Échenoz-la-Méline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Échenoz et Méline.
Échenoz-la-Méline
Ancienne fabrique de limonade à Échenoz-la-Méline
Ancienne fabrique de limonade à Échenoz-la-Méline
Blason de Échenoz-la-Méline
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Arrondissement de Vesoul
Canton Vesoul-Ouest
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Vesoul
Maire
Mandat
Serge Vieille (DVD)
2014-2020
Code postal 70000
Code commune 70207
Démographie
Gentilé Mélinois
Population
municipale
3 097 hab. (2011)
Densité 383 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 09″ N 6° 08′ 16″ E / 47.6025, 6.13777777778 ()47° 36′ 09″ Nord 6° 08′ 16″ Est / 47.6025, 6.13777777778 ()  
Altitude Min. 220 m – Max. 447 m
Superficie 8,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Échenoz-la-Méline

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Échenoz-la-Méline

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Échenoz-la-Méline

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Échenoz-la-Méline
Liens
Site web ville-echenoz-la-meline.fr

Échenoz-la-Méline est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Franche-Comté, en banlieue sud de Vesoul. La ville fait partie du canton de Vesoul-Ouest, de l'Agglomération de Vesoul et de l'Aire urbaine de Vesoul.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 70207.png

Localisation[modifier | modifier le code]

Échenoz-la-Méline est située au centre de la Haute-Saône, en banlieue sud de Vesoul, sur la route de Besançon.

Le territoire de la commune est constitué de deux collines (culminant à 447 m) séparées par la vallée de la Méline, petite rivière qui prend sa source à Solborde (extrémité sud d'Échenoz-la-Méline) avant de se jeter dans la Colombine puis le Durgeon. La majeure partie des habitations sont situées dans cette vallée.

La commune s'est constituée à partir de deux noyaux. Celui d'Échenoz-la-Méline (au sens strict), autour de l'église actuelle et celui de Pont-lès-Vesoul, à 2 km plus au nord. Échenoz-la-Méline a absorbé Pont dont le souvenir ne se maintient que par « l'école de Pont », second groupe scolaire de la commune - et l'urbanisation est continue jusqu'à la limite de Vesoul.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Noidans-lès-Vesoul Vesoul Navenne Rose des vents
Andelarrot N Navenne
O    Échenoz-la-Méline    E
S
Vellefaux Vallerois-Lorioz La Demie

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La plus ancienne mention du village, Escheno-la-Melinam, date de 1174. L'église du village de Pont (aujourd'hui intégré à Échenoz-la-Méline) est l'objet d'un pèlerinage d'importance régionale au cours du Moyen Âge : elle est détruite à l'époque moderne.

Peuplement[modifier | modifier le code]

Les hommes de Néandertal trouvaient refuge dans la grotte de la Baume : Georges Cuvier a pu y découvrir ossements et outils.

D'autres fouilles effectuées sur la colline de Cita (à l'est de la commune) ont mis en évidence la présence d'un éperon barré permettant de protéger un village de l'âge du fer. Des monnaies romaines et des vestiges mérovingiens[1] montrent que l'occupation de la vallée est continue.

Échenoz-la-Méline est aujourd'hui une banlieue pavillonnaire de Vesoul. On y trouve peu d'industries.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sinople à une étoile à douze rais d'or chargée d'un tourteau d'azur ; au mantel renversé aussi d'or, chargé d'un fer de trident renversé de gueules.
Commentaires : Le blason représente la géographie du lieu, avec les roches des XII Apôtres et la grotte en chef sur champ de verdure. Le trident figure la fontaine du Diable, les dents étant le village, la route et la vallée[2].

Transport[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par la ligne D des transports en commun V-Bus+ de l'agglomération vésulienne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Yves MARTIN DVG -
2014 en cours Serge VIEILLE DVD  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 097 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
748 764 802 814 894 969 962 989 977
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
854 891 909 977 1 002 1 078 1 080 1 132 1 167
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 188 1 190 1 227 1 377 1 694 1 955 1 852 2 121 1 932
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 029 2 268 2 660 2 518 2 445 2 741 2 974 3 038 3 097
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

  • Racing Melinoise

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Groupe scolaire de Pont
  • Groupe scolaire de Longeville
  • École maternelle du village

Festivité[modifier | modifier le code]

  • Fête du miel
  • Méline Rock

Personnalités liées à Échenoz-la-Méline[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Peterhansel, champion de rally-raid auto et moto, né et résidait à Échenoz-la-Méline.
  • Frédéric Vichot, ancien cycliste professionnel, réside à Échenoz-la-Méline.
  • Rémi Mathis, président de Wikimédia France, historien et acteur de la diffusion de la connaissance, a résidé à Échenoz-la-Méline.
  • Bérenger de Miramon Fitz-James, musicographe et mécène, né à Échenoz-la-Méline
  • Paul Fahy, éducateur et enseignant, né à Échenoz-la-Méline
  • Anne Ploy, scénariste de bande dessinée, né à Échenoz-la-Méline

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Statue de la bienheureuse Vierge Marie[modifier | modifier le code]

La statue de la bienheureuse Vierge Marie étant demeurée de temps immémorial comme cachée et inconnue dans un rocher de Solborde, s'est enfin manifesté depuis trois ans avec éclat et quantité de faveurs et de grâce que beaucoup de personnes ont reçu et ayant eu recours après avoir expérimenté que tous secours humains étaient inutiles pour leur soulagement en telle sorte que tous habitants de nombreux comtés de pour ont été non seulement, tant en général qu'en particulier, lui rendre le respect ou encore une infinité des Pays-Bas, d'Allemagne, de France, de Suisse et de Lorraine. Charte du Roi d'Espagne Charles II aux habitants d'Echenoz la Méline 15 février 1666[réf. nécessaire].

Grotte de Solborde[modifier | modifier le code]

La grotte de Solborde est une résurgence dont l'eau se mêle à celle du ruisseau de la Fontaine du diable pour former la Méline. Cet endroit est un lieu de pèlerinage marial depuis 1663. À cette époque fut découverte au niveau de la grotte une statue de la Vierge Marie. Cette statue y avait été cachée de longue date. Cette vierge accomplit, depuis cette date, de nombreux prodiges comme en témoignent les ex-voto visibles dans la chapelle. Cela est même attesté par une charte du roi d'Espagne Charles II en date du 15 février 1666 reproduite dans la pierre et apposée au chœur de la chapelle[réf. nécessaire].

Grotte de la Baume[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grotte de la Baume.

Cette cavité naturelle a livré d'importants restes fossiles et archéologiques.

Église Saint-Martin-de-Tours[modifier | modifier le code]

L'église actuelle de la ville date de 1774 ; elle est dédiée à Saint Martin de Tours.

Plateau de Cita[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Plateau de Cita.

Le Plateau de Cita est un site au riche passé préhistorique qui domine toute l'agglomération de Vesoul.

Enclos et cabordes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Enclos d'Échenoz-la-Méline.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Une nécropole mérovingienne à Echenoz-la-Méline
  2. J.J. Lartigue, Armorial général des communes de France, Paris, 1995
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]