Baie des Veys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Baie des Veys
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau de la France France
Subdivisions
territoriales
Normandie
Géographie physique
Type Baie
Localisation Manche (océan Atlantique)
Coordonnées 49° 22′ 40″ nord, 1° 08′ 11″ ouest
Superficie 62,02 km2
Géolocalisation sur la carte : Normandie
(Voir situation sur carte : Normandie)
Baie des Veys
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Baie des Veys

La baie des Veys (du nom des anciens passages à gué : le Grand Vey et le Petit Vey), située à la limite du Cotentin et du Bessin, est un large estuaire où se jettent les quatre fleuves qui irriguent le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin : la Douve et la Taute, près de Carentan, la Vire et l'Aure à Isigny-sur-Mer.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les Veys représente le pluriel du mot vey (anciennement wei, vei) « gué », forme dialectale normande correspondant au français gué, d'où le sens global de « les gués ».

Ce mot est issu (comme gué, cf. le traitement phonétique w- > g- en français central) du vieux bas francique *wad̄ « endroit guéable » restitué d'après le vieux haut allemand wat « id. » et le moyen néerlandais wat « id. ». Il correspond au latin vadum (d'où sont issus le roumain vad, le portugais vau et l'espagnol vado)[1]. En normand, il a dû être renforcé par l'ancien norrois vað de même sens, comme en témoigne par exemple le toponyme Esteinvei (1320), ancien lieu-dit de Fresville (Manche), précédé du vieux norrois steinn « pierre », d'où le sens global de « gué de la pierre ».

Présentation[modifier | modifier le code]

Elle marque la limite entre le pays du Cotentin et le pays du Bessin.

De faible profondeur, à marée haute, les bateaux doivent suivre soigneusement deux chenaux balisés qui mènent l'un à Carentan, l'autre à Isigny-sur-Mer. Ces deux ports virent s'éteindre un cabotage voué au transport de marchandises (importation de bois du Nord et exportation de beurre) dans les années 1960.

À marée basse, c'est un désert de sable de 7 km2.

La baie des Veys à l'embouchure de la Taute.

Avant les aménagements et la poldérisation du XIXe siècle, les Veys se distinguaient entre le « Grand Vey » et le « Petit Vey ».

Le grand Vey formait la plus grande partie septentrionale de l'estuaire entre les côtes de Sainte-Marie-du-Mont, Brévands et de Géfosse-Fontenay. Ce gué comportait à marée basse un grand nombre de bancs de sable ainsi que le tracé de la voie romaine allant d'Alauna (Valognes) à Augustodurum (Bayeux), sur huit kilomètres[2]. On passait quatre gués principaux (en fait plusieurs bras des mêmes fleuves, la Taute et la Vire), d'ouest en est :

  • le gué de Carentan ;
  • le gué de Brévands ;
  • le gué de Vire ;
  • le gué d'Isigny [3].

Les bancs principaux étaient (du nord au sud)[4],[5] :

  • le banc du Nord ;
  • les Rouelles ;
  • le banc de Fer ;
  • le banc Ferraillon ;
  • le banc de l'Islette ;
  • le banc de la Madeleine ;
  • le banc du Camp.

Le petit Vey n'était que l'embouchure de la Vire, se jetant dans le grand Vey. Une chaussée ancienne le traversait également entre Isigny-sur-Mer et Carentan.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le site est en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I, sous le no 250006494 [6].

La baie des Veys a été désignée site Ramsar le 8 avril 1991[7].

Activités[modifier | modifier le code]

La baie des Veys est le bassin de culture des huîtres d'Isigny et d'Utah Beach (10 000 tonnes par an pour 30 000 tonnes d'huîtres normandes).

On y pratique, non seulement la pêche à pied des coques, à titre amateur ou professionnel, mais aussi la chasse au gibier d'eau sur le rivage ou au gabion.

Histoire[modifier | modifier le code]

La fuite de Valognes en 1046 du futur duc de Normandie à travers la baie, relatée par les chroniqueurs qui servent la propagande normande en usant de l'art rhétorique de l'amplification, comme une chevauchée seul et sans escorte, forge en partie le mythe de Guillaume, jeune homme courageux, bâtard et solitaire[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site du CNRTL : étymologie de gué [1]
  2. Morière 1858 étude Normannia, p. 501.
  3. Morière 1858 étude Normannia, p. 499.
  4. Carte de l'ancien diocèse de Coutances, 1689 en ligne (B.n.F. / Gallica).
  5. Morière 1858 étude Normannia, p. 510.
  6. « ZNIEFF 250006494 - Baie des Veys », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  7. (en) « Marais du Cotentin et du Bessin, Baie des Veys », sur Service d’information sur les Sites Ramsar (consulté le )
  8. Philippe Maurice, Guillaume le Conquérant, Flammarion, , p. 60

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]