René Chaloult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
René Chaloult

René Chaloult (né le 26 janvier 1901 à Québec, mort le 20 décembre 1978 à Québec à l'âge de 77 ans, un mois avant son 78e anniversaire) est un avocat et un homme politique québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plaque en mémoire de René Chaloult, à Québec

Il étudie avec les sœurs du Bon Pasteur, à l'École normale supérieure, au Séminaire de Québec et à l'Université Laval. Reçu comme avocat en 1927, il rejoint l'Union nationale et est élu député provincial en 1936, dans le district de Kamouraska.

Lors de l'ovation du premier ministre Duplessis lors de la rentrée parlementaire suite à l'élection de 1936, Chaloult refuse de se lever, exprimant ainsi sa déception à l'égard de la composition du nouveau conseil des ministres[1].

Il devient ainsi dissident de l'Union nationale et participe, en 1937, avec Philippe Hamel, Oscar Drouin, Joseph-Ernest Grégoire et Adolphe Marcoux à la fondation du Parti national. À partir du 26 janvier 1938, ces députés demanderont d'être identifiés sous le Parti national à l'Assemblée législative[2].

Il est réélu député en 1939, cette fois comme libéral indépendant dans Lotbinière, et mène une lutte contre la conscription. Accusé de s'y être opposé, il subit un procès le 6 juillet 1942 et est acquitté le 3 août 1942.

Le 21 janvier 1948, le député Chaloult doit déposer une motion afin que l'Assemblée nationale du Québec adopte un drapeau. Ce jour-là, cependant, le premier ministre Maurice Duplessis agit plus rapidement et annonce plutôt à l'Assemblée que le Conseil des ministres avait déjà adopté un drapeau pour la province, le fleurdelisé et qu'il flotte au mât du Parlement.

À l'élection de 1952, il est candidat, sans succès, dans Québec en tant que nationaliste. Puis, il est défait dans Jonquière-Kénogami à l'élection de 1956 comme indépendant. Il a été président de la Société des études juridiques de Québec et de la Ligue d'action nationale. Il a reçu les honneurs de la ville de Madawaska et du Mouvement national des Québécoises et Québécois.

Le fonds d’archives de René Chaloult est conservé au centre d’archives de Québec de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les députés unionistes Philippe Hamel et Joseph-Ernest Grégoire refusent aussi de se lever (« [titre manquant] », L'Événement,‎ 8 octobre 1936, p. 4).
  2. « Chronologie parlementaire depuis 1791 (1937-1939) », Assemblée nationale,‎ 23 juillet 2010 (consulté le 7 avril 2012).
  3. Bibliothèque et Archives nationales du Québec, « Bibliothèque et Archives nationales du Québec - Fonds René Chaloult (P659) » (consulté le 10 février 2014)

Sources[modifier | modifier le code]

  • « René Chaloult », Assemblée nationale,‎ juin 2010 (consulté le 9 mai 2011).
  • « Jour du Drapeau », sur Banque de dépannage linguistique, Office québécois de la langue française,‎ 2002 (consulté le 9 mai 2011).