Civilisation universelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les termes de civilisation universelle et de civilisation mondiale sont liés à une perception des effets de la mondialisation. Ils désignent la mise en commun à l'échelle mondiale de manières, de valeurs, de pratiques, de croyances, et même des orientations.

Description : les divers contenus du concept de civilisation universelle[modifier | modifier le code]

La civilisation universelle considérée comme un trait du monde actuel[modifier | modifier le code]

Certains considèrent que la mondialisation nous fait assister à l’émergence de ce que Vidiadhar Surajprasad Naipaul a appelé une « civilisation universelle ». Václav Havel écrit : « nous vivons désormais au sein d’une seule et même civilisation globale ».

Selon les détenteurs de ce point de vue, les mutations que la mondialisation apporte nous conduisent à penser autrement les questions liées à la culture ou à la civilisation. Ils avancent l’idée que le développement des technologies de l'information et de la connaissance et des technologies en général, le développement du commerce, les migrations ou le tourisme, seraient à la base de cette civilisation mondiale.

Cette idée a S. Naipaul et Fouad Ajami comme ses plus fervents défenseurs.

Incidences, formes et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les aspects culturels[modifier | modifier le code]

L’extension des communications, et en parallèle de l’économie de marché, à l’échelle mondiale s’accompagne d’une diffusion de normes, de pratiques sociales et de valeurs. Des changements culturels provoquant des phénomènes d’acculturation ou d’hybridation culturelle donnent à penser qu’une tendance à l’unification culturelle ou civilisationnelle se dessine.

Les formes[modifier | modifier le code]

Selon les approches, la civilisation universelle est considérée:

au niveau des contenus :

  • soit uniformisante,
  • soit au contraire une ouverture sur la diversité des cultures permettant à chacun de ne plus être cantonné à sa propre identité communautaire.

au niveau de leur hiérarchisation

  • soit mettant sur un pied d'égalité la plupart des civilisations en ouvrant les choix et permettant des complémentarités,
  • soit assurant la domination de l'une sur la plupart des autres. Certains avancent que le concept correspond essentiellement, dans sa phase actuelle, à la domination culturelle de la civilisation occidentale. Elle serait pour l'instant un fruit de l’occidentalisation plus que de la mondialisation en général.

La pizza, qui est devenue une nourriture de base du monde entier (bien devant le fameux hamburger), peut apparaître comme le symbole le plus typique de la civilisation universelle.

Le sport, pratiqué de tous est le centre de cette unification mondiale à travers différents événements comme les Jeux olympiques ou la coupe du monde de football.

Caractéristique de la civilisation universelle considérée comme un simple objectif[modifier | modifier le code]

La civilisation universelle pourrait se traduire en particulier par une mondialisation institutionnelle

Polémiques sur la réalité et/ou la faisabilité[modifier | modifier le code]

Les expressions de civilisation universelle, voire de civilisation mondiale, sont objet de débat.

Controverses sur la réalité[modifier | modifier le code]

Les non partisans ou détracteurs de ce concept y voient des présupposés. Pour Samuel Phillips Huntington, le monde est plus que jamais multipolaire et multicivilisationnel. Il serait ainsi impossible de parler d'une civilisation mondiale émergente

Dans le même sens, Paul Valadier écrit, concernant l'aspect culturel : «  Il n’est pas sûr que la mondialisation signifie le nivellement des cultures [pour créer une seule culture] … si cette lecture du phénomène culturel est juste, elle conduit à relativiser les alarmes d’une domination uniformisante de la mondialisation. Peut-être même faut-il faire un pas de plus : ne peut-on pas s’attendre à ce que, après un moment d’éblouissement et d'émerveillement, les cultures affectées réagissent en retrouvant leur vitalité et leurs spécificités ? N’oublions pas à quel point, dans le passé, beaucoup ont été portés à parler de la fin des cultures et des civilisations, avec l’arrivée de l’imprimerie, ou de l’électricité, ou de l’automobile. Sans être optimiste, on peut remarquer un extraordinaire pouvoir assimilateur en l’homme, une aptitude à rebondir et à s’adapter qu’il ne faut pas sous-estimer, car elle s’enracine dans ces cultures par lesquelles les hommes se donnent les moyens d’habiter humainement le monde ».

Pour ces non partisans du concept, l’interdépendance entre les humains (migration, développement des échanges, ...) n’est pas synonyme d’une civilisation universelle, Ils pensent même que plus d’interdépendance permet d’accorder plus d’attention à son identité civilisationnelle. Ils évoquent une théorie sociologique de la mondialisation qui aboutit à la même conclusion.

Même l’occidentalisation n'étaye pas, selon eux, l'idée de civilisation universelle, puisque :

  • le rejet des valeurs occidentales par des mouvements identitaires est chose réelle ;
  • le modèle occidental reste limité et l’accès à cette culture est réservé à une minorité ;
  • la différenciation culture existe aussi au sein des sociétés (entre les groupes sociaux) ;
  • l’hybridation de la culture occidentale avec d’autres cultures ne se traduit pas par la domination de la culture occidentale mais plutôt cette culture occidentale se transforme selon les cadres socioculturels propres à chaque culture.

Controverses sur la faisabilité[modifier | modifier le code]

Les détracteurs vont plus loin, cette fois au niveau de la faisabilité. En se centrant sur une définition stricte de ce qu'est une civilisation, ils considèrent cette vision comme une sorte d’utopie. Pour eux, parler civilisation mondiale voudrait dire prier le même Dieu (avoir la même religion) et parler de la même manière (avoir la même langue). Or les données statistiques actuelles sont loin d'étayer cette probabilité.

Il semble que cette thèse fasse une certaine confusion entre civilisation et culture, en écartant systématiquement le concept de civilisation multiculturelle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]