Michael Kors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michael Kors
Michael Kors, Photographed by Ed Kavishe for Fashion Wire Press.jpg
Michael Kors.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité

Michael Kors, né le à Long Island, est un styliste américain créateur de la marque de prêt-à-porter qui porte son nom et président de Michael Kors Holdings Limited.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né Karl Anderson Jr, il change plus tard de prénom pour Michael David[1]. À cinq ans, lors du second mariage de sa mère Joan avec Bill Kors[1], il donne son avis sur la robe de mariée[1],[2],[3]. Il vit à Long Island puis part quelques années en Californie[3]. « J'ai grandi dans une famille de personnes qui ont été obsédées par la mode » dira-t-il[1]. Adolescent, il suit des cours de comédie ne sachant ni chanter ni danser correctement précise t-il[1]. Mais dessinant en permanence[4], sa mère, ancien mannequin pour la marque Revlon, l'encourage à faire des études de stylisme au FIT[5] : « Je n'ai pas été au bout de ce parcours car j'avais, très tôt, une vision très nette de ce que je voulais créer et pourquoi[6]. » Il y restera quelques mois[2],[3]. En parallèle, il est vendeur dans une boutique de la 57e rue ayant une clientèle prestigieuse[6], « la formation dont j'avais besoin » précise-t-il[6]. Il commence à dessiner ses propres créations qui rencontrent un certain succès[5], jusqu'à être remarqué par Vera Wang[1] alors journaliste pour Vogue, puis surtout Dawn Mello de Bergdorf Goodman[6] ; ceci marque le réel départ de sa carrière[3].

Il s'installe à Greenwich Village pour fonder, en 1981, sa marque de vêtements féminins, prolongation du sportswear[7], en vogue aux États-Unis, et devient le « King of American Sportswear »[4]. Bien que mixant différentes tendances, « clinquant et subtil, sexy et sage, luxueux et ultrasimple[8] » et parfois inspiré par Claire McCardell ou le style preppy, Michael Kors réalise des créations pratiques qui se coordonnent facilement[7]. Utilisant des coupes simples et des couleurs sobres, il est souvent rattaché lors de ses premières années au mouvement de la mode minimaliste qui connait son apogée à partir des années 1990. « Faire simple est la chose la plus difficile du monde » dit-il[5]. Son style se situe dans un univers s'inspirant du glamour et de la jet set[4] tel que le définit Anna Wintour lors de son premier défilé qu'il organise en 1984[9], trois ans après sa première collection ; ce qu'il confirme avec « sporty, sexy et glam. C'est ma formule magique de mode »[10].

En 1995, il fonde une seconde ligne, du prêt-à-porter sous la marque Kors[5], tout en rencontrant des difficultés financières vers le milieu des années 1990[2]. Michael Kors prend la direction artistique de Céline ; quatre mois plus tard, sa première collection pour la marque française est un succès[5]. Il y restera plusieurs années[7] avant de se consacrer exclusivement à sa marque pour la développer avec une ligne masculine, ainsi que de multiples accessoires dont notablement les sacs à main[11], vecteurs de son succès financier de nos jours[2]. Les lignes de produits seront également complétées par des cosmétiques, parfums ou maquillage[8].

Alors déjà créateur reconnu[3], il prend le poste de juge au sein de l'émission Project Runway pendant onze saisons[12] ; ce rôle lui donne une large reconnaissance publique[2]. Sarcastique, il commente avec humour les créations présentées lors de l'émission jusqu'à ce que certaines de ses phrases deviennent cultes[11]. Poussant les participants à donner plus[3] et commentant sa perception de la création, il passe alors du statut de styliste à celui d'« éminence grise de la mode », tel que le décrit Lauren Hutton[11].

En 2009, le portrait officiel de Michelle Obama réalisé par la Maison-Blanche voit la première dame des États-Unis habillée dans une robe noire signée Michael Kors ; c'est la seconde fois que celle-ci porte publiquement une robe de ce créateur[13] après s'être affichée en Narciso Rodriguez ou d'autres stylistes américains. En 2014, il ouvre une première boutique en Chine à Shanghai[10].

Michael Kors participe régulièrement à diverses actions caritatives et philanthropiques[14]. Michael Kors est une figure emblématique du prêt-à-porter américain[10],[11], ainsi que de la ville de New York[3]. Il dirige trois lignes de produits, Michael Kors collection, Kors Michael Kors, et Michael Michael Kors[1]. Son entreprise réalise en 2014 un chiffre d'affaires de plus de trois milliards de dollars avec une progression de plus d'un milliard par rapport à l'année précédente[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Elisa Lipsky-Karasz, « Michael Kors: American Idol », Fashion, sur harpersbazaar.com, Harper's Bazaar, (consulté le 3 septembre 2014)
  2. a, b, c, d et e Pfeiffer - L'Express Styles 2014, p. 55
  3. a, b, c, d, e, f et g Interview et article in : (en) Lauren Hutton, « Michael Kors », Fashion, sur interviewmagazine.com, Brant (consulté le 2 septembre 2014).
  4. a, b et c Gala 2014, p. 57
  5. a, b, c, d et e Linda Watson, Vogue - La mode du siècle : Le style de chaque décennie, 100 ans de créateurs [« Vogue Twentieth Century Fashion - 100 years of style by decade and designer »], Éditions Hors Collection, , 255 p. (ISBN 2-258-05491-5), « Les créateurs », p. 172
  6. a, b, c et d Gala 2014, p. 58.
  7. a, b et c Georgina O'Hara Callan (trad. Lydie Échasseriaud), Dictionnaire de la mode [« The Encyclopaedia of Fashion »], Paris, Thames & Hudson, coll. « L'univers de l'art », (réimpr. 2011) (1re éd. 1986), 303 p. (ISBN 978-2-87811-327-3, présentation en ligne), p. 151
  8. a et b Pfeiffer - L'Express Styles 2014, p. 57
  9. Gala 2014, p. 58
    « En y assistant, Anna Wintour a qualifié mon style de sporstwear américain glamour. C'est toujours vrai. […] Je qualifierais ma marque comme un glamour jet-set décontracté. »
  10. a, b et c Pfeiffer - L'Express Styles 2014, p. 54
  11. a, b, c, d et e Pfeiffer - L'Express Styles 2014, p. 56
  12. (en) « Michael Kors Is Leaving 'Project Runway' », sur thedailybeast.com, (consulté le 2 septembre 2014)
  13. (en) Eric Wilson, « Obama in Kors », sur nytimes.com, The New York Times,
  14. Gala 2014, p. 60

Articles de presse[modifier | modifier le code]

  • « 34 pages signées Michael Kors », Gala, no 1090,‎ , p. 54 à et suiv. (ISSN 1243-6070) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Michael Kors est rédacteur en chef pour plusieurs pages de ce numéro du magazine et participe à divers reportages variés.
  • Alice Pfeiffer, « La jet-set démocratique de Michael Kors », L'Express Styles, no 3286,‎ , p. 54 à 57 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]