Juan Martín del Potro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Juan Martín del Potro
Juan Martín del Potro
Juan Martín del Potro à Wimbledon en 2016.
Carrière professionnelle
2005
Nationalité Drapeau de l'Argentine Argentine
Naissance (28 ans)
Drapeau : Argentine Tandil
Taille / poids 1,98 m (6 6) / 97 kg (213 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Sans entraîneur
Gains en tournois 16 113 682 $
Palmarès
En simple
Titres 18
Finales perdues 8
Meilleur classement 4e (11/01/2010)
En double
Titres 1
Finales perdues 0
Meilleur classement 105e (25/05/2009)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/4 1/2 1/2 V(1)
Double - 1/32 1/32 -
Médailles olympiques
Simple - 1 1

Juan Martín del Potro, né le à Tandil, est un joueur de tennis argentin. Professionnel depuis 2005, il a remporté dix-huit titres en simple sur le circuit ATP dont l'US Open en 2009. Il est le troisième joueur argentin à gagner un tournoi du Grand Chelem, après Guillermo Vilas et Gastón Gaudio. Il atteint l'année suivante la quatrième place mondiale, son meilleur résultat au classement ATP. Contrairement à la plupart des joueurs argentins, sa surface de prédilection est le dur et non la terre battue. En 2012, il remporte la médaille de bronze aux Jeux olympiques de Londres face à Novak Djokovic, et décroche la médaille d'argent aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

Souvent freiné dans sa progression par des blessures et opérations au poignet, il est néanmoins le seul joueur n'appartenant pas au Big Four à avoir remporté un tournoi du Grand Chelem entre janvier 2005 (victoire de Marat Safin à l'Open d'Australie) et janvier 2014 (victoire de Stanislas Wawrinka au même tournoi). Il est également le seul joueur avec Rafael Nadal à avoir battu Roger Federer en finale d'un tournoi du Grand Chelem lorsque celui-ci était no 1 mondial, et le seul joueur avec Novak Djokovic à avoir battu Roger Federer et Rafael Nadal lors d'un même tournoi du Grand Chelem, à l'US Open 2009. Il est membre de l'équipe d'Argentine de Coupe Davis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Del Potro est né dans la ville de Tandil, tout comme d'autres joueurs de tennis argentins tels que Mariano Zabaleta, Juan Mónaco et Máximo González. Son père Daniel, un vétérinaire, a pratiqué le rugby à un niveau semi-professionnel, tandis que sa mère Patricia est enseignante. Il compte aussi une sœur cadette, Julieta. À l'âge de sept ans, le jeune Juan Martín commence à jouer au tennis avec l'entraîneur Marcelo Gómez.

Hormis l'espagnol, del Potro parle un peu l'italien et l'anglais. Quand il était enfant, il idolâtrait Pete Sampras et se dit aussi admirateur de Marat Safin. Comme beaucoup d'Argentins, il se passionne pour le football. Ses équipes préférées sont Boca Juniors en Argentine et la Juventus en Italie[1]. D'ailleurs, il est ami avec le footballeur italo-argentin Mauro Camoranesi, un ancien joueur de la Juventus, natif comme lui de Tandil.

Vie privée[modifier | modifier le code]

De 2010 à décembre 2012, del Potro était en couple avec le mannequin argentin Stephanie Demner[2]. Depuis fin 2013, il fréquente Julia Rohden, mannequin[3].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Juan Martín del Potro est un joueur extrêmement puissant, doté d'une belle technique et d'un jeu solide et complet[réf. nécessaire]. Ce joueur de fond de court se distingue par la force qu’il arrive à mettre dans la balle, lui donnant une lourdeur et une vitesse redoutable, empêchant ses adversaires d'effectuer des coups d'attaques ou de s'installer dans l'échange, les forçant ainsi à tenter de « casser » le jeu ou de jouer de façon très agressive pour ne pas subir la loi de l'Argentin. Cette puissance s'exprime parfaitement par le biais de son coup droit, ou l'effet de levier permis par la grande amplitude de ses bras lui permet de dicter l'échange et de conclure le point rapidement. Au fil des années, on note un del Potro de moins en moins agressif, préférant temporiser du fond de court et pousser son adversaire à la faute.

Cependant, on ne peut restreindre le jeu de l’Argentin à sa seule puissance. On lui prête à la fois de belles qualités de fond de court, comme un revers solide et puissant, des déplacements remarquables pour son gabarit et une qualité de relance tout à fait honorable, et de belles qualités d'attaque, Juan Martín possédant un service correct sans être exceptionnel par rapport à sa taille, et un jeu au filet convenable, aidé par son gabarit et son touché de balle. Un autre aspect important de son jeu est son excellent mental. En effet, son « body language » (langage corporel) est assez hermétique, donnant peu d'indices à l'adversaire concernant son état d'esprit, faisant preuve d'un certain sang-froid et d'une émotivité assez discrète sur le terrain, le but ici pour l'Argentin étant de garder une concentration optimale.

Ces qualités expliquent son accession précoce et les compliments qu'on lui offrait, beaucoup d'experts voyant en lui un nouveau géant du tennis après sa victoire à l'US Open 2009. Mais l'Argentin n'est pas dépourvu de défauts. Il semble sensible aux balles basses (telles que les slices), particulièrement en revers d’où des difficultés face à un joueur comme Federer, où le Suisse domine la plupart des débats en diagonale de revers. En outre, il semble avoir du mal à retrouver le niveau de jeu d'avant sa blessure.

Carrière[modifier | modifier le code]

2006 : Révélation[modifier | modifier le code]

Juan Martín del Potro

Juan Martín del Potro remporte des victoires aux challengers de Ségovie en battant Fernando Verdasco, Dick Norman, Benjamin Becker et de Aguascalientes (en simple et en double). Sur le circuit professionnel, il atteint les quarts de finale aux tournois de Bâle et Umag. Il parvient également en huitième de finale à Tokyo et Stuttgart. L'Argentin est le plus jeune joueur dans le top 100 ATP fin 2006.

2007 : L'éclosion[modifier | modifier le code]

L'Argentin débute la saison au tournoi d'Adélaïde où il se hisse en demi-finale. À l'Open d'Australie, il s'incline après abandon au deuxième tour contre le futur finaliste Fernando González. Il fait ensuite sa première apparition en Coupe Davis où il remporte le point décisif face à Jürgen Melzer (Autriche). À Memphis, il réussit à battre facilement Feliciano López 6-1, 6-2.

Désormais, il marque sa première apparition à un Masters series à Indian Wells où il bat au premier tour le revenant Gustavo Kuerten, triple vainqueur de Roland-Garros, avant de chuter face au numéro 1 français Richard Gasquet en 2 sets 7-6, 6-2. À Miami, il confirme son talent en battant Jonas Björkman, Márcos Baghdatís et l'homme en forme du moment Mikhail Youzhny, avant d'être assez sèchement battu (6-0, 6-4) en huitième de finale par Rafael Nadal. Il affronte encore une fois ce dernier au premier tour de Roland-Garros et perd au terme d'un match dans lequel il a enflammé le public grâce à des points particulièrement spectaculaires. Il gagne en double le tournoi d'Indianapolis en juillet.

2008 : Confirmation de son grand talent[modifier | modifier le code]

Juan Martín del Potro au tournoi de Washington en 2008.

Longtemps mis en difficulté par un physique fragile, Juan Martín del Potro semble être en train d'éclore au plus haut niveau. Il gagne en effet en 2008 quatre tournois consécutifs.

En mai au Masters de Rome, alors qualifié il affronte au premier tour Andy Murray, leur première confrontation qui va mal se passer, en plus de la défaite (7-5, 4-6, 0-1 ab.) sur abandon blessé au dos pendant le match. En effet à la suite de la rencontre, l’Écossais a accusé le Sud-américain d'avoir insulté sa mère suite à un échange[4].

À partir de juillet, il remporte tout d'abord le tournoi de Stuttgart en éliminant en finale Richard Gasquet (6-4, 7-5)[5] et ensuite l'Open de Kitzbühel en battant en finale Jürgen Melzer sur le score sans appel de (6-2, 6-1)[6]. Il enchaîne avec un titre au tournoi de Los Angeles en battant sur son parcours Mardy Fish (6-4, 6-4) puis en finale Andy Roddick en deux sets seulement (6-1, 7-62). Il remporte son 4e tournoi consécutif au Classic de Washington en dominant aisément sur son passage John Isner (6-4, 6-4), Tommy Haas (6-2, 6-1) et en finale Viktor Troicki (6-3, 6-3). Après ces 4 tournois, Juan Martín del Potro totalise 19 victoires consécutives. Seul Rafael Nadal a fait mieux cette saison (32 victoires).

Tête de série no 17 à l'US Open, il est considéré comme l'un des outsiders de ce tournoi. Il rencontrera dès le premier tour son compatriote Argentin Guillermo Cañas, puis au troisième tour une autre révélation de l'été Gilles Simon (no 16), qu'il bat en 5 sets et 3 h 45 sur le score de 6-4, 64-7, 6-1, 3-6, 6-3[7]. Il est cependant éliminé en quart de finale au terme d'un match très serré (62-7, 61-7, 6-4, 5-7) en 3 h 57 par Andy Murray arrivé à maturation depuis son quart de finale à Wimbledon. Sa série de 23 victoires consécutives toutes surfaces confondues s'arrête là, il s'effondre en larmes en conférence de presse[8].

Juan Martín del Potro à l'US Open en 2008.

del Potro est sélectionné pour la demi-finale de Coupe Davis. Il remporte les deux simples face aux deux meilleurs Russes du moment : Nikolay Davydenko et Igor Andreev en trois manches.

Il joue sa cinquième finale de la saison à l'Open de Tokyo, où il bat notamment David Ferrer en quart de finale (6-1, 7-5) et Richard Gasquet en demi-finale en trois manches accrochées (6-3, 4-6, 7-5). Il s'incline contre Tomáš Berdych facilement en finale (1-6, 4-6), diminué par un ongle d'orteil cassé. Cette blessure le contraint à déclarer forfait au second tour de l'Open de Vienne. La finale lors de l'Open de Tokyo lui laisse entrevoir la possibilité de participer à la Masters Cup[9].

Malgré cette blessure, il dispute le Masters de Madrid, où il élimine son compatriote David Nalbandian le tenant du titre en huitième (6-4, 6-2) avant de s'incliner contre le no 2 mondial Roger Federer sur le score de 3-6, 3-6. del Potro dispute l'Open de Bâle, lors duquel il est battu par Nalbandian en demi-finale (4-6, 4-6), ce qui lui permet d'être no 7 au classement de la Race et donc d'être virtuellement qualifié pour la Masters Cup de Shanghai. Il est battu en huitièmes de finale de l'Open de Paris-Bercy à nouveau par Nalbandian (4-6, 0-6), mais cette performance lui suffit pour valider son billet pour Shangai, finissant 8e à la Race, dépassé par Jo-Wilfried Tsonga vainqueur à Paris. Le tirage au sort le place dans le groupe Or avec Novak Djokovic, Nikolay Davydenko et Jo-Wilfried Tsonga. Il s'incline tout d'abord contre le no 3 mondial Novak Djokovic (5-7, 3-6) puis se rattrape en battant Tsonga (7-64, 7-65). Sa défaite lors du troisième match face au Russe Davydenko (3-6, 2-6) l'élimine du tournoi.

Il participe à la finale de Coupe Davis 2008 face à l'Espagne et perd son premier simple contre Feliciano López (6-4, 62-7, 64-7, 3-6). Il sera remplacé par José Acasuso pour disputer son simple face à Fernando Verdasco et l'Argentine s'inclinera 3-1 face à l'Espagne.

2009 : La consécration internationale[modifier | modifier le code]

Juan Martín del Potro au Masters de Miami en 2009.

Juan Martín del Potro débute sa saison en gagnant l'Open d'Auckland, où il était tête de série no 1, grâce à des victoires sur Ernests Gulbis, Viktor Troicki, Robin Söderling (6-4, 6-3) en demi et Sam Querrey (6-4, 6-4) en finale. Il participe ensuite à l'Open d'Australie, où il bat facilement les Allemands Mischa Zverev et Florian Mayer en trois sets. Puis Gilles Müller (65-7, 7-5, 6-3, 7-5) et Marin Čilić (5-7, 6-4, 6-4, 6-2) en perdant le premier set à chaque fois, avant de s'incliner sèchement en quart de finale face à Roger Federer no 2 mondial, (3-6, 0-6, 0-6)[10].

Au Masters 1000 d'Indian Wells en mars, del Potro parvient à atteindre les quarts de finale en battant John Isner en deux tie-break, où il perd contre Rafael Nadal (2-6, 4-6). Il prend néanmoins sa revanche la semaine suivante à Miami en éliminant Nadal en quart de finale au terme d'un match haletant, où il réussit à revenir d'un double break au troisième set pour finalement l'emporter au tie-break 6-4, 3-6, 7-63 ; c'est la première fois que l'Argentin bat Nadal et qu'il atteint une demi-finale d'un Masters 1000[11]. del Potro s'incline ensuite en demi-finale face à Andy Murray (1-6, 7-5, 2-6) le futur vainqueur. Ces bonnes performances à Indian Wells et à Miami lui permettent d'atteindre la 5e place mondiale au classement ATP.

En avril, del Potro débute la saison de terre battue en se faisant sortir dès le premier tour par Ljubicic au Master 1000 de Monte-Carlo (6-4, 1-6, 4-6). À Rome, l'Argentin atteint les quarts de finale en battant difficilement Viktor Troicki puis Stanislas Wawrinka, et s'incline face à Novak Djokovic (3-6, 4-6). Pour le Master 1000 de Madrid, del Potro réussit à atteindre la demi-finale en sortant pour la première fois Andy Murray (7-64, 6-3)[12] après avoir battu Tomáš Berdych sur abandon et à nouveau Wawrinka en trois manches, mais échoue face à Federer (3-6, 4-6), futur vainqueur du tournoi.

Juan Martín del Potro à Roland-Garros en 2009.

À Roland-Garros, pour sa quatrième participation, il élimine successivement Michaël Llodra, Viktor Troicki, et Igor Andreev, à chaque fois en trois sets. En huitième de finale, il domine la tête de série no 9 Jo-Wilfried Tsonga en quatre manches (6-1, 65-7, 6-1, 6-4) et se qualifie pour un troisième quart de finale d'affilée en Grand Chelem. Il surclasse ensuite la tête de série no 16 Tommy Robredo en trois manches (6-3, 6-4, 6-2) avant d'affronter en demi-finale le no 2 mondial, Roger Federer[13]. Dans un match dantesque, après avoir mené deux manches à une, il se fait breaker pour la première fois dans la quatrième manche, et s'incline finalement en cinq sets (6-3, 62-7, 6-2, 1-6, 4-6 en h 29)[14].

Au tournoi de Wimbledon, l'Argentin, tête de série no 5, s'impose facilement face au Français Arnaud Clément au premier tour (6-3, 6-1, 6-2). Cependant, au deuxième tour, il s'incline en trois sets face au vainqueur de l'édition 2002 du tournoi, l'Australien Lleyton Hewitt (3-6, 5-7, 5-7), et quitte prématurément la compétition[15].

Juan Martín del Potro au tournoi de Washington en 2009.

En août, Juan Martín del Potro parvient à conserver son titre au Classic de Washington, en s'imposant en finale face à l'Américain Andy Roddick (3-6, 7-5, 7-66), tout en ayant pris sa revanche de Wimbledon en huitième contre Hewitt. Il empoche ainsi le sixième titre en simple de sa carrière, le second de l'année[16].

Il dispute le Masters du Canada la semaine suivante, en tant que tête de série no 6. Après une victoire en deux sets face à Jan Hernych au deuxième tour, il se défait plus difficilement du Roumain Victor Hănescu (3-6, 6-3, 6-4). Il parvient à éliminer le no 2 mondial Rafael Nadal, tout juste revenu de blessure, au stade des quarts de finale (7-65, 6-1) et une défaite qui fait mal pour l'Espagnol qui risque de perdre sa première place[17]. En demi-finale, il s'impose (4-6, 6-2, 7-5) face à l'Américain Andy Roddick, no 5 mondial, sauvant au passage une balle de match dans le troisième set. Pour sa première participation à une finale de Masters 1000, le joueur Argentin s'incline face au Britannique Andy Murray (7-64, 63-7, 1-6) avec deux gros premier sets épuisant et 2h44 de jeu sous un soleil de plomb[18].

Fatigué et blessé à l'épaule, il déclare forfait pour le Masters de Cincinnati[19].

Juan Martín del Potro à l'US Open en 2009.

À l'US Open, il élimine aisément son compatriote Juan Mónaco (6-3, 6-3, 6-1) puis s'impose face aux Autrichiens Jürgen Melzer et Daniel Köllerer en ne laissant échappé qu'un set. En huitièmes de finale, il se défait de l'ancien no 1 mondial Juan Carlos Ferrero en trois sets (6-3, 6-3, 6-3). Malgré la perte du premier set, il parvient à se défaire du Croate Marin Čilić, en quart de finale (4-6, 6-3, 6-2, 6-1)[20]. Il bat ensuite facilement Rafael Nadal no 3 mondial en demi-finale (6-2, 6-2, 6-2), et se qualifie ainsi pour sa première finale de Grand Chelem à New York[21]. Où il affronte Roger Federer no 1 mondial, pour finalement le battre au bout d'un match épique et à rebondissements (3-6, 7-65, 4-6, 7-64, 6-2) en 4 heures et 6 minutes de jeu[22]. Il remporte ainsi son premier titre dans un tournoi du Grand Chelem à seulement 20 ans et devient le second Argentin après Guillermo Vilas à triompher à Flushing Meadows[23],[24].

Il est le 8e plus jeune joueur de l'histoire à jouer la finale de l'US Open, et le 5e plus jeune joueur à le remporter, derrière Pete Sampras, Lleyton Hewitt, John McEnroe et Marat Safin. Il devient le plus grand joueur de l'ère Open, avec 1 mètre 98 sous la toise, à remporter un tournoi du Grand Chelem[25]. Il devient également le 1er joueur à battre Rafael Nadal et Roger Federer dans un même tournoi du Grand Chelem et le seul joueur autre que les membres du Big Four à avoir remporté un tournoi du Grand Chelem entre l'Open d'Australie 2005 (victoire de Marat Safin) et l'Open d'Australie 2014 (victoire de Stanislas Wawrinka).

Le retour à la compétition un mois après sa victoire à l'US Open s'avère difficile pour del Potro, il perd en effet de manière surprenante au premier tour à l'Open du Japon en octobre contre Edouard Roger-Vasselin (classé 189e joueur mondial) en 2 sets (4-6, 4-6). La semaine suivante, il est contraint à l'abandon pour son premier match au Masters 1000 de Shanghai contre Melzer (5-7, 1-2) à cause d'une blessure au poignet.

Au Masters 1000 de Paris-Bercy, il sort victorieux de son match contre Marat Safin en 3 sets (6-4, 5-7, 6-4), qui était le dernier match de la carrière du Russe[26]. Il profite ensuite de l'abandon de Fernando González (66-7, 7-66, ab.) pour se qualifier pour les quarts de finale. Toutefois, il sera aussi contraint à l'abandon contre Radek Stepanek au bout de quelques jeux au premier set (0-4) à cause d'une blessure aux abdominaux.

Aux ATP World Tour Finals, placé dans la poule avec Roger Federer, Andy Murray et Fernando Verdasco. Il est battu lors de son premier match de poule par Murray (3-6, 6-3, 2-6) en 2h10, mais grâce à ses victoires face à Fernando Verdasco (4-6, 7-5, 6-1) en 2h20 et surtout Roger Federer (6-2, 65-7, 6-3 pour la deuxième fois consécutive en 2h06 de jeu), il se qualifie pour les demi-finales du tournoi pour la première fois de sa carrière[27]. Au terme d'un match de 2 h 11, il parvient à se défaire du Suédois Robin Söderling (6-71, 6-3, 7-63)[28]. Il s'incline en finale face à Nikolay Davydenko sur le score de 3-6, 4-6 en 1h23, ce qui lui permet néanmoins de conforter sa place de numéro 5 mondial et de se rapprocher de la place de numéro quatre occupée par Andy Murray, l'écart n'étant plus que de 245 points[29].

2010 : Blessure et opération du poignet[modifier | modifier le code]

Étant donné que le Britannique Andy Murray n'a pas défendu son titre à l'Open du Qatar la première semaine de la saison, il profite de sa perte de points pour s'adjuger son meilleur classement en carrière, 4e, et faire sortir l'Écossais du top 4, dont il était membre depuis sa finale à l'US Open 2008. Il la reperd néanmoins la semaine suivante, car il n'a pas défendu son titre à l'Open d'Auckland.

Del Potro aborde l'Open d'Australie avec un état de forme délicat, contraint de jouer avec un poignet douloureux (un souci physique contracté lors du tournoi exhibition de Kooyong la semaine précédente). Il bat successivement Michael Russell 6-4, 6-4, 3-6, 6-2, James Blake 6-4, 6-7, 5-7, 6-3, 10-8 et Florian Mayer 6-3, 0-6, 6-4, 7-5, avant d'être sorti dès les huitièmes de finale par Marin Čilić en 5 sets : 5-7, 6-4, 7-5, 5-7, 6-3.

Toujours gêné par cette blessure au poignet, del Potro déclare forfait pour Marseille, Dubaï, Indian Wells, Miami, Monte-Carlo, Barcelone et Rome. Il part se soigner aux États-Unis dans la clinique du docteur Richard Berger, spécialisé dans les blessures de la main et du poignet[30].

Juan Martín del Potro à l'Open du Japon en 2010.

La date du 2 mai initialement évoquée par des sites argentins pour son retour à la compétition[31],[32] est à nouveau repoussée, del Potro ressentant à nouveau des douleurs au poignet[33],[34].

Finalement, le 4 mai, del Potro se fait opérer du poignet droit à la clinique Mayo à Rochester aux États-Unis, une opération chirurgicale qui s'est déroulée sans problèmes et qui nécessite une longue période de repos et de rééducation (de 3 à 6 mois après ce genre d'opération mais aucune date précise n'a été communiquée à la presse). Sa saison 2010 est donc mise entre parenthèses au moins jusqu'au mois de septembre[35].

Déjà forfait pour Roland Garros et Wimbledon, del Potro confirme le 19 mai son forfait pour l'US Open, le dernier Grand Chelem de l'année, préférant ne prendre aucun risque avec son poignet convalescent. Il laisse entendre la possibilité d'un retour à la compétition après l'US Open et plus précisément pour le tournoi ATP 250 séries de Bangkok[36]. À la suite de sa non-participation au tournoi du Grand Chelem new yorkais, dont il était tenant du titre, l'Argentin tombe de la dixième à la trente-quatrième place au classement ATP du 13 septembre 2010.

Il fait son grand retour à la compétition à l'Open de Thaïlande où il chute dès le premier tour face à Olivier Rochus sur le score de 67-7, 4-6, n'ayant pas retrouvé son niveau après huit mois d'absence sur le circuit. Une semaine plus tard, il s'incline de nouveau au premier tour du tournoi de Tokyo face à l'Espagnol Feliciano López sur le score de 6-3, 6-0.

Ces deux défaites d'affilée vont précipiter sa fin de saison, gâchée par sa tendinite au poignet droit. Il termine la saison 2010 à la 259e place du classement ATP.

2011 : Retour inégal[modifier | modifier le code]

Juan Martín del Potro débute sa saison au tournoi de Sydney, où il perd en huitièmes de finale face à Florian Mayer (2-6, 5-7).

Son parcours à l'Open d'Australie 2011 n'est guère plus brillant, stoppé dès le deuxième tour par le Chypriote Márcos Baghdatís (1-6, 3-6, 6-4, 3-6). Il chute alors à la 485e place au classement ATP.

À l'Open de San José, del Potro retrouve enfin de bonnes sensations et atteint les demi-finales, éliminé par Fernando Verdasco (4-6, 4-6), après avoir battu Lleyton Hewitt (6-2, 6-3).

Il enchaîne la semaine suivante avec le tournoi de Memphis, où il chute de nouveau en demi-finale, face à Andy Roddick (3-6, 4-6) futur lauréat, mais remonte tout de même à la 166e place ATP[37].

Enfin, après un an et demi sans titre, Juan Martín del Potro remporte la semaine suivante le tournoi de Delray Beach (250 series) en battant en finale Janko Tipsarević (6-4, 6-4), et se classe alors à la 89e place du classement ATP.

En mars, il participe au Masters 1000 d'Indian Wells, durant lequel il élimine notamment le tenant du titre Ivan Ljubičić (5-7, 6-4, 6-2) au deuxième tour, puis Alexandr Dolgopolov (7-63, 6-3), Philipp Kohlschreiber en deux tie-break et profitant du forfait en quart de finale de Tommy Robredo. Son parcours s'arrête dans un dernier carré de prestige, puisque qu'il chute face à Rafael Nadal (4-6, 4-6) alors que l'autre demi-finale opposait Roger Federer à Novak Djokovic. Cette performance lui permet de se hisser à la 51e place mondiale[38].

Juan Martín del Potro est donc présent au tournoi jumeau suivant, le Masters 1000 de Miami, où il élimine le no 4 mondial Robin Söderling en première semaine (6-3, 6-2), mais il chute au tour suivant face à Mardy Fish sur le score de (5-7, 65-7) en huitième.

En avril, il remporte l'Open du Portugal face à Fernando Verdasco (6-2, 6-2), après avoir notamment battu Robin Söderling (6-4, 7-5) en quarts de finale. Avec ce 2e titre de sa saison, il confirme son retour sur le circuit et se place alors à la 32e place ATP[39].

La semaine suivante, au Masters de Madrid, il se hisse sans difficulté en huitièmes de finale avant de déclarer forfait avant son match contre Rafael Nadal.

Juan Martín del Potro au tournoi Wimbledon en 2011

À Roland-Garros, Juan Martín del Potro passe les deux premiers tours avec assez d'aisance, alors qu'il était annoncé incertain. Il débute le troisième tour avec comme challenge de battre Novak Djokovic. Le match débute tard le vendredi 27 mai et s'arrête à l'issue de la seconde manche. La première remportée par Nole et la seconde par l'Argentin, alors en grande confiance. Or, le lendemain, del Potro semble avoir perdu sa cadence de la veille et s'écroule face au Serbe (3-6, 6-3, 3-6, 2-6)[40].

Aux Internationaux de Grande-Bretagne, del Potro passe les trois premiers tours du tournoi en battant successivement Flavio Cipolla, Olivier Rochus en perdant une manche et Gilles Simon en trois sets, mais échoue non sans prendre un set (66-7, 6-3, 64-7, 4-6) contre Rafael Nadal dans un match serré en poussant l'Espagnol à la rupture[41].

En juillet, il retrouve également ses coéquipiers argentins lors de la Coupe Davis. L'Argentine est opposée au Kazakhstan en quarts de finale. del Potro gagne en simple contre Mikhail Kukushkin (6-2, 6-1, 6-2), l'Argentine est qualifiée pour les demi-finales.

En revanche, sa tournée américaine préparant l'US Open est assez moyenne, avec une élimination en quart de finale de Los Angeles contre Ernests Gulbis futur vainqueur, suivie d'une élimination au deuxième tour du Masters du Canada à Montréal, battu par Marin Čilić (3-6, 4-6), et enfin l'élimination au Masters de Cincinnati par Roger Federer (3-6, 5-7).

À l'US Open, il passe les deux premiers tours, contre l'Italien Filippo Volandri et son compatriote Diego Junqueira chacun en trois sets, mais le résultat final n'est pas celui espéré, il tombe face à Gilles Simon qui prend sa revanche de 2008 en quatre sets (6-4, 65-7, 2-6, 63-7).

Il signe deux nouvelles victoires en Coupe Davis, face à la Serbie en demi-finale, contre Janko Tipsarević en trois sets (7-5, 6-3, 6-4), et contre le no 1 Novak Djokovic par abandon au milieu du deuxième set alors qu'il menait 7-68, 3-0[42].

En finale de la Coupe Davis, il s'incline contre David Ferrer (2-6, 7-62, 6-3, 4-6, 3-6)[43] et Rafael Nadal (6-1, 4-6, 1-6, 60-7) après deux matchs titanesque de plus de 4 heures : le saladier d'argent échappe à l'Argentine pour la 4e fois[44].

Il finit l'année à la 11e place mondiale.

2012 : Montée en puissance[modifier | modifier le code]

Juan Martín del Potro en mai 2012 à Roland-Garros.

Juan Martín del Potro débute l'année 2012 par le tournoi de Sydney qu'il n'a encore jamais remporté. Tête de série no 1, il écarte Łukasz Kubot en deux sets (6-4, 6-2) en huitième de finale, mais il doit s'incliner en quarts face à Márcos Baghdatís (67-7, 4-6).

Il démarre l'Open d'Australie en tant que tête de série no 11 du tournoi. Il accède au second tour en éliminant le Français Adrian Mannarino en 4 sets (2-6, 6-1, 7-5, 6-4), puis bat Blaž Kavčič au deuxième tour (6-4, 7-5, 6-3). Il s'impose plus facilement face à Lu Yen-hsun (6-2, 6-3, 6-0) et ensuite Philipp Kohlschreiber (6-4, 6-2, 6-1) pour parvenir en quart de finale où il est battu sèchement par Roger Federer (4-6, 3-6, 2-6)[45]. À l'issue du tournoi, il réintègre le top 10[46].

Pour les tournois de février en indoor, il commence le tournoi de Rotterdam en battant le Français Michaël Llodra en 3 sets (6-4, 63-7, 6-4), puis Karol Beck en 2 sets (6-4, 7-5). L'Argentin battra alors aisément Viktor Troicki (6-0, 6-1) puis à Tomáš Berdych (6-3, 3-1). En finale, del Potro s'incline devant Roger Federer (1-6, 4-6)[47]. Puis à l'Open 13 de Marseille, del Potro, tête de série no 4, commence au deuxième tour où il affronte Nikolay Davydenko, qui abandonne, touché au pied, alors que l'Argentin venait d'égaliser à une manche partout (66-7, 6-4, ab.). Par la suite, Juan Martín del Potro battra successivement 3 joueurs Français : Richard Gasquet, tête de série no 5 en quart de finale (7-5, 7-65), Jo-Wilfried Tsonga, tête de série no 1 en demi-finale (6-4, 69-7, 6-3) et Michaël Llodra en finale sur le score de (6-4, 6-4).

À Dubaï, aux Émirats arabes unis, l'Argentin parvient en demi-finale en battant notamment Jo-Wilfried Tsonga en deux manches, mais il est stoppé une nouvelle fois par le Suisse Roger Federer, sur un score certes plus serré que leur précédente opposition (65-7, 66-7) en deux heures, qui s'imposera dans le tournoi[48]. Au premier Masters 1000 de l'année, Indian Wells, il est stoppé une quatrième fois depuis le début de la saison par Roger Federer en quarts de finale (3-6, 2-6), après n'avoir concédé qu'un seul set lors de son parcours. Néanmoins, cette défaite le fait sortir du top 10 au classement ATP[49]. Au deuxième Masters 1000 de l'année, Miami, del Potro réalise un huitième de finale perdu face à David Ferrer en deux sets (3-6, 3-6), après avoir battu pourtant les deux Croates Ivo Karlović et Marin Čilić en deux manches.

Il continue sa saison en gagnant son onzième titre de sa carrière à Estoril pour la deuxième année consécutive en battant en finale le Français Richard Gasquet (6-4, 6-2). Au Masters 1000 de Madrid avec la nouvelle terre bleue, del Potro réalise une belle performance en allant en demi-finale, en battant Čilić et Alexandr Dolgopolov en quart, stoppé par Tomáš Berdych en seulement deux tie-break. Une semaine plus tard, en Italie, alors blessé, del Potro est arrêté en huitième de finale par Jo-Wilfried Tsonga en deux sets.

Il participe ensuite au second Grand Chelem de l'année, Roland-Garros, où il fut demi-finaliste en 2009. Il passe avec quelques difficultés ses premiers tours contre Albert Montañés, Édouard Roger-Vasselin et Marin Čilić. En huitième, il s'impose contre Tomáš Berdych 7e mondial, (7-66, 1-6, 6-3, 7-5) en 3h26[50]. Il y est éliminé en quarts de finale, butant face au numéro 3 mondial Roger Federer après avoir mené deux sets à zéro (6-3, 7-64, 2-6, 0-6, 3-6) en 3h14 de jeu[51].

Juan Martín del Potro au Masters en novembre 2012.

del Potro fait une pause de deux semaines entre les deux Grands Chelems, Roland-Garros et Wimbledon. Il y participe en tant que tête de série no 9. Au 1er tour, il laisse un set au Néerlandais Robin Haase. Au second tour, l'Argentin perd une nouvelle fois un set face au Japonais Go Soeda mais se rassure au troisième tour face à un autre Japonais, Kei Nishikori, qu'il bat en trois manches (6-3, 7-63, 6-1), avant d'être vaincu facilement (3-6, 2-6, 3-6) contre 5e mondial, David Ferrer.

Lors des Jeux olympiques de Londres, Juan Martín del Potro élimine successivement Ivan Dodig (6-4, 6-1) puis l'Italien Andreas Seppi (6-3, 7-62). Il remporte son huitième de finale face à Gilles Simon (6-1, 4-6, 6-3) puis bat en quart (6-4, 7-64) le Japonais Kei Nishikori pour rallier le dernier carré. Mais chute en demi-finale, battu par le no 1 mondial Roger Federer après plus de quatre heures de jeux (6-3, 65-7, 17-19) dans un match dantesque et poignant d'émotions à la fin[52],[53]. Il décroche la médaille de bronze face au Serbe Novak Djokovic no 3 mondial (7-5, 6-4), et offre à la délégation argentine le premier podium de ces jeux[54].

Il enchaîne ensuite avec le Masters de Toronto, où il est battu dès son entrée en lice par Radek Štěpánek sur le score de 4-6, 65-7. Malgré une gêne au poignet gauche, il atteint ensuite le stade des demi-finales au Masters de Cincinnati en battant Tommy Haas, Viktor Troicki et Jérémy Chardy avant d'être battu par le Serbe Novak Djokovic (3-6, 2-6) en une heure et demi[55]. Enfin à l'US Open, il bat dans un bon match l'Américain Andy Roddick (61-7, 7-64, 6-2, 6-4) en huitième au bout de 3h21 de jeu, mais perdra face à Novak Djokovic no 2 mondial, (2-6, 63-7, 4-6) en un peu plus de trois heures, signe d'un match acharné[56].

En octobre, il gagne le tournoi de Bâle face à Roger Federer (6-4, 65-7, 7-63)[57]. Qualifié pour l'ATP World Tour Finals de fin d'année, placé en poule avec Roger Federer, David Ferrer et Janko Tipsarević. Il perd son premier match contre Ferrer (3-6, 6-3, 4-6) en 2h16, avant de gagner ses deux dernier match : contre Tipsarević (6-0, 6-4) en 1h16 et Federer (7-63, 4-6, 6-3) en deux heures, pour rallier ses deuxièmes demi-finales à Londres en affrontant Novak Djokovic no 1 mondial[58]. Il perdra (6-4, 3-6, 2-6) après le gain du premier set.

À l'issue de la saison, il finit l'année à la septième place mondiale à l'ATP[59].

2013 : Retour dans le top 5, finales en masters 1000, demi-finale à Wimbledon et 4 titres ATP 500[modifier | modifier le code]

Il débute la saison par l'Open d'Australie où il ne concède aucun set face à ses deux premiers adversaires, battant le qualifié Français Adrian Mannarino (6-1, 6-2, 6-2) et Benjamin Becker (6-2, 6-4, 6-2) mais s'inclinant subitement face au Français Jérémy Chardy, impressionnant lors de ce match (3-6, 3-6, 7-63, 6-3, 3-6)[60].

À Rotterdam où il avait été finaliste l'année précédente, il remporte son premier titre de la saison en battant Gaël Monfils (6-3, 6-4), Ernests Gulbis (7-65, 6-3), Jarkko Nieminen (6-3, 6-4), Grigor Dimitrov (6-4, 6-4) et enfin Julien Benneteau (7-62, 6-3) tombeur plus tôt de Roger Federer. Il ne concède pas le moindre set pendant le tournoi[61].

Il entame dès la semaine suivante l'Open 13 se déroulant à Marseille. Vainqueur de la précédente édition, il s'incline face à Gilles Simon (4-6, 3-6) après avoir battu difficilement le Français Michaël Llodra (3-6, 7-64, 7-5), sauvant une balle de match au passage.

La semaine suivante à Dubaï, del Potro annonce souffrir du poignet. Et après des victoires sur Márcos Baghdatís, Somdev Devvarman puis Daniel Brands, l'Argentin rejoint Novak Djokovic en demi-finale, contre qui il s'incline en deux sets (3-6, 64-7).

Au Masters d'Indian Wells, del Potro est sur un nuage, en battant en quart de finale Andy Murray tête de série no 3 (65-7, 6-3, 6-1) en 2h33[62] puis le no 1 mondial Novak Djokovic (4-6, 6-4, 6-4) après, notamment, avoir été mené 3-0 dans le dernier set, lors des demi-finales le tout en 2h50 de jeu[63],[64]. Il rencontre en finale l'Espagnol Rafael Nadal tête de série no 5, tombeur de Roger Federer en quart et de Tomáš Berdych en demi, tous les deux, en 2 sets, pour son retour à la compétition sur dur. Malheureusement après le gain du premier set (6-4), en ayant remonté un déficit de 0-3, et avoir mené 3-1 dans le deuxième set, Nadal retrouve son jeu et sa confiance qui lui manquait. Juan Martín concède le deuxième set 6-3 puis le dernier 6-4 en 2 h 23[65].

Juan Martín del Potro après la finale contre Nadal au Masters d'Indian Wells en 2013.

À Miami, fatigué et blessé, del Potro s'incline dès son entrée en lice contre l'Allemand Tobias Kamke (65-7, 1-6).

Initialement annoncé absent au tournoi de Monte Carlo, l'Argentin demande toutefois une wild card pour le disputer. Il s'incline en huitième de finale face à Jarkko Nieminen (4-6, 6-4, 64-7) après avoir vaincu au tour précédent Alexandr Dolgopolov (1-6, 6-4, 6-3).

Il est par la suite contraint de déclarer forfait pour plusieurs tournois successifs (l'Open du Portugal, le Masters de Madrid, Roland-Garros) à cause de problèmes respiratoires[66].

Il fait son retour lors du tournoi du Queen's où, après avoir battu Xavier Malisse et Daniel Evans, il perd en quart de finale contre Lleyton Hewitt (2-6, 6-2, 2-6).

À Wimbledon, il élimine successivement, et en trois sets, Albert Ramos, Jesse Levine, et Grega Žemlja. Il se blesse au début du troisième set contre Žemlja en allant chercher une amortie : cheville tordue et hyperextension du genou gauche[67]. En huitième de finale, il sort l'Italien Andreas Seppi (6-4, 7-62, 6-3) et se qualifie pour la première fois de sa carrière en quart de finale de Wimbledon. Il est ensuite opposé à l'Espagnol David Ferrer 4e mondial, qui l'avait éliminé l'année précédente. Lors du cinquième point du match, del Potro glisse et amoche encore son genou gauche. Il reste au sol un moment, se fait soigner puis décide de continuer, à raison, puisqu'il s'impose sur un incroyable coup droit gagnant (6-2, 6-4, 7-65)[68]. En demi-finale, et toujours sans avoir concédé le moindre set, il est opposé au no 1 mondial Novak Djokovic[69]. Pour sa première demi-finale sur le gazon londonien, il réalise un match exceptionnel de 4 h 47, malgré tout perdu sur le score de 5-7, 6-4, 62-7, 7-66, 3-6, en ayant notamment sauvé deux balles de match durant le deuxième tie-break avant de le remporter[70]. Durant ce match on retrouve le del Potro de l'US Open 2009, c'est-à-dire un joueur très appliqué et puissant mais aussi très relâché notamment avec le public. Il délivrera durant cette partie des coups exceptionnels qu'aucun joueur du moment ne peut réaliser comme à quatre reprises des coups droits en bout de course, croisés, à une vitesse dépassant les 190 km/h. Nole qualifiera cette partie comme "la plus belle qu'il ait jouée à Londres."[71].

L'Argentin reprend la compétition sur dur avec le tournoi de Washington. Il se qualifie aisément en finale en ne concédant aucun set contre Bernard Tomic, Kevin Anderson et Tommy Haas. Il remporte le tournoi contre John Isner en finale, sur le score de 3-6, 6-1, 6-2[72]. Il se loupe ensuite au Masters du Canada en perdant en deux sets lors des huitièmes contre Milos Raonic. Puis au Masters de Cincinnati, il perd un set contre Feliciano López et Dmitri Toursounov mais s'invite tout de même pour les demi-finales, dans un match serré contre John Isner comme à Washington, il remporte la première manche mais finit par perdre (7-65, 69-7, 3-6) en 2h48 dans un match frustrant[73].

Pour la tournée asiatique, il commence à l'Open du Japon en tant que tête de série numéro 1, il éprouve quelques difficultés en perdant un set contre Márcos Baghdatís et Alexandr Dolgopolov mais parvient en finale, où il s'impose (7-65, 7-5) contre le Canadien Milos Raonic[74]. Puis Masters 1000 de Shanghai, il s'impose pour son entrée difficilement en trois manches Philipp Kohlschreiber (3-6, 6-3, 7-64), puis profite du forfait de Tommy Haas et battant facilement Nicolás Almagro en quart. Il crée la surprise en battant en demi-finale le no 1 mondial Rafael Nadal au terme d'un match qu'il maîtrise parfaitement (6-2, 6-4) en 1h46[75], mais perd en finale face à Novak Djokovic no 2 mondial, (1-6, 6-3, 63-7) en 2h32[76].

Pour les tournois indoor de fin d'année, à l'Open de Bâle, il retrouve en finale Roger Federer tête de série no 3 comme l'année précédente et s'impose à nouveau face au Suisse en 3 sets (7-63, 2-6, 6-4)[77]. Au Masters de Paris-Bercy, il bat Marin Čilić en deux manches et Grigor Dimitrov en huitième qu'il vainc pour retrouver le Suisse Federer, qui se fait battre cette fois-ci (3-6, 6-4, 3-6) dans un match à suspense après un premier set étourdissant[78]. Lors des ATP World Tour Finals, il se retrouve en poule avec Novak Djokovic, Roger Federer et Richard Gasquet. Il s'impose pour son premier match contre le Français (64-7, 6-3, 7-5) en 2h23, puis perd contre le Serbe (3-6, 6-3, 3-6) en 1h54 et perdant son dernier match à nouveau contre le Suisse (6-4, 62-7, 5-7) en 2h26, clôturant la fin de sa saison[79].

2014-2015 : Nouvelle opération du poignet et retour repoussé[modifier | modifier le code]

Juan Martín del Potro à Dubaï en 2014.

Juan Martín del Potro débute bien l'année en remportant l'Open de Sydney face au local Bernard Tomic, vainqueur du tournoi l'année précédente, au terme d'un match maitrisé (6-3, 6-1). Lors de l'Open d'Australie, il se fait éliminer dès le 2e tour par Roberto Bautista-Agut. Malgré cela, il gagne une place au classement ATP en remontant à la 4e place mondiale[80].

Après plusieurs contre-performances au cours des tournois auxquels il participe et des forfaits de dernière minute aux deux premiers Masters 1000 de l'année, Del Potro se fait opérer du poignet gauche fin mars[81]. Cette longue absence sur le circuit le fait dégringoler au classement ATP. Le 27 octobre, il perd 35 places et retombe au 64e rang mondial. Le 7 novembre, il sort du top 100 et se retrouve 138e à l'ATP.

Retombé à la 338e place mondiale après dix mois d'absence, Juan Martín del Potro reprend la compétition au tournoi de Sydney dont il est tenant du titre. Il passe le premier tour en battant l'Ukrainien Serhiy Stakhovsky (6-3, 7-64)[82] puis se défait de la première tête de série, Fabio Fognini, 18e mondial. Il s'incline en quarts de finale contre le Kazakh Mikhail Kukushkin (7-65, 7-63).

Alors qu'il devait participer à l'Open d'Australie, il décide de déclarer forfait la veille en raison de la douleur à son poignet qu'il a ressentie lors d'un entraînement, afin de préserver ses chances de jouer le reste de la saison dans de bonnes conditions, en espérant faire un retour rapide[83].

À Miami, il fait un retour avec un classement protégé mais perd d'entrée face à Vasek Pospisil (6-4, 7-67)[84]. Il prépare son retour sur la terre battue mais sa galère continue et il doit tirer un trait sur Roland-Garros et Wimbledon, afin de conserver une petite chance d'être rétabli pour le quart de finale de Coupe Davis, mi-juillet face à la Serbie[85],[86]. Le 15 juin, il annonce qu'il va subir une troisième opération au poignet gauche qui hypothèque son retour à la compétition et confirme d'abord son forfait pour Wimbledon[87],[88].

2016 - Retour à la compétition et médaille d'argent aux JO[modifier | modifier le code]

Il annonce un retour sur le circuit en février 2016, pour le tournoi de Delray Beach[89]. Il y atteint les demi-finales en battant notamment le 30e mondial Jérémy Chardy et s'incline contre Sam Querrey. Il s'incline au deuxième tour des Masters 1000 d'Indian Wells et de Miami. Sur terre battue, il atteint les quarts de finale du tournoi de Munich en battant les Allemands Jan-Lennard Struff et Dustin Brown mais il s'incline en 2 sets face à Philipp Kohlschreiber futur vainqueur. Il s'incline face à Jack Sock au deuxième tour du Masters de Madrid après avoir réussi à battre Dominic Thiem, le futur demi-finaliste des Internationaux de France 2016. Voulant se préserver pour la saison sur gazon, il annonce son forfait pour Roland-Garros. Au tournoi de Stuttgart, il élimine Grigor Dimitrov, John Millman et Gilles Simon avant de s'incliner en demi-finale à nouveau contre Kohlschreiber.

Il participe ensuite au troisième Grand Chelem de l'année à Wimbledon, alors 165e mondial et n'ayant plus disputé le moindre tournoi du Grand Chelem depuis l'Open d'Australie 2014[90]. Il passe facilement au premier tour contre Stéphane Robert en trois manches, avant de réaliser une performance en battant le 5e mondial Stanislas Wawrinka, au deuxième tour (3-6, 6-3, 7-62, 6-3)[91]. Malgré cette victoire sur un top 10, il s'incline au tour suivant (64-7, 7-68, 7-5, 6-1) contre le Français Lucas Pouille en lâchant dans la dernière manche.

Aux Jeux olympiques d'été en août, il réussit l'exploit comme il y a quatre ans, de battre dès le premier tour le no 1 mondial Novak Djokovic, au terme d'un match intense et d'une super qualité tennistique de 2 h 27 de jeu[92],[93]. Il révèle que cette victoire est « l’un des meilleurs matches de sa carrière » et qu'elle « est plus importante que celle de Londres »[94]. Par la suite, il confirme avec les deux matchs suivants contre João Sousa et Taro Daniel en s'imposant en trois manches, mais en perdant de l'intensité dans l'échange et montrant des signes de fatigue. En quart, il affronte Roberto Bautista-Agut qui l'avait battu à l'Open d'Australie 2014, mais prend sa revanche et s'impose (7-5, 7-64) pour passer dans le dernier carré. Il affronte l'Espagnol Rafael Nadal 5e mondial, dans un match dantesque et finissant au bout du suspense, l'Argentin s'impose (5-7, 6-4, 7-65) en plus de 3 heures de jeu[95]. Il se qualifie pour la finale où il joue pour le titre olympique contre le no 2 mondial, Andy Murray[96]. En finale, il s'incline (5-7, 6-4, 2-6, 5-7) en plus de 4 heures de jeu dans une finale relevée où il a fait douter le numéro 2 mondial malgré la fatigue[97]. Il s'adjuge tout de même la médaille d'argent en concluant une belle semaine, déclarant que pour lui « le tennis c'est sa vie »[98] et qu'il a passé la « semaine la plus incroyable de sa carrière »[99].

Il reçoit une wild card par les organisateurs du tournoi de l'US Open grâce à son parcours aux Jeux olympiques. Il passe sous la lourde chaleur, son premier tour (6-4, 6-4, 7-63) contre son compatriote Diego Schwartzman, pour affronter Steve Johnson au second tour[100]. Il bat l'Américain (7-65, 6-3, 6-2), pour retrouver l'Espagnol David Ferrer, redescendu à la 13e place mondiale. Il montre sa détermination et un bon niveau de jeu pour le battre (7-63, 6-2, 6-3) en un peu moins de deux heures, ce qui lui permet de rejoindre la deuxième semaine en Grand Chelem, une première depuis Wimbledon en 2013[101]. Il profite ensuite de l'abandon du jeune Autrichien Dominic Thiem, 10e mondial (6-3, 3-2 ab.), au bout d'une heure et quinze minutes de jeu, se qualifiant pour les quarts de finale[102]. Il y affronte le no 3 mondial Stanislas Wawrinka (futur lauréat) qui s'impose en 4 sets (65-7, 6-4, 3-6, 2-6) dans un match intense physiquement de plus de trois heures de jeu, où il laissera échapper quelques larmes alors que le public lui réservait une ovation d'une rare intensité en fin de match[103],[104].

Pour les demi-finales de la Coupe Davis contre l'équipe de Grande-Bretagne, il bat le no 2 mondial, Andy Murray, (6-4, 5-7, 65-7, 6-3, 6-4) dans un match une fois de plus dantesque en cinq sets et plus de cinq heures d'un magnifique combat[105], remportant ainsi le premier point de la rencontre. Il est aligné en double avec Leonardo Mayer perdant en quatre set contre les frères Murray. Ne souhaitant pas disputer le cinquième match, pour se préserver de la fin de saison, Mayer est aligné et remporte le match contre Daniel Evans, qualifiant l'Argentine pour une cinquième finale de Coupe Davis.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple messieurs[modifier | modifier le code]

En double messieurs[modifier | modifier le code]

Parcours dans les tournois majeurs[modifier | modifier le code]

Dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2006 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne J.C. Ferrero 1er tour (1/64) Drapeau : Colombie A. Falla
2007 2e tour (1/32) Drapeau : Chili F. González 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne R. Nadal 2e tour (1/32) Drapeau : Suisse R. Federer 3e tour (1/16) Drapeau : Serbie N. Djokovic
2008 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne D. Ferrer 2e tour (1/32) Drapeau : Italie S. Bolelli 2e tour (1/32) Drapeau : Suisse S. Wawrinka 1/4 de finale Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2009 1/4 de finale Drapeau : Suisse R. Federer 1/2 finale Drapeau : Suisse R. Federer 2e tour (1/32) Drapeau : Australie L. Hewitt Victoire Drapeau : Suisse R. Federer
2010 1/8 de finale Drapeau : Croatie M. Čilić
2011 2e tour (1/32) Drapeau : Chypre M. Baghdatís 3e tour (1/16) Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1/8 de finale Drapeau : Espagne Rafael Nadal 3e tour (1/16) Drapeau : France Gilles Simon
2012 1/4 de finale Drapeau : Suisse Roger Federer 1/4 de finale Drapeau : Suisse Roger Federer 1/8 de finale Drapeau : Espagne David Ferrer 1/4 de finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic
2013 3e tour (1/16) Drapeau : France Jérémy Chardy 1/2 finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic 2e tour (1/32) Drapeau : Australie Lleyton Hewitt
2014 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne R. Bautista-Agut
2015
2016 3e tour (1/16) Drapeau : France Lucas Pouille 1/4 de finale Drapeau : Suisse S. Wawrinka
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2006 1er tour (1/32)
Drapeau : Argentine G. Gaudio
Drapeau : Suède S. Aspelin
Drapeau : Australie T. Perry
2007 1er tour (1/32)
Drapeau : Italie S. Bolelli
Drapeau : Suède J. Björkman
Drapeau : Biélorussie M. Mirnyi
1er tour (1/32)
Drapeau : Italie S. Bolelli
Drapeau : Australie W. Arthurs
Drapeau : États-Unis J. Gimelstob
2008 1er tour (1/32)
Drapeau : Slovaquie D. Hrbatý
Drapeau : France J. Benneteau
Drapeau : France N. Mahut
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

Aux Masters[modifier | modifier le code]

Année Lieu Résultat Tour Adversaires Victoire / Défaite Scores
2008 Shanghai Round Robin RR
RR
RR
Jo-Wilfried Tsonga
Novak Djokovic
Nikolay Davydenko
Victoire
Défaite
Défaite
7-64, 7-65
5-7, 3-6
3-6, 2-6
2009 Londres Finale Finale
Demi-finale
RR
RR
RR
Nikolay Davydenko
Robin Söderling
Roger Federer
Fernando Verdasco
Andy Murray
Défaite
Victoire
Victoire
Victoire
Défaite
3-6, 4-6
6-71, 6-3, 7-63
6-2, 6-75, 6-3
6-4, 3-6, 7-64
3-6, 6-3, 2-6
2012 Londres Demi-finale Demi-finale
RR
RR
RR
Novak Djokovic
Roger Federer
Janko Tipsarević
David Ferrer
Défaite
Victoire
Victoire
Défaite
6-4, 3-6, 2-6
7-63, 4-6, 6-3
6-0, 6-4
3-6, 6-3, 4-6
2013 Londres Round Robin RR
RR
RR
Richard Gasquet
Novak Djokovic
Roger Federer
Victoire
Défaite
Défaite
64-7, 6-3, 7-5
3-6, 6-3, 3-6
6-4, 62-7, 5-7

Dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid[106] Canada Cincinnati Madrid puis Shanghai[107] Paris
2006 1er tour
Drapeau : Suède J. Johansson
2007 2e tour
Drapeau : France R. Gasquet
1/8 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1er tour
Drapeau : Canada F. Dancevic
1/8 de finale
Drapeau : Espagne C. Moyà
1/8 de finale
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
2e tour
Drapeau : Russie N. Davydenko
2008 2e tour
Drapeau : Espagne F. López
1er tour
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1/4 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/8 de finale
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
2009 1/4 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/2 finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2e tour
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
1/4 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
Finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2e tour
Drapeau : Autriche J. Melzer
1/4 de finale
Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
2010
2011 1/2 finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis M. Fish
1/8 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
2e tour
Drapeau : Croatie M. Čilić
2e tour
Drapeau : Suisse R. Federer
2012 1/4 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/8 de finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
1/8 de finale
Drapeau : France J-W. Tsonga
1/2 finale
Drapeau : République tchèque T. Berdych
2e tour
Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
1/2 finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1/8 de finale
Drapeau : France M. Llodra
2013 Finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
2e tour
Drapeau : Allemagne T. Kamke
1/8 de finale
Drapeau : Finlande J. Nieminen
1/8 de finale
Drapeau : France B. Paire
1/8 de finale
Drapeau : Canada M. Raonic
1/2 finale
Drapeau : États-Unis J. Isner
Finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1/4 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
2014
2015 1er tour
Drapeau : Canada V. Pospisil
2016 2e tour
Drapeau : République tchèque T. Berdych
2e tour
Drapeau : Argentine H. Zeballos
2e tour
Drapeau : États-Unis Jack Sock
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Lieu Résultat Surface Tour Adversaires Scores
2012 Drapeau : Royaume-Uni Londres 3e médaille de bronze, Jeux olympiques Gazon 1er tour
2e tour
1/8
1/4
1/2
Pour la 3e place
Bat Drapeau : Croatie Ivan Dodig no 95
Bat Drapeau : Italie Andreas Seppi no 28
Bat Drapeau : France Gilles Simon no 12
Bat Drapeau : Japon Kei Nishikori no 18
Battu par Drapeau : Suisse Roger Federer no 1
Bat Drapeau : Serbie Novak Djokovic no 2
6-4, 6-1
6-3, 7-62
6-1, 4-6, 6-3
6-4, 7-64
6-3, 65-7, 17-19
7-5, 6-4
2016 Drapeau : Brésil Rio de Janeiro 2e médaille d'argent, Jeux olympiques Dur 1er tour
2e tour
1/8
1/4
1/2
Finale
Bat Drapeau : Serbie Novak Djokovic no 1
Bat Drapeau : Portugal João Sousa no 36
Bat Drapeau : Japon Taro Daniel no 117
Bat Drapeau : Espagne Roberto Bautista-Agut no 17
Bat Drapeau : Espagne Rafael Nadal no 5
Battu par Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray no 2
7-64, 7-62
6-3, 1-6, 6-3
64-7, 6-1, 6-2
7-5, 7-64
5-7, 6-4, 7-65
5-7, 6-4, 2-6, 5-7

En double[modifier | modifier le code]

Année Lieu Surface Partenaire Tour Adversaires Scores
2016 Drapeau : Brésil Rio de Janeiro Dur Máximo González 1er tour
1/8
Battent Drapeau : Australie Chris Guccione / John Peers
Battus par Drapeau : Espagne Marc López / Rafael Nadal
6-4, 7-5
3-6, 7-5, 2-6

Confrontations avec ses principaux adversaires[modifier | modifier le code]

Confrontations lors des différents tournois ATP et en Coupe Davis avec ses principaux adversaires (5 confrontations minimum et avoir été membre du top 10)[108]. Classement par pourcentage de victoires. Situation au 16 septembre 2016 :

Joueur Meilleur
classement
Confrontations Victoires Défaites Pourcentage
de victoires
Dernière confrontation
Drapeau : Suisse Roger Federer 1 20 5 15 25[109] défaite (6-4, 62-7, 5-7) aux Masters 2013
Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1 15 4 11 26,3[110] victoire (7-64, 7-62) aux Jeux olympiques 2016
Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 2 9 3 6 33,3[111] victoire (6-4, 5-7, 65-7, 6-3, 6-4) à la Coupe Davis 2016
Drapeau : Espagne Rafael Nadal 1 13 5 8 38,5[112] victoire (5-7, 6-4, 7-65) aux Jeux olympiques 2016
Drapeau : Espagne David Ferrer 3 10 4 6 40[113] victoire (7-63, 6-2, 6-3) à l'US Open 2016
Drapeau : États-Unis Mardy Fish 7 5 2 3 40[114] défaite (5-7, 65-7) au Masters de Miami 2011
Drapeau : Australie Lleyton Hewitt 1 5 2 3 40[115] défaite (4-6, 7-5, 6-3, 62-7, 1-6) à l'US Open 2013
Drapeau : République tchèque Radek Štěpánek 8 6 3 3 50[116] victoire (6-4, 3-6, 6-3) au tournoi de Sydney 2014
Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych 4 7 4 3 57,1[117] défaite (64-7, 2-6) au Masters d'Indian Wells 2016
Drapeau : Russie Nikolay Davydenko 3 7 4 3 57,1[118] victoire (7-5, 7-5) au Masters d'Indian Wells 2013
Drapeau : France Gilles Simon 6 7 4 3 57,1[119] victoire (63-7, 6-3, 6-0) au tournoi de Stuttgart 2016
Drapeau : Suisse Stanislas Wawrinka 3 7 4 3 57,1[120] défaite (65-7, 6-4, 3-6, 2-6) à l'US Open 2016
Drapeau : Lettonie Ernests Gulbis 10 5 3 2 60[121] défaite (3-6, 4-6) à Rotterdam 2014
Drapeau : États-Unis John Isner 9 6 4 2 66,6[122] défaite (62-7, 4-6) au tournoi du Queen's 2016
Drapeau : France Jo-Wilfried Tsonga 5 7 5 2 71,4[123] défaite (4-6, 1-6) au Masters de Rome 2012
Drapeau : Croatie Marin Čilić 8 10 8 2 80[124] victoire (6-4, 7-63) au Masters de Paris-Bercy 2013
Drapeau : États-Unis Andy Roddick 1 5 4 1 80[125] victoire (61-7, 7-64, 6-2, 6-4) à l'US Open 2012
Drapeau : Autriche Jürgen Melzer 8 6 5 1 83,3[126] défaite (5-7, 1-2 ab.) au Masters de Shanghai 2009
Drapeau : France Richard Gasquet 7 7 6 1 85,7[127] victoire (64-7, 6-3, 7-5) aux Masters 2013
Drapeau : Allemagne Tommy Haas 2 5 5 0 100[128] victoire (7-64, 6-3) au tournoi de Washington 2013

Victoires sur le top 10[modifier | modifier le code]

Classement ATP en fin de saison[modifier | modifier le code]

Classement ATP en simple en fin de saison
Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Rang 159 en augmentation 91 en augmentation44 en augmentation 9 en augmentation 5 en diminution 257 en augmentation 11 en augmentation 7 en augmentation 5 en diminution 138 en diminution 590

Source : (en) Classements de Juan Martín del Potro sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « ATP World Tour profile », ATP World Tour (consulté le 14 septembre 2009)
  2. Stephanie Demner y su separación de Juan Martín Del Potro: "Estoy decepcionada y dolida, no perdono infidelidades" sur ciudad.com.ar le 10 janvier 2013.
  3. Juan Martín del Potro, ¿con nueva novia? ¡Conocé a la belleza misionera de 19 años que lo habría conquistado! sur ciudad.com.ar le 4 décembre 2013.
  4. « ANDY MURRAY : « DEL POTRO A INSULTÉ MA MÈRE » », sur welovetennis.fr (consulté le 13 mai 2008)
  5. « Del Potro brise la glace », sur rds.ca (consulté le 13 juillet 2008)
  6. « Tennis à Kitzbühel: l'Argentin Juan Martin Del Potro pour un 2e titre », sur rfi.fr (consulté le 19 juillet 2008)
  7. « Del Potro, gare à la "garra" », sur Eurosport (consulté le 3 septembre 2008)
  8. « Murray dompte Del Potro », sur Eurosport (consulté le 4 septembre 2008)
  9. « La surprise Berdych », sur Eurosport (consulté le 5 octobre 2008)
  10. « Federer désintègre Del Potro », sur Eurosport (consulté le 28 janvier 2009)
  11. « Del Potro crucifie Nadal », sur Eurosport (consulté le 3 avril 2009)
  12. « Del Potro surprend », sur Eurosport (consulté le 15 mai 2009)
  13. « Del Potro, la force tranquille », sur Eurosport (consulté le 4 juin 2009)
  14. « Federer force son destin », sur Eurosport (consulté le 5 juin 2009)
  15. « Hewitt brise Del Potro », sur Eurosport (consulté le 25 juin 2009)
  16. « Del Potro conserve sa couronne », sur Eurosport (consulté le 10 août 2009)
  17. « UNE DÉFAITE QUI COÛTE CHER », sur Le Figaro (consulté le 15 août 2009)
  18. (en)« Andy Murray beats Juan Martin Del Potro to win Rogers Cup », sur The Guardian (consulté le 16 août 2009)
  19. Del Potro forfait
  20. « Del Potro voit haut », sur Eurosport (consulté le 11 septembre 2009)
  21. « Del Potro achève Nadal », sur Eurosport (consulté le 13 septembre 2009)
  22. « US Open 2009: Juan Martín del Potro defeats Roger Federer to win first grand slam », sur The Guardian (consulté le 15 septembre 2009)
  23. « Del Potro marche sur la légende », sur Eurosport (consulté le 15 septembre 2009)
  24. « US Open – Juan Martin Del Potro: « la plus belle sensation de ma vie » », sur France-Amériques (consulté le 15 septembre 2009)
  25. « Del Potro, le gratte-ciel », sur Eurosport (consulté le 15 septembre 2009)
  26. « Safin, la fin », sur Eurosport (consulté le 11 novembre 2009)
  27. « Del Potro et Federer y sont », sur Eurosport (consulté le 26 novembre 2009)
  28. « Del Potro rejoint Davydenko en finale », sur RTS (consulté le 28 novembre 2009)
  29. « Davydenko, un tsar chez les maîtres », sur Eurosport (consulté le 29 novembre 2009)
  30. (es) Del Potro devra aussi oublier Montecarlo
  31. (es) Del Potro revient le 2 mai
  32. (es) Il avance son retour?
  33. Del Potro repousse encore son retour à la compétition
  34. (es) En ce qui concerne Del Potro, c'est plus qu'un souci
  35. (en) Juan Martin del Potro fait face à un long congé après son opération
  36. Del Potro déclare forfait pour l'US Open 2010.
  37. « Del Potro et Raonic enchaînent », sur Eurosport (consulté le 19 février 2011)
  38. « Le rodéo de Nadal », sur Eurosport (consulté le 19 mars 2011)
  39. « Del Potro, c'est sérieux », sur Eurosport (consulté le 1er mai 2011)
  40. « Roland-Garros: Djokovic passe l'obstacle Del Potro », sur L'Express (consulté le 28 mai 2011)
  41. « Nadal au bord de la rupture », sur Eurosport (consulté le 28 juin 2011)
  42. « L'Argentine s'offre le tenant », sur Eurosport (consulté le 18 septembre 2011)
  43. « L'Espagne à un pas du bonheur », sur Eurosport (consulté le 3 décembre 2011)
  44. « L'étoffe des géants », sur Eurosport (consulté le 4 décembre 2011)
  45. « Federer en maître d'école », sur Eurosport (consulté le 22 janvier 2012)
  46. « Del Potro, c'est l'heure », sur Eurosport (consulté le 23 janvier 2012)
  47. « Inusable Federer », sur Eurosport (consulté le 19 février 2012)
  48. « Federer, l'incroyable finish », sur Eurosport (consulté le 2 mars 2012)
  49. « Federer écœure Del Potro », sur Eurosport (consulté le 17 mars 2012)
  50. « Del Potro: "Faire un match incroyable" », sur Eurosport (consulté le 5 juin 2012)
  51. « Roland-Garros : Federer vacille mais vient à bout de Del Potro », sur Le Parisien (consulté le 5 juin 2012)
  52. « Federer à l'usure », sur L'Équipe (consulté le 3 août 2012)
  53. « Federer-Murray, on prend les mêmes », sur Eurosport (consulté le 3 août 2012)
  54. « Le bronze pour Del Potro », sur L'Équipe (consulté le 5 août 2012)
  55. « Ce sera Federer - Djokovic », sur Eurosport (consulté le 19 août 2012)
  56. « Djokovic assomme Del Potro », sur Eurosport (consulté le 7 septembre 2012)
  57. « Del Potro s'offre enfin Federer », sur Eurosport (consulté le 29 octobre 2012)
  58. « Demi-finales du Masters de Londres: Federer contre Murray, Djokovic contre Del Potro », sur L'Express (consulté le 11 novembre 2012)
  59. Le Big 4 à gardé la main dans L'Équipe du 20 novembre 2012.
  60. « Jérémy Chardy élimine Juan Martin del Potro en cinq sets », sur Eurosport (consulté le 19 janvier 2013)
  61. « ATP 500 Rotterdam : Julien Benneteau coince en finale face à Juan Martin Del Potro (7-6, 6-3) », sur Eurosport (consulté le 18 février 2013)
  62. « Andy Murray trébuche face à Martin del Potro », sur Eurosport (consulté le 16 mars 2013)
  63. « Juan Martin del Potro beats Novak Djokovic in Indian Wells semis », sur bbc.com (consulté le 17 mars 2013)
  64. « Indian Wells: Juan Martin del Potro s'offre Novak Djokovic en demi-finales », sur Eurosport (consulté le 17 mars 2013)
  65. « Indian Wells: Rafael Nadal aux anges après sa victoire contre Juan Martin del Potro en finale », sur Eurosport (consulté le 18 mars 2013)
  66. « Roland-Garros: Juan Martin Del Potro forfait », sur 20 minutes (consulté le 22 mai 2013)
  67. Del Potro, une chute et des douleurs sur eurosport.fr le 30 juin 2013.
  68. « Wimbledon 2013 - Juan Martin Del Potro plus fort que la douleur au genou », sur Eurosport (consulté le 3 juillet 2013)
  69. Wimbledon: Djokovic serein et Del Potro blessé en demi-finales sur lepoint.fr le 3 juillet 2013.
  70. « Novak Djokovic jouera une deuxième finale à Wimbledon en battant Juan Martin Del Potro », sur Eurosport (consulté le 6 juillet 2013)
  71. « Djokovic en finale de Wimbledon après un marathon contre Del Potro », sur francetvsport.fr (consulté le 5 juillet 2013)
  72. « ATP Washington - Juan Martin Del Potro s'offre un 15e titre », sur Eurosport (consulté le 5 août 2013)
  73. « Le dernier mot pour Isner », sur l’Équipe (consulté le 17 août 2013)
  74. « ATP - Tokyo : Del Potro fait retomber Raonic sur terre », sur Eurosport (consulté le 6 octobre 2013)
  75. « Del Potro élimine Nadal (6-2, 6-4) et retrouve Djokovic en finale », sur Eurosport (consulté le 12 octobre 2013)
  76. « Novak Djokovic s'impose en finale contre Juan Martin Del Potro (6-1, 3-6, 7-6) », sur Eurosport (consulté le 13 octobre 2013)
  77. « Del Potro bat à nouveau Federer en finale à Bâle », sur L'Équipe (consulté le 27 octobre 2013)
  78. « Bercy 2013 : Federer élimine Del Potro (6-3, 4-6, 6-3) et retrouve Djokovic en demie », sur Eurosport (consulté le 1er novembre 2013)
  79. « Masters 2013 - Federer domine Del Potro 4-6, 7-6, 7-5 et rejoint Nadal en demi-finales », sur Eurosport (consulté le 10 novembre 2013)
  80. « Juan Martin Del Potro éliminé au 2e tour en cinq sets par Roberto Bautista Agut », sur Eurosport (consulté le 16 janvier 2014)
  81. Del Potro, opération réussie mais..., www.lequipe.fr
  82. « Retour gagnant pour Juan Martin Del Potro », sur L'Équipe (consulté le 13 janvier 2015)
  83. « Open d'Australie : Juan Martin Del Potro déclare forfait », sur Le Monde (consulté le 18 janvier 2015)
  84. « Del Potro chute d'entrée », sur L'Équipe (consulté le 26 mars 2015)
  85. « La galère continue pour Juan Martin Del Potro », sur L'Équipe (consulté le 13 mai 2015)
  86. « Roland-Garros : Juan-Martin Del Potro et Tommy Haas forfait », sur Eurosport (consulté le 19 mai 2015)
  87. « Encore opéré du poignet, Juan Martin Del Potro est inquiet pour son avenir », sur Eurosport (consulté le 16 juin 2015)
  88. « Wimbledon : Juan Martin Del Potro forfait », sur L'Équipe (consulté le 20 juin 2015)
  89. « Juan Martin Del Potro annonce son retour à la compétition au tournoi de Delray Beach », sur L'Équipe (consulté le 16 février 2016)
  90. « Wimbledon : Juan Martin Del Potro, le retour du champion qui a toujours cru en lui », sur Eurosport (consulté le 30 juin 2016)
  91. « Vainqueur de Wawrinka, Del Potro est vraiment de retour », sur Eurosport (consulté le 1er juillet 2016)
  92. « JO - Tennis : Novak Djokovic éliminé par Juan Martin Del Potro (7-6, 7-6) au 1er tour », sur Eurosport (consulté le 8 août 2016)
  93. « L'œil de Rio : Del Potro mon amour », sur Eurosport (consulté le 8 août 2016)
  94. « Juan Martin Del Potro : «L'un des meilleurs matches de ma carrière» », sur L'Équipe (consulté le 8 août 2016)
  95. « Del Potro fait tomber Nadal en demi-finale et s'offre la finale face a Murray », sur Eurosport (consulté le 13 août 2016)
  96. « Del Potro-Murray, la finale de tous les possibles », sur Eurosport (consulté le 14 août 2016)
  97. « Vainqueur de Juan Martin Del Potro en finale, Andy Murray conserve son titre olympique », sur Eurosport (consulté le 15 août 2016)
  98. « JO - Rio - Juan Martin Del Potro : "Le tennis c'est ma vie" », sur tennisactu.net (consulté le 15 août 2016)
  99. « JO - Rio - Del Potro : "La semaine la plus incroyable" », sur tennisactu.net (consulté le 15 août 2016)
  100. « US Open : Juan Martin Del Potro se qualifie sans trembler », sur l’Équipe (consulté le 31 août 2016)
  101. « Murray, Dimitrov, Ferrer... pour la grande partie des joueurs, le retour de Del Potro était attendu », sur Eurosport (consulté le 5 septembre 2016)
  102. « Juan Martin Del Potro en quart après l'abandon de Dominic Thiem », sur Eurosport (consulté le 5 septembre 2016)
  103. « Stan Wawrinka élimine Juan Martin Del Potro », sur Eurosport (consulté le 8 septembre 2016)
  104. « US Open - Del Potro : "Je n'oublierai jamais ce qui s'est passé ce soir" », sur Eurosport (consulté le 8 septembre 2016)
  105. « Juan Martin Del Potro bat Andy Murray en 5 sets en début de demi-finale Grande-Bretagne-Argentine », sur Eurosport (consulté le 16 septembre 2016)
  106. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  107. Les Masters 1000 de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.
  108. (en) « ATP World tour : Head-to-Head, outil de comparaison des confrontations entre joueurs. », sur ATP World Tour,‎
  109. (en) Confrontations del Potro vs. Federer sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  110. (en) Confrontations del Potro vs. Djokovic sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  111. (en) Confrontations del Potro vs. Murray sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  112. (en) Confrontations del Potro vs. Nadal sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  113. (en) Confrontations del Potro vs. Ferrer sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  114. (en) Confrontations del Potro vs. Fish sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  115. (en) Confrontations del Potro vs. Hewitt sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  116. (en) Confrontations del Potro vs. Štěpánek sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  117. (en) Confrontations del Potro vs. Berdych sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  118. (en) Confrontations del Potro vs. Davydenko sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  119. (en) Confrontations del Potro vs. Simon sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  120. (en) Confrontations del Potro vs. Wawrinka sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  121. (en) Confrontations del Potro vs. Gulbis sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  122. (en) Confrontations del Potro vs. Isner sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  123. (en) Confrontations del Potro vs. Tsonga sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  124. (en) Confrontations del Potro vs. Čilić sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  125. (en) Confrontations del Potro vs. Roddick sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  126. (en) Confrontations del Potro vs. Melzer sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  127. (en) Confrontations del Potro vs. Gasquet sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels
  128. (en) Confrontations del Potro vs. Haas sur le site officiel de l'Association des joueurs de tennis professionnels

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]