Équipe de Turquie de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Équipe de Turquie de football
Écusson de l'Équipe de Turquie de football
Généralités
Confédération UEFA
Emblème Étoile et croissant
Couleurs Rouge et blanc
Surnom Ay-Yıldızlılar[1]
Classement FIFA en augmentation 39e (21 octobre 2021)[2]
Personnalités
Sélectionneur Stefan Kuntz
Capitaine Burak Yilmaz
Plus sélectionné Rüştü Reçber (120)
Meilleur buteur Hakan Şükür (51)
Rencontres officielles historiques
Premier match
(Drapeau de la Roumanie Roumanie, 2-2)
Plus large victoire 7-0, Drapeau de la Syrie Syrie
()
7-0, Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
()
7-0, Drapeau de Saint-Marin Saint-Marin
()
Plus large défaite 0-8, Drapeau de la Pologne Pologne ()
0-8, Drapeau de l'Angleterre Angleterre ()
0-8, Drapeau de l'Angleterre Angleterre ()
Palmarès
Coupe du monde Phases finales : 2
Médaille de bronze, Coupe du Monde 3e en 2002
Championnat d'Europe Phases finales : 5
Demi-finaliste en 2008
Ligue des nations Phases finales : 0
Coupe des confédérations Phases finales : 1
Médaille de bronze, monde 3e en 2003

Maillots

Kit left arm tur20H.png
Kit body tur20H.png
Kit right arm tur20H.png
Kit shorts nikefootballredlogo.png
Kit socks tur20H.png
Domicile
Kit left arm tur20A.png
Kit body tur20A.png
Kit right arm tur20A.png
Kit shorts tur20A.png
Kit socks tur20Al.png
Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
Groupe G des éliminatoires de la zone Europe de la Coupe du monde de football 2022

L'équipe de Turquie de football (Türkiye Millî Futbol Takımı en turc) est l'équipe nationale qui représente la Turquie dans les compétitions internationales masculines de football, sous l'égide de la Fédération de Turquie de football (TFF). Elle consiste en une sélection des meilleurs joueurs turcs.

Jusqu'aux années 1990, la Turquie se qualifie rarement pour les phases finales des grandes compétitions. Elle connaît une période dorée en atteignant les quarts de finale de l'Euro 2000 et en terminant, surtout, à la 3e place lors de la Coupe du monde 2002, en battant lors de la petite finale la Corée du Sud, sélection hôte. Après plusieurs échecs en qualification, la Turquie réalise un nouveau parcours marquant en atteignant les demi-finales de l'Euro 2008 sous la direction de l'emblématique Fatih Terim.

Repères historiques[modifier | modifier le code]

Les débuts de la Turquie[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'une scène d'un match de football. Un joueur s'apprête à tirer.
L'équipe de Turquie en 1932, contre la Hongrie B (1-4).

La naissance de la Turquie a eu lieu en 1923, sur les ruines de l'Empire ottoman. La fédération nationale de Turquie (Türkiye Futbol Federasyonu) est aussi fondée en 1923. Cette même année, elle est également affiliée à la FIFA. Son premier match officiel a lieu le , contre la Roumanie. Le match se solde par une égalité deux buts partout[3]. La Turquie est d'abord affiliée dès sa création en 1954 à la Confédération asiatique de football (AFC) avant de rejoindre ultérieurement l'UEFA.

Premières qualifications en coupe du monde[modifier | modifier le code]

Une qualification abandonnée[modifier | modifier le code]

Ayant brillamment obtenu sur le terrain sa qualification pour sa première Coupe du monde de football en 1950 au Brésil, la Turquie a dû déclarer forfait pour cette édition en raison d'importantes difficultés financières.

La Turquie à la Coupe du monde de football de 1954[modifier | modifier le code]

La Turquie réussit à nouveau à se qualifier pour sa première Coupe du monde de football en 1954 en Suisse. À égalité avec l'Espagne et ne pouvant se départager lors du match d'appui, la Turquie se qualifie à la suite d'un tirage au sort. Au sein de cette compétition, la Turquie subit une défaite contre le futur champion du monde, la République fédérale d'Allemagne (RFA), sur le score de 4 buts à 1. Mais la plus large victoire de la Turquie fut enregistrée dans cette Coupe du monde, contre la Corée du Sud, le , sur le score de 7 buts à 0. Mais les Turcs sont éliminés de la compétition lors du premier tour. Ils se qualifieront 48 ans après pour leur seconde et dernière participation à la Coupe du monde.

À la recherche d'une équipe nationale puissante[modifier | modifier le code]

La Turquie est membre de l'UEFA depuis 1962, après huit années au sein de l’AFC. Durant cette période de 1954 à 1996, elle n’a pas réussi à se qualifier pour une compétition internationale et elle enregistra même sa plus large défaite. Le , la Turquie accueille l’Angleterre et le match se solda, pour la Turquie, par une défaite 8 buts à 3. L’Euro 1996 permet à la Turquie de refaire surface sur le plan international.

Apogée (1996–2003)[modifier | modifier le code]

L'équipe de Turquie sur un timbre azerbaïdjanais pour la Coupe du monde 2002.

L'équipe nationale connaît ses meilleures années entre 1996 et 2003, se qualifiant consécutivement pour les Championnats d'Europe 1996 et 2000 et pour la Coupe du monde 2002. Après leur première participation à l'Euro 1996 (éliminée au premier tour), elle avait réalisé son meilleur parcours dans cette compétition lors de l'Euro 2000 (avant d'arriver en demi-finale lors de l'Euro 2008). Après avoir sorti la Belgique chez elle (2–0, doublé d'Hakan Şükür) au premier tour, les Turcs s'arrêtent en quarts de finale face au Portugal (2–0). Mais ce que l’on retient est surtout le superbe parcours lors de la coupe du monde de 2002 en Corée et au Japon. L'équipe turque n’avait pas réussi lors de sa première participation à une phase finale de coupe du monde, la seconde sera nettement plus brillante. Dès leur premier match de poule, les Turcs font impression en menant face au Brésil, avant de s'incliner de justesse. Ils font ensuite match nul 1–1, contre le Costa Rica puis obtiennent la qualification pour les huitièmes de finale en battant la Chine (3–0). Opposé en huitièmes de finale à l'un des pays organisateurs, le Japon, ils s'imposent 1–0. Puis encore 1–0 (grâce à un but en or de Ilhan Mansiz) en quart de finale face à la surprise du tournoi, le Sénégal, tombeur de la France championne en titre. Les Turcs retrouvent alors le Brésil en demi-finale. Ils doivent s'incliner (1–0) mais décrochent ensuite la troisième place face à l'autre pays organisateur, la Corée du Sud (3–2). Ces bonnes prestations et cette montée en puissance dans le football mondial valent à la Turquie une invitation à la Coupe des confédérations en 2003, compétition où la Turquie confirme son nouveau « statut », terminant troisième du tournoi et en éliminant, au passage, le Brésil. Cette période d’apogée du football turc a placé l'équipe nationale parmi les équipes qui comptent dans le football européen et mondial.

Échecs en barrages (2004–2006)[modifier | modifier le code]

Depuis la Coupe des confédérations 2003, la Turquie ne se qualifie plus pour une compétition internationale. Les Turcs redescendent de leur nuage, lors des éliminatoires de l'Euro 2004, où ils sont éliminés par la surprenante Lettonie, en matchs de barrage (0–1 puis 2–2). Ils ne parviennent pas non plus à se qualifier pour la Coupe du monde 2006 en Allemagne, éliminés de nouveau en matches de barrage face aux Suisses (2–0 à l’aller pour les Suisses, 4–2 au retour pour les Turcs mais, à égalité de points et de buts, les deux buts marqués à l’extérieur qualifient la Suisse). Le match retour s'achève dans la confusion avec des bagarres entre joueurs après la rencontre et notamment des agressions contre les joueurs suisses.[4]

L'Euro 2008[modifier | modifier le code]

Les Turcs se qualifient pour l'Euro 2008. Lors de la phase qualificative ils se retrouvent dans le groupe du tenant du titre, la Grèce. Les Turcs terminent second, derrière celle-ci, devançant la Norvège. Pour l'Euro 2008, la Turquie tombe dans le groupe A, composée d’un des deux pays organisateurs, la Suisse, puis le finaliste du dernier championnat d’Europe, le Portugal, et l'ancien finaliste en 1996 et demi-finaliste en 2004, la République tchèque. Fatih Terim a surpris de nombreux observateurs et s'est attiré de vives critiques en remaniant profondément son équipe avant le début de la phase finale[5]. Il a ainsi choisi de ne pas sélectionner l'attaquant vedette Hakan Şükür ou Yıldıray Baştürk et d'appeler de jeunes joueurs dont certains comme les attaquants Mevlüt Erding, Colin Kazim-Richards ou Semih Şentürk n'avaient quasiment pas joué pour l'équipe nationale avant l'Euro 2008[6].

La Turquie entame la compétition par une défaite contre le Portugal (2–0), puis gagne son match contre l'un des pays organisateurs, la Suisse (2–1) après avoir dans un premier temps concédé l'ouverture du score helvète. Lors du dernier match de poule contre la République tchèque, la Turquie est menée 2–0 mais parvient à se qualifier pour les quarts de finale en remportant le match 3–2, ils terminent deuxièmes de leur groupe derrière le Portugal. Qualifiée pour les quarts de finale, contre la Croatie, elle l'emporte 3–1 aux tirs au but après avoir fait 1–1 après prolongations en concédant l'ouverture du score d'Ivan Klasnic à la 119e minute mais Semih Sentürk réussit à égaliser dans la toute dernière seconde des prolongations (119 min 59 s). En demi-finale, la Turquie rencontre l'Allemagne. La Turquie ouvre le score avec Uğur Boral à la 22e minute de jeu, l'Allemagne égalisant à la 26e minute par Bastian Schweinsteiger. En deuxième période, l'Allemagne marque un but par Miroslav Klose à la 79e minute et mène au score (2–1). La Turquie revient au score par un but de Semih Senturk (86e minute). Cependant, l'Allemagne marque de nouveau à la 90e minute par Philipp Lahm. Elle remporte ce match 3–2 et se qualifie pour la finale de la compétition. Durant cette compétition, la Turquie a beaucoup impressionné, surtout pour ses renversements de situation contre la Suisse, la République tchèque et la Croatie, et bien qu'ayant beaucoup de blessés et de suspendus, elle a montré sa capacité à déjouer les pronostics.

Échecs lors des éliminatoires (2008–2014)[modifier | modifier le code]

La Turquie se retrouve pour les phases éliminatoires de la coupe du monde de 2010 face à l'Espagne, la Belgique, l'Arménie, la Bosnie-Herzégovine et l'Estonie, confiante de son excellent parcours lors de l'Euro 2008. Elle commence bien les éliminatoires en s'imposant 2 à 0 face à l'Arménie grâce à un but de Semih Şentürk et de Tuncay Şanlı, démarrant 1er de son groupe. Les matchs suivants permettront de savoir si la Turquie peut compter sur l'effet de la coupe du monde de 2002 lors de son éventuelle qualification. Mais l'équipe n'ira pas à cette coupe du monde finissant 3e de son groupe en faveur d'une impressionnante équipe de Bosnie-Herzégovine.

La Turquie se retrouve dans le groupe A avec l'Allemagne, la Belgique, l'Autriche, le Kazakhstan et l'Azerbaïdjan. Elle débute de la meilleure des façons les éliminatoires avec une victoire 3 à 0 contre le Kazakhstan avec un but magnifique de Hamit Altintop (But de l'année 2010), puis une victoire 3 à 2 contre l'équipe de la Belgique. Elle atteint en finissant deuxième, derrière l'imbattable équipe allemande. Ils ont dû attendre la dernière journée, le , pour confirmer leur qualification pour les barrages, car l'équipe de Belgique les talonnaient, jusqu'à leur défaite 1–3 contre les Allemands. Lors des barrages, la Turquie affronte la Croatie. Le match aller se déroule le à Istanbul. Lors du match, les Turcs subissent une large défaite sur le score de 3–0. Les chances étant très maigres pour la qualification, Guus Hiddink décide d'aligner une équipe composée en grande partie par des jeunes. Le score est de 0–0 et la Turquie ne se qualifie pas pour l'Euro 2012.

Après l'échec pour la qualification à l'Euro 2012, la fédération turque décide de se séparer de Guus Hiddink contre une lourde indemnité. Abdullah Avcı prend donc la tête de la sélection qui a comme objectif la qualification pour la prochaine Coupe du monde en 2014. Pour son premier match en tant que nouvel entraîneur, Abdullah Avcı appelle un grand nombre de jeunes joueurs et laisse sur la touche certains cadres (Volkan Demirel, Emre Belözoğlu, Hakan Balta…). La Turquie affronte la Slovaquie en match amical et s'incline 2–1 à domicile. Entre le 24 mai et le 5 juin, la Turquie décide de faire une série de cinq matchs amicaux. Les cadres sont rappelés tandis que les jeunes sont aussi conservés. Pour le premier match de cette longue série, les Turcs affrontent la Géorgie et s'imposent facilement (3–1). Deux jours plus tard, les Turcs replongent en s'inclinant face à la Finlande (2–3). Elle s'impose contre la Bulgarie (2–0) et se prépare à défier le Portugal. Les Turcs décrochent une victoire surprise à Lisbonne (3–1). Pour leur dernier match, ils sont opposés à l'Ukraine et remportent leur dernier match (2–0).

Pour leur premier match dans le groupe de qualification, les Turcs s'inclinent logiquement aux Pays-Bas (0–2), grand favori du groupe. Ils se reprennent bien en s'imposant quatre jours plus tard à domicile face à l'Estonie (3–0). Un mois plus tard, les Turcs reçoivent les roumains pour un match décisif pour la deuxième place du groupe. La Turquie s'incline finalement (0–1) et la qualification pour la Coupe du monde est déjà remise en doute par de nombreux observateurs. Quelques jours plus tard, les joueurs se déplacent en Hongrie et une victoire est impérative pour espérer la qualification. Les Turcs s'inclinent (1–3) et replongent au fond du trou.

Une qualification inespérée à l'Euro 2016 (2014–2016)[modifier | modifier le code]

L’équipe de Turquie de football (2016)

Pour cette phase de qualification au Championnat d'Europe, la Turquie se retrouve dans le Groupe A en compagnie des Pays-Bas, grands favoris après leur troisième place au mondial 2014, de l'Islande, de la République tchèque, du Kazakhstan et de la Lettonie.

La Turquie commence ces éliminatoires avec deux défaites en autant de rencontres, 3 à 0 en Islande et 2–1 face à la République tchèque n'obtenant son premier point qu'à l'issue du troisième match face à la Lettonie. Ce n'est que lors du quatrième match, face au Kazakhstan, que la sélection turque obtient sa première victoire sur le score de 3–1. Pour son cinquième match, la Turquie ramène un point encourageant obtenu en déplacement aux Pays-Bas. Le , elle s'impose difficilement face au Kazakhstan (1–0), mais le , elle est tenue en échec par la Lettonie à l'issue d'un match qualifié de décevant. Dos au mur, les Turcs se retrouvent dans une situation difficile pour espérer se qualifier à l'Euro. Cependant la Turquie crée la surprise en s'imposant 3–0, face à une équipe des Pays-Bas, il est vrai elle aussi dans une période difficile[7]. Le , les Turcs s'imposent 2 à 0 contre la République tchèque. Le , la Turquie se qualifie grâce à un but de Selçuk Inan en battant l'Islande sur le score de 1–0 [8].

La Turquie finit troisième de son groupe, derrière l'Islande et la République tchèque, mais se qualifie en tant que meilleure troisième[9].

Lors de l'Euro 2016, La Turquie se retrouve dans le groupe de l'Espagne, de la Croatie, et de la République Tchèque. Elle perd d'entrée face à la Croatie (0–1) avant d'être lourdement battue par la Roja (0–3). Elle parvient à gagner leur duel face à la République Tchèque pour leur prendre la troisième place du groupe, potentiellement qualificative. Toutefois, le , la sélection turque est éliminée de l'Euro en tant que moins bon troisième, en raison d'une moins bonne différence de buts par rapport au Portugal et l'Irlande du Nord.

Un échec encore (2016–2018)[modifier | modifier le code]

Avec un effectif plus jeune et moins expérimenté, La Turquie n'arrive toujours pas à se qualifier pour la Coupe du monde 2018, elle finit quatrième de son groupe derrière l'Islande (premier), la Croatie et l'Ukraine, malgré une victoire face aux Croates (1–0) mais des défaites affligeantes contre l'Islande (2–0 puis 0–3) et contre l'Ukraine (2–2 puis 2–0).

La qualification et la déception (2018–)[modifier | modifier le code]

Les qualifications pour l'Euro 2020 commence bien, une défense complètement changé et rajeunie et une charnière composée de Merih Demiral (19 ans) de la Juventus Turin et de Caglar Soyuncu (21 ans). Le premier match est gagné à l’extérieur contre l'Albanie (0–2) puis face à la Moldavie à domicile (4–0). Les Turcs battent la France, championne du monde en titre, à Konya 2–0 sur des buts de Kaan Ayhan et de Cengiz Under. Ils perdent ensuite 2–1 contre l'Islande mais se reprennent contre Andorre en Turquie grâce à un but inscrit en toute fin de match (1–0).

Pour les matchs retours, les Millis battent La Moldavie (4–0), l'Albanie sur la fin de match (1–0) puis tiennent au Stade de France (1–1) et contre l'Islande (0–0). Pour finir ils gagnent contre Andorre (2–0) avec un doublé du jeune Enes Unal.

La Turquie finit deuxième de son groupe derrière la France et se qualifie pour l'Euro 2021, décalé d'un an du fait de la pandémie de Covid-19. Ils seront dans le groupe A avec l'Italie, la Suisse et le Pays de Galles.

Lors de la première édition de Ligue des nations, la Turquie figure dans le groupe 2 de la Ligue B et finit dernière avec un seul succès (3-2 en Suède après avoir été mené 2-0) et trois revers, mais voit sa relégation en Ligue C annulée du fait du changement de format décidé ultérieurement par l'UEFA. Mais lors de l'édition 2020-2021, où elle figure dans le groupe 3, la Turquie compte le même nombre de points que la Serbie mais une différence de buts particulière défavorable en raison du but à l'extérieur lors des confrontations directes (nul 0-0 à l'extérieur à l'aller, 2-2 à domicile au retour) et ne peut éviter une fois de plus la dernière place avec une victoire (3-2 à domicile contre la Russie qu'elle avait déjà affrontée lors de la précédente édition), trois nuls (1-1 en Russie et deux contre la Serbie donc) ainsi que deux défaites (à chaque fois contre la Hongrie qui a fini première du groupe et promue en Ligue A), synonyme de relégation en Ligue C pour l'édition suivante.

À l'Euro 2021, la Turquie entre dans la compétition avec un statut d'outsider[10],[11]. Cependant, elle déçoit fortement et enchaîne 3 défaites consécutives en poules contre l'Italie, futur vainqueur de la compétition et qui évoluait à domicile, en match d'ouverture (0-3), le Pays de Galles (0-2) et la Suisse (1-3), ce qui lui vaut une dernière place de groupe synonyme d'élimination.

Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

Effectif choisi par Şenol Güneş pour participer à l'Euro 2020.

Équipe de Turquie de football au Championnat d'Europe 2020
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
1 G Günok, MertMert Günok 11 928 1/3/1989 (32 ans) 22 0 Istanbul Başakşehir 2012
12 G Bayındır, AltayAltay Bayındır 8 597 14/4/1998 (23 ans) 1 0 Fenerbahçe SK 2021
23 G Çakır, UğurcanUğurcan Çakır 9 336 5/4/1996 (25 ans) 8 0 Trabzonspor 2019
2 D Çelik, ZekiZeki Çelik 9 018 17/2/1997 (24 ans) 20 2 LOSC Lille 2018
3 D Demiral, MerihMerih Demiral 8 637 5/3/1998 (23 ans) 21 0 Juventus FC 2018
4 D Söyüncü, ÇağlarÇağlar Söyüncü 9 288 23/5/1996 (25 ans) 35 2 Leicester City 2016
13 D Meraş, UmutUmut Meraş 9 443 20/12/1995 (25 ans) 13 0 Le Havre AC 2019
15 D Kabak, OzanOzan Kabak 7 886 25/3/2000 (21 ans) 12 0 Liverpool FC 2019
18 D Yılmaz, RıdvanRıdvan Yılmaz 7 464 21/5/2001 (20 ans) 2 0 Beşiktaş JK 2021
22 D Ayhan, KaanKaan Ayhan 9 848 10/11/1994 (26 ans) 37 4 US Sassuolo 2016
25 D Müldür, MertMert Müldür 8 243 3/4/1999 (22 ans) 8 0 US Sassuolo 2018
5 M Yokuşlu, OkayOkay Yokuşlu 10 094 9/3/1994 (27 ans) 34 1 Celta Vigo 2015
6 M Tufan, OzanOzan Tufan 9 715 23/3/1995 (26 ans) 60 9 Fenerbahçe SK 2014
8 M Toköz, DorukhanDorukhan Toköz 9 290 21/5/1996 (25 ans) 9 1 Beşiktaş JK 2019
10 M Çalhanoğlu, HakanHakan Çalhanoğlu 10 123 8/2/1994 (27 ans) 56 13 AC Milan 2013
14 M Antalyalı, TaylanTaylan Antalyalı 9 789 8/1/1995 (26 ans) 6 0 Galatasaray SK 2021
19 M Kökçü, OrkunOrkun Kökçü 7 607 29/12/2000 (20 ans) 6 0 Feyenoord Rotterdam 2020
20 M Ömür, AbdülkadirAbdülkadir Ömür 8 160 25/6/1999 (21 ans) 9 0 Trabzonspor 2019
21 M Kahveci, İrfanİrfan Kahveci 9 601 15/7/1995 (25 ans) 18 0 Fenerbahçe SK 2018
24 M Aktürkoğlu, KeremKerem Aktürkoğlu 8 407 21/10/1998 (22 ans) 1 0 Galatasaray SK 2021
26 M Dervişoğlu, HalilHalil Dervişoğlu 7 994 8/12/1999 (21 ans) 2 1 Galatasaray SK 2021
7 A Ünder, CengizCengiz Ünder 8 871 14/7/1997 (23 ans) 29 9 Leicester City 2016
9 A Karaman, KenanKenan Karaman 10 098 5/3/1994 (27 ans) 22 5 Fortuna Düsseldorf 2017
11 A Yazıcı, YusufYusuf Yazıcı 9 037 29/1/1997 (24 ans) 31 1 LOSC Lille 2017
16 A Ünal, EnesEnes Ünal 8 936 10/5/1997 (24 ans) 22 2 Getafe CF 2015
17 A Yılmaz, BurakBurak Yılmaz Capitaine 13 253 15/7/1985 (35 ans) 67 29 LOSC Lille 2006
Sélectionneur
Sélectionneur(s) adjoint(s)
  • Bayram Bektaş
  • Şeref Çiçek
  • Kerem Yavaş
Préparateur(s) physique(s)
  • Ömür Serdal Altunsöz
Entraîneur(s) des gardiens
  • Emrah Karakovan



Légende


Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Joueurs les plus capés[modifier | modifier le code]

Les joueurs en gras sont encore en activité.

Rüştü Reçber (à gauche), détient le record de sélections.

Le joueur le plus capé est l'ancien gardien de but Rüştü Reçber.

# Joueurs Carrière Sélections Buts
1 Rüştü Reçber 1994–2012 120 0
2 Hakan Şükür 1992–2007 112 51
3 Bülent Korkmaz 1990–2005 102 3
4 Emre Belözoğlu 2000–2020 101 9
5 Arda Turan 2006– 100 17
6 Tugay Kerimoğlu 1990–2007 94 2
7 Alpay Özalan 1995–2005 90 4
8 Hamit Altıntop 2004–2014 82 7
9 Mehmet Topal 2008– 81 2
10 Tuncay Şanlı 2002–2010 80 22

Meilleurs buteurs[modifier | modifier le code]

Les joueurs en gras sont encore en activité.

Hakan Şükür est le meilleur buteur de l'équipe turque avec 51 buts.
# Joueurs Carrière Sélections Buts Moyenne
1 Hakan Şükür 1992–2007 112 51 0.46
2 Burak Yılmaz 2006– 63 27 0.38
3 Tuncay Şanlı 2003–2010 80 22 0.28
4 Lefter Küçükandonyadis 1948–1963 46 21 0.46
5 Metin Oktay 1956–1968 36 19 0.53
Cemil Turan 1969–1979 44 19 0.43
Nihat Kahveci 2000–2011 68 19 0.28
8 Cenk Tosun 2013– 44 18 0.40
9 Arda Turan 2006– 100 17 0. 17
10 Zeki Rıza Sporel 1923–1932 16 15 0.94

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Şenol Güneş, le sélectionneur qui a mené la Turquie à la troisième place pendant la Coupe du Monde 2002
Fatih Terim entraîneur emblématique de la Turquie

Mise à jour le [12].

Sélectionneur Période Matchs Gagnés Nuls Perdus Gagnés %
Ali Sami Yen 1923 1 0 1 0 0.0
Billy Hunter 1924-1926 12 5 0 7 41.7
Bela Toth 1927-1932 8 2 1 5 25.0
Fred Pagnam 1932 3 0 1 2 0.0
James Donnelly 1936-1937 3 0 1 2 0.0
Ignác Molnár 1948 2 1 0 1 50.0
Ulvi Yenal 1948 2 1 0 1 50.0
Pat Molloy (1) 1948-1949 5 3 0 2 60.0
Cihat Arman (1) 1949 1 1 0 0 100.0
Pat Molloy (2) 1950-1951 2 1 0 1 50.0
Jimmy McCormick 1951 2 1 0 1 50.0
Rebii Erkal 1951 3 2 0 1 66.7
Sadri Usuoğlu 1952 2 0 1 1 0.0
Sandro Puppo (1) 1952-1954 9 3 2 4 33.3
Gündüz Kılıç 1954 1 0 0 1 0.0
Žarko Mihajlović 1955 2 0 2 0 0.0
Giovanni Varglien 1955-1956 5 2 0 3 16.7
Cihat Arman (2) 1956 2 0 2 0 0.0
László Székely 1957 4 2 1 1 50.0
Leandro Remondini 1958-1959 7 3 3 1 42.9
Ignác Molnár 1960 1 1 0 0 100.0
Sandro Puppo (2) 1960-1962 10 4 0 6 40.0
Şeref Görkey 1962 1 1 0 0 100.0
Ljubiša Spajić 1962 4 1 2 1 25.0
Sandro Puppo (3) 1963-1964 4 0 2 2 0.0
Cihat Arman (3) 1964 3 1 1 1 33.3
Sandro Puppo (4) 1965 4 0 0 4 0.0
Doğan Andaç 1965 2 1 1 0 50.0
Sandro Puppo (5) 1965-1966 5 1 2 2 20.0
Adnan Süvari 1966-1969 17 5 4 8 29.4
Abdullah Gegiç 1969 6 3 0 3 50.0
Cihat Arman (4) 1970-1971 6 1 1 4 16.7
Nicolae Petrescu 1971 1 1 0 0 100.0
Coşkun Özarı (1) 1972-1976 29 8 11 10 27.6
Doğan Andaç 1976 1 0 1 0 0.0
Metin Türel 1977-1978 13 2 1 10 15.4
Sabri Kiraz 1978-1980 12 5 1 6 41.7
Özkan Sümer 1980-1981 2 0 0 2 0.0
Fethi Demircan 1981 4 0 0 4 0.0
Coşkun Özarı (2) 1982-1984 17 5 2 10 29.4
Candan Tarhan 1984 5 1 1 3 20.0
Yılmaz Gökdel 1984-1985 3 1 1 1 33.3
Kálmán Mészöly 1985 2 0 1 1 0.0
Coşkun Özarı (3) 1985-1986 8 1 3 4 12.5
Mustafa Denizli (1) 1987 6 1 1 4 16.7
Tınaz Tırpan 1988-1989 11 5 1 5 45.5
Fatih Terim (1) 1990 1 0 0 1 0.0
Sepp Piontek 1990-1993 27 4 8 15 14.8
Fatih Terim (2) 1993-1996 33 17 8 8 51.5
Mustafa Denizli (2) 1996-2000 31 11 9 11 35.5
Şenol Güneş 2000-2004 50 23 13 14 46.0
Ünal Karaman 2004 1 0 1 0 0.0
Ersun Yanal 2004-2005 15 8 4 3 53.3
Fatih Terim (3) 2005-2009 58 26 18 14 44.8
Oğuz Çetin 2010 4 3 0 1 75.0
Guus Hiddink 2010-2011 16 7 4 5 43.7
Abdullah Avcı 2011-2013 18 6 4 8 33.3
Fatih Terim (4) 2013-2017 26 16 2 5 61.5
Mircea Lucescu 2017-2019 17 4 6 7 23.5
Şenol Güneş (2) 2019-2021 32 15 10 7 46.88
Stefan Kuntz 2021- 0 0 0 0 00.00

Résultats[modifier | modifier le code]

Classement FIFA[modifier | modifier le code]

Classement FIFA de l'équipe de Turquie
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
Classement mondial 52 48 30 31 43 57 29 30 23 9 8 14 11 26 16 10 41 31 28 40 43 49 21 24 42 39 29 32

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant liste le palmarès de l’équipe de la Turquie de football dans les différentes compétitions internationales officielles. Il se compose d'une troisièmes place en Coupe du monde[13], d'une troisièmes place en Coupe des confédérations et d'une demi-finale en Championnat d'Europe.

Palmarès de l’équipe de la Turquie en compétition
Coupe du monde Compétitions continentales Jeux olympiques Coupe des confédérations

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Inscrite aux éliminatoires de la Coupe du monde 1934, la Turquie déclare forfait avant le début de la compétition. Elle dispute son premier match éliminatoire le face à la Syrie et se qualifie pour la phase finale de 1950, mais elle déclare finalement forfait. L’équipe turque n'a disputé que deux phases finales dont la première en 1954. La Turquie réussit sa meilleure performance en obtenant la troisième place lors de sa seconde participation à la phase finale en 2002.

Parcours de l'équipe de Turquie en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de l'Uruguay 1930 Non inscrite Drapeau du Mexique 1970 Non qualifiée Drapeau de la Corée du SudDrapeau du Japon 2002 Demi-finaliste (3e)
Drapeau de l'Italie 1934 Non qualifiée Drapeau de l'Allemagne 1974 Non qualifiée Drapeau de l'Allemagne 2006 Non qualifiée
Drapeau de la France 1938 Non inscrite Drapeau de l'Argentine 1978 Non qualifiée Drapeau d'Afrique du Sud 2010 Non qualifiée
Drapeau du Brésil 1950 Forfait Drapeau de l'Espagne 1982 Non qualifiée Drapeau du Brésil 2014 Non qualifiée
Drapeau de la Suisse 1954 1er tour Drapeau du Mexique 1986 Non qualifiée Drapeau de la Russie 2018 Non qualifiée
Drapeau de la Suède 1958 Non qualifiée Drapeau de l'Italie 1990 Non qualifiée Drapeau du Qatar 2022 Éliminatoires en cours
Drapeau du Chili 1962 Non qualifiée Drapeau des États-Unis 1994 Non qualifiée 2026 -
Drapeau de l'Angleterre 1966 Non qualifiée Drapeau de la France 1998 Non qualifiée

Parcours en Championnat d'Europe[modifier | modifier le code]

L’équipe de Turquie a participé à quatre phases finales, elle dispute son premier match de qualification le face à la Roumanie. La Turquie réussit sa meilleure performance à domicile en atteignant les demi-finales de la compétition en 2008. Parmi ses autres performances, la Turquie atteint les quarts de finale en 2000, elle ne passe en revanche pas le premier tour lors de sa première participation en 1996, ainsi qu'en 2016.

Parcours de l'équipe de Turquie en championnat d'Europe
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de la France 1960 Tour préliminaire Drapeau de la France 1984 Non qualifiée Drapeau de l'AutricheDrapeau de la Suisse 2008 Demi-finale
Drapeau de l'Espagne 1964 Tour préliminaire Drapeau de l'Allemagne 1988 Non qualifiée Drapeau de la PologneDrapeau de l'Ukraine 2012 Non qualifiée
Drapeau de l'Italie 1968 Tour préliminaire Drapeau de la Suède 1992 Non qualifiée Drapeau de la France 2016 1er tour
Drapeau de la Belgique 1972 Tour préliminaire Drapeau de l'Angleterre 1996 1er tour Europe green light.svg 2021 1er tour
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie 1976 Tour préliminaire Drapeau de la BelgiqueDrapeau des Pays-Bas 2000 Quart de finale 2024 -
Drapeau de l'Italie 1980 Non qualifiée Drapeau du Portugal 2004 Non qualifiée

Parcours en Ligue des nations[modifier | modifier le code]

Édition Ligue Phase de Groupe Phase finale
Class. M V N D bp bc Pays hôte Résultat M V N D bp bc
2018-2019 en stagnation B 3/3 4 1 0 3 4 7 2019 Inéligible
2020-2021 en diminution B 4/4 6 1 3 2 6 8 2021 Inéligible
2022-2023 en stagnation C /4 0 0 0 0 0 0 2023 Inéligible
Total 10 2 3 5 10 15 Total 0 0 0 0 0 0

Parcours en Coupe des confédérations[modifier | modifier le code]

La Turquie est invitée à participer à une reprise à la Coupe des confédérations, en 2003, bénéficiant du désistement de l'Allemagne finaliste de la Coupe du monde 2002. Les Turcs y obtiennent la troisième place[14].

Parcours en Coupe des confédérations
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de l'Arabie saoudite 1992 Non qualifiée Drapeau de la Corée du SudDrapeau du Japon 2001 Non qualifiée Drapeau du Brésil 2013 Non qualifiée
Drapeau de l'Arabie saoudite 1995 Non qualifiée Drapeau de la France 2003 Demi-finaliste (3e) Drapeau de la Russie 2017 Non qualifiée
Drapeau de l'Arabie saoudite 1997 Non qualifiée Drapeau de l'Allemagne 2005 Non qualifiée
Drapeau du Mexique 1999 Non qualifiée 2009 Non qualifiée

Parcours aux Jeux olympiques d'été[modifier | modifier le code]

L’équipe turc A a participé six fois aux Jeux olympiques d'été. En 1999, la FIFA décide que les matchs de football disputés dans le cadre des Jeux olympiques à partir des Jeux olympiques de Rome de 1960 ne comptent pas comme sélection nationale en équipe A, à partir de 1992, les phases finales des Jeux olympiques sont disputés par les sélections des moins de 23 ans. La Turquie a réussi sa meilleure performance en atteignant deux fois les quarts de finale de la compétition, en 1948 et 1952.

Parcours aux Jeux olympiques d'été
Année Position Année Position Année Position
De 1900 à 1920 Non inscrit Drapeau de l'Australie 1956 Forfait Drapeau de l'URSS 1980 Non qualifiée
Drapeau de la France 1924 1er tour Drapeau de l'Italie 1960 1er tour Drapeau des États-Unis 1984 Non qualifiée
Drapeau des Pays-Bas 1928 1er tour Drapeau du Japon 1964 Non qualifiée Drapeau de la Corée du Sud 1988 Non qualifiée
Drapeau de l'Allemagne nazie 1936 1er tour Drapeau du Mexique 1968 Non qualifiée Depuis 1992 Compétition disputée par les U23
Drapeau de la Grande-Bretagne 1948 Quart de finale Drapeau du Japon 1972 Non qualifiée
Drapeau de la Finlande 1952 Quart de finale Drapeau du Canada 1976 Non qualifiée

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Turkey sneak through as best third-placed team », UEFA,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « Classement mondial », sur fr.fifa.com, (consulté le ).
  3. « Feuille du match Turquie - Roumanie », sur transfermarkt.fr, (consulté le )
  4. https://www.humanite.fr/node/1709
  5. Sam Wallace, « Final hurdle no sweat for Terim after trial by media », The Independent, 25 juin 2008.
  6. Paul Saffer, « Fenerbahçe trio come good for Turkey », site officiel de l'Euro 2008, 25 juin 2008.
  7. Les Pays-Bas ont vécu l'enfer
  8. La Turquie adopte l'Euro !
  9. Euro - La Turquie qualifiée directement pour l'Euro 2016
  10. « Football : La Turquie, outsider incontournable de l'Euro 2020 », sur www.aa.com.tr (consulté le )
  11. « Euro 2020 : dans le groupe A, l'Italie favorite, la Turquie en outsider », sur Europe 1 (consulté le )
  12. (tr) « MİLLİ TAKIM TEKNİK DİREKTÖRLERİ », Tff.org, 17 novembre 2011.
  13. a et b « Infos Association, Distinctions » (consulté le )
  14. « La Coupe des Confédérations de la FIFA 2003, Prix, Classement final de la compétition » (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :