Le Cendre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Cendre
Le Cendre
Avenue Centrale rénovée au centre-ville de la commune.
Blason de Le Cendre
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Intercommunalité Clermont Auvergne Métropole
Maire
Mandat
Hervé Prononce
2020-2026
Code postal 63670
Code commune 63069
Démographie
Gentilé Cendrilloux[1] ou Cendrioux[CEN 1]
Population
municipale
5 489 hab. (2018 en augmentation de 10,33 % par rapport à 2013)
Densité 1 298 hab./km2
Population
agglomération
272 551 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 24″ nord, 3° 11′ 16″ est
Altitude Min. 318 m
Max. 411 m
Superficie 4,23 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Clermont-Ferrand
(banlieue)
Aire d'attraction Clermont-Ferrand
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Cournon-d'Auvergne
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Le Cendre
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Le Cendre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Cendre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Cendre
Liens
Site web lecendre.fr

Le Cendre est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand.

Ses habitants sont appelés les Cendrilloux et les Cendrillouses[1] ou encore les Cendrioux et les Cendriouses[CEN 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune du Cendre est située au centre du département du Puy-de-Dôme[2], à une dizaine de kilomètres de Clermont-Ferrand, au sud de l'agglomération clermontoise.

Quatre communes (cinq en incluant le quadripoint avec Pérignat-sur-Allier) sont limitrophes[3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Auzon.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par quatre routes départementales (antennes non comprises).

La route départementale 8 relie du nord au sud Cournon-d'Auvergne aux Martres-de-Veyre. Elle prend le nom de rue des Graveyroux jusqu'au pont sur la voie ferrée puis l'avenue Centrale et la route des Martres. Elle possède une antenne, la RD 8c, correspondant à la rue de la Mairie. Dans le centre-ville, la RD 8 croise la RD 52, correspondant à l'avenue de l'Auzon en direction d'Orcet, au sud-ouest, et à la rue du Moulin et l'avenue de l'Allier, en direction de Cournon-d'Auvergne, au nord-est. Une RD 52c, nommée allée des Marronniers, dessert la gare. Enfin, la RD 979 permet un accès autoroutier à l'A75, par l'échangeur no 4[3].

Au nord, la RD 772 dessert la zone industrielle. Elle porte le nom de rue des Hortensias[3].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune du Cendre est desservie par la ligne 34 du réseau de transports urbains T2C.

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire du Cendre-Orcet
Bâtiment voyageurs de la gare du Cendre - Orcet.

Une gare est implantée sur le territoire communal : Le Cendre - Orcet, sur la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Nîmes-Courbessac. Desservie par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes, elle permet de rejoindre Clermont-Ferrand en dix minutes. Ces trains assurent la desserte périurbaine Sud de l'agglomération de Clermont-Ferrand et permet des correspondances dans la capitale avec les trains en direction de Paris et de Lyon. Les TER desservant Le Cendre sont en majorité des omnibus reliant Clermont-Ferrand (voire Riom - Châtel-Guyon, Moulins-sur-Allier) au nord et Vic-le-Comte, Issoire voire Brioude au sud[4].

Aménagements cyclables[modifier | modifier le code]

La commune compte sept kilomètres d'aménagements cyclables[CEN 2].

Aménagement piétonnier[modifier | modifier le code]

La commune a réalisé un aménagement piétonnier le long de la rivière Auzon, avec deux aires de jeux (Auzon Jouer, 3 000 m2 et 1, 2, 3… Pandières, 1 800 m2) pour les enfants. Elle a reçu le Prix de la Ville Ludique 2007 pour sa politique volontariste en matière d'aménagement d'aires de jeux pour enfants.[réf. nécessaire]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Cendre est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7].

Elle appartient à l'unité urbaine de Clermont-Ferrand, une agglomération intra-départementale regroupant 17 communes[8] et 272 551 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Le Cendre fait également partie du bassin de vie et de la zone d'emploi de Clermont-Ferrand[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (51,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (46,7 %), terres arables (42,1 %), zones agricoles hétérogènes (9,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,5 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[15].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 2 301 logements, contre 2 007 en 2009. Parmi ces logements, 94,6 % étaient des résidences principales, 0,7 % des résidences secondaires et 4,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 81,1 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 18,8 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 76 %, en baisse par rapport à 2009 (77,7 %). La part de logements HLM loués vides était de 12,7 % (contre 10,7 %)[a 2].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise aux risques d'inondation (par crue à montée lente ou par crue torrentielle à montée rapide de cours d'eau), de mouvement de terrain (par glissements de terrain ou tassements différentiels), phénomènes météorologiques, rupture de barrage, séisme et transports de matières dangereuses. Elle n'a pas élaboré de DICRIM ni de plan communal de sauvegarde[16].

Deux procédures de plan des surfaces submersibles ou de plan de prévention du risque inondation ont été approuvées par arrêtés préfectoraux sur la commune[17] :

  • un plan des surfaces submersibles concernant la rivière Allier, approuvé par arrêté préfectoral du 17 octobre 1969 ;
  • un plan de prévention du risque inondation concernant la rivière Auzon, approuvé par un arrêté préfectoral du 9 mai 2007.

La commune, bien que non concernée par le risque industriel, est située à proximité de sites industriels classés SEVESO seuil bas (usines TOTAL distribuant des produits pétroliers et CALDIC entreposant des produits dangereux) et SEVESO seuil haut (ANTARGAZ, stockant et distribuant du gaz et des produits liquéfiés), sur la commune de Cournon-d'Auvergne[17].

Des transports de matières dangereuses peuvent emprunter la ligne de chemin de fer traversant Le Cendre[17].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La plus lointaine dénomination connue du Cendre date du IXe siècle avec Lissandrum. Par dérivation, les noms successifs attestés furent Alexandra aux Xe et XIe siècles, Aussandra en 1211, Alsandra en 1268.

Mal compris, ce nom devint ensuite Au Sandre, puis Le Sandre en 1401, Le Candre en 1418, avant d'arriver progressivement à sa désignation actuelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'oppidum gaulois de Gondole est situé sur le territoire de la commune. Le site, proche de la confluence de l'Auzon et de l'Allier, est l'un des trois oppida majeurs des Arvernes avec ceux de Corent et de Gergovie[18]. Lors des dernières fouilles, un faubourg artisanal a été découvert avec un certain nombre de fours de potiers[18]. Les sites étaient reliés par des voies laténiennes, bordées de fossés, antérieures à l'époque romaine. Celle reliant Gergovie à Gondole passait par Orcet en bordure du camp de César. Sur sa dernière portion, elle était bordé de palissades.

La petite ville du Cendre est communément appelée « La tête d'épingle ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune du Cendre est membre de la métropole Clermont Auvergne Métropole[13], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le (en tant que communauté d'agglomération Clermont Communauté, devenue communauté urbaine le et métropole depuis le ) dont le siège est à Clermont-Ferrand. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[19].

Sur le plan administratif, elle a d'abord été rattachée au district de Clermont-Ferrand en 1793, devenu l'arrondissement de Clermont-Ferrand en 1801[20], à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[13]. La commune voisine d'Orcet, qui détenait Le Cendre avant sa scission en 1835, faisait partie du canton des Martres-de-Veyre. Celui-ci devient le canton de Veyre[20].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Cournon-d'Auvergne pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[13], et de la quatrième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[21].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal du Cendre, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[22], pour un mandat de six ans renouvelable[23]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 29[24]. Les vingt-neuf conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 46,36 %, se répartissant en : vingt-six élus issus de la liste d'Hervé Prononce et trois élus issus de la liste de Jean-François Razavet[25].

Les deux sièges attribués à la commune au sein du conseil métropolitain de Clermont Auvergne Métropole sont issus de la liste d'Hervé Prononce[25].

Le conseil municipal est composé de 29 membres, dont trois adjoints[CEN 3].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1836 1846 Etienne Fredot-Pressoir    
1846 1848 André-Haton Pressoir    
1848 1850 Etienne Fredot-Pressoir    
1850 1852 André Raffy    
1852 1856 Pierre Pressoir-Farnoux    
1856 1871 Jean-Pierre Petit-Montséjour[Note 3]    
1871 1875 Antoine Raffy    
1875 1882 Antoine Chatain    
1882 1884 Antoine Prononce    
1884 1888 Jean David    
1888 1900 André Grassion-Frédot    
... ... ... ... ...
Marius Douce    
... ... ... ... ...
1977 1984 Gilbert Bernard    
1984 Alain Cuerq[Note 4] PCF  
[Note 5] En cours
(au )
Hervé Prononce[27] UDF puis UMP
puis UDI (NC)
Agriculteur
6e vice-président de Clermont Auvergne Métropole chargé du budget et de la fiscalité (2014[Note 6]-2020)[28]
Conseiller départemental du canton de Cournon-d'Auvergne (depuis 2021)[29]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La collecte des déchets est assurée par Clermont Auvergne Métropole. La déchèterie la plus proche est située à Cournon-d'Auvergne, sur l'ancienne route de Lempdes[CEN 4].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec la ville portugaise de Murça (municipalité de près de 6 500 habitants, située au nord-est de Porto), ainsi qu'avec la ville de Tô, au Burkina Faso, depuis 2011, et la compagnie de commandement et de logistique du 92e régiment d'infanterie de Clermont-Ferrand depuis 2012[CEN 5].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1836. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[31].

En 2018, la commune comptait 5 489 habitants[Note 7], en augmentation de 10,33 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +2,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
552476495514588581610556620
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
580594633629581580560532592
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
5955525556267661 4422 5484 1145 013
1999 2006 2007 2012 2017 2018 - - -
4 8694 6974 6764 9065 4265 489---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (30,5 %)[a 3] est en effet supérieur au taux national (24,4 %) et au taux départemental (26,6 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,85 %) est supérieur au taux national (51,59 %) et au taux départemental (51,57 %).

Pyramides des âges en 2014 en pourcentage
Commune du Cendre[a 4]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,4 
6,8 
75 à 89 ans
10,2 
21,2 
60 à 74 ans
20,7 
19,9 
45 à 59 ans
21,7 
18,4 
30 à 44 ans
18,4 
15,6 
15 à 29 ans
11,8 
17,7 
0 à 14 ans
15,7 
Département du Puy-de-Dôme[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ans ou +
1,7 
75 à 89 ans
10,6 
16,4 
60 à 74 ans
16,8 
20,6 
45 à 59 ans
20 
19,3 
30 à 44 ans
17,9 
19 
15 à 29 ans
17,4 
17,1 
0 à 14 ans
15,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le Cendre dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère deux écoles maternelles et élémentaires publiques portant les noms Henri-Barbusse et Louis-Aragon[34].

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens se rendent à Cournon-d'Auvergne, au collège La Ribeyre[35], et les lycéens à Clermont-Ferrand, aux lycées Jeanne-d'Arc ou Blaise-Pascal pour les filières générales, au lycées La-Fayette pour la filière STI2D ou au lycée Sidoine-Apollinaire pour la filière STMG[36].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune organise chaque année un événement festif appelé Le Cendre en fête. Celui-ci prend place le dernier week-end de juin au cours duquel se déroulent traditionnellement concerts, brocante et feu d'artifice[37]. Un festival de marionnettes et de théâtre d'ombre, « Juste pour deux mains » a également lieu sur la commune chaque année au centre culturel des Justes.

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital le plus proche est le centre hospitalier universitaire Gabriel-Montpied, à Clermont-Ferrand[CEN 6].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède un complexe sportif situé avenue de l'Auzon, avec des terrains de football, de rugby, de tennis, de basket-ball, ainsi qu'une salle de judo, de boxe et de tennis de table ; un terrain de bicross et un ancien stade[CEN 7].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 3 220 personnes, parmi lesquelles on comptait 71,2 % d'actifs dont 65,7 % ayant un emploi et 5,5 % de chômeurs[a 5].

On comptait 1 034 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 2 127, l'indicateur de concentration d'emploi s'élève à 48,6 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 6].

1 961 des 2 127 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 92,2 %) sont des salariés[a 7]. Seuls 13,2 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[a 8].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Le Cendre comptait 197 entreprises : 14 dans l'industrie, 22 dans la construction, 61 dans le commerce, le transport, l'hébergement et la restauration, 28 dans les services aux entreprises et 72 dans les services aux particuliers[a 9].

En outre, elle comptait 217 établissements[a 10].

Commerce[modifier | modifier le code]

Une zone commerciale est implantée au nord, comprenant un centre commercial (Le Forum) avec des enseignes du groupement des Mousquetaires (Intermarché Hyper, Bricomarché).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Gondole, du XIVe siècle[CEN 8].
  • Château de Montséjour, construit au XVIIe siècle et détruit à la fin des années 1960[CEN 8].
  • Église Saint-Pierre, du XIXe siècle[CEN 8].
  • Maison Junisson, édifiée en 1889 et rachetée en 1995 par l'établissement public foncier pour le compte de la commune[CEN 8].
  • La mairie a été construite en 1883[CEN 8].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone Natura 2000 « Val d'Allier - Alagnon » (arrêté du 30 juin 2015)[38], ainsi que des zones protégées[39] :

  • ZNIEFF « Coteaux de Limagne Occidentale » ;
  • ZNIEFF « Lit majeur de l'Allier Moyen » ;
  • ZNIEFF « Puy de Tobize » ;
  • ZNIEFF « Allier Pont de Mirefleurs - Dallet ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Information prise sur l'acte de décès de M. Junius Verdier-Latour.
  4. Réélu en mars 1989.
  5. Réélu en , en , en [26] et en .
  6. D'abord de la communauté d'agglomération Clermont Communauté (2014-2016), puis de la communauté urbaine (2017) et de la métropole (depuis 2018).
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Dossier local

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2014.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2014.
  8. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  9. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  10. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Bienvenue au Cendre » (consulté le ).
  2. « Les pistes cyclables » (consulté le ).
  3. « Vos élus » (consulté le ).
  4. « Déchetteries communautaires » (consulté le ).
  5. « Jumelages » (consulté le ).
  6. « Santé » (consulté le ).
  7. « Equipements sportifs » (consulté le ).
  8. a b c d et e « Patrimoine » (consulté le ).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Noms des habitants du Cendre sur le site Habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le ).
  2. « Le Cendre », sur Lion 1906.
  3. a b et c Carte du Cendre sur le site Géoportail de l'IGN.
  4. Fiche horaire 80 éditée par la SNCF et la région Auvergne-Rhône-Alpes.
  5. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune urbaine - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Clermont-Ferrand », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  13. a b c et d « Commune du Cendre (63069) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  15. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  16. « Rapport », sur georisques.gouv.fr, Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  17. a b et c « Dossier départemental sur les risques majeurs du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  18. a et b Yann Deberge, Ulysse Cabezuelo, Manon Cabanis, Sylvain Foucras et al., « L'oppidum arverne de Gondole (Le Cendre, Puy-de-Dôme). Topographie de l'occupation protohistorique (La Tène D2) et fouille du quartier artisanal : un premier bilan », Revue archéologique du Centre de la France, t. 48,‎ (ISSN 0220-6617, lire en ligne, consulté le ).
  19. « Clermont Auvergne Métropole (No SIREN : 246300701) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  20. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  22. Loi no 2013-403 du relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51, et son décret d'application no 2013-938 du .
  23. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL.
  24. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  25. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  26. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  27. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le ).
  28. « PRONONCE HERVÉ », Clermont Auvergne Métropole (consulté le ).
  29. « Hervé PRONONCE », sur puy-de-dome.fr, Conseil départemental du Puy-de-Dôme (consulté le ).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  33. « Évolution et structure de la population en 2014 – Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee (consulté le ).
  34. « Puy-de-Dôme (63), Le Cendre, écoles », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  35. « Sectorisation », sur puy-de-dome.fr, Conseil départemental du Puy-de-Dôme (consulté le ). Taper « LE CENDRE » dans le formulaire de saisie.
  36. Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], sur ac-clermont.fr, Académie de Clermont-Ferrand (consulté le ), p. 3.
  37. « Le Cendre: Le Cendre en Fête ».
  38. « FR8301038 - Val d'Allier - Alagnon », Inventaire national du patrimoine naturel, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le ).
  39. « Liste des ZNIEFF - Commune : Cendre », Inventaire national du patrimoine naturel, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le ).