Saint-Vincent-les-Forts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vincent.
Saint-Vincent-les-Forts
Fort Joubert
Fort Joubert
Blason de Saint-Vincent-les-Forts
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Barcelonnette
Canton Barcelonnette
Intercommunalité Communauté de communes Vallée de l'Ubaye Serre-Ponçon
Statut Commune déléguée
Maire délégué Guy Kletty
2017-2020
Code postal 04340
Code commune 04198
Démographie
Population 347 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 26′ 46″ nord, 6° 22′ 27″ est
Altitude Min. 770 m – Max. 2 500 m
Superficie 22,82 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Ubaye-Serre-Ponçon
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte administrative des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 15.svg
Saint-Vincent-les-Forts

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 15.svg
Saint-Vincent-les-Forts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Vincent-les-Forts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Vincent-les-Forts

Saint-Vincent-les-Forts est une ancienne commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Pangouniers[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

 Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Saint-Vincent-les-Forts et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

Le village est placé à 1 300 m d’altitude[2], au carrefour des routes de Barcelonnette et d’Embrun, sur un promontoire dominant le lac de Serre-Ponçon.

Son site était vanté dans les années 1930[3]

Géologie[modifier | modifier le code]

Lors des deux dernières grandes glaciations, la glaciation de Riss et la glaciation de Würm, la commune est entièrement recouverte par le glacier de la Durance[4].

Relief[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 1 035 ha de bois et forêts, soit 45 % de sa superficie[1].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton du Lauzet-Ubaye auquel appartient Saint-Vincent-les-Forts est en zone 1b (sismicité faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[5], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[6]. La commune de Saint-Vincent-les-Forts est également exposée à quatre autres risques naturels[6] :

  • avalanche ;
  • feu de forêt ;
  • inondation ;
  • mouvement de terrain.

La commune de Saint-Vincent-les-Forts est de plus exposée à un risque d’origine technologique, celui de transport de matières dangereuses par route[7]. Les routes départementales RD 900 (ancienne route nationale 100), RD 900b (ancienne route nationale 100b) et la RD 954 peuvent être empruntées par les transports routiers de marchandises dangereuses[8].

Aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[7] et le Dicrim n’existe pas[9].

Dans la liste qui suit, figurent les tremblements de terre fortement ressentis dans la commune. Ils dépassent une intensité macro-sismique ressentie de V sur l’échelle MSK (dormeurs réveillés, chutes d’objets). Les intensités indiquées sont celles ressenties dans la commune, l’intensité peut être plus forte à l’épicentre[10] :

  • le séisme du 22 mars 1949, avec une intensité ressentie de VI et un épicentre situé dans la commune du Lauzet[11],
  • le séisme du 7 août 1974, avec une intensité ressentie de V et un épicentre également situé dans la commune du Lauzet pour épicentre[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village apparaît pour la première fois vers 1200 (Castrum Vincentii), d’après le nom de saint Vincent de Saragosse sous sa forme occitane, qui a été francisé par la suite[13]. Le nom est devenu ensuite Saint-Vincent-du-Lauzet jusqu’en 1923[14],[15].

Le nom du sommet de Dormillouse fait référence à la taupe ou à la marmotte, selon le couple Fénié[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge et jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, la communauté de Saint-Vincent relevait de la baillie de Seyne[17].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. La communauté de Saint-Vincent soutient les Duras jusqu’en 1386, puis change de camp pour rejoindre les Angevins grâce aux négociations patientes de Marie de Blois, veuve de Louis Ier et régente de leur fils Louis II. La reddition d’Aix a également pu jouer un rôle dans le retournement de la communauté[18].

Sa situation sur un carrefour stratégique lui valut l’occupation piémontaise en 1690, lors du siège de Seyne[2].

Durant la Révolution française, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Vincent-la-Lauze[19] ou Mont-Clocher[15].

Comme de nombreuses communes du département, Saint-Vincent-les-Forts se dote d’écoles bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle compte déjà trois écoles dispensant une instruction primaire aux garçons, situées au chef-lieu, au Lautaret et aux Rolands[20]. Aucune instruction n’est donnée aux filles : la loi Falloux (1851) n’impose l’ouverture d’une école de filles qu’aux communes de plus de 800 habitants ; la première loi Duruy (1867) abaisse ce seuil à 500 habitants[21], mais la commune ne l’applique pas[22] et ce n’est qu’avec les lois Ferry que les petites filles de Saint-Vincent-les-Forts sont régulièrement scolarisées.

Le coup d'État du 2 décembre 1851 commis par Louis-Napoléon Bonaparte contre la Deuxième République provoque un soulèvement armé dans les Basses-Alpes, en défense de la Constitution. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression s’abat sur ceux qui se sont levés pour défendre la République, dont un habitant de Saint-Vincent-du-Lauzet[23].

La commune de Saint-Vincent-les-Forts est durement touchée par la Première Guerre mondiale. Une souscription publique est lancée afin de financer la construction de deux monuments aux morts, un au Lautaret, et l’autre à l’entrée du village. Une autre souscription, de fin 1919 à 1921, a lieu dans toute la vallée de l'Ubaye et permet de financer un monument aux 509 morts de la vallée, érigé à Barcelonnette par Paul Landowski[24].

Au début de la Seconde Guerre mondiale, une compagnie spéciale de passage pour militaires français (prison pour militaires suspects à un titre ou à un autre, mais généralement pour ceux dont l’idéologie est suspecte du point de vue du gouvernement, et généralement des communistes) est implantée à Saint-Vincent-les-Forts[25],[26].

Jusqu’au milieu du XXe siècle, la vigne était cultivée à Saint-Vincent-les-Forts, uniquement pour l’autoconsommation. Cette culture a depuis été pratiquement abandonnée, et en 2005, les surfaces plantées en vigne étaient relictuelles[27].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saint Vincent les Forts (04).svg

Blasonnement :
De sinople à une montagne d'argent, accostée de la lettre S d'or à dextre et de la lettre V du même à senestre[28]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Municipalité[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945   Joseph Michel[29]    
         
1971 1983 Georges Jarjayes[30]    
1983 1989 Maryse Michel[réf. nécessaire]    
1989 2001 Pierre Richaud[réf. nécessaire]   Médecin
mars 2001[31] avril 2014 Philippe Jaunay[32]    
avril 2014 en cours
(au 21 octobre 2014)
Guy Kletty[33],[34],[35] DVD Retraité, ancien maire d'Aubure en 1986-1995[33]
Les données manquantes sont à compléter.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est dotée d’une école primaire[36].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, Saint-Vincent-les-Forts comptait 347 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Saint-Vincent-les-Forts). Depuis 2004, les autres chiffres sont des estimations.

Évolution démographique
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
112 feux 51 feux 643 596 514 637 473 626 769 242
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
708 679 617 614 553 521 529 534 485 566
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
563 544 471 491 385 330 327 333 289 249
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2014 - -
221 215 185 195 168 203 249 347 - -
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[14], EHESS[15], Insee à partir de 1968[37],[38],[39])

L’histoire démographique de Saint-Vincent, après la saignée du XVe siècle et le lent mouvement de croissance allant jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste stable à un niveau élevé. Cette période dure peu, de 1836 à 1846. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de perte de population de longue durée. Dans les années 1920, la commune enregistre la perte de plus de la moitié de sa population par rapport au maximum historique[40]. Le mouvement de perte se poursuit jusqu’à la fin des années 1980. Depuis, le mouvement de croissance a repris.

Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lac de Serre-Ponçon à Saint-Vincent-les-Forts

Le camping municipal est en délégation de service public, concédée à la société Campéole, au bord du lac de Serre-Ponçon. Le camping du Lac est classé trois étoiles[41].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’importance stratégique du carrefour a valu à Saint-Vincent-les-Forts de nombreuses fortifications au cours des siècles[42] : batteries, redoutes, forts. Les principales sont :

  • le fort de Saint-Vincent, construit entre 1693 et 1700, modifié au début du XVIIIe siècle, puis renforcé après 1873[43] ;
  • le fort Joubert ou Saint-Vincent (plans de Vauban, construction par Richerand) construit entre 1693 et 1700. Une tour est munie de hourds. Le fort est classé[44] ;
  • la redoute de Chaudon (1879-1883) ;
  • la Tour Vauban à machicoulis, sur le Rocher de Guerre, construite par Richerand en 1696, en défense avancée vers le nord ;
  • la batterie du Châtelard (1883-1885), en maçonnerie, qui battait la vallée de l’Ubaye et était protégée par une crête d’infanterie située plus haut ;
  • la batterie du Colbas (1883-1887), qui protège les arrières de l’organisation défensive de l’Ubaye ;
  • la caserne Courtigis, au Chaudon, qui logeait les troupes mobiles et les garnisons des défenses détachées.

Autres monuments :

  • église Saint-Vincent (XVIe siècle), avec une nef en berceau plat. La double abside est désaxée[45] ;
  • église Notre-Dame-de-l’Assomption au Lautaret, érigée en paroisse au début du XIXe siècle mais qui existait déjà auparavant[17],[14] ;
  • chapelles au Bronsinq, aux Berlies, aux Rollands[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Aimé Michel (1919-1992), philosophe, écrivain et ufologue. Il est né, a vécu et est mort à Saint-Vincent-les-Forts.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p.
  • Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017)
  • Vauban en Haute-Provence (Colmars-les-Alpes, Entrevaux, Saint-Vincent-les-Forts, Seyne-les-Alpes, Sistéron), Dignes, Société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, , 56 p.
    Annales de Haute-Provence, Bulletin n°296. Le fort de Saint-Vincent: pp. 35 à 38

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger Brunet, « Canton du Lauzet-Ubaye », Le Trésor des régions, consultée le 10 juin 2013
  2. a et b Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non-paginé) (ISBN 2-7399-5004-7)
  3. Élie Reynier le dit « incomparable », voir « Un canton qui décline : Le Lauzet (Basses-Alpes) », Revue de géographie alpine, 1937, Tome 25 (no)1. p. 233.
  4. Maurice Jorda, Cécile Miramont, « Les Hautes Terres : une lecture géomorphologique du paysage et de ses évolutions », in Nicole Michel d’Annoville, Marc de Leeuw (directeurs) (photogr. Gérald Lucas, dessin. Michel Crespin), Les Hautes Terres de Provence : itinérances médiévales, Le Caire : Association Les hautes terres de Provence ; Saint-Michel-l'Observatoire : C'est-à-dire, 2008, 223 p. (ISBN 978-2-952756-43-3). p. 33.
  5. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39
  6. a et b Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 19 août 2012
  7. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 98
  8. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 80
  9. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 19 août 2012
  10. BRGM, « Épicentres de séismes lointains (supérieurs à 40 km) ressentis à Saint- », Sisfrance, mis à jour le 1er janvier 2010, consulté le 19 août 2012
  11. BRGM, « fiche 40092 », Sisfrance, consultée le 19 août 2012
  12. BRGM, « fiche 40192 », Sisfrance, consultée le 19 août 2012
  13. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 3 : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 195), , 1852 p. (lire en ligne)., § 28580, p 1639
  14. a, b et c Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017), p. 198
  15. a, b et c EHESS, notice communale de la commune de Saint-Vincent-les-Forts sur la base de données Cassini, consultée le 31 juillet 2009
  16. Bénédicte Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, 2002 (réédition), (ISBN 978-2-87901-442-5), p. 83
  17. a, b et c Daniel Thiery, « Saint-Vincent-les-Forts », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 22 décembre 2011, mis à jour le 23 décembre 2011, consulté le 19 août 2012
  18. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, cartes p. 417-418 et p. 419.
  19. Jean-Bernard Lacroix, « Naissance du département », in La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 113
  20. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  21. Labadie, op. cit., p. 16.
  22. Labadie, op. cit., p. 18.
  23. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 72.
  24. Sylvie Arnaud, « Dix-neuf monuments aux morts pour les Poilus Ubayens », La Provence, 11 novembre 2013, p. 11.
  25. Association Basses-Alpes 39-45, « L’internement », Basses-Alpes 39-45, consulté le 19 juillet 2012
  26. Jacqueline Ribot-Sarfati, « Camps d'internement et de déportation des juifs dans les Basses-Alpes, de la guerre aux occupations italienne et allemande (1939-1944) », in Robert Mencherini (directeur), Provence-Auschwitz : de l'internement des étrangers à la déportation des juifs (1939-1944), Aix-en-Provence : Publications de l'Université de Provence, 2007. (ISBN 978-2-85399-693-8), p. 237.
  27. André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 56 et 59.
  28. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, 1866. Réédition : Marcel Petit CPM, Raphèle-lès-Arles, 1994
  29. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 1er avril 2014.
  30. Georges Jarjayes est l’un des 500 élus qui ont parrainé la candidature de François Mitterrand (PS) à l’élection présidentielle de 1981, cf Conseil constitutionnel, liste des élus ayant présenté les candidats à l’élection du Président de la République, Journal officiel de la République française du 15 avril 1981, page 1058, disponible en ligne, consulté le 29 juillet 2010
  31. Sylvie Arnaud, « Qui succédera à Philippe Jaunay », La Provence, 23 janvier 2014, p. 12.
  32. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Saint-Jurs à Soleihas (sic) (liste 7), consulté le 10 mars 2013
  33. a et b Sylvie Arnaud, « Guy Kletty succède à Philippe Jaunay qui n'était pas candidat », La Provence, 7 avril 2014, p. 9.
  34. Robert Weinland, « Les maires de Aubure », Genweb, 11 février 2011, consulté le 10 avril 2014.
  35. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Liste des maires », 2014, consultée le 20 octobre 2014.
  36. Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence, Liste des écoles de la circonscription de Sisteron, publiée le 27 avril 2010, consultée le 31 octobre 2010
  37. « Résultats du recensement de la population - Saint-Vincent-les-Forts », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  38. « Recensement de la population au 1er janvier 2006 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  39. « Populations légales 2010 en vigueur le 1er janvier 2013 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2013)
  40. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIX' siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 288.
  41. camping du Lac
  42. recensement de la Base Mérimée, consulté le 10 février 2009
  43. Fort Saint-Vincent
  44. Arrêté du 18 juillet 1994, notice de la Base Mérimée, consultée le 10 février 2009
  45. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p 218