Batman: Arkham Knight

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Batman
Arkham Knight
Image illustrative de l'article Batman: Arkham Knight

Éditeur Warner Bros. Interactive Entertainment
Développeur Rocksteady Studios
Iron Galaxy Studios (version PC)
Concepteur Sefton Hill
Musique Nick Arundel
David Buckley

Date de sortie
Genre Action-aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme
Ordinateur(s) :
Console(s) :
Média Blu-ray, DVD, distribution numérique
Langue Français intégralement.
Contrôle Manette de jeu ou clavier / souris

Évaluation ESRB : M ?
PEGI : 18 ?
Moteur Unreal Engine 3

Batman: Arkham Knight est un jeu vidéo d'action-aventure développé par Rocksteady Studios et édité par Warner Bros. Interactive Entertainment. Il est sorti le 23 juin 2015 sur PlayStation 4, Xbox One et Windows, puis est prévu à une date ultérieure sur Mac OS X et Linux par Feral Interactive[1]. Il est le titre concluant la série de jeux vidéo Batman: Arkham comprenant les titres Arkham Asylum, Arkham City et Arkham Origins

L'histoire se déroule un an après les évènements de Batman: Arkham City. Le jeu propose une ville de Gotham plus grande que celle vue dans l'épisode précédent. La Batmobile est jouable pour la première fois dans la série. Dans cet opus, Batman doit faire face à l'Épouvantail, au Pingouin, à Double-Face, Harley Quinn, l'homme mystere et à un tout nouveau personnage inédit, le Chevalier d'Arkham[2],[3].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Selon les dires du développeur Rocksteady, la carte de jeu serait cinq fois plus grande que celle proposée dans Arkham City[4]. Ainsi, de par sa taille, la map propose des lieux différents et emblématiques à la fois de Gotham (telle la Vieille Horloge abandonnée servant de QG à Oracle) et de toutes grandes villes américaines (quartiers riches, docks et banlieues). Il existe également un quartier chinois, Chinatown, Nord de Gotham[5].

La grande nouveauté du jeu est l'utilisation de la Batmobile. Batman peut l’utiliser pour se déplacer en ville, « capable de se frayer un chemin, même au travers de certains éléments du décor »[4]. De plus, la Batmobile est aussi utilisée lors de défis qu'impose le Sphinx à l'homme chauve-souris au travers de plusieurs parcours piégés. Celle-ci est aussi dotée de nombreux gadgets (lance-missiles, mitrailleuse, etc).

Le jeu propose des phases de combat en coopération avec un autre personnage, avec lequel il est possible d'échanger les contrôles rapidement en plein affrontement.

Contexte[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du jeu se déroule neuf mois après les évènements concluant Arkham City et la mort du Joker, dont la crémation sert de séquence d'ouverture. La cité de Gotham connaît alors une ère de paix et la criminalité est au plus bas. Cependant, le docteur Jonathan Crane, alias l’Épouvantail, présumé mort dans le premier opus, réapparaît et menace d'inonder la ville de son gaz. La police est alors contrainte d'abandonner la ville et d'évacuer la population en 24 heures. Profitant de l'instabilité environnante, les plus grands criminels de Gotham encore en vie (tels Double-Face, L'homme mystere, Harley Quinn et le Pingouin) s'allient pour prendre le contrôle de la cité, alors divisée en quartiers sous leur propre contrôle.

Après une brève rencontre avec Gordon sur le toit du GCPD, Batman commence sa traque de l'Épouvantail. Il retrouve Poison Ivy, tenue au secret par le docteur Crane après avoir refusé de se joindre à la coalition, n'ayant que peu d'intérêt à le suivre et parce qu'elle est immunisée contre la toxine. Guidé par Oracle, Batman pirate les antennes des studios de cinéma Panessa et de Falcone Shipping, et localise ainsi l'Épouvantail à l'usine chimique Ace Chemicals. Sur place, il découvre toute une armée, dirigée par le Chevalier d'Arkham, un mystérieux mercenaire qui semble le connaître et veut se venger de lui. Le docteur Crane projette de faire exploser une bombe capable de propager sa toxine sur toute la côte Est ; Batman parvient à réduire la puissance de la bombe, mais il respire le terrible poison, et laisse s'échapper l'Épouvantail. Quant au Chevalier d'Arkham, il lance toutes ses forces dans Gotham et enlève Oracle.

Lors d'un flashback dans les studios Panessa où Batman a un repaire secret, on apprend que lors de l'incident d'Arkham City et la nuit du Protocole 10, le Joker lui avait injecté une dose de son sang ainsi qu'à d'autres personnes dans Gotham en envoyant des poches de sang contaminées aux hôpitaux. Malgré les efforts pour détruire ces poches, quatre personnes (Christina Bell, Johnny Charisma, Albert King et Henry Adams) ont été contaminées et depuis, se transforment physiquement et psychologiquement en Joker dans les cellules du repaire de Batman, pendant que Robin tente de trouver un remède définitif. Une cinquième connait une mutation plus lente : Batman lui-même qui n'a pas été totalement guéri par le remède de Mr Freeze.

Sous l'effet de la toxine qu'il a respirée et du sang du Joker, Batman commence sa « transformation » : le clown criminel lui apparaît ainsi sans prévenir, et lui parle, le nargue sans que le héros ne puisse s'en débarrasser. Il parvient à s'échapper de justesse d'Ace Chemicals, qui explose. Il lui faut maintenant sauver Oracle, et anéantir la menace que les troupes du Chevalier d'Arkham font peser sur Gotham. De retour au GCPD, il apprend à Gordon l'enlèvement de Barbara. Ils se rendent à la Tour de l'Horloge dans l'espoir d'y trouver des indices ; mais lorsque le commissaire découvre que sa fille était Oracle et qu'elle travaillait avec Batman, il rend ce dernier responsable, et refuse de continuer à collaborer avec lui. C'est donc seul que le Chevalier noir mène l'enquête.

Il suit les traces du "Hummer" du Chevalier d'Arkham, et se rend sur Miagani Island. Il infiltre le réseau de tunnels souterrains, dans lesquels le mercenaire a installé une base pour une partie de son armée. Au cours de cette deuxième rencontre, le mercenaire tire sur Batman et le laisse à ses soldats. Batman parvient à s'en tirer ; il apprend que c'est le Pingouin qui apporte les armes à la milice. Avec l'aide de Nightwing, il attaque le repaire de Cobblepot, qui lui apprend que l'Épouvantail travaille avec le milliardaire Simon Stagg. Batman pénètre dans les dirigeables de Stagg Enterprises, et découvre que Crane et Stagg ont mis au point un dispositif appelé le Déluge, une machine permettant une dispersion rapide et massive de la toxine de terreur. Quand il tente de capturer l'Épouvantail, l'esprit du Joker reprend le dessus, ce qui permet au Chevalier d'Arkham de fuir avec le Déluge. Batman reprend ses esprits et retrouve Oracle dans un repaire de l'Épouvantail ; mais sur place, il ne peut qu'assister impuissant au suicide de Barbara, soumise au gaz et délirant. Peu après, Batman retourne au GCPD pour demander de l'aide à Ivy. Elle se rend au jardin botanique pour réveiller et utiliser une plante ancestrale capable de purifier l'atmosphère, mais les tanks de la Milice veillent. Pendant ce temps, Harley Quinn infiltre les studios Panessa pour libérer les patients contaminés par le sang du Joker (pensant ainsi ressusciter le vrai Joker), mais dans sa folie, Henry Adams (qui se disait immunisé contre le sang du Joker) tue les autres, puis se suicide, en se rendant compte que Batman est lui aussi contaminé. Robin se rend également compte de la situation et n'a d'autre choix que d'enfermer Batman dans une cellule, refusant d'abandonner le combat tant que l'Épouvantail est libre.

Batman détecte une activité sismique dans la ville, provoquée par des drones qui patrouillent autour du jardin botanique. Ivy les détruit et le chevalier d'Arkham envoie d'autres drones pour contre-attaquer, mais ils sont défaits par Batman. Cependant, la plante réveillée par Ivy n'est pas de taille pour les aider.

Le Déluge est finalement activé et Gotham se retrouve noyé dans un nuage de toxine. Batman prend le risque de plonger dans la brume toxique pour retrouver la machine et la détruire, mais pour contrer les effets du gaz, il demande l'aide de Poison Ivy qui prend le contrôle d'un arbre antique afin de libérer un pollen guérisseur. L'opération requiert toutes ses forces et elle meurt, tandis que l'exposition au gaz renforce l'emprise du Joker sur l'esprit de Batman. Il poursuit néanmoins le Chevalier d'Arkham dans son repaire, un site de construction, et pendant son combat, découvre que sous le masque du Chevalier se cache Jason Todd, le deuxième Robin qu'il croyait mort après avoir été torturé pendant près d'un an par le Joker. Todd cherche la vengeance mais Batman lui tend la main et Jason préfère fuir. Batman et Gordon, qui a entre-temps été libéré par le justicier, retrouvent l'Épouvantail sur le toit du bâtiment, où ils découvrent que le suicide de Barbara n'était qu'une hallucination due au gaz, mais pour libérer sa fille, Gordon doit tuer Batman d'une balle. Gordon vise le plastron pare-balles, permettant au justicier de gagner du temps, de sauver Oracle et de la ramener au GCPD. L'Épouvantail fuit avec Gordon et envoie ses derniers hommes contre le GCPD ; pendant que Batman parvient à repousser l'assaut, Robin est enlevé.

L'Épouvantail pose alors un ultimatum : Batman doit se rendre sans arme ni masque ou Robin et Gordon seront tués. Il accepte et se laisse conduire dans l'asile d'Arkham abandonné. Là, l'Épouvantail fait retirer le masque de Batman et retransmet les images en direct à la télévision avant de lui injecter une dose massive de sérum de terreur. Le monde voit donc Bruce Wayne succomber à la folie, mais il mène un combat spirituel contre le Joker qui tente de prendre totalement possession de son corps. Le clown rappelle à Batman toutes les personnes qui ont souffert à cause de sa croisade justicière, mais le Chevalier noir reprend le dessus en se souvenant qu'il n'est qu'un symbole et que le combat continuera bien après que le Joker sera devenu un lointain souvenir. Bruce dit adieu au Joker alors que celui-ci est d'une certaine manière enfermé pour toujours dans son esprit. Alors que l'esprit de Wayne redevient clair, Jason Todd surgit, le libère et laisse Batman retourner le sérum de terreur contre l'Épouvantail.

De retour à Gotham City, Batman et les hommes de Gordon reprennent le contrôle de la ville avant qu'Alfred n'active le programme « Knightfall » : démasqué, Batman retourne au manoir Wayne. Quelques instants plus tard, devant les caméras des journalistes, le manoir explose, laissant entendre que les deux hommes ont péri. Un an plus tard, Gordon, devenu maire de Gotham, se prépare à célébrer le mariage de Barbara et Tim Drake, tandis que, dans une ruelle, deux criminels voient l'ombre d'un Batman démoniaque apparaitre.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Batman / Bruce Wayne : Lorsque ses parents sont abattus devant lui, le jeune Bruce Wayne décide de débarrasser Gotham City des criminels responsables de leur mort. Il s'entraîne sans relâche afin d'atteindre la perfection mentale et physique et de maîtriser les arts martiaux, les techniques d'investigation et la psychologie criminelle. Déguisé en chauve-souris pour effrayer les malfrats, Batman combat le crime à l'aide de gadgets et de véhicules personnalisés depuis sa Batcave secrète, située sous le manoir Wayne. Depuis les événements d'Arkham City, de nombreux citoyens de Gotham pensent que Batman a enfreint sa règle d'or en tuant son ennemi juré, le Joker.
  • le Joker : Ennemi juré de Batman, l'autoproclamé Prince clown du crime est capable d'une violence extrême et affiche un goût prononcé pour le chaos. Sa mort à Arkham City, des suites d'une overdose de Titan, secoue la pègre de Gotham tout entière, beaucoup tenant Batman pour seul responsable. Dans ce nouvel opus, le Joker revient sous la forme de fantôme que seul Batman peut voir et entendre, causé par le sang du Joker encore présent dans le corps de Batman qui aurait apparemment permis à son ennemi juré de vivre à travers lui.
  • l'Épouvantail / Jonathan Crane : Autoproclamé maître de la peur, le Dr Jonathan Crane est un ancien psychiatre obsédé et dérangé qui fait usage de drogues expérimentales et de stratagèmes psychologiques dans le but d'exploiter les phobies de ses victimes. À la suite d'une exposition prolongée à sa toxine, l'Épouvantail est incapable d'éprouver la peur qui le fascine tant. Seul Batman parvient encore à susciter chez lui la terreur. Après son attaque sur le Chevalier noir à l'asile d'Arkham, l'Épouvantail est mutilé par Killer Croc. La rumeur dit qu'il a depuis reconstruit son visage à l'image de son masque emblématique et planifié sa vengeance contre Gotham et son gardien.
  • le Chevalier d'Arkham : Hormis le complexe d'entraînement militaire découvert en Amérique du Sud, on ignore tout du Chevalier d'Arkham avant son arrivée à Gotham, où il se forge rapidement une solide réputation parmi les chefs criminels de la ville. Allié à l'Épouvantail, le Chevalier d'Arkham a juré qu'il n'aurait pas de répit avant d'avoir tué Batman.
  • Oracle / Barbara Gordon / Batgirl II : Fille du Commissaire James Gordon, Barbara combat le crime aux côtés de Batman en tant que Batgirl jusqu'à ce qu'une blessure la cloue dans un fauteuil roulant. Barbara devient alors Oracle et aide le Chevalier noir grâce à ses connaissances en informatique, en lui fournissant un flux continu d'informations alors qu'il opère sur le terrain.

Lieux[modifier | modifier le code]

Le joueur peut évoluer dans trois îles de Gotham City, reliées entre elles par des ponts qui s'abaissent au fur et à mesure de la progression dans le jeu :

  • Bleake Island : Batman explore le GCPD, la Tour de l'horloge (cachette d'Oracle), les studios de cinéma Panessa et Ace Chemicals.
  • Miagani Island : la Tour Wayne et l'Hôpital général Eliott sont les principaux bâtiments.
  • Founders' Island : on croise le Wayne Plazza, le centre Commercial Killinger, ainsi que le chantier du métro.

Une quatrième île, plus petite, voit se dresser la statue de la Dame de Gotham, qui rappelle la Statue de la Liberté. La fin du jeu se déroule à l'Asile d'Arkham, qui semble à l'abandon depuis les événements du premier jeu. Dans la baie de Gotham, on peut voir au loin le manoir Wayne, la Tour Wonder d'Arkham City et l'Asile d'Arkham.

Développement[modifier | modifier le code]

Configuration PC[6]
Configuration minimum
PC
Système d'exploitation Windows 7 SP1, Windows 8.1
Processeur Intel Core i5-750, 2.67 GHz ou AMD Phenom II X4 965, 3.4 GHz
Mémoire vive 6 Go de RAM
Carte graphique NVIDIA GeForce GTX 660 (mémoire graphique : 2 Go)
DirectX®: 11
Espace disque 45 Go d'espace disque disponible
Configuration recommandée
PC
Système d'exploitation Windows 7 SP1, Windows 8.1
Processeur Intel Core i7-3770, 3.4 GHz ou AMD FX-8350, 4.0 GHz
Mémoire vive 8 Go de RAM
Carte graphique NVIDIA GeForce GTX 760 (mémoire graphique : 3 Go)
DirectX®: 11
Espace disque 55 Go d'espace disque disponible

Annoncé le 4 mars 2014, le jeu est initialement programmé pour sortir le 14 octobre 2014[7]. Sa date de parution est repoussée au 2 juin 2015[8], puis au 23 juin 2015[9].

Classification[modifier | modifier le code]

En Amérique du Nord, le jeu, à la différence de ses prédécesseurs classés « Teen » (T) pour les joueurs de plus de 13 ans, est classé « Mature » (M) par l'ESRB, signifiant qu'il est déconseillé aux moins de 17 ans. En Europe la classification par le PEGI passe d'un « PEGI 16 » à un « PEGI 18 », déconseillant également le titre aux moins de 18 ans. Selon le directeur de Rocksteady, le jeu est « le plus sombre et violent de la trilogie, avec un héros repoussé dans ses extrêmes limites et une fin nette et sans compromis »[10].

Contenus téléchargeables[modifier | modifier le code]

À la sortie du jeu, Rocksteady annonce la parution de DLC sur un rythme mensuel.

Un contenu téléchargeable, annoncé le 24 juin 2014 comme une exclusivité de la PS4 et intitulé Scarecrow Nightmare Pack, permet lors de quelques missions bonus, d'affronter et de défaire l'Épouvantail et ses sbires, ceci dans un environnement psychotique causé par les hallucinations du gaz du criminel, effets déjà rencontrés dans le premier opus de la trilogie[11]. Le joueur doit alors « affronter une vision imposante de l’Épouvantail et son armée de morts-vivants »[12].

Parallèlement à la date de sortie, deux éditions collectors sont commercialisés : Batman: Arkham Knight Limited Edition et Batman: Arkham Knight Batmobile Edition, respectivement à 120 et 200 euros. Les deux packs comprennent le jeu associé à trois skins de jeu, un boitier métallique, un artbook de 80 pages et un comic créé uniquement pour le jeu (Arkham Knight #0), ainsi qu'une figurine différente selon le pack : une statue commémorative de Batman pour le premier, une Batmobile transformable pour le second[13]. Cependant, cette dernière est annulée quelques jours avant la sortie du jeu.

Il est également possible de se procurer plusieurs packs supplémentaires tous composés de mini-histoires généralement découpées en 3 parties : le pack Histoire : Harley Quinn, permet aux joueurs d'incarner l'acolyte psychotique du Joker à la recherche de Poison Ivy, le pack "Histoire : Red Hood" permet aux joueurs d'incarner le justicier assassin souhaitant régler ses comptes avec Black Mask ainsi que les packs "Pile ou Face", "La vengeance de Catwoman" et "G.C.P.D. : état d'urgence" permettant de jouer respectivement Robin, Catwoman et Nightwing.

En juillet 2015, Rocksteady annonce le DLC Matter of the Family, où il sera possible de contrôler pour la première fois Batgirl.

Pour décembre 2015 un nouveau DLC est annoncé The Season of Infamy où le Joueur pourra affronter Killer Croc, Ra's al Ghul, Freeze et le Chapelier Fou dans de nouvelles missions secondaires ajouté dans le mode Histoire.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse numérique
Média Note
Gameblog (FR) 4.5 / 5[14]
Gamekult (FR) 8 / 10[15]
GameSpot (US) 7 / 10[16]
IGN (US) 9,2 / 10[17]
Jeuxvideo.com (FR) 17 / 20[18]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 83,75 % (Xbox One)[19]
88,00 % (PS4)[20]
Metacritic 79 / 100 (Xbox One)[21]
89 / 100 (PS4)[22]

La presse spécialisée française accueille très bien le jeu, avec des notes de 8/10 pour Gamekult[15], 17/20 pour Jeuxvideo.com[18], 4,5/5 pour Gameblog et 16/20 pour JeuxActu. Les blogs du Monde et de Libération orientés vers les jeux vidéo et le numérique, à savoir Pixels et Écrans, reconnaissent aussi les nombreuses qualités d'Arkham Knight.

Tout le monde s'accorde sur la beauté des graphismes, le gameplay intuitif et fluide, ainsi qu'un solide scénario s'encrant bien dans la continuité débutée avec Arkham Asylum. La Batmobile, grosse nouveauté du jeu, séduit la plupart des journalistes mais beaucoup rechignent sur la redondance des combats obligatoires avec l'engin, voire son utilité globale. Si l'histoire s'avère prenante et propose bon nombre de rebondissements (à l'instar des autres opus), l'identité du Chevalier d'Arkham est beaucoup trop prévisible, si l'on connaît un peu l'univers du Chevalier Noir. Malgré ces quelques défauts, le jeu reçoit unanimement des éloges.

Problèmes[modifier | modifier le code]

Le jeu souffre de gros problèmes sur la version PC à son lancement, au point que les constructeurs nVidia et AMD ont dû poster un communiqué de presse et mettre à disposition de nouveaux drivers corrigeant quelques problèmes, le temps que les développeurs permettent le débug du jeu[23]. Devant les nombreuses plaintes, le studio se voit finalement obligé de suspendre les ventes et de repousser la date de sortie définitive pour satisfaire les joueurs[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sortie du port sur les deux systèmes d'exploitation annoncée sur le site officiel de Feral Interactive
  2. « Batman Arkham Knight : La Batmobile jouable », sur JeuxVideo.com, .
  3. (en) « April Cover Revealed – Batman: Arkham Knight », sur GameInformer, .
  4. a et b http://www.jeuxvideo.fr/jeux/batman-arkham-knight/batman-arkham-night-5-arkham-city-actu-687714.html.
  5. http://www.xb-live.com/news/batman-arkham-knight-le-point-sur-les-dernieeres-infos-66500.
  6. Votre PC est-il prêt pour Batman : Arkham Knight ?
  7. http://ca.ign.com/articles/2014/03/04/the-new-batman-game-is-batman-arkham-knight.
  8. « Arkham Knight pour le 2 juin »
  9. « Batman Arkham Knight encore repoussé », sur gameblog.fr, .
  10. « l'épisode le plus sombre de la saga », sur Jeuxvideo.com
  11. http://www.eurogamer.net/articles/2014-06-24-batman-arkham-knights-ps4-exclusive-scarecrow-nightmare-pack-detailed
  12. http://www.melty.fr/batman-arkham-knight-le-dlc-sur-ps4-se-devoile-a300583.html
  13. « Packs Batman Arkham Knight »
  14. Keem Tran, « Test de Batman: Arkham Knight », Gameblog, (consulté le 20 juin 2015)
  15. a et b Amaebi, « Test de Batman: Arkham Knight », Gamekult, (consulté le 26 juin 2015)
  16. (en) Kevin VanOrd, « Batman: Arkham Knight Review », GameSpot, (consulté le 26 juin 2015)
  17. Aymeric Lallee, « Batman: Arkham Knight Test », sur IGN, (consulté le 26 juin 2015)
  18. a et b Logan, « Test de Batman: Arkham Knight », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 26 juin 2015)
  19. (en) « Batman: Arkham Knight », GameRankings (consulté le 26 juin 2015).
  20. (en) « Batman: Arkham Knight », GameRankings (consulté le 26 juin 2015)
  21. (en) « Batman: Arkham Knight », Metacritic (consulté le 26 juin 2015).
  22. (en) « Batman: Arkham Knight », Metacritic (consulté le 26 juin 2015)
  23. La version PC de Batman Arkham Knight souffre de gros problèmes
  24. https://community.wbgames.com/t5/Support-for-PC/June-24-Update-on-PC-Version-of-Arkham-Knight/m-p/575332#U575332

Lien externe[modifier | modifier le code]