Lac de Saint-Cassien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac de Saint-Cassien
Image illustrative de l'article Lac de Saint-Cassien
Administration
Pays Drapeau de la France France
Département Var
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 56″ Nord, 6° 48′ 27″ Est
Type Lac de Plaine
Superficie 3,7 km2
Altitude 147 m
Volume 60 millions de m3
Hydrographie
Bassin versant 355 km2
Alimentation le Biançon, le Riou Blanc
Émissaire(s) le Biançon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lac de Saint-Cassien

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Lac de Saint-Cassien

Géolocalisation sur la carte : Var

(Voir situation sur carte : Var)
Lac de Saint-Cassien

Le lac de Saint-Cassien est un lac de barrage français situé en Provence, dans le sud-est du département du Var, dans le canton ou « pays » de Fayence.

Il est bordé au nord et à l'est par les communes de Montauroux et de Callian, à l'est par les communes de Tanneron et des Adrets-de-l'Estérel, et au sud par Les Estérets-du-Lac.

Ses plus grandes dimensions varie de trois kilomètres (petit axe est-ouest) à sept kilomètres (grand axe nord-sud). Le barrage retient 60 millions de m3 d'eau. Avec 430 ha de superficie, c'est le plus vaste plan d'eau de l'Esterel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le barrage
Pêcheur au lancer sur le lac.
Le lac sert à l'écopage des canadairs lors des incendies qui touchent les forêts méditerranéennes.

Situé plus au nord que le barrage de Malpasset, et construit après sa rupture tragique le 2 décembre 1959 à 21 h 13, entre 1962 et 1965, il fut mis en service en 1966. À l'origine, la retenue de Saint-Cassien alimentée par un canal de dérivation de la Siagne dans sa partie moyenne, et accessoirement le Riou Blanc, devait suppléer les insuffisances de la retenue de Malpasset, alimentée par le Reyran asséché en été, et garantir l'alimentation en eau des villes et villages du sud-est du Var et de l'extrême sud-ouest des Alpes-Maritimes.

Description[modifier | modifier le code]

Le barrage est construit en remblai. Il culmine à la cote 158,50 m NGF. Sa cote nominale de retenue est à 147,35 m et sa cote minimale de réserve utile à 138,50 m. Le 16/09/2006, du fait de la sécheresse, il a atteint sa cote la plus basse : 139,92 m.

Comme la retenue de Malpasset auparavant, il noie sur sept kilomètres l'aqueduc romain de Mons à Fréjus[1],[2] dans lequel fut installé en 1894 une conduite moderne en ciment.

Autour du barrage[modifier | modifier le code]

En 1988, dans sa partie ouest, fut créée la réserve ornithologique de Fondurane[3] de 43 hectares gérée depuis par le C.E.E.P[4] (Conservatoire Études des Écosystèmes de Provence).

Le lac est coupé en son centre par le Pont du Pré-Claou (route départementale 37).

C'est aujourd'hui un lieu touristique au creux des collines abruptes du Midi. De nombreux aménagements ont été réalisés : criques, accès aux plages, parkings, restaurants, location de pédalos ...

Sport[modifier | modifier le code]

La ligue Côte d'Azur de la Fédération française d'aviron y a installé son centre d'entraînement.

Le lac de Saint-Cassien est devenu un haut-lieu de la pêche à la carpe.

La chasse et la plongée subaquatique y sont interdites. La pêche est réglementée (il faut être titulaire d'une carte de pêche) ainsi que la navigation (seuls les bateaux à moteur électriques sont autorisés).

Faune et flore[modifier | modifier le code]

L'eau du lac de Saint-Cassien, comme celle des autres lacs de la région est très trouble en surface, très froide et sans oxygène ni faune ni flore après 10 mètres de fond.

La faune y est riche en :

Le poisson chat, la perche soleil et l'écrevisse américaine appartiennent à la liste des espèces " susceptibles de provoquer des déséquilibres biologiques " en France.

La flore est constituée essentiellement de myriophilles aquatiques (envahissantes), de spirogia[réf. nécessaire], d'azolla, d'élodée et de potamogéton.

Toponymie-Topographie du lac de retenue E.D.F. de Saint-Cassien[modifier | modifier le code]

Saint-Cassien Toponymie.jpg

Le lac étant situé dans une région de forêts quasi inhabitées, on ne retrouve sur les cadastres que très peu de noms d'écarts ou de quartiers : il a ainsi fallu baptiser des zones plus ou moins anonymes ou portant des noms identiques (Biançon).

Trajet de l'aqueduc romain de Mons à Fréjus immergé dans le lac de Saint Cassien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : aqueduc de Mons à Fréjus.

D'après un document publié dans les Cahiers d'Archéologie Subaquatique en 2007[6] :

  • en rouge le tracé de l'aqueduc romain
  • en noir = tunnels
  • en vert clair = canal 'Jourdan' (1892)
  • en vert foncé = canal E2S de 1965
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Liens externes[modifier | modifier le code]

External.svg
Trop de liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Les liens externes doivent être des sites de référence dans le domaine du sujet. Il est souhaitable — si cela présente un intérêt — de citer ces liens comme source et de les enlever du corps de l'article ou de la section « Liens externes ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aqueduc romain de Mons à Fréjus
  2. L'aqueduc romain de Mons à Fréjus mis au jour
  3. Fondurane
  4. C.E.E.P. Fondurane
  5. La gestion du Lac de Saint-Cassien
  6. Observation du trajet de l'aqueduc romain de Fréjus dans la partie habituellement immergée du lac de retenue E.D.F. de Saint-Cassien (communes de Montauroux, Callian et Les Adrets-de-l'Estérel, Var.) Royon M., Anne et Jean-Pierre Joncheray, Cahiers d'Archéologie Subaquatique, XVI, 2007, p.5-86.