Mustang (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mustang.
Mustang
Réalisation Deniz Gamze Ergüven
Scénario Deniz Gamze Ergüven
Alice Winocour
Acteurs principaux

Güneş Nezihe Şensoy
Doğa Zeynep Doğuşlu
Tuğba Sunguroğlu
Elit İşcan (tr)
İlayda Akdoğan
Ayberk Pekcan
Nihal Koldaş (tr)

Sociétés de production CG Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la Turquie Turquie
Drapeau du Qatar Qatar
Genre Drame
Durée 97 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mustang est un film dramatique germano-franco-turco-qatari[1],[2] réalisé par Deniz Gamze Ergüven, sorti en 2015. Il montre cinq jeunes sœurs turques défendant avec fougue leur joie de vivre et leur liberté contre l'emprise d'un patriarcat étouffant.

Il est présenté à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes 2015. Il est choisi pour représenter la France dans la course à l'Oscar 2016 du meilleur film en langue étrangère. Il fait partie des cinq nommés dans cette catégorie.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un village turc, cinq sœurs vivent dans un environnement strict. Des mariages forcés se préparent...

Synopsis détaillé[modifier | modifier le code]

Cinq sœurs orphelines sont élevées par leur grand-mère dans un village du nord de la Turquie, à 1 000 km d'Istanbul. Le dernier jour de l'année scolaire, elles rentrent chez elles par le bord de mer, en compagnie de camarades de classe. Juchées sur les épaules des garçons, elles s'affrontent pour se faire tomber à l'eau tout habillées. Les ragots du village les précèdent chez elles. Leur jeu innocent a été jugé obscène. L'oncle Erol — très à cheval sur un patriarcat qui se drape de tradition, de morale et de religion — reproche à sa mère (la grand-mère des filles) une éducation trop laxiste. Les aînées doivent subir à l'hôpital un examen d'intégrité hyménéale. Et la maison se transforme peu à peu en prison : murs d'enceinte rehaussés, portes fermées à clef, barreaux aux fenêtres, plus d'école, plus d'ordinateur, plus de téléphone, mais des cours de cuisine et de ménage dispensés par des femmes à hijab.

La benjamine, Lale, sollicite de l'oncle Erol l'autorisation de l'accompagner à un match de football. Erol refuse. Comme des violences entre supporters ont émaillé une précédente rencontre, la Fédération de Turquie de football décide que le prochain match sera joué non pas à huis clos, mais devant un public exclusivement féminin. Les cinq filles font le mur et réussissent à gagner le stade en car. Cependant, à la maison, les hommes se disposent à regarder le match à la télévision. Dans la cuisine, il y a également un téléviseur, et les femmes ont la surprise de voir les filles apparaître sur l'écran. Une tante a le réflexe de faire sauter les plombs de la maison. Puis elle sort et, à coups de pierre, fait disjoncter un transformateur, privant tout le village d'électricité.

Si le pire a été évité, puisque les hommes et le voisinage n'ont rien su, les conséquences vont quand même être lourdes pour les cinq sœurs. On leur confectionne des robes informes « couleur de merde[3] » qu'elles méprisent. Et leurs mariages vont être arrangés tour à tour.

L'aînée, Sonay, tient bon. Elle menace de faire un scandale si on ne la laisse pas épouser Ekin, son petit ami. La grand-mère cède.

Selma, la deuxième, se laisse marier à Osman, un garçon qui ne lui plaît pas du tout. Durant la nuit de noces, la famille d'Osman tambourine nerveusement à la porte de la chambre pour contrôler le drap nuptial. Il y a bien eu pénétration, mais pas la moindre trace de sang sur le drap. Pistolet à la ceinture, le père entraîne sa bru à l'hôpital pour un nouvel examen. Il s'avère que l'hymen est toujours intact, comme cela arrive parfois. La jeune épouse a la vie sauve.

Il est révélé que l'oncle Erol abuse de Ece. Celle-ci adopte un dangereux comportement et finit par se suicider. Lale, est déterminée à s'enfuir vers Istanbul, elle apprend à conduire en cachette avec l'aide de Yasin, un chauffeur-livreur. Alors qu'elle rentre chez elle, la voisine la surprend. Des barreaux aux fenêtres sont ajoutés, sortir de la maison est devenu impossible.

L'oncle Erol commence à violer régulièrement Nur, la quatrième des sœurs. La grand-mère l'apprend et précipite le mariage de Nur. Le soir du mariage, Lale encourage Nur à se révolter et les deux sœurs se barricadent dans la maison. Erol devient très agressif et tente par tous les moyens de s'introduire dans la maison. Lale réussit à joindre Yasin par téléphone avant que celui-ci ne soit coupé. Les filles réussissent à fuir avec la voiture d'Erol mais au premier virage, celle-ci finit dans un talus. Quelques minutes plus tard Yasin vient les chercher et les conduit à la gare routière. Elles réussissent à gagner Istanbul, et se rendent chez Dilek, leur ancienne maîtresse d'école.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Portrait de face, cheveux longs, moustache, souriant.
Burak Yiğit interprète Yasin, le chauffeur-livreur.
  • Les cinq sœurs :
  • Ayberk Pekcan : Erol, l'oncle
  • Nihal Koldaş (tr) : la grand-mère
  • Burak Yiğit : Yasin, le chauffeur-livreur
  • Bahar Kerimoglu : Dilek, l'enseignante
  • Enes Sürüm : Ekin, le petit ami de Sonay
  • Suzanne Marrot : tante Hanife
  • Hüseyin Baysal : le propriétaire au fusil
  • Şerife Kara : la grand-tante
  • Aynur Kömeçoğlu : tante Emine
  • Erol Afşin : Osman, le jeune époux de Selma
  • Serpil Reis : la mère d'Osman
  • Rukiye Sarıahmet : la tante d’Osman
  • Aziz Kömeçoğlu : le père d'Osman
  • Müzeyyen Çelebi : la mère d'Ekin
  • Kadir Çelebi : le père d'Ekin
  • Tuncer Kumcular : le gynécologue
  • Aykut Karatay : l'amant occasionnel d'Ece
  • Utku Zeka : le compagnon de Dilek[7]

Production[modifier | modifier le code]

Warren Ellis en concert en 2012.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute en août 2014 à İnebolu, port de la mer Noire, à 600 km à l'est d'Istanbul[8]. Aucun film n'a encore été tourné là-bas[9]. Le village de la fiction se situe à 1 000 km d'Istanbul (dixit Yasin). On peut donc l'imaginer encore plus à l'est, dans la province de Trabzon, elle aussi au bord de la mer Noire[10]. La région est « connue comme un berceau d’idées ultra-nationalistes, charriant aussi dans les médias leurs corollaires de crimes retentissants[10]. » On peut de même imaginer que le match auquel les filles se rendent en car a lieu dans la préfecture de la province, Trabzon[10] (l'ancienne Trébizonde), où le football est particulièrement populaire.

Musique[modifier | modifier le code]

Pour composer la musique, Deniz Gamze Ergüven fait appel à l'Australien Warren Ellis (le violoniste de Dirty Three, de Nick Cave and the Bad Seeds et de Grinderman) dont elle apprécie la puissance narrative : « Quand Warren joue du violon, on a le sentiment d’entendre une voix qui raconte une histoire. Et ses orchestrations sont bouleversantes. Il y avait une évidence esthétique dans cette rencontre, une cohérence entre les décors du film — la grande maison en bois, les paysages de la mer Noire — et le choix de ses instruments[9]. »

Contexte[modifier | modifier le code]

Remontée progressive du patriarcat[modifier | modifier le code]

La Turquie accorde le droit de vote aux femmes bien avant la France[11]. « C’est, dit Deniz Gamze Ergüven, un pays officiellement laïque où les femmes ont voté dans les années 30, y'a aussi des vrais trucs de modernité[12]. » De 1982 à 2002, le mouvement des femmes devient une force en Turquie[13]. En 1983, une loi autorise l'IVG jusqu'à la dixième semaine de grossesse[14].

Mais, depuis l'arrivée au pouvoir en 2003 de l'AKP, le parti de Recep Tayyip Erdoğan, le patriarcat regagne du terrain par petites touches, sous couvert de tradition, de morale ou de religion. En 2012, Erdoğan assimile l'IVG à un « meurtre », et affiche sa volonté de la rendre illégale au-delà de quatre semaines de grossesse[15]. Ses exhortations à faire trois enfants se multiplient, l'accroissement de population devant permettre à la Turquie de se placer parmi les dix économies les plus puissantes du monde[15].

« Une des choses que fait le gouvernement actuel, dit Deniz Gamze Ergüven, c’est de transformer les écoles laïques en écoles religieuses […] IIs sont en train de torpiller la laïcité à sa source. Ce qui veut aussi dire qu’ils sont en train de modeler une société très religieuse qui peut être dirigée un peu comme des moutons dans une direction ou une autre. Ce n’est pas dans un but spirituel, mais dans un but de générer de la cohésion sociale identitaire[12]. »

Pour la réalisatrice, le pays est « paradoxal » vis-à-vis des femmes : « Depuis les années 30, nous avons le droit de vote, mais la société est au fond profondément patriarcale, le code de l’honneur a beaucoup d’importance[16]… » En Turquie, 53 % des femmes assassinées le sont par leur mari, et 17 % par un autre membre de la famille[15]. De 2002 à 2009, 4 063 femmes sont assassinées pour « cause d'honneur »[15]. Durant la même période, si 15 564 personnes se voient inculpées pour assassinat ou violences faites aux femmes, elles ne sont que 5 700 à être condamnées[15].

Le , Bülent Arınç, vice-Premier ministre, déclare : « Une femme doit conserver une droiture morale, elle ne doit pas rire fort en public[17]. » Et, le , Erdoğan, devenu président de la République, assure, Coran à l'appui, que la femme ne peut être considérée comme l'égale de l'homme. « Notre religion, dit-il, a défini une place pour les femmes dans la société : la maternité[18]. » Les deux sexes ne peuvent être traités de la même façon, « parce que c'est contre la nature humaine[18] ». Il ajoute : « Vous ne pouvez pas mettre sur un même pied une femme qui allaite son enfant et un homme[18]. »

« Je voulais raconter ce que cela représente d’être une femme aujourd’hui en Turquie, dit la réalisatrice. Le pays a toujours été partagé entre deux courants, l’un progressiste, l’autre rétrograde, mais depuis quelques années le second s’impose. Chaque semaine, des types de l’AKP font des déclarations odieuses sur les femmes, qui contribuent à polluer les esprits. Ils nous obligent à nous cacher, à nous taire, à avoir honte[8]. » Mustang est donc un film cherchant à raconter ce qu'est une femme dans la société turque d'aujourd'hui, où sa place fait débat[9]… Quel est le rapport de la femme turque à la sexualité ? Que penser d'un conservatisme absurde qui voit de la sexualité partout ? Pourquoi un pays qui fut l'un des premiers à accorder le droit de vote aux femmes sombre-t-il dans l'obscurantisme au point de leur refuser le droit de disposer de leur propre corps[9] ?

Le match de football à public féminin[modifier | modifier le code]

En juillet 2011, lors d'un match amical, les supporters de l'équipe de football de Fenerbahçe envahissent le terrain. Plutôt que d'infliger au club une amende ou une rencontre à huis-clos, la Fédération de Turquie de football décide d'interdire les spectateurs masculins de plus de 12 ans au match de troisième journée de Championnat Fenerbahçe-Manisaspor. Le 20 septembre, au stade Şükrü Saracoğlu d'Istanbul, c'est une première mondiale : le public est composé de 41 000 femmes et enfants[19].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Zaman France, « Le film d'une réalisatrice turque choisi pour représenter la France aux Oscars en 2016 », sur zamanfrance.fr, (consulté le 28 février 2016).
  2. a et b (tr) Yenal Bilgici, « Fransa'nın yeni Türk yıldızı: Deniz Gamze Ergüven », sur radikal.com.tr, (consulté le 28 février 2016).
  3. a et b Isabelle Regnier, « Mustang » : cinq filles au galop », sur lemonde.fr, 22 mai 2015 (consulté le 15 juillet 2015).
  4. « Les filles de Mustang, une belle bande d'insoumises », sur telerama.fr, (consulté le 17 juin 2015).
  5. « Mustang », sur unifrance.org, 2015 (consulté le 11 janvier 2016).
  6. (en) Jay Weissberg, « Cannes Film Review: ‘Mustang’ », sur variety.com, 19 mai 2015 (consulté le 15 juillet 2015).
  7. « Acteurs et actrices », sur allocine.fr (consulté le 15 juillet 2015).
  8. a et b Romain Blondeau, « Sur le tournage de Mustang », sur lesinrocks.com, 19 mai 2015.
  9. a, b, c et d « Secrets de tournage », sur allocine.fr (consulté le 17 juillet 2015).
  10. a, b et c Pierre Audebert, « Mustang », sur culturopoing.com, 17 juin 2015 (consulté le 15 juillet 2015).
  11. « Les Françaises votaient en 1945... les femmes Turques en 1934 ! », sur zamanfrance.fr, 29 avril 2015 (consulté le 17 juillet 2015).
  12. a et b Constance Bloch, « Mustang ou le destin tragique de cinq sœurs en Turquie », sur konbini.com, 17 juin 2015 (consulté le 17 juillet 2015).
  13. Sirin Tekeli, « Les femmes républicaines et la place de la femme turque dans la société d'aujourd'hui : statut juridique et politique », sur cemoti.revues.org, Cahiers d'études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 4 mai 2006 (consulté le 17 juillet 2015).
  14. Lucie Drechselova, « Le mois de mai, tournant historique pour l’avortement en Turquie ? », sur ovipot.hypotheses.org, 29 avril 2013 (consulté le 17 juillet 2015).
  15. a, b, c, d et e Marine Messina, « Les droits des femmes turques sont-ils en régression ? » sur lemonde.fr, 27 novembre 2014 (consulté le 16 juillet 2015).
  16. Clémentine Goldszal, « Cannes 2015 : portrait de Deniz Gamze Ergüven », sur glamourparis.com, 20 mai 2015 (consulté le 16 juillet 2015).
  17. « Les femmes turques « ne doivent pas rire fort en public », elles s'esclaffent sur Twitter », sur lexpress.fr, 30 juillet 2014 (consulté le 16 juillet 2015).
  18. a, b et c AFP, « Pour Erdogan, la femme n'est pas l'égale de l'homme », sur huffingtonpost.fr, 24 novembre 2014 (consulté le 17 juillet 2015).
  19. Fred Hirzel, « Les femmes et les enfants d’abord », sur letemps.ch, 22 septembre 2011 (consulté le 15 juillet 2015).
  20. « Récompenses », sur allocine.fr (consulté le 17 juillet 2015).
  21. Céline Pierre-Magnani, « Retour de la Croisette : Mustang de Deniz Gamze Ergüven », sur majlis-remomm.fr, 2 juin 2015 (consulté le 17 juillet 2015).
  22. http://www.stockholmfilmfestival.se/en/news/2015/stockholm-film-festival-announces-2015-award-winners
  23. « “Mustang”, prix Lux du Parlement européen », sur euronewsfr, (consulté le 25 novembre 2015)
  24. « OSCARS - Et le film choisi pour représenter la Turquie est… », sur lepetitjournal.com, 16 septembre 2015 (consulté le 8 novembre 2015).
  25. Isabelle Regnier, « Mustang représentera la France aux Oscars », sur lemonde.fr, 22 septembre 2015 (consulté le 8 novembre 2015).
  26. « Oscars 2016, toutes les nominations : Leonardo DiCaprio et la France en lice », sur purepeople.com, 14 janvier 2016 (consulté le 14 janvier 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]