Saint-Germain (Haute-Saône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.
Saint-Germain
L'église Saint-Germain
L'église Saint-Germain
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Arrondissement de Lure
Canton Canton de Lure-Nord
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Lure
Maire
Mandat
Jean-Louis Gatschine
2014-2020
Code postal 70200
Code commune 70464
Démographie
Population
municipale
1 316 hab. (2011)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 22″ N 6° 31′ 53″ E / 47.7228, 6.531447° 43′ 22″ Nord 6° 31′ 53″ Est / 47.7228, 6.5314  
Altitude Min. 302 m – Max. 357 m
Superficie 14,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Saint-Germain

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Saint-Germain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain

Saint-Germain est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Germain est situé aux portes de la haute vallée de l'Ognon. La commune fait partie de la communauté de communes du pays de Lure.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Ognon venant de l'est traverse l'étendue au sud. Plusieurs ruisseaux se déversent dans la rivière. Le ruisseau des Pré-Richard coule nord-sud dans l'ouest. Plusieurs étangs importants sont sur le sol communal.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Linexert Lantenot Mélisey Rose des vents
Franchevelle N La Neuvelle-lès-Lure
O    Saint-Germain    E
S
Lure Froideterre

Géologie[modifier | modifier le code]

Saint-Germain est construite sur le plateau de Haute-Saône dans la dépression sous-vosgienne[1] et s'appuie sur le versant méridional du massif des Vosges[2]. Tourbière de la Grande Pile (la plus connue du département) qui a fourni un enregistrement des fluctuations climatiques sur les derniers 135 000 ans qui sert de référence pour l'Europe occidentale. Le territoire communal repose sur le bassin houiller stéphanien sous-vosgien[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une voie romaine passait par ce qui deviendra plus tard le village. Un pèlerinage avait lieu dans la région.

Une concession de 5 308 ha pour l'exploitation de la houille est accordée à Saint-Germain au XXe siècle. Mais il n'y eut aucune extraction de charbon, retardé par les guerres mondiales, les crises du charbon et l'incertitude d'une rentabilité[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dans la période de 1187-1191, on parlait de Sanctus Germanus, puis de Saint Germains après le XIIe siècle.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Le Mont-Germain[6].

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Louis Gatschine    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 316 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
689 759 745 887 1 065 1 120 1 205 1 285 1 330
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 235 1 276 1 225 1 167 1 137 1 136 1 081 1 072 1 075
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 033 1 062 1 058 954 990 1 006 1 009 968 979
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 027 1 007 1 104 1 146 1 166 1 194 1 287 1 308 1 316
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


La Première Guerre mondiale causa la mort de 51 personnes, la seconde quatre soldats et neuf civils. Une personne a été déportée.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Deux tombes de guerre du Commonwealth.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Tom Huws Rees, Anglais de la Royal Air Force (son avion a été abattu par l'armée allemande le 14 mai 1944)
  • W.J. Harper, pilote de la Royal Canadian Air Force (son avion a été abattu par l'armée allemande le 14 mai 1944)
  • Dans le village est né le général Antoine Gruyer (1774-1822) qui se fit connaître durant les guerres du Premier Empire.
  • Roger Boffy (1928-1999), maire de 1965 à 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La dépression sous-vosgienne », sur http://www.caue-franche-comte.fr/
  2. [PDF] « Carte du massif des Vosges », sur http://www.massif-des-vosges.com/
  3. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône,‎ 1869 (lire en ligne), p. 184-185.
  4. « Le bassin houiller », sur http://www.abamm.org/.
  5. « En 1914, le bassin houiller de Ronchamp faillit avoir un voisin… », sur http://aetdebesancon.blog.lemonde.fr,‎ 5 juin 2014.
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Germain », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 10 janvier 2013) .
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :