Servance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Servance
Vue de Servance
Vue de Servance
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Mélisey
Intercommunalité Communauté de communes de la haute vallée de l'Ognon
Maire
Mandat
Henri Saintigny
2014-2020
Code postal 70440
Code commune 70489
Démographie
Population
municipale
832 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 55″ N 6° 40′ 59″ E / 47.8152777778, 6.6830555555647° 48′ 55″ Nord 6° 40′ 59″ Est / 47.8152777778, 6.68305555556  
Altitude Min. 380 m – Max. 932 m
Superficie 39,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Servance

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Servance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Servance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Servance

Servance est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Franche-Comté. Le village a donné son nom au ballon éponyme (Ballon de Servance à 1.266 m), au pied duquel la rivière Ognon qui traverse le village prend sa source: le Saut de l'Ognon!

Géographie[modifier | modifier le code]

Servance est située dans les Vosges Saônoises sur le plateau des Mille Etangs. La commune fait partie du Parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Esmoulières Beulotte-Saint-Laurent Ramonchamp
(Vosges)
Rose des vents
Faucogney-et-la-Mer N Haut-du-Them-Château-Lambert
Miellin
Belfahy
O    Servance    E
S
Ternuay-Melay-et-Saint-Hilaire Fresse Plancher-les-Mines

L'étang du Boffy qui appartient à la région naturelle des Mille Etangs est un système de tourbière pourvu d'un vaste radeau flottant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine légendaire[modifier | modifier le code]

Selon une légende locale[1], l'emplacement de Servance était autrefois occupé par un lac (d'origine glaciaire). Vers 1300, la fille du seigneur de Montandré s'y noya, et pour retrouver son corps, son père fit ouvrir le verrou glaciaire, à l'emplacement de l'actuel Saut de l'Ognon. Dans la vallée asséchée se construisit plus tard le village de Servance.

Des réfugiés catholiques[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge et jusqu'à la fin du XVe siècle, Servance était un tout petit village très peu peuplé. Il ne s'agrandit qu'après la Réforme protestante. Servance accueillit en effet à cette époque de nombreux catholiques venus se réfugier dans le secteur de Melisey. Aujourd'hui encore, les plus anciennes familles de Servance descendent de ces réfugiés.

Les combats de la cote 820 en octobre 1944[modifier | modifier le code]

Le 4 octobre 1944, le 1er bataillon de choc stationné à Servance, est chargé avec l’appui du 2e régiment d’Afrique, de libérer l’axe La Grève-Miellin-Ballon de Servance contrôlé par les Allemands. Les combats furent extrêmement violents et le lieutenant Durieux fut tué ainsi que quatre de ses chasseurs : Georges Schlumberger, François Delpon de Vissec, Bouisseau et Brécourt.

Une plaque commémorative, représentant l’insigne du bataillon avec sa devise En pointe toujours, fut placée à la cote 820 et une rue de Servance fut baptisée rue du 1er Bataillon de Choc.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Coupé d’argent et de gueules au cerf grimpant de l’un en l’autre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Servance
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Henri Saintigny   Président de la Communauté de Communes de la Haute Vallée de l'Ognon
mars 2001 mars 2008 Michel Bresson    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 832 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 055 3 564 3 892 4 740 5 100 4 306 2 731 2 670 2 472
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 110 2 308 2 386 2 156 2 120 2 020 1 882 1 769 1 695
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 602 1 603 2 039 1 823 1 742 1 624 1 575 1 520 1 489
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 468 1 365 1 354 1 244 1 099 955 910 900 846
2011 - - - - - - - -
832 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saut de l'Ognon
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption
  • Le saut de l'Ognon, petite chute artificielle de 13 mètres dans un milieu bucolique. La légende dit que les truites en remontent la chute d'eau... On y accède facilement grâce à un sentier aménagé.
  • Ancienne scierie Martin remise en état de fonctionnement avec son canal d'amenée, sa roue à aubes, son haut-fer. Le bâtiment date de la fin du XIXe siècle tandis que le mécanisme a plus de 200 ans. Visite guidée sur demande.
  • L'église, qui date de 1689, a été construite 74 ans après l'incendie de l'édifice précédent. On peut y voir un très beau retable baroque du XVIIIe siècle ainsi que des vitraux figuratifs du XXe siècle.
  • La mairie-école construite au début du XXe siècle et répertoriée bâtiment historique.
  • Le calvaire du Montandré, non daté, est situé sur un site élevé duquel on a une très belle vue sur les Vosges Saônoises.
  • Et aussi : le plateau des Grilloux, le ballon de Servance, le Mont Cornu, les tourbières...

Evènements[modifier | modifier le code]

Servance accueille chaque année deux festivals :

  • une randonnée de Mille pas aux 1000 étangs (festival de randonnée) ;
  • un concert de Musique et Mémoire (festival de musique baroque).
  • une randonnée VTT (le dernier dimanche d'août).
  • une brocante le premier dimanche du mois de juin

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alfred Clerget, homme politique
  • Léon Cathlin, écrivain, poète, éditeur d'art (1882-1962)
  • Paul Remy (1894-1962), zoologiste et biologiste, né à Servance.
  • Joseph-François Varelle, fondateur de la graniterie du Pont de Miellin.

Médias & Nouvelles Technologies[modifier | modifier le code]

Servance bénéficie de son propre éméteur TNT implanté à Haut-du-Them, ainsi que d'un NRA ADSL (Aucun dégroupage) & de 2 antennes implantées dans le même site (1 SFR en 2G&3G & 1 ORANGE 2G).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Panneaux d'information sur place.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :