Lempdes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lempdes
Lempdes
Monument érigé à l'entrée de Lempdes, patrie de la 2 CV.
Blason de Lempdes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Intercommunalité Clermont Auvergne Métropole
Maire
Mandat
Henri Gisselbrecht
2020-2026
Code postal 63370
Code commune 63193
Démographie
Population
municipale
8 677 hab. (2019 en augmentation de 4,44 % par rapport à 2013)
Densité 705 hab./km2
Population
agglomération
274 141 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 19″ nord, 3° 11′ 40″ est
Altitude Min. 317 m
Max. 505 m
Superficie 12,30 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Clermont-Ferrand
(banlieue)
Aire d'attraction Clermont-Ferrand
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pont-du-Château
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Lempdes
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Lempdes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lempdes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lempdes
Liens
Site web ville-lempdes.fr

Lempdes (/lɑ̃d/ ; Lemde en occitan[1]) est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes, à la périphérie est de Clermont-Ferrand.

Elle fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lempdes est située, à vol d'oiseau, à 8,8 km à l'est de Clermont-Ferrand[3].

Cinq communes sont limitrophes[4] :

La ville est composée de plusieurs lieux-dits : les Caques (au sud-est de la commune), Carmentrand (au sud-ouest), les Clos (au sud), les Côtes (à l'est), la Croix Masson (à l'est), les Debas (à l'ouest), Gandaillat (à l'ouest), les Gibaudonnes (au nord-est), la Grassette (à l'ouest), Lempdes (au centre), Marmilhat (au nord-ouest), la Rochelle (au nord), la Rodde (au sud-ouest).

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune peut se diviser en deux parties : la plaine au nord et les coteaux au sud[PLU-Rap 1].

Le territoire communal compte quatre zones géologiques : des buttes volcaniques au sud, des concrétions calcaires également au sud de la commune, avec une forte érosion, une « zone de colluvions due à l'érosion des reliefs argilo-marneux au centre » et des « formations de débris de roches accumulés très riches en matières organiques » au nord[PLU-Rap 2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aucun cours d'eau notable ne traverse la commune. Le Bec est un « ruisseau de drainage de la plaine », avec « une pente extrêmement faible »[PLU-Rap 1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Lempdes est desservie par l'autoroute A711, axe reliant Clermont-Ferrand à l'est du Puy-de-Dôme, à Thiers et à Lyon (A89). Trois échangeurs desservent les quartiers de la commune : 1.2 (Lempdes-centre), depuis Clermont-Ferrand, 1.3 (desservant la zone d'activités et débouchant sur la route métropolitaine (RM) 766) et 1.4 (autoroute A712 vers Pont-du-Château et débouchant au rond-point de Champ Lamet avec les RM 2089, 52 et 766)[4]. La section comprise entre Clermont-Ferrand et Lempdes est empruntée par près de 40 000 véhicules par jour[5].

La route métropolitaine 766, qui fut à l'origine la route nationale 89 de Lyon à Bordeaux, croise l'autoroute A711 dont l'accès se fait à partir d'un carrefour transformé en 2007 en giratoire par la communauté d'agglomération[6]. Cette voie, d'intérêt communautaire, a été requalifiée à plusieurs reprises[7] ; en zone urbanisée, cette route est bordée par « des entrepôts commerciaux anciens et récents », avec « des enseignes et des affiches publicitaires », et n'incitant pas à la pratique du vélo[PLU-Rap 3]. Cette route ne supporte plus le flux de transit vers Pont-du-Château depuis l'ouverture de l'A712[PLU-Rap 4].

Un peu plus au nord, la route métropolitaine 769 relie Clermont-Ferrand à Dallet en desservant l'aéroport. Sur le territoire communal, cette route croise, au moyen d'un carrefour transformé en giratoire en 2014[L 1], la rue de la Rochelle donnant accès à la zone artisanale et commerciale du Pontel, puis à la M 766 au moyen d'un carrefour dénivelé et à la M 52 menant à Cournon-d'Auvergne ; cette M 769 continue vers Thiers et la D 2089[4].

Plus à l'est, la RM 52 relie Cournon-d'Auvergne au rond-point de Champ-Lamet (dit aussi de Chazal[PLU-Rap 4]), en desservant le parc d'activités de la Fontanille ; entre Cournon-d'Auvergne et Lempdes, une piste cyclable a été aménagée.

Deux autres routes départementales, les RM 781 et 784 (il existe aussi une RM 784a), passent dans le centre de la commune.

Le réseau routier d'intérêt communautaire se limite à la desserte des zones d'activités entre Lempdes et Pont-du-Château. Le temps de parcours moyen avec Clermont-Ferrand s'élevait à quatorze minutes en 2011[8].

Lempdes et Clermont-Ferrand sont reliées en dix minutes, en conditions favorables par l'autoroute A711 ou la RM (ex-RD) 766[PLU-Rap 5].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Aucune voie ferrée ne traverse la commune. Les gares les plus proches sont situées à Pont-du-Château[PLU-Rap 6], Aulnat et Clermont-Ferrand.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Lempdes a intégré le périmètre de transports urbains de l'agglomération clermontoise le [PLU-Rap 6].

Deux lignes de bus T2C desservent la commune. Les lignes 35 et 36 relient la place Delille (arrêt Delille Montlosier) à Clermont-Ferrand à Lempdes (Le Pontel) et à Pont-du-Château.

Cette desserte est complétée par plusieurs lignes interurbaines d'autocars (Transdôme), gérées par la région Auvergne-Rhône-Alpes :

Ligne Tracé
01 Clermont-Ferrand (gare routière) ↔ Lempdes (Marmilhat, Granges Vieilles) ↔ ThiersSaint-Rémy-sur-DurolleChabreloche[9]
02 Clermont-Ferrand (gare routière) ↔ Lempdes (Marmilhat, Granges Vieilles) ↔ AmbertArlanc[10]
06 Clermont-Ferrand (gare routière) ↔ Lempdes (Marmilhat, Granges Vieilles) ↔ MaringuesPeschadoires (Pont-de-Dore)[11]
23 Clermont-Ferrand (gare routière) ↔ Lempdes (Marmilhat, Granges Vieilles) ↔ VertaizonEspiratBillom[12]
25 Clermont-Ferrand (gare routière) ↔ Lempdes (Marmilhat, Granges Vieilles) ↔ Chas[13]
35 Clermont-Ferrand (gare routière) ↔ Lempdes (Marmilhat, Granges Vieilles) ↔ Courpière ↔ Peschadoires (Pont-de-Dore)[14]

Transports aériens[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est situé à Aulnat : l'aéroport de Clermont-Ferrand Auvergne[PLU-Rap 7].

Aménagements cyclables[modifier | modifier le code]

Il existe deux aménagements cyclables : une bande cyclable aménagée le long de la M 769 entre Aulnat et Lempdes, puis une piste cyclable parallèle à la M 52 entre Lempdes et Cournon-d'Auvergne[PLU-Rap 7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lempdes est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[15],[16],[17].

Elle appartient à l'unité urbaine de Clermont-Ferrand, une agglomération intra-départementale regroupant 17 communes[18] et 274 141 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[21],[22].

Lempdes fait partie du cœur métropolitain du Grand Clermont[5], mais aussi de la zone d'emploi et du bassin de vie de Clermont-Ferrand[2].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (63,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,3 %), zones urbanisées (21,1 %), zones agricoles hétérogènes (17,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (16,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,3 %), forêts (1,5 %), mines, décharges et chantiers (0,1 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine et quartiers[modifier | modifier le code]

Centre-bourg[modifier | modifier le code]

La plaine a toujours été habitée pendant les périodes de drainage et d'entretien. Le bourg est né de la migration des populations de la plaine inondée[PLU-Rap 8]. Quatre grandes propriétés seigneuriales ou religieuses, non démantelées à la Révolution, sont quasi-intégrales au XXe siècle. Trois d'entre elles ont été acquises par la commune[PLU-Rap 9].

À la fin du XXe siècle, une opération de requalification du centre-bourg a permis l'implantation d'un supermarché de proximité[PLU-Rap 10].

Marmilhat[modifier | modifier le code]

Le quartier de Marmilhat, à l'ouest de la commune, abrite de nombreux organismes et établissements spécialisés dans les domaines de l'agriculture, des espaces ruraux et de l'environnement[L 2] : ENITA[PLU-Rap 11] (actuellement VetAgro Sup), CFPPA, CFA, plusieurs services administratifs et associatifs dont l'ONF et des laboratoires de recherche[PLU-Rap 11].

Autres quartiers[modifier | modifier le code]

L'habitat est limité par la route départementale 766 au nord et par la route départementale 52 à l'est[PLU-Rap 12].

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune est bordée par des espaces naturels « en couronne autour d'un noyau central urbanisé »[PLU-Rap 13].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 3 905 logements, contre 3 689 en 2008 et 3 432 en 1999. Parmi ces logements, 93,1 % étaient des résidences principales, 0,6 % des résidences secondaires et 6,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 69,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 30,2 % des appartements[a 1]. La part de logements individuels reste majoritaire à Lempdes comme une partie des communes périurbaines de l'agglomération[8].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 61,4 %, en baisse par rapport à 2008 (63,2 %). La part de logements HLM loués vides était de 20,4 % (contre 17,6 %)[a 2].

Le secteur locatif public représentait 3 % du parc de logements de la commune en 2009[8].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise à plusieurs risques naturels et technologiques[24]. Elle a élaboré un DICRIM.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Le risque inondation affecte la commune, même s'il n'est pas mentionné dans le DICRIM. Lempdes a fait l'objet d'arrêtés de catastrophe naturelle à la suite d'événements (associés aux coulées de boue) en juin 1992 et en décembre 1999[24].

Le risque mouvement de terrain est très faible dans la commune[25].

Le risque sismique concerne toutes les communes du département. Le canton de Pont-du-Château (ancien périmètre) était classé, dans l'ancienne classification, en zone 1B (risque sismique faible)[25],[PLU-Rap 14] ; depuis 2011, Lempdes se situe dans la zone de sismicité de niveau 3 (modérée)[24],[26]. Aucun séisme grave ne s'est produit depuis 1490[26],[25].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par le risque transports de matières dangereuses (TMD). L'autoroute A711 et la route départementale 766 (ancienne route nationale 89) peuvent être empruntées par les transports de matières dangereuses : livraison de carburant pour les stations-services, ou de chlore pour les piscines. Au moins une conduite de gaz passe dans la commune[26],[25] : lignes Gerzat – Issoire (diamètre 150 mm) et Gerzat – Cournon (diamètre 400 mm)[PLU-Rap 15].

Lempdes n'est pas concernée par le risque minier bien que des mines ont été exploitées : quatre concessions de mines de bitume dont une, dite « du Puy de la Bourrière », instituée par une ordonnance royale de 1843 et renoncée en 1981, et trois autres inexploitées : « Le Cortal », « Les Roys Nord » et « Les Roys Sud »[PLU-Rap 14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une église fut implantée au XIIe siècle, et les fortifications, dont subsiste actuellement un tracé circulaire, apparaissent au XIVe siècle[PLU-Rap 8].

Lempdes fut une ville agricole entre les XVIe et XIXe siècles. La production viticole fut très active à la fin du XIXe siècle[PLU-Rap 13] : la population produisait et vendait des céréales, du chanvre, de la noix ou encore du vin à destination de Paris[PLU-Rap 8].

Une piste d'aviation fut construite en 1916 par Michelin, en dur, « en raison de l'humidité du terrain ». Les Ateliers Industriels d'Aéronautique (AIA) se sont implantés à cheval avec la commune voisine d'Aulnat[L 3].

L'urbanisation de la commune ne s'est accélérée que dans les années 1960. Jusque-là rurale, le développement résidentiel commence avec la création d'une cité Michelin et des premiers lotissements, puis vers l'ouest dans les années 1970, vers le nord dans les années 1980, de l'autre côté de la route nationale 89 et dans les années 1990 vers l'est avec la création de la zone d'aménagement concerté du Bourgnon[PLU-Rap 12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Lempdes est membre de la métropole Clermont Auvergne Métropole[2], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le (en tant que communauté d'agglomération Clermont Communauté, devenue communauté urbaine le et métropole depuis le ) dont le siège est à Clermont-Ferrand. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[27].

Sur le plan administratif, elle a d'abord été rattachée au district de Clermont-Ferrand en 1793, devenu l'arrondissement de Clermont-Ferrand en 1801[28], à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[2]. Elle était membre du canton de Cornon sous l'an II puis, depuis 1801, du canton de Pont-du-Château[28].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Pont-du-Château pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[2], et de la cinquième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[29].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Lempdes, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[30], pour un mandat de six ans renouvelable[31]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 29[32]. Les vingt-neuf conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 48,69 %, se répartissant en : vingt-quatre élus issus de la liste d'Henri Gisselbrecht et cinq élus issus de la liste de Jean-Michel Calut[33].

Les deux sièges attribués à la commune au sein du conseil métropolitain de Clermont Auvergne Métropole sont issus de la liste d'Henri Gisselbrecht[33].

Le conseil municipal, réuni en pour réélire le maire, a désigné six adjoints[34].

La mairie siège sur le site de l'ancienne propriété Poisson, acquise par la commune en 1977[PLU-Rap 9].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1803 Jean-Mathieu Geneix    
1803 1812 Jean-François Ducrohet    
1812 1818 Jean-Joseph de Chalier    
1818 1825 Jean-Baptiste Desmanèches    
1825 1830 Pierre Beaune-Lavie    
1830 1832 Jean-Baptiste Desmanèches    
1832 1835 Etienne Lamy-Sauzet    
1835 1852 Martial Rougane    
1852 1865 Gervais Desmanèches    
1865 1883 Martial Rougane    
1883 1886 Pierre Sabatier    
1886 1888 Claude Sauzet-Germain    
1888 1893 Edmond de Tarrieux    
1893 1894 Claude Sauzet-Gaymard    
1894 1900 Laurent Grassion-Sabatier    
         
Marcel Boubat    
         
Jean-Pierre Georget DVD Médecin
Gérard Betenfeld PS Retraité d'une société d'aménagement local
Conseiller général puis départemental de Pont-du-Château (1998-2021)
[Note 3] En cours
(au )
Henri Gisselbrecht DVD Vétérinaire
5e vice-président de Clermont Auvergne Métropole[précision nécessaire]

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Lempdes dépend de la cour d'appel de Riom et des tribunaux judiciaire et de commerce de Clermont-Ferrand[35].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

L'eau consommée par les habitants provient des nappes alluviales de l'Allier, à Pont-du-Château et Limons, ou « des captages sous-basaltiques en amont de Blanzat et à Sayat ». L'exploitation de cette eau de consommation est assurée par la SEMERAP (Société d'économie mixte pour l'exploitation des réseaux d'eau et d'assainissement et la protection de l'environnement) pour le compte du syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable de Basse Limagne[PLU-Rap 16].

La gestion des déchets est assurée par Clermont Auvergne Métropole. Le tri sélectif est opérationnel depuis [PLU-Rap 17]. La déchèterie la plus proche est située à Cournon-d'Auvergne, sur l'ancienne route de Lempdes[L 4].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Hallstadt (Allemagne) depuis 1992[L 5] et Mangualde (Portugal) depuis 2018. La signature officielle du jumelage entre Lempdes et la ville portugaise, où la dernière 2CV a été produite dans l'usine Citroën en 1990, a été faite le [36].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[38].

En 2019, la commune comptait 8 677 habitants[Note 4], en augmentation de 4,44 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +3,3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7721 8451 9201 9411 8831 7351 7281 7881 628
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6701 7901 7261 7311 6551 5841 5731 5631 383
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2811 1971 1281 1231 2451 1131 0981 2251 454
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 6593 5465 8368 0158 5918 4018 5798 3748 292
2014 2019 - - - - - - -
8 2678 677-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (34,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,5 % la même année, alors qu'il est de 27,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 4 007 hommes pour 4 536 femmes, soit un taux de 53,10 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,59 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[40]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
8,9 
75-89 ans
11,0 
18,0 
60-74 ans
18,7 
20,2 
45-59 ans
20,8 
17,1 
30-44 ans
15,7 
18,3 
15-29 ans
18,1 
16,8 
0-14 ans
14,3 
Pyramide des âges du département du Puy-de-Dôme en 2018 en pourcentage[41]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
75-89 ans
10,2 
17,6 
60-74 ans
18,3 
20,4 
45-59 ans
19,5 
18,5 
30-44 ans
17,4 
18,6 
15-29 ans
17,2 
17,2 
0-14 ans
15,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lempdes dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

Établissements éducatifs[modifier | modifier le code]

Elle gère trois écoles maternelles publiques (Gandaillat, Le Bourgnon et Le Petit Prince) ainsi que trois écoles élémentaires publiques (Bourgnon, La Fleurie et Vaugondières)[42],[L 6].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège Antoine-de-Saint-Exupéry, situé dans la commune[42], puis au lycée René-Descartes de Cournon-d'Auvergne pour les filières générales et STMG ou au lycée Lafayette de Clermont-Ferrand pour la filière STI2D[43].

Il existe aussi un lycée agricole (Louis-Pasteur)[42].

Établissements spécialisés[modifier | modifier le code]

Située à Marmilhat, à l'ouest de la commune, l'école nationale d'ingénieurs des travaux agricoles de Clermont-Ferrand (ENITA) était un établissement d'enseignement supérieur relevant du ministère de l'Agriculture. Créée en 1984, elle formait les ingénieurs dans les domaines de l'agriculture, de l'alimentaire et du développement territorial[44]. En 2010, elle fusionne avec l'École nationale vétérinaire de Lyon pour constituer l'Institut d'enseignement supérieur et de recherche en alimentation, santé animale, sciences agronomiques et de l'environnement, plus connu sous le nom de VetAgro Sup. Le site de Lempdes abrite le campus agronomique[45].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Les marchés se tiennent tous les mardis et samedis matin[L 7].

Du 18 au 21 mai, Lempdes a accueilli 400 2CV, à l'occasion des 70 ans de la création de cette voiture[46].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Clubs sportifs : Académie lempdaise d'aikido, ASC AIA / Lempdes Rugby, Basket Club de Lempdes, Lempdes Athlétisme et Loisir, Lempdes Sport Football, Lempdes Sport Natation, Tennis Club de Lempdes, etc.[L 8].
  • Équipements : parc de sports et de loisirs Bernard-Boudiau, maison des sports, terrain de basket, courts de tennis, skate park, BMX[L 9], piscine communautaire Marcel-Boubat[L 10], rénovée courant 2014[L 11].

La ville de Lempdes a entrepris la rénovation du COSEC, avec la réfection de la salle de 1 000 m2 datant des années 1970, la mise aux normes environnementales (RT2012, toiture en kalzip — feuille d'aluminium — et solarwall)[L 12].

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La commune compte quatre zones d'activités :

  • le pôle de Marmilhat et l'AIA à l'ouest[PLU-Rap 11] ;
  • le pôle d'activités du Pontel, à dominante commerciale, avec 64 entreprises en 2003 et plus de mille salariés[PLU-Rap 18]. Elle est gérée par la métropole ;
  • la zone de Fontanille, créée en 1983 et également gérée par Clermont Auvergne Métropole, comptant une trentaine d'entreprises en 2003[PLU-Rap 18] ;
  • la zone de Fontanille II, le long de la D 52 (rue Pierre-Boulanger), créée par arrêté préfectoral du 22 novembre 2005[PLU-Rap 19].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 30 523 , ce qui plaçait Lempdes au 14 901e rang des communes de plus de 49 ménages en métropole[47].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 5 351 personnes, parmi lesquelles on comptait 71,6 % d'actifs dont 64,7 % ayant un emploi et 6,8 % de chômeurs[a 3].

On comptait 4 655 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 3 486, l'indicateur de concentration d'emploi s'élève à 133,5 %, ce qui signifie que la commune offre plus d'un emploi par habitant actif[a 4].

La répartition des 4 875 emplois par catégorie socio-professionnelle et par secteur d'activité est la suivante :

Répartition des emplois selon la catégorie socio-professionnelle en 2013 (source : Insee)
Échelle Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Commune[a 5] 0,2 % 4,7 % 14,4 % 25,6 % 30,1 % 25,0 %
Département[48] 2,4 % 6,5 % 15,3 % 24,7 % 28,3 % 22,8 %
France[49] 1,7 % 6,5 % 17,2 % 25,6 % 28,1 % 20,8 %

La part des employés est surreprésentée par rapport aux autres communes de l'agglomération (34 % contre 31 % en 2008)[8].

Répartition des emplois selon le secteur d'activité en 2013 (source : Insee)
Échelle Agriculture Industrie Construction Commerce, transports,
services divers
Administration publique,
enseignement, santé,
action sociale
Commune[a 6] 3,0 % 9,4 % 12,2 % 46,7 % 28,7 %
Département[48] 3,3 % 16,1 % 6,8 % 41,3 % 32,5 %
France[49] 2,8 % 12,7 % 6,8 % 46,1 % 31,6 %

La commune compte plus d'emplois dans le tertiaire que dans le primaire ou le secondaire. Néanmoins, en 1999, 54 % des emplois émanaient du secteur tertiaire[PLU-Rap 20].

3 233 des 3 486 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 92,7 %) sont des salariés[a 7]. Près d'un actif sur quatre travaille dans la commune de résidence en 2013[a 8], soit presque autant qu'en 1999, mais moins qu'en 1982 (un sur trois)[PLU-Rap 21].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Lempdes comptait 403 entreprises : 22 dans l'industrie, 79 dans la construction, 235 dans le commerce, les transports et les services divers et 67 dans le secteur administratif[a 9].

En outre, elle comptait 504 établissements[a 10].

Au 31 décembre 2013, elle comptait 664 établissements actifs (4 174 postes salariés), dont la répartition est la suivante :

Caractéristiques des établissements selon le secteur d'activité au (source : Insee)
Secteur d'activité Agriculture Industrie Construction Commerce, transports,
services divers
Administration publique,
enseignement, santé,
action sociale
Établissements actifs[a 11] 2,0 % 4,7 % 14,3 % 62,8 % 15,3 %
Postes salariés[a 12] 4,2 % 7,9 % 17,0 % 45,0 % 25,9 %

Les entreprises ayant le plus de salariés dans la commune en 2002 étaient : La Poste (400 salariés pour le traitement du courrier et le guichet entreprises), l'hypermarché Cora (324), les entreprises de travaux publics et du génie civil SACER et La Forézienne (respectivement 115 et 105 salariés)[PLU-Rap 22].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au recensement agricole de 2010, la commune comptait onze exploitations agricoles. Ce nombre est en nette diminution par rapport à 2000 (18) et à 1988 (25)[50].

La superficie agricole utilisée sur ces exploitations était de 505 hectares en 2010, dont 439 ha sont alloués aux terres labourables et 4 ha aux cultures permanentes[50].

Industrie[modifier | modifier le code]

Lempdes abrite les locaux du laboratoire pharmaceutique Europhartech (80 salariés en 2002)[PLU-Rap 23].

Commerce et services[modifier | modifier le code]

La base permanente des équipements de 2015 recensait soixante-deux commerces : un hypermarché, deux grandes surfaces de bricolage, une supérette, une épicerie, sept boulangeries, trois boucheries-charcuteries, un magasin de produits surgelés, douze magasins de vêtements, six magasins d'équipements du foyer, deux magasins de chaussures, un magasin d'électroménager et de matériel audio-vidéo, huit magasins de meubles, deux magasins d'articles de sports et de loisirs, deux drogueries ou quincailleries, une parfumerie, trois horlogeries-bijouteries, quatre fleuristes, quatre magasins d'optique (2015) ainsi qu'une station-service (2014)[51].

La zone commerciale du Pontel comprend l'hypermarché Cora. Face à la montée en puissance des enseignes du sud de l'agglomération clermontoise, la restructuration de cet hypermarché (création d'une galerie marchande de 2 300 m2 par agrandissement de la surface de vente, de 7 700 à 12 200 m2 en 2001) a provoqué le déclin des petits commerces de la commune[PLU-Rap 24].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au , la commune ne comptait ni hôtels[a 13], ni campings[a 14], ni aucun autre hébergement collectif[a 15].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lempdes ne compte ni monument[52] ni objet[53] protégé aux monuments historiques[PLU-Rap 25]. Par ailleurs aucun monument[54] ou objet[55] n'est répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel.

L'église Saint-Étienne d'origine, datant du XIIe siècle, comportait une seule nef de style roman. Une nef latérale a été ajoutée au sud en 1685 et une autre, côté nord, en 1750, « pour faire face au développement de la population ». Très dégradée à la Révolution, elle est restaurée vers 1832, mais l'état dégradé imposa une reconstruction, décidée en 1867. L'église actuelle comprend trois nefs. Elle a subi plusieurs restaurations après sa construction[PLU-Rap 25].

La commune comptait également neuf croix, dont sept subsistent[PLU-Rap 25].

Quelques fontaines persistent encore ; la grande fontaine a été démolie en 1950[PLU-Rap 25].

A l'entrée la commune, une 2CV a été placée et est visible depuis l'autoroute A71, comme symbole de la commune[56].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Salle de spectacles La 2Deuche[L 13].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • ZNIEFF 1 entre Puy Long, Puy d'Anzelle et Puy de Bane[PLU-Rap 26].
  • ZNIEFF 2 des Pays Coupés, au sud-ouest du territoire communal[PLU-Rap 27].
  • Site d'intérêt communautaire de 7 000 m2 (FR8301035 « Vallées et coteaux xérothermiques des Couzes et Limagnes ») comprenant trois plantes protégées[PLU-Rap 27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Jules Boulanger, entré chez Michelin en 1919, s'était installé à Lempdes dans une propriété aujourd'hui devenue la mairie. Appelé à la gérance des établissements Michelin à Clermont-Ferrand, il est devenu PDG de Citroën en 1937. C'est lui qui conçut la T.P.V. (Très Petite Voiture) qui devrait devenir en 1948 la célèbre « deudeuche ». Un marché à Lempdes aurait inspiré à M. Boulanger l'idée du véhicule dont il avait exprimé ainsi le cahier des charges au directeur du bureau d'études Citroën : « Faites étudier par vos services une voiture pouvant transporter deux cultivateurs en sabots, cinquante kilos de pommes de terre ou un tonnelet, à une vitesse de 63 km/h, pour une consommation de 3 litres aux cent kilomètres et capable de transporter une douzaine d'œufs sans les casser au travers d'un champ labouré »[L 13].
  • Jean-Baptiste Lamy (1814-1888), premier archevêque de la capitale de l'état du Nouveau-Mexique, Santa Fe aux États-Unis.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Lempdes Description : de sinople à deux rochers de trois coupeaux d'or accompagnés en pointe d'une feuille d'orme du même, au chef d'or chargé de trois étoiles de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lempdes : mémoire d'un village, Lempdes, Association « Lempdes : mémoire d'un village », (ISBN 2-9515749-0-8)
    « Un recueil de souvenirs… le fruit d'un long travail dont les Amis du Vieux Lempdes ont été les artisans ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Réélu pour le mandat 2020-2026[34].
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  4. EMP T5 – Emploi et activité.
  5. EMP T7 – Emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2013.
  6. EMP T8 – Emplois par secteur d'activité.
  7. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2011.
  8. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  9. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  10. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  11. CEN T1 – Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2012.
  12. CEN T2 – Postes salariés par secteur d'activité au 31 décembre 2012.
  13. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  14. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .
  15. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au .
  • Site de la mairie :
  1. « Création d'un Giratoire rue de la Rochelle », Lempdes info,‎ , p. 13 (lire en ligne [PDF]).
  2. « Marmilhat » (consulté le ).
  3. « Histoire de Lempdes » (consulté le ).
  4. « Déchetterie » (consulté le ).
  5. « Découvrir Lempdes » (consulté le ).
  6. « Enseignement » (consulté le ).
  7. « Jours de marchés » (consulté le ).
  8. Liste des associations sportives [PDF] (consulté le 14 septembre 2016).
  9. « Equipements » (consulté le ).
  10. « Piscine communautaire » (consulté le ).
  11. « Rénovation de la Piscine », Lempdes info,‎ , p. 15 (lire en ligne [PDF]).
  12. « Rénovation du Cosec », Lempdes info,‎ , p. 14-15 (13-14 sur le PDF) (lire en ligne [PDF]).
  13. a et b « 2Deuche » (consulté le ).
  1. a et b p. 21 (22).
  2. p. 22 (23).
  3. p. 43 (44).
  4. a et b p. 44 (45).
  5. p. 42 (43).
  6. a et b p. 18 (19).
  7. a et b p. 19 (20).
  8. a b et c p. 30 (31).
  9. a et b p. 31 (32).
  10. p. 41 (42).
  11. a b et c p. 38 (39).
  12. a et b p. 36 (37).
  13. a et b p. 23 (24).
  14. a et b p. 55 (56).
  15. p. 57 (58).
  16. p. 53 (54).
  17. p. 54 (55).
  18. a et b p. 39 (40).
  19. p. 40 (41).
  20. p. 11 (12).
  21. p. 12 (13).
  22. p. 13 (14).
  23. p. 13 (14).
  24. p. 14 (15).
  25. a b c et d p. 32 (33).
  26. p. 24 (25).
  27. a et b p. 25 (26).
  • Autres sources :
  1. Jean-Pierre Chambon, Bernard Clémençon et Emmanuel Grélois, « Le toponyme médiéval Arlempde (1325) et autres issues inédites de gaul. nemeto- dans la cité des Arvernes (Clerlande ; Lempdes et Lindes) », Études celtiques, CNRS, vol. 43,‎ , p. 147-186 (EAN 9782271135216, lire en ligne).
  2. a b c d et e « Commune de Lempdes (63193) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Lempdes et Clermont-Ferrand », sur Lion 1906 (consulté le ).
  4. a b et c Carte de Lempdes sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 28 octobre 2016).
  5. a et b « SCoT du Grand Clermont. Rapport de présentation » [PDF], Grand Clermont (consulté le ).
  6. « communiqué de presse » [PDF], Clermont Communauté, (consulté le ).
  7. « Voiries d'intérêt communautaire. Commune de Lempdes. Réalisation du giratoire ouest de la bretelle A711 et requalification entre le giratoire de la Rochelle et le giratoire de Marmilhat » [PDF], Clermont Communauté, (consulté le ).
  8. a b c et d « PLH CLERMONT COMMUNAUTE – Diagnostic » [PDF], Agence d'urbanisme et de développement Clermont Métropole, (consulté le ).
  9. Fiche horaire ligne 01 : Chabreloche – St-Rémy – Thiers – Clermont-Ferrand, horaires valables du au [PDF], sur auvergnerhonealpes.fr, Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le ).
  10. Fiche horaire ligne 02 : Arlanc – Ambert – Clermont-Ferrand, horaires valables du au [PDF], sur auvergnerhonealpes.fr, Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le ).
  11. Fiche horaire ligne 06 : Pont-de-Dore – Puy-Guillaume – Clermont-Ferrand, horaires valables du au [PDF], sur auvergnerhonealpes.fr, Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le ).
  12. Fiche horaire ligne 23 : Billom – Vertaizon – Clermont-Ferrand, horaires valables du au [PDF], sur auvergnerhonealpes.fr, Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le ).
  13. Fiche horaire ligne 25 : Chas – Vertaizon – Clermont-Ferrand, horaires valables du au [PDF], sur auvergnerhonealpes.fr, Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le ).
  14. Fiche horaire ligne 35 : Pont-de-Dore – Courpière – Clermont-Ferrand, horaires valables du au [PDF], sur auvergnerhonealpes.fr, Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le ).
  15. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune urbaine - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Clermont-Ferrand », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  24. a b et c « Résultat de la recherche : Lempdes », sur macommune.prim.net (consulté le ).
  25. a b c et d Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM), Ville de Lempdes, (lire en ligne [PDF]).
  26. a b et c « Dossier départemental sur les risques majeurs dans le Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  27. « Clermont Auvergne Métropole (No SIREN : 246300701) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  28. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  30. Loi no 2013-403 du relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51, et son décret d'application no 2013-938 du .
  31. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL.
  32. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  33. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  34. a et b « Henri Gisselbrecht réélu maire de Lempdes (Puy-de-Dôme) », La Montagne, (consulté le ).
  35. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur annuaires.justice.gouv.fr, Ministère de la Justice (consulté le ).
  36. « Jumelage Lempdes Mangualde » (consulté le ).
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  40. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Lempdes (63193) », (consulté le ).
  41. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Puy-de-Dôme (63) », (consulté le ).
  42. a b et c Annuaire des établissements scolaires de Lempdes sur le site du ministère de l'Éducation nationale.
  43. Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], sur ac-clermont.fr, Académie de Clermont-Ferrand (consulté le ), p. 8.
  44. « ENITA », sur europe-en-auvergne.eu (consulté le ).
  45. « Qui sommes-nous ? », VetAgro Sup (consulté le ).
  46. « La 2CV fête ses 70 ans à Lempdes, dans le Puy-de-Dôme », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le )
  47. Revenus fiscaux localisés des ménages [zip], Insee, données 2011.
  48. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active : Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee, (consulté le ).
  49. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active : France », Insee, (consulté le ).
  50. a et b « Données générales des exploitations ayant leur siège dans Lempdes commune », Ministère de l'Agriculture (consulté le ).
  51. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], Insee, .
  52. « Liste des monuments historiques de Lempdes », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  53. « Liste des monuments historiques de Lempdes », base Palissy, ministère français de la Culture.
  54. « Liste des lieux et monuments de Lempdes répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. « Liste des objets à Lempdes répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  56. « La 2 CV, un enfant du Puy-de-Dôme », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le )