Crèche de Noël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crèche grandeur nature sur un marché de Noël à Rüdesheim am Rhein en Allemagne.

Dans la religion chrétienne, la crèche de Noël est une mise en scène dans différents arts en trois dimensions (essentiellement la sculpture et le théâtre) de la Nativité, c'est-à-dire de la naissance de Jésus de Nazareth, sous forme de personnages immuables, avec en premier lieu la Sainte Famille et surtout l'Enfant Jésus dans la crèche (du francique *krippia[N 1] qui désigne une mangeoire) d'une étable ou d'une grotte. Cette iconographie originelle s'enrichit et se complexifie progressivement avec différentes formules scéniques, personnages (bergers, anges, Rois mages) et animaux (bœuf, âne, moutons, chameaux) entourant l'Enfant Jésus nu dans son auge, son berceau ou sur la paille. La crèche de Noël peut être statique, mécanique ou vivante. Construction ou représentation occasionnelle et passagère, associée traditionnellement aux fêtes de Noël, elle est plus rarement une reproduction permanente et inamovible.

Selon la tradition hagiographique franciscaine, les crèches de Noël vivantes se développent en Europe à partir du XIIIe siècle dans le cadre d'un des aspects saillants de la théologie des Frères mineurs, le christocentrisme, suite à la réalisation d'une crèche vivante par François d'Assise à Greccio, en Italie, la nuit de Noël 1223. À la fin du XVIe siècle, les Jésuites, conscients du pouvoir de la célébration de la Nativité, multiplient dans toute la chrétienté les crèches en modèle réduit telles que nous les connaissons aujourd'hui, s'en servant de catéchèse dans le cadre de la Contre-Réforme.

D'origine catholique, cette tradition a été largement adoptée par les autres branches du christianisme et est l'occasion d'exprimer la piété populaire lors de cérémonies liturgiques et paraliturgiques. Dans le cadre de la laïcisation de la fête de Noël, la crèche ne s'expose plus simplement dans les églises, mais aussi dans les maisons, les bâtiments publics voire les centres commerciaux dans une certaine course à l'ostentation et prend désormais une tournure plus folklorique en incluant des éléments comiques, des légendes et des éléments locaux propres à chaque région ou pays selon le degré d'inculturation ou de déchristianisation.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premiers récits bibliques au sujet de la crèche[modifier | modifier le code]

Maquette d'une maison israélite avec une étable au niveau de sa cour centrale sans toit, probable lieu de naissance de Jésus.

D'après l'évangile selon saint Luc (Lc 2,8-20), Jésus est né dans une étable car ses parents n'ont pas trouvé un espace approprié[N 2] dans la καταλυματι (kataluma, « salle haute, salle de séjour »[1]), terme qui ne se traduit pas<[N 3] par « hôtellerie », « auberge » ou « relais de caravansérail » mais désigne plus probablement la chambre prévue pour les hôtes, ce qui suggère que la Sainte Famille logeait chez des proches[2],[3]. L'évangile utilise le terme grec φάτνῃ, « phatnê », traduit en latin dans la Vulgate par praesepium[N 4] qui désigne l'étable à l'étage inférieur d'une maison israélite ou en plein air dans sa cour (une famille de condition moyenne y abritant la nuit un âne, une vache ou quelques moutons), mais aussi la stalle d'une étable, le râtelier ou la mangeoire selon le principe du « pars pro toto (en) »[4]. Marie a placé Jésus dans cet endroit probablement attenant à la kataluma sans que l'évangile précise s'il s'agit d'une auge de pierre[N 5] surmontée d'un râtelier de bois destiné à porter le fourrage des bestiaux comme l'évoquent souvent les scènes de la Nativité[5]. Tout au plus peut-on considérer que l'étable fournissait chaleur et discrétion nécessaires pour un accouchement alors que la chambre d'hôte était pleine ou trop petite[6]. La mangeoire pour les animaux est désignée par le francique *krippia, le latin cripia, d'où est issu le mot « crèche » qui désigne spécifiquement à partir du XIIIe siècle la mangeoire dans laquelle le Christ a été déposé à sa naissance[7].

Le thème légendaire de la naissance dans une grotte se développe au IIe siècle, d'abord dans le Dialogue avec Tryphon 78,5 de l'apologète et philosophe chrétien Justin de Naplouse puis dans le Protévangile de Jacques. Les maisons à flanc de colline pouvaient en effet abriter une étable dans une grotte[8]. L'Évangile du Pseudo-Matthieu du VIIIe siècle combine la version de la grotte et celle de la crèche : le voyage des parents est interrompu sur l'ordre d'un ange qui invite Marie à entrer dans une grotte où jaillit une lumière miraculeuse qui resplendit pendant tout son accouchement. Deux jours après la naissance, Marie quitte la grotte, entre dans une étable et dépose l'enfant dans une crèche, le bœuf et l'âne l'adorant[9]. La tradition de l'association de ces deux animaux remonte au Livre d'Ésaïe (Es 1,3)[10]. La Basilique de la Nativité de Bethléem est d'ailleurs construite au IVe siècle au-dessus de plusieurs grottes[11].

L’évangile selon saint Matthieu (Mt 2,11) raconte que les Rois mages adorent l’enfant à Bethléem même, dans une oikos (« maisonnée », domus de la Vulgate). La Légende dorée parvient à mêler tous ces éléments, évoquant le bœuf, unique tête de bétail de Joseph qu'il a emmené pour le vendre, l'âne servant de monture à la Vierge et juxtapose à six mots de distance, la domus de Matthieu et le praesepium de Luc[12].

Le récit de la crèche et de l'adoration des bergers et des mages ne doit pas faire l'objet d'une lecture littéraliste mais appartient au registre littéraire du merveilleux et à la théologie métaphorique. En effet, les récits de l'enfance de Jésus de Matthieu et Luc « posent de nombreux problèmes littéraires et historiques, tant leur écriture apparaît tardive, relevant plutôt du merveilleux à la manière des récits d'enfance du monde judéo-hellénistique. »[13]. De plus, la triple mention de l'enfant « couché dans une crèche » (verset 7, 12 et 16) est un effet littéraire[14]. Outre ce merveilleux, le symbolisme de la crèche ou de la grotte est un rappel du dépouillement et de l'humble cadre du lieu de naissance du Christ, reprenant le motif théologique de la kénose[15].

Les représentations de la Nativité avec des crèches au cours des siècles[modifier | modifier le code]

Crypte de la nativité de la basilique Sainte-Marie-Majeure avec son reliquaire de cristal et de bronze doré qui contient le « Saint-Berceau » selon la tradition.

Les plus anciennes représentations de la Nativité sont issues de l'art paléochrétien. Elles sont essentiellement des fresques et des bas-reliefs datant du IIIe siècle et surtout du IVe et Ve siècles[16].

En l'église Sainte Marie de l'Incarnation de Jésus, aujourd'hui Sainte Marie Majeure à Rome, on sait qu'une célébration de Noël est commémorée pendant la nuit du 25 décembre depuis le IVe siècle. En effet, la date du 25 décembre a été fixée comme date de la naissance du divin à cette époque. Les débats qui ont amené cette décision ont permis de développer une pratique religieuse autour de cet événement. À partir du VIe siècle, les écrits anciens, tel le Liber Pontificalis, rapportent que la célébration de la nuit de Noël se déroulait ad praesepe dans cette église de Sainte Marie à Rome, ce qui signifie littéralement « autour de la crèche », mais ce lieu désignait probablement l'« oratoire de la Crèche[N 6]. », petite chapelle à quelques mètres de la basilique rappelant par sa disposition et ses reliques la grotte de Bethléem[17].

Ce n'est probablement qu'à partir du XIIe siècle que l'on célèbre la fête de l'Épiphanie avec l'adoration de l'enfant Jésus par les trois Mages, Gaspar, Melchior et Balthazar. Les initiales de leurs noms sont celles de la formule chrétienne de bénédiction des habitations : Christus Mansionem Benedicat, que le Christ bénisse la maison[18]. C'est dans ce deuxième courant de dévotion que se situe saint François d'Assise.

Chapelle (construite en 1228) de la crèche de Greccio, fresque d'un auteur giottesque du XIVe siècle avec la Vierge allaitant Jésus au sein et Joseph méditant[19].

Une légende tenace veut que François d'Assise ait créé à Greccio, en Italie, la nuit de Noël 1223 la première crèche vivante alors que ces scènes étaient déjà jouées depuis plusieurs siècles par des acteurs<[N 7] dans les mystères de la Nativité dans les églises puis sur leurs parvis, tableaux animés à l'origine des crèches spectacles[20]. La tradition hagiographique rappelle, mais sans véritable certitude historique[N 8], que François d'Assise, après avoir été impressionné par sa visite de la basilique de la Nativité de Bethléem, veut reproduire la scène de la Nativité lorsque cette basilique n'est plus accessible aux pèlerins suite à l'échec de la cinquième croisade. Il utilise pour ce faire une mangeoire remplie de foin, un âne et un bœuf réels dans une grotte (appelée « Chapelle de la Crèche ») de la région où les frères mineurs avaient établi l'ermitage de Greccio (it) accroché au flanc de la montagne, avec la coopération du seigneur du village Jean Velita de Greccio[21]. L'originalité de François d'Assise est d'avoir célébré une crèche vivante dans un cadre naturel plus évocateur en associant les villageois du Greccio qui ont pu expérimenté la « Nativité » et avoir l'impression d'incarner les personnages des écrits bibliques[22]. Thomas de Celano, premier biographe de François, rapporte que François prêche, durant la messe de Noël, et que l'un des assistants le voit se pencher vers la crèche et prendre un enfant dans ses bras[23]. À Greccio se trouve encore un ermitage franciscain qui commémore cette première crèche vivante. Plus tard, on place parfois un véritable enfant dans la mangeoire. Petit à petit, selon la tradition franciscaine qui apporte une importance démesurée à l'importance du Noël de Greccio en 1223 et à ses conséquences[24], la coutume se répand, sous l'influence de Claire d'Assise et des prédicateurs franciscains, surtout dans les oratoires franciscains en Provence et en Italie, sous forme de crèches vivantes mais aussi de crèches fabriquées avec des figurines en bois ou en terre et qui pouvaient être exposées plus longtemps[25].

Première crèche sculptée en pierre d'Arnolfo di Cambio en 1288, désormais exposée dans le musée de la basilique Sainte-Marie-Majeure.

La plus ancienne crèche non vivante connue date de 1252 au monastère franciscain de Füssen en Bavière. Il s'agit d'une crèche permanente qui contient des personnages de différentes tailles en bois. Dans la basilique Sainte-Marie-Majeure est conservée la première crèche permanente réalisée en pierre en 1288, suite à la commande du pape Nicolas IV au sculpteur Arnolfo di Cambio d'une représentation de la Nativité[26]. Ces reproductions permanentes de la Nativité se développent particulièrement en Toscane, en Ombrie et surtout en Campanie avec les crèches napolitaines qui apparaissent dans les églises au XIVe siècle puis dans les famille aristocratiques de Naples les siècles suivants[27].

Au XVe et XVIe siècles, les fidèles dans les églises peuvent bercer les « repos de Jésus » en tirant sur le ruban attaché à ces berceaux[28]. Au XVe siècle, dans le cadre des progrès de l'horlogerie, apparaissent les crèches mécaniques qui deviennent populaires au XVIIe siècle dans toute l’Europe, telle le vertep russe[29].

Les premières crèches ressemblant à celles que nous connaissons (mise en scène occasionnelle et passagère de la Nativité non plus sur des peintures, fresques, mosaïques ou bas-reliefs mais avec avec des statues « indépendantes ») font leur apparition dans les églises et les couvents au XVIe siècle, surtout en Italie, supplantant les formules précédentes[22]. La première crèche miniature documentée historiquement date de 1562 à Prague[30]. Ce sont surtout les Jésuites qui ont diffusé le modèle réduit dans les églises conventuelles toute la chrétienté, s'en servant de catéchèse dans le cadre de la Contre-Réforme[31]. La crèche domestique se diffuse progressivement (la première attestée est celle de la duchesse d'Amalfi Constanza Piccolomini di Aragona en 1567[32]), les moines en fabriquant dans ce but des petites en cire avec des personnages habillés de vêtements précieux[25]. Les grandes crèches napolitaines (ornées de statues en bois avec des yeux en verre, démontables et refaites chaque année) de style baroque connaissent leur apogée au XVIIIe siècle[33].

En France, la première crèche mécanisée connue est celle créée à Marseille, en 1775, par un dénommé Laurent[34]. Elle est constituée de mannequins articulés vêtus de costumes locaux. Pour y ajouter un brin d'exotisme, le créateur y a placé des girafes, des rennes et des hippopotames. Jean-Paul Clébert raconte : « À l'époque du Concordat, Laurent montrait même un carrosse qui s'avançait vers l'étable ; le pape en descendait, suivi des cardinaux. Devant eux s'agenouillait toute la Sainte-Famille et le pape lui donnait sa bénédiction. Pendant l'adoration des bergers, un rideau se levait, dévoilant la mer sur laquelle voguait un bâtiment de guerre. Une salve d'artillerie saluait l'enfant Jésus qui, réveillé en sursaut, ouvrait les yeux, tressaillait et agitait les bras »[35].
Après la période de la Révolution pendant laquelle cette pratique religieuse est interdite, les crèches se multiplient dans les maisons de familles aisées sous forme de boîtes vitrées[N 9] appelées « grottes » ou « rocailles » apparues au cours du XVIIe siècle : les figurines, réalisées en cire, en mie de pain ou en verre filé, apparaissent dans un décor en rocaille (cascades d'animaux, fleurs de papier et de frittes de verre, fragments de miroir figurant lacs et jets d’eau) évoquant le paradis[36]. Au début du XIXe siècle, la crèche retourne dans les rues françaises essentiellement sous la forme d’automates mécaniques qui mettent en scène des personnages grotesques. Les crèches provençales avec leurs « santons » (du provençal santoun, « petits saints » plus petits et plus rustiques avec multiplication de personnages dans leur costume local représentant tous les métiers de l'époque dans un style naïf), se développent dans les églises mais dans les maisons particulières à partir de 1803, juste après le Concordat de 1802[37].

La démocratisation des crèches domestiques est favorisée au XIXe siècle par la fabrication en série des figurines en plâtre peint et leur diffusion par les marchands d'objets religieux, leurs matériaux, techniques et scénographies (crèche-armoire, hutte, « Mont de Nativité[N 10] ») connaissant une grande variété. Cette démocratisation correspond à l'âge d'or de la crèche de style sulpicien entre 1860 et 1920[38].

Au XXe siècle, la tradition de la crèche de Noël s'est développée dans le monde entier selon le processus d'inculturation[27].

Types de crèches[modifier | modifier le code]

Une crèche simple mais complète
  • Crèches baroques : créées au XVIIe siècle lorsque les crèches commencent à décorer les demeures aristocratiques de style baroque.
  • Crèche napolitaine : elle apparaît dès le Trecento (XIVe siècle italien) dans le sud de l'Italie et les édifices religieux l'exposent à la vénération des fidèles ; les personnages sont des statues colorées richement ornées atteignant parfois la taille humaine. Au XVIIIe siècle, à Naples, elle connait une véritable passion collective. Typiquement baroque, le décor ainsi que ses personnages se caractérisent par un réalisme formel.
  • Crèche génoise : elle connaît son âge d'or au XVIIIe siècle et se distingue principalement par une production de santons en bois.
  • Crèche provençale : elle s'inspire de la vie locale. Les artisans évoquent des personnages typiques de la région ou du village ou des défunts de la famille. Elle date du XVIIIe siècle. Ont été rajoutés aussi à Marseille les santons (« santoun », « petits saints » en provençal) qui représentent des petits métiers connus : le meunier, le rémouleur, la lavandière, etc.
  • Crèche vivante : spectacle joué en public, ou crèche qui contient des personnages réels.
  • Crèches-théâtres géantes et animées : ce sont les crèches de Noël qui ont été présentées à Paris place de l'Hôtel de Ville pendant 17 ans (jusqu'à 173 000 visiteurs en 31 jours). Paul Chaland a produit ces crèches de Noël avec les artistes de chaque pays : Venise, Sicile, Andes, Vieux-Paris, Assise (François d'), du Soleil (Provence), crèche merveilleuse. Les spectacles de ces crèches de Noël sont signés de grands auteurs : Michel Tournier, Yvan Audouard, Christian Bobin, Vincenzo Consolo, Gaston Bonheur, Régine Pernoud, les musiques de Guy Béart, Roberto De Simone, Giovanni Batista Malipierro, les voix de prestigieux comédiens ont été enregistrées : Claudia Cardinale, Marcello Mastroianni, Laurent Terzieff. Les spectacles sont automatisés ; l'informatique commande les lumières, le son, les automates. Ces crèches font 18 mètres de large, 5 mètres de profondeur, 4 mètres de hauteur, ont entre 100 et 220 personnages, et de 15 à 50 automates avec changements de décors à vue. La plus grande et la plus étonnante collection du monde de crèches de Noël.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Composition d'une crèche[modifier | modifier le code]

Dans la tradition napolitaine, le décor était constitué des ruines d'un temple romain, symbole de la fin de la civilisation antique devant l'essor de la chrétienté. Plus couramment, la crèche prend place dans une grotte ou une étable.

Dans les églises chrétiennes, la crèche est généralement installée dans les jours qui précèdent la fête de la Nativité tandis que dans les foyers, son installation varie selon les régions (premier dimanche de l'Avent, fête de l’Immaculée Conception, Sainte-Lucie, Saint-Nicolas, etc.), voire selon les familles[39].

On place généralement l'enfant Jésus au centre à minuit le 24 décembre pour symboliser sa naissance, encadré par Marie et Joseph. Ils sont accompagnés d'un âne, ayant transporté Marie enceinte et d'un bœuf qui, selon la tradition, aurait réchauffé le nouveau né de son souffle. Il est notable que la Vierge Marie est très souvent représentée à genoux devant son Fils et dans ses habits ordinaires alors qu'elle vient d'accoucher, signifiant ainsi qu'elle n'a pas subi l'épuisement habituellement lié à l'enfantement. On place également dans la crèche des bergers accompagnés de leurs agneaux, puisque c'est à eux que la nouvelle de la naissance du Christ aurait été annoncée en premier. En France, depuis la création des santons en Provence, la scène peut comprendre d'autres personnes, y compris des personnages ou des métiers contemporains.

En installant la crèche, certaines personnes y placent au début la mangeoire vide, et n'ajoutent la figurine représentant le Christ que dans la nuit du 24 au 25.

Il est fréquent de mettre une étoile au sommet d'une crèche. Cette étoile rappelle celle qui, d'après les écritures, a guidé les trois Mages (Gaspard, Melchior et Balthazar, qui symbolisent l'ensemble des peuples de la terre) parés de leurs vêtements bibliques, vers la crèche. Ils peuvent être accompagnés d'animaux exotiques leur servant de monture (un cheval, un éléphant et un dromadaire). Certaines personnes ne les placent qu'à partir de l'Épiphanie ; d'autres les mettent à un autre endroit de la maison et les font avancer peu à peu vers la crèche.

L'usage de faire figurer un ange parmi les personnages de la crèche est également répandu.

Dans la tradition chrétienne, on enlève la crèche le 2 février, jour de la présentation de Jésus au Temple de Jérusalem ou juste après la fête de l'Épiphanie[39].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Qui a donné Krippe en allemand, kribbe en néerlandais, krybbe en danois, crib en anglais. Le terme latin de la Vulgate praesepium se retrouve dans la crèche appelée presepe en italien. L'espagnol belén désigne la crèche de Bethléem (Belén).
  2. Grec τόπος, topos, « espace, place ».
  3. L'évangile utilise le terme de pandocheion pour désigner cet établissement commercial.
  4. Du latin prae, « devant » et saepire, « ceindre », ce terme désigne originellement l’enclos pour les animaux.
  5. Auge creusée dans le sol ou dans le mur.
  6. Au XVIe siècle, le pape Sixte V fait transférer cet oratoire dans la crypte de la Nativité sous le chœur de la basilique. La crypte contient un reliquaire abritant les reliques principales de la Nativité (cinq planches de bois du « Saint-Berceau » issues probablement de la crèche de la basilique de la Nativité et un lange de l'enfant Jésus) rapportées selon la tradition de Terre sainte par les pèlerins. Source :Elphège Vacandard, Études de critique et d'histoire religieuse, Lecoffre,‎ 1912, p. 44
  7. Ces derniers ayant parfois recours à des tableaux et à des représentations figurées pour les suppléer.
  8. Greccio et la tradition des crèches
  9. Exemple d'une « grotte » en terre cuite sous une cloche de verre. Collection du couvent d’Einsiedeln
  10. Superposition de scènes bibliques sur un rocher.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Maison d'une famille de classe moyenne avec la kataluma, archéologie en Israël antique.
  2. René Laurentin, Les évangiles de l'enfance du Christ. Vérité de Noël au-delà des mythes : exégèse et sémiotique, historicité et théologie, Desclée,‎ 1982, p. 225
  3. (en) Gerald L. Borchert, Jesus of Nazareth. Background, Witnesses, and Significance, Mercer University Press,‎ 2011, p. 124
  4. (de) Karl-Heinrich Bieritz, Das Kirchenjahr. Feste, Gedenk- und Feiertage in Geschichte und Gegenwart, Überarbeitete Auflage,‎ 1998, p. 199
  5. (en) Kenneth Bailey, « The Manger and the Inn », Bible and Spade, vol. 20, no 4,‎ 2007, p. 104-105
  6. Léopold Sabourin, L'Évangile de Luc : introduction et commentaire, Gregorian Biblical BookShop,‎ 1987, p. 91
  7. crèche, Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales
  8. Yves Teyssier d'Orfeuil, Bethléem : 2000 ans d'histoire, Desclée de Brouwer,‎ 1999, p. 51
  9. André Malet, Les Évangiles de Noël : mythe ou réalité ?, L'Âge d'Homme,‎ 1970, p. 79
  10. Edmond Jacob, Esaïe 1-12, Labor et Fides,‎ 1987, p. 43
  11. Origène, Contra Celsum, livre I, chapitre LI
  12. Jacques de Voragine, La Légende dorée, Garnier Flammarion,‎ 1967, p. 92
  13. Charles Perrot, « Les récits de l'enfance de Jésus », dans Les dossiers d'archéologie, 1999 - 2000, no 249, p. 100-105
  14. François Bovon, L'Évangile selon saint Luc (1,1 - 9,50), Labor et Fides,‎ 2007, p. 126
  15. Numa Recolin, La kénose de Jésus-Christ, ThéoTeX,‎ 2011, p. 14
  16. (en) Andre Grabar, Early Christian Art, A.D. 200-395, Odyssey,‎ 1968, p. 99
  17. (it) Pietro Gargano, Il presepio : otto secoli di storia, arte, tradizione, Fenice 2000,‎ 1995, p. 45
  18. (en) William D. Crump, The Christmas Encyclopedia, McFarland,‎ 2013
  19. Alain Buisine, Le premier tableau : la légende de saint François d'Assise et ses peintres, Presses Univ. Septentrion,‎ 1998, p. 62
  20. Françoise Lautman, Crèches et traditions de Noël, Éditions de la Réunion des Musées nationaux,‎ 1986, p. 39
  21. Alain Buisine, Le premier tableau : la légende de saint François d'Assise et ses peintres, Presses Univ. Septentrion,‎ 1998, p. 60
  22. a et b Sandra La Rocca, L'enfant Jésus : histoire et anthropologie d'une dévotion dans l'occident chrétien, Presses Univ. du Mirail,‎ 2007 (lire en ligne), p. 42
  23. Thomas de Celano, Vita prima, ch.30, no 84-87.
  24. (de) Rudolf Berliner, Die Weihnachtskrippe, Prestel Verlag,‎ 1955, p. 28
  25. a et b (en) Kathleen Manning, « Who invented the nativity scene ? », U.S. Catholic, vol. 77, no 12,‎ décembre 2012, p. 46
  26. Patrick Botella, Crèches du monde. Un monde de crèches, Éditions Cheminements,‎ 2009, p. 51
  27. a et b Claude Quétel, Crèches de Noël du monde entier, Ouest-France,‎ 2013, 128 p.
  28. Edmond Niffle-Anciaux, Les repos de Jésus et les berceaux reliquaires, A. Wesmael-Charlier,‎ 1890, 64 p.
  29. Laurence Guillon, « La crèche russe : un art né de la foi », sur egliserusse.eu,‎ 21 décembre 2013
  30. (en) Alfred Lewis Shoemaker, Christmas in Pennsylvania. A Folk-cultural Study, Stackpole Books,‎ 1959, p. 142
  31. Marie-Pascale Mallé, Rêver Noël : faire la crèche en Europe, Réunion des Musées Nationaux,‎ 2006, p. 17
  32. (en) Matthew Powell, The Christmas Creche : Treasure of Faith, Art, and Theater, Pauline Books & Media,‎ 1997, p. 84
  33. (it) Franco Mancini, Il presepe napoletano : scritti e testimonianze dal secolo XVIII al 1955, Societá Editrice Napoletana,‎ 1983, p. 191
  34. Gabrielle Castellari, La belle histoire de Marseille, École technique Don Bosco,‎ 1968, p. 245
  35. Jean-Paul Clébert, op. cit., p. LXIV.
  36. Françoise Lautman, op. cité, p. 61
  37. Régis Bertrand, La Nativité et le temps de Noël : XVIIe-XXe siècle, Publ. de l'Université de Provence,‎ 2003, p. 202
  38. Françoise Lautman, op. cité, p.126
  39. a et b Jean Hani, Le Symbolisme du temple chrétien, La Colombe,‎ 1962, p. 163

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]