Trouée de Belfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

47° 33′ 55″ N 6° 45′ 15″ E / 47.56528, 6.75417 ()

La Trouée de Belfort et les environs.

La Trouée de Belfort est un seuil situé :

Géographie[modifier | modifier le code]

Son altitude est de 345 m au point le plus bas de la ligne de partage des eaux entre le bassin versant du Rhin et celui du Rhône, sur la commune de Valdieu-Lutran (Haut-Rhin). Cette ligne, à quelques communes près, servit approximativement en 1871 à déterminer la nouvelle frontière entre l'Empire allemand et la France : une série de fortifications fut érigée pour en assurer la défense. Le point le plus haut de la Trouée de Belfort est le Mont Salbert, à 651 m d'Altitude. Le point le plus bas de la Trouée de Belfort pourrait être considéré comme étant la vallée du Doubs à Montbéliard, à 315 m d'Altitude

La Trouée de Belfort, espace naturel, correspond approximativement au département du Territoire de Belfort, espace administratif avec débordements sur la partie extrême Sud-Ouest du département du Haut-Rhin, la partie Nord-Est du département du Doubs, et la partie extrême Est du département de la Haute-Saône.

La Trouée de Belfort permet la jonction entre le Sud de l'Alsace et le Nord de la Franche-Comté. Ce large couloir est emprunté par des réseaux de communication très variés :

Historique[modifier | modifier le code]

Deux voies importantes traversaient la région dès l'époque romaine, qui permirent à César d'acheminer rapidement les troupes qui allaient battre Arioviste et faire repasser le Rhin à ces Germains (essentiellement des Suèves) devenus un peu trop envahissants.

La ville de Belfort, bien placée en son milieu, a joué pendant des siècles un rôle de verrou contre les invasions venant de l'Ouest (pendant la période autrichienne) ou de l'Est (lorsque la région est devenue française après la guerre de Trente Ans). Elle est restée un nœud de communication incontournable.

La dernière offensive par la trouée de Belfort fut celle du Ier Corps d'Armée (commandé par le général Béthouart) en novembre 1944, lors de la bataille d'Alsace.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Porte de Bourgogne et d'Alsace (Trouée de Belfort) par A. Gibert aux Éditions Gérard Montfort 1930 réédité en 1982.
  • Géographie du Territoire de Belfort par G. Schouler et P. Filbert 1979.