Jules Rimet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rimet.

Jules Rimet

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jules Rimet en 1933.

Naissance 14 octobre 1873
Theuley (Haute-Saône)
Décès 15 octobre 1956 (à 83 ans)
Suresnes (Seine)
Nationalité Française
Profession
Dirigeant du football
Activité principale
Président de la FFF
Président de la FIFA
Autres activités

Jules Rimet, né le 14 octobre 1873 à Theuley (Haute-Saône) et mort le 15 octobre 1956 à Suresnes (Seine), est un dirigeant de football français. Avocat de formation, Rimet commence, dès sa jeunesse, à s'intéresser fortement au football.

Président de la Fédération internationale de football association (FIFA) pendant trente-trois ans, de 1921 à 1954, il est l'initiateur de la Coupe du monde de football dont le premier trophée porte son nom. Il est par ailleurs président-fondateur du Red Star Football Club (1897-1910), co-fondateur de la Ligue de football association en 1910, premier président de la Fédération française de football (1919-1947) et président du Comité national des sports (1931-1947).

Personnalité marquante du sport, Jules Rimet a joué un rôle important dans l'émergence du football mondial entre les années 1920 et 1950, grâce à ces multiples actions d'envergure internationale[1].

Nommé commandeur de la Légion d'honneur, Rimet fut proposé, à la fin de sa vie, pour être Prix Nobel de la paix, mais mourra avant d'être éventuellement élu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jules Rimet est né et a passé toute son enfance à Theuley, commune située à 30 kilomètres à l'ouest de Vesoul, en Haute-Saône, chez son grand-père Charles François Ramondot, agriculteur et meunier, son père paysan étant monté trouver du travail sur Paris suite à la crise agricole, conséquence de la Grande Dépression[2]. Aîné des Rimet (il a deux frères et deux sœurs), son éducation est d'orientation chrétienne empreinte de catholicisme social et patriotique. En 1885, il réalise sa première communion et obtient un certificat d'études primaires : il quitte son village natal pour rejoindre ses parents, qui travaillent rue Cler dans le quartier populaire du Gros-Caillou, dans le 7e arrondissement de Paris, son père y étant devenu épicier. Rimet passe son adolescence au sein du patronage La Rochefoucauld du quartier et découvre la pratique du football dans la rue et s'y forge la conviction des bénéfices du sport dans l'éducation physique et morale des jeunes, vecteur de bien-être et d'amitié entre les peuples[3],[4].

Élève consciencieux et assidu, il obtient son baccalauréat, puis une licence de droit et devient avocat[3]. Il devient par la suite associé au comptoir fiduciaire de Paris, un cabinet de contentieux et de recouvrement. Il s'intéresse à de nombreuses disciplines sportives, notamment l'escrime et l'athlétisme. Au début des années 1890, il devient membre du Cercle catholique d'ouvriers du Gros-Caillou, crée l’« Union sociale du VIIème [arrondissement] » et adhère au mouvement de la Démocratie chrétienne situé entre les restaurateurs du catholicisme traditionnel et les républicains anticléricaux[5].

Le 21 février 1897, Jules Rimet fonde le club omnisports du Red Star avec son frère Modeste et plusieurs amis[6]. Jules a alors 23 ans. Le club applique les valeurs humanistes de son fondateur, et notamment son ouverture aux jeunes issus de familles pauvres. La section football rejoint le championnat de Paris de troisième série de l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques. D'abord basé à Paris, près de la Tour Eiffel, le club va changer plusieurs fois de résidence à Paris et dans la proche banlieue. En mai 1897, dans son logement au numéro 188 rue de Grenelle, il invite des amis afin de créer une publication baptisée La Revue, journal chrétien, républicain et démocratique, qui fusionne en janvier 1899 avec Le Sillon de Marc Sangnier, une revue qui fait rompre de nombreux chrétiens avec la monarchie[7]. Au delà du football, qui l'intéresse avant tout pour ses vertus éducatives, Rimet est passionné de poésie, de littérature, de musique, Jules ouvrant ainsi au sein du Red Star une « section littéraire et artistique » avec comme but la vulgarisation des sports athlétiques[8],[9].

Présidences aux associations[modifier | modifier le code]

USFSA[modifier | modifier le code]

Jules Rimet en 1920.

Jules Rimet intègre la direction de l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques, qui initie la fondation de la Fédération internationale de football association (FIFA), actée dans ses locaux parisiens en 1904. Alors que l'organisation projette rapidement l'organisation d'une compétition mondiale, sous l’impulsion de la Football Association anglaise, Rimet de son côté pousse à l'organisation d'un tournoi de football aux Jeux olympiques de 1908, réservé aux joueurs amateurs[8].

L'USFSA claque la porte de l'institution internationale en 1907, interdisant de fait aux clubs qui la composent tout match international. Jules Rimet a conscience que l’avènement du professionnalisme, combattu par l'USFSA, est inéluctable si on souhaite ouvrir le football à toutes les couches de la population. Il fonde en 1910 avec les dirigeants de trois autres clubs parisiens la Ligue de football association, qui s'affilie au Comité français interfédéral, le remplaçant de l'USFSA comme représentant de la France auprès de la FIFA[10]. Rimet quitte alors la direction du Red Star, au moment de son déménagement définitif à Saint-Ouen[11]. En 1914, il est nommé représentant du CFI auprès de la FIFA[11].

FFFA[modifier | modifier le code]

Survivant à la Grande Guerre avec un grade de lieutenant d'infanterie et une croix de guerre, Jules Rimet reprend ses activités de dirigeant sportif. Il est élu président de la toute nouvelle Fédération française de football association le 11 avril 1919. Il aura la joie en 1921, 1922 1923 et 1928 de voir « son » Red Star remporter la Coupe de France de football, la principale compétition française du moment. Il défend l’avènement du professionnalisme dans le football français, y voyant le seul moyen d'ouvrir la pratique du football aux classes pauvres, constituées d'ouvriers et employés[11]. En 1938, il se montre inflexible devant la menace des joueurs du championnat de France de faire grève, et a gain de cause[12].

En 1942, il se retire de la présidence de la Fédération française pour protester contre les mesures imposées par le Commissariat général à l'Éducation et aux Sports (restriction du professionnalisme, modification de la durée des rencontres) ; il revient à ses responsabilités deux ans plus tard. Il quitte définitivement la fédération française en 1949, après trente ans de mandat, suite à l'« affaire sarroise » : la volonté de Rimet d'intégrer le FC Sarrebruck au championnat de France est rejetée par les autres clubs au cri de « Bordeaux plutôt que Sarrebruck ».

FIFA[modifier | modifier le code]

Réplique du trophée Jules Rimet.

Au sein de la FIFA, le président de la FFFA s'oppose à l'exigence des Britanniques d'exclure les pays vaincus[13]. Le 1er mars 1921, il en est élu président. La fédération est alors exsangue, ébranlée par le conflit mondial. Elle ne compte plus qu'une douzaine de membres, dont ne font partie ni les Britanniques qui ont claqué la porte de l'organisation, ni le Brésil ou l'Uruguay[14]. Rimet voit pourtant en elle le moyen de rassembler la grande famille du football à travers du monde. Il est en cela inspiré par la vision universelle liées aux valeurs chrétiennes qui lui sont chères. Il sera pour la même raison plutôt réticent, tout au long de son mandat à la FIFA, au développement des fédérations continentales, notamment en Europe, voyant-là une menace sur l'unité de la « famille »[3]. Il développe les activités de la FIFA et œuvre particulièrement à l'organisation d'un tournoi mondial ouvert aux professionnels, en dépit des réticences des tenants de l'« amateurisme aristocratique » comme Pierre de Coubertin[10], fondateur du Comité international olympique[8].

Inspirés par le succès des tournois olympiques mondiaux de 1924 et 1928, Rimet et Henri Delaunay, secrétaire de la fédération française, proposent l'organisation d'un championnat du monde sous l'égide de la FIFA au congrès d'Amsterdam de 1928. Le projet est adopté l'année suivante et l'organisation de la première Coupe du monde de football est confiée à l'Uruguay, double champion olympique de football, qui fête le centenaire de son indépendance et s'engage à régler les frais de transports des sélections participantes[15]. Les Européens se plaignent de ce choix lointain - non sans un certain dédain pour leurs homologues d'Amérique du Sud - de sorte que seules quatre sélections se laissent convaincre de faire le voyage : la France, la Belgique, la Roumanie et la Yougoslavie[13]. Le président accompagne la traversée de trois d'entre elles sur le SS Conte Verde, emportant dans sa valise le trophée de la compétition[16],[17]. Le tournoi, même s'il ne connaît qu'un écho lointain en Europe et qu'il provoque quelques incidents dans les pays des deux finalistes (l'Uruguay et l'Argentine), est une réussite sportive et commerciale. Le principe de la compétition ne sera plus remis en cause.

La deuxième édition, en 1934, est précédée d'une phase qualificative, et remporte un grand succès médiatique, étant pour la première fois couverte par la radio. Elle n'est cependant pas exempte de polémiques. Le choix d'en confier l'organisation à l'Italie fasciste de Benito Mussolini, qui exploite la compétition pour vanter son régime, est critiqué, mais Rimet refuse de considérer le mélange du sport et de la politique[8]. De plus, douze des seize participants sont européens alors qu'ils avaient massivement boycotté le tournoi de 1930 - l'Uruguay, tenant du titre, déclare forfait en représailles. Il ne sera pas non plus de la partie en 1938, tout comme l'Argentine. Cette troisième édition, en France, est marquée par de nouvelles perturbations politiques : l'Autriche, annexée par l'Allemagne nazie, doit déclarer forfait. Les Allemands débutent leur match par un salut nazi, ce qui fait scandale. Malgré tout, Rimet poursuit sans état d'âme le développement de son projet et de la fédération, qui survivent à la Seconde Guerre mondiale[8].

Après le grand conflit, les fédérations britanniques acceptent de prendre part à la Coupe du monde de 1950, organisée par le Brésil, au bout de laquelle Rimet remet en personne le trophée à l'Uruguay, vainqueur de l'épreuve pour la deuxième fois[18].

En 1954, à la veille de la Coupe du monde il quitte également ses responsabilités à la tête de la fédération internationale, qui compte alors 85 membres, et en devient le président honoraire[13]. Son départ ouvre grand la porte aux confédérations continentales, un concept auquel il a toujours marqué son opposition : la Confédération asiatique de football et l'Union des associations européennes de football naissent en 1954, la Confédération africaine de football en 1957, la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes en 1961.

CNS[modifier | modifier le code]

Jules Rimet préside le Comité national des sports de 1931 à 1947, à une époque où le Comité olympique français est encore quelque peu dépendant de cet organisme. Le 20 décembre 1940, avec la loi dite Charte des sports[19], le régime de Vichy - dans le cadre de sa Révolution nationale - donne un rôle des plus importants au CNS qui devient un quasi-organisme d'État chargé d'orienter, de diriger, de contrôler le sport français[20]. En matière de politique sportive, remise en forme physique et contrôle de la jeunesse, le CNS devient le pilier du nouvel ordre moral. Il revient à Jules Rimet de gérer ce passage délicat. Il quitte le Comité national des sports en 1947.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

En 1955, Rimet est proposé au Prix Nobel de la paix pour son action pour l'unité des peuples mais le jury norvégien rejette sa candidature (le Prix n'est pas attribué cette année-là). Les événements politiques des Coupes du monde de 1934 et 1938 ont probablement joué dans la décision[8].

À la fin de sa vie, il écrit un ouvrage représentatif et caractéristique, L'Histoire merveilleuse de la Coupe du Monde publié en mai 1954. Jules Rimet décède le 15 octobre 1956 à Suresnes (Seine), à l'âge de 83 ans[8].

Hommages[modifier | modifier le code]

Timbre à l'effigie de Rimet datant de 1966.

En 1946, le trophée de la Coupe du monde de football, une statuette en or sculptée par Abel Lafleur connue comme « la Victoire aux ailes d’or », est rebaptisé trophée Jules-Rimet en son honneur[13]. C'est le nom donné aux premières éditions de la coupe du monde de football. La coupe, en métal plaqué à l'or fin, est la représentation de la déesse Victoire, sur laquelle sont gravés les noms des vainqueurs de la compétition. De 1930 à 1970, le pays vainqueur de la Coupe du monde de football en restait détenteur jusqu'à la coupe suivante quatre ans plus tard. En 1970, suite à sa troisième victoire, le Brésil reçoit le trophée de manière définitive[3], de sorte qu'en 1974, une nouvelle coupe, d'un dessin différent, est mise en jeu.

En 1998, la place Jules-Rimet est créée à Paris à proximité du Parc des Princes, à l'occasion de la Coupe du monde de football 1998 organisée en France[21] à l'initiative de l'Association pour la Valorisation de l'Oeuvre de Jules Rimet (AVOJR, fondée en 1994 par Jean-Yves Guillain). Lors de la Coupe du monde de football 2006, près de cinquante ans après la mort de Jules Rimet, l'autocar officiel de l'équipe de France de football est affublé du slogan Liberté, Égalité, Jules Rimet[22].

En 2004 il reçoit à titre posthume l'Ordre du mérite de la FIFA.

En 2012 est créé le prix littéraire Jules Rimet par l'« association Jules Rimet Sport et Culture », avec le soutien de la fondation Jean-Luc Lagardère et de Nes & Cité, et doté de 5000 euros pour le lauréat. Le prix Jules Rimet se propose de célébrer la littérature sportive, française ou étrangère, sous toutes ses formes : roman, chronique, nouvelle ou encore document. Fidèle à la devise de Jules Rimet, « Travailler le corps, éveiller l’esprit ! », ce prix est accompagné par des ateliers d'écriture auprès de jeunes footballeurs de clubs de ligue 1, ateliers coordonnés par l'écrivain Hafid Aggoune.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Renaud Leblond, Yves Rimet, Le journal de Jules Rimet. Le récit rare du fondateur de la Coupe du monde de football, First Éditions,‎ 2014 (ISBN 2754065768).
  • Laurent Lasne, Jules Rimet, la foi dans le football, Le Tiers Livre,‎ 2008 (ISBN 2952195153).
  • Jean-Yves Guillain, La Coupe du monde de football, l'œuvre de Jules Rimet, Éditions Amphora,‎ 1998 (ISBN 2851805029).
  • Jules Rimet, L'histoire merveilleuse de la Coupe du monde (Les championnats du monde de football), Union européenne d'éditions,‎ 1954.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'œuvre de Jules Rimet », sur http://www.ballon-football.com/ (consulté le 11 juin 2014).
  2. Alfred Wahl, Football et histoire, Centre de recherche histoire et civilisation de l'Université de Metz,‎ 2004, p. 197
  3. a, b, c et d (en) « Jules Rimet », Oxford Reference (consulté le 30 aout 2013).
  4. « La jeunesse de Jules Rimet », sur http://www.ballon-football.com/ (consulté le 11 juin 2014).
  5. « La jeunesse de Jules Rimet », sur http://www.ballon-football.com/ (consulté le 11 juin 2014).
  6. Collectif, Red Star histoire d'un siècle, Paris, Red Star,‎ 1999, 12 p. (ISBN 2-95125620-5).
  7. L’héritage de Jules Rimet, Le Républicain lorrain, 10 juin 2010.
  8. a, b, c, d, e, f et g (en) « Jules Rimet: The man who kicked off the World Cup », The Independent,‎ 5 juin 2006 (lire en ligne).
  9. « La jeunesse de Jules Rimet », sur http://www.ballon-football.com/ (consulté le 11 juin 2014).
  10. a et b Jules Rimet (1873 - 1956) - Le football pour tous, herodote.net.
  11. a, b et c « Jules Rimet, fondateur visionnaire », Red Star,‎ 18 avril 2010.
  12. Braun, Didier, « Janvier 1938: vers la grève des joueurs ? », sur Une autre histoire du foot (consulté le 2 septembre 2013).
  13. a, b, c et d « Jules Rimet », Encyclopædia Universalis (consulté le 29 août 2013).
  14. « Histoire de la FIFA - De plus en plus d'associations », FIFA (consulté le 28 août 2013).
  15. Pierre Bezbakh, « 1930 : Jules Rimet crée la Coupe du monde de foot », Le Monde,‎ 14 juin 2010 (lire en ligne).
  16. « Histoire de la FIFA - Les prémices de la Coupe du Monde de la FIFA », FIFA (consulté le 28 août 2013).
  17. Gastaut, Yvan, « Embarquement pour Montevideo », Wearefootball.org (consulté le 31 août 2013).
  18. « Uruguay world's champion », The Guardian,‎ 16 juillet 1950 (lire en ligne).
  19. voir Textes officiels concernant l'éducation physique et sportive en France sur l'organisation sportive (J.O du 8 avril 1941) et le règlement d'administration publique du 19 novembre 1941 pris pour assurer l'application de cette loi.
  20. « loi du 20 décembre 1940 et décret du 19 novembre 1941 », sur INSEP (consulté le 2013-08-29).
  21. « place Jules Rimet », sur paris.fr.
  22. La France arrive en Allemagne, CRI (Radio Chine Internationale), 9 juin 2006.
  23. « Notice no 19800035/1342/55610 ».