Espérance sportive Troyes Aube Champagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
ESTAC Troyes
Logo du ESTAC Troyes
Généralités
Nom complet Espérance Sportive Troyes Aube Champagne
Noms précédents Association Troyes Aube Champagne (ATAC) (1986-2000)
Fondation 1986
Statut professionnel depuis juillet 1996
Couleurs Bleu et blanc
Stade Stade de l'Aube
(20 877 places)
Siège 29 bis, rue Saint Exupery
BP 801
10158 Pont-Sainte-Marie
Championnat actuel Ligue 1
Président Drapeau : France Daniel Masoni
Entraîneur Drapeau : France Mohamed Bradja, Drapeau : France Michel Padovani et Drapeau : France Olivier Tingry
Joueur le plus capé Drapeau : France Benjamin Nivet (304) ?
Meilleur buteur Drapeau : France Benjamin Nivet (67) ?
Site web www.estac.fr
Palmarès principal
National[1] Ligue 2 (1)
International[1] Coupe Intertoto (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2015-2016 de l'ES Troyes AC
0

L'Espérance Sportive Troyes Aube Champagne (ESTAC) est un club de football français, fondé le 27 juin 1986 à Troyes, dans l'Aube.

Créé le par Maurice Cacciaguerra et Angel Masoni, il est le troisième club de football professionnel basé à Troyes.

Le club est actuellement présidé par Daniel Masoni et joue ses matchs au Stade de l'Aube lorsqu'il évolue à domicile.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le football professionnel à Troyes avant l'ESTAC[modifier | modifier le code]

L'Union sportive troyenne (UST) est le premier club de football français basé à Troyes. Fondé en 1900, il fusionne, en 1931, avec l'AS Savinienne. Donnant un premier élan au football troyen, l'Association Sportive Troyes Sainte-Savine obtient son statut professionnel en 1935. L'entraîneur Rudolf Hanak se voit alors confier la tâche de constituer un groupe performant en s'appuyant sur quelques joueurs du club (Roessler et Cartery) et en recrutant, malgré des moyens limités, quelques professionnels déjà aguerris. Ainsi, lors de sa première sortie professionnelle le 18 août 1935, en présence du maire de Troyes, l'équipe, emmenée par Roessler, s'impose 3-1 devant les quelque 3 000 spectateurs du Stade de l'Aube.

Le club atteint la première division au cours de la saison 1954-1955, grâce à l'expérience de l'entraîneur Roger Courtois qui s'appuie sur quelques internationaux (Pierre Flamion et Marcel Artelesa, notamment). Les années 1950 représentent l'âge d'or de l'ASTS.

En 1956, l'ASTS parvient en finale de la Coupe de France, éliminant Nîmes en 8e de finale, la grande équipe des rivaux du Stade de Reims en 1/4 de finale ainsi que le FC Nancy en demi-finale. Malheureusement, l'équipe troyenne s'incline sur le score de trois buts à un, laissant la coupe aux rivaux de l'UA Sedan. Cette même saison, les équipes jeunes du club remportent, eux, la Coupe Gambardella. L'équipe professionnelle ne parvient pas à se maintenir au plus haut niveau, réapparaissant brièvement dans l'élite pour une pige lors de la saison 1960-1961. Connaissant de grosses difficultés financières, le club est dissout en 1967.

Après la dissolution de l'ASTS, les activités de football à Troyes sont reprises par le Troyes Omnisports, d'où sera fondé le Troyes Aube Football en 1970[2]. Le TAF se relance en troisième division pour la saison 1970-1971. Le club réussit d'emblée à se hisser en 2e Division. Entrainés par Pierre Flamion, l'équipe rate de peu une seconde promotion, échouant à la seconde place de son groupe. En 1973, une première place dans le groupe B offre au club le privilège de retrouver la première division, bien qu'échouant en finale de championnat contre le RC Lens.

Les Troyens vont alors connaitre leur plus longue période de longévité au sein de l'élite. Le club aubois finit successivement 17e, 16e, 17e et 15e avant d'être relégué en D2 en 1979, malgré la présence de joueurs tels que Gérard Tonnel, Guy Formici ou encore Ilija Petković. Pire, le club se retrouve en redressement judiciaire et connait une seconde relégation. L'association est alors reprise par les Patronages Laïques de Troyes et évoluent au sein des divisions régionales. Les résultats sportifs ne seront pas au rendez-vous.

Angel Masoni, en litige avec le comité directeur rachète le club troyen en 1986[2].

Naissance de l'ESTAC et relatif anonymat (1986-1999)[modifier | modifier le code]

Localisation de Troyes.
Troyes
Voir l’image vierge
Localisation de Troyes.

Pour sa première saison, L'Atac se retrouve engagé en Division d'Honneur de la Ligue de Champagne-Ardenne de football. Les aubois remportent facilement le championnat et connaissent une seconde promotion immédiate à l'issue de la saison 1987-1988. Au terme de trois années passées en 4e division, Troyes est promu à l'échelon supérieur. Malgré de bons résultats, le club ne parvient pas à se hisser en 2e Division.

En 1993, Angel Masoni désigne Alain Perrin comme entraîneur. Ce dernier permet au club d'atteindre la 2e Division dès 1996 et la 1re Division en 1999. Lors de la saison suivante, l'ATAC parvient à se maintenir lors de la dernière journée en obtenant un match nul face au PSG 2-2 et en terminant à la 14e place.

Les années Ligue 1 (1999-2007)[modifier | modifier le code]

Le club est contraint de changer de nom, en raison d'une plainte des supermarchés Atac. Il sera rebaptisé « Espérance sportive Troyes Aube Champagne » (ESTAC) en 2000 [3].

En 2001, le club termine 7e de D1. Ce sont les grandes années du club aubois, notamment les années Heurtebis, Goussé, Djukic et Loko. L'Estac se qualifie pour la Coupe Intertoto. Les Troyens effectuent un parcours brillant, éliminant notamment Wolfsbourg, et remportent la compétition au terme d'une victoire épique contre Newcastle (0-0 ; 4-4). Troyes est alors qualifié pour la Coupe de l'UEFA pour la première fois de son histoire. Disposant des slovènes du MFK Ruzomberok (6-0 ; 1-1) lors du 1re tour de la Coupe de l'UEFA, l'Estac affronte Leeds United. S'inclinant à Elland Road (4-2), Troyes rate de peu la qualification au Stade de l'Aube (3-2[4]). L'aventure en Coupe de l'UEFA représente une des plus belles histoires du football professionnel à Troyes.

L'Estac est d'ailleurs à deux doigts de renouveler l'exploit. Disposant de Villarreal en demi-finale de Coupe Intertoto, le club est exclu de la compétition par l'UEFA. (David Vairelles, non qualifié pour la compétition, jouera seulement quelques minutes). Au terme de la saison et après 4 années passées dans l'élite, le club redescend en Ligue 2. Année noire pour les Troyens.

À la suite de problèmes financiers, la DNCG demande à ce que l'ESTAC soit relégué en national en 2004. Le club est sauvé in extremis grâce à la démission de Daniel Vacelet[5]. Thierry Gomez, le nouveau président, confie les rênes du club troyen à Jean-Marc Furlan. L'ESTAC parvient, lors de la saison 2004-2005, à finir à la 3e place du championnat et remonte en Ligue 1.

Troyes termine la saison à la 17e place de Ligue 1, se maintenant lors de la réception de l'AC Ajaccio le devant 19 825 spectateurs.

En 2007, le club redescend en Ligue 2 après deux saisons dans l'élite. Le contrat de Jean-Marc Furlan n'est pas renouvelé, Denis Troch le remplace. Lors de la saison 2007-2008, le club est à deux doigts de retrouver la Ligue 1, rêve brisé par une fin de championnat catastrophique. Denis Troch est limogé[6] et est remplacé par Ludovic Batelli[7]

Les années sombres (2007-2012)[modifier | modifier le code]

À la suite de la défaite face à Montpellier HSC le 24 avril 2009, le Président Thierry Gomez décide de confier la gestion des 5 derniers matchs à Claude Robin[8]. Le club termine l'année à la 19e place et est relégué en National.

Daniel Masoni, fils d'Angel Masoni, succède à Thierry Gomez, qui aura dirigé le club aubois pendant 9 ans. Le nouveau président ambitionne une remontée immédiate et fait confiance à Patrick Remy. Grâce à sa victoire face à Cassis-Carnoux lors de la 37e journée (2-0), le club remonte en Ligue 2. Patrick Remy est remercié par le club malgré ces bons résultats. Jean-Marc Furlan, ayant déjà entraîné le club de 2004 à 2007, lui succède[9].

L'ESTAC se maintient en terminant 16e du championnat de France de football de Ligue 2 2010-2011. Au cours de la saison 2011-2012, l'ESTAC vient s'installer sur le podium et s'affiche comme un prétendant sérieux pour la montée en Ligue 1. Le 11 mai 2012, l'ES Troyes Aube Champagne retrouve de nouveau la première division. La dernière rencontre au Stade de l'aube face à Amiens permet au club de battre son record d'affluence avec 20 346 spectateurs venus célébrer l'accession à l'élite[10].

L'ascenceur entre Ligue 1 et Ligue 2 (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

Pour sa remontée en Ligue 1, l'Estac décroche sa première victoire contre l'Olympique de Marseille, à domicile. Le club troyen, apprécié pour son bon jeu, est à la peine. Les résultats ne suivent pas. Distancée en championnat, l'Estac brille en coupe. Les Bleus et Blancs se qualifient pour les demi-finale de la coupe de France, au cours desquels ils se feront éliminer par les Girondins de Bordeaux qui remporteront la compétition. Relégables et en difficulté depuis la 2e journée, les Troyens croiront au miracle jusqu'à la dernière journée avant que la défaite contre Valenciennes ne les condamne à la Ligue 2[11].

Lors de la saison 2013-2014, les aubois connaissent de bons résultats lors de la première partie de saison. Cependant, l'inconstance des prestations n'offriront aux supporters troyens rien de plus qu'une place dans le ventre mou de Ligue 2. De nouveau, l'Estac se distingue de par son jeu agréable et ses bons résultats en Coupe de la Ligue. L'Olympique lyonnais met un terme aux ambitions troyennes en demi-finale.

La saison 2014-2015 est la saison de domination absolue de l'équipe troyenne dans le championnat de Ligue 2. Installée très tôt sur le podium, dès la 2e journée, elle ne le quittera qu'une seule fois (après une défaite 2-1 contre l'AC Ajaccio lors de la 14e journée) pour ensuite ne jamais lâcher la première place suite au titre honorifique de champion d'automne. Au terme de la 34e journée et une victoire (2-1) sur Angers, le club valide son accession en Ligue 1, deux ans après sa relégation[12]. Il s'adjuge 3 jours plus tard le premier titre de champion de L2 de son histoire face au Nîmes Olympique (35e journée, victoire 1-2) grâce à des réalisations de Thiago Xavier et Darbion. Cette remarquable saison est récompensée aux Trophées UNFP, Jean-Marc Furlan y reçoit le trophée de meilleur entraineur de Ligue 2, Denis Petric celui de meilleur gardien alors que Jonathan Martins Pereira, Rincon, Lionel Carole et Benjamin Nivet figurent dans l'équipe type[13]. Meilleure attaque et défense du championnat (61 buts marqués pour 24 encaissés), le club finit par une dernière victoire face à Châteauroux (4-1), la vingt-quatrième de la saison. Le titre de champion est célébré au stade en présence de Cyril Hanouna, Michael Youn et Pierre Ménès. Au mois de juin 2015, la DNCG refuse la montée au club aubois, le club présentant un trou de 5 millions d'euros dans ses comptes[14]. Suite aux ventes de Corentin Jean et Lionel Carole, cette sanction est levée en appel[15].

L'Estac fait son retour en Ligue 1 deux saisons après l'avoir quitté. Celui-ci est compliqué, après deux nuls contre le Gazélec Ajaccio (0-0) et l'OGC Nice (3-3) puis une lourde défaite 6 à 0 au stade Vélodrome, le club se retrouve relégable. Au terme de la 11e journée, il est lanterne rouge du championnat, et aucune victoire n'a encore été remportée. Le 3 novembre 2015, Nouredine Bouachera, chargé du recrutement depuis 2010, est licencié[16].

Jean-Marc Furlan et son président s'entendent pour mettre fin à leur collaboration le 3 décembre, au lendemain d'une défaite à domicile 3-0 face à Toulouse[17]. Il est remplacé par Claude Robin, qui a déjà assuré l'intérim en 2009 lors du limogeage de Ludovic Batelli. Lors de la 19e journée face à l'AS Monaco le 19 décembre 2015, le club devient la première équipe à ne pas remporter le moindre match lors d'une phase aller de championnat.

Le 23 janvier 2016, pour le compte de la 22e journée de Ligue 1, le club remporte sa première victoire en championnat de la saison 3 à 1 à l'extérieur contre le Lille OSC. Après avoir été mené 1-0 à la mi-temps suite à un pénalty de Sofiane Boufal, les troyens inscrivent 3 buts dans le dernier quart d'heure grâce à un doublé de Jimmy Cabot et une réalisation de Jessy Pi. En dépit d'un meilleur bilan que son prédécesseur (3 victoires, 2 nuls et 4 défaites, toutes compétitions confondues), Claude Robin est limogé au lendemain d'une défaite 4 à 0 à Guingamp (24e journée) et suite à des différents tactiques avec son président. Le trio Michel Padovani, Mohamed Bradja et Olivier Tingry lui succède dans l'attente de la nomination d'un nouvel entraineur[18].

Identité[modifier | modifier le code]

Palmarès et distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès de l'équipe première de l'Espérance sportive Troyes Aube Champagne (depuis 1986)
Compétitions nationales Compétitions internationales Compétitions régionale Compétitions de jeune

Logos, couleurs et maillots[modifier | modifier le code]

Logos


Couleurs et maillots

Lors de la saison 2015/2016, les maillots sont fournis par l'équipementier Kappa.

Les couleurs bleues et blanches rappellent les armoiries de la ville. Quant au troisième maillot, il est souvent composé à partir de couleur champagne, en référence à la prestigieuse boisson produite dans la région, ou bien en rose, se référant ce coup ci aux maillots des précédentes équipes de football de la ville.

Supporters[modifier | modifier le code]

Le club est supporté par plusieurs groupes de supporters tels que les Partisans ou les Magics Troyes.

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente la liste des présidents du club depuis 1986.

Rang Nom Période
1 Drapeau : France Maurice Cacciaguerra 1986-1990
2 Drapeau : France Michel Santier 1990-1993
3 Drapeau : France Angel Masoni 1993-1995
Rang Nom Période
4 Drapeau : France Daniel Vacelet 1995-2004
5 Drapeau : France Thierry Gomez 2004-2009
6 Drapeau : France Daniel Masoni 2009-

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente la liste des entraîneurs du club depuis 1986.

Rang Nom Période
1 Drapeau : France Bernard Deferrez juil. 1986-mars 1988
2 Drapeau : France Pierre Flamion avr. 1988-mai 1988
3 Drapeau : France Jean-Louis Coustillet juin 1988-mai 1992
4 Drapeau : France Patrick Aussems juin 1992-déc. 1992
5 Drapeau : France Pierre Flamion janv. 1993-mai 1993
6 Drapeau : France Alain Perrin juin 1993-mai 2002
Rang Nom Période
7 Drapeau : France Jacky Bonnevay juin 2002-déc. 2002
8 Drapeau : France Serge Romano (intérim) déc. 2002
9 Drapeau : Bosnie-Herzégovine Faruk Hadžibegić déc. 2002-2004
10 Drapeau : France Jean-Marc Furlan 2004-2007
11 Drapeau : France Denis Troch 2007-2008
12 Drapeau : France Ludovic Batelli 2008-avr. 2009
Rang Nom Période
13 Drapeau : France Claude Robin avr. 2009-mai 2009
14 Drapeau : France Patrick Remy juil. 2009-juin 2010
15 Drapeau : France Jean-Marc Furlan juin 2010-déc. 2015
16 Drapeau : France Claude Robin déc. 2015

Effectif actuel (2015-2016)[modifier | modifier le code]

Effectif de la saison 2015-2016 de l'ES Troyes AC, au 7 février 2016[19]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[20] Nom Date de naissance Sélection[21] Club précédent Contrat
1 G Drapeau de la France Dreyer, MatthieuMatthieu Dreyer 20/3/1989 (26 ans) France espoirs ÉFC Fréjus St-Raphaël 2012-2017
16 G Drapeau de la Guadeloupe Grandel, FranckFranck Grandel 17/3/1978 (37 ans) Guadeloupe USL Dunkerque 2013-2017
2 D Drapeau de la France Martial, JohanJohan Martial 30/5/1991 (24 ans) Martinique Stade brestois 2015-2016
3 D Drapeau de la République démocratique du Congo flèche vers la droite Mavinga, ChrisChris Mavinga 26/5/1991 (24 ans) RD Congo Rubin Kazan 2015-2016
5 D Drapeau de la France Saunier, MatthieuMatthieu Saunier 7/2/1990 (26 ans) France -20 ans Girondins de Bordeaux 2010-2017
11 D Drapeau du Brésil Rincón, Rincón 31/5/1987 (28 ans)
Chievo Vérone 2011-2017
17 D Drapeau de la France Lacour, GuillaumeGuillaume Lacour 2/8/1980 (35 ans)
Évian TG 2013-2016
20 D Drapeau du Mali N'Diaye, MahamadouMahamadou N'Diaye une croix 21/6/1990 (25 ans) Mali Vitória Guimarães 2013-2017
22 D Drapeau de la France Koné, MoryMory Koné 21/4/1994 (21 ans) France -20 ans Parme FC 2014-2017
28 D Drapeau de la France Traoré, CharlesCharles Traoré 1/1/1992 (24 ans)
FC Nantes 2015-2018
31 D Drapeau de l'Afrique du Sud flèche vers la droite Ngcongca, AneleAnele Ngcongca 21/10/1987 (28 ans) Afrique du Sud RC Genk 2015-2016
32 D Drapeau : Serbie flèche vers la droite Veškovac, DušanDušan Veškovac 16/3/1986 (29 ans)
Toulouse FC 2015-2016
33 D Drapeau d'Haïti Arcus, CarlensCarlens Arcus 28/6/1996 (19 ans) Haïti Saint-Louis 2015-2016
35 D Drapeau de la France Dabo, MouhamadouMouhamadou Dabo 28/11/1986 (29 ans) France espoirs Olympique lyonnais 2015-2016
7 M Drapeau de la France Court, YoannYoann Court 14/1/1990 (26 ans) France -20 ans CS Sedan-Ardennes 2013-2016
8 M Drapeau de la France Darbion, StéphaneStéphane Darbion 22/3/1984 (31 ans)
Skoda Xanthi 2012-2017
10 M Drapeau de la France Nivet, BenjaminBenjamin Nivet Capitaine 2/1/1977 (39 ans) France -16 ans SM Caen 2012-2016
14 M Drapeau du Brésil Thiago, Thiago 27/12/1983 (32 ans)
LB Châteauroux 2011-2017
23 M Drapeau de la Tunisie Camus, FabienFabien Camus 28/2/1985 (30 ans) Tunisie Genk 2015-2017
24 M Drapeau de la Côte d'Ivoire Karaboué, LossémyLossémy Karaboué 18/3/1988 (27 ans) Côte d'Ivoire AS Nancy-Lorraine 2015-2017
18 M Drapeau de la Tunisie Ben Saada, ChaoukiChaouki Ben Saada 1/7/1984 (31 ans) Tunisie AC Arles-Avignon 2014-2017
19 M Drapeau de l'Algérie Azamoum, KarimKarim Azamoum 17/1/1990 (26 ans)
Hyères FC 2013-2018
25 M Drapeau de la France flèche vers la droite Pi, JessyJessy Pi 24/9/1993 (22 ans)
AS Monaco 2014-2016
29 M Drapeau de la France Othon, QuentinQuentin Othon 27/3/1988 (27 ans) France espoirs RC Strasbourg 2011-2016
34 M Drapeau de la France Confais, AloïsAloïs Confais 7/9/1996 (19 ans) France -18 ans Formé au club 2015-2019
9 A Drapeau : Sénégal Gueye, BabacarBabacar Gueye 31/12/1994 (21 ans)
AS Dakar Sacré-Cœur 2014-2016
12 A Drapeau du Cameroun Ntsama, Henri BienvenuHenri Bienvenu Ntsama 5/7/1988 (27 ans) Cameroun Eskişehirspor 2014-2017
13 A Drapeau de la Colombie flèche vers la droite Perea, BrayanBrayan Perea 25/2/1993 (22 ans) Colombie -20 ans Lazio Rome 2015-2016
26 A Drapeau de la Turquie Hümmet, DenizDeniz Hümmet 13/9/1996 (19 ans) Turquie -18 ans Malmö FF 2015-2018
27 A Drapeau de la France flèche vers la droite Jean, CorentinCorentin Jean 15/7/1995 (20 ans) France espoirs AS Monaco 2013-2016
Entraîneur(s)
  • Drapeau : France Vacant
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France Vacant
Entraîneur(s) des gardiens
Kinésithérapeute
  • Drapeau : France Aurélien Gauthier
  • Drapeau : France Guillaume Lapasserie
Médecin(s)
  • Drapeau : France Philippe Beury



Légende

Consultez la documentation du modèle

Joueurs prêtés
Poste Nat. Nom Date de naissance Sélection Club en prêt
9 A Drapeau du Cameroun Bekamenga, ChristianChristian Bekamenga 9/5/1986 (29 ans) Cameroun Metz
1 G Drapeau de la France Bernardoni, PaulPaul Bernardoni 18/4/1997 (18 ans) France U20 Bordeaux

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Structures et équipes du club[modifier | modifier le code]

Stade de l'Aube[modifier | modifier le code]

Il est construit en 1924[22] par un industriel appelé Marcel Vitoux sur un site appelé « Le Labourat »[23]. Il est rénové une première fois en 1956 puis la ville l'acquiert en 1961[23]. Une piste d'athlétisme de 400 mètres est alors ajoutée. En 1967, la tribune d'honneur est construite avec des aménagements ad-hoc : vestiaires, infirmerie, bureaux et salles de réception[23].

D'importants travaux sont entrepris en 1998 : construction de la tribune Sud (2 800 places) et rénovation de la tribune Est (6 600 places)[23]. Enfin, la tribune Nord est achevée en 1999 portant ainsi la capacité totale du stade à 18 000 places. Les derniers travaux sont effectués en 2004 avec la rénovation de la tribune d'honneur et de deux virages qui ferment le stade. L'inauguration se déroule le avec un match entre l'équipe de France espoirs et l'Irlande. Le stade peut alors accueillir 20 420 spectateurs. Il appartient à la Communauté du Grand Troyes depuis 2003.

Son affluence record est réalisée le 18 mai 2012 où 20 347 spectateurs assistent à la rencontre de Ligue 2, opposant l'ESTAC à Amiens (2-0)[24], à l'occasion de la montée du club en Ligue 1.

En juin 2013, le Stade de l'Aube est le premier stade à adopter la technologie de pelouse hybride AirFibr développée par la société française Natural Grass[25].

Le centre de formation et l'équipe Jeune[modifier | modifier le code]

Le centre de formation de l'ESTAC a été inauguré le 28 septembre 2002 en présence d'Aimé Jacquet. Il est en constante progression et est envié par de nombreux clubs. Des joueurs comme Blaise Matuidi, international français et Damien Perquis aujourd'hui international polonais parmi les plus connus ont été formé à Troyes. La plupart des jeunes issus de ce centre évoluent avec l'équipe réserve en CFA et les plus talentueux réussissent à intégrer l'équipe première.

En 2010, Blaise Matuidi est le premier joueur du centre de formation de l'ESTAC à porter le maillot de l'équipe de France. L'ESTAC va par ailleurs connaître sa première année en tant que centre de catégorie 1A dès la saison 2011-2012. En 2010-2011, les jeunes U19 réussissent un superbe parcours en Coupe Gambardella seulement éliminés en demi-finale, à Mérignac, par Saint-Étienne après avoir battu notamment Sochaux et Montpellier lors des tours précédents.

Le club compte énormément sur ses jeunes. Ainsi, au fur et à mesure, de nombreux jeunes viennent se greffer au groupe pro, tels que Fabrice N'Sakala, Djibril Sidibé, Corentin Jean, Jimmy Cabot, Paul Bernardoni, Thomas Dasquet ou encore Alois Confais.

La réserve, composée en grande majorité par les jeunes du club, évolue en CFA.

Section féminine[modifier | modifier le code]

Le club compte une section féminine évoluant en DH[26].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. a et b « Les grandes dates du football à Troyes », sur le site officiel de l'ESTAC (consulté le 19 mai 2012)
  3. « Coucou, revoilà Troyes », sur SO FOOT.com,‎ (consulté le 19 mai 2012)
  4. « UEFA Europa League 2001/02 - Histoire - Troyes-Leeds », sur le site officiel de l'UEFA (consulté le 19 mai 2012)
  5. « DNCG : Troyes maintenu en L2 », sur football365.fr,‎ (consulté le 19 mai 2012)
  6. Sport24 - Denis Troch limogé
  7. Batelli entraîneur de l'ESTAC sur lequipe.fr
  8. Batelli limogé à l'ESTAC, sur francefootball.fr
  9. ESTAC - Site Officiel, sur le site officiel
  10. « 38e journée - ESTAC / Amiens SC », sur le site de la Ligue de Football Professionnel (consulté le 19 mai 2012)
  11. « Troyes est relégué », sur L'Équipe.fr,‎ (consulté le 26 mai 2013).
  12. « Troyes (2-1 contre le SCO d'Angers) évoluera en L1 la saison prochaine! », sur lequipe.fr,‎
  13. « UNFP : Trophées UNFP du football Un TGV Lyon-Paris via Troyes… », sur unfp.org,‎
  14. Ligue 1 : Troyes renvoyé en Ligue 2, Evian-Thonon-Gaillard repêché ?
  15. (fr) « DNCG: montée en L1 confirmée pour Troyes », sur L'Equipe.fr (consulté le 3 novembre 2015)
  16. (fr) « Nourredine Bouachera licencié », sur L'Equipe.fr (consulté le 3 novembre 2015)
  17. « ESTAC Troyes - Site officiel - Communiqué officiel », sur www.estac.fr (consulté le 3 décembre 2015)
  18. Le Courrier picard, « Football: Claude Robin (Troyes) démis de ses fonctions deux mois après sa nomination », sur Le Courrier picard (consulté le 9 février 2016)
  19. « Saison 2014-2015 - Effectif », sur estac.fr (consulté le 6 mars 2015)
  20. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  21. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  22. « Historique du Stade de l'Aube », ES Troyes AC (consulté le 24 mai 2015)
  23. a, b, c et d [PDF]« Plaquette de présentation du stade de l'Aube », Communauté d'agglomération troyenne,‎
  24. Michel Mospinek, « Troyes : Record d'affluence historique ! », sur http://www.foot-national.com/,‎
  25. « Le Stade de l'Aube joue les précurseurs »
  26. [1]