Piémontais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

piémontais
Lenga piemontèisa
Pays Italie
Région Piémont
Originaire de Piémont, Lombardie et Aoste
Nombre de locuteurs environ 2 000 000
Typologie Langue SVO et langue syllabique
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 roa
ISO 639-3 pms
IETF pms
WALS itu
Glottolog piem1238

Le piémontais (autonyme : piemontèis, en italien : piemontese) est une langue parlée par plus de deux millions de locuteurs dans le Piémont, une région du nord-ouest de l'Italie. Le piémontais fait partie de l'ensemble linguistique gallo-italique (avec le lombard, l'émilien-romagnol, le ligure, et le gallo-italique de Basilicate et de Sicile) et se rattache au groupe occidental des langues romanes, comme le français, l'occitan, le francoprovençal et le catalan. Le piémontais est considéré comme une langue minoritaire distincte de l'italien par le Livre rouge de l'UNESCO[1].

Le piémontais était la langue maternelle des émigrés qui ont quitté le Piémont, au cours de la période 1850-1950, pour s'établir en France, en Argentine et en Uruguay.

Origines[modifier | modifier le code]

Les premiers documents en langue piémontaise, les sermones subalpini, datent du XIIe siècle, alors que la langue était encore très proche de l'occitan. Le piémontais littéraire s'est développé aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le piémontais n'a pas eu le succès littéraire du français ou de l'italien, autres langues utilisées au Piémont. Cependant, la littérature en piémontais n'a jamais connu d'interruption : elle comprend plusieurs genres : poésie, théâtre, roman et œuvres scientifiques.

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

Carte linguistique du piémontais

Comme ailleurs en Italie, l'italien standard, choisi comme langue officielle par les États de Savoie dès 1563, domine dans la communication quotidienne ; il est parlé par la population bien plus que le piémontais. L'usage de la langue piémontaise a été découragé tout d'abord par le Royaume d'Italie et, après la Seconde Guerre mondiale, officiellement pour éviter la discrimination contre les immigrés du Sud de l'Italie, nombreux, surtout à Turin.

En 2004, le piémontais a été reconnu comme langue régionale du Piémont par le Conseil régional (assemblée législative régionale élue), mais il ne bénéficie d'aucune reconnaissance de la part du gouvernement central italien. En principe, le piémontais peut être enseigné aux enfants à l'école, mais dans la pratique cela est peu fréquent.

Au cours de la dernière décennie, l'on a publié du matériel pédagogique ainsi que des revues destinées au grand public. Des cours pour les adultes déjà sortis du système scolaire ont été organisés pour rattraper le temps perdu. Malgré ces progrès, la situation actuelle du piémontais reste préoccupante; selon une enquête récente[2], au cours des 150 dernières années, le pourcentage de personnes capables d'écrire en piémontais a diminué et n'est plus désormais que de 2 % de la population. En revanche, la même enquête a montré que le piémontais est toujours parlé par plus de la moitié de la population, à côté de l'italien. Ce résultat est confirmé par des sources, qui évaluent le nombre de locuteurs entre 2 (Assimil[3]) et 3 millions (Ethnologue.com[4]) sur une population totale de 4,2 millions d'habitants. Les efforts entrepris pour obtenir la reconnaissance du piémontais comme l'une des langues officielles des Jeux olympiques d'hiver 2006 de Turin ont échoué.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Parmi les caractéristiques les plus remarquables de la langue piémontaise, on peut citer notamment :

  1. La présence de pronoms verbaux, qui donnent à la phrase piémontaise la forme suivante : (sujet) + pronom verbal + verbe, comme en mi i von (« moi, je vais »). Les pronoms verbaux sont absents uniquement à l'impératif et dans la forme piémontaise.[Quoi ?]
  2. La forme agglutinante des pronoms verbaux, qui peuvent se lier aux particules datives et locatives (a-i é [il y a], i-j diso [je lui dis])
  3. La diphtongue latine [o] évolue vers [u] comme dans les langues française, occitane, romanche et les autres langues gallo-italiques. Comme en français, la voyelle [u] en latin évolue en [y] et le graphème ‹ eu › représente le phonème [ø].
  4. La forme interrogative, qui utilise l'inversion du sujet et du verbe : Veus-to? « Veux-tu ? ».
  5. L'absence de nombres ordinaux, à partir du chiffre sept : pour « septième » on dit Col che a fà set « Celui qui fait sept ».
  6. La présence simultanée de trois interjections affirmatives, c'est-à-dire de trois façons pour dire « oui » : Si, sè (de la forme latine sic est, comme en italien) ; é (du latin est ; òj (du hoc est, comme en occitan, ou peut-être illud est, comme en francoprovençal et en français.
  7. La présence du groupe consonantique [st͡ʃ ], noté ‹ sc + V › (V étant une voyelle).
  8. La présence de la voyelle moyenne centrale [ə], notée à l'aide du graphème ‹ ë ›.
  9. L'absence de consonnes géminées comme en italien.
  10. L'ajout d'un schwa ([ə]) prosthétique, qui est intercalé quand deux consonnes se rencontrent pour faciliter la prononciation : stèila (« étoile ») devient set ëstèile (« sept étoiles »).

Le piémontais possède divers dialectes, lesquels peuvent différer assez fortement de la forme standard régionale. Ces variations concernent non seulement la grammaire mais se traduisent aussi par une grande variété lexicale, certaines régions ayant conservé des mots d'origine germanique hérités des langues parlées par les Francs et les Lombards. On trouve aussi des apports lexicaux de plusieurs autres langues, y compris des langues maghrébines, mais la plupart des emprunts les plus récents proviennent de France.

Alphabet[modifier | modifier le code]

Le piémontais est écrit avec une variété de l'alphabet latin. Les lettres et leurs équivalents IPA sont présentés dans le tableau suivant.

Graphèmes Phonèmes Prononciation en français
A, a /a/ /ɑ/ (a, â)
B, b /b/ (b)
C, c /k/ /t͡ʃ/ devant (a, o, u) comme en français, devant (e, i) (tch), pour former le phonème (tch) devant (a, o), ajoutez un (i).
CH, ch /k/ le graphème (ch) est utilisé devant (e, i) pour former le phonème /k/ prononcé (que), (qui) en français.
D, d /d/ (d)
E, e /e/ (é, æ, œ)
È, è /ɛ/ (è, ê, ei)
Ë, ë /ə/ (e)
EU, eu /ø/ (eu, œu)
F, f /f/ (f, ph)
G, g /g/ /ʒ/ comme en français devant (a, o, u) /g/, ge, gi devant (e, i)
GH, gh /g/ le graphème (gh) est utilisé devant (e, i) pour former le phonème /g/ devant (e, i) prononcé en français (gue, gui).
GN, gn /ɲ/ (gn)
GLI, gli /ʎ/ Ce phonème n’existe pas en français mais ressemble au (gli) en italien.
H, h comme en français la lettre (h) n'est pas prononcée.
I, i /i/ (i)
J, j /j/ comme (y) en français ou aussi (il).
L, l /l/ (l)
M, m /m/ (m)
N, n /n/ /ŋ/ (n) (ng)
O, o /u/ /ʊ/ /w/ comme le (ou) en français.
Ò, ò /ɔ/ (o, ô)
P, p /p/ (p)
Q, q /k/ (q)
R, r /r/ /ɺ/ Ces phonèmes n'existent pas en français mais ils se prononcent comme le (r) en anglais ou le (rr) en espagnol.
S, s /s/ /z/ (s)
S-C, s-c /s-t͡ʃ/ (stch)
T, t /t/ (t)
U, u /y/ comme le (u) en français.
V, v /v/ /w/ (v) dans certains cas, est prononcé (ou).
Z, z /z/ (z)

Nombres en piémontais[modifier | modifier le code]

Nombre Piémontais Nombre Piémontais
1 un 30 tranta
2 doi 40 quaranta
3 tre 50 sinquanta
4 catr 60 sessanta
5 sinch 70 stanta
6 ses 80 otanta
7 set 90 novanta
8 eut 100 sent
9 neuv 101 sent e un
10 des 200 dosent
11 óndes 300 tërsent
12 dódes 400 quatsent
13 tërdes 500 sinchsent
14 quatòrdes 600 sessent
15 quìndes 700 setsent
16 sëddes 800 eutsent
17 disset 900 neuvsent
18 disdeut 1000 mila
19 disneuv 1007 mila e set
20 vint

Comparaison[modifier | modifier le code]

Piémontais Italien Français Catalan Nissart (graphie mistralienne/graphie classique)
cadrega sedia chaise cadira cadièra
pijé prendere prendre prendre piha/pilhar
seurte uscire sortir sortir sourti/sortir
travajé lavorare travailler treballar travaia/travalhar
droché/casché/tombé cadere tomber caure toumba/tombar
ratavolòira pipistrello chauve-souris ratapenyada ratapignata/ratapinhata
meison casa maison casa oustau/ostau
brass braccio bras braç bras/braç
nùmer numero nombre nombre noumbre/nombre
pom mela pomme poma pouma/poma
scòla scuola école escola escola/escòla
bòsch legno bois llenya bouosc/bòsc
monsù signore monsieur senyor mounsu/mossur
madama signora madame senyora dona
istà estate été estiu (istiu dans certaines régions) estiu
ancheuj oggi aujourd'hui avui ancuèi
dman domani demain demà deman
jer ieri hier ahir ièr
lùnes lunedì lundi dilluns dilun ou lun/diluns
màrtes martedì mardi dimarts dimars ou mars/dimarts
mèrcol/merco mercoledì mercredi dimecres dimècres/dimecres
giòbia giovedì jeudi dijous dijòus
vënner venerdì vendredi divendres divèndres/divendres
saba sabato samedi dissabte dissata ou sata/dissabta
dumìnica domenica dimanche diumenge diménegue

Ressemblances entre le piémontais et le français et ses différences avec l’italien[modifier | modifier le code]

Piémontais Français Italien
Aleman allemand tedesco
Abimé abimer sommergere
Adress adresse indirizzo
Amusé amuser divertire
Ambrassé embrasser abbracciare
Anlevé enlever allevare
Anviron environ circa
Antamné entamer incominciare
Anvìa envie voglia
Ancheuj aujourd'hui oggi
Apress après dopo
Aragn araignée ragno
Arlev relève ricambio
Arsòrt ressort molla
Articiòch artichaut carciofo
As as hanno
Asard hasard caso
Atrapé attraper prendere
Assiëtta assiette piatto
Assè assez abbastanza
Avion avion aereo
Bajé bailler sbadigliare
Bassin bassin bacinella
Becheria boucherie macelleria
Bërgé berger pastore
Biso bijou gioiello
Blaga blague scherzo
But but scopo
Boita boîte scatola
Bòsch bois legno
Brisé briser rompere
Bogé bouger muovere
Bonet bonnet cappello
Bòneur bonheur felicità
Car car perché
Cassé casser rompere
Caté acheter comprare
Camion camion autocarro
Campé camper buttare
Cadò cadeau regalo
Cadrega chaise sedia
Chité quitter lasciare
Chèr char carro
Chen-a chaîne catena
Ciat chat gatto
Ciresa cerise ciliegia
Clavié clavier tastiera
Còfo coffre forziere
Còrbela corbeille cesto
Cotin cotillon gonna
Crajon crayon matita
Cress crèche asilo nido
Cogé coucher coricare
Complent complaint lamentazione
Darmage dommage danno
Dëscrocé décrocher sganciare
Dësrangé déranger disturbare
Dont dont di cui/del quale
Dròlo drôle strano
Drapò drapeau bandiera
Scran écran schermo
Euvra œuvre opera
Eva eau acqua
Fat fade insipido
Fasson façon modo
Folar foulard fazzoletto da collo
Fusëtta fusée missile
Lapìn lapin coniglio
Lingeria lingerie biancheria
Logé loger alloggiare
Gravé graver imprimere
Grimassa grimace smorfia
Làit lait latte
Lerma larme lacrima
Lésa luge slitta
Madama madame signora
Marié marier sposare
Mèis mois mese
Menage menage gestione
Mersi merci grazie
Miràj miroir specchio
Minusié menuisier falegname
Mitoné mitonner cuocere a fuoco lento
Meison maison casa
Mucioar mouchoir fazzoletto
Monsù monsieur signore
Mojen moyen mezzo
Monté monter salire
Mossé mousser spumare
Mòt mot parola
Novod neveu nipote
Ój oui se
Ordinator ordinateur computer
Parpajon papillon farfalla
Partagé partager spartire
Parèj pareil così
Papé papier carta
Pie pie gazza ladra
Planeur planeur aliante
Plenta plainte querela
Pois pois pisello
Pom pomme mela
Possé pousser spingere
Pròce proche vicino
Rainura rayure graffio
Rangé arranger aggiustare
Ravin ravin burrone
Regret regret dispiacere
Rèid raid rigido
Ridò rideau tenda
Roa roue ruota
Sabòt sabot zoccolo
Sagrin chagrin preoccupazione
Safeur chauffeur autista
Salada salade insalata
Sapin sapin abete
Salòp sale sporco
Spurì pourri appassito/marcio
Soagné soigner curare
Seurte sortir uscire
Strop troupeau gregge/mandria
Stagera étagere scaffale
Sombr sombre scuro
Tasté tâter assaggiare
Tèit toit tetto
Tisòire cisoire forbici
Tramblé trembler tremare
Travajé travailler lavorare
Tricoté tricoter lavorare a maglia
Tomatica tomate pomodoro
Tombé tomber cadere
Utiss outil attrezzo
Vila ville città
Vitura voiture auto
Zibié gibier selvaggina

Notre Père en Piémontais[modifier | modifier le code]

Nòstr Pare, ch'it ses ant ij Cej,

ch'a sia santificà tò nòm,
ch'a ven-a tò règn,
ch'as fasa toa volontà,
come 'n cel parèj an terra.
Dane nòstr pan cotidian,
e përdon-ne ij nòstri débit,
come noi i-j përdonoma ai nòstri debitor.
E fane nen tombé an tentassion,
ma liber-ne dal mal, amen.

Notre père qui es dans les cieux,

que ton nom soit sanctifié,
vienne ton règne,
que ta volonté soit faite,
sur terre comme au ciel.
Donne-nous notre pain quotidien
et pardonner nos dettes,
comment nous pardonnons à nos débiteurs.
Ne nous laissez pas tomber dans la tentation,
mais délivre-nous du mal, amen.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.unesco.org/culture/languages-atlas/fr/atlasmap/language-id-399.html
  2. Connaissance et usage de la langue piémontaise dans la ville et la province de Turin: une enquête conduite par Euromarket, une société de recherches de Turin pour le parti politique Riformisti per l'Ulivo au sein du Parlement régional piémontais en 2003 (en italien).
  3. Assimil, F.RUBAT BOREL, M.TOSCO, V. BERTOLINO, Il Piemontese in Tasca, cours élémentaire et guide de conversation en langue piémontaise publié par Assimil Italia, 2006, (ISBN 88-86968-54-X).[réf. à confirmer]
  4. (en) Fiche langue[pms]dans la base de données linguistique Ethnologue.[réf. à confirmer]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]