Père de la Nation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le titre honorifique de l'Empire romain, voir Pater patriae.

Le Père de la Nation désigne une personnalité ayant joué un rôle primordial dans la fondation de son pays ou dans la mise en place du régime politique de son pays. On le désigne parfois sous le nom de Père de la Patrie ou Père fondateur.

Les Pères de la nation modernes[modifier | modifier le code]

Carlos Manuel de Céspedes, le Père de l'Indépendance cubaine
Simón Bolívar, libérateur du Venezuela, de la Colombie, de Panamá, de l'Équateur, du Pérou et de Bolivie.
Juan Pablo Duarte, l'un des trois pères de la patrie dominicaine.
George Washington, l'un des pères fondateurs des États-Unis.
Jean-Jacques Dessalines, le Père de la patrie haïtienne.
Habib Bourguiba, le Père de la Tunisie moderne.
Michael Somare, Père de la nation de Papouasie-Nouvelle-Guinée

Dans l'imitation de la tradition romaine (Pater patriae), de nombreuses personnalités, après la période classique, ont été désignées par les vocables de « Père de la nation » ou « Père de la patrie ». Le terme « Père de la nation » peut indiquer aussi bien un rôle de sauvegarde de celle-ci que de création. Dans tous les cas, il désigne un dirigeant politique devenu une figure emblématique et dont l'héroïsme ou l'autorité morale font de lui une source d'inspiration patriotique. Son image est souvent utilisée comme symbole national (monnaie, timbre, par exemple).

Au XXe siècle, ce sont souvent des leaders qui ont acquis l'indépendance de leur pays dans le cadre de la modernité mondiale, imposée par la colonisation européenne et le retour de ces colonies vers une communauté politique indépendante, malgré de fortes dérives dictatoriales qui mèneront difficilement vers la démocratie (Félix Houphouët-Boigny en Côte d'Ivoire, Jomo Kenyatta au Kenya, Kwame Nkrumah au Ghana, Abubakar Tafawa Balewa (en) au Nigéria, Amílcar Cabral en Guinée-Bissau, Ahmed Sékou Touré en Guinée, Julius Nyerere en Tanzanie, Modibo Keïta au Mali, Patrice Lumumba et Joseph Kasa-Vubu au Congo belge puis Mobutu Sese Seko pour le Zaïre, Samora Machel au Mozambique). Ces fondateurs, qui deviendront chefs d'État, se sont engagés dans un monocentrisme absolu[1].

Peu de pays ont accordé officiellement à leurs pères fondateurs le titre de « Père de la nation » ou « Père de la Patrie ». L'Histoire a par ailleurs pu donner une image différente de ces personnalités. Joseph Staline s'était lui-même présenté comme le véritable fondateur de l'Union Soviétique en lieu et place de Vladimir Lénine. Mais l'effondrement du régime soviétique a retiré à l'un comme à l'autre ce titre de « Père de la Patrie ». En Irlande, Éamon de Valera, considéré comme le père de la Nation libre d'Irlande a vu son titre contesté dans les années 1980 en faveur de Michael Collins. Simón Bolívar, libérateur de six nations sud-américaines, est parfois considéré comme le « Père de la Patrie », surtout au Venezuela et en Colombie où le sentiment bolivarien est plus étendu que dans les quatre autres (Equateur, Bolivie, Pérou et Panamá).

Francisco Morazán, après avoir participé à la libération de plusieurs pays d'Amérique centrale de la domination espagnole, est considéré comme le « Père de la patrie centroaméricaine », nation qui n'existe plus aujourd'hui. Ce titre lui est néanmoins resté dans ces pays (Honduras, Guatemala, Salvador, Costa Rica, Nicaragua).

En revanche, Mahatma Gandhi en Inde et Sun Yat-sen à Taïwan détiennent officiellement le titre de « Père de la nation ».

On désigne comme « Pères fondateurs des États-Unis » les hommes qui ont signé la Déclaration d'indépendance ou la Constitution des États-Unis, et ceux qui ont participé à la Révolution américaine, et comme « Pères de l'Europe » ceux qui se sont engagés en faveur de la construction européenne au cours des années 1945-1957 [2]. Au Canada sont qualifiés de « Pères de la Confédération » les participants à la Conférence de Charlottetown qui engagèrent la formation de l'État actuel canadien.

Liste par pays[modifier | modifier le code]

Nation Personnalité Explication
Afghanistan Empereur Ahmad Shah Durrani Père fondateur de l'Empire Afghan, avec le titre de « Bâbâe Melat » [3].
Afghanistan Mohammed Zaher Chah Dernier roi d'Afghanistan, le titre de « Père de la Nation » lui a été attribué en 2004 par la Loya Jirga pour son règne de 40 ans resté dans la mémoire collective des Afghans comme celui de la paix et de la sécurité[4].
Afrique du Sud Nelson Mandela Premier président de noir de la république d'Afrique du Sud, il élu aux premières elections non raciales, de 1994 à 1999. Il est celui qui à mis fin à l'Apartheid en Afrique du Sud. Il est également Prix Nobel de la paix 1993[5].
Anguilla James Ronald Webster Il a été le leader de l'indépendance de l'île d'Anguilla de celle de Saint-Christophe, en 1967[6].
Argentine José de San Martín [7] Libertador considéré comme le « Père de la patrie » [8],[note 1],[9].
Brésil José Bonifácio de Andrada e Silva Il est qualifié de « Patriarca da Independência » (Patriarche de l'indépendance).
Bretagne Nominoë Nominoë fut souverain de Bretagne de 845 à 851. Il fut à l'origine de la naissance d'une Bretagne unifiée et indépendante, d'où le qualificatif de père de la Patrie : « Tad ar Vro »
Canada John A. Macdonald 1er Premier ministre du Canada, il est également l'un des principaux « Pères de la Confédération ».
Chili Bernardo O'Higgins Riquelme Il est à l'origine de l'émancipation chilienne de la domination espagnole et est considéré « Padre de la patria » [7],[10],[note 2].
Chine Sun Yat-sen Premier président de la république de Chine, il est officiellement « Père de la nation » (國父) à Taïwan et « Père de la Chine moderne » en République populaire de Chine.
Colombie Simón Bolívar Il fut nommé en 1820 Libertador y Padre de la Patria (libérateur et père de la patrie) [note 3].
Costa Rica Francisco Morazán À l'origine de l'indépendance de plusieurs États d'Amérique centrale (Honduras, Guatemala, El Salvador, Costa Rica), il est pour cela considéré comme le « Père de la Patrie centroaméricaine ».
Côte d'Ivoire Félix Houphouët-Boigny Surnommé le « Père de l'indépendance », « le Vieux » ou « le Sage », il a eu un rôle de premier plan dans la décolonisation de l'Afrique.
Cuba Carlos Manuel de Céspedes Padre de la Patria [11].
Équateur José Joaquín de Olmedo En libérant la province de Guayaquil, il amorça l'indépendance du pays[note 4].
États-Unis George Washington Ayant présidé la convention qui rédigea la première Constitution des États-Unis et premier président, il est communément appelé « Père de la nation » [12],[13].
Fidji Ratu Sir Kamisese Mara Surnommé le « père fondateur de la nation »[14],[15],[16],[17]
Florence Cosme de Médicis Le dirigeant florentin de la Renaissance.
Gênes Andrea Doria L'amiral génois.
Ghana Kwame Nkrumah Surnommé le « Père de l'indépendance » de la Côte-de-l'Or.
Haïti Jean-Jacques Dessalines Il est considéré « Père de la patrie » pour avoir proclamé l'indépendance. Toussaint Louverture, à l'origine du mouvement, est, lui, qualifié de « précurseur de l'indépendance ».
Inde Mahatma Gandhi Le dirigeant politique et spirituel a été déclaré « père de la nation » par le gouvernement indien.
Italie Victor-Emmanuel II d'Italie Premier roi d'Italie. Le titre de "Padre della Patria", inscrit sur sa tombe, lui fut donné reprenant de la sorte une ancienne coutume du Sénat romain.
Ile Maurice Sir Seewoosagur Ramgoolam Premier Premier ministre de Ile Maurice.
Mexique Miguel Hidalgo Officiellement « Père de la patrie » (Padre de la Patria) pour avoir été à l'initiative de l'Indépendance [18].
Papouasie-Nouvelle-Guinée Sir Michael Somare Ayant mené le pays vers l'indépendance, il est décrit comme le « père de la nation »[19],[20],[21]
Pakistan Mohammad Ali Jinnah Premier gouverneur général du Pakistan et officiellement Baba-e-Qaum signifiant « Père de la nation ».
Pays-Bas Guillaume Ier d'Orange-Nassau
Pérou José de San Martín [7] Libertador considéré comme le « Père de la patrie » [22].
Porto Rico Ramón Emeterio Betances Il est à l'origine du soulèvement de Lares contre la présence espagnole sur l'île.
Russie Pierre 1er de Russie Le titre « Père de la nation » (Отец Отечества) fut décerné en 1721 par le sénat de l'empire Russe.
URSS Joseph Staline En pleine période de culte de personnalité, le chef soviétique fut appelé « Père des peuples » (Отец народов), sans diminutif présent dans la traduction française ("Petit père des peuples"). On lui donnait aussi le titre de « Grand Guide des peuples » (Великий вождь народов).
République dominicaine Juan Pablo Duarte L'un des trois « Pères de la Patrie » (Padres de la Patria), à l'origine de l'Indépendance [23].
République dominicaine Francisco del Rosario Sánchez L'un des trois « Pères de la Patrie » (Padres de la Patria), à l'origine de l'Indépendance [23].
République dominicaine Matías Ramón Mella L'un des trois « Pères de la Patrie » (Padres de la Patria), à l'origine de l'Indépendance [23].
Salvador José Matías Delgado Il a été déclaré officiellement « Bienfaiteur de la Patrie », en 1833, par le parlement salvadorien.
Tunisie Habib Bourguiba Le premier président de la Tunisie et fondateur de la Tunisie moderne.
Turquie Mustafa Kemal Le premier président est appelé Atatürk, ce qui signifie le « père des Turcs ».
Uruguay José Gervasio Artigas Libertador parfois appelé « Père de la patrie »[note 5].
Venezuela Simón Bolívar Le Libertador est cité dans le préambule de la Constitution de la « République bolivarienne du Venezuela » [24],[25].
Zaïre Mobutu Sese Seko Autoproclamé « Père de la Nation » lors de la zaïrisation du pays dès 1966.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le jour anniversaire de sa mort, le 17 août est férié en Argentine et son image a été imprimée sur de nombreux billets de banque.
  2. Ses successeurs à la tête de l'Armée chilienne, José Miguel Carrera et José de San Martín sont parfois aussi nommés « Pères de la Patrie ».
  3. Ces mots sont repris sur le monument en son honneur à Santa Marta.
  4. Il est inscrit sur sa tombe

    Ci-git José Joaquín de Olmedo
    Il fut Père de la Patrie
    Idole du peuple
    Il possèda tous les talents
    Il eut toutes les vertus

  5. Il est qualifié en Uruguay de « Máximo prócer » qui peut être traduit par « Le plus grand personnage célèbre ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Harris Memel-Fotê, « Des ancêtres fondateurs aux Pères de la nation », Conférences Marc Bloch, 1991, mis en ligne le 4 septembre 2006.
  2. Les pères fondateurs sur le site de l'Histoire de l'Union Européenne.
  3. La mort du fondateur de l’Afghanistan.
  4. La Loya Jirga.
  5. http://www.la-paix.org/les-nobels-de-la-paix.htm
  6. Hommage au père de la nation, James Ronald Webster.
  7. a, b et c L'action militaire de José de San Martín a été décisive pour l'indépendance de trois pays : l'Argentine, le Chili et le Pérou.
  8. Bartolomé Mitre, Historia de San Martín y de la emancipación americana.
  9. Certains considèrent aussi parfois Manuel Belgrano comme un « Père de la Patrie », mais celui-ci avait lui-même déclaré « Il m'en faudrait beaucoup pour être un véritable père de la patrie, je me contenterais d'en être un bon fils. » (lire (es) Manuel Belgrano).
  10. Bernardo O'Higgins Riquelme sur le portail de la culture chilienne.
  11. (es) Symboles de la nation cubaine.
  12. George Washington sur le site de la bibliothèque du Congrès américain.
  13. L'historien Richard B. Morris, dans l'ouvrage Seven Who Shaped Our Destiny: The Founding Fathers as Revolutionaries (New York: Harper & Row, 1973), propose de réduire la liste des père fondateurs à sept personnages-clef: Benjamin Franklin, George Washington, John Adams, Thomas Jefferson, John Jay, James Madison et Alexander Hamilton.
  14. (en) "Biography on Fiji’s founding father released", Fiji Daily Post, 14 October 2009
  15. (en) "Fiji founding father, Ratu Mara, dies", Australian Broadcasting Corporation, 19 April 2004
  16. (en) "Ratu Sir Kamisese Mara", Encyclopædia Britannica
  17. (en) "Timeline – Fiji", British Broadcasting Corporation
  18. L'année 2008 a été déclarée « Année du Père de la Patrie Miguel Hidalgo y Costilla » par le gouvernement mexicain.
  19. (en) "PNG Catholic Bishops want Somare to step down", ABC Radio Australia, 21 décembre 2011
  20. (en) "PNG: TAIWAN, LUPARI STORMS PUT SOMARE IN TROUBLE", Islands Business
  21. (en) Discours en l'honneur de Sir Michael Somare par la Présidente des Philippines, Gloria Arroyo
  22. Est parfois aussi considéré « Père de la Patrie » péruvienne Simón Bolívar (voir un texte de Don Manuel Pérez de Tudela de 1822).
  23. a, b et c Los padres de la Patria.
  24. Constitution vénézuélienne de 1999.
  25. Site gouvernemental vénézuélien.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]