Cette page est semi-protégée.

Zlatan Ibrahimović

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zlatan Ibrahimović
Zlatan Ibrahimovic, 1 August 2015.jpg
Zlatan Ibrahimović avec le PSG.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Paris Saint-Germain
Numéro 10
Biographie
Nationalité Drapeau de la Suède Suède
Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine[1]
Nat. sportive Drapeau : Suède Suède
Naissance (34 ans)
Lieu Malmö (Suède)
Taille 1,95 m[2]
Période pro. Depuis 1999
Poste Attaquant
Pied fort Droit[2]
Parcours junior
Saisons Club
1989-1991 Drapeau : Suède FC Rosengård
1991-1995 Drapeau : Suède FBK Balkan
1995 Drapeau : Suède BK Flagg
1995-1999 Drapeau : Suède Malmö FF
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1999-2001 Drapeau : Suède Malmö FF 040 0(16)
2001-2004 Drapeau : Pays-Bas Ajax Amsterdam 110 0(48)
2004-2006 Drapeau : Italie Juventus Turin 092 0(26)
2006-2009 Drapeau : Italie Inter Milan 117 0(66)
2009-2010 Drapeau : Espagne FC Barcelone 046 0(22)
2010-2011 Drapeau : Italie AC Milan 041 0(21)
2011-2012 Drapeau : Italie AC Milan 044 0(35)
2012-2016 Drapeau : France Paris SG 180 (156)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
2001 Drapeau : Suède Suède espoirs 007 00(6)
2001- Drapeau : Suède Suède 112 0(62)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 22 mai 2016

Zlatan Ibrahimović (prononcé [ˈslaː.tan ɪ.bra.ˈhiː.mɔ.vɪtʂ] en suédois, [ˈzla.tan i.bra.ˈxiː.mɔ.ʋitɕ] en serbo-croate) est un footballeur international suédois, né le à Malmö, qui évolue actuellement au poste d'attaquant au Paris Saint-Germain.

Il est considéré comme l'un des avants-centres les plus complets au monde[3],[4],[5]. Zlatan Ibrahimović a la particularité d'avoir remporté le titre de champion dans quatre championnats différents : aux Pays-Bas avec l'Ajax Amsterdam, en Italie avec l'Inter de Milan et le Milan AC, en Espagne avec le FC Barcelone puis en France avec le Paris Saint-Germain. Avant l'affaire des matchs truqués du Calcio et les deux titres retirés à la Juventus de Turin, il avait remporté le championnat dans tous ses clubs depuis 2002, dont huit consécutivement, de 2004 à 2011. À l'inverse, son bilan en coupe d'Europe est beaucoup plus mitigé ; Participant à plusieurs campagnes européennes avec ses clubs successifs, il n’atteint jamais la finale de la Ligue des Champions notamment au PSG où il ne dépasse pas les quarts-de-finale.

Outre le fait qu'il détient de nombreux trophées individuels, Zlatan Ibrahimović est actuellement le meilleur buteur de l'histoire de la sélection suédoise ainsi que du Paris Saint-Germain[6],[7].

Son charisme et ses provocations médiatiques, en font une icône dépassant le cadre du sport[8],[9]. Sa biographie, Moi Zlatan, est un best-seller. En Suède, où un timbre à son effigie est disponible depuis 2014[10], le livre s'est vendu à plus d'un demi-million d'exemplaires[11],[12]. Le prénom du joueur fait l'objet d'un néologisme dans la culture populaire incarné par le verbe « zlataner »[13]. En 2015, sa version de l'hymne suédois en slam est certifiée disque d'or[14]. De plus, il est récipiendaire de la médaille de la Ville de Paris en 2016[15].

Son physique imposant et sa souplesse – acquise via la pratique des arts martiaux[16] (ceinture noire de taekwondo) – lui permettent de marquer des buts exceptionnels[17]. Le personnage arrogant qu'il représente donne lieu à de nombreuses parodies[16],[18].

Biographie

Enfance et débuts à Malmö

Zlatan Ibrahimović naît à Malmö, en Suède, le . Zlatan est né d'un père bosniaque musulman, Šefik Ibrahimović, qui émigra en Suède en 1977, et d'une mère croate catholique, Jurka Gravić, qui émigra également en Suède où ils se sont rencontrés. Son père est né à Bijeljina (actuelle République serbe de Bosnie) et sa mère dans le village de Prkos près de Škabrnja (ex-krajna serbe, dans l'actuel comitat de Zadar[19]). Ibrahimović grandit à Rosengård, une banlieue de Malmö connue pour son importante communauté d'immigrés yougoslaves à l'époque, avec ses trois sœurs et ses trois frères. Ses parents, qui voient en sa naissance une promesse de bonheur (d'où le choix du prénom Zlatan qui signifie en serbo-croate « or »), divorcent lorsqu'il est âgé de deux ans. Il est alors élevé par sa mère avec sa sœur Sanela, passionnée d'athlétisme et d'une demi-sœur plus âgée qui plonge bientôt dans la drogue. Débordée, Jurka est une femme de ménage aimante mais inapte à l’affection, qui travaille 14 heures par jour, et éduque ses enfants à coups de gifles et de cuillères en bois sur la tête[20].

Zlatan débute le football à l'âge de six ans, dans des équipes locales de jeunes du Malmö BI et du FBK Balkan[21],[22]. Dans ce dernier club, Zlatan, âgé de dix ans, joue avec des coéquipiers qui ont deux ans de plus que lui. C'est à cette époque que les services sociaux retirent la garde de Zlatan à sa mère et qu'il déménage dans l'appartement de son père qui sombre dans l'alcoolisme[23].

Il intègre le centre de formation du Malmö FF en 1996 à l'âge de quinze ans[21]. Incertain sur son avenir, il est sur le point de quitter le monde du football pour travailler sur les docks de Malmö. C'est son entraîneur qui le persuade de continuer de jouer au football. Il achève avec succès ses années d'enseignement primaire puis, il est admis au lycée de Borgarskolan mais arrête les cours pour se concentrer sur sa carrière de footballeur. Il fait ses grands débuts en équipe A lors de la saison d'Allsvenskan 1999. Cette saison là, son club est relégué en deuxième division en terminant 13e du championnat mais remonte en première la saison suivante.

En 2001, il est remarqué par l'entraîneur d'Arsenal, Arsène Wenger, qui tente, sans succès, de lui faire intégrer le club, tandis que Leo Beenhakker exprime publiquement son intérêt pour le joueur après l'avoir vu à l’œuvre lors d'un match contre la formation norvégienne du Moss FK[24]. Finalement, le , les Néerlandais de l'Ajax Amsterdam trouvent un accord avec le club suédois pour le faire venir.

Ajax Amsterdam (2001-2004)

Ibrahimović rejoint l'Ajax Amsterdam officiellement au mois de juillet, pour la somme de 7 800 000 euros. Il vit une intégration délicate dans le championnat néerlandais, Ibrahimović ne jouant au départ que quelques matchs sous la direction de Co Adriaanse, et inscrit 6 buts en 26 matchs lors de sa première saison. Après le limogeage de Co Adriaanse le , le nouvel entraîneur du club Ronald Koeman lui donne sa chance. Zlatan devient titulaire et est désormais un des joueurs-clés de l'attaque de l'Ajax qui remporte le titre de l'Eredivisie 2001–2002.

Il se révèle lors des deux saisons suivantes en inscrivant 26 buts en un peu moins de 50 matchs. Il inscrit notamment un doublé contre l'Olympique lyonnais pour son premier match de Ligue des champions, une victoire de l'Ajax 2-1.

Le , lors d'un match face au NAC Breda, Ibrahimović récupère le ballon aux 25-30 mètres, dribble six joueurs, embarque le gardien et propulse le ballon au fond des filets. Ce but est désigné comme le « plus beau but de l'histoire de l'Ajax »[25].

Sûr de sa force, il entre en conflit avec son coéquipier Rafael van der Vaart[26], voulant montrer qu'il est le meilleur joueur du club (il le blesse lors d'un match international entre la Suède et les Pays-Bas).

Juventus Turin (2004-2006)

Ibrahimović est transféré le à la Juventus Turin pour 16 millions d'euros[27]. Il se fait rapidement une place en tant que titulaire en partie à cause des blessures du meilleur buteur de la Juve, David Trezeguet. Il inscrit 16 buts en 35 matchs lors de sa première saison. Vers la fin de la saison, la presse annonce que la Juventus aurait rejeté une offre 70 millions d'euros venant du Real Madrid, qui s'est plus tard révélé n'être qu'un coup de publicité initiée par l'agent d'Ibrahimović, Mino Raiola, afin d'augmenter sa valeur sur le marché. Le , il est récompensé du Guldbollen, prix du meilleur joueur suédois de l'année[28].

Lors de la saison 2005-2006, Ibrahimović est positionné plus bas en attaque, joue un rôle de passeur, et ne marque que 7 buts en championnat.

À la suite de l'affaire des matches truqués du Calcio et à la rétrogradation de la Juve en Serie B, Ibrahimović décide d'engager un bras de fer avec ses dirigeants pour quitter le club[29]. Il arrive à ses fins et rejoint l'Inter Milan en compagnie de son coéquipier et ami Patrick Vieira, mettant fin à son parcours bianconero.

Inter Milan (2006-2009)

Ibrahimović sous le maillot de l'Inter Milan.

Zlatan Ibrahimović signe un contrat de quatre ans avec l'Inter pour un salaire annuel proche de 4 500 000 € qui montera par la suite à 10 000 000 €, et une indemnité de transfert de 25 000 000 €. Ce bras de fer pour quitter la Vieille Dame lui vaudra de nombreuses représailles de la part des supporters de la Juventus qui lors de sa saison en Serie B lui dédient une chanson Ora tutta quanta la curva, cantera per te, Zlatan sei un zingaro… (« Tout le virage chante pour toi, Zlatan tu es un tzigane… »).

Lors de la saison 2006-2007 avec l'Inter Milan, il marque 15 buts en 27 matchs et offre une multitude de passes décisives à ses coéquipiers. Très bien intégré dans l'effectif, il va même jusqu'à voler la vedette à Adriano qui était jusque là le chouchou de San Siro. Il manque toutefois la fin de la saison à cause d'une blessure à la paroi abdominale. L'Inter Milan remporte le Scudetto, le .

Lors de la saison 2007-2008, il marque 17 buts, ce qui permet à l'Inter de se placer très largement en tête du classement. En Ligue des Champions, il marque 5 buts en 7 matchs. En fin de saison, alors qu'il revenait d'une blessure de six semaines, il marque 2 buts et offre un nouveau Scudetto au club milanais.

Au cours de la saison 2008-2009, il remporte avec l'Inter Milan un troisième sacre consécutif, en inscrivant un total record pour lui de 25 buts en 35 match de Série A, ce qui lui permet d'être convoité par les plus grands clubs européens. À cette époque, il est également le joueur le mieux payé au monde avec un salaire annuel de 12 millions d'euros.

FC Barcelone (2009-2010)

Ibrahimović avec le FC Barcelone.

Le , Zlatan Ibrahimović signe un contrat de quatre ans avec le champion d'Europe en titre, le FC Barcelone. Pour faire porter le maillot blaugrana au footballeur scandinave, les dirigeant barcelonais cèdent 50 000 000 € ainsi que l'attaquant camerounais Samuel Eto'o à l'Inter Milan, soit un total estimé à 80 000 000 €. Le contrat du géant bosno-suédois comprend une clause libératoire de 250 000 000 € et un salaire net annuel de 9 000 000 €. Il s'agit du transfert le plus élevé de l'histoire du Barça et plus de 60 000 personnes assistent à sa présentation au Camp Nou.

Le , il remporte son premier trophée avec le FC Barcelone : la Supercoupe d'Espagne face à l'Athletic Bilbao puis ajoute, quelques jours plus tard la Supercoupe d'Europe à son palmarès. Le , Ibrahimović inscrit son premier but sous les couleurs du Barça lors de la première journée de championnat et enchaîne une série de 5 buts en autant de matchs de championnat, démonstration que même des légendes du club telles que Ladislao Kubala ou Cayetano Ré n'avaient pas réussi[30]. Aucune nouvelle recrue du Barça n'avait été aussi prolifique en début de championnat par le passé[31]. Il remporte le la Coupe du monde des clubs à Abou Dhabi.

En Ligue des Champions, son doublé face à Arsenal en quarts de finale constituera ses premiers buts en Champions League face à une équipe anglaise. Cependant, coup du sort pour « Ibra », alors qu'il avait quitté l'Inter Milan pour le FC Barcelone dans l'objectif d'accroître ses chances d'obtenir le Graal européen, ce sont justement les nerazzurri qui se chargent d'éliminer Messi et consorts en demi-finale.

Malgré un début de saison en boulet de canon, avec notamment un but victorieux lors du Clásico, Ibrahimović aura été de moins en moins important et décisif par la suite dans l'effectif. Bien qu'il fasse des efforts (il se coupe les cheveux et se rend à l'entraînement dans une Audi, le sponsor du club, et non dans sa Ferrari), son style de jeu et sa mentalité ne correspondent pas à la philosophie du club barcelonais. De plus, il ne comprend pas l'attitude de ses partenaires, pourtant de grands joueurs, qui selon lui se comportent dans le vestiaire comme de sages et modestes écoliers[32]. De plus, il est désormais poussé sur le banc par Bojan et Pedro, jeunes espoirs dont les fulgurantes montées en puissance convaincront Josep Guardiola de leur accorder une place en équipe première. L'unique année de Zlatan passée en Catalogne aura été moyenne, ponctuée par quelques blessures.

Zlatan Ibrahimović finit champion d'Espagne avec le Barça, en ayant marqué seize buts en championnat. Il quitte malgré tout le FC Barcelone à cause de différends avec son entraîneur Pep Guardiola.

AC Milan (2010-2012)

Ibrahimović avec l'AC Milan.

Zlatan est transféré le 28 août 2010 à l'AC Milan qui profite à cette occasion de sa situation litigieuse avec le FC Barcelone, le club espagnol réalisant la pire opération financière de son histoire car le montant de transfert n'est que de 24 millions d'euros alors que le FC Barcelone l'avait acheté 71 millions[33]. Il s'engage pour les quatre prochaines saisons moyennant un salaire de 9 000 000€ par saison. Adriano Galliani réussit à convaincre le club catalan en proposant un prêt d'un an avec une obligation d'achat de l'ordre de 24 000 000 €, payable en trois versements de 8 000 000 €[34]. Il rejoint ainsi le grand rival de l'Inter Milan, club où il a passé trois saisons de 2006 à 2009.

Fidèle à ses provocations, Ibrahimović confie aux journalistes italiens dès son arrivée à Milan : « Je ne saluerai pas Guardiola. Ils m’ont redonné le sourire. Je suis très heureux de rejoindre L'AC Milan, je suis impatient que l’on soit demain. Je veux gagner la Ligue des Champions. L'AC Milan est un des clubs les plus forts au monde, encore plus prestigieux que le FC Barcelone. Avec Pato, Ronaldinho et Robinho, nous avons une attaque fantastique, à présent ça dépend de nous : je pense que les supporters de l'AC Milan prendront plaisir au stade avec nous quatre. Les supporters de l'Inter ? Je ne crois pas qu’ils pensent à moi étant donné qu’ils ont tout gagné. La situation qui est née à Barcelone m’a donné beaucoup d’adrénaline et maintenant mon rêve est de tout gagner avec le Milan ».

Il marque ses deux premiers buts sous le maillot de l'AC Milan lors de la première journée de la Ligue des champions contre l'AJ Auxerre (2-0). Le Bosno-Suédois se révélera ensuite de plus en plus précieux dans l'effectif lombard. Tantôt buteur, tantôt passeur, il est un élément incontournable à la pointe de l'attaque dans le schéma établi par Massimiliano Allegri, souvent aux dépens du jeune et talentueux Alexandre Pato. Ibrahimović est l'un des principaux artisans du 18e sacre de l'AC Milan en Série A lors de cette saison 2010-2011, terminant l'exercice avec 14 buts (22 toutes compétitions confondues) mais aussi 14 passes décisives.

Il gagne à l’inter-saison la Supercoppa contre le rival Interiste à Pékin, match pendant lequel il est décisif. Sa seconde saison avec le club lombard est la plus aboutie de sa carrière en termes de buts, avec 33 réalisations au compteur dont 28 réalisations en championnat. Malgré tous ces buts, il n'est pas sacré champion lors d'une saison qui a connu son lot de suspense.

Paris Saint-Germain (2012-2016)

Saison 2012-2013

Zlatan Ibrahimović aux côtés de Nasser Al-Khelaïfi, président parisien, et de Leonardo, directeur sportif, lors de sa présentation. Il deviendra meilleur buteur de l'histoire du club.

Le , Zlatan est transféré au Paris Saint-Germain pour un montant de 20 millions d'euros et une durée de trois ans[35]. Il touche alors un salaire de 9 millions d'euros par an[36],[37], et hérite du numéro 18. Pour son premier match avec Paris, le buteur suédois inscrit un doublé face au FC Lorient et permet à son équipe menée 2-0 d'accrocher le match nul[38]. Il marque un autre doublé face au LOSC lors de la 4e journée permettant au PSG d'obtenir sa première victoire de la saison[39]. En marquant un penalty face au Dynamo Kiev dans le cadre de la Ligue des champions 2012-2013, il devient le premier joueur à marquer pour 6 clubs différents dans cette compétition. Le 8 octobre 2012, il devient le troisième joueur à disputer les trois grands matchs phares que sont le Derby de la Madonnina, El Clásico, et PSG-OM après Laurent Blanc et Ronaldinho. Il marque alors un doublé, un but sur une reprise du talon, l'autre sur un coup-franc de 25 mètres, mais le match finit sur le score de deux partout[40]. Lors du match retour contre le Dinamo Zagreb, les hommes de Carlo Ancelotti remportent le match 4-0 grâce à quatre passes décisives d'Ibra[41]. Lors de la 17e journée de Ligue 1, face au Valenciennes FC, il marque un triplé[42].

Après le départ de Nenê lors de la trêve hivernale, Zlatan reprend son numéro, le 10[43]. Lors du quart de finale de Ligue des champions, Paris est éliminé par le FC Barcelone après deux matchs nuls. Le Paris SG termine champion de France et Zlatan Ibrahimović meilleur buteur de Ligue 1 avec 30 réalisations en 34 matchs[44] et meilleur passeur de la Ligue des champions avec 7 passes décisives[45]. L'UNFP lui décerne le trophée du meilleur joueur de Ligue 1[46].

Saison 2013-2014

Lors d'un stage du PSG à Doha, en décembre 2013.

En septembre, Ibrahimović prolonge son contrat jusqu'en 2016[47]. Le mois suivant, en phase de groupe de Ligue des champions face à Anderlecht, Ibrahimović inscrit le premier quadruplé de sa carrière en club, dont une reprise en demi-volée à 28 mètres de la cage de Thomas Kaminski chronométrée à 100 km/h[48], contribuant ainsi largement à la victoire 0-5 de son équipe. Il devient le dixième joueur de l'histoire à inscrire quatre buts lors d'un match de Ligue des champions[48].

Le 16 mars 2014, il devient le meilleur buteur de l'histoire du club sur une saison toutes compétitions confondues avec 40 buts marqués au total, battant le précédent record détenu par Carlos Bianchi de 39 buts lors de la saison 1977-1978.

En avril 2014, il se blesse lors du quart de finale aller face à Chelsea[49] remporté par son club qui le met à l'écart des terrains pendant un mois et l'empêche de participer au quart de finale retour à Stamford Bridge où le PSG se fait éliminer. Lors de la remise des Trophées UNFP 2014, il est élu meilleur joueur du Championnat de France 2013-14 pour la deuxième fois consécutive[50]. Par ailleurs, il finit meilleur buteur du championnat avec 26 buts et deuxième meilleur buteur de la Ligue des champions 2013-14 avec 10 buts derrière le Portugais Cristiano Ronaldo.

Saison 2014-2015

Victime d'une « talalgie » après quelques journées, il est absent des terrains durant presque deux mois. Finalement il effectue son retour le 9 novembre lors du Clasico contre l'OM (2-0) pour son centième match avec le PSG[51]. Dans une équipe en difficulté dans le jeu, l'attaquant parisien peine à retrouver son meilleur niveau. Malgré son but au Camp Nou, Ibrahimović et les siens s'inclinent 3-1 face au FC Barcelone leur laissant la première place du groupe en Ligue des Champions. En huitièmes de finale retour de la Ligue des champions face au Chelsea de José Mourinho, Zlatan reçoit un carton rouge pour un tacle sur Oscar. C'est le quatrième carton rouge reçu par Zlatan Ibrahimović en Ligue des champions de toute sa carrière, ce qui est en soi un record[52].

Le , après un match perdu face aux Girondins de Bordeaux (3-2), Zlatan Ibrahimović s'indigne des erreurs d'arbitrage en qualifiant notamment la France de « pays de merde ». Ces propos créent de suite la polémique entraînant des excuses du joueur quelques heures après les faits[53]. Cependant, cet épisode aura des conséquences : il se voit sanctionner de quatre matchs de suspension en fin de championnat et sa popularité se dégrade au yeux du grand public. Lors de la demi-finale de Coupe de France contre l'AS Saint-Étienne (4-1), le 8 avril, Zlatan Ibrahimović inscrit un triplé dépassant ainsi la barre des 100 buts sous le maillot du Paris-Saint-Germain comme Dominique Rocheteau[54]. Trois jours plus tard, en finale de la Coupe de la Ligue face au SC Bastia, le Suédois inscrit deux nouveaux buts et donne une passe décisive à Edinson Cavani pour conserver le trophée (4-0). Il est élu homme du match. En Ligue des Champions, suspendu lors du quart-de-finale aller contre le Barça, Zlatan et les Parisiens sont éliminés après deux défaites. Concentrés dorénavant sur le championnat, le PSG enchaîne neuf victoires consécutives pour être sacré à nouveau champion de France devant l’Olympique Lyonnais.

Le 30 mai, Ibrahimović remporte la Coupe de France face à l'AJ Auxerre (1-0). Le club réalise ainsi un quadruplé historique en France[55]. Sur le plan individuel, Zlatan ressort d'une saison plutôt mitigée marquée par des blessures, méformes et polémiques.

Saison 2015-2016

Zlatan Ibrahimović, à l'échauffement avant un match de Ligue des Champions face au Chakhtar Donetsk.

Pour sa dernière année de contrat au PSG, Zlatan remporte tout d'abord le Trophée des Champions contre l'olympique lyonnais[56] puis manque les trois premières journées de championnat[57]. Pour son retour, il adresse une passe décisive à Cavani contre l'AS Monaco[58]. Le , au lendemain de ses 34 ans, à l'occasion du « Classique » PSG-OM, Ibrahimović inscrit un doublé sur penalty et devient le meilleur buteur de l'histoire du club devant Pedro Miguel Pauleta[59]. Malgré une défaite contre le Real Madrid (1-0) en Ligue des Champions qui le classe deuxième du groupe[60], le PSG continue de survoler le championnat en étant invaincu[61]. Dans le même temps, Ibrahimović fait cesser les critiques du début de saison en affichant des statistiques impressionnantes[62]. Décisif en huitième-de-finale contre Chelsea (2 buts, 1 passe décisive), il qualifie le PSG pour le tour suivant[63]. Reconnaissant lui-même faire la « meilleure saison de [s]a carrière »[64], Zlatan effectue une nouvelle sortie médiatique en affirmant que « le club est né le jour où les Qataris sont arrivés » déclenchant de nombreuses réactions[65].

Le 13 mars, le Paris SG humilie Troyes la lanterne rouge, 0-9, où Ibrahimović s'offre un quadruplé pour sceller le 6e titre de Champion de France du club, son 4e d'affilé[66]. Zlatan dépasse la barre des 100 buts en Ligue 1[67]. En Ligue des Champions, le PSG est éliminé parManchester City en quart-de-finale après un match nul où Zlatan manque un penalty puis une défaite[68]. Décevant comme l'ensemble de ses coéquipiers, c'est un 4e échec consécutif en quart-de finale pour Zlatan Ibrahimović[69]. Les observateurs soulèvent une nouvelle fois l'absence du Suédois lors des grands rendez-vous européens. Après cet échec, le PSG se concentre sur la scène nationale et remporte la Coupe de la Ligue contre le Lille OSC[70] puis achève le championnat avec 96 points, dont 31 points d'avance sur son dauphin au classement. Zlatan Ibrahimovic termine meilleur buteur (38 buts) et est élu pour la 3e fois meilleur joueur de Ligue 1 par l'UNFP. La veille de son dernier match au Parc des Princes contre le FC Nantes, il annonce sur les réseaux sociaux son départ du PSG à fin de la saison et de son contrat[71]. Lors de cette rencontre, il bat le record de Carlos Bianchi (37 buts en D1 en 1977-78)[72] puis prononce un discours d’adieu, en français, au public parisien[73]. Le , Zlatan Ibrahimovic joue son dernier match avec le PSG lors de la finale de Coupe de France face à l'Olympique de Marseille (victoire 4-2)[74]. Auteur d'un doublé et d'une passe décisive, Ibrahimovic remporte son 11ème trophée avec le PSG[74]. Il met fin à la saison la plus aboutie de sa carrière au niveau individuel (50 buts en 51 matchs) et réalise un second quadruplé d'affilée[75].

Équipe de Suède

Zlatan en équipe de Suède lors de l'Euro 2012 contre l'Ukraine.

Ibrahimović voulait jouer pour la Bosnie-Herzégovine, mais l'équipe nationale lui ferme ses portes[76]. Il choisit alors l’équipe nationale suédoise. Il est sélectionné pour la première fois en Suède le face aux Îles Féroé. Il est remplaçant lors de la Coupe du monde 2002, malgré quelques apparitions et devient titulaire de l’équipe à la veille de l’Euro 2004, associé en attaque à Henrik Larsson. Il inscrit un but sur pénalty face à la Bulgarie pour le premier match de la Suède lors de l’Euro 2004 (victoire de la Suède 5-0). Quelques jours plus tard, alors que la Suède est menée 1-0 face à l’Italie pour son deuxième match de poule, Ibrahimović inscrit un but à la 84e minute : une aile de pigeon qui se loge dans la lucarne de Buffon à la suite d'un corner tiré par Källström (match nul 1-1). Les Suédois s’inclinent aux tirs aux buts en quart de finale face aux Pays-Bas, Ibrahimović manque le sien.

Finissant meilleur buteur des qualifications pour la Coupe du monde 2006, Ibrahimović ne marque aucun but lors de la phase finale de la compétition, notamment à cause d’une blessure. Ibrahimović sort en boîte de nuit à deux jours d’un match qualificatif pour l'Euro 2008 et est expulsé de l’équipe par le sélectionneur pour une rencontre. Ibrahimović annonce la fin de sa carrière internationale. Il rate quatre matchs (trois matchs de qualification pour l'Euro 2008 et un match amical contre les Îles Féroé) et revient sur sa décision pour participer à l’Euro 2008. La Suède est éliminée dès le premier tour mais Ibrahimović s’offre deux réalisations sur les trois marqués par son équipe.

Le , Zlatan Ibrahimović surprend toute la Suède quand il annonce que la Coupe du monde 2010 pourrait être sa dernière compétition avec la sélection suédoise[77]. Le , il fait état de sa déception de ne pas être qualifié pour la Coupe du monde 2010 et parle de nouveau de mettre un terme à sa carrière en équipe nationale. Le , Zlatan Ibrahimović annonce qu'il va continuer à jouer avec la Suède[78]. Lors de l'Euro 2012, la Suède est éliminée au premier tour (3 points) malgré deux buts d'Ibrahimović, un contre l'Ukraine et un contre l'équipe de France (2-0). Le , lors d'une confrontation entre la Suède et l'Angleterre en match amical à Solna il inscrit un quadruplé, égalant puis dépassant le record de buts d'Henrik Larsson qui était à l'époque troisième meilleur buteur de l'histoire de la sélection Suédoise avec 37 réalisations. L'attaquant du PSG a ouvert le score (20e) puis a permis à son équipe d'égaliser (77e) et de repasser devant avec notamment un incroyable retourné acrobatique à près de 40 mètres du but (84e, 90e)[79]. Au cours de cette rencontre, il devient également le premier joueur à marquer dans la Friends Arena[80]. Il est aussi le joueur ayant marqué le plus de buts face à l'Angleterre en un match dépassant les 3 buts de Marco van Basten[81].

Le , il inscrit deux buts en amical contre l'Estonie et atteint alors 50 buts inscrits en sélection en 99 matchs. Il devient ainsi le meilleur buteur de l'histoire de sa sélection et dépasse Sven Rydell et ses 49 buts en 43 matchs[82]. En inscrivant un but à la 24e minute de ce match, Ibrahimovic égale la performance de Cristiano Ronaldo quelques mois plus tôt pour avoir marqué à chaque minute possible de la 1re à la 90e minute d'un match[83].

En dehors des terrains

Ibrahimović est le père de deux enfants (Maximilian né le 22 septembre 2006 et Vincent né le 6 mars 2008), qu'il a eus avec sa conjointe Helena Seger, suédoise de onze ans son aînée rencontrée en 2002, (top model puis directrice du marketing dans plusieurs grandes entreprises suédoises)[84]. Il vit actuellement à Paris, bien qu'il possède une résidence d'été dans sa ville natale, à Malmö.

Ibrahimović possède une ceinture noire de taekwondo qu'il a eue à l'âge de 17 ans, lorsqu'il pratiquait ce sport dans le club de taekwondo de Malmö Enighet[85].

Ibrahimović parle couramment suédois, le serbo-croate (bosnien-serbe-croate) sa langue maternelle, anglais, italien et un peu espagnol et français.

Le nom Zlatan est une marque déposée depuis mai 2003 par la PRV car ce nom est « le plus souvent perçu comme désignant Zlatan Ibrahimović », ce qui signifie qu'Ibrahimović détient les droits exclusifs avec ce nom pour certains produits (vêtements, chaussures, etc.).

Il est sous contrat avec l'équipementier Nike et figure régulièrement dans leurs spots publicitaires. Il joue avec des chaussures Nike de modèle Mercurial Vapor IX sur lesquelles il fait inscrire le nom et la date de naissance de ses fils. À la fin 2007, Ibrahimović, avec l'aide de Nike, a participé au projet de fondation d'un terrain de football dans son quartier d'enfance, Rosengård[86]. En 2008, il finança les nouveaux équipements Nike du club local de son quartier, dans lequel il fit ses débuts, le FBK Balkan[87].

À la fin 2011, il publie son autobiographie avec l'éditeur italien Rizzoli intitulée Io, Zlatan (« Moi, Zlatan »). Dans ce livre coécrit avec le journaliste suédois David Lagercrantz, il présente principalement son adolescence passée dans un quartier défavorisé de Malmö, sa mentalité sur le terrain ainsi que les rapports avec ses différents entraîneurs (par exemple, la fameuse dispute avec Josep Guardiola, ou encore la bonne entente avec José Mourinho) et anciens coéquipiers. Début 2013, 700 000 exemplaires ont été vendus[88],[89]. Sa biographie nommée parmi sept livres en course pour le prix August, rate de peu l'obtention du prestigieux prix littéraire suédois[90].

Le , Microsoft annonce officiellement que Zlatan Ibrahimović sera l'ambassadeur de la Xbox One en France[91].

Le 9 février 2015, Zlatan Ibrahimovic est le premier Suédois à inaugurer son double de cire au musée Grévin[92].

Personnalité très emblématique, Zlatan Ibrahimović, au même titre que Chuck Norris et ses « Chuck Norris Facts », a inspiré plusieurs « Zlatan facts » qui lui attribuent des capacités extraordinaires[93].

Profil de joueur

Avec une taille de 1,95 m pour 95 kg[2], Zlatan Ibrahimović est réputé pour être un joueur puissant, ce qui lui vaut d'avoir un style de jeu assez unique. Il est excellent technicien mais surtout très souple pour sa taille. Il révélera que cela est sûrement dû à sa pratique des arts martiaux. Selon le livre Sciences Sociales Football Club, le ratio de buts marqués par match de Zlatan Ibrahimović a continué à augmenter bien au-delà de ses 25 ans alors que les attaquants connaissent en moyenne leur pic de productivité vers 25 ans. Il a un caractère provocateur, ce qui lui vaut de nombreux cartons. De plus, le Bosno-Suédois possède une puissante frappe de balle qui lui profite notamment dans l'exercice des coups francs. C'est à l'Inter Milan qu'il sera formé par un spécialiste en la matière, le Serbe Siniša Mihajlović, qui détient le record en Italie du plus grand nombre de coups francs marqués en une saison ainsi que sur toute sa carrière (totalisant 45 coups francs inscrits, devançant de fait Michel Platini).

Son pied fort est le pied droit[2]. Si Zlatan Ibrahimović est notamment réputé pour son ego surdimensionné, il n'en est pas moins un grand fan de Ronaldo, l'attaquant brésilien qu'il juge être le meilleur joueur de ces quinze dernières années au point qu'il soit lui-même passé par plusieurs anciens clubs du Brésilien (Inter Milan, AC Milan et FC Barcelone)[94],[95].

Palmarès, records et distinctions

Zlatan Ibrahimović a évolué dans sept clubs professionnels et représente aujourd'hui le Paris Saint-Germain. Il est l'un des rares joueurs à avoir gagné dix fois un championnat national, avec cinq clubs dans quatre championnats différents : Pays-Bas, Italie, Espagne et France.

En effet, il remporte le championnat des Pays-Bas avec l'Ajax Amsterdam en 2002, une saison se soldant sur un triplé championnat-coupe-supercoupe, et en 2004. Après deux saisons à la Juventus de Turin où il ne remporte qu'une distinction personnelle de meilleur joueur étranger de Serie A en 2005 en raison de l'affaire des matchs truqués du Calcio, il rejoint l'Inter Milan. En trois saisons, Zlatan y remporte trois championnats consécutifs, en 2007, 2008 et 2009. Il remporte le titre de meilleur joueur de Serie A en 2008 et 2009 et finit Capocannoniere en 2009. L'Inter remporte aussi deux supercoupes en 2006 et 2008. Au FC Barcelone il remporte le championnat d'Espagne en 2010 ainsi que la Coupe du monde des clubs 2009, la Supercoupe de l'UEFA 2009, et les éditions 2009 et 2010 de la Supercoupe d'Espagne. À l'AC Milan, Ibrahimović remporte le championnat en 2011, année où il finit aussi meilleur joueur de Serie A. Il finit meilleur buteur l'année suivante malgré une deuxième place en championnat. Au Paris Saint-Germain, il remporte quatre championnats de France en 2013, 2014, 2015 et 2016, les éditions 2014-2015 et 2015-2016 de la Coupe de la Ligue, deux Coupe de France en 2015 et 2016 ainsi que le Trophée des champions 2013, 2014 et 2015. Il finit meilleur buteur en 2013, 2014 et 2016 et remporte le trophée de meilleur joueur en 2013, 2014 et 2016. Il finit aussi meilleur passeur de la Ligue des champions 2012-2013 avec 7 passes décisives. Fin d'année 2013, il remporte le prix Puskás de la FIFA, le FIFA/FIFPro World XI, et apparaît dans l'équipe de l'année UEFA.

En Suède, il remporte de nombreuses distinctions personnelles. Il est élu Guldbollen, titre décerné au meilleur joueur de football suédois de l'année, à dix reprises en 2005, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015. Il est aussi élu meilleur athlète suédois de l'année en 2007 et 2010. Il remporte le Golden Foot en 2012, un prix international de football donnés aux joueurs qui se distinguent par leurs réalisations athlétiques et leur personnalité.

Il est également régulièrement nominé au Ballon d'or. Il totalise en janvier 2016 10 nominations.

Palmarès détaillé

Drapeau : Suède Malmö FF

 

Drapeau : Pays-Bas Ajax Amsterdam

 

Drapeau : Italie Juventus

 

Drapeau : Italie Inter Milan

 

Drapeau : Espagne FC Barcelone

 

Drapeau : Italie AC Milan

 

Drapeau : France Paris Saint-Germain

Statistiques

En club

Statistiques de Zlatan Ibrahimović au 21 mai 2016[96]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Supercoupe de l'UEFA Coupe du monde des clubs Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd
1999 Drapeau de la Suède Malmö FF Allsvenskan 6 1 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 6 1 0
2000 Drapeau de la Suède Malmö FF Superettan 26 12 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 26 12 0
2001 Drapeau de la Suède Malmö FF Allsvenskan 8 3 3 - - - - - - - - - - - - - - - - 8 3 3
Sous-total 40 16 3 - - - - - - - - - - - - - - - - 40 16 3
2001-2002 Drapeau des Pays-Bas Ajax Amsterdam Eredivisie 24 6 3 3 1 1 - - - C1+C3 2+4 0+2 0 - - - - - - 33 9 4
2002-2003 Drapeau des Pays-Bas Ajax Amsterdam Eredivisie 25 13 2 3 3 0 1 0 0 C1 13 5 0 - - - - - - 42 21 2
2003-2004 Drapeau des Pays-Bas Ajax Amsterdam Eredivisie 22 13 7 1 0 0 - - - C1 8 2 1 - - - - - - 31 15 8
2004 Drapeau des Pays-Bas Ajax Amsterdam Eredivisie 3 3 1 - - - 1 0 0 - - - - - - - - - - 4 3 1
Sous-total 74 35 13 7 4 1 2 0 0 - 27 9 1 - - - - - - 110 48 15
2004-2005 Drapeau de l'Italie Juventus Serie A 35 16 6 - - - - - - C1 10 0 2 - - - - - - 45 16 8
2005-2006 Drapeau de l'Italie Juventus Serie A 35 7 8 2 0 1 1 0 1 C1 9 3 2 - - - - - - 47 10 12
Sous-total 70 23 14 2 0 1 1 0 1 - 19 3 4 - - - - - - 92 26 20
2006-2007 Drapeau de l'Italie Inter Milan Serie A 27 15 5 1 0 0 1 0 1 C1 7 0 1 - - - - - - 36 15 7
2007-2008 Drapeau de l'Italie Inter Milan Serie A 26 17 13 - - - 1 0 0 C1 7 5 0 - - - - - - 34 22 13
2008-2009 Drapeau de l'Italie Inter Milan Serie A 35 25 10 3 3 1 1 0 0 C1 8 1 2 - - - - - - 47 29 13
Sous-total 88 57 28 4 3 1 3 0 1 - 22 6 3 - - - - - - 117 66 33
2009-2010 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 29 16 6 2 1 0 1 0 1 C1 10 4 2 1 0 0 2 0 1 45 21 10
2010 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga - - - - - - 1 1 0 - - - - - - - - - - 1 1 0
Sous-total 29 16 6 2 1 1 2 1 1 - 10 4 2 1 0 0 2 0 1 46 22 11
2010-2011 Drapeau de l'Italie AC Milan (prêt) Serie A 29 14 11 4 3 0 - - - C1 8 4 0 - - - - - - 41 21 11
2011-2012 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 32 28 6 3 1 0 1 1 0 C1 8 5 4 - - - - - - 44 35 10
Sous-total 61 42 17 7 4 0 1 1 0 - 16 9 4 - - - - - - 85 56 21
2012-2013 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 34 30 7 3 2 0 - - - C1 9 3 7 - - - - - - 46 35 14
2013-2014 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 33 26 11 4 5 1 1 0 1 C1 8 10 0 - - - - - - 46 41 13
2014-2015 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 24 19 6 6 7 2 1 2 0 C1 6 2 0 - - - - - - 37 30 8
2015-2016 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 31 38 13 9 7 2 1 0 0 C1 10 5 4 - - - - - - 51 50 19
Sous-total 122 113 37 22 21 5 3 2 1 - 33 20 11 - - - - - - 180 156 54
Total sur la carrière 484 301 118 45 33 8 12 4 4 - 127 51 25 1 0 0 2 0 1 671 389 156

En sélection nationale

Statistiques de Zlatan Ibrahimović au 29 mars 2016
Saison Sélection Phases finales Éliminatoires Matchs amicaux Total
Compétition M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd
2000-2001 Drapeau de la Suède Suède - - - - - - - 3 0 0 3 0 0
2001-2002 Drapeau de la Suède Suède Coupe du monde 2002 2 0 0 1 1 0 6 0 0 9 1 0
2002-2003 Drapeau de la Suède Suède - - - - 2 1 0 2 2 0 4 3 0
2003-2004 Drapeau de la Suède Suède Euro 2004 4 2 1 3 2 0 4 1 0 11 5 1
2004-2005 Drapeau de la Suède Suède - - - - 5 5 0 1 1 1 6 6 1
2005-2006 Drapeau de la Suède Suède Coupe du monde 2006 3 0 0 3 3 0 2 0 0 8 3 0
2006-2007 Drapeau de la Suède Suède - - - - 3 0 0 - - - 3 0 0
2007-2008 Drapeau de la Suède Suède Euro 2008 3 2 0 4 0 1 2 0 0 9 2 1
2008-2009 Drapeau de la Suède Suède - - - - 5 1 1 - - - 5 1 1
2009-2010 Drapeau de la Suède Suède - - - - 4 1 0 - - - 4 1 0
2010-2011 Drapeau de la Suède Suède - - - - 5 5 2 2 1 1 7 6 3
2011-2012 Drapeau de la Suède Suède Euro 2012 3 2 0 3 0 2 5 3 2 11 5 4
2012-2013 Drapeau de la Suède Suède - - - - 6 4 3 4 4 1 10 8 4
2013-2014 Drapeau de la Suède Suède - - - - 5 4 2 3 3 0 8 7 2
2014-2015 Drapeau de la Suède Suède - - - - 4 5 1 3 3 1 7 8 2
2015-2016 Drapeau de la Suède Suède Euro 2016 - - - 6 6 0 1 0 0 7 6 0
Total sur la carrière 15 6 1 59 38 12 38 18 6 112 62 19

Buts internationaux

Discographie

Année Album Meilleure position
Drapeau : Suède SWE
2014 Du gamla, du fria
(Zlatan featuring Day)
(Produit par Max Martin)
[97]
13

Annexes

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (sv) David Lagercrantz et Zlatan Ibrahimović (trad. Jean-Claude Lattès, photogr. Eric Broms), Moi, Zlatan Ibrahimović : Mon histoire racontée à David Lagercrantz [« Jag är Zlatan Ibrahimović »], coll. « Essais et Documents »,‎ , 447 p. (ISBN 978-2709642927) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

Références extraites de Moi, Zlatan Ibrahimović

Autres références

  1. « Fiche de Zlatan Ibrahimovic », sur transfermarkt.co.uk, Paris Saint-Germain
  2. a, b, c et d « Fiche de Zlatan Ibrahimovic », sur psg.fr, Paris Saint-Germain
  3. (it) Fabrizio Bocca, « Ibra, il dottor House del calcio », la Repubblica,‎ (consulté le 2 novembre 2010)
  4. (it) Antonio Vitiello, « Manchester, Vidic: "Ibra ed Eto'o tra i 3 attaccanti migliori al mondo" », tuttomercatoweb.it,‎ 11-septembre 2009 (consulté en 2 novembre2010)
  5. (it) Andrea Elefante, « Lo scatenato Ibrahimovic punta a nuovi record », La Gazzetta dello Sport,‎ (consulté le 2 novembre 2010)
  6. Thomas Baron, « Suède - Estonie : Zlatan Ibrahimovic, auteur d’un doublé, devient le meilleur buteur de la Suède », sur Eurosport,‎ (consulté le 15 mai 2016)
  7. « Meilleur buteur de l'histoire du PSG, Zlatan entretient sa légende », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 12 octobre 2015)
  8. Imanol Corcostegui, « On a lu l’autobiographie d’Ibrahimovic, star du PSG », sur Rue89,‎ (consulté le 15 mai 2016)
  9. http://www.football.fr/psg/articles/un-trophee-de-plus-pour-zlatan-!-438758/?sitemap
  10. « Le Dieu Zlatan est timbré », sur multicollection.fr,‎ (consulté le 15 mai 2016)
  11. « PSG : le confident de Zlatan Ibrahimovic lève le voile », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 15 mai 2016)
  12. « Suède : Ibrahimovic aura même un timbre postal à son effigie », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 15 mai 2016)
  13. http://fr.wiktionary.org/wiki/zlataner
  14. (fr) « Zlatan Ibrahimovic disque d'or », sur L'Equipe.fr,‎ (consulté le 12 octobre 2015)
  15. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Psg-zlatan-ibrahimovic-honore-par-la-mairie-de-paris/679524
  16. a et b (fr) « Photo : Zlatan ceinture noire », sur sofoot.com,‎ (consulté le 15 mai 2016)
  17. « Le bijou d'Ibrahimovic (Suède) contre l'Angleterre élu but de l'année par la FIFA », sur Eurosport,‎ (consulté le 9 novembre 2015)
  18. http://www.zlatanfacts.fr
  19. (hr) « Uzbudljiva autobiografije svjetske zvijezde od subote u prodaji! 'Bio sam problematičan tinejdžer iz kvarta, krao bicikle i uživao u tome' », sur jutarnji.hr, Jutarnji list
  20. Imanol Corcostegui, « On a lu l’autobiographie d’Ibrahimovic, star du PSG », sur nouvelobs.com,‎
  21. a et b (sv) »Rosenberg - för mig är han högerback«, sur sydsvenskan.se, Sydsvenskan,‎
  22. (en) « The Good Life: AC Milan And Sweden Striker Zlatan Ibrahimovic », sur goal.com,‎
  23. Axel Gyldén, « Zlatan Ibrahimovic: le "bad boy" devenu roi », sur lexpress.fr,‎
  24. (en)« How Zlatan Ibrahimovic nearly joined Arsenal » thespoiler.co.uk, 24 avril 2009
  25. (en) Career Zlatan Ibrahimović,zlatanibrahimovic.net, consulté le 16 juillet 2011
  26. (en)« Player Profile: Rafael van der Vaart »,realmadridzone.blogspot.com, consulté le 16 juillet 2011
  27. (it) « Ibrahimovic, il colpo di tacco del mercato », sur archiviostorico.corriere.it, Corriere della Sera,‎
  28. (sv)« Guldbollen 2005 till Zlatan Ibrahimovic » svenskfotboll.se, 14 novembre 2005
  29. set to take legal action to escape from Juve independent.co.uk, 4 août 2006
  30. (es)Ibrahimovic alcanza un lugar entre los dioses, elmundodeportivo.es, 23 septembre 2009.
  31. (es)Manita histórica de Ibrahimovic elmundodeportivo.es, 28 septembre 2009
  32. Zlatan Ibrahimovic, David Lagercrantz, Moi, Zlatan Ibrahimovic, JC Lattès,‎ , p. 2001
  33. Thibaud Leplat, Guardiola. Eloge du style, Hugo Et Compagnie,‎ , p. 129
  34. « Ibrahimović prêté au Milan », sur uefa.com, UEFA
  35. « Zlatan Ibrahimovic au Paris Saint-Germain », sur psg.fr, Paris Saint-Germain
  36. « PSG : le vrai salaire d'Ibrahimovic », sur leparisien.fr, Le Parisien
  37. « Ligue 1: Zlatan Ibrahimovic ne gagne pas 14 millions d'euros par an », sur 20minutes.fr, 20 minutes
  38. « Paris au finish », sur psg.fr, Paris Saint-Germain
  39. « Paris tient son choc ! », sur psg.fr, Paris Saint-Germain
  40. « Un Classico accroché », sur psg.fr, Paris Saint-Germain
  41. « Paris fait le spectacle », sur psg.fr, Paris Saint-Germain
  42. « Paris puissance 4 ! », sur psg.fr, Paris Saint-Germain
  43. « Ibrahimovic portera le N°10 », sur psg.fr, Paris Saint-Germain
  44. « Classement officiel des buteurs de Ligue 1 2012/2013 », sur lfp.fr, LFP
  45. « Classement des passes décisives - Ligue des champions 2012/1013 », sur uefa.com, UEFA
  46. « Trophées UNFP: Paris et Ibrahimovic au top », sur leparisien.fr, Le Parisien
  47. « Zlatan Ibrahimovic prolonge jusqu'en 2016I », sur le site du PSG,‎ (consulté le 24 novembre 2015).
  48. a et b « Anderlecht-PSG (0-5) : un quadruplé historique pour Ibrahimovic », sur Le Parisien
  49. « PSG-Chelsea (3-1) : blessé, Ibrahimovic pourrait être absent «plusieurs semaines» », sur leparisien.fr, Le Parisien
  50. « Trophées UNFP : le nouveau sacre de Zlatan Ibrahimovic », sur leparisien.fr, Le Parisien
  51. Zlatan est revenu et il est centenaire : retour sur 100 matches qui ont marqué l'histoire du PSG, www.eurosport.fr, 11 novembre 2014.
  52. « Ibrahimovic est rentré dans l’histoire de la Ligue des Champions avec son carton rouge »
  53. « La France "pays de merde" : le footballeur Ibrahimovic s'excuse. »
  54. Ibrahimovic dépasse Rocheteau sur lequipe.fr, le 8 avril 2015
  55. « Ce fut plus compliqué que prévu mais le PSG tient son quadruplé historique », sur Eurosport,‎
  56. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Paris-trop-fort-pour-lyon-remporte-le-trophee-des-champions-2-0/578568
  57. http://www.footmercato.net/breves/monaco-psg-zlatan-de-retour_160979
  58. http://www.eurosport.fr/football/ligue-1/2015-2016/le-psg-s-est-bien-amuse-monaco-n-a-pas-existe_sto4886146/story.shtml
  59. Classique : Le PSG bat l'OM 2-1, Ibrahimovic dépasse Pauleta, www.telefoot.fr, 4 octobre 2015.
  60. http://www.eurosport.fr/football/ligue-1/2015-2016/le-psg-s-est-bien-amuse-monaco-n-a-pas-existe_sto4886146/story.shtml
  61. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Paris-seul-invaincu-en-europe-comment-ont-perdu-les-autres-leaders-europeens/637134
  62. http://www.parisfans.fr/autour-du-psg/lequipe-souligne-limpressionnante-statistique-de-zlatan-ibrahimovic-y-a-regret-209531.html
  63. http://rmcsport.bfmtv.com/football/chelsea-psg-le-grand-soir-de-zlatan-957939.html
  64. http://sport24.lefigaro.fr/football/ligue-des-champions/fil-info/ibrahimovic-la-meilleure-saison-de-ma-carriere-en-termes-de-statistiques-795565
  65. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Ibrahimovic-le-psg-est-ne-avec-le-qatar/641386
  66. (fr) « Paris sacré champion de France sur une victoire 9-0 à Troyes ! », sur L'Equipe.fr
  67. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Ibrahimovic-le-psg-est-ne-avec-le-qatar/641386
  68. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Le-psg-elimine-sans-gloire-en-quart-de-finale-de-la-ligue-des-champions/651935
  69. http://www.20minutes.fr/sport/football/1825267-20160413-manchester-city-psg-zlatan-ibrahimovic-sortie
  70. http://www.lemonde.fr/football/article/2016/04/23/le-paris-saint-germain-psg-remporte-la-coupe-de-la-ligue_4907716_1616938.html
  71. Zlatan Ibrahimovic annonce son départ du PSG, Le Monde, 13-05-2016.
  72. http://www.leparisien.fr/psg-foot-paris-saint-germain/psg-ibrahimovic-efface-le-record-de-bianchi-14-05-2016-5796203.php
  73. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Le-discours-de-zlatan-en-francais-merci-a-ibracadabra/674324
  74. a et b (fr) « Le PSG bat l'OM (4-2) et remporte la Coupe de France », sur L'Equipe.fr
  75. « Une dixième Coupe de France et un nouveau quadruplé : le triomphe du PSG est total », sur Eurosport,‎
  76. (sv)« Nära nobba landslaget » aftonbladet.se, 9 septembre 2005.
  77. Suède : Zlatan Ibrahimović arrêtera t-il sa carrière internationale en 2010 ? coupfranc.fr, 11 septembre 2009
  78. Zlatan revient en sélectionlequipe.fr, 16 juillet 2010
  79. Ibra frappe quatre fois !
  80. Ibra se donne un «10/10»
  81. « La Suède domine l'Angleterre avec un quadruplé de Zlatan Ibrahimovic », sur eurosport.fr
  82. F. M., « Nouveau record pour Ibra », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  83. Ibrahimovic complète un bingo à sa façon sur pariskop.fr, le 6 septembre 2014
  84. Elodie Bousquet, « Helena Seger, l'indomptable Madame Zlatan », sur lexpress.fr,‎
  85. (sv) Ludvig Holmberg, « Zlatan har fått fotarbetet från taekwondon », expressen.se, 11 novembre 2010.
  86. (sv)« Zlatan besöker Rosengård » sydsvenskan.se, 3 octobre 2007
  87. (en) Balkan To Receive €144,000 FIFA Solidarity Payment For Zlatan Ibrahimovic Transfer goal.com, 21 décembre 2009
  88. « La biographie de Zlatan Ibrahimovic bat les records de vente », sur dailyactu.com,‎ (consulté le 20 janvier 2012)
  89. « Ibrahimovic, du ghetto au PSG », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 17 juillet 2012)
  90. « Lui, Zlatan Ibrahimovic », sur Le Point.fr,‎
  91. Xbox One : Microsoft choisit Zlatan Ibrahimovic comme ambassadeur de la console, www.lequipe.fr, 12 novembre 2013.
  92. Zlatan Ibrahimovic a inauguré son double au Musée Grévin, www.leparisien.fr, le 10 février 2015.
  93. Zlatan Facts, il était une fois Zlatan
  94. Ibrahimovic, fan numéro 1 de Ronaldo sur goal.com, le 2 mai 2014
  95. Zlatan Ibrahimovic: "Personne n'a été meilleur que Ronaldo ces quinze dernières années" sur sport.gentside.com, le 20 février 2011
  96. « Statistiques de Zlatan Ibrahimović », sur footballdatabase.eu
  97. « Zlatan featuring Day - "Du gamla du fria" page », 'swedishcharts.com', Hung Medien (consulté le 13 février 2014)