Raymond Barbeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbeau.

Raymond Barbeau

alt=Description de l'image Raymond-barbeau.jpg.
Naissance 27 juin 1930
Montréal, Québec
Décès 5 mars 1992 (à 61 ans)
Montréal, Québec
Profession professeur, naturopathe, écrivain

Raymond Barbeau (Montréal, 27 juin 1930 - Montréal, 5 mars 1992) est un professeur, naturopathe, écrivain et militant pour l'indépendance du Québec.

Éducation[modifier | modifier le code]

  • Études à l'Institut Alie[1] (Montréal), baccalauréat ès arts, 1952.
  • Blackstone College of Law (Chicago), baccalauréat en droit, 1953.
  • Université de Paris, doctorat ès lettres, 1955.
  • Lincoln College of Naturopathic Physicians and Surgeons (Indianapolis), doctorat en naturopathie, 1964.
  • European College of Sciences of Man (Angleterre), doctorat en sciences (nutrition), 1967.
  • Gouvernement de l'Ontario, licence de naturopathe, 1968.
  • Institut polytechnique d'anthropologie de Bordeaux (France), doctorat en psychanalyse.

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Il est professeur de langues à l'École des Hautes études commerciales de Montréal de 1959 à 1967. Il quitte l'enseignement pour la naturopathie, discipline qu'il pratique à Montréal de 1967 à 1992.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Le 25 janvier 1957, il fonde l'Alliance laurentienne, qui est la première organisation à prôner l'indépendance du Québec après Jules-Paul Tardivel et le groupe La Nation de Paul Bouchard, s'oppose à l'impérialisme anglo-saxon et propose la naissance d'une République de Laurentie. Marginale et trop à droite pour plusieurs indépendantistes, l'organisation est dissoute en 1963. Quelques-uns de ses membres se joignent au Rassemblement pour l'indépendance nationale qui, lui, reste neutre sur les questions religieuses, sociales et politiques jusqu'en 1964, lorsqu'il est transformé en parti politique par Pierre Bourgault.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Un prophète luciférien : Léon Bloy (essai), 1957.
  • J'ai choisi l'indépendance, Montréal, Éditions de l'Homme, 1961.
  • La libération économique du Québec, Montréal, Éditions de l'Homme, 1963.
  • Oui au référendum : procès de la Confédération canadienne, Montréal, Fils du Québec, 1977.
  • Le Québec bientôt unilingue ?, Montréal, Éditions de l'Homme, 1965.
  • Le Québec est-il une colonie ?, Montréal, Éditions de l'Homme, 1962.
  • Le Québec souverain : un pays normal, Montréal, Société-Saint-Jean-Baptiste de Montréal, 1978.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marc Brunet. Le prophète solitaire. Raymond Barbeau et son époque Montréal : Ordre naturiste social de Saint-Marc l’Évangéliste Inc., 2000. 582 pages
  • Xavier Gélinas. « Compte-rendu de Le prophète solitaire. Raymond Barbeau et son époque », dans Mens, Revue d'histoire intellectuelle de l'Amérique française, Volume III, numéro 2 (printemps 2003)
  • Raymond Barbeau et l'Alliance laurentienne : les ultras de l'indépendantisme québécois, M.A. [Histoire], Université de Montréal, 1997, vii-219 p.
  • Réginald Hamel, John Hare et Paul Wyczynski, « Barbeau, Raymond », dans Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, Fides, 1989 (en ligne via BAnQ)
  • Le fonds d’archives Raymond Barbeau est conservé au centre d’archives de Montréal de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec[2]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aujourd'hui le Collège Mont-Royal, une école privée de niveau secondaire
  2. Bibliothèque et Archives nationales du Québec, « Bibliothèque et Archives nationales du Québec - Fonds Raymond Barbeau (CLG31) » (consulté le 12 février 2013)