Legia Varsovie (football)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Legia Varsovie
Logo du Legia Varsovie
Logo du Legia Varsovie depuis 2010
Généralités
Nom complet Legia Warszawa SA
Surnoms Wojskowi (les militaires),
Legioniści (les légionnaires)
Fondation Mars 1916[Note 1]
Statut professionnel Depuis 1922
Couleurs Blanc, vert, noir et rouge
Stade Stade du maréchal Józef Piłsudski
(31 103 places)
Siège 3 rue Łazienkowska,
00-449 Varsovie
Championnat actuel Ekstraklasa (1re division)
Président Drapeau : Pologne Dariusz Mioduski
Entraîneur Drapeau : Pologne Czesław Michniewicz
Joueur le plus capé Drapeau : Pologne Lucjan Brychczy (452)
Meilleur buteur Drapeau : Pologne Lucjan Brychczy (226)
Site web legia.com
Palmarès principal
National[Note 2] Championnat de Pologne (14)
Coupe de Pologne (19)
Coupe de la Ligue (1)
Supercoupe de Pologne (4)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Neutre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de Pologne de football 2020-2021
0

Le Legia Varsovie (Legia Warszawa en polonais, à prononcer /ˈlɛɡʲa varˈʂava/) est un club professionnel polonais de football basé à Varsovie et qui participe depuis de nombreuses années à l'Ekstraklasa, première division du pays. Renommé en Pologne mais aussi en Europe, le Legia est le club polonais qui a joué le plus de fois en Ligue des champions. Par le passé, il est notamment parvenu à se qualifier pour les demi-finales de la Coupe d'Europe des clubs champions en 1970, étant finalement éliminé par le Feyenoord Rotterdam. Vainqueur à quatorze reprises du championnat de Pologne, un record national partagé avec deux autres clubs, le Legia Varsovie compte aussi à son palmarès dix-neuf Coupes de Pologne, victoires qui le placent comme le spécialiste de la compétition, une Coupe de la Ligue et quatre Supercoupes de Pologne.

Le Legia est présidé depuis le par Dariusz Mioduski, copropriétaire du club à partir de 2014 après avoir repris les parts du Grupa ITI, puissante entreprise polonaise spécialisée dans les médias (propriétaire de TVN par exemple), puis devenu seul propriétaire du club de la capitale depuis [1]. L'équipe professionnelle est entraînée depuis le par un ancien joueur du club, le Serbe Aleksandar Vuković[2], et prend part à l'édition 2019-2020 du championnat polonais.

Le club évolue depuis le au stade du maréchal Józef Piłsudski, connu également sous le nom de stade de l'armée polonaise, en référence à son histoire commune avec celle du club. Huitième plus grande enceinte du pays et rénovée entre 2008 et 2011, elle peut désormais accueillir jusqu'à 31 103 personnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Legia dispute son premier match dans l'élite le , face au Warszawianka Varsovie (défaite 4-1). Durant cette rencontre, Marian Łańko inscrit le premier hat-trick de l'histoire du Legia Varsovie. De 1927 à 1936, le club polonais se place dans le haut du classement (6e place). En 1930, le Legia s'installe dans son nouveau stade, le Wojska Polskiego, présenté par Jozef Pilsudski. En 1936, le club descend en seconde division, où il restera jusque la Seconde Guerre mondiale.

Après la guerre, le Legia fait signer un grand nombre de joueurs pour renouveler son effectif, et change une nouvelle fois de nom. En 1949, le club devient le Centralny Wojskowy Klub Sportowy. Le Legia est marqué par l'arrivée de Kazimierz Górski, qui marquera largement l'histoire du club et de l'équipe nationale.

Les années 1970 sont l'âge d'or du football polonais. Entre 1960 et 1970, le Legia voit jouer sous ses couleurs de jeunes joueurs talentueux tels que Jan Tomaszewski, Robert Gadocha ou encore Kazimierz Deyna.

Lors de la Coupe des clubs champions européens 1969-1970, le Legia réussit l'exploit de parvenir en demi-finale après avoir battu l'AS Saint-Étienne et Galatasaray, mais ne parvient à empêcher le Feyenoord Rotterdam de remporter le trophée. La saison suivante, Varsovie atteint cette fois-ci les quarts de finale, où il s'incline face à l'Atletico Madrid.

Le , le club polonais est exclu de la Coupe Intertoto et est interdit une saison de toute compétition européenne, à la suite d'incidents avec le public lors du deuxième tour contre le Vėtra Vilnius.

Le , le Legia Varsovie s'impose sur la pelouse du Spartak Moscou (2-3) et se qualifie pour la Ligue Europa 2011-2012. Le club termine deuxième d'un groupe dominé par le PSV Eindhoven et complété par l'Hapoël Tel-Aviv et le Rapid Bucarest.

En 2014, le Legia Varsovie est éliminé de la Ligue des champions avant les barrages alors que le club avait gagné ses deux rencontres du 3e tour contre le Celtic Football Club. En cause, l'alignement d'un joueur qui était suspendu.

Dates importantes[modifier | modifier le code]

Identité du club[modifier | modifier le code]

Noms du club[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

En mai 2010, le club reprend le logo de 1957[3].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Couleurs[modifier | modifier le code]

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Titres et trophées[modifier | modifier le code]

La Coupe de Pologne présentée par le club, en 2016.

Avec quatorze titres de champion de Pologne, le Legia est le club le plus titré du pays, ex aequo avec le Górnik Zabrze et le Ruch Chorzów. Le club de la capitale s'est constitué ce palmarès majoritairement à partir des années 2000, en luttant avec le Wisła dans ce qui est devenu le « classique polonais »[4]. Le Legia revendique également un 15e titre de champion[5], gagné sportivement en 1993 mais retiré au club par la fédération polonaise pour des soupçons de corruption lors de la dernière journée (le « dimanche des miracles »)[5].

De ce fait, il arbore brodée sur son maillot une étoile d'or, qui symbolise ses dix premiers championnats nationaux remportés.

Le club détient le record du nombre de victoires en Coupe de Pologne (dix-neuf) ainsi que du nombre de finales disputées (vingt-quatre)[6]. Il totalise également quatre victoires en Supercoupe de Pologne, ainsi qu'une autre en Coupe de la Ligue (compétition arrêtée en 2009).

Le tableau suivant liste le palmarès professionnel de l'équipe première du Legia Varsovie (actualisé à l'issue de la saison 2019-2020) dans les différentes compétitions officielles aux niveaux national et international.

Palmarès du Legia Varsovie en compétitions officielles
Compétitions internationales Championnats nationaux Coupes nationales

Bilan sportif et records[modifier | modifier le code]

Le Legia Varsovie est le club polonais qui compte le plus de participations dans le championnat de Pologne de première division (83 à l'issue de la saison 2019-2020)[7], devant le Wisła Cracovie (80) et depuis les années 1990. Il est aussi le club qui y évolue depuis le plus longtemps sans interruption, depuis sa réactivation sous sa forme actuelle avec poule unique en 1948.

En considérant toute son histoire, le Legia n'a été relégué de première division qu'à une seule reprise, en 1936, et n'a joué que deux saisons hors de l'élite (5e de Klasa A Warszawa en 1937 et 1er en 1938 mais éliminé lors des barrages d'accession, avant que la section football du club ne soit dissoute).

Sur le plan des adversaires, celui rencontré le plus de fois en championnat de première division est le Wisła Cracovie (154 matchs disputés à l'issue de la saison 2018-2019)[8]. Cette affiche est également la plus disputée de l'histoire du championnat[9].

Ci-dessous figurent quelques matchs marquants :

Bilan européen[modifier | modifier le code]

Bilan européen du Legia Varsovie au [12]
Compétition M V N D BP BC Diff.
Ligue des champions 70 33 14 23 97 86 +11
Coupe des coupes 37 14 12 11 53 39 +14
Ligue Europa 120 50 29 41 172 132 +40
Coupe Intertoto 1 0 0 1 0 3 -3
Coupe des villes de foires 6 3 1 2 13 6 +7
Total 234 100 56 78 335 266 +69

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Joueurs les plus capés[13]
No  Joueur Matchs
1 Lucjan Brychczy
452
2 Jacek Zieliński
404
3 Miroslav Radović
391
4 Kazimierz Deyna
388
5 Jakub Rzeźniczak
376
6 Michał Kucharczyk
349
7 Marek Jóźwiak
348
8 Horst Mahseli
347
9 Tomasz Kiełbowicz
339
10 Bernard Blaut
312
Deyna (à gauche) et Brychczy (au deuxième rang) en route vers Rotterdam, en 1970, pour la demi-finale retour de Coupe des clubs champions.

Joueur le plus capé et meilleur buteur du Legia (226 buts en 452 matchs), Lucjan Brychczy est l'un des joueurs les plus emblématiques du club de la capitale. Après avoir passé la quasi intégralité de sa carrière de joueur avec le Legia et remporté quatre titres de champion de Pologne, entre 1954 et 1972, l'international polonais entraîne l'équipe première à plusieurs reprises à partir de 1972, avant d'occuper le poste d'entraîneur assistant depuis 2004. À ses côtés, son coéquipier Kazimierz Deyna occupe également une place centrale dans l'histoire du club. Médaillé d'or aux Jeux olympiques de Munich en 1972 et d'argent en 1976, troisième de la Coupe du monde en 1974 et au classement du Ballon d'or cette même année, il est considéré comme l'un des meilleurs footballeurs polonais de tous les temps. Champion de Pologne à deux reprises, en 1969 et 1970, il a lui aussi joué presque exclusivement sous les couleurs du Legia lors de sa carrière polonaise, avant son départ pour l'Angleterre puis les États-Unis. Mort tragiquement en 1989 dans un accident de la route, son numéro dix a depuis été retiré par le club.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

L'effectif professionnel de la saison 2019-2020 du Legia Varsovie, entraîné par le Serbe Aleksandar Vuković et ses adjoints Lucjan Brychczy, Aleksandar Radunović et Marek Saganowski, comporte au total vingt-sept joueurs, dont douze internationaux séniors et cinq formés au club. L'entraîneur des gardiens Krzysztof Dowhań, qui a révélé par exemple les futurs internationaux Artur Boruc et Łukasz Fabiański[15], aujourd'hui assisté par l'un de ses anciens élèves Ján Mucha, peut compter lors de ses séances d'entraînement sur deux portiers polonais, Radosław Cierzniak et le jeune Radosław Majecki.

Radosław Cierzniak, présent au Legia depuis la fin de saison 2015-2016, est le plus « ancien » de l'effectif professionnel. Au contraire, Bartosz Slisz l'a intégré le plus récemment, en provenance du Zagłębie Lubin, le [16].

Effectif professionnel du Legia Varsovie de la saison 2020-2021 au 21 août 2020[17]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[Note 4] Nom Date de naissance Sélection[Note 5] Club précédent
1 G Drapeau de la Pologne Boruc, ArturArtur Boruc 20/02/1980 (40 ans) Pologne AFC Bournemouth
19 G Drapeau de la Pologne Muzyk, WojciechWojciech Muzyk 07/11/1998 (21 ans) Olimpia Grudziądz
33 G Drapeau de la Pologne Cierzniak, RadosławRadosław Cierzniak 24/04/1983 (37 ans) Pologne Wisła Cracovie
2 D Drapeau de la Croatie Juranović, JosipJosip Juranović 16/08/1995 (25 ans) Croatie Hajduk Split
3 D Drapeau de la Pologne Hołownia, MateuszMateusz Hołownia 06/05/1998 (22 ans) Pologne -20 ans Formé au club
4 D Drapeau de la Pologne Wieteska, MateuszMateusz Wieteska 11/02/1997 (23 ans) Pologne espoirs Formé au club
5 D Drapeau de la Pologne Lewczuk, IgorIgor Lewczuk 30/05/1985 (35 ans) Pologne Girondins de Bordeaux
16 D Drapeau du Portugal Rocha, LuísLuís Rocha 27/06/1993 (27 ans) Panetolikós FC
25 D Drapeau de la Serbie Mladenović, FilipFilip Mladenović 15/08/1991 (29 ans) Serbie Lechia Gdańsk
29 D Drapeau du Monténégro Vešović, MarkoMarko Vešović 28/08/1991 (29 ans) Monténégro HNK Rijeka
34 D Drapeau de l'Espagne Astiz, IñakiIñaki Astiz 05/11/1983 (36 ans) APOEL Nicosie
41 D Drapeau de la Pologne Stolarski, PawełPaweł Stolarski 28/01/1996 (24 ans) Pologne espoirs Lechia Gdańsk
44 D Drapeau de la France Rémy, WilliamWilliam Rémy 04/04/1991 (29 ans) France -19 ans Montpellier HSC
55 D Drapeau de la Pologne Jędrzejczyk, ArturArtur Jędrzejczyk Capitaine 04/11/1987 (32 ans) Pologne FK Krasnodar
7 M Drapeau de la Croatie Antolić, DomagojDomagoj Antolić 30/06/1990 (30 ans) Croatie Dinamo Zagreb
8 M Drapeau de la Géorgie Gvilia, ValerianValerian Gvilia 24/05/1994 (26 ans) Géorgie FC Lucerne
14 M Drapeau de la Pologne Karbownik, MichałMichał Karbownik 13/03/2001 (19 ans) Pologne -19 ans Formé au club
17 M Drapeau de la Pologne Cholewiak, MateuszMateusz Cholewiak 05/02/1990 (30 ans) Śląsk Wrocław
18 M Drapeau de la Lituanie Novikovas, ArvydasArvydas Novikovas 18/12/1990 (29 ans) Lituanie Jagiellonia Białystok
22 M Drapeau de la Pologne Wszołek, PawełPaweł Wszołek 30/04/1992 (28 ans) Pologne Queens Park Rangers
24 M Drapeau du Portugal Martins, AndréAndré Martins 21/01/1990 (30 ans) Portugal Olympiakos
30 M Drapeau de la Pologne Kostorz, KacperKacper Kostorz 21/08/1999 (21 ans) Pologne -20 ans Podbeskidzie Bielsko-Biała
31 M Drapeau de la Pologne Pyrdoł, PiotrPiotr Pyrdoł 27/04/1999 (21 ans) Pologne espoirs ŁKS Łódź
67 M Drapeau de la Pologne Kapustka, BartoszBartosz Kapustka 23/12/1996 (23 ans) Pologne Leicester City
77 M Drapeau de la Pologne Cielemęcki, RadosławRadosław Cielemęcki 19/02/2003 (17 ans) Pologne -17 ans Formé au club
82 M Drapeau du Brésil Luquinhas, Luquinhas 28/09/1996 (24 ans) CD Aves
99 M Drapeau de la Pologne Slisz, BartoszBartosz Slisz 29/03/1999 (21 ans) Pologne espoirs Zagłębie Lubin
9 A Drapeau de la Tchéquie Pekhart, TomášTomáš Pekhart 26/05/1989 (31 ans) République tchèque UD Las Palmas
20 A Drapeau de la Guinée Kanté, JoséJosé Kanté 27/09/1990 (30 ans) Guinée Wisła Płock
21 A Drapeau du Portugal Lopes, RafaelRafael Lopes 28/07/1991 (29 ans) Portugal -20 ans Cracovia
27 A Drapeau de la France Sanogo, VamaraVamara Sanogo 22/04/1995 (25 ans) Zagłębie Sosnowiec
39 A Drapeau de la Pologne Rosołek, MaciejMaciej Rosołek 02/09/2001 (19 ans) Pologne -19 ans Formé au club
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Pologne Piotr Zaręba
  • Drapeau : Pologne Radosław Gwiazda
Entraîneur(s) des gardiens
Médecin(s)
  • Drapeau : Pologne Mateusz Dawidziuk
  • Drapeau : Pologne Karol Malec

Légende


Consultez la documentation du modèle

En grisé, les sélections de joueurs internationaux chez les jeunes mais n'ayant jamais été appelés aux échelons supérieurs une fois l'âge limite dépassé.
Le numéro 10 de Kazimierz Deyna a été retiré par le club après sa mort, et ne peut donc plus être porté par un joueur du Legia[18].

Structures du club[modifier | modifier le code]

Stades[modifier | modifier le code]

Centre d'entraînement[modifier | modifier le code]

Musée[modifier | modifier le code]

Intérieur du musée, en 2013.

Le , dans le cadre de la célébration du 90e anniversaire du club, le musée du Legia Varsovie est ouvert au sein du stade de l'armée polonaise, dans son salon VIP, grâce à l'initiative du journaliste Wiktor Bołba, qui collectionne depuis son enfance de nombreux objets liés au club et les lui met à disposition[19]. En , alors que le stade est en pleine rénovation, le musée est transféré dans une salle plus grande, sous la tribune nord[19].

Ainsi, plusieurs expositions retracent l'histoire du Legia, et même si la plus grande partie des objets et souvenirs concerne le football, les autres sections du club comme la boxe, la lutte ou l'escrime ne sont pas oubliées.

Autres équipes[modifier | modifier le code]

Équipe réserve[modifier | modifier le code]

Créée vers la fin des années 1920, l'équipe réserve du Legia Varsovie est réactivée après la Seconde Guerre mondiale, en 1948. Engagée dans le championnat amateur ou dans le championnat de Pologne des réserves de 2007 à 2013 (deux titres de champion en 2012 et 2013), elle participe également au tour régional (voïvodie de Mazovie) de la Coupe de Pologne, qui peut lui donner le droit de participer à la compétition nationale en cas de victoire, comme ce fut le cas en 1952 où elle atteint même la finale (perdue un but à zéro contre le rival local, le Polonia Varsovie)[20] après avoir battu trois clubs de première division dont le récent champion, le Ruch Chorzów. Plus récemment, elle a participé au tour principal en 2008 et 2012, étant à chaque fois éliminée au premier tour, et également en 2019[20], atteignant les huitièmes de finale (défaite face au Piast Gliwice, champion en titre).

Depuis la saison 2013-2014, l'équipe réserve joue en quatrième division polonaise[21].

Palmarès de l'équipe réserve du Legia Varsovie
Championnats nationaux Coupes nationales
  • Championnat de Pologne des réserves :
    • Champion (2) en 2012 et 2013
    • Vice-champion (2) en 2010 et 2011

Sections jeunes[modifier | modifier le code]

Malgré son statut de grand club de la capitale et du pays, au sein de la voïvodie la plus peuplée de Pologne, le Legia n'est pas réputé pour être l'un des meilleurs clubs formateurs polonais[23]. En effet, grâce à l'influence de l'armée qui a longtemps contrôlé le club, il a pu attirer les joueurs les plus prometteurs du pays (tels Lucjan Brychczy ou Kazimierz Deyna, au tout début de leurs carrières) dans le cadre de leur service militaire[24].

Au niveau du palmarès, le Legia Varsovie compte six titres de champion de Pologne dans les catégories des moins de 17 et 19 ans (championnats actifs depuis 1992 et 1936[Note 7] respectivement), quand le Wisła Cracovie en compte près du double par exemple.

Grâce à ses succès nationaux chez les moins de 19 ans, le Legia a participé à trois reprises à la Ligue de la jeunesse de l'UEFA entre 2015 et 2017, devenant le premier club polonais à prendre part à la compétition[25]. Il y sera à chaque fois éliminé avant les phases finales.

Palmarès des équipes de jeunes du Legia Varsovie[25]
Championnats nationaux Coupes nationales
  • Championnat de Pologne des -19 ans :
    • Champion (5) en 1969, 2013, 2015, 2016 et 2017
    • Vice-champion (1) : 1962
  • Championnat de Pologne des -17 ans :
    • Champion (1) en 2019
    • Vice-champion (2) : 2009 et 2011
  • Championnat de Pologne des -15 ans :
    • Champion (1) en 2019

Équipe de football pour amputés[modifier | modifier le code]

En , le Legia Varsovie s'engage dans le football à 7 pour personnes amputées en prenant la suite du Gloria Varsovia, sacré champion de Pologne en 2018. Le 27 avril, il dispute ses premiers matchs de championnat lors du tournoi de Płońsk. Lors du mois de mai, il prend part à la première édition de la Ligue des champions pour joueurs amputés, jouée à Tbilissi en Géorgie[26]. Il y terminera à la troisième place, après avoir notamment battu Everton en phase de poules et Cork City lors de la petite finale[26],[27].

Partenariats[modifier | modifier le code]

Le Legia entretient des relations de partenariat avec les clubs polonais du Dolcan Ząbki et du Piast Gliwice, qui reçoivent régulièrement plusieurs de ses joueurs en prêt.

Le , les dirigeants du Legia établissent un partenariat d'une durée indéterminée avec le club brésilien de Fluminense[28], champion national quelques mois plus tôt. Cet accord concerne les techniques de formation et de « scoutisme », l'échange de joueurs et une collaboration commerciale[29]. Après une visite au Brésil, le président du Legia invite Fluminense à la première édition de son tournoi estival, la Generali Deyna Cup[30]. En juin 2013, Raphael Augusto (en) devient le premier joueur à faire la navette Rio - Varsovie, sous la forme d'un prêt[31],[32]. Suivront Alan Fialho, Ronan et Pablo Dyego (en) jusqu'en 2015, sans toutefois plus de réussite sportive (neuf matchs de championnat disputés à eux quatre).

En , le Legia Varsovie s'associe au Zagłębie Sosnowiec[33], alors pensionnaire de troisième division, sur le même modèle que celui partagé avec Fluminense. Legia et Zagłębie étaient déjà liés par leurs supporters, amis depuis les années 1970[34].

Supporters[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Fumigènes et tifo dans la Żyleta, en 2011 contre le PSV Eindhoven.

Les supporters du Legia Varsovie sont réputés pour être parmi les plus fervents de Pologne[35]. Leurs animations et tifos géants, parfois polémiques[36],[37], attirent régulièrement l'attention des suiveurs du monde des tribunes européennes. Les fans les plus engagés dans l'animation et l'ambiance du stade se rassemblent dans sa tribune nord (anciennement en tribune est, avant la rénovation du stade), surnommée Żyleta[35], en référence à une ancienne publicité pour une marque de rasoirs[Note 8] apparue au centre de la tribune dans les années 1970[35]. Le principal groupe ultra du club est celui des « Nieznani Sprawcy », créé en 2005[38],[39] et qui accompagne les matchs du Legia (à domicile comme à l'extérieur) avec tifos et fumigènes[39]. De nombreux supporters du Legia participent également aux commémorations de l'insurrection de Varsovie et de l'indépendance de la Pologne, ou à diverses manifestations patriotiques.

L'un des signes de ralliement des supporters du Legia est le eLka, qui consiste en un « L » fait avec le pouce et l'index et qui reprend simplement celui encerclé sur le logo du club.

L'hymne du club est la chanson « Sen o Warszawie (en) » (traduisible par « Rêve de Varsovie »)[40],[41]. Sortie en 1995 sur une compilation du même nom, elle est l'œuvre de l'auteur-compositeur-interprète polonais Czesław Niemen et est reprise avant chaque match depuis le [41], soit quelques mois après sa disparition. Elle est souvent suivie du chant « Mistrzem Polski jest Legia » (en français « le Legia est le champion de Pologne »), entonné lors de l'entrée des joueurs sur la pelouse et qui rappelle les succès du club.

Le club est aussi occasionnellement mis en lumière pour des faits de hooliganisme, comme en juillet 2007 à Vilnius lors d'affrontements avec la police sur la pelouse, qui conduisent à sa défaite sur tapis vert et son exclusion de toute compétition européenne durant une saison, ou en mars 2014 lorsque les supporters du Jagiellonia Białystok sont attaqués dans le parcage des visiteurs du stade de l'armée polonaise et le match finalement abandonné[42].

Rivalités[modifier | modifier le code]

Supporters du Legia lors du derby, en septembre 2005.

Longtemps jugé favorisé par ses concurrents en raison de ses liens avec le gouvernement polonais et l'armée lors de la Guerre froide[43], le Legia est l'un des clubs les moins aimés du pays hors de Varsovie. Contrairement à la majorité des capitales et villes européennes, la rivalité la plus forte ne s'exerce pas avec l'autre club de la cité, le Polonia Varsovie, qui n'est pas habitué à jouer les premiers rôles en première division, mais avec les « historiques » polonais, et ce depuis le début des années 1970 et l'organisation du supportérisme et de ses dérives (hooliganisme) en Pologne. Ainsi, le Górnik Zabrze, le Ruch Chorzów, le Widzew Łódź[44] et le Wisła Cracovie[4] sont les principaux rivaux du club, ce dernier étant toutefois encore plus détesté que les autres. En effet, la rencontre Legia – Wisła est considérée comme le « classique polonais »[4], match entre les deux plus grandes villes du pays et deux des clubs les plus titrés, mais aussi entre le Nord et le Sud[4]. Les Legioniści entretiennent également une rivalité avec le Lech Poznań depuis le début des années 1980[45],[46], les deux clubs se battant à cette époque pour le titre de champion. Cette « mauvaise entente » s'est accrue avec le déclassement du Legia de la première place en 1993 au profit de Poznań[45], à la suite de soupçons de corruption (la fédération estimant que son dernier match, gagné six à zéro contre le Wisła Cracovie, avait été truqué, sans toutefois le prouver).

Le Legia doit aussi composer avec les alliances de ses rivaux et est ainsi souvent malmené lors de ses déplacements sur les terrains de l'Arka Gdynia ou du Cracovia, dont les supporters sont amis avec ceux du Polonia.

Alliances[modifier | modifier le code]

Graffiti célébrant l'amitié entre le Legia et l'ADO La Haye.

« Détestés » par une grande partie de la Pologne, les supporters du Legia essayent donc de s'organiser et s'allient à plusieurs clubs neutres de première division vers le milieu des années 1970. De bonnes relations s'établissent ainsi avec les fans du Pogoń Szczecin, club du nord-ouest de la Pologne, et du Zagłębie Sosnowiec (Silésie)[34], mais vont se dégrader au fil des années, jusqu'à se mettre en pause à plusieurs reprises. Finalement, les choses reviennent dans l'ordre au début des années 1990[47]. Au début des années 2000, les supporters du Legia s'allient à ceux de l'Olimpia Elbląg. En 2013, le « consentement » avec le Pogoń Szczecin, vieux de vingt ans, prend fin, sur fond d'antagonismes entre les partisans du Pogoń et du Zagłębie[48].

Par l’intermédiaire de Wojtek Wisiński, supporter du Legia atteint de sarcoïdose, les fans du club de la capitale entrent en contact à partir de 1983 avec ceux de l'ADO La Haye[49], club néerlandais. À la simple réponse à une invitation parue dans le magazine Voetbal International s'en suivent des rencontres, matches et tournois de charité organisés pour lui venir en aide et qui solidifieront l'amitié entre les deux clubs[49].

Grâce aux liens qui se sont noués entre les supporters de La Haye et ceux de la Juventus à la fin des années 1980[50], les Legioniści se rapprochent de leurs homologues italiens au début des années 2000[51]. Leur amitié devient officielle en 2005, et les différents groupes commencent alors à se donner rendez-vous pour afficher ensemble leurs couleurs au Kyocera Stadion ou au stade olympique de Turin, ou pour venir grossir le parcage alloué aux visiteurs dans de nombreux stades européens. Toutefois, en 2013, les supporters du Legia s'éloignent de ceux de la Juventus[52].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Notes :
  1. La date exacte, non conservée dans les archives, se situe entre le 5 et le 15 mars 1916.
  2. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  3. Le titre obtenu sportivement en 1993 lui a été retiré quelques mois plus tard, la fédération soupçonnant le club de corruption.
  4. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  5. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  6. En 1952, les deux équipes (réserve et professionnelle) du Legia sont engagées dans la compétition. L'équipe première est éliminée au cinquième tour, avant les quarts de finale ; toutefois, plusieurs de ses joueurs (les internationaux Józef Wieczorek, Zdzisław Bieniek et Wacław Sąsiadek par exemple[22]) viennent renforcer la réserve par la suite, comme cela est autorisé à l'époque dans les règlements.
  7. Le championnat polonais des moins de 19 ans est interrompu pendant la Seconde Guerre mondiale et jusqu'en 1953.
  8. Żyleta étant la traduction de « rasoir » en polonais.
  • Références :
  1. (pl) Communication sur le changement de propriétaire du Legia Varsovie sur legia.com, le 22 mars 2017.
  2. a et b (pl) « Aleksandar Vuković est l'entraîneur du Legia Varsovie jusqu'à la fin de la saison », sur polskieradio24.pl,
  3. (pl) Retour du blason historique du Legia sur legialive.pl, le 4 mai 2010.
  4. a b c et d Corentin Gastard, « Legia-Wisła, histoire d'un classique polonais », sur lepetitjournal.com,
  5. a et b (pl) « 14 ou 13 ? Combien de titres de champion possède la Legia Varsovie ? », sur konkret24.tvn24.pl,
  6. (pl) « Statistiques de la Coupe de Pologne », sur hppn.pl (consulté le 28 avril 2020)
  7. (pl) « Classement historique de l'Ekstraklasa », sur hppn.pl (consulté le 6 mai 2020)
  8. (pl) « Legia Varsovie - rivaux en championnat », sur hppn.pl (consulté le 6 mai 2020)
  9. a b et c (pl) Wojciech Bajak, « La rivalité des records », sur ekstraklasa.org,
  10. « Feuille de match Pogoń Lvov - Legia Varsovie », sur legia.net (consulté le 6 mai 2020)
  11. a et b « Le Legia Varsovie en coupe d'Europe », sur hppn.pl (consulté le 6 mai 2020)
  12. « Legia Varsovie - Histoire », sur footballdatabase.eu (consulté le 8 septembre 2020)
  13. (pl) « Zawodnicy Legii Warszawa », sur legia.net (consulté le 16 juin 2020)
  14. https://fr.metrotime.be/2019/04/02/news/ricardo-sa-pinto-demis-de-ses-fonctions-dentraineur-au-legia-varsovie/
  15. (pl) Le plus grand trésor du Legia sur rp.pl, le 13 mars 2011.
  16. (pl) « Bartosz Slisz joueur du Legia », sur 90minut.pl,
  17. (pl) « Équipe », sur legia.com (consulté le 21 août 2020)
  18. (pl) Match amical pour le Legia sur legionisci.com, le 4 juillet 2006
  19. a et b (pl) « Musée du Legia Varsovie - le seul endroit de ce type en Pologne », sur polskatimes.pl,
  20. a et b (pl) « Deux chances pour le Legia en Coupe de Pologne. La situation d'il y a 67 ans répétée. », sur eurosport.tvn24.pl,
  21. (pl) « Legia II Varsovie », sur 90minut.pl (consulté le 16 mars 2020)
  22. (pl) « Saison 1952 », sur legia.net (consulté le 17 mars 2020)
  23. (pl) « Liga od kuźni: Legia Varsovie », sur weszlo.com,
  24. (pl) Jakub Mieżejewski, « Transferts communistes du Legia », sur rfbl.pl,
  25. a et b (pl) « Succès », sur akademia.legia.com (consulté le 29 avril 2020)
  26. a et b Otar Giorgadze, « Une Ligue des champions pour les personnes amputées », sur fr.uefa.com,
  27. (pl) « Ligue des champions pour amputés : le Legia Varsovie sur le podium », sur sport.tvp.pl,
  28. (pl) Fluminense partenaire du Legia sur legia.com, le 19 mars 2013.
  29. (pl) Des transferts aux tournois sur legia.com, le 19 mars 2013.
  30. (pl) La Generali Deyna Cup en juillet à Łazienkowska sur legia.com, le 26 mai 2013.
  31. (pl) Raphael Augusto à Varsovie sur legia.com, le 21 juin 2013.
  32. (pl) Raphael Augusto prêté au Legia sur legia.com, le 24 juin 2013.
  33. (pl) Le Legia et le Zagłębie se sont associés sur legia.com, le 17 juin 2013.
  34. a et b (pl) Histoire de l'amitié Zagłębie – Legia sur legionisci.com, le 24 août 2007.
  35. a b et c « Dossier : La brûlante żyleta », sur demivolee.com,
  36. « Le Legia sanctionné pour son tifo sur la révolte de Varsovie », sur sofoot.com,
  37. « Vidéo : le tifo anti-UEFA des supporters du Legia Varsovie », sur francefootball.fr,
  38. (pl) « Nieznani Sprawcy - nouveau groupe ultra », sur legia.net,
  39. a et b (pl) « 264 tifos en 15 ans d'activité des NS », sur legionisci.com,
  40. (pl) Konrad Ferszter, « 10 ans de "Sen o Warszawie" au Legia », sur legia.sport.pl,
  41. a et b (pl) Janusz Partyka, « 16e anniversaire de "Sen o Warszawie" à Ł3 », sur legia.com,
  42. « Foot : violents affrontements en Pologne », sur europe1.fr,
  43. (pl) « Aujourd'hui, commémoration de la mort de Ludwik Sobolewski », sur lodz.naszemiasto.pl,
  44. (pl) « Les cinq matchs Legia - Widzew les plus spectaculaires », sur natemat.pl,
  45. a et b (pl) Michał Niklas, « Lech Poznań et Legia Varsovie - l'histoire de la haine », sur igol.pl,
  46. (pl) Grzegorz Ignatowski, « L'histoire d'une rivalité, ou pourquoi Lech et Legia sont sur le chemin de la guerre », sur gol24.pl,
  47. (pl) L'alliance avec le Pogoń se reforme sur legionisci.com, le 28 octobre 2009.
  48. (pl) Pourquoi le consentement Legia – Pogoń est-il tombé ? sur ekstraklasa.net, le 29 septembre 2013.
  49. a et b (pl) Quelques mots sur Wojtek Wisiński sur legia.net, le 9 octobre 2010.
  50. (nl) « ADO Den Haag- en Juventus-fans vieren 25-jarig vriendschapsband », sur omroepwest.nl,
  51. (pl) Les amis de la Juve sur juvepoland.com, le 7 novembre 2008.
  52. (pl) Fin du consentement Legia - Juventus sur kibice.net, le 2 novembre 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]