Beaumont (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Puy-de-Dôme
Cet article est une ébauche concernant une commune du Puy-de-Dôme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaumont.
Beaumont
Beaumont avec en arrière-planle puy de Dôme.
Beaumont avec en arrière-plan
le puy de Dôme.
Blason de Beaumont
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Beaumont
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Clermont Auvergne Métropole
Maire
Mandat
Alain Dumeil
2014-2020
Code postal 63110
Code commune 63032
Démographie
Gentilé Beaumontois
Population
municipale
11 060 hab. (2014)
Densité 2 758 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 09″ nord, 3° 05′ 01″ est
Altitude Min. 321 m – Max. 518 m
Superficie 4,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Beaumont

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Beaumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaumont
Liens
Site web beaumont63.fr

Beaumont est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme et la région administrative Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Ses habitants sont appelés les Beaumontois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Beaumont est située au sud de l'agglomération clermontoise, à 2,8 km à vol d'oiseau au sud de la préfecture de région Clermont-Ferrand[1] ; elle est aussi le chef-lieu (de 1793 à 1801 puis de 1982[2] à 2015) puis bureau centralisateur d'un canton de trois communes dont son périmètre n'a pas été modifié par le redécoupage des cantons de 2014[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les dix communes les plus proches de Beaumont par ordre croissant de distance sont Aubière, Chamalières, Ceyrat, Clermont-Ferrand, Royat, Romagnat, Pérignat-lès-Sarliève, Durtol, Orcines et Saint-Genès-Champanelle[4]. Quatre d'entre elles la jouxtent[5] :

Communes limitrophes de Beaumont
Clermont-Ferrand
Beaumont Aubière
Ceyrat Romagnat

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est bordé à l'ouest par le volcan de Gravenoire, puis par le plateau des Dômes, surmonté par la chaîne des Puys, et à l'est par la plaine de la Limagne[L09 1].

Un sondage géothermique mené en 1979 dans le quartier de la Mourette dévoile la structure souterraine de la commune, afin de « créer une ressource énergétique capable de subvenir aux besoins de quartiers d'habitation ». À partir d'un forage réalisé à 414 m d'altitude, le sous-sol de la commune est constitué d'« argile calcaire plastique gris vert » sur 385 m de profondeur, de l'argile calcaire et des marnes gris foncé jusqu'à 1 000 m, d'arkoses jusqu'à 1 100 m, puis du granite à 1 105 m. Néanmoins le sondage effectué ne permettait pas d'aboutir du fait d'une température de 45 °C jugée trop froide[L09 2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Artière
L'Artière.

La commune de Beaumont est traversée par la rivière Artière, affluent de l'Allier. Prenant sa source entre 950 et 970 m d'altitude, elle se compose en fait de deux bras qui confluent au stade de l'Artière à 450 m d'altitude. Le bras nord, celui de Boisséjour et nommé ruisseau de Préguille (ou de Praguille ou de Prasquille) est issu de deux ruisselets prenant leur source respectivement à Manson et à Thèdes — deux villages de la commune de Saint-Genès-Champanelle — tandis que le bras sud prend sa source au chef-lieu de la commune même précitée[L09 3].

Sur la commune même de Beaumont, le lit de la rivière mesure entre trois et quatre mètres de largeur[L09 3].

Plusieurs franchissements de l'Artière ont été créés, le premier attestant l'existence d'un pont par un document de 1276 sur l'actuelle route de Romagnat, mais aucun pont en dur n'existait ; les premiers datent du XIXe siècle (rue du Sou, ancienne route nationale 89, chemin de Champ Madame)[L09 4].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Puy-de-Dôme.

Les relevés météorologiques sont effectués à Aulnat, sur le site de l'aéroport :

Relevés météorologiques de la station de Clermont-Ferrand (1981-2010, sauf ensoleillement 1991-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,1 0,3 2,7 4,7 8,7 11,9 14 13,7 10,6 7,9 3,3 0,8 6,6
Température maximale moyenne (°C) 7,6 9,2 13,1 15,7 19,9 23,4 26,5 26,1 22,3 17,6 11,3 8 16,8
Ensoleillement (h) 88,9 108,4 161,4 173,5 197,9 225,2 249,2 234,8 185,4 135,1 84 69,2 1 913
Précipitations (mm) 26,7 21,8 25,8 53,4 76,8 72,9 54,9 61,9 65,6 49 39,5 30,6 578,9
Source : Météo-France[6]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La ville est accessible par l'ancienne route nationale 89 reliant Lyon à Bordeaux. Cependant, la route départementale 2089, numéro utilisé pour les sections de la route nationale déclassée dans le département, ne correspond pas dans cette commune à l'ancienne nationale, mais au contournement sud de la ville (à deux fois deux voies), issu d'une renumérotation de la RD 799 et du déclassement de la RN 189. Ces deux routes croisent la RD 3 au giratoire de Pourliat.

La route départementale 3 passe au centre de la ville. Provenant de Clermont-Ferrand par la rue Étienne-Dolet, elle passe successivement par la rue Alexandre-Varenne et continue vers Romagnat au sud. La RD 777 dessert les quartiers sud et se dirige vers l'est du giratoire à la commune voisine d'Aubière ; il existe aussi une RD 777a, une RD 777b et une RD 777c[5].

À l'ouest, la RD 767 part du pont de Boisséjour, en direction du quartier de Boisséjour situé sur la commune limitrophe de Ceyrat ; elle permet aussi de rejoindre Royat.

Au nord, la RD 771 relie l'ancienne nationale 89 au quartier Saint-Jacques.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Quatre lignes du réseau de transports en commun T2C desservent la ville :

  • la ligne 4 relie le quartier de Trémonteix à Clermont-Ferrand aux Pradeaux à Ceyrat, via la mairie, tous les jours (certains bus effectuent un terminus partiel au pont de Boisséjour) ;
  • la ligne 8 relie le quartier de Vallières à Clermont-Ferrand à la place d'Armes ou au quartier de Matussat (arrêt Matussat Châtaigneraie), du lundi au samedi ;
  • la ligne 12 relie la place Delille à Clermont-Ferrand au quartier Chambon à Aubière via la place d'Armes et Romagnat, du lundi au samedi. La ligne 27, desservant les quartiers de Clémensat et Opme à Romagnat, double l'itinéraire de la ligne 12 mais ne joue que le rôle de renfort.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

L'urbanisation de la commune s'est accélérée dès 1963[L09 5].

Le plan local d'urbanisme (PLU) a été approuvé par délibération du conseil municipal du 21 décembre 2005 et révisé à plusieurs reprises[BM 1].

Logement[modifier | modifier le code]

Entre 1968 et 2013, le nombre de logements a presque triplé (6 008 contre 2 274)[INS 1]. En 2013, 89,2 % des logements étaient des résidences principales, 1,1 % des résidences secondaires et 9,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 47,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 51,5 % des appartements[INS 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 57,9 %, en légère hausse par rapport à 2008 (57,7 %). La part de logements HLM loués vides était de 10,1 %, contre 8,4 % en 2008[INS 3].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Beaumont est soumise à quatre risques naturels (inondation, mouvement de terrain, phénomènes liés à l'atmosphère et risque sismique), ainsi qu'à un risque technologique. Elle a élaboré un DICRIM[7],[8].

La commune est soumise à plusieurs risques, notamment naturels et technologiques[7] :

  • inondation : la rivière Artière a connu plusieurs crues, notamment en 1764, en 1835 et le 10 juin 1992[L09 6] ;
  • mouvement de terrain : ce risque est présent dans le secteur de Montpoly, sur une « formation de sables argilo-calcaires sur le substratum basaltique[8] » ;
  • phénomènes liés à l'atmosphère ;
  • risque sismique : zone de sismicité modérée (niveau 3). Les derniers séismes que la commune a connus et dont l'épicentre est situé dans un rayon de vingt kilomètres eurent lieu en 1477, en 1490, en 1752, en 1892 et en 1935[8].

Le DDRM ne mentionne toutefois pas l'existence d'un risque « transport de matières dangereuses » à l'inverse du DICRIM qui définit ce risque sur le contournement sud de l'agglomération (route départementale 2089)[8].

Deux plans de prévention des risques naturels ont été prescrits dans la commune : un concernant la rivière Artière (risque inondation) approuvé par arrêté préfectoral du 6 mars 2002[9] et un deuxième concernant divers cours d'eau prescrit le 24 juillet 2014[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le site de Beaumont a été occupé dès le Néolithique. Des fouilles réalisées en 2002 ont montré l'existence d'agriculteurs sédentarisées. Il a été trouvé l'emplacement de douze bâtiments, quatre cabanes, neuf enclos, une palissade, une aire de stockage de denrées comestibles, une aire foyère de production et de consommation et un espace funéraire.

Des fouilles de 2004 ont mis en évidence une aire d'activités comportant des bâtiments et des fosses à côté des premières fouilles.

Période gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Il a été mis en évidence la présence de village à côté de la rivière Artière. Elle fut construite dans la première moitié du Ier siècle et abandonnée à la fin du IVe siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le comte d'Auvergne fonda une abbaye bénédictine pour femmes, probablement à la fin du VIIe siècle ou au début du VIIIe siècle. Cette abbaye connut son apogée à la fin du XIIIe siècle et au milieu du XIVe siècle sous l'impulsion de l'abbesse Ayceline (†1335). La communauté fut dissoute pendant la Révolution française.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le 4 septembre 1764, un orage ravagea Beaumont, Ceyrat, Romagnat et Aubière. Le lit de la rivière Artière a débordé ; on compta un Beaumontois noyé et 158 autres « eurent leurs terres ravagées »[L09 6].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Bourg-Montagne[2]. Elle a également été chef-lieu du canton de sa création pendant la Révolution jusqu'en 1801 avant qu'elle ne devienne commune simple rattachée au canton de Clermont-Ferrand-Sud-Ouest jusqu'en 1982, avant de redevenir chef-lieu de son propre canton avec deux autres communes, par un décret de 1982[10], puis bureau centralisateur à la suite du redécoupage des cantons de 2014 (le périmètre de ce canton n'étant pas modifié)[3].

Au XXe siècle, Beaumont abandonne progressivement le statut de commune rurale pour devenir ville résidentielle. Elle connut toutefois entre les années 1920 et les années 1960, « de graves pénuries d'eau potable »[L09 7].

L'urbanisation de la commune s'est accélérée dès 1963, sans tenir compte du risque d'inondation[L09 5].

Dans les années 1990, un projet de pénétrante passant dans Beaumont avait été élaboré en application du SDAU de 1977 reconduit en 1994. Selon la DDE, cette pénétrante aurait eu pour but d'améliorer les conditions d'accès à Beaumont et au sud de Clermont-Ferrand (CHU Gabriel-Montpied). D'un coût de 200 millions de francs aux conditions économiques de janvier 1997, la réalisation de cette pénétrante, en surface, aurait eu pour conséquence une aggravation de la pollution et une dégradation des conditions de transport des modes doux (piétons et cyclistes)[11].

Plus récemment, la commune a réaménagé la rue Alexandre-Varenne puis les alentours de l'hôtel de ville, par la reconstruction du bâtiment qui a été inauguré le 27 septembre 2013[réf. souhaitée].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections régionales de 2010, le candidat sortant René Souchon a été réélu avec 64,42 % des suffrages exprimés. 52,38 % des électeurs ont voté[12].

François Hollande a recueilli 60,90 % des voix à l'élection présidentielle de 2012. Au second tour, cette élection a mobilisé 6 758 votants sur les 8 539 inscrits aux listes électorales, soit un taux de participation de 79,14 %[13].

Aux élections législatives de 2012, la députée Danielle Auroi, élue, a recueilli 58,70 % des suffrages exprimés. 56,90 % des électeurs ont voté[14].

Aux élections municipales de 2014, le maire sortant s'est représenté, mais a été battu par Alain Dumeil qui a recueilli 51,36 % des voix et qui obtient 25 sièges au conseil municipal dont 2 au conseil communautaire. François Saint-André, qui n'a recueilli que 48,63 % des voix, obtient 8 sièges au conseil municipal dont 1 au conseil communautaire. Le taux de participation à cette élection est de 57,24 % (4 961 votants sur 8 549 inscrits)[15].

Aux élections européennes de 2014, la liste UMP a recueilli 22,55 % des voix, suivie par la liste Union de la gauche avec 19,52 %, puis la liste UDI-MoDem Les Européens avec 13,12 % des voix. La liste FN ne recueille que 12,85 % des voix. 44,48 % des électeurs ont voté[16].

Aux élections départementales de 2015, le binôme Jean-Paul Cuzin - Anne-Marie Picard (Union de la droite) a recueilli 52,35 % des voix dans la commune. 47,52 % des électeurs ont voté[17]. Le binôme est élu dans le canton[18].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 10 000 et 19 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 33.

L'exécutif[BM 2] est composé de neuf adjoints, de sept conseillers délégués municipaux et de huit conseillers municipaux de la majorité[BM 3] ainsi que de six conseillers d'opposition de la liste « Beaumont, ville du bien vivre et des solidarités » plus deux hors liste[BM 4].

Composition du conseil municipal (mandature 2014-2020)
Nuance Liste présidée par Sièges Statut
Union de la droite « Réussir ensemble pour Beaumont » Alain Dumeil 25 (2 au CC) majorité
Union de la gauche « Beaumont, ville du bien vivre et des solidarités » François Saint-André 8 (1 au CC) opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790   Mr Costes    
1792   Mr Pageix    
1793   Mr Goughon    
An II   Mr Faye    
An III   Maurice Maradeix    
An IV   Jacques Pageix    
An VII   Pierre Pageix    
An VIII   Antoine Costes    
1er Empire   Antoine Costes    
1815   Jacques Pageix    
1819   Michel Costes    
1833   César de Challier    
1848   Antoine Maradeix    
1855   Antoine Lucquet    
1870   Pierre Bertrandon    
1874   Joseph Costes    
1876   Etienne Bayeron    
1878   Mr Bertrandon-Coupat    
1885   Léger Vignol    
1888   Etienne Bayeron    
1896   Léger Vignol    
1900   Martin Bertrandon    
1912   Joseph Daupeyroux    
1944   Antoine Bonjean (délégué)    
1945   Marcel Portier    
1949   Michel Daucher    
1950   Jacques Dhermain    
1971 1995 Robert Couvaud DVD  
1995 2001 Alain Dumeil DL Technicien Radiologie
2001 2014 François Saint-André DVG Médecin
2014 en cours Alain Dumeil[19] UMP[20],[21]  

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Au niveau administratif, Beaumont dépendait du district de Clermont-Ferrand en 1793 puis de l'arrondissement de Clermont-Ferrand depuis 1801. Elle fut chef-lieu de canton de 1793 à 1801, avant de devenir commune simple rattachée au canton de Clermont-Ferrand-Sud-Ouest jusqu'en 1982, année où elle redevient chef-lieu[2]. Le canton n'est pas modifié à la suite du redécoupage cantonal de 2014[3].

Au niveau judiciaire, Beaumont dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, de la cour d'assises du Puy-de-Dôme, des tribunaux administratif, tribunal d'instance, de grande instance et de commerce de Clermont-Ferrand[22].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 1954, la commune adhérait au syndicat intercommunal d'assainissement des bassins de l'Artière, de la Tiretaine et du Bédat[L09 8]. Actuellement, la compétence assainissement revient à Clermont Auvergne Métropole. Un bassin d'orage a été aménagé près du carrefour giratoire du Pourliat et inauguré en 2002[L09 5].

La commune, en plus de rénover l'éclairage public, a modifié les modalités d'extinction de l'éclairage nocturne de ses rues. Depuis le 24 novembre 2014, un lampadaire sur deux est allumé entre 23 h 30 et h 30 dans les secteurs ouest et nord-ouest de la commune[BM 5].

La gestion des déchets est assurée par la communauté d'agglomération. La déchèterie la plus proche est située à Romagnat[BM 6].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Beaumont est jumelée avec deux communes :

Ces deux communes, jumelées depuis 1997, officialisent un jumelage triangulaire depuis 2004[BM 7].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[23],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 11 060 habitants, en augmentation de 2,19 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 465 1 642 1 796 1 856 1 858 1 953 1 820 1 919 1 846
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 741 1 686 1 563 1 515 1 439 1 479 1 474 1 404 1 388
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 302 1 251 1 328 1 578 2 345 2 779 2 780 3 723 4 405
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
6 297 6 930 7 580 8 023 9 465 10 741 11 214 10 908 11 060
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006 [24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sur la période 2008-2013, la commune enregistrait un taux annuel moyen de variation nul, alors qu'il était positif sur l'intervalle précédent (1999-2008) : + 0,2 %, et encore plus sur 1990-1999 : + 1,4 %. Le taux de natalité s'élevait, pour l'intervalle 2008-2013, de 9,2 ‰ et celui de mortalité de 8,2 ‰. Le solde migratoire, positif à la fin du XXe siècle, est devenu négatif[INS 4].

En 2013, on comptait 5 355 ménages (soit 10 664 habitants), dont 40,7 % sont des ménages d'une personne et 57 % avec familles[INS 5]. Parmi les 3 056 ménages avec famille, 35,4 % étaient des couples avec enfants, 14,9 % des familles monoparentales et 49,7 % des couples sans enfant[INS 6].

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (27,2 %)[INS 7] est en effet supérieur au taux national (24 %) et au taux départemental (26,2 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,9 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

Pyramides des âges en 2013 en pourcentage
Commune de Beaumont[INS 8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90 ans ou +
1,6 
7,1 
75 à 89 ans
11,1 
16,8 
60 à 74 ans
16,8 
21,4 
45 à 59 ans
22,1 
18,2 
30 à 44 ans
16,5 
21,5 
15 à 29 ans
19,3 
14,3 
0 à 14 ans
12,6 
Département du Puy-de-Dôme[25]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
75 à 89 ans
10,6 
16 
60 à 74 ans
16,6 
20,8 
45 à 59 ans
20,1 
19,5 
30 à 44 ans
18,1 
19 
15 à 29 ans
17,5 
17,1 
0 à 14 ans
15,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Beaumont dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère les deux écoles maternelle et élémentaire Jean-Zay et du Masage[26].

Le conseil départemental du Puy-de-Dôme gère de son côté le collège public Molière, assurant une section européenne ou de langue orientale[27]. Par défaut, tous les élèves se rendent dans ce collège[28].

Les lycéens se rendent à Clermont-Ferrand : au lycée Jeanne-d'Arc pour les filières générales, à La Fayette ou Roger-Claustres pour la filière STI2D, à Sidoine-Apollinaire pour la filière STMG[29].

En 2013, sur une population non scolarisée de 8 185 habitants de quinze ans ou plus, 22,2 % n'étaient titulaires d'aucun diplôme, ou au mieux d'un brevet d'études du premier cycle ou d'un diplôme national du brevet, 20,4 % d'un CAP ou d'un BEP, 18,1 % d'un baccalauréat et 39,2 % d'un diplôme de l'enseignement supérieur[INS 9].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête des Cornards[modifier | modifier le code]

L'histoire voudrait qu'au XIXe siècle durant la messe du dimanche matin dans l'église Notre-Dame de la Rivière un bouc s'y soit introduit.

Le Curé voyant l'animal entré dans le lieu saint, alors que toute la population était tournée en face du prêtre pour entendre son homélie[pas clair] sur l'adultère, s'est mis à invectiver l'animal en lui disant « Vous le cornard sortez d'ici ! »

Cornard signifiait en patois régional le bouc mais aussi le cocu.

Une grande partie des Hommes se sont alors levés et ont quitté l'église.

Depuis, chaque année à la même date, une fête avec manèges et défilés de chars majorettes, de fanfares, et de danseurs, est organisée.

À la fin des deux jours de festivités, se déroulant durant le week-end de Pâques, l'effigie du bouc en papier, promené sur l'un des chars, est brûlé pour conjurer ce mauvais sort.

Un feu d'artifice est tiré le dimanche soir aux abords de la mairie.

À l'occasion de cette fête est aussi élue Miss Beaumont[30].

Pour finir une brioche avec des pointes est spécialement fabriquée par les boulangers de la Commune avec le nom de Cornard.

La fête des Cornards est l'une des dernières à attirer un aussi grand nombre de forains sur une commune limitrophe de Clermont-Ferrand.

Santé[modifier | modifier le code]

  • Clinique de la Châtaigneraie

Sports[modifier | modifier le code]

Dix-sept associations sportives siègent à Beaumont. La ville compte plus de trois mille licenciés sportifs, plusieurs gymnases, plusieurs courts de tennis, ainsi que des terrains de football et de rugby[BM 8].

Médias[modifier | modifier le code]

Les kiosques et quelques supermarchés vendent La Montagne.

La ville édite cinq fois par an le magazine municipal, Beaumont, notre ville[BM 9].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 31 356 €, ce qui plaçait Beaumont au 13 433e rang des communes de plus de quarante-neuf ménages en métropole[31].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 7 360 personnes, parmi lesquelles on comptait 72,5 % d'actifs dont 66 % ayant un emploi et 6,5 % de chômeurs[INS 10].

On comptait 361 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 4 900, l'indicateur de concentration d'emploi est de 68,6 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[INS 11].

La population active de 15 à 64 ans s'élevait à 5 335 personnes, dont 4 861 ayant un emploi[INS 12]

4 424 des 4 900 personnes âgées de quinze ans ou plus sont des salariés[INS 13]. Seuls 16,1 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[INS 14].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Beaumont comptait 490 entreprises : 26 dans l'industrie, 66 dans la construction, 257 dans le commerce, les transports et les services divers et 141 dans le secteur administratif[INS 15].

En outre, elle comptait 559 établissements[INS 16].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au recensement agricole de 2010, la commune comptait une seule exploitation agricole, contre deux en 2000 et trois en 1988. La superficie agricole utilisée sur les rares exploitations de la commune était nulle en 2010, contre six hectares en 2000 et vingt-cinq en 1988[32].

Commerce et services[modifier | modifier le code]

Beaumont compte vingt-huit commerces d'après la base permanente des équipements de 2015 : quatre supermarchés, une grande surface de bricolage, quatre boulangeries, trois boucheries-charcuteries, un magasin de produits surgelés, deux librairies-papeteries ou vendeurs de journaux, trois magasins de vêtements, deux magasins d'électroménager et de matériel audio-vidéo, un magasin de meubles, un magasin d'articles de sports et de loisirs, quatre fleuristes, un magasin d'optique et une station-service[33].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au , la commune ne comptait aucun hôtel[INS 17], camping[INS 18] ou autre hébergement collectif[INS 19].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Bâtiments religieux existants[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre de Beaumont
Église Saint-Pierre de Beaumont.

Bâtiments religieux disparus[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Guillaume (du Moyen Âge au XVIIe siècle), située au nord de la commune probablement à côté de la rue Robert Noël. Dans cette rue furent découvertes des sépultures médiévales.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Réalisation d'une œuvre monumentale de Guillaume Bottazzi.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Christophe Laurent (texte) et Julien Mignot (photographies), Du village à la ville, Beaumont (Puy-de-Dôme) : Histoire et patrimoine, Mairie de Beaumont, , 28 p. (ISBN 2-9522833-0-3).
  • Christophe Laurent, Jean-Christophe Couturié, Jean-Marcel Morel et Pierre Vincent (préf. François Saint-André), Les mémoires de l'eau, Beaumont (Puy-de-Dôme) : Hydrogéologie, hydrologie et hydraulique, Mairie de Beaumont, , 32 p. (ISBN 2-9522833-4-6, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1 – Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. POP T2M – Indicateurs démographiques.
  5. FAM T1 – Ménages selon leur composition.
  6. FAM T3 – Composition des familles.
  7. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  8. POP T3 – Population par sexe et âge en 2013.
  9. FOR T2 – Diplôme le plus élevé de la population non scolarisée de 15 ans ou plus selon le sexe en 2013.
  10. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  11. EMP T5 – Emploi et activité.
  12. EMP T3 – Population active de 15 à 64 ans selon la catégorie socioprofessionnelle.
  13. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2013.
  14. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  15. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  16. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  17. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  18. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .
  19. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au .

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  • Articles du site de la mairie :
  1. « Urbanisme » (consulté le 8 mai 2015).
  2. « Vos élus » (consulté le 8 mai 2015).
  3. « La majorité municipale » (consulté le 8 mai 2015).
  4. « Les conseillers municipaux de l'opposition » (consulté le 8 mai 2015).
  5. « Extinction partielle de l'éclairage public : 1 lampadaire sur 2 dans les zones tests, depuis le 24/11/2014 » (consulté le 24 août 2016).
  6. « La gestion des déchets » (consulté le 24 août 2016).
  7. « Histoire d'un jumelage triangulaire » (consulté le 28 juillet 2015).
  8. « Le sport associatif à Beaumont » (consulté le 28 juillet 2015).
  9. « Le magazine municipal » (consulté le 8 mai 2015).
  • Christophe Laurent et al., Les mémoires de l'eau, Beaumont (Puy-de-Dôme)…, 2009 :
  1. « D'eau si loin que je me souvienne », p. 1 (3 sur PDF).
  2. « D'eau si loin que je me souvienne », p. 6 (8 sur PDF).
  3. a et b « Une si tranquille rivière », p. 7 (9 sur PDF).
  4. « Une si tranquille rivière », p. 13 (15 sur PDF).
  5. a, b et c « Une si tranquille rivière », p. 9 (11 sur PDF).
  6. a et b « Une si tranquille rivière », p. 10 (12 sur PDF).
  7. « Une commune sous pression », p. 22 (24 sur PDF).
  8. « Une commune sous pression », p. 28 (30 sur PDF).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre Beaumont et Clermont-Ferrand », sur Lion 1906.
  2. a, b, c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a, b et c « Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme », sur Légifrance.
  4. « Beaumont », sur Lion 1906.
  5. a et b Carte de Beaumont sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 29 octobre 2016).
  6. « Données climatiques de la station de Clermont-Ferrand », sur Météo-France (consulté le 8 octobre 2015).
  7. a, b et c « Résultat de ma recherche - Beaumont », sur prim.net (consulté le 8 mai 2015).
  8. a, b, c et d « Dossier d'Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) », sur macommune.prim.net, Ville de Beaumont,‎ (consulté le 8 mai 2015).
  9. « Dossier départemental sur les risques majeurs dans le Puy-de-Dôme », Préfecture du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 8 mai 2015).
  10. « Décret no 82-122 du 2 février 1982 portant modification et création de cantons dans le département du Puy-de-Dôme » (consulté le 8 mai 2015).
  11. « La pénétrante », sur idees-beaumont.org,‎ .
  12. « Résultats des élections régionales 2010 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 28 juillet 2015).
  13. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 28 juillet 2015).
  14. « Résultats des élections législatives 2012 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 28 juillet 2015).
  15. « Résultats des élections municipales et communautaires de 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 8 mai 2015).
  16. « Résultats des élections européennes de 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 8 mai 2015).
  17. « Résultats des élections départementales 2015 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 8 mai 2015).
  18. « Résultats des élections départementales 2015 - canton de Beaumont », Ministère de l'Intérieur (consulté le 8 mai 2015).
  19. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 9 juin 2014).
  20. « Municipales 2014 : ces villes qui basculent en Auvergne », sur Blog Auvergne Politique de France 3 Auvergne,‎ (consulté le 8 octobre 2015).
  21. « Beaumont : Alain Dumeil reprend la mairie à François Saint-André », sur lamontagne.fr,‎ .
  22. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur annuaires.justice.gouv.fr, Ministère de la Justice (consulté le 24 août 2016).
  23. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  25. « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee.
  26. « Annuaire : Résultats de recherche - Beaumont », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 8 mai 2015).
  27. « Collège Molière », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 8 mai 2015).
  28. « Sectorisation du département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 29 avril 2016).
  29. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 29 avril 2016).
  30. Reportage photographique de Julien Mignot primé en 2007, disponible dans les collections de la Bibliothèque Nationale, Voir un extrait
  31. Revenus fiscaux localisés des ménages en 2011 [zip], édité par l'Insee.
  32. « Données générales des exploitations ayant leur siège dans Beaumont commune », Ministère de l'Agriculture (consulté le 24 août 2016).
  33. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], Insee,‎ .
  34. Guy Collière, Tour de 7 églises majeures en Basse Auvergne, (ISBN 2-9526240-1-1).