Loto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loto (homonymie).

Le loto, ou lotto en Suisse, Belgique et au Québec, est un jeu de société fondé sur le hasard.

Loto traditionnel[modifier | modifier le code]

Le quine ou loto peut se jouer toute l'année, le nombre de lotos est limité à six par an (uniquement si l'association n'organise que des lotos en manifestation exceptionnelle) et par association.

La mise maximum du joueur doit être inférieure ou égale à 20€ pour l'ensemble de ses cartons.

Le loto doit être organisé dans un but social, culturel, scientifique ou sportif et le but précis du loto doit être mentionné sur les moyens de communication.

Il est interdit d'organiser des ramassages des participants en car de tourisme.

Il est également interdit de mettre en jeu de la volaille vivante,du gibier et de l'argent (les cartes cadeaux ou les bons d'achat sont légaux). L'ensemble des lots de viande à gagner doit porter une trace de suivi depuis le lieu de l'abattage.

Le loto peut se jouer uniquement dans un cadre associatif restreint, c'est à dire uniquement les adhérents et les sympathisants de l'association, les lotos ne doivent pas être ouvert au grand public. De nombreuses associations organisent très régulièrement des lotos traditionnels afin d'obtenir des recettes pour la réalisation de leurs projets.

Un meneur de jeu tire au sort une boule sur laquelle est inscrit un numéro (de 1 à 90). Pour que le choix soit véritablement aléatoire, les boules sont dans un boulier,un sac ou un pot. Dès qu'il a tiré le numéro, le meneur de jeu annonce à voix claire et audible de tous, la valeur lue sur la boule.

Les joueurs ont reçu ou acheté des cartons en début de partie. Les cartons sont valable pour toute la durée du loto. Sur chaque carton figure une grille comportant trois lignes et neuf colonnes. Parmi les cellules qui en résultent, quatre, dans chaque ligne, sont vides alors que cinq comportent un nombre. C'est dire que chaque carton affiche quinze numéros.

Chaque joueur, à l'annonce du numéro tiré par le meneur de jeu, vérifie si l'un de ses cartons comporte le numéro tiré. Si oui, il met un jeton sur la case correspondante.

On procède alors à un nouveau tirage et ainsi de suite jusqu'à ce qu'un des participants ait gagné.

Si une ligne entière (les cinq cases) est remplie on dit qu'il y a « quine » ; si les trois lignes d'un carton sont pleines, on dit qu'il y a « carton plein ». Selon les règles de jeu définies en début de partie, celui qui réalise le premier un quine, un double quine (deux lignes) ou un carton plein est gagnant d'un lot plus ou moins important qui est traditionnellement « en nature » et peut parfois être très important : par exemple un cochon, des bons d'achats, un voyage.

Ce jeu avec des cartons est nommé loto mais aussi quine ou rifle suivant la région.

Jeux institutionnels[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Loterie.

En France[modifier | modifier le code]

En France, c'est la Française des Jeux qui a le monopole des jeux de hasard et de pronostics sportifs (à l'exception de ceux sur les courses hippiques)[réf. nécessaire]. La création du Loto est signée le 10 juillet 1975 par un décret du premier ministre Jacques Chirac, le Loto étant sur le plan juridique « un tirage complémentaire de la Loterie Nationale »[1]. Le premier tirage a lieu au théâtre de l'Empire à Paris le 19 mai 1976. Le tirage était le suivant : 31 - 15 - 33 - 27 - 36 - 48, avec 34 comme numéro complémentaire[2].

Avant 2008 : ancienne version (1976-2008)[modifier | modifier le code]

Il s'agit pour les joueurs de choisir six numéros distincts parmi 49 proposés. L'ordre dans lequel les numéros sont tirés n'a pas d'importance. Le nombre de tirages possibles est donc le nombre de combinaisons sans répétition {49 \choose 6}, soit \frac{49 \times 48 \times 47 \times 46 \times 45 \times 44}{1 \times 2 \times 3 \times 4 \times 5 \times 6} = 13\;983\;816. En jouant une seule grille, on a donc environ une chance sur 14 millions de trouver les six bons numéros.

Si une personne joue tout au long de sa vie, la probabilité de gagner le gros lot au moins une fois dans sa vie est largement inférieure à celle de mourir avant d'avoir jamais gagné (une vie humaine moyenne durant environ trente mille jours, on a environ une chance sur 816 de gagner une fois au moins en jouant aux quatre tirages par semaine toute sa vie)[3].

Selon le rapport annuel 2006 de la Française des Jeux, les mises sont redistribuées aux joueurs à hauteur d'un peu moins de 60 % du chiffre d'affaires. Moins de 29 % de ces ressources sont allouées aux finances publiques et à la couverture des risques. Enfin plus de 11 % reviennent à l'organisation des jeux. Le taux de commission de l’organisation des jeux est fixé par l’État, et baissera progressivement de trois points depuis 2002 pour atteindre environ 10,5 % en 2008, même si les montants respectifs n'ont pas suivi cette diminution compte tenu de la croissance du chiffre d'affaires (plus de 27 % entre 2002 et 2006)[4].

Durant cette période le Loto est passé de TF1 à France 2. Deux tirages avaient lieu le mercredi soir et samedi soir. Parmi les présentateurs qui se sont succédé aux commandes du célèbre jeu jusqu'à la formule de 2008 : Annie Poirel, Ève Biazzi, Virginia Crespeau, Jean-Marc Laurent, Patrice Clech, puis Valérie Payet et David Martin. Accompagnés de Solange Dupart et Didier Gircourt, Valérie Payet et David Martin ont présenté alternativement le tirage du Loto. Les deux animateurs ont également présenté ensemble les tirages du Super Loto avec la complicité du comédien voix off Didier Gircourt.

Résultats Probabilités 1 chance sur Gain moyen (19/05/76 à 04/10/08)
6 numéros 0,000 007 % 13 983 816 501 074 €
5 numéros + n° complémentaire 0,000 04 % 2 330 636 14 465 €
5 numéros 0,002 % 55 491 957 €
4 numéros + n° complémentaire 0,005 % 22 197 43 €
4 numéros 0,09 % 1 083 19 €
3 numéros + n° complémentaire 0,12 % 812 4 €
3 numéros 1,64 % 61 2 €
Somme 1,86 % 53,7 6 €

Il s'agit des probabilités pour une grille sur un tirage. Étant donné qu'un joueur doit jouer au minimum 2 grilles pour 1,2 € (0,60 € par grille) et qu'il y a 2 tirages, la probabilité de perdre (ne gagner aucun gain) passe à 92,6 % (1 chance sur 1,08).

Depuis 2008 : nouvelle version[modifier | modifier le code]

À partir du 6 octobre 2008, une nouvelle formule (plus proche du jeu Euro Millions) est mise en place : il faut désormais obtenir cinq numéros parmi 49, plus un « numéro chance » parmi dix. Il y a trois tirages par semaine : le lundi, le mercredi et le samedi. Chaque fois, entre 1 et 10 millions de grilles environ sont jouées. La mise pour une grille est de 2 €. Le jackpot mis en jeu entre les gagnants du premier rang (cinq bons numéros + numéro chance) est au minimum de deux millions d'euros et augmente d'un million d'euros à chaque tirage tant qu'il n'est pas décroché.

Une grille avec le bon numéro chance (ce qui arrive une fois sur dix) est remboursée, c'est-à-dire il y a un gain fixe (supplémentaire) de 2 €. C'est la raison pour laquelle la probabilité de gagner (même si le plus souvent ce n'est que 2 €) est relativement élevée en comparant avec le Loto ancienne version, le Loto dans d'autres pays ou l'Euro Millions. Le gain pour le numéro chance (2 €) s'ajoute le cas échéant au gain de chaque rang y compris le premier.

Rang Résultat Probabilités 1 chance sur[5] Gain moyen (06/10/08 à 28/02/14)
1 5 numéros + n° Chance 0,000 005 % 19 068 840 5 443 038 € (3 fois sur 4 aucun gagnant)
2 5 numéros sans n° Chance 0,000 05 % 2 118 760 103 230 €
3 4 numéros + n° Chance 0,001 % 86 677 1 079 € + mise
3 4 numéros sans n° Chance 0,01 % 9 631 1 079 €
4 3 numéros + n° Chance 0,05 % 2 016 10 € + mise
4 3 numéros sans n° Chance 0,45 % 224 10 €
5 2 numéros + n° Chance 0,69 % 144 5 € + mise
5 2 numéros sans n° Chance 6,25 % 16 5 €
6 1 numéro + n° Chance 3,56 % 28 2 €
6 0 numéro + n° Chance 5,69 % 18 2 €
Somme 16,71 % 6,0 6 €

Les gains pour deux ou davantage bons numéros parmi les cinq autres numéros sur la grille (rang 5, 4, 3, 2 ou 1) sont variables (car calculés, entre autres, en fonction du nombre de gagnants au rang donné[5]) et de plus en plus élevés. Depuis 2008, le gain minimum au 1er rang a été de 1M€. Le gain record a été remporté le 6 juin 2011 : 24M€. En 2012, 3 gagnants ont remporté 17M€ et le gain minimum avec 2 numéros sans numéro chance était de 3,6€ et le maximum de 7,5€.

En 2009, il y a eu 41 millionnaires Loto, en 2010 : 45, en 2011 : 47, en 2012 : 41 et en 2013 : 30.

Globalement, 53 % des mises sont redistribuées en tant que gains aux joueurs[6]. C'est-à-dire en face d'une mise de 2,00 €, l'espérance de gain n'est que 1.02 €. Ce gain espéré peut varier un peu (par exemple si le jackpot est remporté), mais statistiquement, on perd toujours de l'argent en jouant au Loto.

Le nombre de grilles différentes possibles est C^5_{49} \times C^1_{10} , soit \frac{ 49 \times 48 \times 47 \times 46 \times 45 }{ 1 \times 2 \times 3 \times 4 \times 5} \times \frac{10}{1}= 19\;068\;840 . En jouant une seule grille, on a donc environ une chance sur 19 millions de trouver les cinq bons numéros et le numéro chance. Ceci est conforme au tableau de probabilités donné ci-haut car 1/19068840 ~ 0,00000524 %. (Cette probabilité est extrêmement faible. Voici une comparaison : le taux annuel de mortalité des hommes de 40 ans résidant en France est d’environ 2,05/1 000[7]. Quand quelqu’un achète un billet de loto, sa probabilité de gagner est la même que le taux de mortalité des hommes de 40 ans résidant en France au cours de 13 minutes[8]. Les femmes ayant à cet âge une mortalité deux fois plus faible, la probabilité de gagner au loto est égale aux taux de mortalité des femmes de 40 ans au cours de 28 minutes[9].).

Le Loto est présenté depuis octobre 2008, toujours sur France 2, successivement par Cyril Féraud, Julie Taton, Vanessa Dolmen, Lionel Rosso, Marie-Gabrielle Lesne, Grégory Ascher, Nancy Sinatra, les lundis, mercredis et samedis soir avant le prime-time. À la fin du tirage, les départements sur la carte de France s'animent et indiquent s'il y a des gagnants ou non. Un compteur avec le nombre de millionnaires depuis le début de l'année apparaît également. L'ancienne chanson ayant servi de générique était : Don't Stop 'Til You Get Enough de Michael Jackson sur une musique de Manu Dibango. À partir du 1er septembre 2012, le nouveau jingle qui compose le générique de début et de fin du Loto est Celebration de Kool & The Gang.

À partir du 1er janvier 2014, le tirage du Loto, comme celui de l'Euromillions, sera désormais diffusé sur TF1, avec en alternance Vincent Cerutti, Sandrine Quétier, Estelle Denis et Jean-Pierre Foucault à 20h30.

Durant l'été, Emma Cubaynes assure l'intérim des 4 présentateurs titulaires quand aucun d'eux ne peut assurer les tirages quand ils sont en congés.

Le record de gain au Loto : 24 millions d'euros au lundi 6 juin 2011.

2012 : lancement de l'offre complémentaire LOTO Multi Options[modifier | modifier le code]

Le 7 octobre LOTO évolue : la mécanique de jeu reste la même mais 3 nouvelles options sont ajoutées sur un bulletin spécifique ‘Multi Options’

  • Compte Double : permet de doubler son gain
  • Duo : permet de mutualiser les numéros de ses 2 grilles
  • Double Chance : les grilles participent à un second tirage immédiat révélé sur le reçu de jeu

L’offre LOTO se décompose ainsi :

  • Un bulletin classique pour jouer en simple ou en multiple
  • Un bulletin Multi Options

En Belgique[modifier | modifier le code]

En Belgique, la Loterie Nationale organise différents jeux de hasard dont le lotto (écrit avec deux t), le tirage se déroule comme en France, mais il faut trouver six bons numéros sur 45 possibles.

En Suisse[modifier | modifier le code]

La Loterie Romande (pour les cantons romands) et Swisslos (pour les cantons alémaniques et le canton du Tessin) organisent défférents jeux de tirage dont le Swisslotto. Il faut trouver 6 chiffres sur 45, et pour remporter le jackpot du Swisslotto Plus, il faut choisir un chiffres entre 1 et 3 en plus des 6 bons numéros. Dès le 10 janvier 2013, le Swiss loto a remplacé le Swisslotto, avec de nouvelles règles qui se rapprochent de celles en vigueur en France: 6 numéros sur 42 ainsi qu'un numéro chance entre 1 et 6.

Fiscalité des gains du jeu en France et attribution à des proches[modifier | modifier le code]

En France, les gains de jeu ne sont pas imposables. Cependant, lorsque le gagnant perçoit une grosse somme, et souhaite en faire profiter ses proches, l'administration fiscale considère alors qu'il s'agit d'un don manuel, dont l'imposition peut être très lourde en fonction du lien de parenté entre le donateur et le bénéficiaire, entraînant un redressement fiscal conséquent.

La jurisprudence[10] reconnait cependant le mandat réciproque de percevoir le gain éventuel. Dans un pari collectif, la remise des sommes relève alors du partage des gains :

« Lorsque plusieurs joueurs se regroupent pour acheter en commun un billet de loterie, ils se donnent mandat réciproque de percevoir le gain éventuel, à charge par celui qui le reçoit au nom des autres de le partager. »

— Cour d'appel d'Orléans, 14 octobre 2002, n° 00-3019

« La répartition des gains entre les participants pouvait faire l’objet d’une convention entre les parieurs, prévoyant un partage qui ne serait pas proportionnel aux mises respectives.. »

— Cour d'appel d'Orléans, 14 octobre 2002, n° 00-3019

Ainsi, il est possible que plusieurs personnes puissent se répartir le gain d'un joueur, de façon parfaitement compatible avec la législation sur les gains de jeux, aux conditions suivantes :

  • le règlement autorise les paris collectifs (c'est le cas pour la Française des jeux[réf. nécessaire], sauf pour les prises de jeux faites par Internet ou par téléphone mobile[11]),
  • les joueurs sont en mesure de prouver qu'ils ont acheté le ticket en commun : une convention signée par eux, et précisant éventuellement des modalités de répartition des gains différentes des montants investis, sera donc nécessaire.

Chaque joueur doit recevoir sa part directement par La Française des Jeux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Liegibel, « La dette des Gueules Cassées ou la création de la Loterie Nationale », émission Au fil de l'histoire sur France Inter, 20 janvier 2013
  2. Delphine Gaston, Infos inutiles mais indispensables pour briller en société, Les Almaniaks,‎ 2013, à la page des 18 et 19 mai.
  3. 30000 \times \frac{4}{7}=17142,8... et P=1-\left(\frac{C^6_{49}-1}{C^6_{49}}\right)^{17142,8...} = 0,001225...=\frac{1}{816,26...}
  4. Rapport annuel - Groupe Française des jeux
  5. a et b pour en savoir plus : Chapitre 8, Règlement officiel Loto et Superloto - La Française des Jeux, 2008
  6. Section 8.2, Règlement officiel Loto et Superloto - La Française des Jeux, 2008
  7. Insee « Table de mortalité des années 2004-2006 » (données pour la France entière).]
  8. . La probabilité de décéder dans une période de 13 minutes et 27 secondes est 2,05/(1000 * 365 * 24 * 13,4455) = 1 / 19 068 840.
  9. Quotient de mortalité des femmes de 40 ans en France, moyenne 2004-2006 : 0,99 /1000.
  10. Article sur le site de l'Office notarial de Baillargues ainsi que Article PDF du cabinet d'avocat Gide Loyrette Nouel.
  11. FDJ, « Règlement général des jeux de la Française des Jeux accessibles par Internet et par téléphone mobile (ou règlement général de l'offre digitale de la Française des Jeux) » [PDF] (consulté le 8 février 2014), p. 18

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Mallet, Comment bien organiser son loto, 2009, éditions KALEATO
  • P. Roger, Lotomania, Éditions Village Mondial, 2005

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]