Ligue des champions de l'UEFA 1992-1993

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ligue des champions de l'UEFA 1992-1993
Description de l'image UEFA Champions League Logo 1992-1993.png.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) UEFA
Édition 38e (1re sous cette dénomination)
Lieu(x) Finale au Stade Olympique de Munich (Allemagne)
Date -
Participants 36 clubs européens, 32 à partir des seizièmes de finale
Matchs joués 82
Site web officiel Site officiel

Palmarès
Tenant du titre FC Barcelone
Vainqueur Olympique de Marseille
Finaliste AC Milan
Buts 215
Meilleur(s) buteur(s) Romário (7)

Navigation

La Ligue des champions de l'UEFA 1992-1993 est la 38e édition de la Ligue des champions de l'UEFA, la compétition sportive interclubs la plus prestigieuse organisée par l'Union des associations européennes de football (UEFA). Cette édition de la Coupe d'Europe des clubs champions de football est la première à être disputée sous l'appellation « Ligue des champions ». Le nombre de participants est en légère augmentation par rapport aux éditions précédentes en raison notamment du nombre croissant de membres affiliés à l'UEFA à la suite du démantèlement de l'Union des républiques socialistes soviétiques en cours de saison 1991-1992. Seul le champion de chaque pays peut y participer. Le tenant du titre, le FC Barcelone se fait éliminer en huitièmes de finale par le club russe du CSKA Moscou, et ne dispute donc pas la phase de poules (au niveau quarts de finale).

La finale est jouée au Stade olympique de Munich le entre l'Olympique de Marseille et le Milan AC et voit la victoire des Phocéens sur le score de 1 à 0. C'est la première fois qu'un club français remporte la Ligue des champions.

[modifier | modifier le code]

Cette édition est marquée par l'apparition d'un hymne et d'un logo. L'hymne, composé par Tony Britten, est un arrangement d'un hymne des Coronation Anthems composé par Georg Friedrich Haendel[1]. Le logo, nommé Starball, est formé de huit étoiles noires formant un ballon, représentant les huit clubs qui sont alors présents lors de la phase de groupes[2]. L'emphase est faite sur la phase de groupes ; l'hymne ne retentit pas lors de la finale et lors des tours à élimination directe (il le ne sera qu'en 1994-1995).

Format[modifier | modifier le code]

Le format testé lors de la Coupe des clubs champions européens 1991-1992 est conservé pour cette édition  :

  • Une phase à élimination directe, comprenant un tour préliminaire pour huit équipes, puis des seizièmes de finale joué par 32 champions nationaux, suivis de huitièmes de finale.
  • Une phase de groupes, remplaçant les quarts de finale et demi-finales, qui consiste en deux mini-championnats de quatre équipes par groupe. Les premiers de chaque groupe poursuivent la compétition. En cas d'égalité de points entre deux ou plusieurs équipes, le classement est déterminé d'abord par la différence de points particulière entre les équipes à égalité puis la différence de buts particulière.
  • Une finale jouée sur terrain neutre.

Participants[modifier | modifier le code]

La dissolution de l'Union des républiques socialistes soviétiques le , et l'indépendance de nombreuses anciennes républiques soviétiques va faire grimper le nombre de membres affiliés à l'UEFA et donc le nombre de participants potentiels à la compétition-phare de l'association. Lors de la saison 1992-1993, plusieurs nations de l'ex-URSS sont ainsi représentées pour la première fois en Ligue des champions : l'Ukraine, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Russie.

Trois autres nations sont également représentées pour la première fois dans la compétition. Il s'agit de la Slovénie, pays indépendant depuis le , des Îles Féroé, dont la fédération de football est affiliée à l'UEFA depuis le [3], et d'Israël, qui passe de la Confédération asiatique de football (AFC) à l'UEFA.

À l'opposé, les champions d'Albanie et de Yougoslavie ne peuvent s'aligner en raison du conflit dans les Balkans.

Le nombre de participants n'avait jamais dépassé 33, ils sont 36 pour cette édition 1992-1993, ce qui nécessite la mise en place d'un tour préliminaire pour réduire à 32 le nombre d'équipes dans le tableau principal.

Clubs participants par tour d'entrée dans la compétition
Tour préliminaire
Seizièmes de finale


Localisation géographique des clubs participant à la Ligue des champions 1992-1993.
Purple pog.svg Violet : Éliminé au tour préliminaire
Yellow pog.svg Jaune : Éliminé en seizièmes de finale
Orange pog.svg Orange : Éliminé en huitièmes de finale
Red pog.svg Rouge : Qualifié pour la phase de groupes.

Calendrier[modifier | modifier le code]

Calendrier des tirages et des matchs de la Ligue des champions 1992-1993
Nom Tirage au sort Date aller Date retour Équipes participantes
Tour préliminaire 19 août 2 septembre 8
Seizièmes de finale 15 juillet 16 septembre 30 septembre 32 (4 + 28)
Huitièmes de finale 2 octobre 21 octobre 4 novembre 16
Journées 1 et 5
Journées 2 et 6
Journées 3 et 4
6 novembre 25 novembre
9 décembre
3 mars
7 avril
21 avril
17 mars
8
Finale - 26 mai 1993 à Munich 2

Tour préliminaire[modifier | modifier le code]

Un classement est établi par l'UEFA basé sur les coefficients des pays et des club sur les cinq dernières années, ne prenant pas en compte les résultats de tours préliminaires. Les huit équipes les moins bien classées jouent ce tour préliminaire tandis que les 28 autres sont directement qualifiés pour le tableau principal à 32 équipes[4].

Les matchs aller se déroulent le 19 août 1992 et les matchs retour le 2 septembre 1992.

Équipe 1 Résultat Équipe 2 Aller Retour
Shelbourne FC 1 - 2 Tavria Simferopol 0 - 0 1 - 2
Valletta FC 1 - 3 Maccabi Tel-Aviv 1 - 2 0 - 1
KÍ Klaksvík 1 - 6 Skonto Riga 1 - 3 0 - 3
NK Olimpija Ljubljana 5 - 0 FC Norma Tallinn 3 - 0 2 - 0

Seizièmes de finale[modifier | modifier le code]

Le tirage au sort a lieu le 15 juillet 1992 à Genève[5]. L'UEFA utilise pour désigner les têtes de série une somme entre le coefficient UEFA du club et le coefficient UEFA de son association des cinq dernières années, en excluant les résultats de tours préliminaires[4].

Après avoir gagné l'aller 3-0, le VfB Stuttgart perd son seizième de finale retour 4-1 à Leeds ; en raison de la règle des buts marqués à l'extérieur, le club allemand est qualifié. Néanmoins, le VfB Stuttgart aligne lors de ce match 4 joueurs étrangers sur le terrain, alors que le règlement de l'époque n'en autorise que trois au maximum. L'UEFA donne donc match gagné sur tapis vert à Leeds United sur le score de 3-0 ; les deux équipes sont donc à égalité parfaite sur l'ensemble des deux matchs. Pour départager Stuttgart et Leeds un match d'appui, disputé à Barcelone, est donc joué[6].

Désignation des têtes de série (entre parenthèses, les coefficients utilisés par l'UEFA)[4]
Têtes de série Non têtes de série
Olympique de Marseille 3.116 CSKA Sofia 1.687
AC Milan 3.052 Ferencváros TC 1.618
FC Barcelone 2.974 Lyngby BK 1.431
VfB Stuttgart 2.710 Beşiktaş JK 1.375
FC Bruges 2.594 Leeds United 1.371
FC Porto 2.476 Kuusysi Lahti 1.160
PSV Eindhoven 2.412 Glentoran FC 0.833
Lech Poznań 2.339 FK Žalgiris Vilnius 0.666
Dinamo Bucarest 2.323 Víkingur Reykjavik 0.468
Rangers FC 2.287 Viking Stavanger 0.433
CSKA Moscou 2.116 APOEL Nicosie 0.352
IFK Göteborg 2.080 Union Luxembourg 0.291
Austria Vienne 2.029 Maccabi Tel-Aviv 0.000
FC Sion 1.993 Olimpija Ljubljana 0.000
AEK Athènes 1.974 Skonto Riga 0.000
Slovan Bratislava 1.777 Tavria Simferopol 0.000

Les matchs aller se déroulent le 16 septembre 1992 et les matchs retour le 30 septembre 1992.

Équipe 1 Résultat Équipe 2 Aller Retour Appui
Kuusysi Lahti 1 - 2 Dinamo Bucarest 1 - 0 0 - 2ap -
AC Milan 7 - 0 NK Olimpija Ljubljana 4 - 0 3 - 0 -
Lech Poznań 2 - 0 Skonto Riga 2 - 0 0 - 0 -
PSV Eindhoven 8 - 0 FK Žalgiris Vilnius 6 - 0 2 - 0 -
FC Barcelone 1 - 0 Viking Stavanger 1 - 0 0 - 0 -
Rangers FC 3 - 0 Lyngby BK 2 - 0 1 - 0 -
Slovan Bratislava 4 - 1 Ferencváros TC 4 - 1 0 - 0 -
FK Austria Vienne 5 - 4 CSKA Sofia 3 - 1 2 - 3 -
FC Sion 7 - 2 Tavria Simferopol 4 - 1 3 - 1 -
Union Luxembourg 1 - 9 FC Porto 1 - 4 0 - 5 -
Víkingur Reykjavik 2 - 5 CSKA Moscou 0 - 1 2 - 4 -
Maccabi Tel-Aviv 0 - 4 FC Bruges 0 - 1 0 - 3 -
Glentoran FC 0 - 8 Olympique de Marseille 0 - 5 0 - 3 -
VfB Stuttgart 4 - 5 Leeds United FC 3 - 0 0 - 3 1 - 2
AEK Athènes 3e - 3 APOEL Nicosie 1 - 1 2 - 2 -
IFK Göteborg 3 - 2 Beşiktaş JK 2 - 0 1 - 2 -


Huitièmes de finale[modifier | modifier le code]

Le tirage au sort a lieu le 2 octobre 1992 à Genève[7]. L'UEFA utilise pour désigner les têtes de série une somme entre le coefficient UEFA du club et le coefficient UEFA de son association des cinq dernières années, en excluant les résultats de tours préliminaires[4]. Le lendemain de ce tirage, le VfB Stuttgart qui était qualifié voit son résultat du match retour annulé par l'UEFA ; Leeds United, qui gagnera finalement la confrontation, prendra la place de Stuttgart qui avait été tiré contre les Rangers[6]. De par cette décision, deux non-têtes de série s'affrontent (Leeds et les Rangers), tandis que les Roumains du Dinamo Bucarest s'estiment lésés ; en effet, alors qu'ils auraient été têtes de série si le tirage au sort avait eu lieu après cette décision, le tirage leur donne comme adversaire l'équipe au meilleur coefficient et l'un des grands favoris de la compétition, l'Olympique de Marseille[6].

Désignation des têtes de série (entre parenthèses, les coefficients utilisés par l'UEFA)[4]
Têtes de série Non têtes de série
Olympique de Marseille 3.116 Dinamo Bucarest 2.323
AC Milan 3.052 Rangers FC 2.287
FC Barcelone 2.974 CSKA Moscou 2.116
VfB Stuttgart[8] 2.710 IFK Göteborg 2.080
FC Bruges 2.594 Austria Vienne 2.029
FC Porto 2.476 FC Sion 1.993
PSV Eindhoven 2.412 AEK Athènes 1.974
Lech Poznań 2.339 Slovan Bratislava 1.777

Les matchs aller se déroulent le 21 octobre 1992 et les matchs retour le 4 novembre 1992.

Le tenant du titre, le FC Barcelone est éliminé dès les huitièmes de finale par le club russe du CSKA Moscou, qui bat les Blaugrana sur leur pelouse (3-2) lors du match retour. Les Moscovites ne confirment pas cet exploit par la suite en ne gagnant aucune rencontre dans leur poule au tour suivant.

Équipe 1 Résultat Équipe 2 Aller Retour
CSKA Moscou 4 - 3 FC Barcelone 1 - 1 3 - 2
Rangers FC 4 - 2 Leeds United FC 2 - 1 2 - 1
Slovan Bratislava 0 - 5 AC Milan 0 - 1 0 - 4
FC Bruges 3e - 3 FK Austria Vienne 2 - 0 1 - 3
FC Sion 2 - 6 FC Porto 2 - 2 0 - 4
Dinamo Bucarest 0 - 2 Olympique de Marseille 0 - 0 0 - 2
AEK Athènes 1 - 3 PSV Eindhoven 1 - 0 0 - 3
IFK Göteborg 4 - 0 Lech Poznań 1 - 0 3 - 0

Phase de groupes[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Clubs qualifiés en phase de groupe.
City locator 4.svg Phase de groupes
City locator 1.svg Finaliste
City locator 11.svg Vainqueur

Le tirage au sort a lieu le 6 novembre 1992 à Genève. Il est intégral[9],[10].

Les jours de match sont fixés les 25 novembre 1992, 9 décembre 1992, 3 mars 1993, 17 mars 1993, 7 avril 1993 et 21 avril 1993.

Légende

Groupe A[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)
1 Olympique de Marseille 9 6 3 3 0 14 4 +10 Olympique de Marseille 1-1 3-0 6-0
2 Rangers FC 8 6 2 4 0 7 5 +2 Rangers FC 2-2 2-1 0-0
3 FC Bruges 5 6 2 1 3 5 8 -3 FC Bruges 0-1 1-1 1-0
4 CSKA Moscou 2 6 0 2 4 2 11 -9 CSKA Moscou 1-1 0-1 1-2

Groupe B[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)
1 AC Milan 12 6 6 0 0 11 1 +10 AC Milan 4-0 1-0 2-0
2 IFK Göteborg 6 6 3 0 3 7 8 -1 IFK Göteborg 0-1 1-0 3-0
3 FC Porto 5 6 2 1 3 5 5 0 FC Porto 0-1 2-0 2-2
4 PSV Eindhoven 1 6 0 1 5 4 13 -9 PSV Eindhoven 1-2 1-3 0-1

Finale[modifier | modifier le code]

Le Stade olympique de Munich, théâtre de la finale.

La finale se joue en Allemagne au Stade olympique de Munich le . L'Olympique de Marseille dispute sa deuxième finale dans cette compétition après celle perdue en 1991 aux tirs au but face à l'Étoile rouge de Belgrade à Bari. L'AC Milan en est à sa sixième finale, son dernier succès remontant à 1990.

Ce match marque les retrouvailles entre l'attaquant Jean-Pierre Papin et l'OM, un an après le départ de l'attaquant international vers le Milan AC. Marcel Desailly le rejoindra cinq mois plus tard chez les Rossoneri.

Olympique de Marseille 1 - 0 AC Milan Olympiastadion, Munich
20 h 15
(Passe décisive Pelé) Boli But inscrit après 43 minutes 43e (1 - 0) Spectateurs : 64 400
Arbitrage : Kurt Röthlisberger
Crystal Clear app lphoto.png Photos du match
Rapport
Kit left arm three blue left shoulder stripes.png
Kit body three blue left shoulder stripes.png
Kit right arm.png
Kit shorts three blue right stripes.png
Kit socks.png
Marseille
Kit left arm black stripes.png
Kit body blackstripes.png
Kit right arm black stripes.png
Kit shorts.png
Kit socks 3 stripes red.png
Milan
Olympique de Marseille :
GB 01 Fabien Barthez Averti
ArD 02 Jocelyn Angloma Remplacé après 61 minutes 61e
ArG 03 Éric Di Meco Averti
DC 04 Basile Boli Averti
MD 05 Franck Sauzée
DC 06 Marcel Desailly
MD 07 Jean-Jacques Eydelie
Att 08 Alen Bokšić
Att 09 Rudi Völler Remplacé après 78 minutes 78e
Att 10 Abedi Pelé
MD 11 Didier Deschamps (c)
Remplaçants :
DF 12 Bernard Casoni
MO 13 Jean-Christophe Thomas Entré après 78 minutes 78e 
MO 14 Jean-Philippe Durand Entré après 61 minutes 61e 
Att 15 Jean-Marc Ferreri
GB 16 Pascal Olmeta
Entraîneur :
Raymond Goethals
Marseille-Milan 1993-05-26.svg
AC Milan :
GB 01 Sebastiano Rossi
ArD 02 Mauro Tassotti
ArG 03 Paolo Maldini
DC 04 Demetrio Albertini
DC 05 Alessandro Costacurta
DC 06 Franco Baresi (c)
AiG 07 Gianluigi Lentini Averti
MJ 08 Frank Rijkaard
Att 09 Marco van Basten Remplacé après 86 minutes 86e
AiD 10 Roberto Donadoni Remplacé après 55 minutes 55e
Att 11 Daniele Massaro
Remplaçants :
GB 12 Carlo Cudicini
DF 13 Stefano Nava
MO 14 Stefano Eranio Entré après 86 minutes 86e 
MO 15 Alberigo Evani
Att 16 Jean-Pierre Papin Entré après 55 minutes 55e 
Entraîneur :
Fabio Capello

Meilleurs buteurs[modifier | modifier le code]

Rang Nom Équipe Buts
1 Romário PSV Eindhoven 7
2 Alen Bokšić Olympique de Marseille 6
Franck Sauzée Olympique de Marseille
Marco van Basten AC Milan
Johnny Ekström IFK Göteborg

Affaire VA-OM et suites[modifier | modifier le code]

Peu après la victoire finale de l'Olympique de Marseille, une affaire de corruption éclate dans le Championnat de France, concernant un match entre l'OM et le Valenciennes FC joué 6 jours avant la finale : des joueurs valenciennois reçoivent une somme d'argent pour « lever le pied » afin de ne pas blesser de joueurs[11]. Cette affaire se conclut sur le retrait du titre de champion de France par la Fédération française de football. L'OM se voit retirer le droit de déféndre son titre pour l'édition 1993-1994[12], et le droit de jouer la Coupe intercontinentale 1993 ainsi que la Supercoupe de l'UEFA 1993[13]. Malgré plusieurs allégations par la suite, les enquêtes de l'UEFA et de la FFF n'établiront aucune preuve formelle de matchs truqués dans cette Ligue des champions 1992-1993, l'UEFA classant l'affaire[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Hymne de l'UEFA Champions League », sur fr.uefa.com (consulté le )
  2. (en) Michel Desbordes, Marketing and football : an international perspective, Butterworth-Heinemann, , 518 p. (ISBN 978-0-7506-8204-6, lire en ligne), p. 39-40
  3. (fo) FSF-Fótbóltssamband - Søgan
  4. a b c d et e (en) Pawel Mogielnicki, « Seeding for the European Cups (from 1979/80) », sur www.mogiel.net (consulté le )
  5. « FOOTBALL : Coupes d'Europe », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a b et c « Football: Leeds ordered to play third match », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « FOOTBALL : le tirage au sort des coupes européennes. », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. Le club allemand est qualifié lors du tirage au sort, avant la décision de l'UEFA de faire un match d'appui contre Leeds le 3 octobre 1992.
  9. (it) « Amaro servito in Coppa », L'Unità,‎ , p. 28 (lire en ligne, consulté le )
  10. « Coupes sombres chez les grands », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Christophe Bouchet, Tapie, l'homme d'affaires, Seuil, , p. 125
  12. « Le foot européen exclut l'OM », Le Soir,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Après les nouvelles sanctions internationales qui frappent le club phocéen, l'avenir de l'Olympique de Marseille est entre les mains de Bernard Tapie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « De nouvelles accusations de corruption portées contre l'OM de Tapie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]