Gerzat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gerzat
Mairie de Gerzat en 2011.
Mairie de Gerzat en 2011.
Blason de Gerzat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Gerzat
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Clermont Auvergne Métropole
Maire
Mandat
Jean Albisetti
2014-2020
Code postal 63360
Code commune 63164
Démographie
Gentilé Gerzatois
Population
municipale
10 487 hab. (2014)
Densité 644 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 36″ nord, 3° 08′ 44″ est
Altitude Min. 315 m – Max. 349 m
Superficie 16,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Gerzat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Gerzat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gerzat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gerzat
Liens
Site web ville-gerzat.fr

Gerzat est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Ses habitants sont appelés les Gerzatois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Gerzat est située dans la banlieue nord de Clermont-Ferrand, sur le bord de la plaine de la Limagne, à proximité de la chaîne des Puys et de l'aéroport de Clermont-Ferrand Auvergne (commune d'Aulnat).

Six communes sont limitrophes (sept en incluant le quadripoint avec Aulnat) : Clermont-Ferrand, Cébazat, Châteaugay, Saint-Beauzire, Malintrat et Ménétrol[1].

Communes limitrophes de Gerzat
Châteaugay Ménétrol Saint-Beauzire
Cébazat Gerzat Malintrat
Clermont-Ferrand Aulnat

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 628 hectares ; son altitude varie entre 315 et 349 mètres[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière Bédat, canalisée dans le sous-sol de la ville.

Climat[modifier | modifier le code]

L'été chaud est caractérisé par de fréquents orages, alors que l'hiver est froid et sec. La Limagne (y compris Gerzat) a l'une des pluviométries les plus faibles de France, avec 588 millimètres de précipitations par an, en moyenne[3].

Relevés météorologiques de la station de Clermont-Ferrand (1981-2010, sauf ensoleillement 1991-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,1 0,3 2,7 4,7 8,7 11,9 14 13,7 10,6 7,9 3,3 0,8 6,6
Température maximale moyenne (°C) 7,6 9,2 13,1 15,7 19,9 23,4 26,5 26,1 22,3 17,6 11,3 8 16,8
Record de froid (°C) −23,1 −29 −21,3 −7,1 −4,2 1 3,8 2,4 −3 −9,2 −11,8 −25,8
Record de chaleur (°C) 22,1 25,9 26,6 31,3 33 37,4 40,7 39,6 36,8 29,7 24,3 21,9
Ensoleillement (h) 88,9 108,4 161,4 173,5 197,9 225,2 249,2 234,8 185,4 135,1 84 69,2 1 913
Précipitations (mm) 26,7 21,8 25,8 53,4 76,8 72,9 54,9 61,9 65,6 49 39,5 30,6 578,9
Source : Météo-France[4]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

L'autoroute à trois voies de circulation par sens passe à l'est de la commune
L'autoroute A71-A89 en direction de Paris et de Bordeaux passe à l'est de la commune.

Gerzat est desservie par l'autoroute à deux numéros A71-A89, par l'échangeur 14.

Le territoire communal est traversé par la route départementale 210 reliant Clermont-Ferrand à Ennezat et à Randan, longeant l'autoroute à deux numéros à partir du rond-point des Charmes. Elle possède deux antennes : la RD 210a desservant le centre-ville, nommée route de Clermont, puis route de Vichy en direction de l'autoroute, ainsi que la RD 210d desservant le quartier des Vergnes à Clermont-Ferrand[1].

Du rond-point des Charmes, la RD 2 continue vers l'est en direction de Malintrat et de Pont-du-Château. Ce giratoire est aussi l'origine de la RD 772 filant vers le sud en direction des quartiers Est de Clermont-Ferrand et de la zone industrielle de Cournon-d'Auvergne. La RD 2 pénètre dans le centre-ville et continue vers l'ouest en direction de Cébazat. Il existe aussi une RD 2e[1].

Au nord de la commune, la RD 402 assure le raccordement de l'autoroute à la zone industrielle de Ladoux et au parc logistique. Elle croise, peu avant la voie ferrée, la RD 420, axe nord-sud reliant le centre-ville à Ménétrol. Il existe aussi une RD 801, desservant le parc logistique[1].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Gerzat est desservie par la ligne 20 du réseau de transports en commun T2C circulant tous les jours. Les arrêts desservis sont : Champfleuri, Limagne, Bourly, Pascal, Rochefort, Patural, Les Pègues, Martyrs (desserte du centre-ville), Jaloustre (centre-ville), Jules Ferry, Chabesses, Gambetta et Rhonez. Toutes les courses de la ligne 20 assurent la correspondance avec le tramway (ligne A) au musée d'Art Roger-Quilliot[G 1]. Certaines courses sont prolongées jusqu'à Aulnat[5].

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Une gare ferroviaire est implantée sur la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Nîmes-Courbessac. Elle est desservie par les TER Auvergne reliant Clermont-Ferrand (voire Vic-le-Comte ou au-delà) et Riom - Châtel-Guyon, Gannat (voire Montluçon) ou plus rarement Vichy[G 1].

Le triage des Gravanches est localisé au sud.

Transports aériens[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Clermont-Ferrand Auvergne est situé sur la commune d'Aulnat. Il assure des vols quotidiens vers le reste de la France (Paris, Lyon, la Corse et l'étranger)[G 1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune possède un plan d'occupation des sols (POS), prescrit en 1975 et approuvé en mars 1977. Elle a envisagé de transformer ce POS en plan local d'urbanisme (PLU) en juin 2009, actuellement en cours d'élaboration[G 2].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Patural : d'une superficie de six hectares, cette zone a été bâtie en 1969 sur une surface agricole. Le quartier comptait « 381 logements sociaux divisés en petits immeubles » de cinq étages maximum. Il regroupe « la quasi-totalité des logements sociaux de la commune ». Un projet de rénovation urbaine a permis le désenclavement et son intégration dans l'espace communal, la requalification de logements existants, ainsi que la création de vingt-cinq nouveaux logements, pour un montant d'environ vingt millions d'euros[6].

Logement[modifier | modifier le code]

L'offre en logements sociaux est largement concentrée dans la commune avec Clermont-Ferrand, Cournon-d'Auvergne et Aulnat[7].

Gerzat comprend davantage de logements collectifs (un tiers de l'offre) que les autres communes de la communauté d'agglomération, avec « une offre plus diversifiée », où les propriétaires occupants représentent 62 % des occupants en 2008[7], un taux légèrement en baisse en 2013[a 1].

Elle a capté 8 % de la la construction neuve de l'agglomération, entre 2000 et 2009[7].

En 2013, la commune comptait 4 736 logements, contre 4 321 en 2008. Parmi ces logements, 92,6 % étaient des résidences principales, 2,7 % des résidences secondaires et 4,7 % des logements vacants (contre 2,8 % en 2008, trois fois inférieur à la moyenne de l'agglomération clermontoise[7]). Ces logements étaient pour 63,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 35,9 % des appartements[a 2].

La part de logements HLM loués vides était de 18,1 % (contre 17,6 %)[a 1].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise à plusieurs risques naturels et technologiques : inondation, mouvements de terrain, séisme, risque industriel et transports de matières dangereuses. Elle a élaboré un DICRIM.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Le risque d'inondation touche la commune, traversée par la Tiretaine et le Bédat. Les pluies abondantes peuvent provoquer une inondation par crues torrentielles ou induire des ruissellements urbains[8]. Le terrain imperméable « limite l'infiltration et entraîne la saturation et le refoulement des eaux du réseau d'assainissement[8] ». Deux plans de prévention de ce risque (PPRI) concernant la Tiretaine et le Bédat ont été approuvés par arrêté préfectoral du 6 mars 2002[9] et un troisième concernant divers cours d'eau a été prescrit le 24 juillet 2014[10]. Par ailleurs, la commune fait partie du territoire à risques importants d'inondation Clermont-Ferrand – Riom, prescrit le 26 novembre 2012[10]. Elle a fait l'objet de plusieurs arrêtés de catastrophe naturelle à la suite d'événements survenus (associés aux coulées de boue) entre les 26 et 27 juin 1990, le 25 août 1997 et le 17 juin 2010[10].

Le risque mouvement de terrain, par retrait-gonflement des sols argileux, concerne l'ensemble de la commune, avec un aléa variant de faible à fort. Au lieu-dit La Vierge, il existe un risque fort d'effondrement de cavité souterraine[8]. Un arrêté de catastrophe naturelle concernant des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols sur la période allant de 1992 à 1998 a été pris pour la commune (arrêté du 16 avril 1999, JO du 2 mai)[10].

Aucune des communes du département du Puy-de-Dôme n'est en zone de risque sismique nul. La commune de Gerzat se situe dans la zone de sismicité de niveau 3 (modérée)[10],[9],[8].

Le risque météorologique affecte également la commune, laquelle est exposée aux « épisodes de fortes chutes de neige et de températures extrêmes[8] ». Juste avant l'an 2000, la vitesse du vent relevée était de 159 km/h à Clermont-Ferrand[9].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Gerzat est concernée par le risque industriel. L'usine Bolloré Énergie, située à la limite avec Clermont-Ferrand[8], est classée SEVESO seuil bas[9] et dispose d'un plan particulier d'intervention[8].

Elle est également concernée par le risque transports de matières dangereuses. L'autoroute, la voie ferrée et une canalisation de gaz naturel passent dans la commune[9],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gerzat provient du mot iacum, désignant « un lieu d'habitation », s'accompagnant d'un terme celtique correspondant aux termes émergées, « surgies de l'ancien lac de la Limagne », appelées hert, ert ou erz[G 3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Gerzat était une colonie celtique implantée autour du Bédat (les Celtes prenaient possession d'un ancien lac). Ville fortifiée au Moyen Âge[G 3], ses murailles ont aujourd'hui disparu.[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Gerzat fait partie de la 1re circonscription du Puy-de-Dôme.

Les résultats des élections depuis 2000 ont donné au second tour :

Résultats des élections depuis 2000
Élection Année Élu(e) Battu(e) Participation
Présidentielle 2002 Jacques Chirac (UMP) 82,21 % Jean-Marie Le Pen (FN) 17,79 % 79,71 %[11]
2007 Nicolas Sarkozy (UMP) 41,94 % Ségolène Royal (PS) 58,06 % 85 %[12]
2012 François Hollande (PS) 64,10 % Nicolas Sarkozy (UMP) 35,90 % 80,46 %[13]
Législatives 2002 (1re circonscription) Odile Saugues (PS) 55,91 % Anne Courtillé (UMP) 42,09 % 55,32 %[14]
2007 (1re circonscription) Odile Saugues (PS) 63,94 % Anne Courtille (UMP) 36,06 % 56,31 %[15]
2012 (1re circonscription) Odile Saugues (PS) 70,08 % Jean-Pierre Brenas (UMP) 29,92 % 48,37 %[16]
Régionales 2004 Pierre-Joël Bonté 63,63 % Valéry Giscard d'Estaing 36,37 % 64,70 %[17]
2010 René Souchon 71,64 % Alain Marleix 29,36 % 49,28 %[18]
Municipales 2014 Jean Albisetti 46,47 % Grégory Lepée 31,68 % 62,36 %[19]

Aux élections législatives et régionales, les Gerzatois ont voté en majorité pour des candidats de gauche. Dans la 1re circonscription du département, la candidate PS Odile Saugues a été élue.

Le maire sortant ne s'est pas représenté aux élections municipales de 2014 ; le premier tour n'a pas désigné d'élu dans l'immédiat (quatre candidats, dont une liste divers gauche, éliminée, tenue par Roland Duviquet[19]). Jean Albisetti (DVD) a été élu au second tour acquérant 25 sièges au conseil municipal sur les 33 dont deux au conseil communautaire sur les trois[19].

Aux élections européennes, organisées le 25 mai 2014 partout en France, la liste FN a obtenu le plus de voix dans la commune avec 24,19 %, suivie de la liste UMP avec 20,28 % et la liste UG avec 19,24 %. Le taux de participation à cette élection est faible, avec deux votants sur cinq (38,65 %)[20].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2011, Gerzat comptait 10 389 habitants[21]. Ce nombre étant compris entre 10 000 et 19 999, 33 membres sont élus au conseil municipal.

Sa composition est la suivante[19],[22] :

Composition du conseil municipal (mandature 2014-2020)
Nuance Liste présidée par Sièges Statut
DVD « Union pour Gerzat » Jean Albisetti 25 (2) majorité
UG « Un nouvel élan pour Gerzat » Grégory Lepée 5 (1) opposition
DVG « Gerzat gagnant » Alain Durand 3 (0) opposition
Le nombre d'élus entre parenthèses correspond au nombre de sièges au conseil communautaire.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1790 novembre 1791 Austremoine Gineste   Curé de Gerzat
novembre 1791 novembre 1793 Yves Mazoires   Notaire royal
novembre 1793 novembre 1801 Joseph Joal   Fermier des oratoriens de Clermont-Ferrand
novembre 1801   Fleury[Note 1]   Chirurgien à l'Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
mai 1830 septembre 1830
(démission)
Hyacinte Ignace Sampigny comte Dissancourt   Propriétaire
septembre 1830 novembre 1831 Bonnet Pomerol   Propriétaire
novembre 1831 janvier 1835 Étienne Martin   Propriétaire exploitant
janvier 1835 janvier 1844 Jean Baptiste Pélissière[Note 2]   Notaire
janvier 1844 1848 Joseph Faure   Propriétaire demeurant à Clermont-Ferrand
18 mars 1848 29 mars 1848 Claude Annet Mabru[Note 3]   Notaire
29 mars 1848 24 août 1848 Claude Monestier    
24 août 1848 juillet 1863 Annet Faure[Note 4]    
juillet 1863 août 1865 Joseph Faure    
août 1865 septembre 1870 Annet Faure    
septembre 1870 mars 1874 François Pommerol[Note 5]   Médecin
mars 1874 mars 1876 Antoine de Chazelle    
mars 1876 janvier 1878 Claude Bardin Lacombe[Note 6]    
janvier 1878 octobre 1901 François Pommerol[Note 7]   Médecin
octobre 1901 mai 1912 Prevot Bonnet Cognet[Note 8]    
mai 1912 mai 1929 Antoine Vigier Mazoires[Note 9]    
mai 1929 mars 1941 Antoine Bardin Perichet[Note 10]   Contrôleur à l'office des blés
mars 1941 février 1942 Louis Godard   Professeur
février 1942 septembre 1944 Pierre Montagnon   Notaire
septembre 1944 mai 1945 Marius Grenet[Note 11]    
mai 1945 juillet 1958 Jean-Baptiste Cornillon[Note 12]   Cheminot
juillet 1958 mars 1971 Marcel Collange[Note 13]   Boulanger
mars 1971 1981 Raymond Arnaud[Note 14]   Cadre d'entreprise (Michelin)
novembre 1981   Charles Petit[Note 15]   Directeur d'école honoraire
décembre 1981 mars 2001 Jacques Decorps[Note 16] PS Cadre administratif
mars 2001 mars 2008 Serge Rossignol PS puis DVG Instituteur
mars 2008 avril 2014 Georges Dassaud PS Professeur
avril 2014 en cours Jean Albisetti DVD  

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Au niveau administratif, Gerzat dépendait du district de Clermont-Ferrand en 1793 puis de l'arrondissement de Clermont-Ferrand depuis 1801. Chef-lieu de canton de 1793 à 1801, elle fut rattachée au canton de Clermont-Ferrand-Est jusqu'en 1982[23]. Un décret de 1982 scinde ledit canton en quatre, dont celui de Gerzat qui redevient chef-lieu de canton, et qui se compose de six communes[24].

Ce découpage cantonal perdure jusqu'aux élections départementales de 2015. Un décret de 2014 redéfinit les limites du canton de Gerzat ; Gerzat devient bureau centralisateur d'un canton de quatre communes[25].

Au niveau judiciaire, elle dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, de la cour d'assises du Puy-de-Dôme, des tribunaux administratif, du d'instance, de grande instance et de commerce de Clermont-Ferrand[26].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La gestion des déchets est assurée par la communauté d'agglomération. À Gerzat, le service s'effectue en délégation, pour les collectes en porte-à-porte, pour les encombrants à domicile et la maintenance des bacs, et en régie pour les points d'apport volontaire. En outre, elle possède une déchèterie ouverte toute l'année sauf les jours fériés[27] ; elle a enregistré plus de 12 500 passages en 2014[28].

Pour la gestion des espaces verts, la commune s'est engagée à réduire l'utilisation de produits phytosanitaires, en utilisant du « terreau à base d'hortifibre »[G 5].

Finances locales[modifier | modifier le code]

La commune de Gerzat a voté le budget municipal 2016 le 21 mars ; il s'élève à 15 556 344 € (10 941 857 € en fonctionnement et 4 614 487 € en investissement)[G 6]. Ces investissements sont en baisse après une année 2015 marquée par le réaménagement de la rue Jules-Guesde. La ville prévoit en 2016 plusieurs travaux d'aménagement, notamment d'accessibilité de bâtiments recevant du public[G 6].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 26 septembre 2013, Gerzat est jumelée avec Taíde (petite ville du nord du Portugal, située dans le district de Braga, à quelques kilomètres de Póvoa de Lanhoso), depuis 2004[29].

Par ailleurs, la commune a signé en 1997 des partenariats de développement économique avec les communes de Cardona en Espagne et Lavrio en Grèce[29].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[30],[Note 17].

En 2014, la commune comptait 10 487 habitants, en augmentation de 0,86 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 608 2 660 2 937 2 980 2 498 2 595 2 577 2 718 2 594
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 633 2 625 2 611 2 504 2 444 2 283 2 224 2 155 2 137
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 059 2 103 2 045 1 861 2 305 2 298 2 123 2 455 2 832
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
3 738 5 659 7 666 8 826 9 229 9 071 9 900 10 389 10 487
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006 [31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Environ 30 % de la population de Gerzat a des origines portugaises[32].

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (23,6 %)[a 3] est en effet inférieur au taux national (24 %) et au taux départemental (26,2 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,3 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

Pyramides des âges en 2013 en pourcentage
Commune de Gerzat[a 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,6 
5,4 
75 à 89 ans
7,4 
16,1 
60 à 74 ans
17,4 
20,3 
45 à 59 ans
19,7 
20,4 
30 à 44 ans
18,6 
18,4 
15 à 29 ans
17,5 
19,4 
0 à 14 ans
18,8 
Département du Puy-de-Dôme[33]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
75 à 89 ans
10,6 
16 
60 à 74 ans
16,6 
20,8 
45 à 59 ans
20,1 
19,5 
30 à 44 ans
18,1 
19 
15 à 29 ans
17,5 
17,1 
0 à 14 ans
15,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Gerzat dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

La commune administre trois groupes scolaires (écoles maternelles et écoles élémentaires)[34],[G 7] : Jules-Ferry, Jean-Jaurès et Simone-Godard[Note 18].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège Anatole-France, situé dans la commune[34] et géré par le conseil départemental du Puy-de-Dôme[35]. Les lycéens se rendent à Clermont-Ferrand, au lycée Ambroise-Brugière pour les filières générales et technologiques, dont STMG, et aux lycées Lafayette ou Roger-Claustres pour la filière STI2D[36].

En 2013, 7 661 personnes de plus de quinze ans non scolarisées étaient titulaires d'un certificat d'aptitude professionnelle ou d'un brevet d'études professionnelles pour 29,5 %, d'un baccalauréat pour 17,2 %, d'un diplôme de l'enseignement supérieur pour 18,2 %[a 5].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Carrefour des Arts : dates variables.
  • Carnaval : 28 mars.
  • Fête du Géranium : 17 mai.
  • Tournoi de basket : mai.
  • Festival international de chant choral : mai.
  • Courses cyclistes : juin.
  • Notre-Dame-du-Vignal (procession) : septembre.
  • Foire à la pansette : 2e week-end d'octobre. Confrérie des paladins de la pansette.
  • Fête de la bière : 7 novembre.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède plusieurs installations sportives :

  • le complexe sportif Georges-Fustier, s'étendant sur neuf hectares et comprenant notamment un parcours de santé, un plateau multisports, des terrains engazonnés et un gymnase. Il permet la pratique de sports collectifs (football, rugby, basket-ball) ainsi que la pétanque, la boule lyonnaise ou le bicross[G 8] ;
  • le stade de la Luminerie, dédié à la pratique du football[G 9] ;
  • trois gymnases[G 10] :
    • René-Couchard, 930 m2, dédié à la pratique de la gymnastique,
    • Joseph-Cronier, 1 000 m2, dédié à la pratique du tennis de table, du baseball ou du trampoline,
    • Christian-Fournier, 1 000 m2, pour le volley-ball, le basket-ball ou encore l'aéromodélisme ; cette salle sert aussi aux élèves de l'école Jean-Jaurès ou du collège Anatole-France ;
  • une salle de danse au centre Alphonse-Daudet[G 11] ;
  • une salle au domaine des Charmes, dédié à la pratique du kick-boxing, du muay-thaï ou du yoga[G 11] ;
  • une salle de musculation[G 11].

La ville possède aussi un dojo dans le complexe sportif Marcel-Paul, une piste d'aéromodélisme ou un skate-park[G 12].

Gerzat possède 24 sections sportives[37] :

  • Football : US Gerzat Football (avec section féminine), Cheminots Gerzat Football
  • Rugby : C.A.S.G. Rugby XV
  • Basket-ball : AL Gerzat Basket
  • Tennis : ALG Tennis Club Gerzat, ALG Tennis de table
  • Base-ball : Base Ball et Softball de Gerzat
  • Volley-ball : Cheminots Gerzat Volley-ball
  • Squash : Cheminots Gerzat Squash
  • Boxe : Club Gerzat Boxing
  • Danse : ALG Danse, Danse Twirl
  • Gymnastique : Gerzat Gym
  • Pétanque : Amicale Boules Gerzatoise, Pétanque Gerzatoise
  • Vélo : Vélo Sport Gerzatois
  • Autres : ALG Gymnastique, ALG Randonnées, ALG USEP, Budo Club Gerzatois, Gerzat Aéromodelisme Passion, Gerzat Arverne BMX, Lutte Gerzatoise, Sun Club Gerzat.

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Gerzat est aussi une ville commerçante.

La ville possède trois zones d'activités : une industrielle (Gerzat Sud), une artisanale (Les Pradeaux) et une commerciale (Fontchenille). Ces zones d'activités bénéficient d'un accès aisé aux autoroutes et aux autres communes de la structure intercommunale[G 13].

Le parc logistique Clermont Auvergne est implanté à la frontière communale avec Cébazat.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 28 409 €, ce qui plaçait Gerzat au 18 824e rang des communes de plus de quarante-neuf ménages en métropole[38].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 6 664 personnes, parmi lesquelles on comptait 74 % d'actifs dont 65,9 % ayant un emploi et 8 % de chômeurs[a 6].

On comptait 4 775 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 4 423, l'indicateur de concentration d'emploi est de 108 %, ce qui signifie que la commune offre plus d'un emploi par habitant actif[a 7].

La majorité des emplois sont des emplois ouvriers. C'est le seul indicateur supérieur aux moyennes départementale et nationale. Par ailleurs, en 2008, elle accueillait 6 % des ouvriers de l'agglomération[7].

Répartition des emplois selon la catégorie socio-professionnelle en 2013 (source : Insee)
Échelle Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Commune[a 8] 0,6 % 5 % 11,8 % 23,5 % 21,2 % 37,9 %
Département[39] 2,4 % 6,5 % 15,3 % 24,7 % 28,3 % 22,8 %
France[40] 1,7 % 6,5 % 17,2 % 25,6 % 28,1 % 20,8 %
Répartition des emplois selon le secteur d'activité en 2013 (source : Insee)
Échelle Agriculture Industrie Construction Commerce, transports,
services divers
Administration publique,
enseignement, santé,
action sociale
Commune[a 9] 1,3 % 13,6 % 15,5 % 50,5 % 19,2 %
Département[39] 3,3 % 16,1 % 6,8 % 41,3 % 32,5 %
France[40] 2,8 % 12,7 % 6,8 % 46,1 % 31,6 %

4 057 des 4 423 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 91,7 %) sont des salariés[a 10]. La majorité des actifs (76,4 %) travaillent dans une commune autre que la commune de résidence[a 11].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Gerzat comptait 421 entreprises : 41 dans l'industrie, 69 dans la construction, 261 dans le commerce, les transports et les services divers et 50 dans le secteur administratif[a 12].

En outre, elle comptait 521 établissements[a 13].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au recensement agricole de 2010, Gerzat comptait vingt-quatre exploitations agricoles. Ce nombre est en diminution par rapport à 2000 (25) et à 1988 (57). La surface agricole utile, de 1 030 hectares, est en revanche en augmentation par rapport aux deux autres recensements[41].

Commerce[modifier | modifier le code]

La base permanente des équipements de 2015 recensait trente-six commerces : trois supermarchés, deux grandes surfaces de bricolage, trois épiceries, sept boulangeries, deux boucheries-charcuteries, trois librairies-papeteries ou vendeurs de journaux, deux magasins de vêtements, deux magasins d'équipements du foyer, un magasin de meubles, une droguerie-quincaillerie-bricolage, cinq fleuristes, deux magasins d'optique et trois stations-service[42].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au , la commune comptait quatre hôtels (trois classés deux étoiles et un non classé), totalisant 194 chambres[a 14], ainsi qu'une résidence de tourisme de 480 places lit[a 15]. Elle ne possède aucun camping[a 16].

La commune a instauré une taxe de séjour par délibération du conseil municipal du 21 décembre 2015, en vigueur depuis le [G 14].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments inscrits ou classés[modifier | modifier le code]

Gerzat compte trois monuments[43] et quatre objets[44] répertoriés à l'inventaire des monuments historiques.

Le château de Sampigny, des XVIIe et XVIIIe siècles, est inscrit aux monuments historiques par arrêté du 24 février 1976[45].

La croix du Vignal, datée du XVIe siècle, est classée par arrêté du 14 octobre 1908[46].

Enfin, une borne armoriée, qui était située à la frontière communale avec Saint-Beauzire, est inscrite aux MH par arrêté du 7 août 1963[47].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église de Gerzat, dédiée à saint Bonnet, évêque de Clermont, est construite vers 800. La partie Est est reconstruite vers 1270-1280[48]. Deux sculptures représentant la Vierge de Pitié sont classés monument historique au titre objet :

  • celle en pierre peinte en blanc, datée de la fin du XVe siècle ou début du XVIe siècle, classée depuis le 21 décembre 1978[49],
  • celle en bois polychrome et plâtre, située dans l'église paroissiale, datée du XVIIIe siècle, classée depuis le 20 mai 1958[50].

On peut également citer l'église Saint-Jean du Patural, d'architecture romane, construite au XIIIe siècle.

Autres édifices[modifier | modifier le code]

La Tour de l'Horloge, édifiée en 1613, « abrite la porte de la Barrière ». Elle se compose de trois niveaux : salle des gardes, dépôt de munitions, ainsi qu'une cloche. Cette cloche, en bronze, est classée monument historique au titre objet le 30 novembre 1984[51].

La croix de chemin, en lave de Volvic, datée du XVIe siècle, est classée au titre objet le 14 octobre 1908[52].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Théâtre municipal Cornillon[G 15]
  • Salle Le Galion[G 16]
  • Bibliothèque communautaire Alphonse-Daudet, gérée par la communauté d'agglomération[G 17]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Au nord de la commune, le site du Marais de Lambre[G 14], dont la gestion a été confiée à la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) en 1994, est classé espace naturel sensible (ENS) le 27 octobre 2009[G 18]. On y retrouve cinq grands habitats et 147 espèces répertoriées, dont le Carex à épis d'orge (Carex hordeistichos)[53].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gerzat Blason D'azur à la croix de gueules vidée de sable, bordée d'or et cantonnée de quatre fleurs de lys du même, à la tour de sable brochant.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gaston Cellier, Histoire contemporaine de Gerzat 1830 - 1993, Decombat, , 272 p.
  • Élie Jaloustre, Histoire d'un village de la Limagne : Gerzat, coll. « Mémoires de l'Académie des Sciences Belles Lettres et Arts de Clermont-Ferrand », 1885-1886-1887, 612 p. — Édition épuisée - Réédition de Racines Gerzatoises, 1992.
  • Daniel Lavaud, Le village de Gerzat au XVe siècle, Revue d'Auvergne publiée par les amis de l'Université de Clermont - Édition 466 épuisée
  • A.-G. Manry, Histoire des communes du Puy-de-Dôme, Horvath, (ISBN 2-7171-0448-8) [détail des éditions]
  • Jacques Pierron, Gerzat Ville d'Auvergne - Vues Poèmes et Vies d'aujourd'hui, Edition Repro Chaumeil, , 177 p.
  • François Pommerol, Bulletin historique et scientifique de l'Auvergne t. XX, 1900 et t. XXI, 1901
  • Henry Toury, Gerzat, coll. « Le touriste en Auvergne », , 40 p. — Édition épuisée.
  • Fabrice Vergnol, Gerzat - Ses maires, ses adjoints, ses conseillers municipaux 1878-2001, , 231 p.
  • Gerzat Sa pansette ses paladins, Confrérie de la Pansette, 2000

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1808 et mars 1813.
  2. Réélu en janvier 1837 et en décembre 1840.
  3. Nomination provisoire.
  4. Réélu en juillet 1852, juillet 1855 et août 1860.
  5. Réélu en mai 1871.
  6. 1er adjoint, à la suite du décès de M. de Chazelle, nomination provisoire.
  7. Réélu en mai 1884, mai 1886, mai 1888, mai 1892, mai 1896 et mai 1900.
  8. Réélu en avril 1903, mai 1904, mai 1908 ; élection complémentaire à la suite du décès de M. Pommerol.
  9. Réélu en décembre 1919 puis en mai 1925.
  10. Réélu en mai 1935.
  11. Nomination provisoire par le Comité de Libération.
  12. Réélu en octobre 1947 et en mai 1953.
  13. Réélu en mars 1959 puis en mars 1965.
  14. Réélu en mars 1977.
  15. Élection par délégation spéciale.
  16. Réélu en mars 1983, mars 1989 et 1995. Avant d'être élu maire, il fut conseiller municipal en 1971 puis deuxième adjoint chargé des affaires sociales en 1977. Il est décédé le 7 mars 2016[G 4].
  17. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  18. Du nom de la mère de Serge Godard, premier édile de Clermont-Ferrand, Gerzatoise décédée en déportation.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Dossier relatif à la commune, établi par l'Insee.

  1. a et b LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  2. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2013.
  5. FOR T2 - Diplôme le plus élevé de la population non scolarisée de 15 ans ou plus selon le sexe en 2013.
  6. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  7. EMP T5 – Emploi et activité.
  8. EMP T7 – Emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2013.
  9. EMP T8 – Emplois selon le secteur d'activité.
  10. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2013.
  11. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  12. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  13. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  14. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  15. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au .
  16. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Venir à Gerzat » (consulté le 12 août 2016).
  2. « Plan d'Occupation des Sols (POS) - Plan Local d'Urbanisme (PLU) » (consulté le 15 décembre 2016).
  3. a et b « Histoire » (consulté le 12 août 2016).
  4. « VILLE – Jacques Decorps nous a quittés », Gerzat infos, no 97,‎ , p. 6.
  5. « Gerzat s'engage déjà » (consulté le 19 novembre 2016).
  6. a et b « VILLE – Le budget principal 2016 », Gerzat infos, no 97,‎ , p. 4 (lire en ligne [PDF]).
  7. « Les 3 groupes scolaires » (consulté le 12 août 2016).
  8. « Le complexe sportif Georges Fustier » (consulté le 12 août 2016).
  9. « Le stade de la Luminerie » (consulté le 12 août 2016).
  10. « Les gymnases » (consulté le 12 août 2016).
  11. a, b et c « Les salles de sport » (consulté le 12 août 2016).
  12. « Autres équipements sportifs » (consulté le 12 août 2016).
  13. « 3 secteurs d'activité » (consulté le 12 août 2016).
  14. a et b « VILLE – Mise en place d'une taxe de séjour à Gerzat », Gerzat infos, no 97,‎ , p. 5.
  15. « Le théâtre municipal Cornillon » (consulté le 19 novembre 2016).
  16. « Le Galion » (consulté le 19 novembre 2016).
  17. « La bibliothèque communautaire - Centre Alphonse Daudet » (consulté le 19 novembre 2016).
  18. « ENVIRONNEMENT – Visite du site avec le Conseil départemental », Gerzat infos, no 97,‎ , p. 13.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Gerzat sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 12 août 2016).
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Moyenne 1961-1990. Source : Mémorial de la météorologie nationale, dans Quid 2007, Robert Laffont, , p. 984.
  4. « Données climatiques de la station de Clermont-Ferrand », sur Météo-France (consulté le 24 septembre 2015).
  5. Plan de la ligne 20 [PDF], sur t2c.fr (consulté le 12 août 2016).
  6. « Bilan du PRU du quartier du Patural à Gerzat » [PDF],‎ (consulté le 11 décembre 2016).
  7. a, b, c, d et e « PLH CLERMONT COMMUNAUTE – Diagnostic » [PDF], Agence d'urbanisme Clermont Métropole,‎ (consulté le 11 décembre 2016).
  8. a, b, c, d, e, f, g et h Document d'information communal sur les risques majeurs, Ville de Gerzat, (lire en ligne [PDF]).
  9. a, b, c, d et e « Dossier départemental sur les risques majeurs dans le Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 19 novembre 2016).
  10. a, b, c, d et e « Résultat de la recherche : Gerzat », sur macommune.prim.net (consulté le 19 novembre 2016).
  11. Résultats de l'élection présidentielle de 2002 sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  12. Résultats de l'élection présidentielle de 2007 sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  13. Résultats de l'élection présidentielle de 2012 sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  14. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  15. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  16. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  17. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  18. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  19. a, b, c et d « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 12 août 2016).
  20. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  21. « Populations légales 2011 de la commune de Gerzat », Insee (consulté le 12 août 2016).
  22. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Candidatures du 2d tour », Ministère de l'Intérieur (consulté le 12 août 2016).
  23. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. « Décret no 82-122 du 2 février 1982 portant création de cantons dans le département du Puy-de-Dôme », Journal officiel de la République française (consulté le 12 août 2016).
  25. « Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme », sur Légifrance (consulté le 12 août 2016).
  26. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur annuaires.justice.gouv.fr, Ministère de la Justice (consulté le 12 août 2016).
  27. « Déchetterie de Gerzat », Clermont Auvergne Métropole (consulté le 13 janvier 2017).
  28. « Rapport 2014 sur le prix et la qualité du service public d'élimination des déchets », Clermont Communauté,‎ (consulté le 4 octobre 2015).
  29. a et b Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures, site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 26 septembre 2013).
  30. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  32. Aude Hily, « L'autre nationalité de Gerzat », sur Yakinfo.com,‎ (consulté le 24 septembre 2015).
  33. « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee.
  34. a et b Liste des établissements scolaires de Gerzat, site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 23 mai 2014).
  35. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  36. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  37. Office Municipal du Sport de Gerzat
  38. Revenus fiscaux localisés des ménages en 2011 [zip], Insee.
  39. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active : Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  40. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active : France », Insee,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  41. « Données générales des exploitations ayant leur siège dans Gerzat commune », Ministère de l'Agriculture (consulté le 24 septembre 2015).
  42. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], Insee,‎ .
  43. « Liste des monuments historiques de Gerzat », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Liste des monuments historiques de Gerzat », base Palissy, ministère français de la Culture.
  45. « Château de Sampigny », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. « Croix du Vignal », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. « Borne armoriée », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. « L'église » (consulté le 12 août 2016).
  49. « groupe sculpté : Vierge de Pitié », base Palissy, ministère français de la Culture.
  50. « groupe sculpté : Vierge de Pitié », base Palissy, ministère français de la Culture.
  51. « Cloche », base Palissy, ministère français de la Culture.
  52. « Croix de chemin », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  53. « Espace Naturel Sensible du Marais de Lambre » [PDF], Ligue pour la protection des oiseaux,‎ (consulté le 12 août 2016).