Kurt Russell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Russell.
Kurt Russell
Description de cette image, également commentée ci-après

Kurt Russell au Comic-Con de San Diego, en juillet 2015.

Nom de naissance Kurt Vogel Russell
Naissance (65 ans)
Springfield (Massachusetts, États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur
Films notables New York 1997
The Thing
Boulevard de la Mort
Les Huit Salopards

Kurt Russell est un acteur américain, né le à Springfield (Massachusetts).

Biographie[modifier | modifier le code]

Kurt Russell est le fils de Bing Russell, un ancien champion de baseball qui a joué le rôle du shérif adjoint de la série Bonanza pendant quatorze ans. Kurt suit les traces de son père se passionnant à la fois pour le baseball et pour le cinéma. À dix ans, il enchaîne les téléfilms et les séries, en apparaissant dans une dizaine d'épisodes de la série Le Fugitif (1963-1967), Des agents très spéciaux (1964-1968), Daniel Boone (1964-1970) et Les Voyages de Jamie McPheeters (1964) dont il est la vedette à partir de 1964.

En 1966, il obtient son premier rôle au cinéma dans un film des studios Disney, Demain des hommes (1966) puis joue dans L'Ordinateur en folie (1969). Il signe alors un contrat de 10 ans avec le studio Disney, devenant l'un des acteurs vedettes du studio à l'instar de Tommy Kirk ou Dean Jones et joue dans plusieurs films dont Un singulier directeur (1971) ou Pas vu, pas pris (1972) jusqu'en 1975 avec L'Homme le plus fort du monde.

Parallèlement, il joue au baseball avec une équipe affiliée au California Angels en ligue mineure.

Lassé de l'image de jeune homme sympathique, sain et athlétique qu'il s'est forgée dans les studios Disney, il décide de quitter la maison de production pour construire sa carrière. Les premières années sont alors difficiles ; comme beaucoup d'acteurs qui débutent, il a du mal à entrer dans le monde fermé du cinéma. Il se rabat de fait sur la télévision qui lui permet de tourner de nombreux téléfilms dont notamment : La Recherche des Dieux en 1975, Le Miracle de la mine en 1977 de Jud Taylor, ou encore Amber wave de Joseph Sargent en 1980.

Kurt Russell a été marié avec l'actrice Season Hubley rencontrée sur le plateau du Roman d'Elvis en 1979. Ils se sont mariés le 17 mars 1979 et ont divorcé le 16 mai 1983. De cette union naît leur fils unique Boston Oliver Grant Russell, le 16 février 1980.

Depuis 1983, Kurt Russell n'est pas marié mais en couple avec l'actrice Goldie Hawn, avec qui il a un fils, Wyatt Russell, né le 10 juillet 1986.

Carrière[modifier | modifier le code]

En mars 2007.

C'est sa rencontre avec le réalisateur américain John Carpenter qui va lancer véritablement sa carrière. Ce dernier le transforme en Elvis Presley dans le téléfilm culte, Le Roman d'Elvis en 1979. Cette collaboration va se renouveler à quatre reprises. En 1980, John Carpenter réalise New York 1997, un film d'anticipation sombre et apocalyptique qui reçoit un succès mondial. Il confie à Kurt Russell le rôle du très charismatique Snake Plissken, un ancien héros de guerre reconverti en pirate qui se voit contraint de collaborer avec la police pour sauver le président des États-Unis dont l'avion s'est écrasé sur Manhattan transformé en prison géante. En 1982, Kurt Russell se retrouve dans une mission polaire, confronté à un phénomène inexplicable qui aboutit à la mort de ses collaborateurs dans le classique de l'épouvante The Thing. Puis il tourne avec le même réalisateur dans Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin en 1986, un film fantastique, véritable hommage au réalisateur hongkongais Tsui Hark. Enfin, il renoue avec le mythique Snake Plissken pour Los Angeles 2013 en 1996, la suite du premier épisode. Il a participé au scénario et à la production de ce film.

Entre temps, il a été remarqué par d'autres réalisateurs qui font appel à lui : Ron Howard, en 1990, lui confie un rôle dans Backdraft, Roland Emmerich dans Stargate, la porte des étoiles en 1994. Il obtient quelques succès commerciaux dans des films d'action à grosse distribution comme, en 1988, Tequila Sunrise de Robert Towne avec Michelle Pfeiffer et Mel Gibson. En 1989, Tango et Cash d'Andrei Konchalovsky avec Sylvester Stallone ou encore, en 1993, Tombstone de George Pan Cosmatos avec Val Kilmer.

Après Breakdown de Jonathan Mostow en 1997 et Soldier de Paul Anderson en 1999, l'acteur apparaît moins sur les écrans. Il faut attendre ses performances de braqueur fan du King dans Destination : Graceland en 2001 et de psychiatre dans Vanilla Sky, pour de nouveau le voir surfer sur la vague du succès.

Plus convaincant dans le Dark Blue en 2003 de Ron Shelton et, en 2006, le remake Poséidon de Wolfgang Petersen que dans L'École fantastique en 2005, Kurt Russell rallie en 2007 le clan Tarantino en interprétant sous sa direction le psychopathe Stuntman Mike dans le segment Boulevard de la mort (Death Proof) du diptyque horrifique Grind House.

Il aurait pu retrouver ce dernier une deuxième fois dans Django Unchained à la suite du désistement de son collègue de Destination : Graceland, Kevin Costner, mais il se désiste lui aussi de ce rôle. Il jouea dans d'autre films dont Touchback, sortie directement en DVD ; la comédie noire The Art of the Steal  ; et dans Fast and Furious 7 où il incarne un rôle écrit à la base pour Denzel Washington. Puis il joue le chasseur de primes John Ruth dans Les Huit Salopards, un film de Tarantino, sorti en 2016. En février 2016 il est annoncé au casting de Les Gardiens De La Galaxie 2.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Portrait de Kurt Russell en 1974

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Philippe Vincent[1] est la voix la plus régulière de Kurt Russell. Emmanuel Jacomy[2],[3] et Patrick Floersheim[1] l'ont chacun doublé à quatre reprises.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Comédiens ayant doublé Kurt Russell en France » sur RS Doublage
  2. a, b et c « Comédiens ayant doublé Kurt Russell en France » sur Doublagissimo
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Carton du doublage français sur le DVD zone 2.
  4. « Décès de Patrick Floersheim », sur RS Doublage,‎ .
  5. François Justamand, « Décès de Patrick Floersheim (1944-2016) », sur Objectif-cinema.com,‎ .
  6. Joël Martineau ne double qu'une seule réplique dans ce film, le reste du film étant doublé par Richard Darbois.

Liens externes[modifier | modifier le code]