Faverney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Faverney
Bâtiments de l'abbaye
Bâtiments de l'abbaye
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Amance
Intercommunalité Communauté de communes de la Saône jolie
Maire
Mandat
Daniel Georges
2014-2020
Code postal 70160
Code commune 70228
Démographie
Population
municipale
949 hab. (2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 07″ N 6° 06′ 18″ E / 47.7686, 6.10547° 46′ 07″ Nord 6° 06′ 18″ Est / 47.7686, 6.105  
Altitude Min. 209 m – Max. 331 m
Superficie 18,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Faverney

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Faverney

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Faverney

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Faverney

Faverney est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Franche-Comté.

Elle bénéficie du label Petites cités comtoises de caractère.

Faverney est devenu mondialement connue grâce aux Hosties miraculeuses de Faverney.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Amance Menoux Mersuay Rose des vents
Baulay
Purgerot
N
O    Faverney    E
S
Conflandey Fleurey-lès-Faverney Breurey-lès-Faverney

Histoire[modifier | modifier le code]

Au VIIIe siècle, un seigneur bourguignon y fait construire une abbaye destinée à sa sœur. S'agit-il de sainte Gude qui aurait ainsi été la première abbesse de Faverney ?… Rien n'est moins sûr. Par contre sainte Gude apparait dans le récit du martyre des deux pèlerins Aquitains Berthaire et Athalein (766) (acta sanctorum Bertarii et Ataleno). C'est elle qui voit selon le récit, venir à elle des habitants du village de Bourguignon les Conflans accompagnant le pêcheur de Bourguignon qui aura récupéré dans ses filets deux têtes coupées jetées dans la rivière La Lanterne par deux habitants de villa manaore (Menoux) Servat et Agenulfe. C'est Gude qui fait ramener les têtes à leur corps respectifs et le lieu du crime des deux pèlerins sera le lieu de sépulture où s'élèvera une chapelle. Ce lieu se nomme Saint-Berthaire et est situé sur la commune de Saint-Rémy.

Le culte des saints Berthaire et Athalein est transféré à Bleurville (Vosges, canton de Monthureux-sur-Saône) dans le courant du Xe siècle.

Quatre siècles plus tard, en 1132, les moniales de Faverney cèdent leur maison à des religieux bénédictins venus de La-Chaise-Dieu (Auvergne).

Au XVIIe siècle, en pleine décadence spirituelle, intellectuelle et matérielle, l'abbaye s'engage dans la voie de la réforme claustrale de la Congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe. C'est alors et jusqu'à la Révolution que Faverney connaît ses plus belles heures, son époque la plus brillante : le monastère "croît en science et en sainteté et grandit en réputation et en influence".

Le miracle des saintes hosties[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hosties miraculeuses de Faverney.

Selon Odilon Bebin[1] (1670) de Dom Odilon Bebin, le miracle des saintes hosties se serait déroulé ainsi : à la Pentecôte 1608, on avait placé l'ostensoir contenant le Saint-Sacrement sur un reposoir composé d'une table surmontée d'un gradin en bois placé devant l'autel. Des lampes à huile étaient maintenues allumées sur la table. De nombreuses draperies décoraient l'ensemble selon la coutume de l'époque. Le lendemain matin une épaisse fumée révèle que le reposoir a pris feu et s'est consumé. Cependant, l'ostensoir privé de son support est resté à la place qu'il occupait dans l'espace. Il restera ainsi suspendu dans l'air pendant trente-trois heures permettant à des centaines de personnes alertées du prodige de venir constater le fait. C'est au cours de la messe célébrée ensuite que l'on put voir l'ostensoir quitter sa place et se poser doucement sur l'autel. L'archevêque de Besançon ouvrit immédiatement une enquête au cours de laquelle la commission entendit 54 témoins parmi les plus sûrs dont les dépositions concordèrent point par point[2]. Faverney devient un lieu de pèlerinage qui sera à la source des Congrès Eucharistiques. Aujourd'hui encore les festivités locales se conjuguent habilement à la tradition religieuse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

D'argent, à un sautoir de sable

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ? 2001 Guy Philipponet RPR Conseiller général
mars 2001 réélu en 2008[3] François Laurent    
4 mars 2014 en cours Daniel Georges    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune de Faverney comptait 949 habitants. À partir du XXIe siècle siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 226 1 193 1 333 1 254 1 307 1 340 1 557 1 341 1 370
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 193 1 303 1 310 1 348 1 406 1 398 1 467 1 426 1 383
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 488 1 413 1 465 1 364 1 433 1 431 1 381 1 298 1 257
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 228 1 073 1 072 1 116 1 112 1 019 1 052 949 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église abbatiale

Des bâtiments du Moyen Âge, il ne reste que certaines parties de l'église abbatiale. Les bâtiments de l'abbaye ont été reconstruits à partir de la fin du XVIIe siècle : 1683-1688 : quartier abbatial, actuellement mairie ; 1713-1733 : bâtiments conventuels sur les plans de Dom Vincent Duchesne.

Après la Révolution, l'église ("sanctuaire à répit" au XVIe siècle) devient paroissiale, le quartier abbatial est transformé en hôtel de ville. Les bâtiments conventuels, vendus comme biens nationaux et en partie détruits, sont reconstruits à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle avant d'accueillir un grand séminaire de philosophie de 1911 à 1967. C'est aujourd'hui une propriété privée.


Quelques vues du village[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Odilon Bebin"Histoire manuscrite de l'insigne abbaye de Faverney", bibliothèque de Vesoul, Manuscrits 192-193
  2. "Procès-verbal dressé à l'occasion du miracle arrivé en l'église abbatiale de Faverney en l'an 1608" Manuscrit 3707, Bibliothèque de l'Arsenal, Paris - Manuscrit 829, Bibliothèque municipale de Besançon.
  3. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :