Alessandro Ballan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ballan.
Alessandro Ballan
Allesandro Ballan by Sławek.jpg
Allesandro Ballan en 2009
Informations
Naissance
Nationalité
Spécialité
Courses d'un jour
Distinction
Équipes amateurs
1998Zalf Euromobil Fior
1999-2001Trevigiani
2002-2003Cyber-Faresin-Modall
Équipes professionnelles
Principales victoires
1 championnat
Jersey rainbow.svg Champion du monde sur route 2008
2 classiques
Tour des Flandres 2007
Vattenfall Cyclassics 2007
1 course à étapes
Tour de Pologne 2009
1 étape de grand tour
Tour d'Espagne (1 étape)
Alessandro Ballan durant le Tour de France 2009

Alessandro Ballan est un coureur cycliste italien né le à Castelfranco Veneto, dans la province de Trévise en Vénétie. Il a commencé sa carrière professionnelle en 2004 au sein de l'équipe italienne Lampre. Spécialiste des classiques, il brille notamment sur les courses pavées et a remporté le Tour des Flandres 2007 et le Championnat du monde sur route en 2008.

Carrière[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Il commence à pratiquer le cyclisme à l'âge de 8 ans parmi les jeunes de l'UC Giorgione. En 1998, il passe d'abord en amateur au sein du réputé club du Zalf Euromobil Fior, puis au sein de Trevigiani et du Cyber-Faresin-Modall. En six saisons, quatre chez les moins de 23 ans et deux chez les élites, il obtient 13 victoires, dont le Gran Premio Calvatone, dans la province de Crémone en 2002 et le Trofeo Zssdi en 2003. En 2003, il est troisième du championnat d'Italie élites sans contrat.

Suivant les traces de son grand frère Andrea, coureur dans l'équipe De Nardi en 2002[1], Alessandro Ballan passe professionnel en 2004 au sein de l'équipe Lampre de Giuseppe Saronni. Malgré une carrière amateure correcte, il n'attire pas l'attention des équipes professionnelles et signe son premier contrat grâce à un ami travaillant pour Wilier Triestina, sponsor de la Lampre. Durant sa première saison, il travaille comme domestique pour Romāns Vainšteins et Gianluca Bortolami[2]. En 2005, il obtient de bons résultats en début d'année à la Classic Haribo (3e), et aux Trois Jours de La Panne, où il gagne une étape et prend la deuxième place finale. En avril, il participe au Tour des Flandres. Alors qu'il se trouve en compagnie des favoris à moins de 50 km de l'arrivée, il attaque et rejoint Constantino Zaballa, seul en tête jusque-là. Il accélère ensuite dans l'ascension du Berendries et lâche Zaballa. Il est rattrapé à moins de 30 km de l'arrivée par plusieurs coureurs, dont le vainqueur Tom Boonen. Il termine sixième, à 40 secondes[3]. En août, il signe un premier succès sur le ProTour lors de l'Eneco Tour (4e étape).

En 2006, il remporte le Trofeo Laigueglia, termine quatrième de Milan-Turin et huitième de Milan-San Remo. Au cours de la saison, il se met en évidence sur les classiques flandriennes, en prenant la cinquième place du Tour des Flandres et, une semaine plus tard, la troisième place de Paris-Roubaix après la disqualification de trois coureurs, coupables d'avoir franchi un passage à niveau fermé. Dans la dernière partie de la saison, il est sélectionné aux championnats du monde de Salzbourg, remportés par son compatriote Paolo Bettini[réf. nécessaire].

2007-2009 : titre mondial et succès sur le Tour des Flandres[modifier | modifier le code]

En 2007, il parvient à s'imposer sur le Tour des Flandres en attaquant sur le mur de Grammont, puis en battant en sprint le belge Leif Hoste. Quelques mois plus tard, en août, il remporte la Vattenfall Cyclassics à Hambourg grâce à une attaque en finisseur à moins d'un kilomètre de la ligne d'arrivée. Ainsi, comme l'année précédente, il est sélectionné aux mondiaux, remportés à nouveau par son coéquipier Bettini[réf. nécessaire].

L'année suivante, il se classe quatrième du Tour des Flandres et troisième de Paris-Roubaix. Lors du Tour d'Espagne, il gagne une étape de haute montagne, grâce à une échappée et porte le maillot de leader du classement général pendant une étape. Le 28 septembre 2008, il obtient son plus grand succès. Il remporte à domicile le championnat du monde sur le circuit vallonné de Varèse. Dans une course où le double champion du monde en titre, son coéquipier italien Paolo Bettini est marqué par les autres favoris, Ballan participe à l'échappée décisive dans le dernier tour de circuit. Il figure au sein d'un groupe de 12 coureurs, dont deux coéquipiers italiens Damiano Cunego et Davide Rebellin, respectivement deuxième et quatrième à l'arrivée. Ballan attaque à 1500 mètres de la ligne d'arrivée et résiste au retour du groupe de poursuivants pour gagner avec trois secondes d'avance[réf. nécessaire].

En 2009, Alessandro Ballan est atteint d'un cytomégalovirus qui l'empêche de courir pendant les premiers mois de la saison. Il est notamment absent de Milan-San Remo[4], du Tour des Flandres, de Paris-Roubaix[5] et du Tour d'Italie. À la suite de son retour, il remporte sa première victoire dans une course à étapes de niveau ProTour en s'imposant lors du Tour de Pologne, où il gagne également une étape, ses premières victoires avec le maillot arc-en-ciel.

2010-2014 : BMC Racing[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2010, il rejoint la nouvelle équipe BMC Racing, équipe courant sous licence continentale professionnelle, ainsi que le champion du monde 2009 Cadel Evans. Au cours de l'année, il n'obtient aucun succès, mais il se classe notamment troisième du championnat d'Italie sur route et sixième du Grand Prix cycliste de Québec, course du calendrier mondial. Au printemps, il est temporairement suspendu par le BMC pour son implication dans l'enquête sur Mantoue et ses liens présumés avec le pharmacien Guido Nigrelli, déjà condamné pour dopage.

En 2011, toujours chez BMC, il est deuxième du Monte Paschi Strade Bianche, quatrième de Milan-San Remo et sixième de Paris-Roubaix. En mai, cependant, est de nouveau suspendu par son équipe, par mesure de précaution, à nouveau pour l'implication dans l'enquête de Mantoue, et est contraint de déclaré forfait au Tour d'Italie. L'année suivante il met un accent particulier sur les classiques du printemps : quatrième des Strade Bianche, huitième de Milan-San Remo, troisième du Tour des Flandres et, comme en 2006 et 2008, troisième de Paris-Roubaix. En deuxième partie de saison, il gagne au sprint le Tour de Toscane et la 7e étape de l'Eneco Tour.

En préparation de la saison 2013, Ballan chute pendant un stage avec son équipe et est victime de plusieurs fractures de côtes ainsi qu'une fracture à un fémur. Il doit également se faire enlever la rate[6]. Ayant ressenti des douleurs à l'estomac, Ballan est opéré en février pour enlever des adhérences apparues en conséquence de son ablation de la rate[7]. Après quelques jours en soins intensifs à l'hôpital de Valence et deux opérations, il retourne en Italie le 8 janvier où il poursuit sa réhabilitation. En juin, il revient à la compétition, mais en juillet, il doit subir une autre opération dans l'abdomen.

En janvier 2014, le Tribunal national antidopage le suspend deux ans (jusqu'au 16 janvier 2016), en raison de séances d'ozonothérapie datant de 2009, interdites par la Code antidopage de l'AMA. Il est alors licencié par l'équipe BMC.

Il est acquitté en décembre 2015, mais n'a plus jamais couru depuis.

Ballan et le dopage[modifier | modifier le code]

Alessandro Ballan n'a jamais été contrôlé positif. Cependant, il est cité en dans l'Affaire Mantoue en Italie et est suspendu provisoirement par son équipe[8]. Réintégré le mois suivant[9], il est de nouveau suspendu par son équipe peu avant le Tour d'Italie 2011, l'enquête ayant entretemps permis d'apporter de nouvelles informations justifiant une nouvelle mise à l'écart d'après Jim Ochowicz, manager général de l'équipe[10]. N'ayant eu aucun contact avec une instance chargée de lutte anti-dopage, BMC Racing lève sa suspension au lendemain de l'arrivée finale de ce Tour d'Italie[11]. Un procès commence en décembre 2013. 28 personnes dont Ballan sont concernées. Le procureur demande un acquittement pour plusieurs d'entre elles et une sanction pour d'autres dont Ballan : deux ans de prison avec sursis et 40 000 euros d'amende[12]. Le verdict est annoncé le et conclut à l'acquittement pour tous les membres de l'équipe Lampre accusés dont Ballan[13].

Le 17 janvier 2014, le comité olympique italien le suspend pour deux ans, pour un traitement à l'ozone en 2009[14]. Il est aussitôt licencié par l'équipe BMC Racing[15]. Sa suspension est réduite en appel de cinq mois[16].

Après carrière[modifier | modifier le code]

Après sa carrière de coureur, il devient consultant pour la télévision italienne et ambassadeur pour Campagnolo[17].

Palmarès et classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

5 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

3 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement ProTour 96e[18] 6e[19] 11e[20] 10e[21]
Calendrier mondial UCI 45e[22] 59e[23]
UCI World Tour 47e[24] 27e[25] nc
UCI Asia Tour 317e[26]
UCI Europe Tour 343e[27]
Légende : nc = non classé

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2010 au 17 janvier 2014

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche d'Andrea Ballan », sur siteducyclisme.net (consulté le 18 novembre 2012)
  2. (en) « Ballan following in Bartoli's footsteps? », sur cyclingnews.com, (consulté le 21 décembre 2008)
  3. (en) « Flahute Fiesta! Tom Boonen wins Ronde Van Vlaanderen », sur cyclingnews.com, (consulté le 21 décembre 2008)
  4. « Ballan supports teammates in Paris-Roubaix », sur cyclingnews.com, (consulté le 1er mai 2009)
  5. « No Ballan for MSR either », sur cyclingnews.com, (consulté le 1er mai 2009)
  6. « Ballan grièvement blessé », sur lequipe.fr,
  7. (en) « Emergency surgery for Ballan », sur cyclingnews.com,
  8. « Ballan suspendu », sur lequipe.fr, (consulté le 3 mai 2011)
  9. « Cyclisme: Alessandro Ballan peut reprendre la compétition », sur Reuters, (consulté le 2 mai 2011)
  10. (en) « Team BMC pull Ballan and Santambrogio from racing », sur cyclingnews.com, (consulté le 2 mai 2011)
  11. (en) « BMC reactivates Ballan, Santambrogio », sur cyclingnews.com, (consulté le 31 mai 2011)
  12. « Les coureurs et les dirigeants de l'équipe Lampre ont été acquittés », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  13. (en) « Lampre riders and staff cleared in Mantova doping trial », sur cyclingnews.com,
  14. « Suspension : Alessandro Ballan gagne 5 mois », sur lequipe.fr, (consulté le 31 août 2015)
  15. « Alessandro Ballan, suspendu pour dopage, viré par son équipe BMC », sur lesoir.be, (consulté le 17 janvier 2014)
  16. (en) « Ballan sets deadline to find team », sur cyclingnews.com,
  17. Vélo magazine de mars 2018
  18. « Classement ProTour 2005 », sur www.memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 14 juin 2011)
  19. « Classement ProTour 2006 », sur www.memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 16 juillet 2011)
  20. « Classement ProTour 2007 », sur www.memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 16 juillet 2011)
  21. « Classement ProTour au 20 septembre 2008 », sur www.memoire-du-cyclisme.eu/, (consulté le 6 avril 2013)
  22. « Classement Mondial UCI 2009 », sur dataride.uci.ch, UCI, (consulté le 15 août 2017)
  23. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  24. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  25. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  26. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  27. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :