les armes pour combattre l'Autriche-Hongrie sur les fronts du nord (parmi eux 6 comme simples soldats, et 18 comme officiers, sous-officiers ou autres). Désirant jouer au football, les villes italiennes et leurs clubs voulurent tout de même un tournoi, et c'est ainsi que naquit l'idée d'une compétition non officielle, appelée la Coppa Federale (en français la Coupe fédérale). La Juve y prit part et finit seconde. Les bianconeri cessent ensuite toute activité pendant trois ans[note 15].

Au sortir du conflit (période durant laquelle de très nombreux joueurs de la société juventina durent partir au front en tant que soldats ou gradés, et en ressortirent parfois décorés, ou parfois tués, comme l’attaquant Benigno Dalmazzo, le milieu de terrain Gino Goggio[36] ou encore deux des fondateurs du club Luigi Forlano et Enrico Canfari, lui qui avait rédigé la première histoire du club, Storia del Foot-Ball Club Juventus di Torino, sortie en 1915, quelques mois avant sa mort[37]), c'est Corrado Corradini qui prend les rênes du club, période durant laquelle on note une légère amélioration des résultats du club en championnat.

C'est après la guerre que l'on voit pour la première fois l'apparition de joueurs du club appelés en sélection avec l'équipe nationale d'Italie[38], comme notamment Umberto Caligaris, Antonio Bruna ou les gardiens de but Giovanni Giacone et Giampiero Combi, qui deviendra un héros du club. Lors de la saison 1923, l'effectif se dote pour la première fois d'un capitaine, en la personne du milieu gauche Carlo Bigatto.

Pour les 25 ans du club, la Juve ne termine qu'à la 6e place du Groupe A de la Ligue Nord du championnat d'Italie de la CCI 1921-1922, compétition dissidente de la FIGC, lors de la dernière saison du club avant l'ère fasciste de Benito Mussolini, qui prit le pouvoir en Italie à l'automne 1922.

Les débuts de l'ère Agnelli (1923-1944)[modifier | modifier le code]

« Je suis reconnaissant d'avoir accepté comme un honneur la présidence, mais j'espère ne pas vous décevoir en vous confessant que je n'ai aucunement l'intention de juste l'accepter en tant que titre honorifique [...]. Nous devons nous efforcer de bien faire, mais en nous rappelant qu'une chose bien faite peut toujours être mieux faite. »

— Extrait du discours d'Edoardo Agnelli au moment d'être élu président de la Juventus. Turin, [39].

Edoardo Agnelli, propriétaire du club dès 1923, et qu'il préside jusqu'à sa mort en 1935.

Une anecdote raconte qu'à l'époque où évoluait le défenseur Antonio Bruna, il avait du mal à concilier son statut de joueur au club et d'employé dans les usines FIAT[40], son patron ne l'autorisant pas à aller s'entraîner [41]. Sandro Zambelli, un des dirigeants juventino de l'époque, serait alors aller voir directement le fondateur de l'entreprise Giovanni Agnelli[42]. Après la réponse positive de ce dernier à laisser jouer le joueur, c'est cet événement qui donna l'idée au fils d'Agnelli Edoardo de racheter le club quelques années plus tard[42].

Un tournant marqua l'histoire du club pour toujours durant le début de l'entre-deux-guerres. L'industriel Edoardo Agnelli de la famille Agnelli (riche famille aristocratique piémontaise créatrice et propriétaire de la Fiat[43]) rachète le club le [44], époque du dernier président de l'avant-Agnelli Gino Olivetti. Assurant les joueurs du club d'être régulièrement payés avec en prime une automobile de la firme italienne, l'équipe voit alors plusieurs grands noms du football italien rejoindre le club piémontais[22] (comme Virginio Rosetta, qui fut le premier joueur professionnel du club, au centre de l'Affaire Rosetta durant la saison 1923-24[note 16]). Edoardo se nomme lui-même président du club, et c'est cette année-là que l'on voit apparaître pour la première fois un entraîneur professionnel (souhait d'Agnelli voulant une structure plus organisée), dont les premiers en date furent les Hongrois Jenő Károly entre 1923 et 1926[45] (Il signa un contrat avec le club de 2500 lires plus une semaine de congé payé, avec en bonus une prime de 10000 lires en cas de victoire du championnat) puis József Viola de 1926 à 1928.

Il fit construire un nouveau stade et aida financièrement cette nouvelle et ambitieuse Juve à remporter son deuxième Scudetto seulement 2 ans après son rachat lors de la saison 1926, en écrasant ses adversaires (20 victoires pour 5 nuls et 2 défaites) sans perdre à domicile, et avec la meilleure attaque (84 buts inscrits, surtout grâce à sa paire offensive Ferenc Hirzer[note 17]Pietro Pastore) et meilleure défense du tournoi (18 buts encaissés, et les buts bianconeri restèrent même inviolés durant 934 minutes[46], record du football italien pour l'époque). C'est cette victoire historique, qui lança véritablement un fort élan de popularité pour le club dans la ville de Turin et ses environs. Pour la première fois, sur la tunique bianconera est ensuite cousue l'écusson du scudetto (que les équipes championnes en titre portent sur leur maillot).

Article détaillé : Affaire Allemandi.

La saison suivante, le club termine troisième mais se retrouve surtout au cœur d'un des premiers grands scandales du football italien. Lors du derby della Mole du dimanche , un des dirigeants du Torino de l'époque, le docteur Nani, aurait tenté de corrompre le défenseur juventino Luigi Allemandi en lui proposant 50000 lires pour qu'il sabote le match. Le Torino remporta le match 2-1 mais son scudetto lui fut retiré à la fin du tournoi[47], et Allemandi, au départ radié à vie, vit sa sentence allégée, et dut quitter le club bianconero. Il fut alors vendu à l'Inter. Cette affaire fut alors surnommée l'Affaire Allemandi[48]. C'est également au cours de l'année 1927 que la Juve prend part à sa première coupe d'Italie, remportant son premier match contre Cento sur le score de 15-0, la plus grosse victoire du club bianconero.

Le club termine ensuite second puis troisième de son groupe lors des deux saisons suivantes, avant de finir à la troisième place du premier championnat professionnel italien à poule unique de l'histoire, la Serie A, instauré à partir de la saison 1929-1930, et remporté par l'Ambrosiana-Inter. À la suite des lois fascistes, il devenait alors de plus en plus difficile aux joueurs étrangers d'évoluer dans le championnat. La vedette hongroise bianconera Ferenc Hirzer rentra alors au pays, et c'est à cette époque que l'on vit débarquer dans la société les premiers oriundi[note 18] du club, Raimundo Orsi en 1928 puis Renato Cesarini l'année suivante. Au cours de l'été 1929, les piémontais participent à leur première compétition internationale officielle, la Coupe d'Europe centrale 1929 (futur Coupe Mitropa). Pour la première confrontation européenne de l'histoire du club, la Juve rencontre en quarts-de-finale un des meilleurs clubs européens de l'époque, les tchécoslovaques du Slavia Prague, et ce furent ces derniers qui remportèrent le match 3-1 (1-0[note 19] à l'aller puis 3-0 au retour). À la fin de la saison, l'entraîneur-joueur écossais en poste depuis deux ans, Billy Aitken (ayant apporté avec lui d'Angleterre à la Juve ses techniques de préparations physiques avant-gardistes[49], et son système de jeu dit du WM[49], sorte de 3-4-3 ou de 3-2-2-3), quitte le club (il était connu pour son caractère sympathique, mais également pour ses méthodes d'entraînements très physiques et fatiguantes, ce qui provoqua le mécontentement de pas mal de joueurs[note 20],[50]).

Article détaillé : Quinquennio d'oro.
Schéma tactique du Quinquennat d'Or des années 1930, dit schéma « Método » ou « WW ».

À partir de la saison 1930-31, le FBC Juventus réalise une des plus grandes performances du football italien, et sans doute une des plus belles périodes de son histoire, en remportant cinq scudetti d'affilée sur une période de 5 saisons (de 1930 à 1935), période qui sera surnommée le Quinquennio d'oro (en français le Quinquennat d'or). Premier âge d'or pour la Juve, le club enchaîne alors les victoires et les records, mais devient surtout le premier de l'histoire à remporter 5 titres consécutifs[note 21], grâce à son fameux « Style Juventus » (considéré comme un modèle de rigueur, de discipline et de stabilité, établie par Edoardo Agnelli, et symbolisé par les Trois S (Simplicité, Serieux, Sobriété), ainsi que par un important soutien des tifosi dans tout le pays). C'est grâce à une nouvelle tactique instaurée par l'entraîneur Carlo Carcano, et au renforcement de l'effectif avec les arrivées de Giovanni Ferrari, Luigi Bertolini et Giovanni Vecchina, venus compléter une équipe déjà expérimentée, que la Juventus remporte le premier scudetto de sa série en 1930-31.
Madame remporte ensuite le second titre sur les cinq en 1931-32 avec 54 points, pour 89 buts inscrits et 38 encaissés (dont 65 buts marqués à domicile, record absolu du football italien), et finit meilleure attaque du tournoi. Le 29e Derby de Turin disputé au Corso Marsiglia le fut le premier match de football à avoir été retransmis en direct à la radio nationale de l'EIAR (commenté par le journaliste et chroniqueur Nicolò Carosio). Au cours de cette saison, la Juve remporte 10 succès de suite[note 22] (record qui tiendra durant 74 ans), puis atteint pour la première fois les demi-finales de la Coupe d'Europe centrale, contre les tchécoslovaques du Slavia Prague.
La saison suivante, la Dame sort de son centre de formation Felice Borel, alors âgé de 18 ans, qui deviendra par la suite un des meilleurs joueurs de l'histoire du club. À la suite d'une phase retour mémorable (13 victoires en 17 rencontres), la Juve est couronnée pour la troisième fois consécutive championne d'Italie, avec notamment ses 16 victoires à domicile sur 17 matchs (plus un match nul), record du football italien.
En 1933-34, les bianconeri emménagent dans une nouvelle enceinte moderne, le Stadio Benito Mussolini. Le triple champion national remporte son quatrième trophée de suite, grâce à Borel, qui termine pour la seconde fois d'affilée meilleur buteur du tournoi avec 31 réalisations.
Lors de la dernière saison de ce quinquennat, c'est Carlo Bigatto et Benè Gola qui prennent le relais de Carcano sur le banc à la mi-saison (officiellement licencié du club pour « motifs personnels », mais en réalité, selon certaines sources pour des rumeurs sur sa présumée homosexualité devenues trop insistantes pour être tolérée dans une Italie encore traditionnelle sous l'égide d'un régime fasciste prônant la virilité[51]), dans un effectif d'expérience, mais qui sort tout de même des jeunes formés au club, Guglielmo Gabetto et Pietro Rava, ajoutés à l'achat du jeune prometteur Alfredo Foni. Les bianconeri remportent leur 5e scudetto consécutif (nouveau record qui ne sera égalé qu'au bout de 75 ans) lors de la dernière journée grâce à un but de Giovanni Ferrari à quelques minutes de l'issu du match contre la Fiorentina (score final de 1 but à 0 à Florence le ). La Juventus termine ce championnat 1934-1935 avec 22 encaissés, devenant la meilleure défense du championnat pour la seconde fois en trois ans[note 23]. Durant cette saison, le club atteignit également pour la quatrième fois de suite les demi-finale de la Coupe d'Europe centrale.

« Le lien entre la famille Agnelli et la Juventus, joints par cinq scudetti au début des années trente, ont posé les bases de ce qui sera le football italien dans la seconde moitié du dernier siècle. Il fera simplement de l'équipe bianconera la fiancée d'Italie, la reine indiscutée de notre football, aimée par des millions de tifosi du nord au sud de la péninsule [...]. »

— Guido Luguori et Antonio Smargiasse, Calcio e Neocalcio: Geopolitica e prospettive del football in Italia, 2003

Ce fut à partir de cette période que l'équipe, désormais la plus soutenue de la péninsule, commença à être surnommée la Vecchia Signora (la Vieille Dame).

Le décès brutal du président Edoardo Agnelli d'un accident d'hydravion à Gênes en 1935, coïncide ensuite avec la fin de cette période dorée. S'ensuivit alors un exode de plusieurs de ses meilleurs joueurs.

En pleine période de Nazio-Juve (surnom donné aux bianconeri champions du monde en 1934 avec l'équipe d'Italie), les résultats du club se mettent ensuite lentement à chuter, perdant par exemple 1-3 à domicile contre la Roma le , qui fait chuter la forteresse imprenable turinoise du Stadio Mussolini (première défaite à domicile depuis plus de quatre ans).

Lors de la saison 1936-1937, le club change pour le seconde fois de son histoire son nom, en passant de Foot-Ball Club Juventus à la simple Juventus (retrait du Foot-Ball Club qui faisait « trop anglais » pour le régime fasciste, gardant seulement l'appellation latine à la suite de l'italianisation voulue de la société, donc des noms communs).

La saison suivante, le club termine second de Serie A mais remporte au mois de mai 1938 la première Coppa Italia[52] de son histoire, en battant son vieil ennemi du Torino en finale (1-3 puis 2-1). À la suite de cette coupe d'Italie, le club termine ensuite pour sa première saison de Seconde Guerre mondiale à la 3e place du championnat, également la première saison du jeune du centre de formation Carlo Parola, future légende du club.

Le , l'ancien joueur bianconero et désormais entraîneur du club Umberto Caligaris décède subitement à l'âge de 39 ans lors d'un match de vétérants[53] (il est le second entraîneur de la Juve à mourir en cours de saison après Jenő Károly). Le lendemain, Federico Munerati (également ancien joueur du club) prend le relais par intérim jusqu'à la fin de la saison (le jour même se joue une rencontre de la 3e journée avec à la clé une victoire 2-0 contre le Genova 1893).

Pour la saison 1941-1942, la Vieille Dame emmenée par son entraîneur-joueur Giovanni Ferrari et dotée d'un effectif talentueux comme Vittorio Sentimenti III, Ugo Locatelli, l'albanais Riza Lushta (premier joueur des Balkans à évoluer au club) ou encore Raúl Banfi (premier uruguayen du club), gagne sa seconde Coupe d'Italie contre le Milan en finale (Ferrari devenant le seul et unique à remporter un trophée à la ‘’'Juve’’' en tant qu’entraîneur-joueur).

La saison suivante, Felice Borel devient le 6e entraîneur du club en 7 ans au cours d'une saison mouvementée. En effet, suite aux conséquences de la guerre dont l'Italie fasciste était impliquée, la ville de Turin est fortement bombardée par les Alliés durant l'hiver 1942 (la ville étant devenue une cible à cause de sa production industrielle, comme la Fiat, qui produisait des automobiles, chars et avions pour l'effort de guerre de l'Axe). La Juventus, pour pouvoir continuer à s'entraîner en sécurité, fut alors transférée à Alba, ville du sud du Piémont dans la province de Coni (dans la propriété de la famille vinicole Bonardi de la Villa Sorano), et ce jusqu'à la fin du printemps 1943[note 24]. Dans cette ville, la Juventus change alors de nom, la société bianconera se faisant désormais appeler la Juventus-Cisitalia, référence à la marque d'automobile Cisitalia créée par le pilote automobile et président du club depuis 1941 Piero Dusio[54],[55].

Pour la dernière saison de guerre de la Juventus-Cisitalia, le club arrive en demi-finale du championnat de guerre[note 25], avant que la société n'arrête ensuite toute activité pendant un an, durant la guerre civile italienne.

L'après-guerre et le renouveau (1945-1971)[modifier | modifier le code]

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la société rechange à nouveau de patronyme pour adopter en 1945 le nom de Juventus Football Club[56], toujours utilisé actuellement, son stade changeant quant à lui également son nom, délaissant l'appellation de Stadio Benito Mussolini pour le désormais Stadio Comunale[57].

Avec un effectif composé de quelques grands joueurs comme Silvio Piola, Giovanni Varglien, Teobaldo Depetrini, Giovanni Viola ou encore les frères Sentimenti (III et IV), les piémontais réussissent, pour leur retour à la compétition, à terminer deux saisons d'affilé vice-champions d'Italie (saisons 1945-1946 et 1946-1947, cette dernière saison ayant vu les débuts prometteurs d'Ermes Muccinelli mais surtout du jeune formé au club Giampiero Boniperti, un des plus grands joueurs de l'histoire de la Juve).

Lors de la saison suivante, en 1947-1948, c'est le jeune Gianni Agnelli dit « l’Avvocato » (fils d'Edoardo, également supporter et propriétaire du club[58]), qui reprend la tête de la Juventus en tant que président pour le cinquantenaire de l'équipe.
Un an plus tard débarquent dans l'effectif les premiers joueurs scandinaves du club, avec les danois Johannes Pløger et surtout John Hansen (future légende bianconera). C'est lors de la saison 1949-1950, avec l'anglais Jesse Carver sur le banc et son jeu orienté vers l'offensif, que la Vieille Dame remporte à nouveau un titre de champion d'Italie, son 8e scudetto (15 ans après son dernier titre de champion acquis lors du Quinquennat d'or). En outre, dans le cadre des retransmissions expérimentales de la RAI (qui émettront officiellement le [59]), la rencontre de Serie A de la saison 1949-50 Juventus FC — AC Milan du fut l'objet du premier direct télévisé national (commenté par Carlo Balilla Bacarelli).

Après une 3e place la saison suivante où le club arrive en finale de la Copa Rio[60] (un des premiers gros tournois amicaux intercontinental) et, où il remporte en championnat la plus grosse victoire à l'extérieur de son histoire (un 0-7 lors du premier match de la saison contre Pro Patria), la Juve gagne un nouveau titre de champion national[note 26] en 1951-1952 pour la 50e édition du championnat, puis atteint le podium lors de sa première participation à la Coupe Latine, le tout sous la direction du hongrois György Sárosi.
La Vecchia Signora continue ensuite à rester sur le podium en terminant pour les deux saisons suivantes à la place de vice-championne d'Italie, toujours aidée par son armada offensive danoise (John et Karl Aage Hansen[61] ainsi que Karl Aage Præst).

Les années suivantes furent pourtant difficiles pour la Juventus, avec tout d'abord un changement de président survenu lors de la saison 1954-1955, où un triumvirat Craveri-Cravetto-Giustiniani (le premier depuis la saison 1915-1916) prend le relais de l’Avvocato Agnelli (qui ne paut plus assumer la présidence de la société et à la fois ses autres activités professionnelles), pour une saison avec comme résultat final une décevante 7e place.
La saison suivante, le frère cadet de Gianni, Umberto Agnelli, reprend la tête du club et devient le plus jeune président de l'histoire de la Juventus (seulement 21 ans)[62]. Cette saison (qui vit les débuts prometteurs de Gino Stacchini), avec un record de 17 matchs nuls, fit terminer le club entraîné par Sandro Puppo à la 12e place du classement (la pire de son histoire en championnat à phase unique)[note 27], le club continuant même sur sa série noire lors de la saison d'après (9e place). Puppo avait pourtant mis en place une nouvelle approche tactique en renouvelant et rajeunissant l'effectif[note 28], son équipe se faisant alors surnommée la Juve dei puppanti[63],[64]. Il donna les clé du jeu à de très jeunes joueurs titularisés et tous formés par le club comme Piero Aggradi, Flavio Emoli, Enzo Robotti ainsi que Giuseppe Vavassori[63], mais sa politique fut un échec et ne porta pas ses fruits en deux saisons passées au club.

Article détaillé : Trio magique.

« Ici il faut toujours lutter et quand tout semble perdu, y croire encore, la Juve ne se rend jamais. »

— Omar Sívori[65]

Umberto Agnelli décide alors de réagir et de redresser sa Juve en crise, et, lors de la saison 1957-1958, investit sérieusement dans le secteur offensif.
Le yougoslave Ljubiša Broćić débarque sur le banc (avec un système de jeu très défensif en 5-3-2 basé sur des contre-attaques), secondé car ne parlant pas l'italien par l'ex-milieu bianconero Teobaldo Depetrini. Un nouvel attaquant argentin en provenance de River Plate, est alors acquis, avec l'arrivée de l'oriundo Omar Sívori acheté pour une somme à l'époque record de 160 000 lires[66]. Le deuxième gros transfert est ensuite fait avec l'arrivée de l'attaquant gallois John Charles, acheté 65 000 £[61] à Leeds United.
Cette nouvelle paire offensive, ajoutée à l'expérience du capitaine juventino Giampiero Boniperti (repositionné par Broćić dans un nouveau rôle de milieu offensif, pour lui permettre de mettre pleinement à profit sa vision du jeu et ses qualités techniques), formèrent dès lors un des plus célèbre et efficaces trio offensifs de l'histoire du football, appelé le « Trio magique »[67] (en italien : Trio Magico), également appelé le Trio Boniperti-Charles-Sívori.
Le trio s'illustre dès sa première saison et, aidé d'un effectif composé entre autres de Carlo Mattrel, Gino Stacchini, Rino Ferrario ou encore de l'espoir prometteur Bruno Nicolè, remporte après des années sans titres le scudetto de saison 1957-1958 à 8 points de la Fiorentina, le 10e du club[note 29] (« scudetto de la première étoile[68],[69] »), synonyme d'une étoile à coudre sur le maillot bianconero (la Vieille Dame fut la première équipe au monde à arborer une étoile sur son maillot, synonyme d'un certain nombre de victoires[70]).
La Coppa Italia fait également son retour cette saison après 15 ans d'abandon, et voit les bianconeri finirent à la 4e place après une défaite aux tirs au but contre Bologne lors du match pour la 3e place[note 30].
Cette saison est également une réussite pour John Charles, affectueusement surnommé le « Bon Géant » (en italien : Il Gigante Buono, pour ses nombreux gestes de fair-play[71]), qui termine capocannoniere du championnat avec 28 buts (5e joueur juventino à réaliser cette performance), est élu joueur de l'année en Italie, et qui termine à la 6e place avec 4 votes du classement final du Ballon d'or 1957[72] (également le premier joueur juventino de l'histoire à figurer dans le classement final du Ballon d'or).

Sívori, Charles et Boniperti, acteurs du Trio magique de la fin des années 50.

La saison suivante, l'effectif termine à la 4e place de la Serie A 1958-1959, mais participe pour la première fois à la C1 (Coupe des clubs champions européens 1958-1959), voyant la Juventus être éliminée dès les 16e-de-finale par le Wiener Sport-Club[note 31] (Suite à ce revers, combiné à un autre à la dernière minute de la rencontre en championnat, un 5-4 à domicile contre le Milan[73], le tout sur un fond de mésentente avec Omar Sívori, le serbe Ljubiša Broćić fut limogé puis remplacé par son assistant Teobaldo Depetrini [note 32],[74]). Le Ballon d'or 1958 voit lui pour la première fois de l'histoire du club plusieurs joueurs bianconeri finir dans le classement final[75], John Charles (qui figure au classement pour la seconde année consécutive) terminant à la 4e place, Bruno Nicolè et Giampiero Boniperti finissant eux respectivement aux 19e et 25e place. C'est au cours de cette saison que le Trio magique termine l'année avec un second titre en deux ans, la Coupe d'Italie en battant l'Inter 4-1 en finale (la Juve devenant par la même occasion l'équipe la plus titrée du pays en coupe, dépassant avec ses 3 coupes d'Italie les 2 coupes du Torino).

Dans une nouvelle période de gloire, les turinois, après deux victoires de suite en Coupe de l'Amitié, et cette fois ci entraînés par Renato Cesarini (ancien grand joueur juventino), entament cette saison 1959-1960 avec succès. John Charles finit 3e au Ballon d'or 1959 avec 24 points[76], et Omar Sívori termine avec ses 28 buts meilleur buteur du championnat, que la Juventus remporte avec succès à nouveau devant la Fiorentina. En plus de cette Serie A, la Juventus devient le second club de l'histoire du calcio (après le Torino en 1942-1943) à réaliser le doublé Coupe-Championnat en une saison[77],[78] (devenant également le premier club italien à remporter la Coupe d'Italie deux saisons de suite).

En 1960-1961, le club du Piémont, toujours aidé de son trio offensif très prolifique, fait son retour en C1 (à nouveau éliminé en 16e-de-finale cette fois-ci par le CDNA Sofia), voit deux de ses joueurs figurer dans le classement du Ballon d'or 1960[79] (7e place avec 5 votes pour John Charles, dans le classement depuis maintenant 4 ans d'affilé, et 9e place avec 3 votes pour Omar Sívori), et remporte à nouveau le scudetto (remportant deux fois de suite le championnat pour la première fois depuis la saison 1931-1932).
Ce fut au terme de cette saison que le capitaine Giampiero Boniperti, dit Marisa[80], choisit de prendre sa retraite à l'âge de 33 ans (donnant son brassard à Omar Sívori), jouant son dernier match lors d'une victoire historique 9-1 sur son rival lombard de l'Inter le (plus grosse victoire bianconera de l'histoire sur l'Inter[81]), avec un sextuplé de Sívori[note 33]. Le départ de Boniperti (auteur de 181 buts toutes compétitions confondues sous les couleurs de la Juve, qui resta le meilleur buteur de l'équipe pendant 45 ans) marqua donc la fin du Trio magique, l'un des plus célèbres trio d'attaquants de tous les temps.

« Dans cette équipe, il y avait la puissance galloise de John, la fantaisie argentine de Sívori et la sagesse tactique italienne de Boniperti. »

— Mario Gherarducci, Corriere della Sera, [82].

La saison suivante, malgré des performances nationales médiocres, les juventini parviennent tout de même jusqu'en quarts-de-finale de la Coupe des clubs champions, parvenant à faire chuter le grand Real Madrid de Di Stéfano et Puskás chez lui à Santiago Bernabéu devant plus de 100 000 spectateurs (la Juve étant le premier club de l'histoire à battre le Real à domicile en C1). C'est également au cours de cette saison que la consécration individuelle arrive enfin, Omar Sívori devenant le premier joueur de l'histoire du club à recevoir le Ballon d'or[83],[note 34], le [84].

Vice-championne national en 1962-1963 et vainqueur de la Coupe des Alpes 1963[note 35] grâce aux méthodes innovantes de l'entraîneur brésilien Paulo Amaral et son 4-2-4 (premier non européen de l'histoire sur le banc du club) et à son nouveau maître à jouer en la personne de l'espagnol Luis del Sol (premier juventino à remporter l'Euro sous les couleurs du club, en 1964 avec l'Espagne), la Madama, désormais présidée par Vittore Catella, commence une série de quelques saisons sans succès.

Ce n'est que lors de la saison 1964-1965 que l'effectif, mené sur le banc par l'inflexible et caractériel paraguayen Heriberto Herrera (surnommé HH2 et réputé pour son système tactique très physique, athlétique et toujours en mouvement, le movimiento[85], sorte de précurseur du « football total »), remporte à nouveau un titre avec une coupe d'Italie. Cette saison (au cours de laquelle pour la 8e année consécutive finit au moins un joueur de la Juve au classement du Ballon d'or), la dernière d'Omar Sívori (qui suite à de trop nombreux changements et concessions sur le terrain ainsi qu'à l'entraînement, quitte le club à cause de ses nombreuses mésententes avec Herrera, habitué lui aux clashs avec ses joueurs car peu apprécié de ces derniers[85]), voit ensuite les bianconeri pour la première fois être finalistes de la Coupe des villes de foires (ancêtre de la C3), première finale continentale d'une compétition majeure. La Fidanzata d'Italia d'Herrera porte donc tout de suite ses fruits, avec des entraînements très durs et parfois exténuants, mais sur un fond qualifié par HH2 de « humble et travailleur, mais solide et compacte »[85], et, après une saison 1965-1966 en demi-teinte (malgré une participation pour la première fois de son histoire à la C2, la Coupe des coupes), remporte enfin un nouveau scudetto en 1966-1967, le premier depuis la fin de l'ère Trio magique. Ce titre marque une page de l'histoire de l'équipe, dès lors surnommée la « Juve Operaia »[86],[87] (la Juve travailleuse en français).

C'est donc à partir de cette année 1967 que se forgea la désormais célèbre et intense rivalité entre le club piémontais et les lombards de l'Inter dans un match appelé le derby d'Italia (les deux régions du nord se partageant à l'époque la suprématie sur le calcio).
En juin 1968, trois juventini prennent part à l'Euro avec la Squadra Azzurra (qui elle y participe pour la première fois et le remporte), Giancarlo Bercellino, Ernesto Càstano, et Sandro Salvadore (qui deviennent au final les premiers joueurs italiens à remporter le Championnat d'Europe de football, appelé à l'époque la Coupe d'Europe des nations[88]).
Après une nouvelle troisième place, les zèbres continuent ensuite avec une saison 1968-1969 décevante en termes de résultats malgré l'arrivée dans l'effectif de deux grands joueurs, le milieu offensif allemand Helmut Haller et l'attaquant sicilien Pietro Anastasi.

La saison suivante sonne comme celle de la révolution pour la Juventus qui termine au final sur le podium, remplaçant tout d'abord HH2 (et son système à bout de souffle du movimiento ne portant plus ses fruits) par l'argentin Luis Carniglia (lui-même remplacé durant la saison par Ercole Rabitti), avant d'accueillir en son sein de futurs grands joueurs bianconeri comme les défenseurs Francesco Morini et Antonello Cuccureddu (acheté pour la somme de 400 millions de lires), mais surtout l'un des plus grands milieux défensifs de l'histoire, Giuseppe Furino.

Le club commence ensuite sa saison 1970-1971 cette fois menée par le jeune entraîneur Armando Picchi (qui décèdera d'une maladie durant la saison[89], remplacé alors par le tchécoslovaque Čestmír Vycpálek, alors entraîneur des jeunes de la Juve) avec deux nouveaux futurs grands joueurs de la Goeba, le milieu Franco Causio et l'attaquant turinois pur jus formé au club Roberto Bettega, lors d'une saison au cours de laquelle les piémontais arrivent 4e de Serie A mais pour la seconde fois de leur histoire finalistes en Coupe des villes de foires (perdue contre les anglais de Leeds), compétition lors de laquelle ils se payèrent même le luxe d'écraser en 32e-de-finale le club de l'US Rumelange par 11-0 (avec un 7-0 à l'aller et un 4-0 au retour).

Ce retour en force dans le football Italien consolida alors la popularité du club et de ses joueurs clés dans le paysage footballistique italien dès le début des années 1970.

La Juve à la conquête de l'Europe (1971-1988)[modifier | modifier le code]

« À la Juventus, gagner n'est pas important. C'est l'unique chose qui compte. »

— Giampiero Boniperti[90]

Le a lieu un évènement qui va changer l'histoire du club, avec l'arrivée au poste de président de l'ancienne gloire bianconera Giampiero Boniperti[91] (jusqu'alors superviseur technique au club). Recruté pour son sérieux, son efficacité et sa passion, Boniperti, adepte du « Style Juventus » (réunissant la discretion, le labeur et l'humilité), s'investit dès lors grandement dans le club de son coeur, inscrivant la Juve dans un nouveau cycle victorieux (durant sa présidence, il n'hésitait pas à diminuer le salaire des joueurs s'ils ne remportaient pas à la fin de la saison le scudetto[92]).

Le travail de Boniperti porte tout de suite ses fruits puisque les bianconeri, après un quarts-de-finale lors de la toute nouvelle Coupe UEFA, terminent champions d'Italie de la Serie A 1971-1972, pour un nouveau trophée en vitrine attendu à Turin depuis cinq ans.

La saison suivante reste également très aboutie puisque la Juve (qui achète l'oriundo José Altafini ainsi que l'un des plus grands gardiens de l'histoire du calcio, Dino Zoff), pour ses 75 ans et en plus d'être parvenue jusqu'en finale de la coupe, remporte sur le fil lors des dernières minutes du match de l'ultime journée son second scudetto de suite à un point du Milan (ce qui n'était plus arrivé depuis la saison 1960-1961) avec un but de Cuccureddu à la 87e minute contre la Roma (score final 2-1).
Mais le principal fait marquant de cette saison reste sans conteste la première qualification de l'histoire pour une finale de C1. Le a donc lieu à Belgrade la finale de la Coupe des clubs champions 1972-1973 contre la machine de l'Ajax et son « football total[93] », une des plus talentueuses formations de l'histoire du football comptant parmi ses rangs quelques uns des plus formidables joueurs de leur génération comme Neeskens ou Cruijff. C'est le néerlandais Rep qui inscrit l'unique but du match, donnant la victoire au club d'Amsterdam.
Suite à cette première grande finale européenne, la Juventus se révèle enfin aux yeux de l'Europe, étant désormais crainte et respectée sur la scène continentale.

En 1973-1974, le club juventino achète le futur grand défenseur central Claudio Gentile et Zoff termine second au classement du Ballon d'or 1973[94], pour une saison où le club ne termine cette fois que vice-champion national, mais dispute pour la première fois de son histoire un match officiel contre une équipe non européenne.
En effet, suite au refus de l'Ajax de prendre part à la Coupe intercontinentale[95], c'est la Juve qui se rend donc à Rome le pour y affronter les argentins de l'Independiente (défaite 1-0 pour sa première compétition intercontinentale).

Ensuite, l'ancienne légende du club, Carlo Parola, prend place sur le banc pour la seconde fois (prenant le relais de Vycpálek, qui lui, reste au club en tant qu'observateur[96]), et le départ à la retraite du capitaine Sandro Salvadore est compensé par l'arrivée du libéro Gaetano Scirea (repéré par le recruteur de jeunes du club Luciano Moggi).
Après deux demi-finales respectives (en coupe et en C3), la Goebba s'adjuge au mois de mai son 16e titre de champion national 1974-1975.

Une saison plus tard, une nouvelle future légende vient grossir les rangs de l'effectif, le milieu défensif Marco Tardelli, mais la saison 1975-1976 se termine vierge de titres pour la Juventus (qui termine seconde en championnat malgré les rivalités de vestiaire qui rongèrent l'effectif durant toute la saison).

Giovanni Trapattoni, entraîneur le plus titré avec la Juve, 14 titres en 13 saisons passées au club.

La saison 1976-1977 marque une nouvelle ère dans l'histoire du club, avec l'intronisation sur le banc du jeune et ex-entraîneur du Milan Giovanni Trapattoni, inexpérimenté mais très apprecié de Boniperti. Le « Trap » garde comme assistant Romolo Bizzotto (à l'instar de ses deux prédécesseurs) et opte pour un fort renouvellement de l'effectif (arrivée notamment de l'arrière gauche Antonio Cabrini ou encore de l'attaquant Roberto Boninsegna).
Son équipe entre dans l'histoire, lorsque les 4 et , la Juventus Football Club remporte (quatre ans après une première finale européenne en C1) le premier titre international officiel de son histoire, avec la Coupe de l'UEFA 1976-1977[97], en battant les basques de l'Athletic Bilbao (victoire 1-0 à Turin devant 75 000 spectateurs puis défaite 2-1 à San Mamés). La Vieille Dame, en plus d'être le premier club de l'histoire à remporter une C3 avec un effectif composé à 100% de joueurs locaux, et également le premier (et encore actuellement le seul) club italien à gagner une Coupe d'Europe avec uniquement des joueurs italiens[98],[99], devient surtout la première équipe italienne à remporter la C3[13] (unanimement saluée par l'ensemble de la péninsule).

« Dans la capitale de la Biscaye, la Juventus représentait l'Italie, aussi en tribune de presse nous nous sentions tous bianconeri. »

— Elio Domeniconi, Guerin Sportivo, mai 1977[100].

Aussi quatre jours après son succès continental et l'affirmation internationale des clubs italiens en Europe[101], les juventini remportent un scudetto spectaculaire et mémorable (qualifié par la presse d'enthousiasmant et d'inoubliable[102]) avec 51 points (un record pour la Serie A à 16 clubs), soit un de plus que leur rivaux du Torino.

Michel Platini en 1985, année de son 3e ballon d'or de suite au club.

Ce Triumvirat Bettega-Boniperti-Trapattoni à la tête du club rentre alors enfin la Juve dans le gratin européen.

L'équipe est solide avec Dino Zoff dans les buts et d'autres joueurs tels que Cabrini ou encore Rossi qui remportera le Ballon d'or avec le club en 1982.

C'est cette même année que l'international français Michel Platini rejoint le club et finira trois fois de suite Ballon d'or (un record) en 1983, 1984 et 1985 (record également pour le club avec quatre Ballons d'or de suite entre 1982 et 1985). En l'espace de cinq ans, ils vont s'imposer comme le meilleur club européen. Ils perdront tout d'abord une seconde finale de Coupe des champions, face à Hambourg SV en 1983, mais remporteront l'année suivante la Coupe d'Europe des Vainqueurs de Coupe ainsi que la Supercoupe de l'UEFA et la Serie A.

L'équipe se montrera rapidement imbattable. Elle gagnera enfin sa première Ligue des Champions (1 à 0 face au Liverpool FC), dans l'épouvantable cauchemar du Heysel, où 39 supporters italiens trouvèrent la mort, étouffés lors d'échauffourées. Elle terminera l'année 1985 en beauté en remportant également la Coupe intercontinentale.

Le à Genève, le président de l'UEFA de l'époque Jacques Georges remit au président de la Vieille Dame Giampiero Boniperti le trophée de la Plaque UEFA, titre honorifique récompensant le club pour avoir été le premier à remporter les trois compétitions majeures inter-clubs de l'UEFA : la Coupe des clubs champions, la Coupe des coupes et la Coupe UEFA[103],[104].

À partir de la fin des années 1980, le départ des cadres (Zoff, Rossi, Platini, Boniek) signera ensuite le déclin du club (malgré les coupes de l'UEFA 1990 et 1993) qui s'effacera progressivement au profit du SSC Napoli de Maradona, du Milan AC ou de l'Inter Milan.

Le début des années 1990 furent difficiles pour le club piémontais, malgré quelques gros coups sur le marché des transferts comme l'attaquant international italien Roberto Baggio acheté en 1990 (sous l'impulsion du vice-président de l'époque Luca Cordero di Montezemolo[105], nommé au poste après la coupe du monde 1990 en Italie, mais jugé par la suite trop dépensier). En 1991, le club atteint les demi-finales de la Coupe des coupes.

La Triade (1994-2006)[modifier | modifier le code]

La Vieille Dame ne reviendra au sommet de sa gloire qu'avec l'arrivée de Luciano Moggi comme directeur général et de Marcello Lippi au milieu des années 1990.

Marcello Lippi, avec 405 rencontres, est le second entraîneur avec le plus de matches dirigés sur le banc de la Juventus[106].

Ils rendront ses titres de noblesse à la Juventus, notamment en remportant le Scudetto en 1995 et la Ligue des champions en 1996 avec les cadres Gianluca Vialli, Roberto Baggio, Ciro Ferrara ou encore le jeune Alessandro Del Piero. Ils prendront leur revanche puisque ce sera aux dépens de l'Ajax Amsterdam. Ils arriveront également en finale de la compétition en 1997 et 1998, et contribueront durant ces années au succès de grands joueurs comme Zinédine Zidane, Filippo Inzaghi, ou Edgar Davids. Ils gagneront également le Scudetto en 1997 et 1998, ainsi que la supercoupe de l'UEFA 1996.

À l'été 1999 débarque au sein du club l'international néerlandais Edwin van der Sar, qui devient le tout premier gardien de but étranger de l'histoire du club[107]. Durant cette même saison 1999, l'international nigérian Sunday Oliseh rejoint le club, devenant le premier joueur africain de l'histoire de la Juventus[108].

Signeront ensuite dès le début des années 2000 Gianluigi Buffon, Pavel Nedvěd, Lilian Thuram, ou encore David Trezeguet, la Juve gagnant le Scudetto en 2002 et 2003, tout en atteignant la finale de la Ligue des champions en 2003 perdue aux tirs au but contre le Milan.

Lors de la 6e journée des phases de poule de la Ligue des champions 2003-2004 jouée le , la Juventus inscrit un nouveau record avec la plus large victoire de la compétition depuis l'instauration de la Ligue des champions, avec un succès 7-0 à domicile contre les grecs de l'Olympiakos[109], match au cours duquel David Trezeguet inscrivit par la même occasion le 3000e but de l'histoire du tournoi[110].

À la fin de l'année 2005, la Vieille Dame réalise la performance d'avoir 9 de ses joueurs nommés pour le titre du Ballon d'or 2005[111] (parmi lesquels Buffon, Camoranesi, Cannavaro, Emerson, Ibrahimović, Nedvěd, Thuram, Vieira et Trezeguet), trophée finalement remporté par le brésilien du Barça Ronaldinho. Lors de cette même saison 2005-2006, la Juve inscrit un nouveau record en Serie A en remportant ses neuf premiers matchs d'ouverture[110].

En mai 2006, la Juventus (avec la Lazio, la Fiorentina, le Milan et la Reggina) sera au centre d'un scandale majeur concernant la désignation des arbitres dans le championnat italien. Luciano Moggi démissionnera de son poste de directeur général et sera mis en examen. Le tribunal requerra une relégation en Serie C (troisième division) ainsi qu'une pénalité de 6 points, puis sera finalement rétrogradée en Serie B avec une pénalité de 17 points puis, finalement, de 9 points. Ses titres de champion des saisons 2004-05 et 2005-06 seront annulés, et le titre de la saison sera finalement attribué à l'Inter de Milan. Didier Deschamps sera alors nommé entraîneur. La suite de l'enquête sur Calciopoli montre plusieurs appels de Massimo Moratti, l'ancien dirigeant interiste Giacinto Facchetti, d'Adriano Galliani et d'autres dirigeants italiens à des arbitres et membres de la fédération italienne.

À la suite du départ de nombreux joueurs, notamment Gianluca Zambrotta qui fut révélé par la Juventus, Fabio Cannavaro, à qui la Juventus avait donné une chance de relancer sa carrière à la suite de son expérience désastreuse à l'Inter, Patrick Vieira, Lilian Thuram et Zlatan Ibrahimović, Deschamps donne une chance à des joueurs tels que Claudio Marchisio et Sebastian Giovinco qui représentent l'avenir de l'équipe mais aussi la qualité de son centre de formation.

Le 19 mai 2007, en l'emportant sur le terrain de l'Arezzo (5 à 1), la Juventus remontera en Serie A et terminera championne de Serie B un an après les révélations qui déclenchèrent le scandale du Calciopoli. Le 26 mai, Didier Deschamps démissionnera du poste d'entraîneur de la Juventus et sera remplacé le 4 juin par Claudio Ranieri.

Retour hasardeux en Serie A (2007-2011)[modifier | modifier le code]

David Trezeguet, meilleur buteur étranger de l'histoire du club.
  • La saison 2007-08 voit la Juventus revenir définitivement vers le podium. David Trezeguet, manifestement très efficace, devient le plus grand buteur français de l'histoire de la Serie A, passant devant Michel Platini. Pavel Nedvěd reste un terrible milieu offensif, et Del Piero, 34 ans, est au sommet de sa forme. Del Piero et Trezeguet, 21 et 20 buts, sont les deux meilleurs buteurs de Serie A. La Juventus finit troisième du Championnat, derrière l'Inter et l'AS Roma, elle se qualifie donc pour le 3e tour préliminaire de la Ligue des champions.
  • Durant le mercato estival, la Juventus montre son envie d'être compétitive : elle est très active sur le marché des transferts et renforce son effectif en vue de la Ligue des Champions. En plus de l'attaquant Amauri, du défenseur Mellberg et du rugueux milieu de terrain Poulsen, la Juve compte également faire confiance à ses jeunes joueurs et plus particulièrement Marchisio, Giovinco, ou encore De Ceglie. Ceux-ci auront tous un rôle important à jouer lors de la nouvelle saison. Tout comme le Suédois Albin Ekdal.
  • Lors de leur retour en Ligue des Champions après deux ans d'absence, la Juventus montrera des difficultés à battre le Zénith Saint-Pétersbourg, mais finira par gagner ce match grâce à un coup franc botté par le capitaine Alessandro Del Piero qui, une fois de plus, montrera son importance pour l'équipe. Elle battra par la suite le Real Madrid par deux fois avec, encore une fois, trois buts du capitaine Del Piero qui recevra une standing ovation mémorable dans le stade du Real par les supporters du club espagnol. En ce mois de novembre 2008, malgré son âge, Del Piero était redevenu l'un des plus grands d'Europe.

Elle se fera ensuite éliminer sur le fil contre Chelsea, finissant comme l'une des meilleures équipes européennes de cette année 2009. Finissant 2e du championnat malgré des victoires en cours de saison contre l'AS Roma et l'AC Milan, elle prépare la suite en remplaçant Ranieri par Ciro Ferrara sous la pression des tifosi juventini.

  • En 2009-10, malgré une équipe admirable sur le papier, (arrivée de Diego ou encore Felipe Melo), les blessures et une incapacité à se mettre dans une dynamique positive enlèvent tout espoir au club de réaliser les objectifs fixés. Ciro Ferrara en sera la première victime et se fera remplacer le par Zaccheroni. À la fin de cette saison catastrophique (le club sera l'une des équipes ayant eu le plus de joueurs blessés de toute l'Europe durant la saison), la Juve finira 7e, une place indigne pour un tel club mais méritée au vu des piètres performances de ses joueurs durant toute la saison. Seule une place pour le 3e tour de qualification de la Ligue Europa 2010-2011 sera la récompense d'une saison que les tifosi bianconeri préfèreront oublier.
  • La saison 2010-11 marque un total renouveau pour la Juventus avec l'arrivée d'Andrea Agnelli aux commandes qui succède à Jean-Claude Blanc. Le , Giuseppe Marotta (qui avait permis à la Sampdoria d'accrocher la 4e place synonyme de Ligue des Champions) est nommé officiellement nouveau directeur sportif général et prend ses fonctions le 1er juin[112] avec Fabio Paratici comme bras droit. Il est accompagné de Luigi Del Neri (qui quitte également la Sampdoria) qui devient le nouvel entraîneur de la Vieille Dame. Malgré de bons résultats en première partie de championnat, la Juventus reste fébrile sur la scène européenne et quitte prématurément la Ligue Europa au stade de la phase de groupe, éliminée par Manchester City et les Polonais du Lech Poznań, deuxième. Le club enchaîne ensuite les mauvais résultats et décide de renforcer son attaque lors du mercato avec le prêt d'Alessandro Matri en provenance de Cagliari Calcio, mais elle ne réussira pas à se qualifier pour la ligue des champions en terminant septième, Luigi Del Neri est alors remercié pour faire place a Antonio Conte

Domination en Serie A[modifier | modifier le code]

Andrea Pirlo (Juventus-Club America), en juillet 2011.

La Juventus attaque la saison 2011-2012 avec un nouvel entraîneur, Antonio Conte et recrute Andrea Pirlo. La Juventus remporte le championnat sans perdre le moindre match mais échoue en finale de la Coupe d'Italie, s'inclinant 2-0 contre Naples.

11 de départ des Turinois en ligue des champions face au Shakthar

La Juventus remporte à nouveau le championnat en 2013 et en 2014. Lors de la saison 2014-2015, la Juventus remporte le championnat d'Italie et la Coupe d'Italie. Sur la scène européenne, le club turinois s'incline en finale de la Ligue des Champions contre le FC Barcelone (3-1).

Palmarès et résultats sportifs du club[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Après sa première participation au championnat d'Italie de football en 1900 (où le premier club remporte la première compétition de son histoire avec la Coppa del Ministero della Pubblica Istruzione), la Juventus remporte son premier trophée officiel avec un titre de champion national en 1905. À l'issue de la saison 2014-2015, le club totalise 31 titres de champion[3], le dernier datant de la saison 2014-15. La Juventus détient ainsi le record du nombre de victoires en championnat italien. Le club reste régulier au plus haut niveau à l'exception des années 1910 et 1940 marquées par les deux guerres mondiales, la Juventus est championne d'Italie au moins une fois dans chaque décennie.

Del Piero soulève le trophée de la Ligue des champions 1996.

Le palmarès de la Juventus FC, le club le plus titré d'Italie[10], est l'un des plus impressionnants au monde et fait partie des dix équipes les plus prestigieuses et titrées de l'histoire du football mondial[11]. Vainqueur de son premier titre officiel en 1905, le club détient le record du nombre de championnats remportés (31, synonyme de trois étoiles d'or sur le maillot)[113] et le record du plus grand nombre de tournois de ligue remportés d'affilée (cinq entre 1931 et 1935). Un championnat de Serie B remporté lors de la saison 2006-07 est également à ajouter au palmarès de la Vieille Dame.
Le club détient le record du nombre de victoires en Coupe d'Italie (10, synonyme d'une étoile d'argent sur le maillot), la principale compétition de coupe nationale dans le pays[114], et a été le premier club dans l'histoire du tournoi à remporter la compétition deux années consécutives (1959 et 1960)[114]. La Juventus détient également le record du nombre de victoires en Supercoupe d'Italie (6), ce qui porte donc à un total de 48 trophées nationaux dans des compétitions nationales (record italien), et totalise 11 victoires dans des tournois internationaux (deuxième après l'AC Milan), ce qui en fait donc le club italien ayant le plus grand nombre de titres officiels, 59.

La Vieille Dame fut la première à arborer sur son maillot une seule étoile d'or cousue sur le maillot en 1958 (une étoile d'or équivaut à 10 championnats nationaux remportés), la première à en mettre une seconde en 1982, puis une troisième en 2012 (provoquant une controverse à cause des deux titres retirés), et également la première à arborer une étoile d'argent (équivalent à dix coupes nationales remportées) en 2015.

Au niveau international, les bianconeri ont remporté leur premier titre international en 1977 (Coupe UEFA, premier club italien à la décrocher [13]. La Juventus a été le premier club (et reste l'unique) au monde à avoir remporté toutes les compétitions confédérales et interconfédérales[16], et devient en 1985 la première équipe dans l'histoire du football européen à remporter les trois compétitions majeures organisées par l'Union des associations européennes de football, recevant ainsi la Plaque UEFA[14],[103]. La Juventus est le deuxième club italien ayant connu le plus de succès dans les compétitions de l'UEFA et est actuellement la quatrième équipe du continent, ainsi que la septième équipe au monde avec les titres internationaux qu'elle a remportés[115].

Le club détient également le triste record du grand nombre de finales de C1 perdues (6).

La Juventus fut le premier club italien à avoir deux fois réalisé le doublé coupe-championnat lors de la même saison, lors des saisons 1959–60 et 1994–95 et est l'un des trois seuls clubs italiens à avoir fait à deux occasions le doublé championnat-coupe internationale avec succès dans la ligue et la Coupe UEFA et le championnat national et la Coupe des vainqueurs de coupe, respectivement dans la saison 1976–77 et 1983–84. Le club détenait jusqu'en 2015[note 36] le record du nombre de Coupe UEFA remportés (3)[13].
Le dernier titre officiel remporté par la Juve est celui de vainqueur de la Coupe d'Italie 2014-15.

« Dans l'histoire du football, la Juventus est un club sans comparaison. »

— Fédération internationale de football association[116]

Palmarès en compétitions officielles
Compétitions nationales Compétitions internationales
  • Coupe d'Italie (10) (record) :
    • Vainqueur : 1937-38, 1941-42, 1958-59, 1959-60, 1964-65, 1978-79, 1982-83, 1989-90, 1994-95 et 2014-15.
    • Finaliste : 1972-73, 1991-92, 2001-02, 2003-04 et 2011-12.


Palmarès en compétitions non officielles
Compétitions nationales non officielles Compétitions internationales non officielles
  • Coupe du Ministère de l'Instruction Publique (3) :
    • Vainqueur : 1900, 1901 et 1902.
  • Médaille de la ville de Turin (1) :
    • Vainqueur : 1901.
  • Coupe de la ville de Turin (2) :
    • Vainqueur : 1902 et 1903.
  • Tournoi de Trino Vercellese (1) :
    • Vainqueur : 1903.
  • Coupe Luigi Bozino (2) :
    • Vainqueur : 1905 et 1906.
  • Coupe Luserna San Giovanni (1) :
    • Vainqueur : 1907.
  • Boule d'argent Henri Dapples (2) :
    • Vainqueur : novembre et décembre 1908 (2 fois).
    • Finaliste : février 1904, novembre 1905, décembre 1905, novembre 1908, décembre 1908 et mars 1909.
  • Championnat fédéral d'Italie (F.I.F.)[note 38] (2) :
    • Vainqueur : 1908 et 1909.
  • Coupe Biella (1) :
    • Vainqueur : 1909.
  • Coupe Barattia (1) :
    • Vainqueur : 1932.
  • Tournoi FIAT (1) :
    • Vainqueur : 1945.
  • Coupe Pio Marchi (1) :
    • Vainqueur : 1945.
  • Trophée Banque Populaire de Novare (1) :
    • Vainqueur : 1994.
  • Mémorial Giorgio Calleri (1) :
    • Vainqueur : 1994.
  • Trophée Andrea Fortunato (1) :
    • Vainqueur : 1995.
  • Triangle de Saint-Vincent (1) :
    • Vainqueur : 1995.
  • Triangle de Salerne (1) :
    • Vainqueur : 1995.
  • Trophée Birra Moretti (6) :
    • Vainqueur : 1997, 2000, 2003, 2004, 2006 et 2008.
    • Finaliste : 1998, 2002, 2005 et 2007.
  • Trophée RAI (1) :
    • Vainqueur : 2007.
  • Trophée TIM (1) :
    • Vainqueur : 2009.
    • Finaliste : 2001, 2003, 2006, 2008, 2011 et 2012.
  • Coupe Universitaire (1) :
    • Vainqueur : 1904.
  • Tournoi de Pentecôte de l’US Suisse Paris (1) :
    • Vainqueur : 1923.
  • Mundialito des clubs (1) :
  • Coupe italo-tunisienne (1) :
    • Vainqueur : 1987.
  • Tournoi Nicola Ceravalo (1) :
    • Vainqueur : 1991.
  • Trophée Luigi Berlusconi (10) :
    • Vainqueur : 1991, 1995, 1998, 1999, 2000, 2001, 2003, 2004, 2010 et 2012.
    • Finaliste : 1996, 1997, 2002, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009 et 2011.
  • Mémorial Valenti (2) :
    • Vainqueur : 1992 et 1993.
  • Coupe Sívori (1) :
    • Vainqueur : 1994.
  • Tournoi Mistru (1) :
    • Vainqueur : 1997.
  • Coupe du centenaire (1) :
    • Vainqueur : 1997.
  • Trophée de la République de Malte (1) :
    • Vainqueur : 1998.
  • Trophée de la République de Saint-Marin (3) :
    • Vainqueur : 1998, 2001 et 2002.
  • Coupe SKYLINE Performance.Art (1) :
    • Vainqueur : 2005.
  • Kjeld Rasmussen (1) :
    • Vainqueur : 2008.

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

Le club a été classé en première place dans le classement de l'UEFA en sept périodes depuis son introduction en 1979, record parmi les clubs italiens[118], et fut deux fois nommé meilleur club mondial de l'année (en 1993[119] et 1996[120]) par l'International Federation of Football History & Statistics (IFFHS).

Au , la Juventus est classée à la 14e place au classement UEFA[121].

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Gianni Agnelli dit l’Avvocato (l'avocat), président de la Juventus entre 1947 et 1954.

À partir de 1897, et ce incluant les frères Canfari[note 39] comme premiers présidents du club, pas moins de 29 présidents se succèdent à la tête du club, dont certains également en qualité de propriétaires. C'est sous la présidence de Giacomo Parvopassu que le club joua sous ses nouvelles couleurs bianconere (le blanc et noir à la place du rose). Jusque dans les années 1920, le club est principalement présidé par des joueurs ou des proches du club. Gino Olivetti (au club entre 1920 et 1923) fut le dernier président bianconero de l'avant-Agnelli. C'est à partir de 1923 et l'acquisition des Agnelli que les différents membres de la famille ainsi que leurs proches assurent la présidence, comme Umberto Agnelli qui est président de 1955 à 1962 et par la même occasion le plus jeune président jamais nommé au club à seulement 21 ans[62]. Le club est deux fois présidé conjointement, une première fois pendant la Première Guerre mondiale par Gioacchino Armano, Fernando Nizza et Sandro Zambelli entre 1915 et 1918, puis une seconde fois de 1954 à 1955 avec Enrico Craveri, Nino Cravetto et Marcello Giustiniani.

Vittorio Caissotti di Chiusano, au club entre 1990 et 2003, est le président le plus titré avec la Juventus[122], ex-æquo avec Giampiero Boniperti, mais qui lui, a remporté moins de titres internationaux. Le club a connu trois présidents d'honneur, Gianni Agnelli de 1947 à 1954[123], Giampiero Boniperti (président pendant 19 ans, plus longue période de présidence du club) de 1971 à 1990 et Franzo Grande Stevens de 2003 à 2006[124]. Seuls trois présidents furent d'origine étrangère, à savoir les suisses Alfred Dick de 1905 à 1906 (président du premier Scudetto du club en 1905) et Giuseppe Hess (entre 1913 à 1915, bien que naturalisé italien), ainsi que le Français Jean-Claude Blanc de 2009 à 2010[125] (limogé pour résultats décevants).

L'actuel président est depuis le le Turinois Andrea Agnelli (fils d'Umberto), faisant partie de la dynastie des Agnelli.


Présidents de la Juventus[126]
# Période Président # Période Président
1 18971898 Drapeau de l'Italie Eugenio Canfari 16 19361941 Drapeau de l'Italie Emilio de la Forest de Divonne
2 18981901 Drapeau de l'Italie Enrico Canfari 17 19411947 Drapeau de l'Italie Piero Dusio
3 19011902 Drapeau de l'Italie Carlo Favale 18 19471954 Drapeau : Italie Gianni Agnelli (Président d'Honneur)
4 19021904 Drapeau de l'Italie Giacomo Parvopassu 19 19541955 Drapeau : Italie Enrico Craveri (co. int.)
Drapeau : Italie Nino Cravetto (co. int.)
Drapeau : Italie Marcello Giustiniani (co. int.)
5 19051906 Drapeau : Suisse Alfred Dick
6 19061910 Drapeau de l'Italie Carlo Vittorio Varetti
7 19111912 Drapeau de l'Italie Attilio Ubertalli 22 19551962 Drapeau : Italie Umberto Agnelli
8 19131915 Drapeau de l'Italie Giuseppe Hess 23 19621971 Drapeau : Italie Vittore Catella
9 19151918 Drapeau de l'Italie Gioacchino Armano (co.)
Drapeau de l'Italie Fernando Nizza (co.)
Drapeau de l'Italie Sandro Zambelli (co.)
24 19711990 Drapeau : Italie Giampiero Boniperti (Président d'Honneur)
25 19902003 Drapeau : Italie Vittorio Caissotti di Chiusano
26 20032006 Drapeau : Italie Franzo Grande Stevens (Président d'Honneur)
12 19191920 Drapeau de l'Italie Corrado Corradini 27 20062009 Drapeau : Italie Giovanni Cobolli Gigli
13 19201923 Drapeau de l'Italie Gino Olivetti 28 20092010 Drapeau : France Jean-Claude Blanc
14 19231935 Drapeau de l'Italie Edoardo Agnelli 29 2010 Drapeau : Italie Andrea Agnelli
15 19351936 Drapeau de l'Italie Giovanni Mazzonis
  • Légende : co. = coprésident ; co. int. : coprésident par intérim.

Direction du club 2011-2012[modifier | modifier le code]

Ici l'actuelle direction de la Juventus Football Club, composée de[127]:

 
  • Administrateurs:
    • Drapeau de l'Italie Carlo Barel di Sant'Albano.
    • Drapeau de l'Italie Michele Briamonte.
    • Drapeau de l'Italie Riccardo Montanaro.
    • Drapeau de la République tchèque Pavel Nedvěd.
    • Drapeau de l'Italie Marzio Saà.
    • Drapeau de l'Italie Camillo Venesio.
    • Drapeau de la Libye Khaled Fared Zentuti.
    • Drapeau de l'Italie Fabio paratici.
    • Drapeau de l'Italie Gianluca Pessotto.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Fabio Capello, entraîneur de la Vieille Dame de 2004 à 2006.

Le club turinois dispose d'entraîneurs professionnels depuis l'arrivée du Hongrois Jenő Károly, qui prend les rênes de l'effectif en 1923[note 40].

À la suite du décès de Károly d'un infarctus[128] peu avant la fin de la saison 1925-26, son compatriote milieu de terrain József Viola le remplace en catastrophe, et devient, bien qu'intérimaire, le premier entraîneur-joueur de l'histoire du club.

Au total, les piémontais ont en tout connu quatre entraîneurs-joueurs au cours de leur histoire, avec tout d'abord le Hongrois József Viola (joueur de 1924 à 1928 et de 1929 à 1930 puis entraîneur entre 1926 et 1928), suivi de Virginio Rosetta (joueur entre 1923 et 1936 puis entraîneur entre 1935 et 1939), de Giovanni Ferrari (joueur de 1930 à 1935 et de 1941 à 1942 puis entraîneur entre 1941 et 1942), et enfin de Felice Borel (joueur de 1932 à 1941 et de 1942 à 1946 puis entraîneur entre 1942 et 1946).

21 entraîneurs de la Juventus sont également d'anciens joueurs du club, comme tout d'abord les 4 entraîneurs-joueurs, ajoutés à Carlo Bigatto (joueur de 1913 à 1931 puis entraîneur en 1935), Benè Gola (joueur en 1927-1928 puis entraîneur en 1935), Umberto Caligaris (joueur de 1928 à 1935 puis entraîneur en 1939-1940), Federico Munerati (joueur de 1922 à 1933 puis entraîneur en 1940-1941), Luis Monti (joueur de 1931 à 1939 puis entraîneur en 1941-1942), Renato Cesarini (joueur de 1929 à 1935 puis entraîneur de 1946 à 1948 et de 1959 à 1961), Luigi Bertolini (joueur de 1931 à 1937 puis entraîneur en 1951), Teobaldo Depetrini (joueur de 1933 à 1949 puis entraîneur en 1958-1959), Carlo Parola (joueur de 1939 à 1954 puis entraîneur en 1961-1962 et de 1974 à 1976), Július Korostelev (joueur en 1946-1947 puis entraîneur en 1961), Ercole Rabitti (joueur de 1939 à 1943 puis entraîneur en 1969-1970), Čestmír Vycpálek (joueur en 1946-1947 puis entraîneur de 1971 à 1974), Dino Zoff (joueur de 1972 à 1983 puis entraîneur de 1988 à 1990), Fabio Capello (joueur de 1969 à 1976 puis entraîneur de 2004 à 2006), Didier Deschamps (joueur de 1994 à 1999 puis entraîneur en 2006-2007), Ciro Ferrara (joueur de 1994 à 2005 puis entraîneur en 2009-2010), et enfin Antonio Conte (joueur de 1992 à 2004 puis actuel entraîneur). Beaucoup d'entraîneurs bianconeri connaissaient donc déjà la maison avant de prendre les rênes de l'effectif.

L'entraîneur le plus célèbre et le plus titré du club est Giovanni Trapattoni[129], qui, en 13 saisons passées au club de 1976 à 1986 puis de 1991 à 1994, remporte 14 trophées. D'autres grands entraîneurs ont marqué l'histoire de la Juventus, comme Marcello Lippi avec 13 titres entre 1994 et 1999 puis 2001 et 2004[129], Carlo Carcano (surnommé « l'entraîneur aux mille victoires ») avec quatre titres entre 1930 et 1934[129] (seul entraîneur à avoir remporté quatre championnats consécutifs dans l’histoire du football italien), Fabio Capello avec deux titres entre 2004 et 2006[129], Heriberto Herrera avec deux titres entre 1964 et 1969[129], ou encore Dino Zoff avec deux titres entre 1988 et 1990[129].

L'actuel entraîneur de la Juventus est Massimiliano Allegri nommé à sa tête le [130], en remplacement de Antonio Conte.

Depuis l'instauration des entraîneurs au club avec l'arrivée des Agnelli en 1923, 45 entraîneurs (30 italiens et 15 étrangers) durant 47 périodes différentes se sont succédé à la tête de la Vieille Dame. Le tableau suivant retrace la chronologie des entraîneurs du club.

Entraîneurs de la Juventus[131]
# Période Entraîneur # Période Entraîneur # Période Entraîneur
01. 19231926 Hongrie Jenő Károly 21. 19581959 Drapeau : Italie Teobaldo Depetrini (int.) 41. 20012004 Drapeau : Italie Marcello Lippi
02. 1926 (int.) 19271928 Hongrie József Viola 22. 19591961 Drapeau : Italie Renato Cesarini 42. 20042006 Drapeau : Italie Fabio Capello
03. 19281930 Drapeau : Écosse George Aitken 23. 1961 Drapeau : Tchécoslovaquie Július Korostelev (int.) 43. 20062007 Drapeau : France Didier Deschamps
04. 19301934 Drapeau : Italie Carlo Carcano 24. 1961 Drapeau : Suède Gunnar Gren (int.) 44. 2007 Drapeau : Italie Giancarlo Corradini (int.)
05. 1935 Drapeau : Italie Carlo Bigatto (int.) 25. 1961 (int.) 19611962 Drapeau : Italie Carlo Parola 45. 20072009 Drapeau : Italie Claudio Ranieri
06. 1935 Drapeau : Italie Benedetto Gola (int.) 26. 19621963 Drapeau : Brésil Paulo Amaral 46. 20092010 Drapeau : Italie Ciro Ferrara
07. 19351939 Drapeau : Italie Virginio Rosetta 27. 19631964 Drapeau : Italie Eraldo Monzeglio (int.) 47. 2010 Drapeau : Italie Alberto Zaccheroni (int.)
08. 19391940 Drapeau : Italie Umberto Caligaris 28. 19641969 Drapeau : Paraguay Heriberto Herrera 48 20102011 Drapeau : Italie Luigi Delneri
09. 19401941 Drapeau : Italie Federico Munerati (int.) 29. 1969 Drapeau : Argentine Luis Carniglia 49 20112014 Drapeau : Italie Antonio Conte
10. 19411942 Drapeau : Italie Giovanni Ferrari (int.) 30. 19691970 Drapeau : Italie Ercole Rabitti (int.) 50 2014 Drapeau : Italie Massimiliano Allegri
11. 1942 Drapeau : Italie / Drapeau : Argentine Luis Monti (int.) 31. 19701971 Drapeau : Italie Armando Picchi
12. 19421946 Drapeau : Italie Felice Borel 32. 19711974 Drapeau : Tchécoslovaquie Čestmír Vycpálek
13. 19461948 Drapeau : Italie Renato Cesarini 33. 19741976 Drapeau : Italie Carlo Parola
14. 19481949 Drapeau : Écosse William Chalmers 34. 19761986 Drapeau : Italie Giovanni Trapattoni
15. 19491951 Drapeau : Angleterre Jesse Carver 35. 19861988 Drapeau : Italie Rino Marchesi
16. 1951 Drapeau : Italie Luigi Bertolini (int.) 36. 19881990 Drapeau : Italie Dino Zoff
17. 19511953 Drapeau : République populaire de Hongrie György Sárosi 37. 19901991 Drapeau : Italie Luigi Maifredi
18. 19531955 Drapeau : Italie Aldo Olivieri 38. 19911994 Drapeau : Italie Giovanni Trapattoni
19. 19551957 Drapeau : Italie Sandro Puppo 39. 19941999 Drapeau : Italie Marcello Lippi
20. 19571958 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Ljubiša Broćić 40. 19992001 Drapeau : Italie Carlo Ancelotti
  • Légende : int. = entraîneur par intérim.

Joueurs[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 2014-2015 de la Juventus FC.
Effectif mis à jour au 11 Juin 2015[132]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[133] Nom Date de naissance Sélection[134] Club précédent
Gardiens
1 G Drapeau de l'Italie Buffon, GianluigiGianluigi Buffon Capitaine 21/2/1978 (37 ans) Italie Parme FC
999 G Drapeau du Brésil Neto, Neto 19/7/1989 (25 ans)
ACF Fiorentina
999 G Drapeau de l'Italie Audero, EmilEmil Audero 18/1/1997 (18 ans)
Formé au club
Défenseurs
3 D Drapeau de l'Italie Chiellini, GiorgioGiorgio Chiellini 14/8/1984 (30 ans) Italie AS Livourne
4 D Drapeau de l'Uruguay Cáceres, MartínMartín Cáceres 7/4/1987 (28 ans) Uruguay Séville FC
5 D Drapeau de l'Italie Ogbonna, AngeloAngelo Ogbonna 23/5/1988 (27 ans) Italie Torino FC
15 D Drapeau de l'Italie Barzagli, AndreaAndrea Barzagli 8/5/1981 (34 ans) Italie VfL Wolfsburg
17 D Drapeau de l'Italie De Ceglie, PaoloPaolo De Ceglie 17/9/1986 (28 ans)
Formé au Club
19 D Drapeau de l'Italie Bonucci, LeonardoLeonardo Bonucci 1/5/1987 (28 ans) Italie AS Bari
26 D Drapeau de la Suisse Lichtsteiner, StephanStephan Lichtsteiner 16/1/1984 (31 ans) Suisse SS Lazio
33 D Drapeau de la France Évra, PatricePatrice Évra 15/5/1981 (34 ans) France Manchester United
999 D Drapeau de l'Italie Rugani, DanieleDaniele Rugani 29/7/1994 (20 ans) Italie espoirs Empoli FC
Milieux de terrain
6 M Drapeau de la France Pogba, PaulPaul Pogba 15/3/1993 (22 ans) France Manchester United
8 M Drapeau de l'Italie Marchisio, ClaudioClaudio Marchisio 18/1/1986 (29 ans) Italie Formé au club
20 M Drapeau de l'Italie Padoin, SimoneSimone Padoin 18/3/1984 (31 ans)
Atalanta Bergame
22 M Drapeau du Ghana Asamoah, KwadwoKwadwo Asamoah 9/12/1988 (26 ans) Ghana Udinese
23 M Drapeau du Chili Vidal, ArturoArturo Vidal 22/5/1987 (28 ans) Chili Bayer Leverkusen
27 M Drapeau de l'Italie Sturaro, StefanoStefano Sturaro 9/3/1993 (22 ans) Italie espoirs Genoa CFC
37 M Drapeau de l’Argentine Pereyra, RobertoRoberto Pereyra 7/1/1991 (24 ans) Argentine Udinese
39 M Drapeau de l'Italie Marrone, LucaLuca Marrone 28/3/1990 (25 ans) Italie espoirs Formé au club
999 M Drapeau de l'Allemagne Khedira, SamiSami Khedira 4/4/1987 (28 ans) Allemagne Real Madrid
Attaquants
9 A Drapeau de l'Espagne Morata, ÁlvaroÁlvaro Morata 23/10/1992 (22 ans) Espagne espoirs Real Madrid CF
11 A Drapeau de la France Coman, KingsleyKingsley Coman 13/6/1996 (19 ans) France espoirs PSG
14 A Drapeau de l'Espagne Llorente, FernandoFernando Llorente 26/2/1985 (30 ans) Espagne Athletic Bilbao
999 A Drapeau de l’Argentine Dybala, PauloPaulo Dybala 15/11/1993 (21 ans)
USC Palerme
999 A Drapeau de la Croatie Mandžukić, MarioMario Mandžukić 21/5/1986 (29 ans) Croatie Atlético Madrid
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : Italie Marco Landucci
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Italie Simone Folletti
  • Drapeau : Italie Stefano Grani
  • Drapeau : Italie Roberto Sassi
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : Italie Claudio Filippi
Médecin(s)
  • Drapeau : Italie dr. Luca Stefanini



Légende

Consultez la documentation du modèle

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Edgar Davids face au Milan durant la finale de la Ligue des champions 2002–2003.
Classement des joueurs ayant joués le plus de matchs pour la Juventus[135]
Pos° Nom du joueur Carrière au club Matchs Dont Serie A
1 Drapeau : Italie Alessandro Del Piero 1993-2012 705[136] 478[136]
2 Drapeau : Italie Gaetano Scirea 1974–1988 552 377
3 Drapeau : Italie Gianluigi Buffon 2001 à nos jours 502 399
4 Drapeau : Italie Giuseppe Furino 1969-1984 528 361
5 Drapeau : Italie Roberto Bettega 1970-1983 482 326
6 Drapeau : Italie Dino Zoff 1972-1983 476 330
7 Drapeau : Italie Giampiero Boniperti 1946-1961 465 444
8 Drapeau : Italie Sandro Salvadore 1962-1974 457 331
9 Drapeau : Italie Franco Causio 1970-1981 447 305
10 Drapeau : Italie Antonio Cabrini 1976-1989 440 297
Classement des meilleurs buteurs de la Juventus[137]
Pos° Nom du joueur Carrière au club Buts Dont Serie A
1 Drapeau : Italie Alessandro Del Piero 1993-2012 290 (705)[136] 188 (478)[136]
2 Drapeau : Italie Giampiero Boniperti 1946-1961 182 (465) 178 (444)
3 Drapeau : Italie Roberto Bettega 1970-1983 178 (482) 129 (326)
4 Drapeau : Argentine / Drapeau : Italie Omar Sívori 1957-1965 174 (259) 135 (215)
5 Drapeau : France David Trezeguet 2000-2010 171 (320) 123 (214)
6 Drapeau : Italie Felice Borel 1932-1941
1942-1946
163 (308) 125 (230)
7 Drapeau : Italie Pietro Anastasi 1968-1976 130 (303) 78 (205)
8 Drapeau : Danemark John Hansen 1948-1954 124 (189) 124 (187)
9 Drapeau : Italie Roberto Baggio 1990-1995 115 (200) 78 (141)
10 Drapeau : Italie Federico Munerati 1923-1933 114 (256) 111 (251)
Statistiques au

Selon ses cycles, le club piémontais a logiquement composé avec de nombreux joueurs ayant marqués son histoire depuis sa création. Plusieurs grands noms, parfois passés par le centre de formation, ou bien recrutés en Italie et à l'étranger ont marqué l'histoire de la Juve, dont beaucoup d'entre eux furent également internationaux.

La Juventus est connue pour avoir toujours eu une politique de recrutement orientée vers des joueurs italiens, et s'est souvent basée uniquement sur des joueurs italiens pour son effectif (une des raisons pour laquelle l'équipe est autant aimée à travers le pays). La première saison officielle de l'histoire du club en 1900, composa uniquement avec des joueurs italiens, et le premier étranger n'arriva qu'une saison plus tard, avec l'anglais John Savage. La première décennie du club vit bien arriver quelques joueurs suisses (du fait de la proximité du Piémont avec la Suisse et de l'influence du président suisse du club en 1905, Alfred Dick) ou britanniques, mais restant minoritaires face aux Italiens. Fondé par des étudiants, le club comporte également à ses débuts uniquement des jeunes joueurs.

L'un des premiers joueurs marquants de l'histoire du club est le capitaine Carlo Bigatto I, un milieu gauche qui effectua toute sa carrière à la Juventus de 1913 à 1931, remportant deux titres de champion d'Italie en 1926 et 1931.

Il faut attendre l'arrivée des premiers oriundi[138] au club (fin des années 1920 et début des années 1930) comme Raimundo Orsi (au club de 1928 à 1935), Renato Cesarini (au club de 1929 à 1935) ou encore Luis Monti (au club de 1931 à 1939), pour voir enfin des joueurs étrangers (bien que tous d'origine italienne) marquer véritablement l'histoire du club.

Lors de la saison 1946-1947 débarquent dans l'effectif les premiers joueurs du club originaires de Tchécoslovaquie, Čestmír Vycpálek et Július Korostelev[note 41].

Les années 1950 voient débarquer au club une colonie de joueurs scandinaves (à l'instar du Milan avec son « Gre-No-Li »), dont certains restèrent célèbres comme les danois John Hansen (au club de 1948 à 1954) et Karl Aage Præst (au club de 1949 à 1956).

Le gallois John Charles (à la Juve entre 1957 et 1962) devient le premier britannique à véritablement rencontrer un succès dans le club turinois. Il forma avec Giampiero Boniperti et l'oriundo Omar Sívori (premier bianconero à recevoir le Ballon d'or en 1961) un des plus célèbres trios de l'histoire du calcio, le « Trio magique »[139], quelques années avant l'arrivée à Turin du premier espagnol de l'histoire de l'équipe, Luis del Sol (au club de 1962 à 1970), devenue par la suite une légende du club.

La famille Agnelli tente une nouvelle politique commencée vers la fin des années 1960, avec l'acquisition de joueurs originaires du Mezzogiorno pour satisfaire les nombreux ouvriers de la FIAT originaires du sud-italien (et tifosi de la Vieille Dame), en proie à de nombreuses grèves à cette période. C'est donc au cours de ces années qu'arrivent dans l'équipe les siciliens Pietro Anastasi et Giuseppe Furino, le sarde Antonello Cuccureddu ou encore l'apulien Franco Causio.

Le premier joueur français à s'imposer au club reste sans conteste Michel Platini (au club de 1982 à 1987), vainqueur de 7 titres avec la Juve et élu meilleur footballeur français du XXe siècle[140].

Le plus jeune joueur à avoir évolué sous les couleurs bianconere est l'attaquant Pietro Pastore à l'âge de 15 ans et 222 jours, tandis que le joueur le plus vieux à avoir porté les couleurs du club est le gardien de but Giuseppe Romano (jouant son dernier match à 38 ans et 138 jours).

À noter que plusieurs joueurs ont passés la totalité de leur carrière de footballeur au sein de l'effectif turinois, comme Carlo Bigatto[141] (entre 1913 et 1931), Gianpiero Combi[142] (entre 1921 et 1934), Carlo Parola[143] (entre 1939 et 1935)[note 42] ainsi que Giampiero Boniperti[144] (entre 1946 et 1961).

Le club a établi en 2010 une liste des 50 joueurs les plus importants ayant marqués l'histoire du club, élus par les membres du fan club reconnu par le club et le programme Juventus Membership sur la base des statistiques (les matches joués et les buts marqués) et les trophées au cours de leur période à la Juventus (tant avec le club qu'en équipe nationale). Cette liste est nommée Le 50 leggende bianconere[145].

Quatre joueurs français figurent parmi ce classement (représentant la nationalité étrangère la plus représentée), à savoir tout d'abord le milieu offensif Michel Platini (qui remporta 8 titres officiels sous les couleurs du club), puis le milieu défensif Didier Deschamps (qui en a lui remporté 9 à la Juve), le milieu offensif Zinédine Zidane (avec 6 trophées remportés), et enfin l'attaquant de pointe David Trezeguet (ayant officiellement gagné 5 trophées avec le club, mais 7 sportivement).

Ajouté à ces quatre joueurs, seul 9 sur les 50 (dont 3 oriundi) sont des non-italiens, à savoir le défenseur central et avant-centre gallois John Charles, le milieu défensif néerlandais Edgar Davids (qui remplace l'attaquant polonais Zbigniew Boniek au départ choisit à sa place), l'ailier gauche espagnol Luis del Sol, l'attaquant et ailier gauche danois John Hansen, le défenseur central uruguayen Paolo Montero, ainsi que l'ailier gauche et milieu offensif tchèque Pavel Nedvěd.


Capitanat[modifier | modifier le code]

Gianluigi Buffon, capitaine actuel de la Juventus.

Dans toute l'histoire de la Vieille Dame, 18 capitaines se sont passé le relais pour le port du brassard, de 1922 à aujourd'hui[note 43].

Carlo Bigatto fut le premier capitaine de l'effectif en 1922, et Virginio Rosetta (capitaine de 1929 à 1935) fut le premier à être en même temps capitaine bianconero et champion du monde avec l'Italie. Luis Monti (troisième capitaine entre 1935 à 1938) est le premier à être né sur le sol étranger (bien qu'oriundo) et le premier capitaine du club à remporter une coupe d'Italie. Le cinquième capitaine de l'effectif bianconero, Pietro Rava (qui porta le brassard de 1942 à 1949) est le premier joueur formé au club devenu par la suite capitaine.

À noter que seuls deux étrangers de naissance ont porté le brassard de capitaine, à savoir Luis Monti et Omar Sívori, tous deux Argentins mais d'origine italienne (oriundi)[146]. La période la plus longue de capitanat, onze ans, est celle de Alessandro Del Piero depuis 2001. La période la plus courte de capitanat, un an, est celle de Gianluca Vialli de 1995 à 1996[147]. En 1992, Roberto Baggio devient le plus jeune capitaine de l'histoire du club, à 25 ans. En 2012, Gianluigi Buffon devient capitaine à 34 ans, étant à ce jour le plus vieux capitaine élu du club.

Liste des capitaines
Joueur Période Joueur Période
Flag of Italy (1861-1946).svg Carlo Bigatto 1922-1929 Drapeau de l'Italie Giuseppe Furino 1974-1984
Flag of Italy (1861-1946).svg Virginio Rosetta 1929-1935 Drapeau de l'Italie Gaetano Scirea 1984-1988
Drapeau de l’Argentine / Flag of Italy (1861-1946).svg Luis Monti 1935-1938 Drapeau de l'Italie Sergio Brio 1988-1990
Flag of Italy (1861-1946).svg Mario Varglien 1938-1942 Drapeau de l'Italie Stefano Tacconi 1990-1992
Drapeau de l'Italie Pietro Rava 1942-1949 Drapeau de l'Italie Roberto Baggio 1992-1995
Drapeau de l'Italie Carlo Parola 1949-1954 Drapeau de l'Italie Gianluca Vialli 1995-1996
Drapeau de l'Italie Giampiero Boniperti 1954-1961 Drapeau de l'Italie Antonio Conte 1996-2001
Drapeau de l’Argentine / Drapeau : Italie Omar Sívori 1961-1965 Drapeau de l'Italie Alessandro Del Piero 2001-2012
Drapeau de l'Italie Ernesto Càstano 1965-1970 Drapeau de l'Italie Gianluigi Buffon 2012-
Drapeau de l'Italie Sandro Salvadore 1970-1974
Pavel Nedvěd le Ballon d'or 2003, considéré comme l'un des meilleurs milieux de terrain de sa génération[148].

Ballons d'or[modifier | modifier le code]

Plusieurs joueurs de la Juventus (officiellement 7) Jusqu'en 2007, Le club disposait du plus grand nombre de Ballons d'or (9) par un club italien, avant d'être dépassé par le FC Barcelone :

À noter également que 5 joueurs ont également fini à la 2e place du classement (Dino Zoff en 1973, Salvatore Schillaci en 1990, Roberto Baggio en 1994, Zinédine Zidane en 2000, Gianluigi Buffon en 2006) et 3 à la 3e place (John Charles en 1959, Zbigniew Boniek en 1982 et Zinédine Zidane en 1997).

Meilleur footballeur de l'année FIFA[modifier | modifier le code]

Plusieurs joueurs de la Juventus (officiellement 3) Jusqu'en 2007, Le club disposait du plus grand nombre de Meilleur footballeur de l'année FIFA par un club italien (4), avant d'être dépassé par le FC Barcelone :

À noter également que 2 joueurs ont également fini à la 3e place du classement (Roberto Baggio en 1994 et Zinédine Zidane en 1997).

Contribution à l'équipe d'Italie de football[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Équipe d'Italie de football.

« La Juventus est l'équipe mère des sélections championnes du monde. »

— Lino Cascioli, 1982[note 44].

Historiquement, la Juventus est le club possédant le plus de joueurs ayant évolué sous les couleurs de la sélection italienne[150] (131 au [151]), dont le club en est fortement lié, de près ou de loin, et est la seule équipe ayant contribué à toutes les sélections italiennes en Coupe du monde depuis le Mondial 1934[152] (première Coupe du monde européenne, et première participation italienne).

L'histoire des « Bianconeri in azzurro » commence en 1920 avec le premier joueur du club à avoir été convoqué en équipe nationale, le gardien de but Giovanni Giacone[153], qui effectua sa première sélection le 28 mars à Berne contre la Suisse[154]. Giacone fut ensuite suivi d'Antonio Bruna et de Pio Ferraris[154].


Accroupis : Bertolini et Orsi (2e et 1er à droite).

L'effectif bianconero devient le « club de l'Italie »[155], grâce à ses victoires nationales et au nombre important de joueurs décisifs juventini en sélection italienne lors de ses victoires en coupe internationale 1933-1935, demeurée dans la mémoire collective italienne, favorisant un phénomène de «nationalisation», identité nationale à travers le sport ayant permis à la sélection de se développer.

La Juve a fourni tout au long de son histoire un nombre considérable de joueurs italiens lors des campagnes en Coupe du monde, correspondant souvent avec des périodes de succès du club de Turin, comme le « Quinquennio d'Oro », de 1931 à 1935 où la Squadra sera surnommée la « Nazio-Juve »[156] ou le « Ciclo Leggendario », entre 1972 et 1986, où l'équipe fut surnommée le « Blocco-Juve »[157].

Liste des joueurs de la Juventus ayant contribué aux succès italiens en Coupe du monde[158]:

Deux joueurs de la Juventus ont remporté le Soulier d'or avec l'Italie : Paolo Rossi en 1982 et Salvatore Schillaci en 1990. En plus des Coupes du monde, deux des joueurs de la Juventus que sont Alfredo Foni et Pietro Rava ont remporté la médaille d'or aux Jeux olympiques 1936, et 3 bianconeri ont remporté l'Euro 1968 avec l'Italie: Sandro Salvadore, Ernesto Càstano et Giancarlo Bercellino[159].

Durant la seconde moitié des années 1990, la Juventus, entraînée par Marcello Lippi, représenta l'axe principal de la Squadra Azzurra avec l'apport de nombreux joueurs de calibre de la Vieille Dame tels qu'Angelo Peruzzi, Ciro Ferrara, Alessio Tacchinardi, Moreno Torricelli, Angelo Di Livio, Alessandro Del Piero, Gianluca Pessotto (le centième footballeur du club convoqué en Nazionale[160]), Antonio Conte ou encore Fabrizio Ravanelli. Lors de la saison 1996-97 furent sélectionnés une bonne dizaine de joueurs, qui formèrent l'ossature de la sélection, ce avant l'Euro 2000 où les Italiens atteignirent la finale, guidés par Dino Zoff[161].

La Juventus est également constituée de joueurs d'autres pays ayant remporté la Coupe du monde. Zinédine Zidane et le capitaine Didier Deschamps jouaient au club lorsqu'ils remportèrent le Mondial 1998 avec la France, portant à 24 le nombre de joueurs de la Juve ayant remporté un Mondial, plus qu'aucun autre club au monde. Trois joueurs de la Juventus ont également remporté l'Euro avec un autre pays que l'Italie, Luis del Sol en 1964 avec l'Espagne, ainsi que les Français Michel Platini et Zinédine Zidane, respectivement en 1984 et 2000[162].

Structures du club[modifier | modifier le code]

De nombreux stades au fil du temps[modifier | modifier le code]

Après ses deux premières années (où le club évolua au Parco del Valentino puis au Parco Cittadella), le club joua jusqu'en 1908 au Stadio Piazza d'Armi, appelé aussi Campo Piazza d'Armi (arène ou eut lieu le premier match officiel du club en 1900), sauf entre les saisons 1904 et 1906 où la Juve s'installa au Stadio Motovelodromo Umberto I, stade ouvert en 1895 et situé dans le quartier de Crocetta, qu'elle louait à la municipalité et qu'elle fut forcée de quitter, après des problèmes avec son ex-président Alfred Dick qui quitta le club pour créer le Torino FC, qui lui s'installa avec son nouveau club au Motovelodromo Umberto I.

De 1909 à 1922, les bianconeri évoluèrent lors des compétitions internationales au Stadio di Corso Sebastopoli (stade d'environ 10 000 places construit en bois et considéré comme le premier véritable stade du FBC Juventus), mais, pour les autres matches, ils jouèrent jusqu'en 1933 au Stadio di Corso Marsiglia (stade d'environ 15 000 places, le premier construit en béton armé), date à laquelle ils déménagèrent dans le tout nouveau Stadio Municipale di Torino Benito Mussolini, un des nombreux stades inaugurés pour la coupe du monde de football 1934 accueillie par l'Italie (stade moderne doté d'environ 65 000 places pour la plupart debout, avec une haie métallique séparant les tribunes du terrain), et qui fut par la suite renommé Stadio Comunale Vittorio Pozzo après la guerre et la chute du régime fasciste.

Pour les besoins d'accueillir la coupe du monde de football 1990, organisée par l'Italie, un nouveau stade de 69 295 places (ramené par la suite à 67 229 dont 90 % des sièges couverts) fut inauguré en 1990 pour la Juve, portant le nom de Stadio Delle Alpi (en français le Stade des Alpes). En attendant la construction de son nouveau stade commencée en 1988, le club joua quelques matches à domicile dans différents stades italiens, comme le Stadio Renzo Barbera à Palerme, le Stadio Dino Manuzzi à Cesena ou encore le Stade Giuseppe Meazza à Milan[163].

En août 2006, le Stade des Alpes ferme pour être rénové, avant d'être démoli en 2009. En attendant la reconstruction de son nouveau stade de 41 000 places, appelé le Juventus Stadium, propriété à 100 % du club, la Juventus joua durant plusieurs saisons au Stadio Olimpico di Torino, ramené à 27 994 places (anciennement le Stadio Comunale puis renommé en stade olympique après sa rénovation pour les jeux olympiques d'hiver de 2006), stade habituel de son grand rival du Torino FC depuis 1958, et où la Juve n'avait plus évolué depuis plus de 15 ans.

Le , le club a rendez-vous avec l'histoire, en inaugurant son tout nouveau Juventus Stadium (appelé aussi la Juventus Arena), enceinte prévue pour accueillir 41 000 spectateurs, l'une des plus modernes d'Europe, lors d'un match de gala contre le club invité de 3e division anglaise du Notts County FC, club lié malgré lui aux Turinois depuis 1903, ces derniers leur ayant empruntés leur couleurs blanches et noires[164].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Depuis 1897, la Juventus à disputé ses rencontres à domicile dans différents stades[165] :

Vue panoramique du Juventus Stadium lors de la cérémonie d'inauguration.

Organisation[modifier | modifier le code]

Depuis le , la Juventus Football Club S.p.A. est une société par actions (italien : società per azioni)[166] et depuis le , le club est coté à la Borsa Italiana[167] Avec la Lazio et la Roma, la Vieille Dame est l'un des trois seuls clubs italiens cotés à la Bourse d'Italie (stock exchange italien). Actuellement, les parts des actions de la Juventus sont distribuées à 60 % pour Exor S.p.A (ou IFI -G.Agnelli A)[168], le holding de la famille Agnelli (une compagnie du Groupe Giovanni Agnelli & C.S.a.p.a)[169],[170], à 7,5 % à une compagnie étrangère d'investissement libyenne[171], et à 32,5 % à d'autres actionnaires[171].

Le , la direction de la Juventus annonce avoir signé un nouveau contrat avec BetClick Ent. Ltd., compagnie qui devient sponsor officiel du club à partir du 1er juillet 2010, et ce jusqu'au .

La Juventus est également la seule association de football du pays membre de la "STAR" (Segment of Stocks conforming to High Requirements, en italien : Segmento Titoli con Alti Requisiti), un des principaux marchés de segmentation au monde[172].

Le club est aussi un des membres fondateurs de l'ECA - Association Européenne des Clubs, organisation internationale construite sur les cendres du G14 (auquel le club avait été déjà un membre fondateur) et composé des principaux grands clubs européens réunis dans un consortium, afin d'obtenir une tutelle commune des droits sportifs, juridiques et de la télévision devant la FIFA[173].

Selon The Football Money League et ses publications faites par le cabinet Deloitte Touche Tohmatsu le , la Juventus est le 1er club italien et le 7e club au monde le plus puissant financièrement avec un revenu estimé à €203.2 millions[174]. Actuellement, le club est également placé à la 7e place des clubs les plus riches au monde selon le magazine américain Forbes, ce qui fait de la Juve le second club de plus riche d'Italie[175].

Centre d'entraînement[modifier | modifier le code]

Le centre d'entraînement de la Juventus Football Club est appelé le Juventus Center[176], centre sportif situé dans la petite ville de Vinovo (tout près de Turin à 14 km au sud-ouest), et sert pour l'équipe première du club et les autres catégories minimes. Le centre est l'un des plus modernes au monde, avec en tout de nombreux terrains d'entraînement répartis sur 140 000 m² (dont 6 000 m² couverts, en pelouse synthétique).

Ce centre, propriété de la société bianconera fut inauguré en août 2006 et réalisé par GAU et par les studios d'architectes de Shesa[177].

Le Juventus Center est détenu par Campi di Vinovo S.p.A., contrôlé par le Juventus Football Club S.p.A à 71,3 %[178].

Le centre inclut notamment un centre médical (dont un centre de physiothérapie), une piscine (permettant la nage à contre courant), le centre de formation pour les équipes de jeunes, ou encore les locaux de la chaîne de télévision destinée au club de la Vieille Dame, la Juventus Channel.

C'est également au Juventus Center qu'ont lieu les conférences de presse officielles du club, et son siège social se situe à la Via Stupinigi 182, Vinovo (TO).

Formation et équipes de jeunes[modifier | modifier le code]

La section jeune (en italien: settore giovanile) de la Juventus (considéré comme une des meilleures productrices de jeunes talents en Italie[179]) est composée de 17 équipes masculines évoluant au niveau national et éventuellement international dans leur tournois de catégorie respective. Pour tous, leur terrain d'entraînement se situe au Juventus Center, centre sportif propriété de la société bianconera située à Vinovo (près de Turin).

Claudio Marchisio, formé par le club entre 1993 et 2006.

Similaire au système entreprit par le club néerlandais de l'Ajax Amsterdam, la Juventus a mis en place des écoles de football sous la forme de clubs-satellites[180] et de camps (Summer Camps) dans toute l'Italie (réservés aux jeunes de 8 à 16 ans) et à l'étranger, précisément en Angleterre (dei 11 à 16 ans)[181].

Il existe aussi des projets comme la Juventus University, première université de football au monde (avec le soutien de l'Université de Turin)[182], la Juventus National Academy qui s'adresse, grâce à la création d'un réseau d'écoles de football sur le territoire national et à l'étranger (à Malte) pour les garçons de 6 à 12 ans[183], ainsi que le programme Juventus Soccer Schools International à travers la gestion d'écoles de football aux États-Unis, Canada, Mexique, Angleterre, Grèce, Arabie saoudite, Australie et Suisse[184].

Historiquement, la Juve a toujours eu un bon réseau d'observateurs de jeunes talents sur tout le pays et à l'étranger[180].

Parmi les grands joueurs ayant été formés par la Juve figurent notamment Carlo Bigatto I, Gianpiero Combi (champion du monde 1934), Pietro Rava (vainqueur de la médaille d'or aux JO de Berlin 1936 et champion du monde 1938), Carlo Parola, Giovanni Viola, Roberto Bettega et, surtout, Giampiero Boniperti.


Plus récemment, les secteurs jeunes de la Juventus ont sorti de leur vivier des joueurs pro comme Raffaele Palladino, Antonio Nocerino, Sebastian Giovinco, Claudio Marchisio[185], Paolo De Ceglie[186], Antonio Mirante, Matteo Paro ou encore Domenico Criscito[187].

Siège du club[modifier | modifier le code]

L'actuel siège se trouve depuis janvier 2001 au C.so Galileo Ferraris, 32. De sa création jusqu'aujourd'hui, le club a à partir de 1898 vu pas moins de 14 sièges se succéder[188]:

Liste des sièges du club
Période Adresse Période Adresse
1898 Via Montevecchio 1923-1933 Corso Marsiglia
1899 Via Piazzi, 4 1934-1943 Via Bogino, 12
1900-1902 Via Gazometro, 14 1944-1947 Corso IV Novembre, 151
1903-1904 Via Pastrengo 1948-1964 Piazza San Carlo, 206
1905-1906 Via Donati, 1 1965-1985 Galleria San Federico, 54
1919-1921 Via Carlo Alberto, 43 1986-2000 Piazza Crimea, 7
1921-1922 Via Botero, 16 depuis 2001 Corso Galileo Ferraris, 32

Sponsors et équipementiers[modifier | modifier le code]

Le sponsor de New Holland (FIAT Group) sur le maillot domicile de Vincenzo Iaquinta lors de la saison 2007-2008.

L'actuel maillot du club est sponsorisé par JEEP et équipé par l'équipementier allemand Adidas après avoir signé un "Deal" en or avec la marque de trois bandes , avec un contrat de 6 ans la vieille dame va bénéficier d'un montant de 139.5 millions d'Euros au total qui devrait être verser par l'entreprise allemande et cela , sans les bonus additionnels prévus dans le contrat[189] .

Le club est sponsorisé depuis 1979 et s'est vu équipé par 4 différents équipementiers, il est actuellement sponsorisé par plus d'une dizaine de sponsors

Période

Équipementier

Sponsor du maillot

1979 – 1989 Kappa Ariston
1989 – 1992 UPIM
1992 – 1995 Danone
1995 – 1998 Sony / Sony Minidisc
1998 – 1999 D+Libertà digitale / Tele+
1999 – 2000 CanalSatellite / D+Libertà digitale / Sony
2000 – 2001 Ciao Web / Lotto Sportal.com / Tele+
2001 – 2002 Lotto Fastweb / Tu Mobile
2002 – 2003 Fastweb / Tamoil
2003 – 2004 Nike
2004 – 2005 SKY Italia / Tamoil
2005 – 2007 Tamoil
2007 – 2010 New Holland (FIAT Group)
2010 – 2012 Betclic / Balocco
2012 – 2015 Jeep
2015 – Adidas Jeep

Organes de presse[modifier | modifier le code]

Hurrà Juventus

La Juve possède son propre journal, le Hurrà Juventus, mensuel existant depuis le , et entièrement consacré au club.

Juventus Channel
  • Depuis 2004, il existe également une chaîne de télévision émettant 24h/24 et 7j/7 appartenant au club qui est entièrement dédiée à la Vieille Dame, la Juventus Channel, qui retransmet des matches en direct ou plus anciens, passe des émissions sur l'histoire du club ainsi que des interviews des joueurs.

Identité du club[modifier | modifier le code]

Noms du club[modifier | modifier le code]

« Le fait de s'appeler Juventus nous donne une dimension universelle que les équipes nommées d'après leur ville n'auront jamais. »

— Gianni « l’Avvocato » Agnelli[190].

1894
 
FC Torinese
1897
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sport Club Juventus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1900
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Foot-Ball Club Juventus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1906
 
Foot Ball Club Torino
 
 
 
 
 
 
 
 
1909
 
 
 
 
 
 
Torino XI
(Seulement à l'occasion du trophée sir Thomas Lipton)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1936
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Juventus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1942
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Juventus Cisitalia
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1945
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Juventus Football Club
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1966
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Juventus Football Club S.p.A.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2005
 
Torino Football Club
 
 
 
 
 
 
 

Surnoms[modifier | modifier le code]

Durant son histoire, le club a acquis un certain nombre de surnoms, dont la Vecchia Signora[note 45] (« la Vieille Dame ») en est le meilleur exemple. Le mot « vieille » est un jeu de mot en référence à la Juventus qui signifie « jeunesse » en latin, qui fut dérivé ainsi à cause de l'âge des joueurs clés de la Juventus vers le milieu des années 1930. Le mot « dame », quant à lui, vient du fait de la grande affection que portaient les fans envers leur club dès les années 1920. On commença véritablement à appeler le club ainsi, en référence à la longévité de la Juve (un des plus vieux clubs du pays), ainsi que par ses scudetti acquis durant les années 1930 grâce à des trentenaires d'expérience (les joueurs Luigi Bertolini, Giovanni Ferrari et Luis Monti avaient tous plus de 30 ans)[191].

Le club est aussi appelé la Fidanzata d'Italia (La fiancée d'Italie), en référence à l'époque où l'équipe commença à recevoir un fort soutien de la part des autres régions d'Italie, surtout des immigrés venus du sud du pays (principalement de la Campanie et de Palerme), arrivés à Turin pour travailler à la FIAT depuis la décennie 1930. Le surnom de fiancée d'Italie trouve son origine dans l'aspect social généré après le premier grand cycle de victoires du club (le Quinquennat d'or entre 1930 et 1935), pour les succès juventini toujours de plus en plus soutenus dans la péninsule, jusqu'à ce que le club devienne le plus supporté du pays.

On surnomme également l'équipe i Bianconeri (les blancs et noirs), ou encore le Zebre (les zèbres[note 46]) en référence aux couleurs de la Juventus, ou encore i Gobbi (les bossus), à cause des dos bossus des « vieilles dames ».

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Le Taureau sur fond bleu, emblème de la ville de Turin.

L'emblème officiel de la Juventus Football Club a changé au fil a l'histoire, subissant quelques modifications depuis la décennie 1920. La dernière modification du logo de la Vieille Dame fut entreprise juste avant la saison 2004–05. Les deux animaux pouvant se raccorder comme emblématiques du club de la Juventus sont le taureau, symbole de la ville de Turin[192], ainsi que le zèbre, surnom des joueurs du club, en référence à leurs maillots rayés en blancs et noirs[193].

Dans le passé, le section convexe de l'emblème était de couleur bleue (autre symbole de Turin) et, de plus, sa forme était concave. L'écu de style vieux français ainsi que la couronne murale, également dans la partie basse, étaient bien plus grands qu'à présent. Les deux étoiles furent situées au-dessus de la partie concave et convexe de la Juventus. Durant les années 1980, l'emblème du club fut la silhouette d'un zèbre, avec les deux étoiles autour de la tête de l'équidé, et, au-dessus du logo, le nom du club formant un arc.

Il y eut également un taureau noir sur une couronne murale, au-dessus d'un triangle sphérique, en souvenir d'Augusta Tourinorum, la vieille ville de l'époque de l'ère romaine, à présent la capitale du Piémont.

Avant 2004, le club usait d'un emblème quelque peu similaire, avec la silhouette d'un taureau noir superposé sur un écu doré, surmonté d'une couronne murale dorée, le tout entouré d'or autour de l'écu, lui-même surmonté de deux étoiles dorées.

Actuellement, l'emblème du club est un écu oval (écu des dames) noir et blanc, auparavant utilisé par les ecclésiastiques italiens. Il est divisé en cinq bandes verticales, deux bandes blanches et trois bandes noires, à l'intérieur duquel on trouve les éléments suivants: dans la partie haute, on peut voir le nom de la société (JUVENTUS) superposé sur un rectangle convexe blanc, le tout au-dessus d'une courbure dorée (l'or signifiant l'honneur). La silhouette blanche d'un taureau cabré[note 47] se trouve dans la partie basse, superposé sur un bouclier noir de type écu français, au-dessus duquel se tient une couronne noire.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Hymnes officiels et chansons[modifier | modifier le code]

« La victoire est du fort qui a foi. »

— Corrado Corradini, en couverture du premier numéro du Hurrà Juventus, [194]

La Juventus eut en tout 5 hymnes officiels durant son histoire, dont deux furent sortis en LP, le Juventus primo amore. Storia sportiva e romantica della Juventus (en 1972), fait par le journaliste sportif Sandro Ciotti avec la collaboration de ses collègues Enrico Ameri et Bruno Mobrici[note 48]. Le tout premier hymne de l'équipe fut écrit par le poète et lettré Corrado Corradini en 1915 et joué lors de tous les matches de l'équipe à domicile au Stadio Comunale de 1963 à 1972[195].

« 
Juventus, Juventus,
la squadra dei grandi sei tu
che non tramonta più.

La gioventù, di cui portiamo il nome,
ci pulsa appien nei muscoli e nel cuor
sappiam goder ma pur sappiamo come
si debba oprar sui campi dell'onor.

[...]

Noi riderem di quei vecchioni
nel nome della gioventù
eternerem le tradizioni
del Club che non tramonta più! »

— Hymne du Foot-Ball Club Juventus en 1915[195].

En 1972, la maison de disques Durium sort en 45 tours le second hymne du club, Juve, Juve, composé par les musiciens Lubiak et Renzo Cochis. En 1991, la maison de disques Eraora publie Sempre Juve, qui reste l'hymne officiel du club jusqu'à la fin de la saison 1997-98[196], date où il est remplacé par le Grande Juve, bella signora, publié par le label Fonit Cetra[197].

L'actuel hymne officiel de la Juventus, le 5e de l'histoire du club, s'intitule Juve, storia di un grande amore (Juve, histoire d'un grand amour), composé par le musicien et chanteur Paolo Belli en 2007[198].

Il y eut également de nombreuses chansons non officielles écrites en l'hommage du club, comme notamment Il cielo è bianconero, Vecchia Signora, Juve facci sognare ou encore Magica Juve, dont certaines furent écrites par Francesco De Felice[199]. On peut noter également le Juvecentus, opéra composé par Pierangelo Bertoli en 1997, à l'occasion du centenaire de la fondation du club[200].

Maillots[modifier | modifier le code]

« Qui endosse notre uniforme, se doit de lui rester fidèle malgré tout et de le garder comme précieux souvenir. »

— Partie de la déclaration d'Eugenio Canfari lorsqu'il était président, en 1898[201].

La Juventus joue lors de ses matches à domicile sous un maillot à rayures noires et blanches, ainsi qu'un short et des chaussettes noires ou blanches, et ce depuis 1903. À l'origine, elle évolue tout d'abord avec un maillot rose à cravate noire et un pantalon noir. Le père d'un des joueurs leur avait confectionné ces premiers jeux de maillots, perdant par la suite petit à petit leur couleur d'origine, constamment délavés après chaque lavage. C'est alors que la direction se décida à remplacer ses maillots[202]. Le club demanda à un des membres de son équipe, l'Anglais John Savage, s'il n'avait pas de contacts en Angleterre qui pourrait l'approvisionner en nouveaux maillots, avec une couleur résistante. Il avait un ami dans sa ville de Nottingham, supporter du Notts County FC, qui expédia des maillots de son club, à rayures noires et blanches à Turin[202].

Le club a conservé ces couleurs jusqu'aujourd'hui, les considérant comme « agressives et synonymes de pouvoir »[202].

Maillots actuels[modifier | modifier le code]

  • Maillot domicile (2013-2014) : Maillot à rayures verticales blanches et noires, avec short et chaussettes blanches
  • Maillot extérieur (2013-2014) : Maillot jaune et ligne noir sur les manches, avec short bleu et chaussettes jaunes
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile 2012-2013
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur 2012-2013

Anciens maillots domicile[modifier | modifier le code]

  • Maillot d'origine à la création du club : Maillot rose, avec short et chaussettes noires
  • Maillot domicile (2005-2006 et 2009-2010) : Maillot à rayures verticales blanches et noires, avec short et chaussettes blanches
  • Maillot domicile (2008-2009) : Maillot à rayures verticales blanches et noires, avec short blanc et chaussettes noires
  • Maillot domicile (2010-2011) : Maillot à rayures verticales blanches et noires, avec short et chaussettes noires
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Premier maillot officiel[203]
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile 2005-2006
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile 2008-2009
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile 2009-2010
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile 2010-2011

Anciens maillots extérieur[modifier | modifier le code]

  • Maillot bleu parfois porté suivant la saison : Maillot bleu et jaune, avec short et chaussettes bleues (s'inspirant des couleurs de Turin)
  • Maillot jaune parfois porté suivant la saison : Maillot jaune et bleu, avec short bleu et chaussettes jaunes
  • Maillot extérieur (2005-2006) : Maillot rouge avec une rayure verticale verte et blanche, avec short et chaussettes rouges
  • Troisième extérieur (2008-2010) : Maillot doré, avec short noir et chaussettes dorées
  • Maillot extérieur (2009-2010) : Maillot gris, avec short et chaussettes noires
  • Maillot extérieur (2010-2011) : Maillot blanc avec ligne tricolore verticale, avec short et chaussettes blanches
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Maillot bleu (alternatif)[204]
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Maillot jaune (alternatif)[204]
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur 2005-2006[204]
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur 2008-2010
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur 2009-2010
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur 2010-2011

Supporters et image du club[modifier | modifier le code]

Supporters[modifier | modifier le code]

Tifosi de la Juve.

La Juventus est un club fortement soutenu dans tout le pays. C'est le club le plus populaire en Italie avec environ 12 millions de supporters dans le pays[205] (32,5 % des fans italiens) et dans le monde, totalisant plus de 170 millions de fans à travers le monde[205] (dont 43 millions en Europe) selon un sondage d'août 2008 publié par La Repubblica. Le club est surtout très populaire dans les pays méditerranéens (Europe, Maghreb, Proche-Orient)[205], ainsi que dans les endroits où existe une importante diaspora italienne (Amérique du Sud et du nord[206], Allemagne, France, Belgique, Suisse, etc.), mais également à Malte ainsi que dans le sud de l'Italie[207], surtout en Sicile, à Naples ou en Calabre, la ville de Turin composant avec une importante immigration venue du sud du pays pour travailler dans les usines FIAT.

La Juve est un club soutenu dans tout le pays, où des supporters se joignent aux Turinois lors des déplacements du club à l'extérieur. La Vieille Dame est l'équipe ayant le plus de supporters en déplacement lors de chaque match[208]. Dans la ville de Turin, le club est le deuxième en termes de supporters après le Torino Football Club considéré comme moins élitiste et plus populaire.

Comme beaucoup de clubs ayant un grand nombre de supporters, la Vieille Dame bénéficie également du support de nombreuses célébrités[110], comme Luciano Pavarotti[note 49], Eros Ramazzotti[209], Jean Alesi[210], Flavio Briatore, Emmanuel-Philibert de Savoie[211], Federica Pellegrini[212], Salvatore Accardo[213], Isolde et Carolina Kostner[214], Antonio Di Pietro[215], Sandro Veronesi[216], Alessandro Ballan et Matteo Tosatto[217], Raffaella Carrà (l'actrice a également eu durant les années 1960 une relation amoureuse avec le joueur juventino Gino Stacchini[218]), Luigi Lo Cascio[219], Luca Toni[220], Cristina Chiabotto, Loris Capirossi[221], David Trezeguet[222], Walter Veltroni[223], Piero Fassino[224], Neri Marcorè[225], ainsi que Mike Bongiorno[226], Samuele Bersani[227], ou encore Joe Calzaghe[228].

Ultras et groupes organisés[modifier | modifier le code]

Fans de la Juventus durant une rencontre.

Le premier vrai groupe structuré de supporters de la Juventus Football Club arrive vers le milieu des années 1970. Les deux premiers groupes étaient appelés Venceremos (nous vaincrons) et Autonomia Bianconera (autonomie blanche et noirs), affiliés tous deux politiquement à gauche[229]. C'est en 1976 que les deux premiers groupes d'ultras furent fondés, les Fossa dei Campioni (fosse des champions) et les Panthères. Un an plus tard en 1977, le Gruppo Storico Fighters fut fondé par Beppe Rossi, qui s'avèrera plus tard être l'un des plus grands groupes de supporters de la Vieille Dame[229].

Vers le début des années 1980, d'autres groupes seront créés : Gioventù Bianconera, Area Bianconera ou encore les Indiens. C'est également dans cette période que seront créés deux groupes d'ultras extrêmes : les Viking et le Nucleo Armato Bianconero (N.A.B.)[230]. Ces deux groupes se firent connaître et respecter à l'intérieur et à l'extérieur du stade de par leur animosité, leur ambiance et leur violence, et sont également considérés par beaucoup comme comportant les premiers hooligans du club (à l'origine de nombreuses bagarres avec les supporters adverses). En 1987, le Gruppo Storico Fighters sera même dissous par la fédération en raison de conflits sérieux avec les ultras de la Fiorentina à Florence[229]. Un certain nombre de membres des Fighters iront alors rejoindre les Indiens et les Gioventù Bianconera, qui formeront un nouveau groupe, l'Arancia Meccanica (Orange mécanique), inspiré par le film anglais de Stanley Kubrick, puis qui adoptera le nom plus italien des Drughi (en raison d'une haine envers les Anglais à la suite du Heysel)[note 50].

Le Caval d'Brons (cheval de bronze) de la Piazza San Carlo, point de rendez-vous des tifosi de la Juventus à Turin.

Les Drughi devinrent le plus important groupe de supporters de l'équipe avec pas moins de 10000 membres entre 1988 et 1996[231], étant même le sujet d'un documentaire sur les hooligans à travers le monde de la série Hooligans FC pour la BBC (émission sur les ultras en Italie), animé par l'acteur Danny Dyer. En 1993, quelques Drughi, anciens membres des Fighters, reformèrent un autre groupe, ce qui provoqua des affrontements pendant plusieurs années avec les Drughi, pour savoir qui pouvait prendre le contrôle de la Curva Scirea[note 51] du Stadio Delle Alpi et, finalement, les Drughi vinrent s'installer dans la Curva Scirea, à la gauche des Fighters[231]. En 1997, les leaders des Fighters et des Drughi avec d'autres groupes de la Curva Scirea[note 51] décidèrent de fusionner sous le nom de Black And White Fighters Gruppo Storico 1977[229].

C'est lors de cette période que d'autres gros groupes de supporters comme les Irrudicibili Vallette notamment, auront de plus en plus de succès et d'influence dans la Curva Nord du stade. Ce groupe a été créé en 1990 par des habitants d'un quartier de Turin, Vallette. Ce groupe fut placé dans la Curva Nord, à l'autre bout des Fighters, et fut très bien organisé, jusqu'en 1998 où ils se renommeront les Viking et prendront le contrôle de la Curva Nord.

Le Stadio Olimpico di Torino, lorsqu'il était le stade d'intérim de la Vieille Dame[232], composait avec les Drughi, groupe leader de la Curva Sud[232], les Viking Juve, Arditi, Nucleo 1985, 06 Clan, Noi Soli, Gruppo Marche 1993 (aussi connus sous le nom de GM), Bruxelles Bianconera (composés de supporters de Belgique et du Luxembourg[233]), Gruppo Homer (aussi connu sous le nom de GH), Assiduo Sostegno et les Bravi Ragazzi (composé d'anciens Irriducibili). Les Fighters, plus grand groupe d'ultras, étaient à la Curva Nord[232], et changèrent pour le nom de Tradizione Bianconera en 2005[234].

Rivalités et jumelages[modifier | modifier le code]

Clubs rivaux[modifier | modifier le code]

La Juventus s'étant rapidement dès sa création montrée compétitive, d'abord dans le Piémont, puis plus tard au niveau national, elle entretint donc bien entendu tout au long de son histoire des rivalités avec d'autres équipes du pays plus ou moins fortes selon l'époque (selon les cycles en cours) avec les clubs forts du moment, donnant lieu à des rivalités aussi bien sur le plan sportif et médiatique qu'historique.

La Mole Antonelliana, symbole de la ville de Turin, donne son nom au derby avec le Torino FC.
Article détaillé : Derby della Mole.

La Juventus FC entretient une grande rivalité avec deux clubs, dont le premier étant avec l'autre club de la ville de Turin, le Torino Football Club[235]. Le derby entre les deux clubs est appelé le derby della Mole (en référence à la Mole Antonelliana, monument en maçonnerie de 167,5 m qui symbolise la ville de Turin), ou également le derby de Turin (en italien : Derby di Torino). Cette rivalité existe depuis la création du Torino FC en 1906, l'importance de ce derby étant accentuée par le fait que les deux clubs sont directement liés de par leur histoire. En effet, la rivalité locale est renforcée par le fait que le Torino a été créé par un ex-président juventino, Alfredo Dick, qui fut forcé de quitter le club, créant alors son club à couleur granata sous le nom de Foot-Ball Club Torino.
Le premier match officiel entre les deux formations turinoises eut lieu le dimanche (seulement un an après la création du Torino) lors d'un match de championnat disputé au Stadio Motovelodromo Umberto I, match qui se solda par une victoire du Toro par 2 buts à 1 (c'est d'ailleurs durant un derby turinois que la Juve enregistra la plus lourde défaite de son histoire, un 8-0 à domicile le ).
L'antagonisme est aussi lié à l'image des deux clubs. La Vieille Dame est la propriété des industriels Agnelli depuis les années 1920 et fut longtemps vue comme l'équipe de la bourgeoisie, bien que par la suite, les nombreux ouvriers originaires du Mezzogiorno travaillant pour la Fiat se rallièrent vite à sa cause. En face, le Toro revendique quant à lui avec fierté un esprit « plus turinois et piémontais », ainsi que plus prolétaire et populaire[236], dans une ville un peu plus acquise à la cause du Torino, la Juve, elle, étant plus soutenue dans le reste du pays.

Article détaillé : Derby d'Italia.

L'autre grand derby qui occupe les médias et les supporters en Italie est le derby d'Italia (en français: Derby d'Italie) contre le club de l'Inter de Milan[235], situé en Lombardie (région historiquement rivale du Piémont dans cette partie de l'Italie du nord).
La première confrontation de l'histoire entre les deux équipes eut lieu le dimanche (un an et demi après la création de l'Inter) lors d'un match au Stadio di Corso Sebastopoli comptant pour le championnat 1909-1910, se soldant sur une victoire 2 buts à 1 pour les Turinois. Le derby est nommé ainsi car, selon certaines sources, la Juve et l'Inter sont les deux plus grands fournisseurs d'internationaux, ainsi que les deux clubs les plus titrés du pays.
Cette rivalité (donnant lieu à un des matchs les plus intenses et suivis d'Europe) prend sa source dans les années 1960 mais s'accentue véritablement à partir des années 1990[237] et la remontée en puissance de l'Inter. Elle atteint son paroxysme à la suite de la rétrogradation en deuxième division des bianconeri et de l'annulation de leurs deux Scudetti de 2005 et 2006, ce dernier ayant été donné sur tapis vert à l'Inter[238]. Cet épisode accentua une haine déjà présente que se vouent les supporters des deux équipes, ceux de l'Inter considérant la Juve comme un club de tricheurs (à cause de l'épisode du procès du Calciopoli, appelé par certains fans de la Veille Dame le Falsopoli[239]), tandis que les fans juventini qualifient l'Inter comme un club de voleur, car étrangement blanchit de tout soupçons lors de l'affaire[240], et considérant leurs récents titre comme une imposture, ayant eu besoin des problèmes des uns (en partie la descente en Serie B de la Juventus) pour enfin pouvoir s'imposer en championnat.

Il existe également une rivalité avec un autre grand club d'Italie, le Milan AC[235], les deux équipes se montrant très tôt compétitives dès leur création. Cette rivalité s'accentue vers la fin des années 1980 et au début des années 1990 lorsque le Milan AC se remet à enchaîner les victoires en Serie A et dans les compétitions européennes[241].

Une rivalité existe aussi avec le club toscan de la Fiorentina[235],[242], qui prend sa source dans les années 1970 et 1980, lors d'une lutte pour le Scudetto, ponctuée de fréquents affrontements encore présents entre supporters des deux équipes. Cette opposition se traduit aussi par des liens d'amitié entre tifosi de la Viola et du Torino FC.
Il existe aussi une rivalité non négligeable avec le club de la capitale de l'AS Roma[235],[193], très animée dans les années 1980[243], mais surtout avec le club génois du Genoa CFC[244]. Ce dernier derby date des années 1900 lorsque les deux clubs étaient régulièrement à la lutte pour remporter le titre[note 52] et est renforcé par la rivalité entre les deux régions.

Une autre rivalité importante existe avec Naples, perçu comme un affrontement entre le Nord et le Sud de l'Italie. Le club de Naples est souvent considéré comme le seul club méridional à pouvoir rivaliser avec la Juve, qui possède de nombreux supporters au Sud de la péninsule.

À l'échelle européenne, une rivalité, voire parfois même une haine, existe envers le Liverpool Football Club[245] ainsi que les clubs anglais en général. Cette rivalité, également partagée par d'autres clubs italiens, provient de l'opposition entre les deux sélections nationales, et est accentuée par le drame du Heysel survenu en 1985 lors de la finale de Coupe d'Europe[note 53].

Club amis[modifier | modifier le code]

Un jumelage existe avec les supporters de la Salernitana, aussi bien pour leur rivalité avec Naples dans le Derby de la Campanie que pour la forte présence de supporters de la Juventus à Salerne.

Il existe des liens d'amitié et de respect entre les supporters de la Juventus et ceux d'autres clubs en Europe comme l'ADO La Haye[235] aux Pays-Bas, ou encore le Legia Varsovie[235] en Pologne.

Image[modifier | modifier le code]

Tifo commémoratif du 109e anniversaire de la Juventus, le 1er novembre 2006 au Stadio Olimpico di Torino.

« […] Parce que la Juventus, après déjà un siècle d'histoire, est devenue une légende. Une légende qui est sortie d'un lycée de Turin, et qui a fini par conquérir neuf, dix millions de tifosi en Italie et surement autant à l'étranger, connu comme un nom, un maillot, et des couleurs connues partout dans le monde. »

— Giovanni Agnelli, Grande Storia della Juventus, 2007

Selon un sondage Doxa publié dans le magazine L'Espresso en avril 2002, la Vieille Dame est l'équipe italienne la plus supportée en Italie : elle compterait environ 11 040 000 supporters, soit 31 % du total.

La Juventus n'est cependant pas l'équipe la plus supportée dans sa ville natale. En effet, à Turin même, la population soutient davantage l'autre club, le Torino FC, vu comme le club populaire et représentatif du Piémont, la Juventus étant davantage liée à la bourgeoisie industrielle (famille Agnelli du groupe FIAT propriétaire du club depuis plus de 80 ans et dont le holding IFI[note 54], détient majoritairement le capital).

Ce fut à partir de la première moitié des années trente (avec ses 5 titres remportés consécutivement), que le club commença à être aimé dans toute l'Italie (n'étant auparavant soutenu qu'à Turin, voir au mieux dans le Piémont). La popularité grandissante de la société bianconera selon l'historien turinois Aldo Agosti, était « le résultat d'une série particulière de facteurs: un enchaînement de succès, propice à un jeu spectaculaire, une contribution décisive aux succès de la sélection italienne ayant remporté la coupe du monde 1934, et aussi un imaginaire collectif, alimenté par une diffusion croissante des chroniques sportives au quotidien ».

Sous le fascisme désirant une centralisation du pays, la Juventus devint un des nombreux symboles de cette dualité entre la capitale et la province, cette dernière gardant un certain niveau d'admiration pour la squadra bianconera dans quelques provinces du nord, mais surtout dans les régions lointaines de Turin, dans le sud du pays.

« [...] La Juventus joue bien, gagne toujours et n'est ni lombarde, ni émilienne, ni vénétienne, ni toscane: elle appartient à une région [Piémont] ayant renforcée l'armée et la bureaucratie nationale: dans cette région, la capitale fut également capitale d'Italie [...] Aucune ville périphérique n'avait de haine envers eux [Turin] à l'époque des Communes [Italie non unifiée]. Elle combattait désormais les équipes décadentes du Quadrilatère [quatre régions citées plus haut] et offraient aux autres italiens la satisfaction d'humilier les principales villes qui régnaient depuis le Moyen Âge: les romagnoles étaient ravis lorsque Bologne était battue par la Juventus tout comme certains lombards étaient ravis lorsque les milanais venaient battre Bergame, Brescia ou Crémone, ces mêmes lombards ayant leur propres équipes, et qui se voyaient être régulièrement vengés par la Juventus. »

— Gianni Brera, Storia critica del calcio italiano, 1975.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Zalli, p. 403
  2. Derrière le Genoa Cricket & Football Club fondé en 1893 et l'Udinese Calcio fondé en 1896 (seuls sont pris en compte les clubs encore en activité).
  3. Sappino, p. 712–713; 914; 1491–1492
  4. Papi
  5. a, b et c Canfari
  6. Extrait de sa biographie, écrite à Turin en 1914, et publiée dans la revue du club turinois Hurrà Juventus, .
  7. Joueur appelé aussi Chapiron selon certaines sources.
  8. Disputé à Trino près de Verceil, tournoi où tous les matchs furent disputés le 11 octobre, remporté par la Juventus.
  9. Trophée amical (du nom de l'ex-joueur et dirigeant du club du Genoa Cricket and Football Club Henri Dapples) mais d'une valeur importante à l'époque, qui eut lieu de 1903 à 1909 et lancé par le Genoa CFC, sous la forme d'un ballon d'argent, où le détenteur remet son titre en jeu à chaque match contre l'équipe défiante.
  10. L'intense rivalité, tant sur le plan sportif que médiatique entre les deux clubs de la Juventus et de l'Inter Milan ne commença en réalité que plusieurs décennies plus tard. L'expression de Derby d'Italia fut inventée en 1967 par le journaliste sportif italien Gianni Brera.
  11. Il reste le seul président étranger à diriger le club jusqu'au français Jean-Claude Blanc en 2009.
  12. Compétition qui se tint deux fois à Turin en 1909 et 1911, où la Juve atteignit une première fois la 3e place, sous la forme d'une équipe nommée le Torino XI, composée des meilleurs joueurs turinois, surtout de la Juve et du Torino. Le club atteignit deux ans plus tard la finale lors de la seconde édition, sous ses vrais couleurs.
  13. Le club jouait alors avec seulement 10 joueurs sur le terrain.
  14. Durant ce championnat d'Italie 1912-1913, le premier de l'histoire à voir apparaître le système de relégation, la Juventus termine à la dernière place du groupe éliminatoire piémontais avec 3 points en 10 journées. À la suite de protestations virulentes de tous les clubs censés être rétrogradés, la Juventus comprise, la FIGC, au cours d'une assemblée préparant le championnat suivant, décida de reformuler son tournoi, élargissant le nombre de participants, donc, repêchant tous les relégués. La fédération choisit de séparer les clubs de Ligurie du groupe lombard-ligure. Mais avec trop de clubs dans ce nouveau groupe, le Novare Calcio, avant-dernier du groupe du Piémont, fut transféré chez les lombards, puis suivi par la Juventus, à la place du néo-promu lombard, le Brescia Calcio, qui lui, fut placé dans le groupe vénétien.
    Cfr. Davide Rota et Silvio Brognara, Football dal 1902 – la storia della Biellese, éd. Il Biellese, Biella 1996.
  15. Jusqu'en 1919 à la fin du conflit, il n'y eut plus aucune compétition sur le sol du pays, en raison du déroulement désastreux de la guerre côté italien. Bien que quelques matchs amicaux eurent lieu entre septembre 1916 et mai 1917.
  16. Des problèmes ressurgirent à la suite du transfert record pour l'époque (50000 lires) de Rosetta en passant du Pro Vercelli à la Juventus, qui valut au club une pénalité de 9 points durant la saison.
  17. Hirzer est le premier joueur juventino de l'histoire à terminer meilleur buteur (capocannoniere) du championnat, avec 35 buts, devenant par la même occasion le joueur du club ayant inscrit le plus grand nombre de buts en championnat sur une saison.
  18. Pour contourner les lois fascistes rendant difficile l'accès au joueurs étrangers au championnat, un moyen est trouvé pour acquérir des joueurs sud-américains. C'est ainsi que de nombreux argentins, brésiliens, uruguayens, ou autres, d'origine italienne, appelés les oriundi, se virent dôtés de la nationalité italienne pour venir évoluer dans le pays d'origine de leurs parents (certains étaient même nés en Italie avant d'immigrés outre-atlantique), en championnat et parfois en sélection. Le terme oriundo s'applique également aux sportifs autre que sud-américains.
  19. Victoire bianconera grâce à un but de Federico Munerati à la 17e minute le au Campo di Corso Marsiglia de Turin, pour ce qui reste le premier match officiel international de l'histoire de la Juventus.
  20. Tavella, p. 12
  21. Record qui ne fut égalé que lors de la saison 2009-2010 par l'Inter de Milan.
  22. Du (Alessandria 2-3 Juventus lors de la 24e journée) au (Ambrosiana-Inter 2-4 Juventus lors de la 33e journée).
  23. À noter les 49 matchs à domicile sans défaite, de 1933 à 1935.
  24. Olocco, p. 403
  25. Appelé en italien Campionato Alta Italia 1944, seule compétition de la saison 1944 à laquelle la Juventus-Cisitalia prit part. Ce tournoi à phases éliminatoires remplace la Serie A suspendue en avril 1943 à cause de la guerre. Les alliés ayant conquis la moitié du pays, seul le nord de l'Italie encore fasciste de la RSI, put organiser une compétition de football (non officielle et non reconnue par la FIGC), le Campionato Alta Italia, équivalent d'un championnat de guerre.
  26. Égalant le record établit en 1923-1924 de 9 scudetti par le Genoa Cricket and Football Club, et portant également à 11 en tout le nombre de trophées officiels pour la squadra bianconera (9 championnats et 2 coupes), ce qui fit donc de l'équipe la plus titrée du pays (et qui ne fut plus jamais rattrapée par un autre club en termes de nombre de titres), record encore inégalé à ce jour.
  27. Le club termina également 12e lors de la saison 1961-1962.
  28. Paru dans le Libertà du samedi (page 21).
  29. Ce 10e titre de champion national permit à la Juventus de dépasser le record du nombre de scudetti (codétenu par le Genoa et la Juve elle-même). Les piémontais ne furent à partir de là plus jamais dépassés par un autre club en termes de nombre de championnat au palmarès.
  30. Ce match fut pour la Juventus la première séance de tirs au but de son histoire (où Bologne remporta le match par tirage au sort, les deux clubs n'ayant pas su se départager après les tirs au buts (4-4), le ).
  31. Le premier des deux matchs joués contre le Wiener Sport-Club, disputé le à Turin (victoire 3-1), est officiellement la première rencontre européenne de la Juventus depuis la création de l'UEFA.
  32. Tavella, p. 35
  33. Égalant le record du nombre de buts inscrits par un seul joueur dans un match en Serie A (détenu par Silvio Piola et établit le contre Pro Vercelli).
  34. Ce Ballon d'or 1961 fut également le premier remporté par un italien ainsi que par un joueur de Serie A.
  35. Bien que la Coupe des Alpes ne soit pas reconnue comme un trophée majeure, ce trophée tend à être considéré comme le premier trophée international de l'histoire de la Juventus.
  36. Avant d'être dépassé par le club du Séville FC à la suite de sa quatrième C3 en 2014-15.
  37. À l'époque la deuxième division, et aujourd'hui l'équivalent de la neuvième division.
  38. Les deux championnats italiens fédéraux de la FIF ont été remportés par la Juventus mais ne sont pas reconnus par la FIGC.
  39. Eugenio et Enrico, également deux des treize créateurs du club.
  40. Grâce au nouveau président Edoardo Agnelli, désirant une équipe mieux structurée.
  41. Vycpálek était tchèque tandis que Korostelev était slovaque.
  42. Sauf la dernière saison de sa carrière (1954-1955) passée à la Lazio.
  43. Avant 1922, il n'y avait pas de capitaine clairement défini, rôle que tous les joueurs de champ assumaient.
  44. Cascioli, p. 22
  45. Ou encore Madama en langue piémontaise.
  46. Le zèbre est la mascotte officielle de la Juventus à cause des rayures verticales noires et blanches sur son maillot à domicile, rappelant les rayures du zèbre.
  47. Le Taureau est le symbole de la commune de Turin, et est également présent sur ses armoiries.
  48. Sandro Ciotti, Enrico Ameri et Bruno Mobrici, trois journalistes sportifs qui furent les créateurs d'un des hymnes officiels du club. Ciotti écrivit le livre Juventus primo amore. Storia sportiva e romantica della Juventus en 1972.
  49. Au décès du célèbre ténor italien, la Juventus publia sur son site : « Ciao Luciano au cœur blanc et noir ».
  50. Inspiré d'Orange mécanique, Drughi (Droogs) était en italien le nom d'un gang dont un personnage du film, Alexander De Large, faisait partie.
  51. a et b La Curva Sud du Stadio delle Alpi est connue sous le nom de Curva Scirea en mémoire de Gaetano Scirea, ancien joueur de la Juventus FC et de l'équipe d'Italie. Dans les années 1980, la même curva du Stadio Olimpico di Torino (anciennement Stadio Comunale) fut appelée Curva Filadelfia.
  52. Premiers affrontements entre supporters ligures et piémontais dès 1905 et 1906 pour le titre.
  53. Échauffourées entre supporters des deux clubs lors desquelles on compta 39 morts et près de 600 blessés.
  54. Istituto Finanziario Industriale

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Giocatori: Presenze »,‎
  2. (it) « Statistiche: Classifica Giocatori (gol fatti) »,‎
  3. a, b et c Officieusement 33 si l'on prend en compte les 2 Scudetti remportés lors des saisons 2004-05 et 2005-06, puis annulés suite au scandale du Calciopoli.
    cfr (it) Blanc deferito riapre Calciopoli: "La Juve ha 29 scudetti" — sport.virgilio.it.
  4. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  5. a, b, c, d, e, f et g (it) « Juventus Football Club: La storia », juventus.com (consulté le 4 octobre 2010)
  6. (it) Armando Maglie, « Inter-Juve, resto del mondo contro il made in Italy », Corriere dello Sport,‎ (consulté le 4 octobre 2010)
  7. (it) Giovanni Arpino, « Quando si dice Juventus... », La Stampa,‎ (consulté le 23 janvier 2011), p. 19
  8. (en) Peter Staunton, « Ten World Cup teams influenced by one club », NBC Sports,‎ (consulté le 23 octobre 2010)
  9. (it) « Juventus F.C.: nasce l'Associazione Piccoli Azionisti », Borsa Italiana S.p.A,‎ (consulté le 23 octobre 2010)
  10. a et b (en) « Juventus building bridges in Serie B », Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 8 décembre 2010)
  11. a et b Romain Schneider, « Juventus de Turin, l'histoire d'une renaissance », Le Figaro,‎ (consulté le 8 décembre 2010)
  12. (en) « Europe's club of the Century », International Federation of Football History & Statistics,‎
  13. a, b, c et d « Un nouveau format pour un nouvel élan », Union des Associations Européennes de Football (consulté le 28 décembre 2010)
  14. a et b « Giovanni Trapattoni », Union des associations européennes de football (consulté le 8 décembre 2010)
  15. (es) « Un dilema histórico » [PDF], El Mundo Deportivo,‎ (consulté le 18 septembre 2009), p. 7
  16. a et b La Juventus est le seul club au monde à avoir remporté toutes les compétitions possibles de la confédération à laquelle est membre ainsi que le titre mondial inter-clubs (Coupe intercontinentale et/ou Coupe du monde des clubs), et est le seul club au monde avec l'équipe tunisienne de l'Étoile sportive du Sahel à avoir remportés toutes les compétitions internationales de leur confédération respective.
    Cfr. (en) « Legend: UEFA club competition » [PDF], Union des Associations Européennes de Football (consulté le 27 décembre 2010), p. 99
    (en) « ES du Sahel: Étoile Sahel, an African institution », Fédération Internationale de Football Association (consulté le 19 août 2009)
  17. (en) « We are the champions », Fédération Internationale de Football Association,‎
  18. (es) « La primera final italiana » [PDF], La Vanguardia,‎ (consulté le 15 novembre 2009), p. 55
  19. Juventus : Andrea Agnelli nouveau président — FIFA.com
  20. Allegri nouvel entraîneur de la Juventus — europe1.fr, 16 juillet 2014
  21. (en) Edoardo Bosio and Football in Turin Life in Italy.
  22. a, b, c, d, e et f « La "Juve", une vieille dame en forme », Fédération Internationale de Football Association (consulté le 18 septembre 2009)
  23. (it) « Liste des présidents du club », Juworld.net (consulté le 13 décembre 2010)
  24. (it) Juworld.net — STAGIONE 1899-1900 PARTITE AMICHEVOLI E TORNEI MINORI
  25. (it) « F.C. Torinese v F.B.C. Juventus » (consulté le 13 décembre 2010)
  26. Panini Edizioni Modena, Almanacco Illustrato del Calcio - La Storia 1898-2004,‎
  27. (en) Italian Football Championship 1900
  28. a et b (en) « Black & White », nottscountyfc.co.uk (consulté le 28 décembre 2010)
  29. (it) « La Storia della Juventus - 1905 », JuventusStory.it (consulté le 8 novembre 2010)
  30. « Juventus vs Torino. Avis de tempête sur Turin », Fédération Internationale de Football Association (consulté le 27 décembre 2010)
  31. a et b (it) « Le vittorie nei Campionati Federali F.I.F. 1908 e 1909 »,‎
  32. (it) « Il F.C. Juventus vince il Campionato Italiano. », La Stampa,‎ (consulté le 17 avril 2012), p. 5
  33. (it) Bianconerionline — "LE VITTORIE NEL CAMPIONATO FEDERALE 1908 E 1909"
  34. (it) La Palla Dapples...
  35. La Juventus participe au championnat 1911-1912 et 1912-1913 avec seulement dix joueurs de champ dans son effectif.
    Cfr. (it) « La Storia della Juventus – Stagioni. Stagione 1911-12: Una stagione buia »,‎
  36. (it) la Stampa, 6 août 1961, page 12 archiviolastampa.it
  37. Cette biographie fut publiée le dans un exemplaire du tout nouvel Hurrà Juventus, journal fondé la même année et destiné au club (et dont le premier directeur de rédaction fut le dirigeant Corrado Corradini), créé pendant la guerre pour maintenir un lien entre la société et ses supporters. L'histoire de Canfari est encore à ce jour la seule trace écrite des origines du club.
    Cfr. (it) « La Storia della Juventus – Stagioni. Stagioni 1897-1900: Gli origini »,‎
  38. « Juventus in national team », Forza Azzurri (consulté le 29 juin 2007)
  39. (it) Mario Pennacchia, « Il gioiello di famiglia », La Gazzetta dello Sport,‎ (consulté le 5 décembre 2009)
  40. (it) Luigi Garlado, « C'era una volta un terzino », La Gazzetta dello Sport,‎ (consulté le 2 août 2010)
  41. (it) Alessandra Bocci, Salvatore Lo Presti, « Del Piero in maglia rosa », La Gazzetta dello Sport,‎
  42. a et b (it) Germano Bovolenta, Luigi Garlando, « Il gioco delle superpotenze », La Gazzetta dello Sport,‎
  43. Dont le fief se situe dans la petite ville de Villar Perosa, dans les montagnes piémontaises à environ 40 km de Turin. Ce lieu fut le centre d'entraînement de la Juventus jusqu'à la fin des années 1980, et accueille encore aujourd'hui un match amical chaque été entre l'équipe première juventina et l'équipe B, devant des milliers de supporters.
    Cfr (it) www.specialissimo.it — Villar Perosa: ecco la Juventus
  44. (it) « Presidenti », JuventusStory.it,‎
  45. Histoire de la Juventus Calciomio.fr
  46. Du (Juventus 6-0 Milan lors de la 4e journée) au (Parme 0-3 Juventus lors de la 12e journée), record du football italien.
    Cfr. (it) « Tutte le partite della Juventus F.C.: Campionato a gironi », juworld.net, p. 14-15.
  47. (it) Torino 1927: Lo scudetto di nessuno — storiedicalcio.altervista.org
  48. (it) FICG.it = Il caso Allemandi
  49. a et b Umberto Malagoli, article de "Hurrà Juventus" de mars 1966. Cfr. [1]
  50. (it) Quando il Testaccio perse la verginità — storiedicalcio.altervista.org
  51. (it) Storia del Campionato di Calcio: 1934-1935
  52. (it) JUVENTUS COPPA ITALIA 1937/1938
  53. (it) « È morto Caligaris », La Stampa,‎
  54. (it) Marco Ansaldo, « Un amore cominciato ottanta anni fa », La Stampa,‎ , p. 31
  55. (it) Carlo Moriondo, « Dopoguerra: Nasce la Juve di Carlo Parola e Boniperti », La Stampa,‎ , p. 11
  56. Juventus Turin - Palmarès, maillots, Juventus stadium, historique, etc...
  57. (en) Dite la vostra su Juventus
  58. La grande histoire de Gianni Agnelli
  59. (it) Maurizio Imbriale, « Buon compleanno TV! », RAI International – Italica,‎
  60. « Coppa Rio (1951) », Record Sport Soccer Statistics Foundation,‎
  61. a et b (it) « Campioni del passato: Gli attaccanti (seconda parte) », bianconerionline.com (consulté le 4 novembre 2011)
  62. a et b (it) Umberto Agnelli in calcio. Consulté le 12 décembre 2010
  63. a et b G. Bottazzini et C. Fontanelli, Piacenza90: partite, protagonisti, immagini, GEO Edizioni, page 118.
  64. (it) Bianconerionline — GLI ATTACCANTI (II parte)
  65. Phrase en italien : Qui bisogna lottare sempre e quando sembra che tutto sia perduto, crederci ancora, la Juve non si arrende mai.
    Cfr. (it) arcinazzoromanojuventus — Le più belle frasi
  66. (en) « Juve legend Sivori dies », des Associations Européennes de Football,‎
  67. (it) « Nasce il trio Boniperti-Charles-Sivori », La Gazzetta dello Sport,‎ (consulté le 9 décembre 2010)
  68. Cette idée de l'étoile vint d'Umberto Agnelli avec l'approbation du CONI (Comité national olympique italien), de coudre au dessus de l'écusson du club et sur le maillot une étoile jaune-dorée à cinq pointes, appelée en italien la Stella d'oro al Merito Sportivo. Cette étoile sportive fut dès lors adoptée à partir de ce moment, à chaque fois qu'un club transalpin remporterait 10 titres de champion d'Italie.
    Cfr. Système d'attribution des étoiles en Italie
  69. (it) « 50 anni fa nasceva una stella », juventus.com,‎ (consulté le 9 décembre 2010)
  70. (en) « FIFA awards special 'Club World Champion' badge to AC Milan », Fédération Internationale de Football Association,‎
  71. (en) John Charles – Il Gigante Buono — footballandmusic.co.uk
  72. (en) Ballon d'or 1957 — rsssf.com.
  73. (it) Corriere dello Sport, 17 novembre 1958, page 3 emeroteca.coni.it
  74. (it) Corriere dello Sport, 20 novembre 1958, page 5 emeroteca.coni.it
  75. (en) Ballon d'or 1958 — rsssf.com.
  76. (en) Ballon d'or 1959 — rsssf.com.
  77. (it) Albo d’Oro Serie A.
  78. (it) Albo d’Oro Coppa Italia.
  79. (en) Ballon d'or 1960 — rsssf.com.
  80. (it) « Giampiero Boniperti », ilpalloneracconta.blogspot.com,‎
  81. (it) Juventus — Inter: 9 - 1, 10/06/1961 - Juworld.et
  82. (it) Mario Gherarducci, « I 70 anni di Charles, il gigante buono della grande Juventus », Corriere della Sera,‎ (consulté le 9 décembre 2010)
  83. Victor Sinet, « 1961 – Omar Sivori – Le symbole d'une rivalité profonde », France Football,‎
  84. (en) Ballon d'or 1961 — rsssf.com.
  85. a, b et c (it) Addio Heriberto, profeta del " movimiento " — archiviostorico.corriere.it - 1996
  86. (it) Juveteca - I PROTAGONISTI DEL SECOLO BIANCONERO.10 — juveclubsantagata.it
  87. (it) Il Movimiento: “L’embrione del calcio totale anni ’70: la Juve operaia di Heriberto Herrera” (PDF)
  88. (en) « European Championship 1968 – Details Final Tournament », The Record Sport Soccer Statistics Foundation (consulté le 23 mars 2012)
  89. (it) STAGIONE 1970-1971 IL CALENDARIO COMPLETO DELLA JUVENTUS PARTITE UFFICIALI, AMICHEVOLI E TORNEI MINORI
  90. Phrase écrite en italien à l'intérieur du maillot de la saison 2012-13.
    Cfr. (it) Tuttojuve - "Alla Juventus, vincere non è importante. È l'unica cosa che conta'
  91. (it) « Buon compleanno Boniperti, 81 anni bianconeri », Tuttosport,‎
  92. SO FOOT N°70 : Spécial Juventus - Sofoot.com, décembre 2009.
  93. Le grand Ajax d'Amsterdam, créateur du football total — footnostalgie
  94. (en) Ballon d'or 1973 — rsssf.com.
  95. (it) Osvaldo José Gorgazzi, « Intercontinental Club Cup 1973 », Record Sport Soccer Statistics Foundation,‎
  96. (it) Gli eroi in bianconero: Cestmír VYCPALEK Tuttojuve.com
  97. (it) uefa.com: Juve, il primo titolo europeo
  98. (it) « Zoff il monumento », uefa.com,‎
  99. (es) Canal+, « Fiebre Maldini 10/11/08: Final de la Coppa UEFA entre el Athletic y la Juventus de 1977 »,‎
  100. (it) Storie di Calcio, ArribaGiuve!!! : Juventus e la Coppa UEFA 1977
  101. (en) Sergio Di Cesare, « Hard work pays off for Zoff », sur Union des Associations Européennes de Football,‎ (consulté le 8 février 2010)
  102. (it) Ferruccio Cavallero, « Juve e Toro, due squadroni », La Stampa,‎ (consulté le 13 décembre 2011), p. 11
  103. a et b (it) Giorgio Viglino, « Boniperti e Futre, è la volta buona », La Stampa,‎ (consulté le 11 novembre 2010), p. 22
  104. (it) « Tutto iniziò con un po' di poesia », La Gazzetta dello Sport,‎ (consulté le 15 novembre 2009)
  105. Qui peut battre Berlusconi ? Luca Cordero di Montezemolo
  106. (it) MyJuve.it: Competizioni - Totale
  107. manchesterdevils.com - La fiche de Edwin van der Sar
  108. (it) Caso Zebina, manca il nero su Blanc… "SUNDAY OLISEH E' il primo africano a vestire la casacca della Giuve"… — LASTAMPA.it
  109. (en) Report: Juventus v Olympiakos - UEFA Champion's League - ESPN Soccernet
  110. a, b et c (en) bianconeri.tripod.com — Did you know that…
  111. (en) José Luis Pierrend, « European Footballer of the Year ("Ballon d'Or") 2005 », RSSSF,‎ (consulté le 26 décembre 2008)
  112. (it) Marotta e Delneri alla Juventus Juventus.it
  113. a et b (it) « Serie A TIM: Albo d'oro », Lega Nazionale Professionisti Serie A (consulté le 29 décembre 2010)
  114. a et b Partagé avec l'AS Roma.
    Cfr. (it) « TIM Cup: Albo d'oro », Lega Nazionale Professionisti Serie A (consulté le 29 décembre 2010)
  115. « Italie: Italian Football Federation », Union des associations européennes de football (consulté le 8 décembre 2010)
  116. (en) « La Vieille Dame grimpe sur le toit du monde »
  117. (en) « Mundialito des clubs », sur http://www.rsssf.com,‎
  118. Périodes 1982-1986; 1983-1987; 1984-1988; 1987-1991; 1993-1997; 1995-1999 et 1996-2000.
    Cfr. (en) « UEFA European Cup Coefficients Database: Historical info »,‎
  119. (en) IFFHS: 1993 (Top 25)
  120. (en) IFFHS: 1996 (Top 25)
  121. (en) « Club coefficients 2014/15 », Union des Associations Européennes de Football,‎
  122. (it) "Palmarès Presidenti"
  123. "Gianni était président d'honneur de 1947 à 54"
  124. « Après le départ de Lippi. » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24
  125. Le combat footballistique de l'autre chevalier blanc
  126. (it) Elenco Presidenti — Myjuve.it
  127. (it) « Consiglio di Aministrazione e Comitati », Juventus.com,‎ (consulté le 20 mai 2010)
  128. (it) Torinosette, 20 décembre 1996, page 3 — archiviolastampa.it
  129. a, b, c, d, e et f (it) Palmarés Allenatori
  130. La Juve confirme pour Conte
  131. (it) Elenco Allenatori — Myjuve.it
  132. (it) Prima Squadra
  133. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  134. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  135. (it) Presenze Giocatori Juventus — Myjuve.it
  136. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Stats_joueurs.
  137. (it) Reti Segnate Giocatori Juventus — Myjuve.it
  138. (it) Forza Azzurri Statistics, Players: Oriundi
  139. (es) Marco Ruiz, « Vi a Del Piero con 18 años y lo contraté en 24 horas », AS,‎ (consulté le 9 décembre 2010)
  140. (en) Century Election, rsssf.com.
  141. Bigatto sur FDB
  142. Combi sur FDB
  143. Parola sur FDB
  144. Boniperti sur FDB
  145. (it) « Le leggende della Juventus » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24
  146. (en) Forza Azzurri statistics — Oriundi
  147. (it) 26/04/1995 - Il Capitano Gianluca Vialli: "Onore a te, fratello Andrea Fortunato"
  148. PAVEL NEDVED
  149. (en) « FIFA Ballon d'Or - 2006: Fabio Cannavaro, defensive artist », Fédération internationale de football association (consulté le 31 décembre 2014)
  150. « Italian national team: J-L Italian club profiles », Italian national team records & statistics (consulté le 1 novembre 2006).
  151. (it) « Statistiche: Clubs di appartenenza giocatori » (consulté le 25 septembre 2009)
  152. (en) « Juve players at the World Cup », Juventus Football Club S.p.A official website (consulté le 23 août 2009)
  153. « 10/1/2009 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24
  154. a et b (en) « Italy – International Matches 1920-1929 », The Record Sport Soccer Statistics Foundation (consulté le 9 janvier 2009)
  155. (es) Santiago Siguero, « Inter-Milan, el derbi de Europa », Marca,‎
  156. (it) « Vittorio Pozzo: "Quando il calcio parlava italiano" », RAI - La storia siamo noi,‎ Voir aussi:
     Vittorio Pozzo: "//" [Puntata]. RomaRAI - La storia siamo noi.
  157. Également nommé Blocco Juventus.
    Voir aussi. (en) « Mondiali Memories, Argentina 1978: "Bearzot builds a reputation" », Channel 4 (consulté le 6 mars 2009)
  158. « Italian National Team Honours – Club Contributions », Forza Azzurri (consulté le 8 juin 2009)
  159. « European Championship 1968 – Details Final Tournament », The Record Sport Soccer Statistics Foundation (consulté le 8 juin 2009)
  160. « 9 ottobre 1996: Pessotto entra nella storia dell’Ital-Juve », juventus.com,‎ (consulté le 9 octobre 2009)
  161. (en) « Italy – International Matches 1990-1999 », The Record Sport Soccer Statistics Foundation (consulté le 9 janvier 2009)
  162. « European Championship », The Record Sport Soccer Statistics Foundation (consulté le 8 juin 2007)
  163. JUVENTUS F.C.
  164. La Juve honore Notts County — Sofoot.com
  165. (it) (it) « Storia - I Campi », juworld.net (consulté le 7 novembre 2008)
  166. (it) « Prospetto informativo OPV 24 maggio 2007 » [PDF], Commissione Nazionale per le Società e la Borsa (consulté le 24 mai 2007), p. 53
  167. (it) « IPO: Juventus Football Club », Borsa Italiana S.p.A. official website (consulté le 31 mars 2007)
  168. (en) « Exor S.p.A investments portfolio » [PDF], Exor S.p.A official website (consulté en 25-0-2009)
  169. (en) « Profile in brief », Exor S.p.A official website (consulté le 25 août 2009)
  170. (en) « Ownership structure », Exor S.p.A official website (consulté le 25 août 2009)
  171. a et b (it) « Borsa Italiana profiles: Juventus Football Club » [PDF], Borsa Italiana S.p.A. official website (consulté le 31 mars 2007)
  172. (it) « The STAR Segment », Borsa Italiana S.p.A. official website (consulté le 25 août 2009) Borsa Italiana S.p.A. official website, consulté le 25-08-2009
  173. (en) « Agreement heralds new era in football », Union des associations européennes de football,‎ (consulté le 23 octobre 2010)
  174. (en) « The Deloitte Football Money League – 2008/09 revenue », Deloitte Touche Tohmatsu (consulté le 2 mars 2010)
  175. (en) « Soccer Team Valuations », Forbes,‎ (consulté le 21 avril 2010)
  176. (en)/(it)/(zh)/(id)/(ja) « Juventus Center (site officiel) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24
  177. (it) Gallery Project: Juventus Center - studiogau.it.
  178. (it) « Prospetto informativo OPV 24 maggio 2007 » [PDF], Commissione Nazionale per le Società e la Borsa (consulté le 24 mai 2007), p. 47; 107
  179. (it) « Juve, la strategia di Bettega: tornano i giovani », Tuttosport,‎
  180. a et b (it) « 6 domande a Camillo De Nicola », FIGC – Settore Giovanile e Scolastico (consulté le 26 septembre 2008)
  181. (it) « Juventus Soccer Schools: Summer Camps », juventus.com (consulté le 26 septembre 2008)
  182. (it) « Juventus University », Juventus Soccer School (consulté le 26 septembre 2008)
  183. (it) « Juventus National Academy », Juventus Soccer School (consulté le 26 septembre 2008)
  184. (it) « Juventus Soccer Schools International », Juventus Soccer School (consulté le 26 septembre 2009)
  185. (it) « Decide Marchisio, Inter raggiunta ma la Fiorentina si sente scippata », La Repubblica,‎
  186. (it) «La Signora ha la cattiveria della gioventù», Il Giornale,‎
  187. (it) « La signora Juventus è ringiovanita bene », La Gazzetta dello Sport,‎
  188. (it) Sièges du club — « Le sede Bianconera » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24
  189. « Juventus: Un deal en or signé avec Adidas », sur http://www.sportune.fr/,‎ (consulté le 4 juillet 2015)
  190. SO FOOT N°70 : Spécial Juventus - So Foot, décembre 2009.
  191. LINTERN@UTE: SPORT — La Vieille Dame de Turin
  192. xaviertestelin.com: Le taureau, emblème de la ville…
  193. a et b Sofoot.com — SERIE A - ROMA/JUVENTUS. La louve et le zèbre
  194. (it) « juventus.it » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24
  195. a et b Renato Tavella, Franco Ossola, Il Romanzo della Grande Juventus, Roma, Newton & Compton, 1997, 2003. (ISBN 88-8289-900-4)
  196. Musica a Torino, 1991, page 118
  197. (it) Francesco Velluzzi, Rosanna Schirer e Stefano Boldrini, « Spagna e il Chievo: inno d'amore »,‎ (consulté le 10 novembre 2010)
  198. (it) Paolo Belli: biografia e discografia
  199. (it) Hymnes non officiels du club
  200. (it) Bertoli Fans Club: Partecipazioni – Juvecentus
  201. (it) « Un po' di storia: gli inizi »,‎ (consulté le 26 septembre 2008)
  202. a, b et c (en) « Black & White », Site officiel du Notts County F.C. (consulté le 7 novembre 2008) Article pris de l'Official History of Notts County et partiellement reproduis dans le Daily Mail.
  203. (en) Juventus 1900 pink.
  204. a, b et c (en) Old Juventus football shirts ans soccer jerseys
  205. a, b et c (en) « Juventus Football Club S.p.A. — Objectives & Strategies » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24
  206. la Juve en état désuni
  207. Forza Juve !
  208. (it) "Supporters par région" calcioinborsa.com
  209. (it) Chissà di chi parla Eros Ramazzotti: "Alcuni giocatori stranieri della Juve passavano le notti nei locali a Milano". Un indizio c'è… - Goal.com
  210. La passion selon Jean Alesi…
  211. (it) Emanuele Filiberto di Savoia: "La Juve è come un buon vino…" — tuttojuve.com
  212. (it) Tuttojuve: La Juventus si congratula con Federica Pellegrini
  213. (it) Accardo: "A Torino gioco in casa" - LASTAMPA.it
  214. (it) Carolina Kostner : "Sono legatissima a Torino e ho la Juve nel cuore"
  215. (it) Di Pietro: "Le parole di La Russa si commentano da sole…" — tuttomercatoweb.com
  216. (it) juveclubsantagata.it - Juveteca -Anno VI (2008) — Giornalisti che tifano per la Juventus
  217. (it) Allenamento Juve, in tribuna anche tifosi VIP
  218. (it) Gli eroi in bianconero : Gino STACCHINI — tuttojuve.com
  219. (it) « www.luigilocascio.com - Curiosità » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24
  220. Juventus non officiel - Page du 13-07-2011
  221. Capirossi: " Del Piero doit jouer, il est la Juventus ! " — Juventus.fr - 4/12/2011
  222. Trezeguet à jamais supporter de la Juventus de Turin
  223. (it) Il tifoso Walter Veltroni disegna la "sua" Juventus.
  224. (it) PIERO FASSINO
  225. (it) Del Piero présent à la 'Partita del Cuore' - 18 mai 2009
  226. « Mike Bongiorno. » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-05-13 Consulté le 11-09-2009.
  227. (it) SAMUELE BERSANI Cantautore Tifoso juventino «Gli scudetti? Doveva no restituirlispontaneamente» — l'Unità
  228. Celebrity Fans
  229. a, b, c et d (it) (fr) « Histoire des groupes de supporters de la Juventus », www.forza-juventus.com (consulté le 19 octobre 2010)
  230. The Nucleo Armato Bianconero (N.A.B.) qui fut renommé Nucleo 1985 après le drame du Heysel le 29 mai 1985. See also (it) « 19/10/2010 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24
  231. a et b (it) « 19/10/2010 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24
  232. a, b et c (it) Site officiel de La Stampa. La guerre de la Curve (carte des supporters de la Juventus)
  233. (it) « Histoire des groupes d'Ultras bianconeri de Bruxelles » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Bruxelles Bianconera Group Official Website, consulté le 19/10/2010
  234. (it) « 19/10/2010 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24
  235. a, b, c, d, e, f et g (it) Les alliés et ennemis de la Juventus
  236. Derby - Forza Toro? Forza Juve?
  237. Le "choc" des "légendes"… ?
  238. Juve-Inter, le match à ne pas perdre…
  239. "Calciopoli? Une farce, Moggi était le plus brave"
  240. (it) Spie e ladroni; Moratti e Bergamo. Farsopoli o Calciopoli. — JUVENTINOVERO
  241. Place au vrai "Derby d'Italie"
  242. (en) Juventus-Fiorentina, the real derby for Fiorentina fans.
  243. (it) "Juve-Roma, rivalità antica" - 31-10-2008
  244. Bianconeri et Rossoblù rivaux
  245. Juventus — Liverpool ? hauts risques.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Juventus Football Club.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages généraux
  • (it) Marco Sappino, Dizionario biografico enciclopedico di un secolo del calcio italiano, vol. 2, Milan, Baldini Castoldi Dalai Editore,‎ (ISBN 8-88-089862-0). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Casimiro Zalli, Dizionario piemontese-italiano, latino e francese, edizione seconda e di nuovi vocaboli arricchita, vol. 1, Carmagnola, Tipografia di Pietro Barbiè,‎ . Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Giacomo Papi, « Il ragazzo che portava il pallone », Diario della settimana, vol. 13/14,‎ . Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Lino Cascioli, Storia fotografica del calcio italiano : dalle origini al campionato del mondo 1982, Rome, Newton Compton Editori,‎ . Document utilisé pour la rédaction de l’article
Ouvrages sur le club
  • (it) AA.VV, La storia della Juventus (2 vol.), La Casa dello Sport,‎ . Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Vladimiro Caminiti, Juventus, 90 anni di gloria (4 vol.), Milan, Forte,‎ .
  • (it) Enrico Canfari, Storia del Foot-Ball Club Juventus di Torino, Turin, Tipografia Artale,‎ . Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Luca Beatrice, Juventus. 110 anni a opera d'arte, Bologne, Damiani Editore,‎ (ISBN 88-6208-007-7).
  • (it) Enzo D’Orsi, Massimiliano Morelli & Valentino Russo, La Storia della Juventus, Rome, L’Airone,‎ (ISBN 88-7944-721-1). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Giampiero Mughini, Juve, il sogno che continua, Mondadori,‎ (ISBN 88-0457-594-8).
  • (it) Giampiero Mughini, Un sogno chiamato Juventus. Cento anni di eroi e vittorie bianconere, Milan, Mondadori,‎ (ISBN 88-04-52765-X).
  • (it) Corrado Olocco, [...] Quando la Juve si allenava al Coppino, Éditions Albesi,‎ . Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Renato Tavella & Franco Ossola, Il Romanzo della Grande Juventus, Rome, Newton & Compton Editori,‎ .
  • (it) Maner Palma, Juventus. 110 anni della nostra storia, Libri di Sport,‎ (ISBN 88-8767-693-3).
  • (it) Mario Parodi & Andrea Parodi, In bianco e nero : una grande Juve negli anni del piombo, Bradipolibri Editore,‎ (ISBN 88-8832-933-1).
  • (it) Antonio Sarcinella, Novecento bianconero, un secolo di storia della Juventus, Fornacette, Mariposa Editrice,‎ (ISBN 88-7359-000-4).
  • (it) Renato Tavella, Dizionario della grande Juventus. Dalle origini ai nostri giorni, Newton Compton Editori,‎ (ISBN 88-8289-639-0).
Ouvrages particuliers sur le club
Ouvrages sur les personnages du club
  • (it) Sergio Barbero, I miti della Juventus : 50 campioni che hanno fatto sognare il popolo bianconero, Graphot Editrice,‎ (ISBN 88-86906-51-X). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Bruno Bernardi & Massimo Novelli, Tre re per la Signora : Boniperti, Charles, Sivori. L'Italia del boom e la Juve delle stelle, Graphot Editrice,‎ (ISBN 88-8690-642-0). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Giorgio Gandolfi, I trenta grandi della Juventus, MEB,‎ .
  • (it) Mario Parodi, Giocavamo senza numero. La Juventus che eravamo noi (Pietro Rava : un terzino lungo in linea di un secolo), Tirrenia-Stampatori,‎ (ISBN 88-7763-449-9).
  • (it) Mario Pennacchia, Gli Agnelli e la Juventus, Milan, Rizzoli,‎ (ISBN 88-17-85651-7). Document utilisé pour la rédaction de l’article