Fabrizio Ravanelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fabrizio Ravanelli
Fabrizio Ravanelli maggio 2012.jpg
Fabrizio Ravanelli en 2012.
Biographie
Nationalité Drapeau : Italie Italien
Naissance (47 ans)
Lieu Pérouse (Italie)
Taille 1,88 m (6 2)
Période pro. 1986-2005
Poste Avant-centre puis entraîneur
Parcours junior
Saisons Club
0000-1986 Drapeau : Italie Pérouse
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1986-1989 Drapeau : Italie Pérouse 090 (41)
1989-1990 Drapeau : Italie Avellino 007 0(0)
1990 Drapeau : Italie Casertana 027 (12)
1990-1992 Drapeau : Italie Reggiana 032 0(8)
1992-1996 Drapeau : Italie Juventus 160 (68)
1996-1997 Drapeau : Angleterre Middlesbrough 048 (31)
1997-1999 Drapeau : France Marseille 084 (30)
1999-2001 Drapeau : Italie Lazio Rome 021 0(4)
2001-2003 Drapeau : Angleterre Derby County 050 (14)
2003-2004 Drapeau : Écosse Dundee FC 005 0(3)
2004-2005 Drapeau : Italie Pérouse 039 0(9)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1995-1998 Drapeau : Italie Italie 022 0(8)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2011-2013 Drapeau : Italie Juventus B
2013 Drapeau : France AC Ajaccio
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Fabrizio Ravanelli, né le à Pérouse (Italie), est un footballeur international italien reconverti entraîneur.

Surnommé « Penna Bianca[1] » grâce à son ami d'enfance Thomas Sagner, il joue au poste d'avant-centre du milieu des années 1980 au milieu des années 2000 et est particulièrement prolifique avec plus de 200 buts marqués. Il obtient son diplôme d'entraîneur en 2008 en terminant premier ex-æquo du concours.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Fabrizio Ravanelli est le fils cadet d'un modeste employé de l'Enel (EDF italien) et d'une ouvrière du textile. Enfant, il est qualifié de costaud et turbulent. À quatorze ans, l'Italien possède déjà les cheveux blancs, mystère de la génétique de père en fils dans sa famille. Cela lui permet de faire plus vieux que son âge et de se faire accepter plus facilement lors des matchs de football de son grand frère Andrea et ses amis[2].

Depuis son plus jeune âge, Ravenelli pense d'avantage au football qu'à l'école. Son père est supporter de Pérouse et l'emmènent souvent, lui le tifoso de la Juventus. Fabrizio fait son apprentissage au club local, l'Associazione Calcistica Pérouse Calcio[2].

Professionnel avec Pérouse (1986-1989)[modifier | modifier le code]

Ravanelli commence sa carrière en 1986 dans le club de sa ville natale, Perugia. Durant cette période, le club accède à la C1 en 1988, Ravanelli inscrit 23 buts. Il reste encore une saison avec Pérugia en C1 avant de rejoindre Avellino, malheureusement l'expérience tourne court et Ravanelli retourne en C1 avec Casertana où il retrouve le chemin des filets.

Départ pour plus haut (1989-1992)[modifier | modifier le code]

Après cette bonne fin de saison, il rejoint la Reggiana et y passe deux saisons de bon niveau bien que peu prolifiques en buts. Ces deux bonnes saisons le font repérer par la Juve.

Adulé puis poussé dehors à la Juventus (1992-1996)[modifier | modifier le code]

À l'été 1992, Fabrizio Ravanelli réalise son rêve d'enfant et signe à la Juventus. « C'était l'aboutissement de mon rêve de gosse. J'ai débarqué là-bas avec les yeux écarquillés. (...) Je côtoyais des joueurs ou d'anciens joueurs dont le nom me faisait rêver : je touchais le ciel du doigt »[2].

À Turin, Ravanelli prend une dimension internationale et signe quelques exploits retentissants. Il travaille dur et les surnoms issus de son jeu dépourvu de poésie s’estompe pour lui donner un habit de leader. Souvent utilisé par Giovanni Trapattoni, il gagne son premier grand trophée, la Coupe UEFA 1992-1993[2] face au Borussia Dortmund. Il acquiert sa place de titulaire l'année suivante qui n'est pas d'un excellent niveau, aucun titre collectif et seulement neuf buts en championnat à titre personnel.

La saison 1994-1995 est celle de sa consécration. Il réalise le doublé Coupe-Championnat d'Italie, inscrit les cinq buts de son équipe en C3 contre le PFC CSKA Sofia (la Juve perdra en finale contre Parme), et une autre réalisation décisive dans la course au titre contre le SSC Naples. Ravanelli inscrit quinze buts et est appelé en sélection nationale par Arrigo Sacchi[2].

Un an plus tard, en finale de la Ligue des champions 1995-1996 face à l'Ajax Amsterdam, alors qu'il revient de blessure, Ravanelli ouvre le score en profitant d'une mauvaise sortie du gardien Edwin van der Sar, d'un tir complètement excentré le long de la ligne de but[3] (victoire 1-1 tab 4-2). Quelques jours plus tard, la Juventus le met sur la liste des transferts. Fabrizio le ressent comme une trahison de la part de son club de cœur : « j'étais vexé, humilié. Je ne comprenais pas qu'un joueur comme moi (...) soit traité de la sorte. La Juve m'a manqué de respect »[2].

L'étranger avec Middlesbrough puis Marseille (1996-1999)[modifier | modifier le code]

Amer, Ravanelli fait ses valises pour le Nord de l’Angleterre à l'été 1996, direction le Middlesbrough FC. « Je suis allé là-bas sans rien savoir du club, de ses structures. J'ai commis une grave erreur ». Avec Boro, il inscrit néanmoins 31 buts toutes compétitions confondues mais ne peut éviter les deux défaites en finale de Coupe et surtout la relégation du club. Cible régulière des médias, Ravanelli se renferme dans un mutisme et perd goût au ballon : « Aller m'entraîner était devenu une corvée. J'étais au bord de la déprime ». Il coupe les ponts fin août 1997 et obtient le droit d'aller se ressourcer dans son pays. On parle de prêt mais Middlesbrough veut le vendre. L'AC Milan, le Borussia Dortmund, l'Atlético de Madrid sont candidats[2].

C'est l'Olympique de Marseille qui enlève l'affaire pour 48 MF (record national) et un contrat de quatre ans à 9 MF net de salaire par an. Il déclare : « Je voulais un club prestigieux et ambitieux, je l'ai ». Le 29 septembre 1997, Ravanelli est présenté. Il portera le numéro 11, son chiffre fétiche. Pour la venue de Toulouse au stade Vélodrome cinq jours plus tard, le virage sud lui prépare un tifo personnalisé mais Fabrizio est souffrant et ne peut être aligné, il vient tout de même saluer les supporters. En allant saluer le public, il se tacle lui-même et tombe devant la tribune. Ses débuts en Championnat de France, Ravanelli les faits à Rennes le 8 octobres, alors qu'il n'a pas joué depuis fin août. Durant la rencontre, il offre une passe décisive à Claude Makelele avec de transformer un penalty inexistant en deux temps, après avoir demandé au capitaine Laurent Blanc de lui laisser le tirer : « je tenais à marquer pour mon premier match ». Au match suivant pour son premier match au Vélodrome, l'OM reçoit le leader le Metz sous les yeux du sélectionneur italien Cesare Maldini, Ravenelli marque encore[2]. Le club termine quatrième grâce à l'arbitrage et se qualifie pour la Coupe de l'UEFA, ils iront jusqu'en finale, Ravanelli retrouve son premier trophée, et le perd à nouveau contre Parme. En championnat, Ravanelli est l'auteur de treize buts et Marseille manque de peu le titre. L'année d'après est moins brillante. Ravanelli est peu utilisé et marque beaucoup moins. Il retourne en Italie.

En équipe nationale (1995-1998)[modifier | modifier le code]

Fabrizio Ravanelli fait ses débuts sous le maillot de l'équipe d'Italie de football le 25 mars 1995 à Salerne, face à l'Estonie, en inscrivant un des quatre buts de la victoire italienne. Arrigo Sacchi l'emmène à l'Euro 1996 mais le joueur n'y dispute que deux bouts de matchs : dix dernières minutes contre la Russie et les 58 premières contre la République tchèque ; et l'Italie est éliminée au premier tour. En éliminatoires de la Coupe du monde 1998, Ravanelli joue quatre rencontres dont trois comme titulaire. Auteur d'un doublé lors du premier face à la Moldavie, il marque également lors du second face à la Géorgie dans sa ville de Pérouse. Cesare Maldini le convoque dans son groupe pour le match aller des barrages en octobre 1997 face à la Russie[2].

Premier retour au pays puis Derby (1999-2003)[modifier | modifier le code]

C'est la Lazio Rome qui l'accueille pour son retour. Malheureusement, individuellement la saison n'est pas bonne et malgré le titre, Ravanelli ne signe que deux buts. La saison suivante est à l'image de la précédente et il retourne à nouveau en Angleterre.

Il arrive à Derby County, il y connait une nouvelle relégation et n'affiche que 9 buts à son compteur. L'année suivante, en seconde division anglaise, Ravanelli est peu utilisé, il ne parvient pas à retrouver son niveau de la Juve.

Fin à Dundee puis retour à Pérouse (2003-2005)[modifier | modifier le code]

Maillot de Ravanelli lors de sa dernière saison.

Puis, il signe à Dundee FC mais le déclic ne se fait pas et il retourne à son club natal de Pérouse où il retrouve la Coupe de l'UEFA mais Ravanelli connait une nouvelle relégation et termine sa carrière en 2005.

Reconversion comme entraîneur (depuis 2005)[modifier | modifier le code]

L'AC Ajaccio annonce le qu'il succède à Albert Emon au poste d'entraîneur de l'équipe[4]. Malgré une fort belle victoire contre Lyon à domicile (2-1), le , à la suite de nombreuses défaites en championnat, une préparation physique contestée (ses joueurs ne parviendront jamais à se remettre de sa préparation), l'équipe pointe à l'avant dernière place, il est limogé de son poste d'entraîneur par son président.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques individuelles[5]
Saison Club Pays Championnat Coupes d’Europe
Série Matchs Buts Type Matchs Buts
1986-1987 Pérouse Calcio Drapeau de l'Italie Italie C2 26 5 - - -
1987-1988 Pérouse Calcio Drapeau de l'Italie Italie C2 32 23 - - -
1988-1989 Pérouse Calcio Drapeau de l'Italie Italie C1 32 13 - - -
1989-1990 US Avellino Drapeau de l'Italie Italie B 7 0 - - -
1989-1990 Casertana Drapeau de l'Italie Italie C1 27 12 - - -
1990-1991 AC Reggiana Drapeau de l'Italie Italie B 34 16 - - -
1991-1992 AC Reggiana Drapeau de l'Italie Italie B 32 8 - - -
1992-1993 Juventus Drapeau de l'Italie Italie A 22 5 C3 8 3
1993-1994 Juventus Drapeau de l'Italie Italie A 30 9 C3 6 3
1994-1995 Juventus Drapeau de l'Italie Italie A 33 15 C3 11 9
1995-1996 Juventus Drapeau de l'Italie Italie A 26 12 C1 7 5
1996-1997 Middlesbrough Drapeau de l'Angleterre Angleterre 1 33 16 - - -
1997-1998 Middlesbrough Drapeau de l'Angleterre Angleterre 2 2 1 - - -
1997-1998 Olympique de Marseille Drapeau de la France France 1 21 9 - - -
1998-1999 Olympique de Marseille Drapeau de la France France 1 29 13 C3 7 1
1999-2000 Olympique de Marseille Drapeau de la France France 1 14 6 C1 7 1
1999-2000 Lazio Rome Drapeau de l'Italie Italie A 16 2 - - -
2000-2001 Lazio Rome Drapeau de l'Italie Italie A 11 2 C1 6 2
2001-2002 Derby County Drapeau de l'Angleterre Angleterre 1 31 9 - - -
2002-2003 Derby County Drapeau de l'Angleterre Angleterre 2 19 5 - - -
2003-2004 Dundee FC Écosse Écosse 1 5 0 - - -
2003-2004 Pérouse Calcio Drapeau de l'Italie Italie A 15 6 C3 1 0
2004-2005 Pérouse Calcio Drapeau de l'Italie Italie B 23 3 - - -
Total carrière 520 190 53 23

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

  • Vice-Capitaine de la Juventus en 1995 et 1996.
  • Capitaine de Middlesbrough en 1997
  • Vice-Capitaine de l'Olympique de Marseille en 1999 et 2000.
  • Participation à la phase finale de l'Euro 96.
  • Sélectionné par Cesare Maldini pour la Coupe du monde 1998 (forfait pour cause de blessure de dernière minute).
  • Auteur d'un quintuplé en 1/32e de finale retour de la Coupe UEFA 1995 face au CSKA Sofia.
  • Récemment interrogé par la presse française (OMTV) au sujet de son avenir dans le football, ce dernier a expliqué qu'il était en train de passer son diplôme d'entraîneur dans l'optique de revenir un jour au Stade Vélodrome pour entraîner l'Olympique de Marseille[réf. souhaitée].
  • Il est aussi connu pour une simulation effectuée contre le PSG en 1997 et a donné son nom à la " spéciale Ravanelli ", action qui consiste à se faire sois-même un croc-en-jambes pour obtenir un penalty.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) I SOPRANNOMI DEI GIOCATORI — Juworld.net
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Thierry Hubac & Eric Renard, « Star : Ravanelli, les aventures de Plume blanche », Onze Mondial, no 106,‎ , p. 50 à 55 puis 82 (ISSN 0995-0621)
  3. But de Fabrizio Ravanelli lors de la finale de la ligue des champions de l'UEFA 1996
  4. Ravanelli, la nouvelle plume d'Ajaccio, Le Figaro, 8 juin 2013.
  5. Fiche de Fabrizio Ravanelli sur footballdatabase.eu

Sur les autres projets Wikimedia :