Drapeau du Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau du Québec
Drapeau du Québec depuis 1948
Drapeau du Québec depuis 1948
Utilisation FIAV 110100.svg Version officielle
Caractéristiques
Proportions 2:3
Adoption 21 janvier 1948
Éléments Croix blanche sur fond azur, ornée de quatre fleurs de lys
Variante 1:2 commune mais non officielle

Le drapeau du Québec ou le fleurdelisé[1] est le drapeau national[2],[3] du Québec. Il est composé d'une croix blanche et de quatre fleurs de lys de la même couleur sur fond azur.

Le drapeau est adopté par le gouvernement du Québec pendant le mandat du gouvernement de Maurice Duplessis. Il est élevé pour la première fois le 21 janvier 1948 à 15 heures, heure locale, au parlement provincial situé à Québec.

Le fleurdelisé flotte aujourd'hui partout dans le monde sur les délégations et bureaux du Québec à l'étranger[4].

Description du drapeau[modifier | modifier le code]

La description héraldique du drapeau est : « d'azur à la croix d'argent cantonnée de quatre fleurs de lys du même ».

En héraldique, « l'azur » correspond au bleu et « l'argent » au blanc.

Symbolisme[modifier | modifier le code]

Réplique, à la Tour Solidor (Saint-Malo), de la croix érigée par Jacques Cartier à Gaspé le 24 juillet 1534.

De couleur blanche, la croix renvoie au catholicisme. Centrée et droite, elle est typique des anciens royaumes d’Europe occidentale. L'utilisation de croix blanches sur les drapeaux français remonte au XIIIe-XIVe siècle.

Comme pour le « Carillon », ancêtre direct du fleurdelisé, le bleu symbolisait à l'origine la Vierge Marie. S’éloignant peu à peu de sa symbolique originelle, la couleur du drapeau est devenue nettement plus foncée au fil des années. Les drapeaux bleus à croix blanche sont attestés en France comme symboles militaires ou de la marine marchande dès le XVIe siècle. Le fond bleu royal rappelle la couleur du blason des souverains de France qui régnèrent durant la domination française en Amérique.

Quant au lys comme symbole de la monarchie française, il est attesté à partir du XIIIe siècle (une légende le fait remonter à Clovis). Les fleurs de lys du drapeau québécois se distinguent de celles du blason royal français par leur couleur. Les premières sont blanches, la couleur du catholicisme, mais aussi celle du royaume de France sous les Bourbons, les fondateurs de la colonie. Les secondes sont dorées, la couleur des Capétiens directs. Ces fleurs de lys blanches ont été apposées sur le drapeau du Québec afin de rappeler l’époque de la Nouvelle-France, elles ne signifient pas un quelconque attachement du peuple québécois à la monarchie française[réf. nécessaire]. Le lys de l'héraldique, décliné en différentes couleurs selon les régions, s'est imposé comme symbole de la francophonie nord-américaine, du moment que la feuille d'érable devint un emblème pan-canadien.

Protocole[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Version sonore de la Société Saint-Jean-Baptiste (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Le ratio officiel du drapeau est de 2:3, mais il existe une variante 1:2 qui est utilisée lorsque le drapeau flotte avec le drapeau du Canada pour respecter la convention officieuse qui veut que deux ou plusieurs drapeaux flottant ensemble doivent avoir les mêmes dimensions. Les drapeaux des autres provinces canadiennes qui ont un ratio différent de 1:2 existent également dans une variante 1:2.

Levée et salut du drapeau[modifier | modifier le code]

Lors de la levée du drapeau, celui-ci doit être hissé en un mouvement ferme et vif. Cependant, lorsqu'il est ramené, cela doit se faire lentement et soigneusement. Après avoir hissé le drapeau, les participants sont invités à respecter une minute de silence. Ensuite, une personne doit réciter la formule du salut du drapeau[1] :

« Drapeau du Québec, salut !
À toi mon respect, ma fidélité, ma fierté.
Vive le Québec,
Vive son drapeau ! »

Historique[modifier | modifier le code]

Pavillons du Royaume de France (1534-1763)[modifier | modifier le code]

Un des nombreux drapeaux présents en Nouvelle-France, celui des Compagnies franches de la marine

Le 24 juillet 1534, Jacques Cartier plante une croix de trente pieds de haut à Gaspé pour signifier l'appropriation des lieux au nom du roi de France. Il était de coutume pour la prise de possession d'une nouvelle terre d'y faire dresser, à l'arrivée des explorateurs, une croix surmontée d'un blason aux armoiries de France avec la fleur de lys. Après 1665, lorsque le premier contingent militaire français débarque en Nouvelle-France, le pavillon blanc du Royaume de France se répandra graduellement à l'échelle de toute la colonie de l'Amérique du Nord. Le pavillon du royaume côtoie les étendards des différents gouverneurs qui se succèdent à la tête de la colonie et le blason des compagnies chargées du commerce. À titre d'exemple la Compagnie des Indes occidentales pouvait apposer où bon lui semblait les armoiries qui lui avaient été accordées en 1664: un écusson au champ d'azur semé de fleurs de lys d'or sans nombre, avec deux sauvages pour supports et surmonté d'une couronne tréflée[5]. En 1662, Louis XIV fait de la colonie une province royale, la dotant d’une administration royale comme toute province Française. Ce faisant, les armoiries du Roi de France et le pavillon blanc du Royaume de France devinrent les symboles officiels du pouvoir royal dans toute la Nouvelle-France. De même, de nombreux et différents drapeaux militaires français flottèrent sur la colonie jusqu'en 1760[6].

Ensign britannique (1763-1948)[modifier | modifier le code]

Toutefois, suite à la Conquête britannique de 1759 et la prise de Québec, on hisse le drapeau britannique sur les remparts. Avec la reddition de la Nouvelle-France en 1760, et la cession de la colonie aux Britanniques par le traité de Paris de 1763, le drapeau britannique devient, jusqu'en 1868, le seul drapeau drapeau officiel à flotter sur, successivement, la province de Québec, du Bas-Canada et du Canada-Uni. Le 26 mai 1868, la reine Victoria accorda un Ensign au Québec qui, dès ce moment, put être utilisé comme le drapeau officiel du Québec. Il s'agissait d'un Blue Ensign avec l'Union Jack dans le coin supérieur gauche et les armoiries du Québec à la droite. Il semblerait cependant qu'il fut utilisé très rarement : plusieurs sources, incluant le site du gouvernement du Québec[7], mentionnent que ce fut l'Union Jack qui flotta au-dessus du parlement jusqu'au 21 janvier 1948 et non le Blue Ensign. De plus, en 1938, à l'ouverture d'une école minière à Val-d'Or, le drapeau utilisé pour représenter le gouvernement du Québec fut un emblème. Ceci fut fait à la demande de Burroughs Pelletier, qui fut avisé que le ministère voulait un symbole, mais qu'il était incertain sur lequel devait être utilisé.

Tricolore canadien (1837-1838)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Drapeau des Patriotes.

Le désir des Canadiens français pour un drapeau distinct précède la Confédération canadienne. Le drapeau des Patriotes, composé de trois bandes horizontales verte, blanche et rouge, fait son apparition pour la première fois en 1832, lors de la libération de Ludger Duvernay de la Minerve, et de Daniel Tracey du Vindicator. Lors des insurrections de 1837-1838 et de la proclamation de la très éphémère République du Bas-Canada, le drapeau des Patriotes devient le drapeau national. Certaines théories concernant ses origines affirment que la couleur verte a été adoptée pour représenter les Irlandais, la couleur blanche pour les Canadiens français et le rouge pour les Anglais. Certains affirment également que le style tricolore a été inspiré par le drapeau de la France, symbole de la révolution française qui a inspiré les Patriotes. On lui ajoute parfois d'autres emblèmes comme le castor, la branche de feuille d'érable et le maskinongé. Il fut par la suite adopté par la Société Saint-Jean-Baptiste le 19 juin 1842[8]. Il est souvent vu dans les foules lors de la journée des Nationaliste québécois, concerts et rencontres, et a été présenté à la journée de vote assemblée des partisans du oui du référendum de 1995 au Québec sur l'indépendance. D'autres versions contemporaines contiennent une étoile jaune dans la partie supérieure gauche et une illustration d'Henri Julien montrant Le Vieux de 1837, un rebelle de la Rébellions de 1837-38 au milieu.

Bicolore (1842)[modifier | modifier le code]

Drapeau franco-ontarien

La défaite des Patriotes porte un coup fatal au tricolore canadien, de plus le drapeau n'est guère appréciée par la population anglaise du Québec qui y voit un emblème révolutionnaire. C'est pourquoi le 18 août 1842, la Société Saint-Jean-Baptiste décide d'adopter un drapeau bicolore, blanc et vert, à bandes verticales[9]. Le bicolore blanc et vert remplace un temps le tricolore des Patriotes devenu intolérable aux anglophones. Le peu de succès du tricolore dans la sphère politique francophone canadienne explique sa rapide disparition devant le tricolore français.

On peut voir dans le drapeau franco-ontarien un descendant du bicolore québécois.

Tricolore français (1854-1948)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Drapeau de la France.
Lors d'un discours à l'extérieur l'hôtel du Parlement en 1922, le drapeau français et l'Union Jack côte à côte.

Le tricolore français était également souvent utilisé par l'ensemble des francophones lors des premières années de la Confédération canadienne. Le 27 mars 1854, la France et l'Angleterre s'allient et, le lendemain, déclarent la guerre à la Russie. Le 20 septembre 1854, les troupes franco-anglaises gagnent la bataille de l'Alma. Montréal et Québec pavoisent aux couleurs françaises et britanniques[10]. Une des conséquences de cette alliance franco-anglaise est la venue au Québec, durant l'été de 1855, du premier bateau français depuis la cession du pays en 1760. L'arrivée de la Capricieuse soulève l'enthousiasme de la population. Chaque victoire alliée dans la guerre de Crimée provoque une apparition encore plus grande de drapeaux français et de La Marseillaise. En 1880, lors d'une conférence aux États-Unis, la proposition d'un drapeau pour une union francophone d'Amérique du Nord, qui est en fait le tricolore, est adopté par les participants. En 1884, à la convention nationale acadienne de Miscouche, les délégués adoptent à l'unanimité le drapeau tricolore avec une étoile, figure de Marie (cf. le Drapeau de l'Acadie). En janvier 1887, Honoré Mercier et son Parti national prennent le pouvoir au Québec: sous son gouvernement, le Tricolore devient le drapeau national.

Mais L'utilisation du bleu-blanc-rouge suscite deux catégories d'opposition. D'une part, parce qu'il représente la France républicaine. En effet, le tricolore français perd de sa popularité dans les années 1870, étant associé davantage au républicanisme français anticlérical[11]. En 1877, Philéas-Frédéric Bourgeois fait même installer l'ancien drapeau fleurdelisé français au collège Saint-Joseph de Memramcook; il est encore en place en 1881[11]. Les ultramontains lui préfèrent aussi un étendard fleurdelisé plus "ancienne France" comme le fait remarquer en 1884 François-Xavier Trudel. Ce à quoi lui répond opposant en faveur du Tricolore, Cyprien Fréchette de la Patrie, que "notre drapeau national c'est celui de la France quel qu'il soit"[12].

D'autre part, parce qu'il est l'expression de la société canadienne francophone, les anglophones arguent la primauté des drapeaux de l'Empire et du Dominion britannique. La guerre des Boers, qui met aux prises l'Angleterre et les colons Boers en Afrique du Sud, soulève les passions au Canada entre francophones et britanniques. À diverses occasions les manifestations dégénèrent comme le 1er mars 1900 quand des étudiants anglophones de McGill descendent les drapeaux tricolores et hissent les couleurs de l'Empire britannique sur les bâtiments francophones et inversement avec les étudiants francophones de l'Université Laval à Montréal qui descendent les drapeaux britanniques en faveur du tricolore. Le tricolore français reste le drapeau national des Canadiens français pendant une partie du XXe siècle. À mesure qu'on se rapproche de la date fatidique du 21 janvier 1948, le fleurdelisé lui est préféré.

Vieux drapeau de Carillon (1848-1901)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Drapeau de Carillon.

Ce drapeau fut utilisé lors de la bataille de Fort Carillon. Le drapeau aurait supposément été porté par la milice canadienne lors de la Bataille de Fort Carillon (maintenant Ticonderoga) dont la victoire des troupes françaises est imputée au général Louis-Joseph de Montcalm. Il est préservé par les Récollets pendant plus d'un siècle avant d'être redécouvert par l'avocat et homme d'affaires Louis de Gonzague Baillargé. Ce dernier en prendra un soin jaloux. La bannière provoque l'émotion générale à chacune de ses sorties, notamment lors des défilés de la Saint-Jean-Baptiste, et ce même si elle est pourtant rangée dans son fourreau et donc invisible aux yeux du public[13].

Carillon de Filiatrault (1902-1948)[modifier | modifier le code]

Une croix de Saint Michel est ajoutée au drapeau

L'ancêtre du fleurdelisé fut créé par l'abbé Elphège Filiatrault, prêtre de Saint-Jude, dans le diocèse de Saint-Hyacinthe. Nommé drapeau de Carillon, bien qu'il ne correspond pas à l'authentique drapeau de Carillon, celui-ci ressemble de plus en plus au drapeau québécois actuel, les fleurs de lys étant plutôt dorées à l'origine, placées aux quatre coins d'une croix blanche sur fond bleu.

Le Carillon de Filiatrault fut élevé pour la première fois le 26 septembre 1902 et est préservé aux archives de Saint-Hyacinthe. Il apparait aujourd'hui, après des études de restauration par l'Institut canadien de conservation (ICC), que la Bannière de Carillon dont s'est inspiré Filiatrault n'était pas bleu mais blanc crème et qu'il ne s'agissait pas d'un étendard des milices canadiennes, mais une bannière religieuse[14].

Article détaillé : Carillon-Sacré-Cœur.

Une variante de ce drapeau est frappée d'un Sacré-Cœur en son centre. On l'appelle le Carillon-Sacré-Cœur. Il fut adopté par la société Saint-Jean-Baptiste comme drapeau officiel des Québécois avant d’être remplacé par l’actuel drapeau du Québec. Il est à noter que les Canadiens français de l'Ontario qui déployaient alors aussi le Carillon-Sacré-Cœur n'ont par la suite jamais adopté le drapeau du Québec comme bannière. Dans les années 1970, un drapeau fleurdelisé vert et blanc fut créé pour les représenter. Quant aux Acadiens, ils brandissaient déjà depuis longtemps leur propre drapeau.

Fleurdelisé (1948 à aujourd'hui)[modifier | modifier le code]

Drapeau du Québec

Tout au long de la première moitié du XXe siècle, de très nombreuses propositions pour un nouveau drapeau québécois seront faites. Elles s'inspireront toutes plus ou moins des symboles qui ont fait le pays: le castor, la feuille d'érable, la fleur de lys, la croix blanche, les armes de la province[15]... En 1947, un membre indépendant de l'Assemblée nationale, René Chaloult, dépose une motion demandant la création d'un drapeau québécois pour remplacer l'impopulaire Red Ensign canadien. Plusieurs idées furent développées entre Chaloult, Lionel Groulx et Maurice Duplessis. Une de ces idées incorporait une feuille d'érable rouge (symbole qui fut par la suite utilisé pour le drapeau du Canada). Burroughs Pelletier fut aussi approché pour présenter quelques projets à Duplessis, dont aucun ne furent adoptés. Maurice Duplessis choisit plutôt d'adopter le Carillon, très populaire. Pelletier fut consulté sur l'apparence du drapeau, et sur son conseil les fleurs de lys du Carillon ont été pointées vers le haut pour être conforme aux règles de l'art héraldique.

Le 21 janvier 1948, un nouveau drapeau fut adopté et fut élevé au-dessus du Parlement l'après-midi même. Apparemment, ce fut le Carillon qui vola cette journée puisque le fleurdelisé moderne ne fut pas disponible avant le 2 février de la même année[réf. nécessaire].

Le drapeau fut adopté par décret ministériel et la nouvelle fut présentée à l'Assemblée législative comme étant plus ou moins un fait accompli avant même que la motion de René Chaloult ne fût débattue. Le chef de l'opposition Adélard Godbout exprima son accord, tout comme René Chaloult. Une loi gouvernant l'usage du drapeau fut par la suite officiellement adoptée par la législature le 9 mars 1950. Une version plus récente de celle-ci fut adoptée en 2002.

Évolution du drapeau[modifier | modifier le code]

Régime politique Période Drapeau légal Drapeau populaire[16] Autre
Colonie de Nouvelle-France 1534—1689 Pavillon royal de la France.svg
Pavillon royal
Naval Flag of the Kingdom of France (Civil Ensign).svg
Marine marchande
Gouvernement royal
de la Nouvelle-France
1663—1715 Royal Standard of King Louis XIV.svg
Pavillon de Louis XIV
1715—1763 Royal Standard of the King of France.svg
Étendard royal
Province de Québec 1763—1791 Union flag 1606 (Kings Colors).svg
Union Flag
Bas-Canada 1791—1801
1801—1832 Flag of the United Kingdom.svg
Union Jack
1832—1841 Flag of the Patriote movement (Lower Canada).svg
Drapeau des Patriotes
Canada-Est 1841—1848
1848—1854 Carillon drapeau.png
Drapeau de Carillon
1854—1867 Flag of France.svg
Tricolore français
Flag of Royalist France.svg
Drapeau royaliste
Québec 1867—1868
1868—1902 Quebec Blue Ensign 1868-1939.png
Quebec Blue Ensign
(armoiries de 1868) [17]
1902—1903 CarillonFiliatrault Drapeau.png
Carillon de Filiatrault
1903—1922 CarillonSacreCoeur Drapeau.png
Carillon-Sacré-Cœur
1939—1948 British Flag of Quebec.svg
Quebec Blue Ensign
(armoiries de 1939)[18]
1948 Drapeau du Québec 1948.svg
Fleurdelisé
Années 1950 Drapeau du Québec (style 1950's).svg
Fleurdelisé
Années 1960 Drapeau du Québec (style 1960's).svg
Fleurdelisé
2001— aujourd’hui Flag of Quebec.svg
Fleurdelisé

Couleurs du drapeau[modifier | modifier le code]

Drapeau actuel (Depuis 2001)[modifier | modifier le code]

Couleur Consultez la documentation du modèle Bleu foncé Blanc
HTML #003399 #FFFFFF
RVB 0, 51, 153 255, 255, 255
CMJN 100, 67, 0, 40 0, 0, 0, 0

Ancien drapeau du Québec[modifier | modifier le code]

Couleur Consultez la documentation du modèle Bleu foncé Blanc
HTML #002495 #FFFFFF
RVB 0, 36, 149 255, 255, 255
Pantone PANTONE 2746 C Safe
CMJN 100.95.8.3 0.0.0.0

Évocations du fleurdelisé[modifier | modifier le code]

Depuis la création du fleurdelisé, certaines organisations font le choix d'incorporer la fleur de lys québécoise (emblème de la France royale[19]) dans leur drapeau ou dans leur armoiries pour affirmer leur association avec le Québec. Tous les ministères et organismes gouvernementaux incluent dans leur logo le drapeau du Québec. La fleur de lys est aussi utilisée sur les drapeaux de plusieurs communautés francophones au Canada.

Au Québec[modifier | modifier le code]

À l'extérieur du Québec[modifier | modifier le code]

Faits divers[modifier | modifier le code]

  • Un sondage mené en 2001 par la North American Vexillological Association vota le fleurdelisé comme étant le plus beau drapeau provincial/territorial et le 3e plus beau drapeau de tous les États, provinces et territoires du Canada et des États-Unis[20].
  • On peut remarquer que, fort curieusement, la Croix Blanche du drapeau du Québec apparaît aussi, superposée par la Croix de St-Georges, sur l'Union Jack (le drapeau de la Grande Bretagne), qui comprend aussi la Croix de St-André (Écosse) et la Croix de St-Patrick (Irlande). La légende voudrait que la Croix blanche ("d'argent sur fond azur") aurait pu être la Croix des Bretons, qui représentent une partie importante du lieu de naissance des premiers colons en Amérique, partis de Saint-Malo (les Malouins). À cette légende on peut opposer que la Loi de l'héraldique évite historiquement l'union des couleurs rouge et bleue : un liseré blanc sépare donc la Croix de St-George (rouge) du fond bleu du drapeau britannique et il ne s'agit là aucunement d'une Croix Blanche sur un fond bleu. Une chose demeure certaine, la Croix fait bel et bien partie de l'héritage des Canadiens et des Québécois, du côté français comme du côté anglais, ou irlandais ou écossais[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Bref historique du drapeau fleurdelisé », sur le site de la Fête nationale du Québec, Mouvement national des Québécoises et Québécois (consulté le 8 août 2009).
  2. « Règlement sur le drapeau du Québec », Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec, Gouvernement du Québec (consulté le 8 août 2009).
  3. « Le drapeau national », Gouvernement du Québec (consulté le 8 août 2009).
  4. « Le drapeau national - Histoire », Gouvernement du Québec (consulté le 8 août 2009).
  5. L'héraldique au Canada/Heraldry in Canada, vol. XVII, mars 1983 et vol. XXV, septembre 1991
  6. « Drapeau et symboles nationaux », sur Portail Québec, Gouvernement du Québec,‎ 24 janvier 2012 (consulté le 17 juin 2012)
  7. Gouvernement du Québec, « Le fleurdelisé: reflet de notre histoire en Amérique », sur www.drapeau.gouv.qc.ca,‎ 2006 (consulté le 20 janvier 2006).
  8. Journal Le Canadien, 24 juin 1842
  9. H.-J.-J.-B. Chouinard, Fête nationale des Canadiens français célébrée à Québec le 24 juin 1880, Québec, A. Côté, 1881, p. 577.
  10. Olivier [pseudonyme de Benjamin Suite], « Le drapeau tricolore au Canada», Bulletin des recherches historiques, vol. III, n° 2, février 1897, p. 29.
  11. a et b Biddiscombe 1990, p. 46
  12. Raoul Roy, Pour un drapeau indépendantiste, Montréal, les Éditions du Franc-Canada, 1965, p. 34
  13. ves Bergeron, "Le rôle des musées dans la construction identitaire nationale", dans Patrimoines et identités en Amérique Française, par André Charbonneau et Laurier Turgeon, Québec, Presses de l'Université Laval, 2010, p. 149-169.
  14. Institut canadien de conservation, Traitement du drapeau de Carillon pour le Musée du Séminaire de Québec, rapport de traitement coordonné par Ela Keyserlingk, restauratrice principale, Ottawa, 1992, 23 p.
  15. « Historique du Fleurdelisé »
  16. Dans le sens, « adopté par le peuple »
  17. Le Quebec Blue Ensign est le drapeau officiel de 1868 à 1948, mais dans les faits on utilise simplement l'Union Jack.
  18. Le dernier Blue Ensign utilisé officiellement au Québec. Il s'agit d'une version modifiée en 1939 afin d'inclure les nouvelles armoiries du Québec. Source : Phil Nelson, « Flag History of Quebec (Canada) »,‎ 16 août 2003 (consulté le 8 août 2009).
  19. http://les.rois.de.france.free.fr/SYMBOLES/index-01.php
  20. (en) North American Vexillological Association (NAVA), « New Mexico tpps State/Provincial flags survey, Georgia loses by wide margin », sur www.nava.org,‎ 2001 (consulté le 20 janvier 2006).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]