Le Carbet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Carbet
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement Saint-Pierre
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Nord Martinique
Maire
Mandat
Jean-Claude Écanvil (PPM)
2014-2020
Code postal 97221
Code commune 97204
Démographie
Population
municipale
3 747 hab. (2014)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 42′ 39″ nord, 61° 10′ 52″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 570 m
Superficie 36,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Le Carbet

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Le Carbet
Liens
Site web www.villeducarbet.com

Le Carbet est une commune française située dans la région mono-départementale de Martinique. Ses habitants sont appelés les Carbétiens. Le Carbet est situé entre Bellefontaine et Saint-Pierre sur la côte caraïbe.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune avait autrefois comme limite les cinq « Pitons » du Carbet : Piton Lacroix, Piton de l'Alma, Piton Dumauzé, Piton Boucher, Morne Piquet. La taille du Carbet a cependant changé avec le temps. En effet, à la suite de revendications d'indépendance d'un de ses quartiers, le Morne-Vert, celui-ci a acquis son autonomie en 1949, devenant une commune à part entière (J.O. du 10 février 1949). Le massif s'appelle toujours « les Pitons du Carbet », toutefois, c'est aujourd'hui la commune du Morne-Vert qui borde ses flancs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 15 juin 1502, Le Carbet est le lieu de débarquement sur l'île de Christophe Colomb lors de son 4e et dernier voyage.

Surtout, c’est de là que commence la colonisation de la Martinique, avec l’arrivée, en septembre 1635, d’un groupe d’aventuriers français menés par le flibustier Pierre Belain d'Esnambuc. Pierre Belain d'Esnambuc prit ensuite possession de l'île. Le gouverneur Duparquet, neveu et successeur d'Esnambuc, construisit une maison en brique près de la rivière, et une chapelle fut consacrée à saint Jacques vers 1645. Le carbet est une vaste case, sorte de modèle d'habitation collective aux Antilles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Carbet vient du nom des grandes cases où les indiens Caraïbes se réunissaient.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1967 Hermann Michel    
1967 1974 Jean Bailly RI puis UDF Conseiller général (1964-2001)
1974 1989 Louis Lecurieux-Lafferronnay DVD  
1989 1995 Alexandre Mouriesse RPR  
1995 Louis Lecurieux-Lafferronnay DVD  
Alexandre Mouriesse RDM  
en cours Jean-Claude Écanvil PPM Conseiller général (depuis 2008)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 747 habitants, en diminution de -1,34 % par rapport à 2009 (Martinique : -3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2007 2012 2014
3 663 3 364 3 128 2 711 3 014 3 316 3 722 3 736 3 747
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jacques
  • L'église dédiée à saint Jacques est classée Monument historique[5].
  • Le tombeau de la Dame espagnole : selon la légende, il s'agirait d'une mère retrouvée morte avec ses deux enfants dans les bras sur la plage à la suite d'un naufrage, inscrit au titre des Monuments historiques
  • Le presbytère proche de l'église est classé Monument historique. Il fait l'objet d'une campagne de restauration[6]. En 2015 sous la direction d'Étienne Poncelet, architecte en chef des monuments historiques.
  • La maison Taïlamé est inscrite au titre des Monuments historiques. Il fait l'objet de travaux de restauration depuis la fin 2014 sous la direction de Pierre Bortolussi, architecte en chef des Monuments historiques[7].
  • Le monument aux morts de la guerre 1914-1918.
  • Une halle en bois et métal.
  • Le canal des Esclaves (appelé aussi canal de Beauregard) : fabriqué de la main des esclaves à flanc de colline avec parfois des à pics de + 40 mètres.
  • Cascade du Saut d'Eau du Carbet : haute de 100 m, elle est visible depuis le canal des Esclaves.
  • Zoo de Martinique sur le site de l'habitation Anse Latouche : ancienne sucrerie fondée en 1643.
  • Distillerie Neisson : un des rhums les plus prisés de l'île de la Martinique.
  • Musée Paul-Gauguin : il présente des copies des toiles du peintre réalisées pendant son séjour en Martinique, actuellement fermé.
  • Centre de loisirs : Aqualand est un parc aquatique.

Le Carbet est une commune possédant des plages au sable gris, fait face à la mer caraïbe, ombragées de nombreux cocotiers, offre une vue sur la Montagne Pelée.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Équipements sportifs
    • Stade Jacques-Bally ;
    • Piscine départementale Jean-Bally.
  • Clubs sportifs
    • CSC Carbet, football, basket-ball ;
    • ASC Inter Club du Carbet, handball, basket-ball.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :