Cébazat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cébazat
Mairie de Cébazat en 2011.
Mairie de Cébazat en 2011.
Blason de Cébazat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Cébazat
Intercommunalité Clermont Communauté
Maire
Mandat
Flavien Neuvy
2014-2020
Code postal 63118
Code commune 63063
Démographie
Gentilé Cébazaires
Population
municipale
7 407 hab. (2012)
Densité 739 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 56″ N 3° 06′ 02″ E / 45.8322222222, 3.1005555555645° 49′ 56″ Nord 3° 06′ 02″ Est / 45.8322222222, 3.10055555556  
Altitude Min. 320 m – Max. 518 m
Superficie 10,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Cébazat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Cébazat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cébazat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cébazat
Liens
Site web http://www.cebazat.fr

Cébazat (Cebasac en occitan) est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Ses habitants sont appelés les Cébazaires (Cebasaires en occitan).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cébazat est située au nord de Clermont-Ferrand, à la limite de la plaine de la Limagne, située à l'est, et à proximité de la chaîne des Puys à l'ouest. C'est une commune de l'arrondissement de Clermont-Ferrand et le bureau centralisateur d'un canton de 5 communes depuis mars 2015, à la suite du redécoupage des cantons du département[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Elle est limitrophe avec quatre communes[2] :

Communes limitrophes de Cébazat
Châteaugay
Blanzat Cébazat Gerzat
Clermont-Ferrand

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 002 hectares ; son altitude varie entre 320 et 518 mètres[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Bédat
Le Bédat.

La commune est traversée par le Bédat[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 1 3 5 8 12 14 14 11 8 3 2 6,75
Température maximale moyenne (°C) 7 9 13 15 20 23 26 26 22 18 11 8 16,42
Précipitations (mm) 19,9 16,5 15,4 37,4 46,6 48,6 37,1 38,7 44,3 34,8 29,7 19,7 32,39
Source : meteo.msn.com[4]


Records météorologiques
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Record de froid (°C)
date du record
−23,1
1971
−29
1929
−21,3
1931
−7,1
2003
−3,6
1976
1
1975
1
1925
2,4
1980
−3
1928
−9,2
1997
−11,8
1993
−25,8
1933
Record de chaleur (°C)
date du record
22,1
2002
25,9
1960
26,6
1981
31,3
1949
33
1945
37,4
1950
40,7
1983
39,6
1947
36,8
1987
29,7
2004
24,1
1970
21,9
1925
Record de vent (km/h)
date du record
112
2004
108
1990
115
1986
101
2003
94
2006
101
1990
97
2000
94
1994
101
1982
104
1987
130
1982
158
1999
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
49
1982
25,2
1994
26,8
1977
60,8
1998
63,4
1934
57,6
1990
51,2
1979
76,8
1939
54,2
1992
66,6
1979
57,2
1994
43,2
1957
Source : www.lameteo.org[5]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie d'une bonne accessibilité routière avec la route départementale 2009 (ancienne route nationale 9) qui possède le statut de voie express entre Riom au nord et Clermont-Ferrand au sud. Deux échangeurs à l'est de la commune la desservent : une sur la D 402, une autre sur la D 2.

D'autres routes départementales traversent la commune :

  • la RD 2, reliant Blanzat à l'ouest et Gerzat à l'est en contournant le centre-ville par le nord ;
  • la RD 2B, passant par le centre-ville ;
  • la RD 21, reliant au nord Châteaugay et le quartier Croix-de-Neyrat au sud (direction Clermont-Ferrand) ;
  • la RD 402, desservant le parc logistique de la commune, à cheval avec la commune de Gerzat. Il existe aussi une RD 402A ;
  • la RD 763, délaissé partiel de la route nationale 9 (il existe une RD 763B) ;
  • la RD 764, sur quelques mètres en direction de Blanzat.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par trois lignes du réseau de transports en commun de l'agglomération clermontoise (T2C)[6] :

  • la ligne 21 relie le CHR Nord au quartier Croix-de-Neyrat, au Stade Gabriel-Montpied à Clermont-Ferrand et à Aubière, de h 30 à 21 h environ, du lundi au samedi (correspondance avec le tramway à Croix-de-Neyrat) ;
  • la ligne 24 relie Blanzat à Champratel, de h 10 à 22 h 23 h les dimanches et jours fériés, tous les jours (correspondance avec le tramway à Croix-de-Neyrat ou Champratel) ;
  • la ligne 31 dessert le quartier des 3 Fées uniquement du lundi au vendredi et en harmonie avec les heures d'entrée et de sortie des écoles (correspondance avec le tramway et la ligne 3 aux Vignes).

Du fait du prolongement de la ligne de tramway jusqu'au quartier des Vergnes, fin 2013, la ligne 3 ne dessert plus Cébazat.

Aménagements cyclables[modifier | modifier le code]

Des aménagements cyclables existent, par exemple, le long de la route départementale 2 entre Cébazat et Gerzat.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le plan local d'urbanisme a été approuvé par une délibération du conseil municipal du 22 juin 2006 et a été révisé depuis[7].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 351 logements, contre 3 258 en 2006. Parmi ces logements, 93,4 % étaient des résidences principales, 0,9 % des résidences secondaires et 5,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 84,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 14,9 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 75,2 %, en baisse sensible par rapport à 2006 (76,1 %). La part de logements HLM loués vides était de 7,5 % (contre 6,7 %)[a 2].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

La commune, en association avec l'Ophis Puy-de-Dôme, aménage un écoquartier : la ZAC des Trois Fées, s'étendant sur 31 hectares[8]. 1 000 logements sont prévus sur trois zones : la Chavance, la Couchet et les Quartières, la majorité des logements seront construits sur cette dernière zone (5 000 m2 de bureaux). Des espaces verts occuperont un tiers de la ZAC. Le recours à l'intermodalité se fait avec le développement des transports doux. Déjà, depuis début 2014, certaines courses de la ligne 31 reliant les Vignes à Châteaugay sont déviées par cette ZAC en desservant deux arrêts.

Les 16 premiers logements locatifs labellisés BBC ont été livrés au 2e trimestre 2012[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Cébazat fut chef-lieu de canton de 1793 à 1801[10]. Elle devient ensuite rattachée au canton de Clermont-Ferrand-Est de 1801 à 1982 puis au canton de Gerzat de 1982[10] jusqu'en mars 2015. À la suite d'un redécoupage des cantons du département, Cébazat est devenue le bureau centralisateur d'un canton de 5 communes (avec Blanzat, Durtol, Nohanent et Sayat)[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les résultats des élections depuis 2000 ont donné (au second tour) :

Résultats des élections depuis 2000
Élection Année Élu(e) Battu(e) Participation
Présidentielle 2002 Jacques Chirac (UMP) 88,91 % Jean-Marie Le Pen (FN) 11,09 % 79,42 %[11]
2007 Nicolas Sarkozy (UMP) 47,63 % Ségolène Royal (PS) 52,37 % 85,05 %[12]
2012 François Hollande (PS) 60,63 % Nicolas Sarkozy (UMP) 39,37 % 81,04 %[13]
Législatives 2002 (1re circ.) Odile Saugues (PS) 52,02 % Anne Courtillé (UMP) 47,98 % 60,28 %[14]
2007 (1re circ.) Odile Saugues (PS) 59,05 % Anne Courtillé (UMP) 40,95 % 60,41 %[15]
2012 (1re circ.) Odile Saugues (PS) 63,17 % Jean-Pierre Brenas (UMP) 36,83 % 53,25 %[16]
Européennes
(deux meilleurs scores)
2004 Catherine Guy-Quint 40,20 % Brice Hortefeux 21,41 % 43,22 %[17]
2009 Jean-Pierre Audy 28,90 % Henri Weber 24,99 % 40,06 %[18]
2014 Liste UMP 21,64 % Liste FN 19,72 % 44,74 %[19]
Régionales 2004 Pierre-Joël Bonté 56,14 % Valéry Giscard d'Estaing 43,86 % 63,87 %[20]
2010 René Souchon 64,68 % Alain Marleix 35,32 % 52,19 %[21]

Aux élections cantonales de 2008, dans le canton de Gerzat, Bernard Auby (PS) a recueuilli 60,06 % des voix et Jean-Marc Balaguer (UMP) 19,35 %. 62,99 % des électeurs ont voté[22].

Aux élections municipales de 2014, le maire sortant ne s'est pas représenté ; Flavien Neuvy (UDI) a été élu au premier tour avec 63,63 % des voix et acquiert 24 sièges au conseil municipal dont 5 au conseil communautaire ; Pascal Guittard a été battu avec 36,36 % des voix et n'acquiert que 5 sièges au conseil municipal. La participation à cette élection était de 67,15 %[23].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 29.

Le conseil municipal compte 29 élus : le maire, 7 adjoints, 16 membres de la majorité et 5 membres de l'opposition[24].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[25]
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1790 Gabriel Tamen    
1790 1793 Gabriel Rougeyron    
1793 1794 Paul Bichard    
1794 1796 Le Sieur Fretière   Président de la municipalité
1796 1800 François Rigaud   Président de la municipalité
1800 1809 François Fredet    
1809 1820 François Ducrohet    
1820 1822 Dr Maistre    
1822 1831 Ernest de Chevarier    
1831 1832 Henri, Jean-Baptiste Barre    
1832 1836 Pierre Barthomivat de Neuville    
1836 1837 Henri, Jean-Baptiste Barre    
1837 1840 Pierre Barthomivat de Neuville    
1840 1851 Pierre Fredet Chomette    
1852 1871 Charles Delaire    
1871 1872     Commission municipale
1872 1879 Vincent Barre    
1879 1882 Edmond Pyrent de la Prade    
1882 1884 Antoine Dherment    
1884 1892 Vincent Barre    
1892 1896 Arnaud Rigaud    
1896 1900 Jean Daupeyroux    
1902 1905 Arnaud Rigaud    
1905 1920 Jean Simonet    
1920 1921 Joseph Prugnard    
1921 1922 Annet Bord   Président de la délégation spéciale
1922 1925 Jean Commandoire    
1925 1944 Joseph Castaigne    
1944 1945 Louis Vacher   Président du Comité local de libération
1945 1971 Jean-Marie Bellime    
1971 1983 Pierre Montgroux PS  
1983 29 mars 2014 Bernard Auby PS  
29 mars 2014 en cours Flavien Neuvy UDI  

Budget municipal[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2013, le budget municipal s'est élevé à plus de 10 millions d'euros :

Budget municipal de la ville (2013)[26]
Fonctionnement Investissement Total
8 383 978 € 2 373 497 € 10 757 475 €

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau indiquant le jumelage sur la rue des Fourches.

Cébazat est jumelée avec Gerstetten, commune du Land de Bade-Wurtemberg, en Allemagne, depuis le 27 juin[réf. souhaitée] 1992[27].

Le contrat de jumelage avec une ville allemande de la Bavière et du Bade-Wurtemberg fut décidé dès 1989. Il est signé le . Le jumelage a permis, par exemple, de créer des échanges avec Gerstetten[28].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 7 407 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 694 1 920 1 810 2 145 2 583 2 172 2 126 2 121 2 062
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 072 2 044 1 985 1 896 1 830 1 825 1 791 1 793 1 748
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 626 1 521 1 435 1 258 1 418 1 440 1 494 1 631 2 000
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 830 3 837 5 605 6 617 7 562 7 800 7 790 7 784 7 407
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[29].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges de Cébazat en 2011 en pourcentage[a 3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90 ans ou +
2,9 
9,8 
75 à 89 ans
15,2 
22,1 
60 à 74 ans
21,6 
21,6 
45 à 59 ans
20,6 
16,6 
30 à 44 ans
14,7 
15 
15 à 29 ans
11,8 
14,2 
0 à 14 ans
13,3 
Pyramide des âges du Puy-de-Dôme en 2011 en pourcentage[30]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
6,9 
75 à 89 ans
10,8 
15,3 
60 à 74 ans
15,8 
21 
45 à 59 ans
20,4 
20,1 
30 à 44 ans
18,4 
19,5 
15 à 29 ans
17,8 
16,9 
0 à 14 ans
15,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cébazat fait partie de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère deux écoles maternelles et deux écoles élémentaires publiques (groupe scolaire Jules-Ferry et Pierre-et-Marie-Curie) ; il existe aussi une école élémentaire privée Sainte-Cécile[31].

École de musique[modifier | modifier le code]

L'école de musique a été créée en 1980 par Bernard Auby, maire de la commune. Dominique Fusciello en fut le directeur à sa création.

Elle est actuellement dirigée par Yann Maniez.

D'abord située dans les locaux du groupe scolaire Jules Ferry, elle a été transférée au Sémaphore à sa construction.

Depuis peu, elle a pris une dimension intercommunale puisqu'elle s'est étendue aux communes de Blanzat et Châteaugay, ce qui a permis d'augmenter le nombre d'instruments enseignés.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

TriNa Orchestra[modifier | modifier le code]

En 2011 s'est déroulé le premier épisode d'une série de rencontres entre jeunes musiciens des villes de Cébazat, de Gerstetten (Allemagne) et de Pilisvörösvár (Hongrie), afin de former un orchestre européen, le « TriNa Orchestra[32] ».

La première rencontre s'est déroulée en Allemagne du 25 avril au 1er mai 2011 avec un concert donné le 30 avril à Heldenfingen[33] ; la deuxième en France du 8 au 15 avril 2012 avec un concert donné le 14 avril au Sémaphore de Cébazat[34] ; la troisième en Hongrie du 20 au 28 juillet 2013 avec un concert le 26 juillet à Pilisvörösvár[35]. La quatrième a eu lieu à Gerstetten les 30 et 31 mai 2014[36].

Sports[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un complexe sportif avec 4 terrains de football gazonnés, un gymnase, de deux salles pour la pratique des arts martiaux, un tennis couvert ainsi que quatre courts extérieurs.

Ailleurs dans la ville, on retrouve également un street park ouvert aux jeunes, équipé d'un terrain pouvant se prêter à la pratique du basket-ball ou du football.

De nouvelles infrastructures de football ont été créées dans le domaine de la Prade depuis son rachat par la ville.

Économie[modifier | modifier le code]

La zone industrielle de Ladoux, située à l'écart de la ville, sur une colline à l'est de la voie express qui relie Clermont-Ferrand à Riom, constitue la principale source de revenus de la commune grâce à la contribution économique territoriale.

De grandes entreprises y sont présentes. On peut citer, par exemple, le centre d'études et les pistes d'essais de Michelin, T.F.E., Fenwick-Linde, etc.

Michelin est installé sur le site de Ladoux depuis 1965 ; progressivement, les équipes de recherche et de recherche et développement du groupe, ainsi que des unités de haute technologie, se sont établies sur ce site et de nouveaux bâtiments ont été construits. En 2013, le centre de Ladoux emploie 3 300 personnes et occupe 150 hectares ; les pistes destinées aux essais des pneumatiques, situées en contrebas des bâtiments, ont un développement de 41 km. En décembre 2013 est posée la première pierre du futur Campus RDI (Recherche, développement et industrialisation) comprenant un bâtiment de 67 000 m2, prévu pour 1 600 postes de travail[37].

Revenus de la population[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 33 225 €, ce qui plaçait Cébazat au 10 385e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[38].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2011, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 4 424 personnes, parmi lesquelles on comptait 68,6 % d'actifs dont 61,9 % ayant un emploi et 6,7 % de chômeurs[a 4].

On comptait 5 591 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 2 757, l'indicateur de concentration d'emploi est de 202,8 %, ce qui signifie que la commune offre plus de deux emplois par habitant actif[a 5].

La répartition des 5 657 emplois par catégorie socio-professionnelle et par secteur d'activité est la suivante :

Répartition des emplois selon la catégorie socio-professionnelle en 2011 (source : Insee)
Échelle Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Commune[a 6] 0,2 % 3,6 % 21,4 % 29,5 % 18,1 % 27,3 %
Département[39] 2,6 % 6,4 % 14,6 % 24,8 % 28,4 % 23,2 %
France[40] 1,8 % 6,3 % 16,7 % 24,4 % 28,3 % 21,4 %

Les professions intermédiaires sont plus nombreuses, c'est l'un des trois indicateurs supérieurs aux moyennes départementale et nationale.

Répartition des emplois selon le secteur d'activité en 2011 (source : Insee)
Échelle Agriculture Industrie Construction Commerce, transports,
services divers
Administration publique,
enseignement, santé,
action sociale
Commune[a 7] 0,5 % 10,5 % 6,7 % 66,2 % 17,1 %
Département[39] 3,5 % 16,0 % 6,9 % 41,3 % 32,2 %
France[40] 2,9 % 13,1 % 6,9 % 45,9 % 31,2 %

2 494 des 2 757 personnes âgées de 15 ans ou plus (soit 90,5 %) sont des salariés[a 8]. La majorité des actifs (74,2 %) travaillent dans une autre commune du département[a 9].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Cébazat comptait 315 entreprises : 28 dans l'industrie, 53 dans la construction, 191 dans le commerce, les transports et les services divers et 43 dans le secteur administratif[a 10].

En outre, elle comptait 395 établissements[a 11].

Au 31 décembre 2012, elle comptait 553 établissements actifs (6 752 postes salariés), dont la répartition est la suivante :

Caractéristiques des établissements selon le secteur d'activité au 31 décembre 2012 (source : Insee)
Secteur d'activité Agriculture Industrie Construction Commerce, transports,
services divers
Administration publique,
enseignement, santé,
action sociale
Établissements actifs[a 12] 2,2 % 7,2 % 12,1 % 64,2 % 14,5 %
Postes salariés[a 13] 0,3 % 9,4 % 6,0 % 68,2 % 16,2 %

16 entreprises avaient plus de 50 salariés, dont 7 émanaient du secteur du commerce, des transports ou des secteurs divers[a 12].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au recensement agricole de 2010, la commune comptait 9 exploitations agricoles. Ce nombre est en nette diminution par rapport à 2000 (16) et à 1988 (28). La commune était orientée dans la polyculture et le polyélevage[41].

La superficie agricole utilisée sur ces exploitations était de 234 hectares en 2010, dont 15 ha sont alloués aux cultures permanentes. Aucune surface n'est « toujours en herbe »[41].

Industrie[modifier | modifier le code]

Commerce et services[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au , la commune ne comptait ni hôtels[a 14], ni campings[a 15] ni autres hébergements collectifs[a 16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tour de l'horloge 
Cette tour est la seule qui reste des quatre tours qui cernaient la ville au XVe siècle. Elle a été reconstruite en 1754.
Église
Lanterne des morts
Château
Place de la halle 
Cette place a disparu ; seule subsiste la fontaine.
Parc Pierre Montgroux
D'abord nommé « parc Chamerlat » (nom de la dernière famille propriétaire du domaine), il a ensuite été renommé en l'honneur de l'ancien maire.
Ce parc est d'une superficie de 5 hectares. Il est décoré de nombreuses fleurs et possède un étang, où vivent des cygnes et des canards.
Au fond du parc, on peut voir des paons, et le parc devient un vaste endroit de détente et d'amusement. Les enfants disposent d'une aire de jeux.
Un agrandissement du parc est prévu pour ouvrir en 2013, avec entre autres un plan d'eau de plus de 6 000 m2 ainsi que de nombreuses espèces végétales et animales.
Domaine de la Prade 
Racheté en 2007 par la mairie, il appartenait alors à EDF.
La ville réfléchit à un projet autour des 4 000 m2 de bâtiments.
Maison du peuple 
De nos jours, la maison du peuple est une des annexes de la caserne de pompiers.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La place de la Commune-1871[modifier | modifier le code]

Un marché a lieu sur la place de la Commune-1871 le jeudi et le dimanche. Elle accueille également le bal pour les festivités du 14 juillet.

Le reste du temps, elle sert de parking en plein centre de la ville.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Sémaphore[modifier | modifier le code]

Sémaphore est une salle de concerts, de théâtre et de danse. Elle a été inaugurée le 31 janvier 1998 en présence de la ministre de la culture de l'époque Catherine Trautmann.

Cette salle est composée d'un gradin amovible (de 314 places) et d'un balcon fixe (212 places). Sémaphore peut aussi accueillir des congrès dans ses nombreuses salles de réunion.

La salle est dirigée depuis son ouverture par Jacques Madebene.

Le nombre d'abonnés a toujours augmenté d'une année sur l'autre. Sémaphore accueille en moyenne 35 à 40 spectacles par saison.

Tous les ans au mois de novembre se déroule un festival de chanson française : « Sémaphore en chanson », dont le 10e anniversaire a été célébré en 2009. Ce festival se présente sous la forme d'un concert sous chapiteau puis de 2 concerts dans la grande salle.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Ville fleurie : trois fleurs[42].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cébazat : d'hier et d'autrefois, Fusium,‎ , 160 p. (ISBN 978-2-9529539-1-7)
  • Élie Jaloustre, Étude sur les noms de terroirs de la commune de Cébazat, près Clermont, Imprimerie de G. Mont-Louis,‎
  • Francine Mallot, Cébazat (1440-1676) ou l'emprise d'un chapitre sur une communauté,‎
  • André-Georges Manry et Jean-François Aleil, Histoire des communes du Puy-de-Dôme, vol. 1, Horvath,‎ , p. 243 et suiv.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références Insee[modifier | modifier le code]

Dossier relatif à la commune

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T3 – Population par sexe et âge en 2011.
  4. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  5. EMP T5 – Emploi et activité.
  6. EMP T7 – Emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2011.
  7. EMP T8 – Emplois par secteur d'activité.
  8. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2011.
  9. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  10. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au 1er janvier 2013.
  11. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au 1er janvier 2013.
  12. a et b CEN T1 – Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2012.
  13. CEN T2 – Postes salariés par secteur d'activité au 31 décembre 2012.
  14. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au 1er janvier 2014.
  15. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au 1er janvier 2014.
  16. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au 1er janvier 2014.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme
  2. a et b Cébazat sur le Géoportail
  3. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [télécharger].
  4. Relevés météorologiques de Cébazat sur meteo.msn.com (consulté le 3 octobre 2010)
  5. Records de la station de Clermont-Ferrand sur lameteo.org (consulté le 3 octobre 2010)
  6. SMTC et T2C, Guide horaires valable du 13 janvier au 29 juin 2014 [lire en ligne (page consultée le 23 mai 2014)], p. 155-161, 168-181 et 188-191
  7. « Plan Local d'Urbanisme », sur le site de la mairie (consulté le 10 mai 2015).
  8. Site de l'écoquartier des Trois Fées
  9. Calendrier du chantier de l'écoquartier des Trois Fées
  10. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Résultats de l'élection présidentielle de 2002 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  12. Résultats de l'élection présidentielle de 2007 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  13. Résultats de l'élection présidentielle de 2012 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  14. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  15. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  16. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  17. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  18. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  19. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  20. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  21. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  22. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  23. Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  24. « Les élus », sur le site de la mairie (consulté le 10 mai 2015).
  25. Maires de Cébazat sur francegenweb.org (consulté le 8 août 2009)
  26. Budget municipal (consulté le 23 mai 2014).
  27. « Jumelage », sur le site de la mairie (consulté le 10 mai 2015).
  28. « Historique », Jumelage, sur le site de la mairie (consulté le 10 mai 2015).
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  30. Évolution et structure de la population du Puy-de-Dôme, Insee, 2011.
  31. Annuaire des établissements scolaires de la commune de Cébazat, Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 23 mai 2014).
  32. (fr+en+de+hu) Site du TriNa Orchestra
  33. (fr+en+de+hu) Trina Orchestra épisode 1
  34. (fr+en+de+hu) Trina Orchestra épisode 2
  35. (fr+en+de+hu) Trina Orchestra épisode 3
  36. (fr+en+de+hu) Trina Orchestra épisode 4
  37. La Montagne, 16 décembre 2013, p. 3.[réf. incomplète]
  38. [zip] Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011, Insee
  39. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active : Département du Puy-de-Dôme (63) », sur le site de l'Insee,‎ (consulté le 15 février 2015).
  40. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active : France », sur le site de l'Insee,‎ (consulté le 15 février 2015).
  41. a et b « Données générales des exploitations ayant leur siège dans Cébazat commune », sur le site du ministère de l'Agriculture (consulté le 15 février 2015).
  42. Palmarès des villes et villages fleuris (consulté le 3 octobre 2009)