Batman: Arkham City

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Batman
Arkham City
Batman Arkham City Logo.gif

Développeur
Rocksteady
Warner Bros. Games Montréal (Wii U)
NetherRealm Studios (iPhone)
Feral Interactive (Macintosh)
Virtuos Games (Return to Arkham)
Éditeur
Réalisateur
Paul Dini (scénario)
Compositeur
Ron Fish (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Début du projet
Fin 2009
Date de sortie
PlayStation 3, Xbox 360
AN : 18 octobre 2011
EUR : 20 octobre 2011[2]
JAP : 23 novembre 2011

PC
EUR : 24 novembre 2011

Wii U
EUR : 30 novembre 2012

Macintosh
3 novembre 2011
Playstation 4, Xbox One
INT : 20 octobre 2016
Genre
Mode de jeu
Plate-forme
Ordinateur(s) :
Console(s) :
Téléphone(s) mobile(s) :

Langue
Français intégralement.
Moteur

Évaluation
ESRB : T ?
PEGI : 16 ?
Site web


Batman: Arkham City est un jeu vidéo d'action-aventure avec des aspects de jeu d'infiltration sur Xbox 360, PlayStation 3, Windows, Wii U (cette version porte le sous-titre Armored Edition), ainsi que sur Playstation 4 et Xbox One via la compilation Batman: Return to Arkham[3],[4]. Il est développé par Rocksteady Studios et édité par WB Games. En France, il sort le 20 octobre 2011 sur PS3, Xbox 360 et PC, puis est porté sur Wii U le 30 novembre 2012[2].

Le jeu fait partie de la licence Batman Arkham. Il fait suite à Batman: Arkham Asylum sorti en 2009, et précède Batman: Arkham Origins sorti en 2013[5], et Batman: Arkham Knight sorti en 2015. L'histoire est écrite par les équipes de DC Comics et par Paul Dini, également scénariste dans la série Batman de 1992.

En décembre 2011 sort une version sur iPhone OS développée par NetherRealm appelée Batman: Arkham City Lockdown. La version OS X du jeu a été publiée par Feral Interactive le 3 novembre 2011.

Trame[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Environ un an et demi après l'émeute de l'asile d'Arkham, Quincy Sharp, l'ancien directeur de l'asile d'Arkham, s'approprie la gloire de la capture du Joker, et profite de sa notoriété pour être élu maire de Gotham. Comme l'asile d'Arkham et le pénitencier de Blackgate ne pouvaient plus servir de lieux de détention, Sharp rachète une grande partie des bas quartiers de la ville pour fonder Arkham City, une ville close où tous les criminels de Gotham peuvent vivre libres, à la seule condition qu'ils ne cherchent pas à s'enfuir[6].

Personnages[modifier | modifier le code]

Comme pour le précédent volet, le personnage incarné est Bruce Wayne / Batman (Kevin Conroy), un justicier masqué combatant le crime à Gotham City. Sous son identité civile de milliardaire, il dénonce le but d'Arkham City mais se fait arrêter par les hommes du directeur de la prison, le psychiatre Hugo Strange (Corey Burton)[7]. Pour l'aider, Batman peut compter sur plusieurs alliés. Son majordome Alfred Pennyworth (Martin Jarvis)[8] ainsi qu'Oracle (Kimberly Brooks)[8] lui fournissent de l'aide à la radio tandis que Tim Drake / Robin (Troy Baker) apparait brièvement lors d'un cinématique au cours de l'histoire[9]. Personnage potentiellement jouable, Catwoman (Grey DeLisle) viendra également en aide au chevalier noir[7],[10].

La prison est également le lieu de théâtre d'une guerre des gangs entre celle du Joker (Mark Hamill)[11] — toujours assisté par Harley Quinn (Tara Strong), il est gravement malade à cause du Titan qu'il s'est injecté et a de ce fait, kidnappé la femme de Mr. Freeze (Maurice LaMarche) pour que ce dernier lui concocte un antidote[12],[13] —  ; celle de l'ancien procureur de district défiguré Double-Face (Two-Face) (Troy Baker) ; et celle du Pingouin (Nolan North) qui a refusé de quitter le Iceberg Lounge et se trouve donc enfermé dans la prison[14].

Les autres super-villains présent lors de la quête principales sont Ra's al Ghul (Dee Bradley Baker) qui, avec l'aide de sa fille Talia al Ghul (Stana Katic), tente de faire rejoindre Batman à la Ligue des Assassins dont il est le Maître[15],[8] ; le zombie Solomon Grundy (Fred Tatasciore)[8],[16] ; et le métamorphe Gueule d'argile (Clayface) (Rick D. Wasserman)[8],[17].

Plusieurs super-villains se trouvent également via des quêtes secondaires — Bane (Fred Tatasciore) s'allie à Batman pour détruire des conteneurs de Titan[8],[18] ; l'assassin Deadshot (Chris Cox) a infiltré Arkham City afin de tuer plusieurs cibles[19],[8] ;Thomas Eliott / Silence (Hush) (Kevin Conroy) est l'auteur de plusieurs meurtres afin de prendre une partie du visage de ses victimes[20],[8] ; Victor Zsasz (Danny Jacobs) défie Batman de rejoindre une cabine téléphonique à une autre dans un temps imparti, sous peine de tuer des otages[21],[11] ; Le Chapelier fou (Mad Hatter) (Peter MacNicol) tente de piéger Batman et l'affronte pendant qu'il hallucine[22],[8] ; L'Homme-mystère (The Riddler) (Wally Wingert) défie Batman de résoudre ses énigmes éparpillés dans toute la ville de la même manière qu'il avait fait dans l'asile d'Arkham[23],[11].

Les autres personnages notables sont Calendar Man (Maurice LaMarche), qui se trouve enfermé dans le tribunal et raconte une histoire suivant la date du jour[24],[8] ; Poison Ivy (Tasia Valenza) qui est présente dans le contenu téléchargeable Catwoman[25],[11]. Azrael (Khary Payton) épie Batman dans la prison[26],[8] ; les journalistes Vicki Vale (Grey DeLisle) et Jack Ryder (James Horan) ainsi que l'ancien directeur de l'asyle d'Arkham, devenu maire, Quincy Sharp (Tom Kane) se trouvent coincés dans la ville[19],[22],[11] ; le commissaire de police James « Jim » Gordon (David Kaye)[8] apparait brièvement à la fin ; Black Mask (Nolan North) et Killer Croc (Steven Blum) apparaissent en tant que caméo dans le jeu[27].

Histoire détaillé[modifier | modifier le code]

Environ un an et demi après l'émeute de l'asile d'Arkham, Quincy Sharp, l'ancien directeur de l'asile d'Arkham, s'approprie la gloire de la capture du Joker, et profite de sa notoriété pour être élu maire de Gotham. Comme l'asile d'Arkham et le pénitencier de Blackgate ne pouvaient plus servir de lieux de détention, Sharp rachète une grande partie des bas quartiers de la ville et enrôla les mercenaires de la société militaire privée Tyger pour fonder Arkham City, une ville close où tous les criminels de Gotham peuvent vivre libres, à la seule condition qu'ils ne cherchent pas à s'enfuir (des plans du projet « Arkham City » étaient d'ailleurs visibles dans une pièce cachée du bureau de Sharp dans Arkham Asylum [28]).

Pour surveiller la ville, Sharp s'associa au psychiatre Hugo Strange. De son côté, Bruce Wayne surveille également de près la ville, inquiet à l'idée que la situation puisse leur échapper, mais préfère agir sous son identité civile pour fermer le centre de détention. Alors qu'il fit un speech contre l'établissement, les hommes du Pr Strange le capturèrent et l'enfermèrent dans Arkham City. Peu de temps après, Hugo Strange lui révéla qu'il savait l'identité de Batman et lui parla du déclenchement futur d'un mystérieux projet, le Protocole 10. Par ailleurs, il le menaça de divulguer son secret s'il tentait de s'interposer. Il le lâcha au milieu des détenus, où il fut notamment pris à partie par le Pingouin. Le milliardaire parvint sans difficultés à se libérer et se débarrassa violement de ses agresseurs. Il grimpa sur les toits puis contacta son fidèle mentor, Alfred Pennyworth. Ce dernier lui envoya son son costume de justicier sur le toit d'Ace Chemicals.

Il retrouva Catwoman, qui s'était volontairement infiltrée dans la ville pour voler Double-Face mais s'était faite prendre. Il l'a retenue au tribunal avec l'intention de l'éliminer. Batman la sauva in extremis d'une exécution publique ; cependant elle ignorait tout du mystérieux Protocole 10. Quelqu'un tenta alors de les abattre au sniper et Batman découvrit que c'était un coup du Joker. Ce dernier attira à nouveau son ennemi dans un piège dans le clocher d'une église où il tenta de le tuer avec des explosifs.

Quand il partit interroger son vieil ennemi dans son repaire, l'aciérie Sionis, il se fit capturer par Harley Quinn et le Joker, gravement malade, lui injecta une dose de son sang, contaminé depuis son intoxication au sérum Titan. Le seul homme capable de les sauver tous deux était Victor Freeze, mais celui-ci était retenu prisonnier par le Pingouin dans son musée, l'Iceberg Lounge. Une fois libéré, Freeze lui révéla que son antidote était incomplet car il se dégradait trop vite pour être efficace. En remarquant la présence d'une des gardes de la Ligue des Assassins parmi les « curiosités » du Pingouin, Batman eut alors l'idée de mélanger le sang de Ra's al Ghul, exposé depuis longtemps à la substance mystérieuse du puits de Lazare, pour parfaire la conception de l'antidote.

Batman poursuivit donc un des membres de la Ligue des Assassins et partit dans les ruines de Wonder City affronter Ra's al Ghul, qui lui propose de le tuer pour prendre la tête de la Ligue aux côtés de son amour de jeunesse: Talia al Ghul. Le Chevalier noir refusa mais parvint à prélever un échantillon de son sang, qu'il apporta à Freeze pour préparer l'antidote. Cependant, au lieu de le remettre à Batman, Freeze l'enferma dans son coffre et exigea qu'il aille libérer sa femme, Nora, enlevée par le Joker. Batman refusa et le scientifique l'attaqua. Mais pendant l'affrontement, Harley Quinn déroba le dernier échantillon d'antidote en perforant le coffre par derrière. Batman fut donc contraint de retourner dans le repaire du Joker. Là-bas, il retrouva Harley, ligotée et bâillonnée. Après lui avoir ôté son bâillon, elle lui révèla que le Joker l'a trahie et s'est allié à Talia al Ghul, qui l'a rejoint pour lui proposer de prendre la succession de son père. L'affrontement avec le Joker, apparemment guéri de son empoisonnement, qui s'ensuit se termine par l'effondrement du plafond et des blocs de béton retiennent Batman prisonnier. Talia et le Joker le laissent à son propre sort, mais Catwoman survient et l'aide à se libérer.

Batman quitte l'aciérie Sionis et constate que Hugo Strange vient de lancer le déclenchement du Protocole 10 : la mise à mort par frappe aérienne de tous les détenus d'Arkham City, grâce aux hélicoptères du groupe Tyger. Batman retrouve Strange au sommet de la tour Wonder et le met en échec quand il découvre qui est derrière le projet d'Arkham City : Ra's al Ghul apparaît alors et blesse mortellement Hugo Strange avec son épée, avant d'assister depuis la tour à la destruction de tous les repères de criminels de Gotham ; une opération qu'il entend étendre au reste du monde. Mais dans un dernier souffle, Strange déclenche vocalement la destruction de son repaire, et Batman saute de la tour avec Ra's al Ghul, qui finit empalé sur son épée devant la porte du centre d'admission d'Arkham City.

Le Chevalier noir part pour sa dernière confrontation avec le Joker, dans le Monarch Theater, où le clown l'attend avec un otage, Talia al Ghul. Mais Talia se libère et embroche le Joker avec son épée. Elle avait volé l'antidote à Harley, et le remet à Batman. Mais un coup de feu abat Talia par derrière. On découvre alors qu'il y avait deux Jokers : le vrai toujours malade, qui vient de tirer sur Talia, et le faux, qui gît à terre, incarné par Gueule d'argile, qui se relève, récupère l'antidote, et attaque Batman. Dans l'affrontement, le sol du cinéma s'effondre et les protagonistes se retrouvent au bord du puits de Lazare. Défait, Gueule d'argile n'est plus qu'un tas informe d'où Batman extrait l'antidote, qu'il avale. Sentant sa fin approcher et croyant que Batman ne lui en laissera pas, le Joker l'attaque alors par derrière ; le flacon tombe et se brise. Suffoquant, le clown meurt dans un dernier éclat de rire alors que Batman lui fait un aveu : malgré tous ses méfaits, il avait quand même prévu de le sauver...

Peu après, le Chevalier noir sortit du théâtre, portant la dépouille de son ennemi devant les sbires de ce dernier et une Harley Quinn éclatant en sanglots. Des policiers amassés devant l'entrée d'Arkham City virent Batman sortir de la ville-prison, avant que celui-ci ne déposa le corps inerte du Joker sur la voiture du commissaire Gordon. Ceci fait, le justicier s'en alla sans prononcer un seul mot.

Harley Quinn's Revenge

Plusieurs semaines après les événements d'Arkham City, Batman fut appelé par Gordon qui lui demanda de retourner à Arkham City où des policiers chargés d'évacuer les prisonniers furent capturés par les hommes de main de Harley Quinn. Quand Batman disparu à son tour, Robin (Tim Drake) partit à sa recherche et entra à son tour dans l'aciérie Sionis abandonnée. Il retrouva d'abord sa ceinture puis son maître, emprisonné dans un monument à la mémoire du Joker gardé par des robots de Wonder City. Ensemble, Batman et Robin détruisirent les robots et désactivèrent les bombes qu'Harley comptait faire exploser pour mourir avec Batman et ainsi retrouver le Joker. Une bombe explosa mais Batman sauva Harley Quinn. Robin était parvenu à faire sortir les policiers à temps. Il constata que les morts du Joker et de Talia avaient assombri Batman mais que ce dernier était encore prêt à agir.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le gameplay de Batman se distingue par son mode freeflow permettant de donner des coups étendus simplement en appuyant sur un bouton de la manette.

Promotion[modifier | modifier le code]

Un premier trailer est apparu, en décembre 2009, montrant un Joker en état critique, apparemment toujours en convalescence après les événements du premier jeu, dont Harley Quinn prend soin, alors qu'en parallèle, Gotham sombre dans le chaos[29]. Des détails de la vidéo confirment la présence de Double-Face (sur une affiche) et du Pingouin (la devanture du bar l'Iceberg).

En décembre 2010, deux trailers dévoilent une unité militaire appelée « TYGER One » qui est chargée de la sécurité du quartier d'Arkham City essayant d'interpeller Batman, puis un second où l'un des soldats est interrogé par Hugo Strange, qui annonce connaître la véritable identité de Batman.

Par la suite, trois nouveaux trailers montrant la présence de l'Homme-mystère, du Pingouin, de Mr Freeze et de Solomon Grundy sont révélés. Il sera également possible de jouer avec Robin en pré-commandant le jeu et avec Nightwing en DLC.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Batman: Arkham City a reçu une ovation critique de la presse spécialisée.

Ventes[modifier | modifier le code]

Le 9 février 2012, soit près de quatre mois après la sortie du jeu, Warner annonce avoir vendu plus de 6 millions d'exemplaires toutes plates-formes confondues (consoles de salon et PC)[41]. Sans autre annonce officielle depuis, le site VG Chartz estime ses ventes mondiales toutes plates-formes confondues au 8 août 2015 à 10,78 millions[42].

Extensions[modifier | modifier le code]

Dans la version précommandable du jeu, Rocksteady propose des DLC à télécharger gratuitement qui contiennent différentes tenues pour Batman, chacune faisant référence à plusieurs adaptations vidéo-ludiques, cinématographiques et de comics. Avec celui-ci est proposé aussi un DLC dont le personnage principal est Catwoman, fait de missions pendant le jeu ainsi que des énigmes de l'Homme-Mystère et des défis physiques à débloquer.

Robin, qui fait son apparition dans le jeu, n'est pas jouable pas en version basique, alors qu'un DLC inclus par les développeurs permet aux joueurs d'y jouer en version arcade, ainsi que le plus vieux Robin, Nightwing.

Le 29 mai, le nouveau DLC de Rocksteady intitulé Harley Quinn's Revenge apparaît disponible en téléchargement et donne suite à l'histoire du jeu présentant une Harley Quinn plus meurtrière et résolue à se venger de Batman qu'elle prend pour responsable de la mort de son amour toxique, le Joker.

Une Game Of The Year Edition, regroupant tous les contenus téléchargeables et le jeu originel sur un seul disque, est sortie le 7 septembre 2012.

Batman Arkham City: Lockdown[modifier | modifier le code]

Logo du jeu mobile Batman Arkham City: Lockdown

Batman Arkham City: Lockdown a été développé par NetherRealm Studios. Il est sorti sur iOS et Android. Le jeu se déroule avant Batman: Arkham City. Il a reçu les notes suivantes de la presse spécialisée :

Armored Edition[modifier | modifier le code]

Logo du jeu porté sur Wii U.

Sous-titré Armored Edition, le jeu est porté par Warner Bros. Games Montréal sur Wii U, il sort le 30 novembre 2012 sur cette console.

Cette version est toutefois différente des autres, bien que tout le contenu y soit présent (trophées, énigmes, missions secondaires etc.) ainsi que tous les DLC, le jeu est remanié pour exploiter les fonctionnalités du GamePad de la console. Par exemple, le batarang télécommandé se dirige en bougeant le GamePad et en regardant l'écran de celui-ci, les séquences cryptographiques se font tactilement et directement via l'écran du GamePad. La carte ne se trouve plus sur l'écran de télé, mais se retrouve directement sur l'écran du GamePad. Le jeu peut être joué soit sur le GamePad et la TV ou bien entièrement sur le GamePad lui-même.

De plus, les tenues de Batman et de Catwoman ont été modifiées.

À noter que deux versions de jaquettes européennes sont sorties avec la même image sur Wii U : l'une écrivant Armored, l'autre Armoured.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Que la pagaille commence ! Batman: Arkham City se déchaîne sur Mac aujourd’hui ! », Feral Interactive, (consulté le 8 juillet 2014)
  2. a et b « Une date de sortie pour Batman Arkham City », sur Jeuxvideo.com, .
  3. Sortie en 2016, cette compilation intègre également Batman: Arkham Asylum. En 2018, une autre compilation, disponible en téléchargement, réunit les trois jeux développés par Rocksteady Studios, à savoir : Batman: Arkham Asylum, Batman: Arkham City et Batman: Arkham Knight, toujours sur Playstation 4 et Xbox One. En 2019, elle sort en version physique (sauf pour Batman: Arkham Knight disponible via un code de téléchargement).
  4. Clementoss, « [MàJ] Batman Arkham Collection : une version physique PS4 / Xbox One apparaît sur Amazon », sur jeuxvideo.com, (consulté le 11 août 2020).
  5. Ce dernier sera le seul opus de la série développé par Warner Bros. Games Montréal et non par Rocksteady Studios.
  6. « Get Your Batman: Arkham City Questions Answered » [archive du ], sur IGN, J2 Global, (consulté le 10 août 2013)
  7. a et b « Test Batman Arkham City » sur jeuxvideo.com
  8. a b c d e f g h i j k et l Stephanie Carmichael, « The Heroes and Villains of Batman: Arkham City — Part Two » [archive du ], GameZone, (consulté le 5 novembre 2012)
  9. « Catch assassin and plant tracking device | Main story » sur guides.gamepressure.com
  10. « 5 Times Catwoman Saved The Batman’s Life (& 5 Times She Almost Ended It) » sur cbr.com
  11. a b c d et e Stephanie Carmichael, « The Heroes and Villains of Batman: Arkham City — Part One » [archive du ], GameZone, (consulté le 5 novembre 2012)
  12. (en) Rocksteady Studios, Batman: Akham Asylum, Warner Bros. Interactive Entertainment,  : « Batman: Where is the cure ? / Joker: I've had our cold hearted friend Mr. Freeze making it, but he's gone dark on me. ».
  13. (en) Rocksteady Studios, Batman: Akham Asylum, Warner Bros. Interactive Entertainment,  : « Mr Freeze: I think it is. The clown has my wife. Bring her back to me. ».
  14. « "Batman Arkham City" : une réjouissante guérilla urbaine » sur lemonde.fr'
  15. « "Follow assassin using tracer device to locate Ra's al Ghul (part 2) | Main story» sur guides.gamepressure.com
  16. « Defeat Solomon Grundy | Main story » sur guides.gamepressure.com
  17. « "Get the cure from Joker and stop him from becoming immortal | Main story sur guides.gamepressure.com
  18. Joe Russell, « Bane to fight alongside Batman in Batman: Arkham City » [archive du ], sur PC Gamer, Future Publishing, (consulté le 8 décembre 2011)
  19. a et b « Shot in the Dark - p. 2 | Side missions » sur guides.gamepressure.com
  20. « Identity Theft | Side missions » sur guides.gamepressure.com
  21. « Cold Call Killer | Side missions » sur guides.gamepressure.com
  22. a et b « The Tea Party | Side missions » sur guides.gamepressure.com
  23. « Enigma Conundrum (riddles 1-9) | Side missions » sur guides.gamepressure.com
  24. « Easter Eggs and Secrets Discovered After Years » sur guides.gamepressure.com
  25. « Poison Ivy » sur ign.com
  26. « Cold Call Killer | Side missions » sur guides.gamepressure.com
  27. « Have You Found All Of Batman: Arkham City’s Secrets? » sur wegotthiscovered.com
  28. (en) Kristine Steimer, « Warden Sharp's Plans For Arkham City », IGN, (consulté le 11 août 2010).
  29. (en) Xav de Matos, « Batman Arkham Asylum 2 announced at the VGAs », Joystiq, (consulté le 12 décembre 2009)
  30. (en) Thierry Nguyen, « Batman: Arkham City Reaffirms Itself as The Best Superhero Game » [archive du ], 1UP.com, News Corporation, (consulté le 25 juin 2012)
  31. (en) Ray Carsillo, « Egm Review: Batman: Arkham City » [archive du ], Electronic Gaming Monthly, EGM Media, LLC., (consulté le 25 juin 2012)
  32. (en) Christian Donlan, « Batman: Arkham City – Review » [archive du ], Eurogamer, Eurogamer Network, (consulté le 14 octobre 2011)
  33. (en) Andrew Reiner, « Batman: Arkham City », Game Informer, GameStop,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 3 novembre 2012)
  34. Grégory Szriftgiser, Test - Batman: Arkham City, 14 octobre 2011, Gameblog.
  35. Yann Bijou (Foucheur), Test : Batman: Arkham City, 4 décembre 2012, Gamekult.
  36. (en) Will Herring, « GamePro – Review: Batman: Arkham City (360/PS3) » [archive du ], GamePro, PC World, (consulté le 7 novembre 2012)
  37. (en) Caroyln Petit, « Batman: Arkham City Review » [archive du ], GameSpot, CBS Interactive, (consulté le 25 juin 2012)
  38. (en) Greg Miller, « IGN – Batman: Arkham City » [archive du ], IGN, News Corporation, (consulté le 25 juin 2012)
  39. Logan, Test du jeu Batman: Arkham City, 25 novembre 2011, Jeuxvideo.com.
  40. (en) Griffin McElroy, « Batman: Arkham City review: A world of difference », Joystiq, AOL,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 6 novembre 2012)
  41. « Batman Arkham City a cartonné », sur Jeuxvideo.com, .
  42. « Video Game Charts, Game Sales, Top Sellers, Game Data - VGChartz », sur VGChartz (consulté le 11 août 2020).
  43. (en) Jim Squires, « Batman Arkham City Lockdown Review »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 août 2017), 8 décembre 2011, Gamezebo.
  44. (en) Andrew Goldfarb, Batman Arkham City: Lockdown Review, 22 décembre 2011, IGN.
  45. Logan, Test du jeu Arkham City: Lockdown, 14 décembre 2011, Jeuxvideo.com.
  46. (en) Will Wilson, Batman Arkham City Lockdown - Round robin, 12 décembre 2011, Pocket Gamer.
  47. (en) Jared Nelson, Batman Arkham City Lockdown Review - The Dark Knight Tries His Hand at Infinity Blade, 9 décembre 2011, TouchArcade.

Liens externes[modifier | modifier le code]