Gérard Darmon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Darmon.
Gérard Darmon
Description de cette image, également commentée ci-après

Gérard Darmon au festival de Cannes 2011

Naissance (68 ans)
Paris (France)
Nationalité

Drapeau : France Française

Drapeau : Maroc Marocaine (depuis juin 2012)[1]
Profession Acteur
Chanteur
Films notables voir filmographie.

Gérard Darmon, né le à Paris, est un acteur et chanteur franco-marocain[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts[modifier | modifier le code]

Gérard Darmon naît à Paris dans une famille juive d'Algérie. Ses parents, mariés sur photo par cousins interposés, lui choisissent ce prénom car « Gérard Philipe était à la mode »[2].

Son père, Henri Messaoud Darmon, arrive d’Oran à Paris en 1937 et, après avoir mené une vie de voyou sous le nom de « Trompe-la-mort »[3] ou « Riquet de Bastille »[4], il devient représentant en vin ; sa mère, originaire de Aïn El Arbaa les rejoint dix ans plus tard[5].

Il passe son enfance « rue des Artistes » (ce qui est pour lui un signe du destin) dans le 14e arrondissement de Paris, près du Parc Montsouris. Il découvre sa vocation d'artiste vers 10 ans, en colonie de vacances en Bretagne, lorsqu'il pastiche  le jeu radiophonique Quitte ou double. Gérard abandonne ses études secondaires l'année du bac et part vivre quatre mois en Israël dans un kibboutz à Hassolim[Où ?], avant de revenir à Paris suivre des cours d'art dramatique sous la direction de Bernard Bimont. Il a pour idoles d'enfance Jerry Lewis et Fernandel[2].

En 1972, il est recalé au concours d’entrée au Conservatoire national supérieur d'art dramatique et se produit alors dans les cafés-théâtres aux côtés de Jean-Pierre Bacri durant presque 10 ans[6].

Il est repéré par Roger Hanin qui lui fait tourner quelques petits rôles au cinéma, et la directrice de casting Margot Capelier l'engage en 1973 pour un rôle secondaire dans Les Aventures de Rabbi Jacob de Gérard Oury (il y est un des hommes de main du méchant Farès, dans la célèbre scène de l'usine de chewing-gum)[2].

Carrière au cinéma[modifier | modifier le code]

En 1980, il est remarqué au cinéma par le grand public dans Diva de Jean-Jacques Beineix, puis dans Le Grand Pardon d'Alexandre Arcady en 1982, aux côtés de Roger Hanin.

En 1983, il joue son premier vrai rôle dans le film Les Princes de Tony Gatlif, puis poursuit avec On ne meurt que deux fois de Jacques Deray, 37°2 le matin de Jean-Jacques Beineix avec Béatrice Dalle et Jean-Hugues Anglade, Pour Sacha d'Alexandre Arcady avec Sophie Marceau (un film sur la Guerre des Six Jours en Israël). Il poursuit dans La Lune et le Téton de Bigas Luna, qui lui rapporte le prix Jean-Gabin 1983.

Il devient un des fidèles acteurs fétiches de Claude Lelouch, dont il partage la philosophie de vie, aux côtés de Vincent Lindon, Il y a des jours... et des lunes en 1989, La Belle Histoire en 1992 et Tout ça... pour ça ! en 1993.

En 1994, il joue dans La Cité de la peur des Nuls, où il danse une fameuse Carioca avec Alain Chabat.

Après une traversée du désert d'environ deux ans, il retrouve un rôle marquant de nouveau grâce à Alain Chabat, qui lui confie celui du fielleux Amonbofis dans le triomphe Astérix : mission Cléopâtre, en 2001 (une interprétation qui lui vaudra d'ailleurs une nomination au César du meilleur acteur dans un second rôle, notamment grâce à son rire de serpent).

Il a tourné avec des réalisateurs comme Marc Esposito, Alexandre Arcady, Bertrand Blier, Jean Yanne, José Giovanni, Alain Berbérianetc.

Chanson[modifier | modifier le code]

En 2003, fervent admirateur du crooner américain Frank Sinatra, il se lance dans la chanson en enregistrant deux albums, « Au milieu de la nuit », puis « Dancing » (de vieux succès, chansons d'amour créées entre 1950 et 1980, en italien, en français, en anglais et en espagnol) en 2006 et en se produisant deux fois à l'Olympia.

En décembre 2008, il sort son troisième album, On s'aime, avec Marc Esposito à l'écriture des textes et Marc Lavoine à la composition. Gérard Darmon interprète plusieurs duos dans cet album avec notamment les chanteuses Pauline et Amel Bent ainsi qu'un duo avec Marc Lavoine écrit par Bob Decout. Pierre Palmade intervient également au sein de cet album de l'amitié dans l'écriture d'un texte.

Il participe activement aux concerts des Enfoirés entre 2003 et 2009 et donne régulièrement des concerts en France et à l'étranger.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Gérard Darmon lors d'une réunion de soutien à Bertrand Delanoë dans le cadre des élections municipales de 2008 à Paris.

Gérard Darmon soutient Bertrand Delanoë, maire de Paris, et a animé son meeting de campagne du 27 février 2008 au Zénith de Paris.

En septembre 2011, il dénonce dans l'émission On n'est pas couché l'extrémisme droitier qu'il prête à Gilbert Collard, président du comité de soutien de Marine Le Pen en le qualifiant de « légèrement à droite d'Hitler au niveau des idées »[7]. L'avocat marseillais lui répond alors vivement par la voie des ondes en dénonçant « une banalisation de l'hitlérisme et du nazisme », ainsi que des manœuvres empreintes d'intrigue et d'instrumentation : « ce genre de propos définit beaucoup plus celui qui le tient que celui qui est visé »[7].

Gérard Darmon est également présent lors du meeting pour le lancement de campagne de François Hollande, le 22 janvier 2012 au Bourget[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Gérard rencontre Nicole Recoules dans un cours d'art dramatique, fin 1966. Ils se marient en 1968 et, la même année, ont une fille, Virginie Darmon. En 1987, il fait la connaissance d'Anaïs Jeanneret qui sera sa compagne quelque temps. Il est ensuite pendant cinq ans le compagnon de Mathilda May, avec qui il a une fille, Sarah, née en 1994, et un garçon, Jules, en 1997, avant de se séparer. 1998 marque l'année de naissance de son petit-fils, Tom Gaspar Darmon.

Depuis 2000, il vit en couple avec Christine, de vingt ans sa cadette, qu'il épouse le 12 mars 2014[9].

Le , il est naturalisé marocain à titre exceptionnel par le roi Mohammed VI[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Websérie[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Trader Caméraman n°5, réalisé par Louis Farge : Le traiteur[11]

Doublage[modifier | modifier le code]

Voix off[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Récompense[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Bulletin officiel 6066 (page 2480) » (consulté le 12 mars 2016)
  2. a, b et c Laurence Durieu, « CV de star. Gérard Darmon », sur vsd.fr,‎
  3. Surnom lorsqu'il se battait dans un régiment de spahis.
  4. Du nom du quartier où il sévissait dans une bande d'apaches.
  5. Gilbert Werndorfer, Juifs d'Algérie, Soline, 2003, p. 58
  6. « Sa biographie », sur allocine.fr,‎
  7. a et b « Darmon-Collard : le début d’une guerre ? »
  8. Article de www.lefigaro.fr du 16 avril 2012
  9. « Gérard Darmon s’est marié », sur lesoir.be,‎
  10. « Casting La véritable histoire de Robin des Bois », sur Allociné (consulté le 18 décembre 2014).
  11. « Trader Caméraman #5 "Le Traiteur" feat Gérard Darmon », sur la chaine YouTube de Studio Bagel Productions (consulté le 8 avril 2016).
  12. « Raimu de la Comédie 2007 (édition n°2) », sur Allociné (consulté le 27 avril 2016).
  13. « Prix et nominations : Lumières de la presse étrangère 2008 », sur Allociné (consulté le 27 avril 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]