Arezzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arezzo
Piazza Grande et maison-tour toscane des Lappoli
Piazza Grande et maison-tour toscane des Lappoli
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Tuscany.svg Toscane 
Province Arezzo  
Maire Giuseppe Fanfani
2006-2011
Code postal 52100
Code ISTAT 051002
Code cadastral A390
Préfixe tel. 0575
Démographie
Gentilé aretini ou arétins (forme francisée)
Population 100 212 hab. (31-12-2010[1])
Densité 259 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 00″ Nord 11° 53′ 00″ Est / 43.46667, 11.88333
Altitude Min. 296 m – Max. 296 m
Superficie 38 626 ha = 386,26 km2
Divers
Saint patron San Donato
Fête patronale 7 août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Toscane

Voir sur la carte administrative de Toscane
City locator 14.svg
Arezzo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Arezzo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Arezzo
Liens
Site web http://www.comune.arezzo.it/

Arezzo est une ville italienne d'environ 100 000 habitants, chef-lieu de la province d'Arezzo, dans la région Toscane.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Arezzo est située à la confluence de trois des quatre vallées qui composent sa province :

  • Au nord de la ville, le Casentino, la vallée parcourue par le premier cours de l'Arno,
  • Au nord-ouest, le Valdarno supérieur, le cours de l'Arno allant d'Arezzo vers Florence,
  • Au sud, le Val di Chiana, une plaine asséchée de ses marécages initiaux, traversé par le grand canal de la Chiana,
  • À l'est, la Valtiberina, premier cours du Tibre par le val du Torrino et la vallée du Cerfone.

Le territoire de la commune est vaste et varié : des plaines du Val de Chiana et sur l'Arno, des collines au sud de la ville, des zones montagneuses situées à l'est.

Les communes limitrophes sont nombreuses : Civitella in Val di Chiana et Castiglion Fiorentino, du côté du Val de Chiana, Laterina et Castiglion Fibocchi du côté Valdarno supérieur, Capolona du côté Casentino, Anghiari et Monterchi et la province de Pérouse, en Ombrie du côté du Val Tiberina.

Histoire[modifier | modifier le code]

Piazza Grande, palais du tribunal, église Santa Maria della Pieve et le Palais de la fraternité laïque

La ville étrusque[modifier | modifier le code]

Arezzo, fondée vers le Ve siècle av. J.-C., est une des principales cités étrusques. Selon les textes, elle fait partie de la Ligue étrusque. Elle apparaît à l’époque pré-étrusque dans une zone habitée depuis la préhistoire, comme le montre la découverte d’instruments en pierre et ce que l’on appelle l’Homme de l'Olmo, qui remonte au Paléolithique et découvert en 1863 dans le hameau d'Olmo pendant les travaux de creusement d'un petit tunnel de la voie ferrée Rome-Florence.

Située à la jonction des vallées de Valdarno, de Val di Chiana et de Casentino, la zone est en effet un passage naturel pour qui veut traverser les Apennins. On trouve des traces d'installations permanentes de l'époque pré-étrusque dans une zone peu éloignée de l'aire urbaine actuelle, le col de San Cornelio, où on a retrouvé des vestiges d'une enceinte de maçonnerie dont la datation est difficile puisqu’elle a été recouverte de murailles romaines importantes. L'habitat étrusque est apparu à son tour sur le sommet du col de San Donato, occupé par la ville actuelle. On sait que l'Arezzo étrusque, appelé Aritim (en latin Arretium), existait déjà au IXe siècle av. J.-C..

Arezzo fut ensuite une des principales villes étrusques et très probablement le siège d'une des douze lucumonies. C’est à cette époque que remontent des œuvres d'art d’une valeur exceptionnelle, comme la Chimère, conservée au musée archéologique national de Florence (salle des grands bronzes), et dont l'image caractérise la ville au point d'en être presque devenue un second symbole. Il faut en outre signaler la vaste nécropole de Poggio del Sole, créée au VIe siècle av. J.-C. et utilisée jusqu'à l'époque romaine.

Plus tard, devant la montée en puissance de Rome, la ville, avec ses sœurs étrusques, a essayé d’endiguer l'expansion, mais les armées réunies d'Arezzo, de Volterra et de Pérouse ont été vaincues à Roselle, près de Grosseto en 295 av. J.-C. Arezzo est donc conquise au IIIe siècle av. J.-C. par les Romains qui latinisent son nom étrusque en Arretium et en font un municipium.

Rempart de Rome[modifier | modifier le code]

Pendant l'époque romaine, particulièrement pendant la République romaine, Arezzo devient un symbole très important de l'expansionnisme romain vers le nord et un bastion défensif du futur empire, grâce à sa position stratégique qui faisait de lui une étape obligatoire pour quiconque voulait atteindre Rome, toujours plus puissante. Arezzo se trouve donc obligé de se défendre contre les Sénons, peuple Gaulois, qui marchaient contre Rome. Une puissante armée vient à sa rescousse, conduite par le consul Lucius Metellus, qui arrête l'avance des Gaulois malgré la mort de son chef sur le champ de bataille. De cet épisode, il reste une trace dans un toponyme, Campoluci, qui indique la portion de terrain près de l'Arno où le consul combattit et mourut. Après cette bataille, Arezzo devient siège d'une garnison romaine permanente.

La ville reste cependant toujours jalouse de son autonomie, au point de chercher plusieurs fois à reprendre son indépendance en profitant des guerres civiles de la République romaine. Elle se range d'abord aux côtés de Caius Marius et par la suite de Pompée. Sylla et Jules César se vengent en faisant d’elle une colonie pour leurs vétérans, ce qui provoque un considérable brassage de population qui efface d'Arezzo - comme de toute l'Étrurie - les traces restantes de l’ancienne culture.

Au début de l’époque impériale, la ville, active et industrieuse, devient riche et prospère comme au temps des guerres puniques, lorsqu’elle avait été la principale fournisseuse d'armes pour l'expédition de Scipion l'Africain en Afrique. S’édifient alors des nombreux établissements publics, comme le théâtre, les thermes et un amphithéâtre de grandes dimensions qui a subsisté jusqu'à nos jours. La vie culturelle connait une grande impulsion grâce à la féconde activité du premier des Arétins, illustres dans le monde des arts et des lettres, Mécène, dont le nom reste toujours lié à la promotion de la culture. Arezzo devient un centre très actif de production d’objets en métal, et surtout de céramique sigillée à la belle couleur corail, d'où son nom de corallini.

Premier millénaire ap. J.-C.[modifier | modifier le code]

Malgré l'écroulement de l'empire et les invasions barbares, le prestige séculaire et la position favorable d’Arezzo sur la Via Cassia lui conservent une forte importance, même pendant les siècles sombres du haut Moyen Âge. Terre de frontière entre les territoires dominés par les Goths et l'exarchat byzantin de Ravenne, la ville est témoin d'âpres heurts entre ces deux factions et un des premiers centres occupés par les Lombards. Goths et Lombards influencent beaucoup la composition ethnique et la langue des Arétins. Les Lombards construisent des châteaux et des pieves, jetant ainsi les bases de l'Arezzo médiéval. Les Francs de Charlemagne privilégient les rapports avec ce qui détenait sur place le pouvoir le plus élevé, l'évêché, la diffusion du Christianisme ayant fait de la ville un siège épiscopal. Arezzo fait partie en effet du petit nombre de villes dont on connait tous les évêques qui se sont succédé jusqu'à nos jours. Après l’an mille, son évêque commence, le premier en Italie, à se donner le titre de « Comte ». À cette période, remontent le Vieux Dôme (Duomo Vecchio), disparu du Col du Pionta, aux travaux duquel participa Maginardo, la cathédrale San Donato et la pieve de Sainte-Marie de l’Assomption.

Sous la protection de l'évêque, se développe également dans la campagne arétine un grand nombre d'abbayes qui contribuent à reconstruire un système d'échanges et un minimum d'ambiance culturelle. Durant cette période, Arezzo voit la naissance d'un autre de ses illustres fils : Guido d'Arezzo, moine bénédictin de l'abbaye de Pomposa et plus tard à Rome, qui élabore une nouvelle méthode de notation musicale et un tétragramme musical.

Deuxième millénaire ap. J.-C.[modifier | modifier le code]

Constituée en commune libre de Toscane en 1098, Arezzo poursuit son développement durant les siècles suivants. Des tours et un premier mur d'enceinte apparaissent. La puissance de la ville augmente encore au XIVe siècle sous la seigneurie des Tarlati et nécessite la construction d'un deuxième mur d'enceinte. La ville passe toutefois sous la domination de Florence en 1384 et commence un lent déclin. Au XVIe siècle, sous Cosme Ier de Médicis, Arezzo subit des transformations, avec notamment la construction de la citadelle et d'un troisième mur d'enceinte, travaux dirigés par Giuliano da Sangallo et Antonio da Sangallo le Jeune.

Sous l'Empire, Arezzo est le chef-lieu d'un arrondissement français du département de l'Arno, créé le dans le cadre de la nouvelle organisation administrative mise en place par Napoléon Ier en Italie, et supprimé le après la chute de l'Empire.

Personnalités nées à Arezzo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Catégorie correspondante.

Autres personnalités importantes liées à Arezzo[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Culture[modifier | modifier le code]

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

  • Giostra del Saracino (Joute du Sarrasin), les 21 juin 2008 et 7 septembre 2008.
  • Arezzo Festival (Spectacles à thèmes : théâtre, mimes, masques, musique, au mois de juillet.
  • Concours international annuel de chorales Guido d'Arezzo.
  • Foire des antiquaires, début mars.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1946 1948 Enrico Grazi PSI  
1948 1951 Santi Galimberti PSI  
1951 1955 Ivo Barbini PSI  
1955 1956 Ruggero Mrzocchi PSI  
1957 1963 Cornelio Vinay PSI  
1963 1966 Aldo Ducci PSI  
1966 1970 Renato Gnocchi PSI  
1970 1990 Aldo Ducci PSI  
1990 1995 Valdo Vannucci PSI  
1995 1999 Paolo Ricci PPI  
1999 2006 Luigi Lucherini FI  
30 mai 2006 en cours Giuseppe Fanfani PD  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Agazzi, Antria, Badia San Veriano, Bagnaia, Bagnoro, Battifolle, Campoluci, Campriano, Ceciliano, Chiani, Chiassa Superiore, Cincelli, Frassineto, Gaville, Giovi, Gragnone, Il Matto, Indicatore, La Pace, Le Poggiola, Meliciano, Misciano, Molinelli, Molin Nuovo, Monte Sopra Rondine, Montione, Mugliano, Olmo, Ottavo, Palazzo del Pero, Patrignone, Pieve a Ranco, Poggio Ciliegio, Policiano, Pomaio, Ponte a Chiani, Ponte alla Chiassa, Pieve a Quarto, Pieve Santo Stefano, Ponte Buriano, Poti, Pratantico, Puglia, Policiano, Quarata, Rigutino, Ripa di Olmo, Rondine, Ruscello,S.Anastasio, San Firenze, San Giuliano, San Leo, San Marco Vill'Alba, San Polo, Santa Firmina, Santa Maria alla Rassinata, Sant'Andrea a Pigli, San Zeno, Sargiano, Staggiano, Stoppe d'Arca, Torrino, Tregozzano, Venere, Vitiano

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Anghiari, Capolona, Castiglion Fibocchi, Castiglion Fiorentino, Città di Castello (Pérouse), Civitella in Val di Chiana, Cortona, Laterina, Marciano della Chiana, Monte San Savino, Monte Santa Maria Tiberina (Pérouse), Monterchi, Subbiano

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Jumelages[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Arezzo constitua le lieu central de tournage de la première partie du film «La Vita è Bella» de Roberto Benigni.

Panorama

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]