Arsenal Football Club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arsenal (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Arsenal Ladies Football Club.
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».
Arsenal FC
Logo du Arsenal FC
Généralités
Nom complet Arsenal Football Club
Surnoms The Gunners
Noms précédents Dial Square FC
Royal Arsenal
Woolwich Arsenal
Fondation
(132 ans, 5 mois et 21 jours)
Statut professionnel Depuis 1891
Couleurs Rouge et blanc
Stade Emirates Stadium
(60 260 places)
Siège Highbury House
75 Drayton Park
London N5 1BU
Championnat actuel Premier League
Président Drapeau : Angleterre Chips Keswick
Entraîneur Drapeau : Espagne Unai Emery
Joueur le plus capé Drapeau : Irlande David O'Leary (722)
Meilleur buteur Drapeau : France Thierry Henry (228)
Site web www.arsenal.com
Palmarès principal
National[note 1] Championnat d'Angleterre (13)
Coupe d'Angleterre (13)
Coupe de la Ligue (2)
Community Shield (15)
International[note 1] Coupe des coupes (1)
Coupe des villes de foires (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Neutre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2018-2019 de l'Arsenal FC
0

Arsenal Football Club est un club de football anglais fondé le à Londres. Son siège est situé dans le borough londonien d'Islington.

Arsenal participe au championnat d'Angleterre de football depuis 1919 dont il a remporté treize éditions, ce qui en fait le troisième club le plus titré d'Angleterre, ainsi que treize coupes d'Angleterre ce qui constitue un record (devant Manchester United, qui en a remporté 12). Sur le plan continental, les Gunners (en français : « les canonniers ») comptent à leur palmarès une Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe obtenue en 1994. Deux fois finalistes de cette coupe des vainqueurs de coupe en 1980 et 1995, ils ont également atteint les finales de la coupe de l'UEFA en 2000 et de la Ligue des champions en 2006.

Résident dès 1913 du stade de Highbury, situé dans un quartier du nord de Londres, le club s’est installé en 2006 dans une nouvelle enceinte de 60 355 places : l'Emirates Stadium, situé à Ashburton Grove. Arsenal nourrit une certaine rivalité avec les nombreux autres clubs de la capitale, mais celle l'opposant à Tottenham Hotspur, avec qui il dispute chaque année le « North London derby » est particulièrement ancienne et profonde.

Le club est dirigé par Chips Keswick (en) qui succède pour raisons de santé en juin 2013 à Peter Hill-Wood, fils et petit-fils des anciens présidents Denis et Samuel Hill-Wood. Il remplace son père à la mort de ce dernier, en 1982, après vingt ans de responsabilités. Son entraîneur depuis 2018 est l’Espagnol Unai Emery.

Histoire[modifier | modifier le code]

Repères historiques[modifier | modifier le code]

1886 : Création[modifier | modifier le code]

Photo de l'équipe en 1888.

Arsenal est fondé sous le nom de Dial Square FC en 1886[1] par des ouvriers de la manufacture d'armes Royal Arsenal, située à Woolwich, à l'Est de Londres sur la Tamise. Rebaptisé Royal Arsenal peu de temps après[2], le club adopte l'appellation Woolwich Arsenal lorsqu'il prend forme d'une Limited company en 1891. Les Gunners débutent en Football League Second Division, dont ils sont le premier club du sud du pays, en 1893[1]. Ils évoluent alors au Manor Ground de Plumstead. Quand ils sont promus en Football League First Division en 1904, il n'y a toujours pas d'autre club de la région de Londres en Football League. Cet isolement géographique handicape le club, qui connait des problèmes financiers en raison des faibles affluences lors des matchs joués à domicile.

Débuts compliqués (1910-1915)[modifier | modifier le code]

Woolwich Arsenal (en foncé) face à Newcastle Utd en 1906.

En 1910, malgré la promotion de Tottenham et Chelsea dans l'élite, le club est proche de la faillite quand les hommes d'affaires Henry Norris et William Hall le rachètent[3]. Norris est bien conscient des problèmes dus à la localisation de Woolwich Arsenal et désire augmenter le revenu du club.

Match au Manor Ground contre Everton.

Il essaie tout d'abord de fusionner Arsenal avec son autre club, Fulham. Cette tentative étant bloquée par la Football League, Norris abandonne l'idée de fusion et considère un déménagement pur et simple. En 1913, alors que le club finit dernier et est relégué en deuxième division, Woolwich Arsenal déménage du sud-est de Londres pour Highbury, au nord de la ville. Malgré les objections des supporters qui habitent Woolwich et celles des résidents de Highbury, Norris tient bon et le changement est effectué. Il en aurait coûté 125 000 livres anglaises (une somme énorme pour l'époque) pour construire le nouveau stade, conçu par Archibald Leitch.

Cinquième de Second Division en 1915, à la veille d'une interruption de quatre ans due à la Première Guerre mondiale, le club adopte le de "The Arsenal", après avoir supprimé Woolwich de leur nom en 1914 bénéficie de l'élargissement à 22 clubs de la première division en 1919 pour y être promu dans des circonstances qui font polémique[4]. La promotion du club paraissait peu défendable sur le plan purement sportif[5], si ce n'est les saisons passées par le club londonien dans l'élite, et semble être due en partie à l'influence de son président Norris[5],[note 2]. En effet, Norris avait argumenté qu'Arsenal devait être promu "pour services rendus au football de ligue", ayant été le premier club du sud à intégrer la Football League[4]. Celle-ci est d'accord avec cet argument, et par 18 votes contre 8 elle décide la promotion d'Arsenal, au lieu du maintien de Tottenham, ce qui est la source de l'animosité entre les deux clubs, qui s'est perpétuée jusqu'à aujourd'hui. Des arrangements auraient eu lieu, on évoque même la corruption de certains membres par Sir Henry Norris, par exemple son grand ami John McKenna, le président de Liverpool et de la Football League[5]. Aucune preuve tangible n'a jamais été apportée, cependant d'autres aspects des tractations financières de Norris, sans rapport avec la promotion de Arsenal, ont nourri les soupçons. Arsenal est resté en première division depuis cette époque, et détient d'ailleurs le record de longévité en première division sans interruption. Dans le même temps, ses rivaux de Tottenham Hotspur, derniers de première division en 1915, sont relégués. Depuis lors, Arsenal n'est jamais redescendu en division inférieure.

Arsenal en 1920.

Bien que le déménagement à Highbury ait amené plus de spectateurs et éloigné le spectre de la ruine financière, le retour d'Arsenal en première division n'est pas immédiatement couronné de succès. Sous la conduite de Leslie Knighton, le club finit au mieux 9e au classement, et en 1924 il est près de descendre en deuxième division, finissant 19e avec un seul point d'écart par rapport au premier relégué. Arsenal ne fait pas mieux la saison suivante, et finit 20e (mais paradoxalement moins proche de la relégation puisqu'avec sept points de plus que le dernier relégué). C'en est trop pour Norris qui limoge Knighton en mai 1925 et nomme Herbert Chapman, le manager de Hudderfield Town.

Les premiers succès d'Arsenal dans le football anglais (1925)[modifier | modifier le code]

Herbert Chapman, légendaire entraîneur d'Arsenal.

En 1925, le talentueux Herbert Chapman devient l'entraîneur d'Arsenal[1]. Il a déjà remporté le championnat avec Huddersfield Town Football Club en 1924 et 1925, et Arsenal lui doit sa première période de succès majeurs. Ses méthodes d'entraînement et ses tactiques qualifiées de révolutionnaires, ainsi que des joueurs tels que Alex James et Cliff Bastin, sont à l'origine de la domination du club dans le football anglais des années 1930[1].

Il modernise en effet l'entraînement et la physiothérapie en particulier, il a l'idée d'ajouter des numéros sur les maillots des joueurs, il modifie les couleurs du club en ajoutant des manches blanches au maillot rouge. Les temps semblent également changer en coulisses puisque Chapman bénéficie de fonds appréciables pour les transferts, grâce aux recettes du nouveau stade et au changement d'état d'esprit de Henry Norris : auparavant très prudent. Le club se met maintenant à dépenser de manière Concéquente pour renforcer l'équipe. Chapman recrute notamment le vétéran Charlie Buchan de Sunderland. En plus de son apport sur le terrain, Buchan joue un rôle important hors du terrain. Après une déroute d'Arsenal contre Newcastle United par 7-0 en octobre 1925, Buchan suggère de changer la formation de l'équipe pour l'adapter à l'assouplissement de la règle du hors-jeu, en adoptant la formation en WM qui renforce la défense en faisant reculer un demi en arrière central et décale les deux autres arrières en position de latéraux. Au fil du temps, Chapman poursuit l'évolution de l'équipe, insistant sur l'importance de la rapidité de sa ligne d'attaque, sur la capacité des ailiers à repiquer vers le centre, et sur le caractère indispensable d'un milieu de terrain créateur. Chapman montre également sa capacité à trouver le bon joueur pour chaque poste, et il construit petit à petit une équipe capable de dominer le football anglais. Malgré ce changement de cap significatif, Arsenal est dauphin d'Huddersfield Town en championnat en 1926, finaliste malheureux de la Coupe d'Angleterre en 1927 face aux… Gallois de Cardiff City.

Non découragé, Chapman continue à construire son équipe, recrutant le futur capitaine Eddie Hapgood, ainsi que trois des grands attaquants de l'histoire du club : David Jack, Alex James et Cliff Bastin. Alex James surtout, meilleur joueur au milieu de terrain et pourvoyeur de ballons pour les attaquants, devient le moteur de l'équipe. Arsenal remporte son premier trophée en 1930 en battant Huddersfield en finale de la Cup, puis enlève son premier titre de champion l'année suivante, grâce notamment à l'efficacité de son buteur Jack Lambert[5]. Ce succès en coupe est le premier d'une décennie pendant laquelle Arsenal domine l'Angleterre.

Vice-champions en 1932, les Gunners gagnent les trois championnats suivants en 1933 (en marquant 127 buts cette saison-là), en 1934 et en 1935, et ce malgré le décès de Chapman, victime d'une pneumonie en 1934. Ce dernier a tout de même le temps de faire renommer la station de métro Gillepsie Road en Arsenal[5], unique arrêt londonien portant le nom d'un club de football.

Affaiblissement pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Après la conquête d'une deuxième victoire en Coupe en 1936 et un nouveau titre en 1938, Arsenal est durement frappé par la Seconde Guerre mondiale, qui coûte la vie à neuf de ses joueurs[5]. George Allison se retire du football à la fin de la saison 1946-1947 et est remplacé par son assistant Tom Whittaker.

Whittaker connaît immédiatement le succès au retour des compétitions. Arsenal remporte à nouveau le championnat en 1948 et 1953, ainsi que la Coupe d'Angleterre en 1950. Arsenal manque de réussir le doublé en 1952, mais échoue en fin de championnat (il finit 3e à égalité avec Tottenham, Manchester United étant sacré champion), avant de perdre une semaine plus tard contre Newcastle en finale de FA Cup.

Plutôt que de céder au découragement après son échec de l'année précédente, Arsenal remporte le championnat pour la 7e fois en 1953. Un titre acquis de justesse puisqu'il se joue à la différence de buts. C'est le dernier titre d'Arsenal avant une longue période de 17 ans d'insuccès. Le club n'attire plus de stars et a le malheur de perdre Tom Whittaker qui décède en 1956. Pas grand chose n'est à inscrire au crédit d'Arsenal pendant les années qui suivent si ce n'est une 3e place dans le championnat en 1959. Arsenal finit généralement au milieu du classement du championnat et n'a guère plus de chance en coupe puisqu'après sa finale de 1952 il ne dépasse pas le stade des quarts de finale jusqu'en 1971.

Jack Crayston et George Swindin, deux anciens joueurs, se succèdent à la suite de Whittaker mais n'ont pas la même réussite. En 1962, Arsenal recrute Billy Wright comme manager. Il n'a pas plus de succès, mis à part les débuts du club en compétitions européennes, précisément en coupe UEFA, après une 7e place dans le championnat en 1963. Pour la dernière saison de Wright en 1965-1966, avant son renvoi, Arsenal finit 14e, son plus mauvais résultat depuis 36 ans. La moyenne de spectateurs de Highbury est également historiquement basse (4 554). George Eastham est le seul joueur d'Arsenal à participer à la campagne victorieuse de l'Angleterre en coupe du monde 1966.

La Seconde époque dorée et premier doublé (1966-1976)[modifier | modifier le code]

À la suite du renvoi de Billy Wright, durant l'été 1966, Arsenal nomme le physiothérapeute Bertie Mee pour lui succéder comme manager du club : une surprise y compris pour lui-même. L'équipe de jeunes d'Arsenal gagne la FA Youth Cup (Coupe des jeunes de la Football Association) en 1966, elle comprend des joueurs de talent, comme Charlie George, John Radford et Ray Kennedy, qui viennent bientôt renforcer l'équipe fanion.

Rencontre face à Feyenoord en 1967.

Mee complète l'équipe avec des joueurs d'expérience comme le capitaine Frank McLintock, au centre de la défense, et le milieu défensif Peter Storey. Cette équipe fait des débuts prometteurs en atteignant deux fois de suite la finale de la FA Cup en 1968 et 1969. Deux échecs malheureusement pour Arsenal qui perd par 1-0 contre Leeds United puis par 3-1 contre la modeste équipe de troisième division de Swindon Town.

Bertie Mee, vainqueur du premier trophée européen du club en 1970.

Cette saison n'est pas un échec complet pour Arsenal qui termine 4e du championnat, ce qui permet aux Gunners de se qualifier pour une coupe d'Europe l'année suivante et de gagner son premier trophée en 17 ans en remportant en 1970 la Coupe des villes de foires. Arsenal bat l'Ajax Amsterdam en demi-finale puis Anderlecht en finale. Au match aller les Gunners sont menés par 3-0 mais Ray Kennedy leur redonne espoir en marquant à la 74e minute le but du 3-1. Au match retour, Arsenal l'emporte par 3-0 à Highbury grâce à des buts de John Radford, Eddie Kelly et Jon Samuels. Le trophée est donc remporté sur le score cumulé de 4-3.

Le temps fort de cette période est le premier doublé que le club réalise en 1971 en remportant la FA Cup et le championnat. Arsenal débute assez mal le championnat en perdant par 0-5 contre Stoke City, mais l'équipe fait ensuite une belle remontée au classement et remporte le titre. Arsenal doit d'ailleurs battre les rivaux de Tottenham sur leur terrain lors de la dernière journée, pour écarter Leeds United, autre prétendant au titre. Les Gunners réussissent à gagner 1-0 à Tottenham grâce à un but de Ray Kennedy et sont donc sacrés. Cinq jours plus tard, Arsenal bat Liverpool par 2-1 en finale de la FA Cup. Arsenal est mené 0-1 au début de la prolongation, puis Eddie Kelly égalise et Charlie George marque le but de la victoire.

Ce doublé est en fait une réussite marquante au milieu d'une période traversée par toute une série d'échecs lors de compétitions qu'Arsenal aurait pu remporter ou dans lesquelles l'équipe aurait au moins pu mieux figurer. Arsenal recrute Alan Ball qui fut champion du monde en 1966, malgré cela le club débute mal la saison 1971-72 avec trois défaites et finit le championnat à la 5e place. Les Gunners sont éliminés en quarts de finale de la coupe d'Europe par l'Ajax d'Amsterdam qui est alors au sommet de son art. Arsenal atteint aussi la finale de la FA Cup pour la deuxième année consécutive, mais perd à nouveau par 0-1 contre Leeds United.

Arsenal finit deuxième du championnat en 1973, le club est alors sur le déclin et finit seulement 16e en 1975 et 17e en 1976, le plus mauvais classement depuis 40 ans. Ces mauvaises prestations entraînent la démission de Mee et son remplacement par Terry Neill, un ancien joueur de Arsenal et ex-entraîneur de Tottenham.

1976-1986 : Relatif déclin[modifier | modifier le code]

Sous la conduite de Terry Neill, Arsenal remonte dans la première moitié du classement en championnat, en particulier grâce à l'apport de Liam Brady qui fait partie d'un fort contingent irlandais en compagnie de Pat Rice, Frank Stapleton, Pat Jennings et David O'Leary. Bien qu'ils ne soient pas capable de rivaliser avec Liverpool, qui domine la décennie, les Gunners tirent leur épingle du jeu avec trois finales consécutives en FA Cup de 1978 à 1980. Seule la finale de 1979 est remportée contre Manchester United. Arsenal mène 2-0 grâce à des buts de Brian Talbot et Frank Stapleton, mais Manchester marque deux fois et le match se dirige vers une prolongation, quand finalement Arsenal s'impose grâce à un but de Alan Sunderland dans les arrêts de jeu.

Lors de la saison 1979-1980, Arsenal joue 70 matchs (un record) et atteint les finales de deux coupes, mais termine sans trophée ni titre. En finale de FA Cup, Arsenal est favori contre une équipe de 2e division, West Ham United, mais s'incline 1-0. Les Gunners perdent aussi en finale de la coupe d'Europe des vainqueurs de coupe contre les Espagnols du Valence CF, le match se termine sur un score nul (0-0) et Arsenal perd aux tirs au but.

Liam Brady part alors pour la Juventus et le club traverse une nouvelle période creuse. Terry Neill essaie alors de recruter Diego Maradona pour remplacer Brady pour les saisons à venir. Sans succès, le prodige argentin signe au FC Barcelone. Arsenal termine régulièrement dans les quatre premiers du championnat sans remporter aucun titre. Le club n'a pas plus de réussite en coupe, les Gunners atteignent au mieux les demi-finales en 1983, alors éliminés par Manchester United.

Terry Neill éprouve des difficultés pour contrôler ses joueurs, notamment Alan Hudson et Malcolm Macdonald, il est limogé en décembre 1983 après un mauvais début de saison, notamment une élimination en coupe de la League contre Walsall.

Don Howe, qui a servi le club pendant longtemps, succède à Neill mais il ne réussit pas non plus à remporter de trophée. Sous sa direction, Arsenal finit aux places d'honneur en championnat (6e et 7e) mais est sorti de FA Cup par un club de troisième division, York City. De plus en plus déçus, les supporters sont de moins en moins nombreux à assister aux matchs : la moyenne d'affluence tombe à moins de 20 000. Howe démissionne en mars 1986 après avoir eu vent des approches du club auprès de Terry Venables, pour le remplacer[6].

1986-1995 : Retour au sommet avec George Graham[modifier | modifier le code]

Le 14 mai 1986, George Graham, ancien joueur d'Arsenal alors manager de Millwall, est nommé en remplacement de Howe : c'est le début d'une période en or pour le club.

Bien qu'Arsenal ne finisse que quatrième du championnat pour la première saison de Graham, le club remporte la League Cup de 1987 après un parcours à rebondissements. En demi-finale, Arsenal remonte un score de 0-2 contre son rival de toujours, Tottenham, en marquant deux fois et en provoquant un deuxième match remporté 2-1. En finale contre Liverpool, les Gunners sont menés 0-1 mais l'emportent 2-1 grâce à deux buts de Charlie Nicholas.

Arsenal perd la finale de coupe de la Ligue l'année suivante, mais l'équipe est performante avec une défense dirigée par Tony Adams, accompagné de Lee Dixon, Steve Bould et Nigel Winterburn. Cela demeure la composition de base de la défense pendant une dizaine d'années. Le club est à nouveau champion d'Angleterre en 1989, son premier titre depuis 1971. Le titre se joue lors de la dernière journée contre l'autre prétendant, Liverpool, qu'Arsenal rencontre à l'extérieur, à Anfield.

Arsenal doit gagner par deux buts d'écart pour remporter le titre, Alan Smith en marque un au début de deuxième mi-temps. Mais cela ne suffit pas et le score reste bloqué en faveur de Liverpool à la 90e minute. Les Reds se voient déjà champions, mais alors qu'il ne reste que quelques secondes à jouer Michael Thomas marque le 2e but d'un lob sur le gardien de Liverpool, Bruce Grobbelaar. Arsenal est sacré champion à la surprise générale.

Arsenal est de nouveau champion d'Angleterre en 1991, avec ses nouvelles recrues David Seaman et Anders Limpar, en ne perdant qu'un match et en finissant avec sept points d'avance sur le second. Les Gunners sont éliminés en demi-finale de la FA Cup par Tottenham et ne peuvent donc pas réaliser le doublé.

Durant la saison 1991-1992, Arsenal recrute l'attaquant anglais Ian Wright de Crystal Palace et fait sa rentrée en coupe d'Europe après 20 ans d'absence.

Match face à Sheffield Wednesday en 1992.

Les Gunners sont éliminés dès le second tour par Benfica, leur saison est sauvée seulement par une 4e place en championnat.

Ian Wright, star de l'équipe dans les années 90.

La tactique d'Arsenal change alors, l'équipe devient plus défensive : c'est la grande époque du Boring Arsenal ("Arsenal l'ennuyeux"). Un choix payant puisqu'en 1992-1993 Arsenal remporte la FA Cup et la coupe de la League. La finale de FA Cup contre Sheffield Wednesday doit cependant être rejouée car le premier match se termine sur une égalité 1-1. Le second match donne lui aussi lieu à une égalité et Arsenal ne l'emporte qu'à la fin des prolongations grâce à un but de Andy Linighan.

Arsenal remporte son deuxième trophée européen en 1994, la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, en battant le tenant du titre, Parme 1-0. C'est le dernier trophée pour Graham qui est renvoyé en février de l'année suivante pour avoir reçu une commission illégale sur le transfert de John Jensen en 1992[7].

L'ère Arsène Wenger[modifier | modifier le code]

1996 - 2006 : Succès immédiats[modifier | modifier le code]

Les succès du club à partir de la fin des années 1990 doivent beaucoup au recrutement de l'entraîneur français Arsène Wenger en 1996, premier manager non britannique du club[8]. Bien qu'arrivé dans un relatif anonymat (les tabloïds anglais titrant, le lendemain de sa nomination « Arsene Who? »[8]), il apporte une nouvelle approche tactique, plus offensive[1], un nouveau régime d'entraînement et plusieurs joueurs étrangers complètent rapidement l'effectif de départ (notamment de nombreux Français, dont les champions du monde Patrick Vieira et Emmanuel Petit[8], rejoints en 1999 par Thierry Henry, puis par Wiltord et Pirès). Arsenal réussit deux nouveaux doublés coupe-championnat en 1998 puis en 2002.

Le club atteint une nouvelle finale européenne en 2000 mais échoue en Coupe UEFA face à Galatasaray SK aux tirs au but.

Présentation du trophée de champion d'Angleterre 2004.
Supporters lors de la parade célébrant le titre de champion d'Angleterre 2004.

Cette période faste pour les Gunners entraîne une forte internationalisation du club. Bien aidé par la popularité des nombreux français dans le vestiaire (dont nombreux étaient champions du monde 1998) et par des résultats excellents, le club devient peu à peu l'un des plus populaires et les plus suivis au monde. Les affrontements face au Manchester United Sir Alex Ferguson pour le titre deviennent mémorables. Les deux clubs se sont en effet partagés tous les titres de champion d'Angleterre entre 1996 et 2004. En 2004 justement, Arsenal est sacré champion en ne perdant aucun match[8], et porte le record d'invincibilité en Premier League à 49 matchs d'affilée. Avec cette performance, le club est surnommé « l'invincible Arsenal[9] ». Pourtant donnés ultra favoris au sacre final, les Gunners échouent toutefois sur la scène européenne en étant élimiminé en quart de finale face à leurs rivaux londoniens de Chelsea. Cette période dorée marque notamment l'apogée de la carrière de l'attaquant français Thierry Henry, véritable star mondiale et meilleur buteur du championnat d'Angleterre à quatre reprise entre 2002 et 2007. Arsenal est alors considéré comme l'un des quatre clubs anglais les plus importants avec Manchester United, Chelsea et Liverpool, ils forment le « Big Four ».

La saison 2005-2006 fut une saison mémorable et fortement chargée en émotion pour les « Gunners ». Le stade de Highbury a vu durant les années 1990 sa capacité passer de de 57.000 à 38.000 places afin de répondre aux nouvelles normes de sécurité imposée par la FA. Ce nombre de places étant bien insuffisant afin de répondre aux ambitions économiques et sportives du club, Arsenal avait décidé d'entamer la construction d'une toute nouvelle enceinte de 60.000 places dès le début du nouveau millénaire. Le 7 mai 2006, les « Gunners » jouent ainsi leur dernier match dans leur enceinte historique face à Wigan. Cette rencontre capitale pour assurer une qualification en ligue des champions pour la saison suivante se soldât par un nouveau festival du numéro Thierry Henry qui permit à Arsenal de l'emporter 4-2.

Henry, lors du dernier match à Highbury.

Quelques jours plus tard et après un parcours héroïque[réf. nécessaire] en Ligue des champions, au cours duquel ils éliminent notamment Real Madrid et la Juventus, Wenger et ses hommes atteignent la finale de la plus prestigieuse compétition européenne pour la première fois de leur histoire. Réduits à dix dés le début de la rencontre après l'exclusion du gardien Jens Lehmann, ils livrent une prestation héroïque[réf. nécessaire] face au FC Barcelone de Samuel Eto'o et Ronaldinho mais seront défaits dans les derniers instants en finale face au, 2-1.

Période sans titre (2006-2013)[modifier | modifier le code]

La défaite en finale de la ligue des champions marque le début d'un relatif déclin pour les Gunners de Wenger. Malgré l'achat de jeunes stars en devenir (Robin van Persie, Samir Nasri, Bacary Sagna, Theo Walcott, Alex Oxlade-Chamberlain, Aaron Ramsey...) et l'éclosion de certaines pépites du centre de formation (Jack Wilshere, Kieran Gibbs...), les grands joueurs de l'équipe des invincibles décident tour à tour de quitter le club (Patrick Vieira vers la Juventus, Thierry Henry vers Barcelone, Ashley Cole vers Chelsea) laissant donc la place à la nouvelle génération qui a du mal à confirmer au plus haut niveau. En effet, les Gunners ne parviennent plus à jouer le titre en championnat (ils terminent 3e et 4e) et échouent souvent sur la dernière ou avant dernière marche qui mène à un trophée. En témoignent les deux finales de League Cup perdues contre Chelsea et Birmingham en 2007 et 2011, ainsi que la demi-finale de Ligue des champions perdue 4-1 sur l'ensemble des deux matchs face à Manchester United en 2009, et la finale de 2006 contre le FC Barcelone de Ronaldinho au Stade de France. Malgré cette longue disette, A. Wenger continue de renforcer les finances du club, quitte à sacrifier l'aspect sportif, pour permettre de payer rapidement le tout nouveau stade en 2006, l'Emirates Stadium.

Arsène Wenger en 2009.

Depuis 2011, de nombreux talents qui composaient cette jeune génération maudite décidèrent de quitter le club dans l'espoir de gagner enfin un trophée au plus haut niveau. Ainsi, à l'été 2011, trois joueurs majeurs du club ont décidé de quitter Londres pour partir dans un club plus compétitif (Gaël Clichy et Samir Nasri à Manchester City, Cesc Fàbregas à Barcelone). Les Gunners se qualifient toutefois pour la Ligue des champions 2012-2013 en grande partie grâce à leur capitaine Robin van Persie. Cependant, une nouvelle saignée frappa les Londoniens lors de l'été 2012 puisque ce dernier, alors adulé par les fans, décide lui aussi de quitter le club, qui plus est pour aller chez l'ennemi Manchester United, ce qui provoqua la colère des fans. Alexandre Song quitta aussi le club pour Barcelone. Malgré un effort des investisseurs pour faire venir quelques joueurs de renom (Santi Cazorla, Lukas Podolski), la saison 2012-2013 ressemble à toutes les précédentes et se termine sans le moindre trophée pour Arsenal, soit la huitième saison consécutive.

Lukas Podolski et Mikel Arteta 2012.

Cependant, un vent nouveau semble souffler sur l'Emirates Stadium à l'aube de la saison 2013-2014. En effet, malgré sa volonté de rester sage et raisonnable sur le marché des transferts, Arsène Wenger promet du changement. Ainsi, une enveloppe de près de 80 millions d'euros lui est offerte dans le but de rendre Arsenal de nouveau compétitif sur le plan national et européen. La principale recrue de l'été 2013 est l'Allemand Mesut Özil pour environ 50 millions d'euros[10].

Fin de période (2014-2018) : retour des titres puis départ du club[modifier | modifier le code]

Arsenal entame sa saison 2013-2014 par une défaite contre Aston Villa, ce qui accentue la pression sur les épaules d'Arsène Wenger alors qu'approche à grands pas un match de barrage de la Ligue des champions face aux turcs du Fenerbahçe. C'est à partir de ce match que les choses vont commencer à aller mieux pour les pensionnaires de l'Emirates puisque, après avoir facilement disposé de Fenerbahçe, les protégés d'Arsène Wenger remettent les choses au clair en championnat puisqu'ils battent Fulham 3-1 mais surtout leur ennemi juré de Tottenham 1-0 sur un but d'Olivier Giroud. Le , durant la dernière soirée du marché des transferts, Arsenal réalise le plus gros transfert de son histoire en signant l'allemand Mesut Özil pour près de 50 millions d'euros.

Mesut Özil, recrue phare en 2013

Cela en fait le deuxième plus gros transfert de l'histoire de la Premier League derrière Fernando Torres. Ce transfert vient redonner de la crédibilité à Arsène Wenger et au club d'Arsenal. Le , lors de la 10e journée du championnat anglais, Arsenal bat Liverpool 2-0 et prend la première place du championnat avec 5 points d'avance sur Chelsea et Liverpool. Mais malgré cela, le club londonien finira 4e du championnat derrière Chelsea, Liverpool et Manchester City qui finira premier.

Presque trois mois plus tard, le 10 août 2014, Arsenal remporte un deuxième trophée consécutif en battant Manchester City 3-0 dans le traditionnel Community Shield à Wembley.

Le 30 mai 2015, les Gunners prouvent de nouveau que la période 2006-2013 est oubliée, ils remportent pour la deuxième année consécutive la FA Cup face à Aston Villa sur le large score de 4-0. Ce nouveau sacre permet à Arsenal de devenir le seul recordman de victoires en Cup, la plus ancienne compétition au monde (1871) : 12 désormais devant son éternel rival, Manchester United qui en compte 11. Le 2 août 2015, Arsenal affronte sa bête noire Chelsea pour le Community Shield et a donc l'occasion de réaliser le doublé FA Cup - Community Shield comme en 2014. Cela briserait la malédiction d'Arsène Wenger qui n'a jamais battu José Mourinho en 13 rencontres. Arsenal s'impose finalement 1-0 et lance idéalement sa saison 2015-2016.

Arsène Wenger a, lui, profité de l'occasion pour ajouter une sixième Cup à son palmarès. Il est le seul entraîneur de l'histoire des Gunners à avoir remporté l'épreuve plus d'une fois, et l’entraîneur le plus titré au niveau des Coupes.

Pour cette saison 2015-2016, les Gunners ont à cœur de remporter enfin la Premier League qui leur échappe depuis 2004. Les joueurs ont changé mais la philosophie reste la même, un jeu rapide et au sol et basé vers l'avant qu'à instauré Wenger à son arrivée. Vainqueur de Manchester United 3-0 à L'Emirates, les Gunners ont banni leur tendance à perdre contre les grosses écuries, ce qui leur faisait défaut ces dernières années. Toutefois, l'équipe dépassera son rival éternel Tottenham lors de la dernière journée et finira deuxième au classement derrière l'équipe surprise Leicester.

Malgré des débuts hésitants, la saison 2016-2017 semble confirmer le retour au sommet des Gunners avec une défense retrouvé grâce au recrutement de Shkrodran Mustafi associé au taulier Laurent Koscielny et marqué par une retentissante victoire 3-0 face à Chelsea FC. Après une série convaincante lors de la période du Boxing Day, Arsenal s’effondre autant en championnat qu'en Ligue des champions. Les mauvais résultats combinés à l'avenir incertain de Wenger au club entretiennent un mécontentement en tribune pour une partie des supporters demandant la non-prolongation du manager et le départ du propriétaire américain. La fin de saison ne masque que peu les lacunes d'Arsenal. Le club termine à une cinquième place et sur une victoire en FA Cup. Même si le nombre de trophées en FA Cup constitue un record (13), Arsenal ne parvient pas à obtenir une place pour la prochaine Ligue de champions mais seulement pour la Ligue Europa. C'est la première fois depuis 20 ans qu'Arsenal n'accède pas à la plus prestigieuse compétition européenne. Les perspectives économiques, l'avenir de joueurs clés (Sánchez, Özil, ...) et la défiance envers Arsène Wenger ne permettent pas de se projeter sereinement pour la prochaine saison.

Arsène Wenger, lors de ses adieux en mai 2018.

Le 20 avril 2018, Arsène Wenger annonce qu'il quittera le club à la fin de la saison 2017-18, après près de 22 ans de carrière au sein du club londonien. Il aura remporté 7 coupes d'Angleterre, soit plus de la moitié du palmarès d'Arsenal dans la compétition ; il a remporté également sept fois le Community Shield, été trois fois champion d'Angleterre (dont une saison invaincu en 2003-04) et participé à deux finales européennes : la Coupe UEFA en 2000 et surtout la Ligue des champions en 2006 contre le FC Barcelone.[11] D'après le communiqué, Wenger déclare « je suis reconnaissant d'avoir eu le privilège de servir le club pendant tant d'années mémorables »[12].

Période actuelle[modifier | modifier le code]

Le 23 mai 2018, Unai Emery, en provenance du Paris Saint-Germain, devient le nouvel entraîneur d'Arsenal. Il est le premier Espagnol à diriger le club[13].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Bilan saison par saison et Records.

Titres et trophées[modifier | modifier le code]

Avec treize titres de champion d'Angleterre, Arsenal est le troisième club le plus titré du pays après Liverpool FC et Manchester United. En FA Cups, Arsenal est le club le plus titré avec treize trophées, devant Manchester United (12).

En 2002, Arsenal réalise pour la troisième fois, après 1971 et 1998, le « doublé » Coupe-championnat, c'est-à-dire remporter la Premier League et la FA Cup la même année. Le club partage ce record avec Manchester United. En 1993, Arsenal devient enfin la première équipe anglaise à remporter la FA Cup et la League Cup au cours de la même année.


Palmarès en compétitions officielles
Compétitions nationales Compétitions internationales


Palmarès en compétitions non officielles
Compétitions internationales non officielles

Records sportifs[modifier | modifier le code]

Arsenal détient plusieurs records sportifs au niveau national, dont notamment celui d'avoir disputé le plus de saisons consécutives en première division du championnat d'Angleterre (93 saisons entre 1919 et 2019, série en cours) et le record d'invincibilité de 49 matchs entre mai 2003 et octobre 2004[14]. En incluant les 38 matchs de la saison 2003-2004, Arsenal est devenu le second club à rester invaincu pendant une saison entière de championnat après Preston North End (qui avait disputé seulement 22 matchs) en 1888-1889.

Trophée doré des invincibles.

Lors de la Ligue des champions 2006, Arsenal bat le record d'invincibilité de son but, en n'encaissant aucun but pendant dix matchs consécutifs (le précèdent record était établi par le Milan AC avec sept matchs), soit 995 minutes avant que le barcelonais Samuel Eto'o ne mette fin à cette série à la 76e minute de la finale de la compétition[15].

Au terme de la saison 2016-2017, Arsenal récupère son record de nombre de titres en FA Cup (précédemment partagé avec Manchester United) avec un treizième trophée après une victoire 2-1 face à Chelsea FC joué à Wembley.

Emblème de l'équipe[modifier | modifier le code]

Couleurs[modifier | modifier le code]

Le maillot à domicile lors de la saison 2004-2005 d'Arsenal créé par l'équipementier Nike avec le sponsor O²

Historiquement, Arsenal arbore à domicile un maillot rouge vif à manches blanches avec un short blanc. Le choix du rouge vient en reconnaissance d'une donation charitable de Nottingham Forest, peu après la fondation du club en 1886. Deux des membres fondateurs du Dial Square, Fred Beardsley et Morris Bates, anciens joueurs de Nottingham Forest, avaient déménagé à Woolwich pour travailler. Comme c'était la première fois qu'une équipe était fondée dans le secteur aucun maillot ne put être trouvé, Beardsley et Bates écrivirent à leur ancienne équipe pour recevoir des équipements et un ballon[2]. Le maillot est alors plus sombre que les couleurs modernes du club[16].

À son arrivée, Herbert Chapman exprime le souhait que ses joueurs soient plus distinctement habillés. Il fait coudre l'écusson sur le maillot, en fait changer la couleur pour un rouge plus clair, puis fait ajouter un col et des manches blancs[16]. En 1964, un maillot complètement rouge est essayé mais, devant les réactions négatives des supporters, les manches blanches font leur retour dès la saison suivante. Le temps de la dernière saison d'Arsenal à Highbury, en 2005-2006, l'équipe adopte un maillot reprenant la couleur pourpre des débuts.

Les couleurs d'Arsenal ont également inspiré au moins trois autres clubs. En 1909, le Sparta Prague adopte une tenue identique à celle d'Arsenal, de couleur rouge foncé, qu'il utilise toujours aujourd'hui[16]. Dans les années 1930, le Hibernian adapte le design du maillot d'Arsenal mais en remplace le rouge par du vert. En 1935 le Sporting Clube de Braga adopte le design d'Arsenal, sous l'impulsion de l'entraîneur József Szabó.

Les couleurs extérieures du club sont traditionnellement jaune et bleu, mais elles furent quelquefois vert et bleu marine, notamment dans les années 1980. Depuis les années 1990 et l'arrivée du merchandising des maillots de football, les couleurs extérieures changent pratiquement toutes les saisons. Pour la saison 2007-2008, le club a introduit un maillot extérieur blanc en hommage à Herbert Chapman ainsi qu'un troisième maillot ressemblant aux couleurs du FC Barcelone. Pour la saison 2008-2009, le club a porté un maillot extérieur jaune en hommage aux champions de l'année 1989 (20e anniversaire).

Le maillot d'Arsenal est sponsorisé depuis 1981[16]. Le premier accord est signé avec JVC et il ne se termina qu'en 1999. Depuis, le club londonien a arboré les noms de SEGA Dreamcast (1999-2002) puis d' (2002-2006). Depuis l'été 2006, Arsenal est sponsorisé par Fly Emirates[16]. L'équipementier du club est Adidas, à partir de la saison 2019-2020 et avec un contrat de cinq saisons[17]. Avant cela, Arsenal est équipé par Umbro (1978-1986)[16], Adidas (1986-1994), Nike (1994-2014) et Puma (2014-2019).

Blason[modifier | modifier le code]

L'origine de l'écusson actuel d'Arsenal remonte à la création du club. Le premier blason du Royal Arsenal est réalisé en 1888 ; composé de trois canons, vus de dessus et pointant vers le nord, il s'inspire alors largement des armes du borough de Woolwich. Ils sont souvent confondus avec des cheminées, mais la présence d'une tête de lion indique que ce sont bien des canons[18]. Ces canons rappellent par ailleurs le corps des fondateurs du club, des ouvriers de la manufacture d'armes Royal Arsenal[18].

En 1922, alors que le football anglais se remet progressivement des effets de la Première Guerre mondiale, le club adopte un nouveau blason avec un seul canon, pointant vers l'est et vu de côté, le surnom The Gunners étant inscrit à sa droite[18]. Celui-ci n'est utilisé que jusqu'en 1925, date à laquelle le canon est tourné vers l'ouest et son tube aminci[18]. Dans les années 1930, le club opte pour un nouveau logo sans canon, de type « art nouveau ».

En 1949, le club se fait réaliser un blason plus moderne et mieux fini. Il reprend le même style de canon que précédemment, y ajoute le nom du club au-dessus du canon en caractères gothiques, ainsi qu'un bandeau avec la nouvelle devise latine du club, Victoria Concordia Crescit (en français : « La victoire vient de l'harmonie »). Cette dernière est due à Harry Homer, le journaliste chargé de la rédaction du magazine du club, qui à l'issue du championnat 1947-1948 remporté par Arsenal, utilisa cette citation pour décrire une saison qu'il avait trouvé si intense et si belle[18]. Quelque temps plus tard, le blason est coloré de rouge, vert et or.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Arsenal se trouve cependant au début des années 2000, marqué par une explosion du merchandising, face à un problème de taille : du fait des nombreuses révisions et références du blason, il se trouve incapable de revendiquer des droits d'auteur[18]. Le club parvient seulement à enregistrer son blason en tant que marque déposée, ce qui lui permet de remporter une bataille juridique contre un vendeur local de produits estampillés Arsenal[19].

En 2002, un nouveau logo est présenté, plus moderne, dans un style plus simple, dont les droits d'auteur sont cette fois-ci reconnus[20]. Le canon figure toujours dessus, et le nom du club est inscrit dans une police sans-serif au-dessus du canon. Le vert est remplacé par du bleu foncé. Cet écusson reçoit cependant un accueil plutôt mitigé des supporters, qui lui reprochent notamment d'ignorer une partie de l'histoire du club en supprimant le texte en caractères gothiques, la devise et le blason[20].

Pour la saison 2011-2012, un blason commémoratif des 125 ans du club figure sur le maillot.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stades[modifier | modifier le code]

La tribune North Bank de l'Arsenal Stadium
Articles détaillés : Arsenal Stadium et Emirates Stadium.

Après son déménagement en 1913, le stade d'Arsenal reste longtemps l'Arsenal Stadium, plus connu sous le surnom d’Highbury, du nom du quartier où il se trouve. Le stade, construit par le très réputé architecte de football Archibald Leitch, présente un style semblable à celui de nombreux stades anglais de l'époque, avec une seule tribune couverte et trois autres à ciel ouvert. Dans les années 1930, les tribunes du stade sont entièrement couvertes. À son maximum, le stade peut accueillir plus de 60 000 spectateurs et maintient une capacité de 57 000 places jusqu'au début des années 1990. Face à la nécessité de s'adapter aux nouvelles réglementations, les places debout sont entièrement supprimées en 1992, réduisant la capacité à 38 500 places[21]. Cette capacité est ultérieurement encore réduite pour les matchs de Ligue des champions, pour permettre la pose de panneaux publicitaires, tandis qu'aucun projet d'agrandissement n'est possible du fait de la proximité des habitations[22].

Façade est de l'ancien stade de Highbury.

Cette faible capacité limite les recettes d'Arsenal, ce qui conduit ses dirigeants à déménager au Wembley Stadium pour ses matchs européens[23]. L'affluence record enregistrée par le club est de 73 707 spectateurs, réunis pour un match de Ligue des champions contre le RC Lens le [note 3], battant ainsi le précédent record de Highbury : 73 295 spectateurs pour la réception de Sunderland le (0-0)[24].

Vue d'ensemble de l'Emirates stadium

Imaginé depuis le début des années 2000, la construction d'un nouveau stade d'une capacité de 60 000 places assises à Ashburton Grove, à environ 500 mètres au sud-ouest d'Highbury, est lancée en 2004. L'Emirates Stadium est inauguré en juillet 2006. Il porte le nom du principal sponsor du club, la compagnie aérienne Emirates, avec laquelle Arsenal a signé un contrat record de 100 millions de livres[25], comprenant le nommage du stade pour quinze ans et le sponsoring du maillot jusqu'à la saison 2013–2014. La mise en service du nouveau stade est un succès, puisque dès sa première saison, le club londonien vend plus d'abonnements (plus de 45 000) qu'il n'y avait de places à Highbury.

Centre d'entraînement[modifier | modifier le code]

Le centre d'entraînement d'Arsenal est un ensemble « ultramoderne » de 58 hectares, installé près du village de Shenley dans le Hertfordshire. Construit en 1998-1999 à l'insistance du manager Arsène Wenger, choqué de voir que le club n'a pas d'infrastructures propres, pour un investissement de 10 millions de livres sterling, il compte notamment dix terrains de football, dont deux sont chauffés en cas de gel. Les terrains avaient été tracés à l'origine aux mesures précises de Highbury, le stade du club à cette époque[26].

Le centre remplace alors les équipements de l'Union des étudiants de la University College of London, dont Arsenal avait usage depuis 1961[26]. Il accueille aujourd'hui l'entraînement des principales équipes du club (jusqu'aux moins de 18 ans) et de nombreux matches amicaux ou amateurs.

Centre de formation[modifier | modifier le code]

Arsenal dispose d'un centre de formation connu pour ses succès dans les compétitions de jeunes et les jeunes joueurs qui en sont sortis pour devenir professionnels. Fondé en 1954, le centre de formation devient officiellement une Academy quand sont inaugurés les nouveaux bâtiments du centre d'entraînement de Shenley[27].

L'Academy accueille des jeunes âgés de 9 à 21 ans venus du monde entier. Si les joueurs de l'équipe des moins de 18 ans sont bien hébergés à Shenley, les plus jeunes s'entraînent au centre d'entraînement de Hale End, qui appartient également au club.

Le directeur du centre de formation est l’ancien international irlandais Liam Brady depuis 1996, assisté de David Court. Tous deux sont d'anciens joueurs formés au club et se sont entourés d'autres anciens joueurs emblématiques dans leur travail de formation (comme Steve Bould, entraîneur de l'équipe des moins de 18 ans dans les années 2000). Bien que les résultats sportifs de ses équipes ne soient pas l'objectif principal du centre de formation, l'équipe des moins de 18 ans compte à son palmarès cinq championnats (Premier Academy League) et sept coupes (FA Youth Cup)[28], ce qui en fait l'équipe la plus titrée du pays avec Manchester United, notamment depuis l'arrivée de Wenger.

Le meilleur exemple de joueur de talent formé par l'Academy est probablement le défenseur Ashley Cole, apparu en équipe première en 1999 en et international anglais sans discontinuité depuis 2001. Plus récemment, Kieran Gibbs et Jack Wilshere ont fait parler d'eux en étant sélectionnés en équipe nationale à respectivement 20 ans et 19 ans.

Depuis la seconde Guerre mondiale, le club a formé de nombreux joueurs internationaux, parmi lesquels les Anglais Tony Adams, David Bentley, Andy Cole, Ashley Cole, Martin Keown, Paul Merson, Ray Parlour, John Radford, Graham Rix, David Rocastle, Peter Storey et Michael Thomas ; les Irlandais Liam Brady, David O'Leary, Niall Quinn et Frank Stapleton ; les Nord-Irlandais Steve Morrow, Terry Neill, Sammy Nelson, Pat Rice, le Gallois Ray Daniel ou encore le Suisse Johan Djourou.

Personnalités historiques[modifier | modifier le code]

Managers[modifier | modifier le code]

Arsène Wenger, manager du club de 1996 à 2018.

Le premier manager du club est l'Écossais Thomas Mitchell, venu en 1897 de Blackburn Rovers[29]. Herbert Chapman, arrivé en 1925 et mort en poste en 1934, est le premier Gunners à remporter des titres importants (deux championnats et une FA Cup). George Allison, de 1934 à 1947, et Tom Whittaker, de 1947 à 1956, poursuivent l'œuvre de leur prédécesseur avec une certaine régularité. Bertie Mee, arrivé d'abord comme intérimaire en 1966, va mettre en place une équipe redoutable, qui remporte le premier titre continental du club en 1970. L'Écossais George Graham, de 1986 à 1995, élève avec son Boring Arsenal sept trophées d'importance, dont la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en 1994.

Unai Emery est l'actuel entraîneur des Gunners

Recruté en 1996, Arsène Wenger est le 18e entraîneur de l'histoire d'Arsenal (hors intérimaires) et le premier non britannique. Arrivé dans un relatif anonymat, il est aujourd'hui devenu l'entraîneur à avoir connu la plus grande longévité sur le banc du club[30].

Managers d'Arsenal
Rang Nom Période
1 Drapeau : Écosse Thomas Mitchell 1897-1898
2 Drapeau : Angleterre George Elcoat 1898-1899
3 Drapeau : Angleterre Harry Bradshaw 1899-1904
4 Drapeau : Écosse Phil Kelso 1904-1908
5 Drapeau : Écosse George Morrell 1908-1915
6 Drapeau : Angleterre James McEwen 1915-1919
7 Drapeau : Angleterre Leslie Knighton 1919-1925
8 Drapeau : Angleterre Herbert Chapman 1925-1934
9 Drapeau : Angleterre Joe Shaw 1934
Rang Nom Période
10 Drapeau : Angleterre George Allison 1934-1947
11 Drapeau : Angleterre Tom Whittaker 1947-1956
12 Drapeau : Angleterre Jack Crayston 1956-1958
13 Drapeau : Angleterre George Swindin 1958-1962
14 Drapeau : Angleterre Billy Wright 1962-1966
15 Drapeau : Angleterre Bertie Mee 1966-1976
16 Drapeau : Irlande du Nord Terry Neill 1976-1983
17 Drapeau : Angleterre Don Howe 1983-1986
18 Drapeau : Angleterre Steve Burtenshaw 1986
Rang Nom Période
19 Drapeau : Écosse George Graham 1986-1995
20 Drapeau : Écosse Stewart Houston 1995
21 Drapeau : Écosse Bruce Rioch 1995-1996
22 Drapeau : Écosse Stewart Houston 1996
23 Drapeau : Irlande du Nord Pat Rice 1996
24 Drapeau : France Arsène Wenger 1996 - 2018
25 Drapeau : Espagne Unai Emery 2018 -

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Dennis Bergkamp sous le maillot d'Arsenal, saison 1999-2000

La FIFA liste les joueurs suivants, tous internationaux, comme emblématiques de l'histoire d'Arsenal[1] :

Statue de Tony Adams devant l'Emirates Stadium.

En termes de records, l'Irlandais David O'Leary détient le record d'apparitions sous le maillot d'Arsenal, avec 722 matchs toutes compétitions confondues entre 1975 et 1993, suivi des Anglais Tony Adams, George Armstrong et Lee Dixon, qui cumulent également plus de 600 matchs. David Seaman est le premier gardien de but de la liste avec 563 rencontres[24]. Le Français Thierry Henry est le meilleur buteur de l'histoire du club avec 228 buts toutes compétitions confondues[31]. Il surpasse ainsi Ian Wright (185 buts) et Cliff Bastin (178).

L'Écossais Jimmy Jackson est le premier capitaine connu d'Arsenal, en 1904. Le Français Rémi Garde est le premier joueur non-britannique à porter le brassard de capitaine en 1996. Le tableau suivant liste les capitaines principaux d'Arsenal depuis 1962 :

Robin Van Persie et Thierry Henry, deux grands joueurs du club
Quelques capitaines d'Arsenal
Nom Période
Drapeau : Irlande du Nord Terry Neill 1962-1967
Drapeau : Écosse Frank McLintock 1967-1973
Drapeau : Angleterre Alan Ball 1973-1975
Drapeau : Écosse Eddie Kelly 1975-1976
Drapeau : Irlande du Nord Pat Rice 1976-1980
Drapeau : Angleterre John Hollins 1980-1981
Drapeau : Irlande David O'Leary 1981-1983
Drapeau : Angleterre Graham Rix 1983-1986
Drapeau : Angleterre Kenny Sansom 1986-1988
Drapeau : Angleterre Tony Adams 1988-2002
Nom Période
Drapeau : France Patrick Vieira 2002-2005
Drapeau : France Thierry Henry 2005-2007
Drapeau : France William Gallas 2007-2008
Drapeau : Espagne Cesc Fàbregas 2008-2011
Drapeau : Pays-Bas Robin van Persie 2011-2012
Drapeau : Belgique Thomas Vermaelen 2012-2014
Drapeau : Espagne Mikel Arteta 2014-2016
Drapeau : Allemagne Per Mertesacker 2016-2018
Drapeau : France Laurent Koscielny 2018-

Pour ce qui est des équipes nationales, Theo Walcott est en 2006 le 57e joueur fourni par Arsenal à l'équipe d'Angleterre[32], faisant du club le troisième[33] fournisseur de l'équipe nationale derrière Aston Villa et Tottenham Hotspur. Le même Walcott, appelé le 6 mai 2006 à 17 ans et 74 jours, est par ailleurs le plus jeune joueur d'Arsenal jamais sélectionné en équipe d'Angleterre. Arsenal a également fourni seize joueurs à l'équipe d'Écosse[34], le dernier en date étant Charlie Nicholas en 1987.

Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

Le premier tableau liste l'effectif professionnel d'Arsenal pour la saison 2018-2019. Le second recense les prêts effectués par le club lors de cette même saison.

Effectif professionnel de l'Arsenal FC de la saison 2018-2019
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[35] Nom Date de naissance Sélection[36] Club précédent Contrat
1 G Drapeau de la République tchèque Čech, PetrPetr Čech 20/05/1982 (37 ans) République tchèque Chelsea 2015-2019
19 G Drapeau de l'Allemagne Leno, BerndBernd Leno 04/03/1992 (27 ans) Allemagne Bayer Leverkusen 2018-2023
2 D Drapeau de l'Espagne Bellerín, HéctorHéctor Bellerín 18/03/1995 (24 ans) Espagne Formé au club 2012-2019
5 D Drapeau de la Grèce Papastathópoulos, SokrátisSokrátis Papastathópoulos 08/06/1988 (30 ans) Grèce Borussia Dortmund 2018-2021
6 D Drapeau de la France Koscielny, LaurentLaurent Koscielny Capitaine 10/09/1985 (33 ans) France FC Lorient 2010-2020
12 D Drapeau de la Suisse Lichtsteiner, StephanStephan Lichtsteiner 16/01/1984 (35 ans) Suisse Juventus FC 2018-2019
16 D Drapeau de l'Angleterre Holding, RobRob Holding 20/09/1995 (23 ans) Angleterre espoirs Bolton FC 2016-2020
18 D Drapeau de l'Espagne Monreal, NachoNacho Monreal 26/02/1986 (33 ans) Espagne Málaga CF 2013-2019
20 D Drapeau de l'Allemagne Mustafi, ShkodranShkodran Mustafi 17/04/1992 (27 ans) Allemagne Valence 2016-2021
25 D Drapeau de l'Angleterre Jenkinson, CarlCarl Jenkinson 08/02/1992 (27 ans) Angleterre Birmingham City 2011-2020
27 D Drapeau de la Grèce Mavropanos, KonstantinosKonstantinos Mavropanos 11/12/1997 (21 ans) Grèce espoirs PAS Giannina 2018-2023
31 D Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Kolašinac, SeadSead Kolašinac 20/06/1993 (25 ans) Bosnie-Herzégovine Schalke 04 2017-2022
4 M Drapeau de l'Égypte Elneny, MohamedMohamed Elneny 11/07/1992 (26 ans) Égypte FC Bâle 2016-2022
7 M Drapeau de l'Arménie Mkhitaryan, HenrikhHenrikh Mkhitaryan 21/01/1989 (30 ans) Arménie Manchester United 2018-2021
8 M Drapeau du pays de Galles Ramsey, AaronAaron Ramsey 26/12/1990 (28 ans) Pays de Galles Cardiff City 2008-2019
10 M Drapeau de l'Allemagne Özil, MesutMesut Özil 15/10/1988 (30 ans) Allemagne Real Madrid CF 2013-2021
11 M Drapeau de l'Uruguay Torreira, LucasLucas Torreira 11/02/1996 (23 ans) Uruguay Sampdoria Gênes 2018-2023
15 M Drapeau de l'Angleterre Maitland-Niles, AinsleyAinsley Maitland-Niles 29/08/1997 (21 ans) Angleterre espoirs Ipswich Town 2017-2023
22 M Drapeau de l'Espagne flèche vers la droite Suárez, DenisDenis Suárez 06/01/1994 (25 ans) Espagne FC Barcelone 2019-2019
29 M Drapeau de la France Guendouzi, MattéoMattéo Guendouzi 14/04/1999 (20 ans) France -20 ans FC Lorient 2018-2022
34 M Drapeau de la Suisse Xhaka, GranitGranit Xhaka 27/09/1992 (26 ans) Suisse Borussia Mönchengladbach 2016-2021
9 A Drapeau de la France Lacazette, AlexandreAlexandre Lacazette 28/05/1991 (27 ans) France Olympique lyonnais 2017-2022
14 A Drapeau du Gabon Aubameyang, Pierre-EmerickPierre-Emerick Aubameyang 18/06/1989 (29 ans) Gabon Borussia Dortmund 2018-2022
17 A Drapeau du Nigeria Iwobi, AlexAlex Iwobi 03/05/1996 (23 ans) Nigeria Formé au club 2013-2021
23 A Drapeau de l'Angleterre Welbeck, DannyDanny Welbeck 26/11/1990 (28 ans) Angleterre Manchester United 2014-2019
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)

Directeur de la haute performance

  • Drapeau : Australie Darren Burgess

Responsable performance

  • Drapeau : États-Unis Shad Forsythe
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Espagne Julen Masach
  • Drapeau : Irlande Barry Solan
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : Espagne Javi Garcia
  • Drapeau : Angleterre Sal Bibbo
Médecin(s)
  • Drapeau : Irlande Gary O'Driscoll

Analyste(s) vidéo

  • Drapeau : Espagne Victor Mañas
  • Drapeau : Angleterre Ben Knapper

Physiothérapeute(s)

  • Drapeau : Angleterre James Haycock
  • Drapeau : Japon Takahiro Yamamoto

Masseur(s)

  • Drapeau : Angleterre Darren Page

Intendant(s)

  • Drapeau : Angleterre Paul Akers

Analyste(s)

  • Drapeau : Angleterre Mark Curtis

Spécialiste(s) du sport

  • Drapeau : Angleterre Tom Allen

Nutritionniste(s)

  • Drapeau : Angleterre Richard Allison

Légende

Consultez la documentation du modèle

Joueurs prêtés pour la saison 2018-2019[modifier | modifier le code]


Le tableau suivant liste les joueurs en prêts pour la saison 2018-2019.

Joueurs prêtés
P. Nat. Nom Date de naissance Sélection Club en prêt
26 G Drapeau de l'Argentine Martínez, EmilianoEmiliano Martínez 02/09/1992 (26 ans) Drapeau : Angleterre Reading FC 30.06.2019
G Drapeau de la Colombie Ospina, DavidDavid Ospina 31/08/1988 (30 ans) Colombie Drapeau : Italie SSC Naples 30.06.2019
G Drapeau de l'Angleterre Macey, MattMatt Macey 09/09/1994 (24 ans) Drapeau : Angleterre Plymouth Argyle 31.05.2019
21 D Drapeau de l'Angleterre Chambers, CalumCalum Chambers 29/01/1995 (24 ans) Angleterre Drapeau : Angleterre Fulham FC 31.05.2019
D Drapeau de la Pologne Bielik, KrystianKrystian Bielik 04/01/1998 (21 ans) Pologne -19 ans Drapeau : Angleterre Charlton Athletic 31.05.2019
A Drapeau du Japon Asano, TakumaTakuma Asano 10/11/1994 (24 ans) Japon Drapeau : Allemagne Hanovre 96 30.06.2019
A Drapeau du Nigeria Nwakali, KelechiKelechi Nwakali 05/06/1998 (20 ans) Nigeria Drapeau : Portugal FC Porto 30.06.2019

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Statut juridique et légal[modifier | modifier le code]

La compagnie mère Arsenal Holdings plc est une public limited company, une société ouverte à responsabilité limitée non cotée sur les marchés. Il existe environ 62 000 actions d'Arsenal[37], qui ne s'échangent pas sur un marché d'échange public comme la Bourse de Londres, mais occasionnellement sur OFEX, un marché indépendant dédié aux plus petites structures. Le président du conseil d'administration (appelé The Arsenal Board) est Peter Hill-Wood depuis 1982[38], tandis qu'Ivan Gazidis est Chief Executive.

En , la valeur d'Arsenal est estimée à 290 millions de livres[39]. Cinq ans plus tard, sa valeur est passée à 640 millions de livres[37], le club ayant largement augmenté son chiffre d'affaires, ses bénéfices et réduit la dette accumulée lors de la construction du nouveau stade. En avril 2010, le magazine Forbes classe Arsenal au troisième rang des clubs les plus valorisés au monde derrière Manchester United et le Real Madrid, à 842 millions d'euros[40].

En 2010, le conseil d'administration du club détient environ 45 % des actions du club. L'actionnaire le plus important est l'entrepreneur américain Stan Kroenke, qui lance une première offre d'achat en 2007[41] et augmente encore sa participation en novembre 2009 jusqu'à rassembler près de 30 % des actions[42] (rachetées notamment au réseau de télévision ITV), un seuil qui lui permettrait de prendre officiellement possession du club. L'autre actionnaire important du conseil est Danny Fiszman, un marchand de diamants londonien (qui détient 16 % des actions, contre 24 % en 2005). Le président du club depuis 1982, Peter Hill-Wood, en détient moins de 1 %[43].

Par ailleurs, en 2008, Nina Bracewel-Smith, renvoyée en décembre 2008 de son poste de directeur d'Arsenal, détient 16 % des parts[43], et l'oligarque russe Alicher Ousmanov, via la société Red & White Securities, environ 25 %, rachetées notamment à David Dein, ancien vice-président du club, après la démission de ce dernier en 2007[44]. Les médias se font depuis régulièrement l'écho d'une certaine rivalité entre les actionnaires Ousmanov et Kroenke pour prendre à terme le contrôle du club.

Budget du club[modifier | modifier le code]

Bien qu'Arsenal n'ait longtemps pas eu la réputation d'un club très riche, comme peuvent l'être ses concurrents en Angleterre Manchester United ou Chelsea FC, sa saine gestion et son déménagement à l'Emirates Stadium lui ont permis de devenir l'un des clubs les plus solides et les plus bénéficiaires du monde.

Alors que le chiffre d'affaires de la société est de 138,4 millions de livres en 2005 (avec un bénéfice avant taxation de 19,3 millions de livres), celui-ci augmente progressivement les années suivantes jusqu'à atteindre 313,3 millions de livres (avec un bénéfice après impôt, transferts compris, de 35,2 millions de livres) lors de la saison 2008-2009[45]. En 2010, la société annonce un chiffre d'affaires record de 379,8 millions de livres, soit 450 millions d'euros, dont 222,9 millions de livres pour les activités sportives, et un bénéfice total après impôts supérieur à 60 millions de livres[45].

L'appui et le développement des méthodes marketing à l'étranger, et notamment dans les pays asiatiques, le niveau élevé des droits télévisés en Angleterre (48,6 millions de livres en 2005, 84,6 millions en 2010), ainsi que les revenus supplémentaires faisant suite au déménagement à l'Emirates Stadium en 2006 (les recettes au stade de Highbury culminaient à 37,4 millions de livres en 2005, à comparer aux 93,9 millions de livres enregistrés lors de la saison 2009-2010)[45], sont les principales raisons de l'explosion.

Évolution financière d'Arsenal FC[45]
(en millions de livres sterling)
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Chiffre d'affaires 137,237 200,843 222,97 313,339 379,856 246,78 251,10 368,487
Balance des
transferts
-15,262 -18,238 -21,285 -20,287 -24,573
Bénéfice -3,939 23,376 26,733 38,513 35,551

Cependant, le club tâche à ne pas prendre de grand risque sur le marché des transferts, évitant autant que possible les dépenses inconsidérées. La gestion de l'effectif depuis l'ère Arsène Wenger démontre que le club a su faire des plus-values importantes sur certains joueurs de manière impressionnante, l'exemple le plus célèbre étant celui de Nicolas Anelka, acheté 6 millions de francs (environ un million d'euros) et revendu au Real Madrid deux ans plus tard pour un montant plus de 30 fois supérieur. La « méthode Wenger » consiste essentiellement à miser sur de jeunes joueurs dont il assure la fin de la formation, à l'image des Gaël Clichy, Robin van Persie et Francesc Fàbregas dans l'équipe de la fin des années 2000[réf. nécessaire].

Comme tout club de football, les coûts les plus importants sont liés aux salaires de l'équipe et du staff. En 2005, le club compte environ 300 employés, dont 61 joueurs sous contrat et 32 personnels d'encadrement. Cinq ans après, ils sont 416 employés, dont 66 joueurs[45]. Cette dépense se monte en 2005 à plus de 66 millions de livres, le joueur le mieux payé du club étant alors Thierry Henry, à plus de 160 000 euros par semaine[46]. Le niveau de la masse salariale suit l'explosion du chiffre d'affaires à la fin des années 2000, maintenant un ratio compris entre 45 et 50 % du CA[45].

Les tarifs des billets et abonnements pour assister aux matchs du club sont parmi les plus élevés d'Europe. Pour la saison 2015-2016, l’abonnement annuel le moins cher se monte à 1 200 euros[47].

Autres équipes[modifier | modifier le code]

Équipe réserve[modifier | modifier le code]

Arsenal Reserves est le nom donné à l'équipe réserve du club. Existante depuis l’origine du club, elle remporte ses premiers titres officiels dès le XIXe siècle. Longtemps inscrite en London Combination, devenue Football Combination en 1939, l’équipe en remporte 18 éditions entre 1922 et 1990. Elle participe à la Southern Division ((en français : « poule sud »)) de la FA Premier Reserve League depuis la création de la compétition en 1999.

L’équipe évolue au Underhill Stadium, un stade appartenant au Barnet FC situé dans la banlieue nord de Londres. Elle est essentiellement composée de joueurs de moins de 21 ans sortis de l'Academy du club, renforcés parfois par les membres de l’équipe première à leur retour de blessure. Son entraîneur est l’ancien footballeur anglais Neil Banfield, depuis 2004.

Équipe de jeunes[modifier | modifier le code]

Rapidement après sa création, le club a mis en place des équipes de jeunes. C'est notamment le rôle d’Arsenal « A », la troisième équipe du club créée en 1929[48].

Dans les années 1950, les compétitions de jeunes s'organisent en Angleterre, et les Gunners inscrivent naturellement une équipe dans la toute nouvelle South East Counties League, compétition opposant les équipes de moins de 18 ans du sud de l'Angleterre. Le club londonien obtient un certain succès en remportant à sept reprises le championnat[48], quand est lancée en 1997 la FA Premier Youth League, premier championnat national des moins de 18 ans, devenue Premier Academy League en 2004[note 4].

L'équipe des moins de 18 ans, équipe première de l’Academy, est entraînée par l'ancien joueur emblématique Steve Bould, qui a retrouvé le club en 2001, et s'entraîne au centre d'entraînement avec les professionnels. En 2010, Arsenal en remporte son cinquième trophée[28], ce qui en fait de loin le club le plus titré. Les jeunes participent également à la coupe nationale FA Youth Cup, dont ils remportent leur septième titre en 2009 (ce qui fait d'Arsenal le deuxième meilleur club en la matière derrière Manchester United).

Arsenal Ladies[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Arsenal Ladies Football Club.

Arsenal Ladies Football Club est l'équipe féminine affiliée au club. Fondé en 1987, elles sont devenues semi-professionnelles en 2002 et sont l'une des meilleures équipes du championnat d'Angleterre de football féminin et d'Europe. Dirigées par Vic Akers, qui est aussi responsable des tenues pour le club masculin, elles ont gagné en 2011 leur treizième titre de championnes, avec la capitaine Faye White.

Elles ont aussi gagné la coupe d'Angleterre de football féminine à onze reprises et dix fois la Coupe de la ligue d'Angleterre féminine. Elles ont par ailleurs atteint les demi-finales de la Coupe féminine de l'UEFA par deux fois, et l'ont remportée une fois, en avril 2007. Tandis que les hommes et les femmes sont officiellement et juridiquement séparés, les clubs ont comme point commun le fait d'avoir le même vice-président (qui était jusqu'à peu David Dein) et les mêmes sponsors. L'équipe féminine dispute ses matchs à Boreham Wood.

Soutien et image[modifier | modifier le code]

Supporters[modifier | modifier le code]

Supporters d'Arsenal à l'Emirates Stadium

Arsenal possède de nombreux et fidèles supporters, connus comme les Gooners (un nom dérivant du surnom du club The Gunners), remplissant le stade à chaque match à domicile. En 2005-2006, Arsenal possédait la sixième affluence d'Angleterre avec 38 184 spectateurs[49] ; depuis la saison suivante et le déménagement à l'Emirates Stadium, l'affluence moyenne a augmenté d'environ 50 %, à près de 60 000 spectateurs[50]. Sa localisation fait d'Arsenal un club représentatif de multiples classes sociales. Il faut ajouter à ceci que l'origine ethnique des supporters d'Arsenal est la plus variée de tous les clubs d'Angleterre, ceci dû sans doute à la diversité ethnique du Nord de Londres[51].

Drapeau porté par les supporters avant un match
Tifo des supporters dans le nouveau stade.

Comme tous les principaux clubs anglais, Arsenal a de nombreux clubs de supporters, incluant le club officiel des supporters qui est affilié au club, et d'autres associations plus indépendantes. Les supporters publient des fanzines comme The Gooner, Highbury High, Gunflash et le moins cérébral Up The Arse!. Arsenal, comme de nombreux autres clubs européens, possède des groupes de supporters dans le monde entier (en France, en Scandinavie, en Asie du Sud-Est et de l'Est, ainsi qu'aux États-Unis). Ce phénomène est notamment dû au développement de la télévision par satellite, qui permet la création de sections de supporters. En 2005, un rapport de Granada Ventures, actionnaire du club à hauteur de 9,9 %, estime qu'Arsenal posséderait au total 27 millions de fans, le plaçant en troisième position mondiale[52].

Supporters célèbres[modifier | modifier le code]

La reine d'Angleterre Élisabeth II et son petit-fils, le prince Harry, soutiennent Arsenal[53], tout comme le chanteur des Sex Pistols John Lydon[54], le chanteur du groupe The Who Roger Daltrey[55], les chanteurs des Kinks Ray et Dave Davies[56], les acteurs Kevin Costner[57], Alfie Allen et Matt Lucas[58], le journaliste Piers Morgan[59], l'animateur TV Dermot O'Leary[60], ainsi que l'écrivain Nick Hornby[61]. Plus étrangement, le leader communiste de Cuba Fidel Castro aurait aussi supporté le club[62]. L'ancien chef al-Qaida Oussama ben Laden, aurait également été, selon une rumeur, supporter des Gunners. Cette passion pour Arsenal lui serait venue lorsqu'il résidait à Londres au début des années 1990[63].

Autres sportifs[modifier | modifier le code]

Pendant l'Open d'Australie 2011, Andy Murray avoue être un fan d'Arsenal[64].

D'après le magazine officiel du mois d'août 2012, les sportifs suivants sont également des supporters du club: David Rudisha, Eric Boateng, Geraint Thomas, Luol Deng, Mo Farah et Nathan French[65].

Le joueur de snooker Ronnie O'Sullivan et le pilote de Formule 1 Lewis Hamilton sont également supporters du club.

D'après le magazine officiel du mois de septembre 2016, la sprinteuse jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce déclare être une fan d'Arsenal et de Thierry Henry. Elle n'exclut pas de vouloir jouer pour l'équipe féminine à la fin de sa carrière en athlétisme[66].

Rivalités[modifier | modifier le code]

Scène d'un derby face à Chelsea, 2009.

Le principal rival d'Arsenal est son plus proche voisin, Tottenham Hotspur. Les matchs entre les deux clubs sont connus comme le « North London derby ».

Derby entre Arsenal et Tottenham.

Cependant, les rencontres avec d'autres clubs londoniens ne manquent pas ; que ce soit face à Chelsea, Fulham, Charlton Athletic et West Ham United, ces matchs sont également des derbies, même si la rivalité n'y est pas aussi intense et historique qu'avec Tottenham.

La rivalité entre supporters se matérialise notamment dans les chants des supporters, comme lors du derby londonien opposant Arsenal à Chelsea en championnat lors de la saison 2003-2004. Les Gunners sont alors invaincus en championnat et leur principal souci se pose quant au financement du nouveau stade. Les supporters de Chelsea, dont les moyens financiers sont alors beaucoup plus importants du fait de l'arrivée du milliardaire russe Roman Abramovitch, commencent à chanter, en sous-entendant qu'Arsenal est incapable de le faire tout seul :

Shall we buy a ground for you?
Shall we buy a ground for you?
Shall we buy a ground for you?
((en français : « Devrions-nous vous acheter un terrain ? »))

Les supporters d'Arsenal répliquent immédiatement :

Shall we win the league for you?
Shall we win the league for you?
Shall we win the league for you?
((en français : « Devrions-nous gagner le championnat pour vous ? »))[67]

Arsenal dans la culture populaire anglaise[modifier | modifier le code]

Étant l'un des clubs les plus prestigieux d'Angleterre, Arsenal est souvent présent lorsque l'on aborde le sujet du football dans la culture anglaise. Un film fut tourné dans l'enceinte du stade : The Arsenal Stadium Mystery (1939). Ce film se focalise sur un match amical entre Arsenal et une équipe amateurs, dont un des joueurs est empoisonné durant la partie. Beaucoup de joueurs du club avaient interprété leur propre rôle.

Le , le match Arsenal - Sheffield United est le premier match de Premier League à être diffusé en direct à la radio[68]. Le premier match diffusé à la télévision sera une rencontre amicale opposant Arsenal à sa propre réserve, le .

Plus récemment, le livre Fever Pitch (1992) de Nick Hornby est une autobiographie de l'auteur, centrée sur ses relations avec le football et Arsenal, notamment sur la rédemption du football anglais dans les années 1990. Cet ouvrage fut adapté au cinéma en 1997 : Carton jaune, centré, lui, sur le titre de 1989.

Dans le film Ocean's Twelve, l'objet convoité est transporté dans un sac de sport du club vers la fin du film. On trouve également une référence à Arsenal dans le film de Peter Cattaneo, Full Monty : Le Grand Jeu, et plus précisément à la façon dont on peut adapter la façon de jouer la ligne de hors-jeu de la défense d'Arsenal à une danse de strip-tease.

Dans le film Les Promesses de l'ombre (2007) de David Cronenberg, un membre de la mafia russe se fait tuer en se rendant au stade lors d'un match Chelsea-Arsenal.

Arsenal ou ses joueurs tel Tony Adams, ont également fait l'objet de plusieurs chansons [réf. nécessaire].

Une édition spéciale du célèbre jeu Monopoly a été conçue pour les supporters du club.

Médias[modifier | modifier le code]

Magazine officiel[modifier | modifier le code]

Chaque mois, le club publie un magazine officiel : Arsenal Official Magazine (disponible en anglais uniquement). Les fans ont la possibilité de s'abonner via le site officiel du club.

Programme officiel[modifier | modifier le code]

Avant chaque rencontre disputée à l'Emirates Stadium, le club publie un programme officiel: Official Matchday Programme (disponible en anglais uniquement). Les fans ont aussi la possibilité d'acheter des anciens numéros dans la boutique située sous le stade.

Magazine Gooner[modifier | modifier le code]

Chaque mois, en parallèle du magazine officiel, sort un magazine écrit par des fans: Gooner (disponible en anglais uniquement). Les fans ont la possibilité de s'abonner sur le site du magazine ou d'acheter le magazine avant chaque rencontre disputée à l'Emirates Stadium.

Télévision[modifier | modifier le code]

À l'instar d'autres grands clubs anglais et européens, le club d'Arsenal possède sa propre chaîne de télévision sur son site Internet: Arsenal Player, qui diffuse à ses abonnés une bonne partie des matchs de la saison et exclusivement les matchs de préparation (juillet).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Une investigation du magazine FourFourTwo rapporterait que cette décision été également liée à des irrégularités financières[réf. nécessaire].
  3. Le match est remporté par Lens 1 but à 0, grâce à Mickaël Debève.
  4. Entre 1999 et 2004, le compétition rebaptisée FA Premier Academy League est divisée en deux championnats des moins de 17 et des moins de 19 ans.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Arsenal », FIFA (consulté le 15 février 2011).
  2. a et b (en) Soar & Tyler 2000, p. 23.
  3. (en) Soar & Tyler 2000, p. 32-33.
  4. (en) Soar & Tyler 2000, p. 40
  5. a b c d et e « L'histoire d'Arsenal, de 1886 à 1985 », L’Équipe (consulté le 15 février 2011).
  6. Spurling (2004), 179.
  7. (en) Rune Hauge, international man of mystery, sur football.guardian.co.uk
  8. a b c et d « L'histoire d'Arsenal, de 1986 à 2006 » [archive du ], sur lequipe.fr,
  9. (en) Arsenal the Invincibles, sur news.bbc.co.uk.
  10. (en) « German international Ozil joins Arsenal », Arsenal FC, .
  11. Rédaction, « Arsène Wenger va arrêter d'entraîner Arsenal », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne, consulté le 20 avril 2018).
  12. https://www.lepoint.fr/sport/apres-22-ans-a-la-tete-d-arsenal-la-fin-de-l-ere-arsene-wenger-20-04-2018-2212208_26.php
  13. Nicolas Bamba, « Arsenal : Unai Emery succède à Arsène Wenger », sur tf1.fr, 23 mai 2018 (consulté le 5 mars 2019).
  14. Voir (en) Football records in England (en).
  15. « Barcelone fait sauter le mur anglais », La Libre Belgique, (consulté le 16 février 2011).
  16. a b c d e et f (en) « The Arsenal home kit », Arsenal FC (consulté le 16 février 2011).
  17. « Adidas devient l'équipementier d'Arsenal », sur L’Équipe, (consulté le 4 mai 2019)
  18. a b c d e et f (en) « The Arsenal crest », Arsenal FC (consulté le 16 février 2011).
  19. (en) Arsenal v. Reed in the Court of Appeal, Michael Simkins LLP, page consultée le 1er mars 2006.
  20. a et b (en) Arsenal go for a makeover, BBC News, page consultée le 1er mars 2006.
  21. (en) Arsenal Stadium, Highbury, sur http://www.arsenal.com.
  22. (en) « Arsenal consider leaving hallowed marble halls », The Independent, (consulté le 15 février 2011).
  23. (en) « Arsenal get Wembley go-ahead », BBC Sport, (consulté le 15 février 2011).
  24. a et b (en) « Appearances/Attendances », Arsenal FC (consulté le 18 février 2011).
  25. (en) Arsenal name new ground, sur news.bbc.co.uk.
  26. a et b (en) « Arsenal Academy », Arsenal FC (consulté le 17 février 2011).
  27. (en) « Arsenal Academy », Arsenal FC (consulté le 17 février 2011).
  28. a et b (en) « Youth Honours », Arsenal FC (consulté le 17 février 2011).
  29. (en) Soar & Tyler 2000, p. 30
  30. (en) « 700 and not out: Arsenal boss Wenger looking to celebrate memorable day at Porto », Daily Mail, (consulté le 17 février 2011).
  31. Fiche d'Henry, site officiel d'Arsenal.
  32. (en)« England Players' Club Affiliations Arsenal », sur englandfootballonline.com (consulté le 30 avril 2009).
  33. (en)« England Players' Club Affiliations », sur englandfootballonline.com (consulté le 30 avril 2009).
  34. (en)« Scotland football record with players from Arsenal », sur http://www.londonhearts.com (consulté le 20 novembre 2009).
  35. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  36. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  37. a et b (en) « Arsenal offer 'fanshares' to dampen fears of takeover », (consulté le 17 février 2011).
  38. Conseil d'administration, site officiel.
  39. « Profil d'Arsenal sur OFEX »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté en 20130318), OFEX website, 23 décembre 2005.
  40. (en) « Arsenal », Forbes, (consulté le 17 février 2011).
  41. (en) « Takeover gains pace at Arsenal with 9.9% sale », The Guardian, (consulté le 17 février 2011).
  42. (en) « Kroenke increases stake in Arsenal Holdings », Arsenal FC, (consulté le 17 février 2011).
  43. a et b (en) « Arsenal Holdings plc: 2007/08 Annual Report » [PDF], Arsenal Holdings plc, (consulté le 17 février 2011).
  44. (en) « Russian buys Dein's Arsenal stake », BBC News, (consulté le 17 février 2011).
  45. a b c d e et f (en) « Arsenal Holdings plc: 2009 Financial results » [PDF], Arsenal Holdings plc, (consulté le 17 février 2011).
  46. (en) « Ballack and Henry cash in as wages hit new high », The Independent, (consulté le 22 février 2011).
  47. Olivier Pironet, « Les pauvres chassés des stades anglais », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 21 septembre 2018)
  48. a et b (en) Soar & Tyler 2000.
  49. (en) 2005-2006 Premiership Attendances, sur http://www.tonykempster.co.uk.
  50. (en) 2006-2007 Premiership Attendances, sur http://www.tonykempster.co.uk.
  51. (en) « Soccer violence declining say fans ((en [[français]] : « La violence décline selon les fans »)) », BBC News, (consulté le 21 février 2011).
  52. (en) « Arsenal named the Premiership's fastest-growing brand ((en [[français]] : « Arsenal est le club de Premiership dont la marque grandit le plus vite »)) », Brand Republic, (consulté le 21 février 2011).
  53. (en) Queen: One supports Arsenal | The Sun, 23 avril 2007.
  54. (en) Arsenal's Top Ten Most Famous Fans John Lydon — Footballfancast.com.
  55. (en) Arsenal's Top TEN Most Famous Fans Roger Daltrey — Footballfancast.com.
  56. (en) Arsenal's Top Ten Most Famous Fans The Kinks — Footballfancast.com.
  57. (en) Arsenal's Top TEN Most Famous Fans Kevin Costner — Footballfancast.com.
  58. (en) Arsenal's Top Ten Most Famous Fans Matt Lucas — Footballfancast.com
  59. (en) Arsenal's Top TEN Most Famous Fans Piers Morgan — Footballfancast.com.
  60. (en) Arsenal's Top TEN Most Famous Fans Dermot O'Leary — Footballfancast.com.
  61. (en) Arsenal's Top Ten Most Famous Fans Nick Hornby — Footballfancast.com.
  62. (en) Arsenal's Top Ten Most Famous Fans Fidel Castro — Footballfancast.com.
  63. (fr) Oussama ben Laden: Arsenal perd un fan | So Foot, 2 mai 2011.
  64. (en)[1].
  65. (en) [2].
  66. http://www.arsenal.com/news/features/20160907/-i-loved-thierry-henry-.
  67. (en) E Locken, The Best Arsenal Football Chants Ever, lulu.com, (ISBN 1411667182).
  68. (en) It happened at Highbury, sur http://www.arsenal.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Phil Soar & Martin Tyler, The Official Illustrated History of Arsenal, Hamlyn, (ISBN 0-600-60175-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Fever Pitch, Nick Hornby (Indigo, 1992) (ISBN 1-84018-900-2) (trad. fr. Carton Jaune, 10/18)
  • (en) All Guns Blazing: Arsenal in the 1980s, Jon Spurling (Aureus, 2001) (ISBN 1-899750-08-8)
  • (en) Top Guns: Arsenal in the 1990s, Jon Spurling (Aureus, 2001) (ISBN 1-899750-23-1)
  • (en) Rebels for the Cause: The Alternative History of Arsenal Football Club, Jon Spurling (Mainstream Publishing, 2004), (ISBN 0-575-40015-3)
  • (en) Arsènal: The Making of a Modern Superclub, Alex Flynn & Kevin Whitcher (Vision Sports Publishing, 2011), (ISBN 978-1907637-31-5)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Chez l'éditeur Granada Ventures :
    • Toutes les saisons sont disponibles à partir de 2002-2003 en DVD.
  • (en) Chez l'éditeur ILC Sport :
    • Les finales de FA Cup (Coupe d'Angleterre) suivantes remportées par Arsenal sont disponibles en DVD. (matchs en entier) : Arsenal vs Liverpool 1971 FA Cup Final, Arsenal vs Manchester United 1979 FA Cup Final, Arsenal vs Sheffield Wednesday 1993 FA Cup Final, Arsenal vs Newcastle 1998 FA Cup Final, Arsenal vs Chelsea 2002 FA Cup Final et Arsenal vs Manchester United 2005 FA Cup Final.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 7 mai 2006 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 7 mai 2006 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.