Seillons-Source-d'Argens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Seillons-Source-d'Argens
Seillons-Source-d'Argens
Seillons Source d'Argens - Face sud.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Intercommunalité Communauté de communes Provence Verdon
Maire
Mandat
Stéphane Arnaud
2020-2026
Code postal 83470
Code commune 83125
Démographie
Gentilé Seillonnais, Seillonnaises
Population
municipale
2 502 hab. (2018 en augmentation de 1,25 % par rapport à 2013)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 50″ nord, 5° 53′ 04″ est
Altitude Min. 263 m
Max. 580 m
Superficie 25,11 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Seillons-Source-d'Argens
(ville isolée)
Aire d'attraction Marseille - Aix-en-Provence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Seillons-Source-d'Argens
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Seillons-Source-d'Argens
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Seillons-Source-d'Argens
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Seillons-Source-d'Argens
Liens
Site web http://vivreaseillons.fr/

Seillons-Source-d'Argens est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village perché et ses hautes maisons accolées.
Vue au sud-est, la vallée et ses nombreux vignobles.
Vue au sud-ouest de la vallée et, à l'horizon, le massif de la Sainte-Baume.

Au cœur des vignes, le village se perche sur une colline à 388 m d'altitude, ce qui lui confère une vue imprenable sur la Sainte-Baume, la Sainte-Victoire et les Alpes. C'est à quelques kilomètres du village que l'Argens prend sa source.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe trois zones de sismicité dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer ;
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la montagne Sainte-Victoire au massif de l'Esterel ;
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque, le plus élevé du département mais qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale, concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Seillons-Source-d'Argens est en zone sismique de très faible risque Ia[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Seillons-Source-d'Argens est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Seillons-Source-d'Argens, une unité urbaine monocommunale[5] de 2 468 habitants en 2017, constituant une ville isolée[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Marseille - Aix-en-Provence, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (74,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (75,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (51,8 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (22,1 %), cultures permanentes (18,1 %), zones urbanisées (6,1 %), zones humides intérieures (0,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,7 %), zones agricoles hétérogènes (0,3 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Anne de Marseille-Vintimille, morte le , reprend les titres et les transmet à son fils Simon-Joseph de Raousset-Vintimille, marquis de Seillons, baron d'Ollioules et de Saint-Nazaire. Jusqu'en 1752, date à laquelle un arrêt de Paris met fin à cette succession, et remet les titres des dites terres d'Ollioules aux membres de la branche du Luc de la maison Vintimille (en la personne de Jean-Baptiste-Félix-Hubert de Vintimille du Luc, marquis du Luc et des Arcs, petit cousin au 5e degré d'Anne).

La commune de Seillons appartenait à la famille de Raousset Vintimille, elle possédait un château construit vers le XIIe siècle déplacé de son lieu primitif puis transformé au cours des siècles en résidence XVIIIe. Le fief fut érigé en marquisat en 1714 [12] Conseiller au Parlement de Provence (1702). Nous avons toujours trace de douves, d'un ancien donjon, ainsi qu'un ancien village sous le château.

Le seigneur de Seillons Simon Joseph de Raousset était marié avec Anne de Marseille Vintimille, famille qui possédait en plus Tourves, Le Luc et l'ancien domaine et château de Roquefeuille (domaine de Roquefeuille domaine viticole commune de Trests). Une famille de Seillons le garda chez eux pour terminer ses jours. La famille de Raousset possédait en plus le château d'Ollioules et d'autres terres ainsi que les terres d'Ollières par mariage, descendants les Felix... Au fil des siècles, le château fut vendu, madame de Grimaldi qui y fit de la brocante au XIXe et le docteur Florens l'acquit par la suite. Il fut ensuite vendu à monsieur Bertrand de Bardies puis à madame de Montrichard et ses enfants.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Seillons source d'Argens entouré par une branche d'olivier et une vigne

Les armoiries de Seillons-Source-d'Argens se blasonnent ainsi :

De sinople à la pointe ondée d'argent posée en bande.

Le blason est parfois entouré d'un pampre de vigne à droite et d'un rameau de chêne à gauche, symboles des richesses du village. Il est parfois également surmonté d'une couronne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité

(démission)
Étienne Louche[13] SFIO Cultivateur
Les données manquantes sont à compléter.
André Dumerc    
Marius Arnaud    
Jean-Pierre Pastorello   Instituteur
Georges Fabre    
Adrien Dozol PS  
Eugène Berton[14] RPR puis UMP Restaurateur retraité
en cours Stéphane Arnaud SE Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 2 502 habitants[Note 3], en augmentation de 1,25 % par rapport à 2013 (Var : +3,8 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380303309380468508524466489
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
505497500510578534503442419
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
417412331323328320307327311
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2922953093978441 6102 0112 0682 266
2017 2018 - - - - - - -
2 4682 502-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.
  • L'église Saint-Pierre
  • Le lavoir
  • La tour du château
  • La source de l'Argens
  • Le stand de tir
  • La bastidasse

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. sismicité du Var sur le site de la préfecture
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 de Seillons-Source-d'Argens », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 avril 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Marseille - Aix-en-Provence », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Par L.P. d'octobre 1714 (AD13, B3392, f°721v°).
  13. La fiche biographique de LOUCHE Étienne, Urbain sur le Maitron en ligne
  14. « L'ancien maire de Seillons, Eugène Berton s'en est allé », Var-Matin,‎ (lire en ligne).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.