Nathalie Baye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baye.
Nathalie Baye
Description de cette image, également commentée ci-après
Cérémonie des César 2015.
Naissance (70 ans)
Mainneville, Eure, France
Nationalité Drapeau de France Française
Profession Actrice
Films notables Sauve qui peut (la vie)
Une étrange affaire
Le retour de Martin Guerre
La Balance
J'ai épousé une ombre
Un week-end sur deux
Vénus Beauté (Institut)
Les Sentiments
Le Petit Lieutenant
Juste la fin du monde

Nathalie Baye, née le à Mainneville (Eure), est une actrice française.

Elle a obtenu quatre César : deux fois celui de la meilleure actrice dans un second rôle, pour Sauve qui peut (la vie) (1981) et Une étrange affaire (1982), et deux fois celui de la meilleure actrice, pour La Balance (1983) et Le Petit Lieutenant (2006).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Nathalie Baye est la fille d'un couple d'artistes peintres[1]. Après avoir arrêté sa scolarité à l'âge de 14 ans[2], elle intègre une école de danse à Monaco[3] tout en suivant des cours par correspondance. Trois ans plus tard, elle part pour les États-Unis afin de poursuivre sa formation artistique[1].

À son retour en France, elle poursuit les cours de danse, mais, parallèlement, s'inscrit au cours Simon, puis en Conservatoire national supérieur d'art dramatique dont elle sort diplômée en 1972[1]. C'est aussi à cette époque qu'elle fait ses premières apparitions sur grand écran.

Révélation (années 1980)[modifier | modifier le code]

Elle apparait d'abord dans Brève rencontre à Paris (Two People) de Robert Wise puis dans un rôle de scripte dans La Nuit américaine de François Truffaut. Elle enchaîne une série de seconds rôles. En 1978, Truffaut fait à nouveau appel à elle, pour lui confier le rôle principal féminin de La Chambre verte. Elle vit par ailleurs pendant une dizaine d'années avec Philippe Léotard[1].

En 1981, elle reçoit le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour son interprétation dans Sauve qui peut (la vie) de Jean-Luc Godard. On la voit ensuite dans une série de films remarqués par le public et la critique, notamment le drame historique Le Retour de Martin Guerre de Daniel Vigne, dont elle partage la vedette avec Gérard Depardieu, et dans le polar La Balance de Bob Swaim, avec également Philippe Léotard et Richard Berry. Elle remporte consécutivement deux nouveaux César : d'abord en 1982 un autre César de la meilleure actrice dans un second rôle, qu'elle obtient pour la deuxième fois en deux ans grâce à sa prestation dans Une étrange affaire, puis en 1983 celui de la meilleure actrice pour sa prestation dans La Balance. Cette succession de récompenses et de succès commerciaux font d'elle, au début des années 1980, l'une des nouvelles vedettes du cinéma français : dans le même temps, le couple qu'elle forme avec Johnny Hallyday contribue à la placer sous les feux de l'actualité.

La naissance en 1983 de sa fille Laura, qu'elle a eue avec Johnny Hallyday, la pousse à ralentir son rythme de tournage[4]. Si ses apparitions au cinéma deviennent moins fréquentes, elle profite de cette période pour remonter sur les planches en interprétant Adriana Monti en 1986.

Tête d'affiche (années 1990)[modifier | modifier le code]

Nathalie Baye en 1994.

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, Nathalie Baye est moins présente sur les écrans.

Elle est néanmoins tête d'affiche de ses projets successifs : la comédie La Baule-les-Pins, de Diane Kurys ; Un week-end sur deux, de Nicole Garcia ; les drame La Voix, de Pierre Granier-Deferre et Mensonge, de François Margolin.

En 1991, elle est membre du jury du Festival international du film de Tokyo.

En 1993, elle tourne aux États-Unis le téléfilm Les Soldats de l'espérance, de Roger Spottiswoode. Puis l'année suivante, elle joue dans La Machine, écrit et réalisé par François Dupeyron, aux côtés de Gérard Depardieu.

Plusieurs de ces projets sont cependant des échecs commerciaux.

En 1996, elle fait partie du casting choral de la comédie Enfants de salaud, de Tonie Marshall ; en 1997, elle tient un second rôle dans Paparazzi, d'Alain Berberian ; en 1998, elle joue dans le film franco-anglais Food of Love, écrit et réalisé par Stephen Poliakoff, puis est la tête d'affiche du drame Si je t'aime, prends garde à toi, de Jeanne Labrune.

En 1999, elle renoue avec le succès commercial pour l'un des rôles féminins principaux de la comédie dramatique Vénus Beauté (Institut), de Tonie Marshall ; la même année, elle partage l'affiche du film d'auteur Une liaison pornographique avec Sergi López. Sa performance lui vaut un Prix d'interprétation à la Mostra de Venise.

Durant la décennie suivante, elle alterne films grand public et productions plus intimistes.

Confirmation critique et commerciale (années 2000)[modifier | modifier le code]

L'actrice au Festival de Cannes 2010.

En 2000, elle fait partie des castings choraux des comédies de mœurs Ça ira mieux demain, de Jeanne Labrune et Barnie et ses petites contrariétés, de Bruno Chiche. Elle porte aussi le drame Selon Matthieu, de Xavier Beauvois.

Si en 2001, elle connaît un flop critique et commercial avec Absolument fabuleux, dont elle partage l'affiche avec Josiane Balasko ; puis elle tient un second rôle dans un gros succès hollywoodien, la comédie dramatique Arrête-moi si tu peux, réalisée par Steven Spielberg. Elle joue la mère du héros incarné par Leonardo DiCaprio.

En 2002, elle est la tête d'affiche du drame La Fleur du mal, cinquantième long-métrage de Claude Chabrol. Elle retrouve Tonie Marshall pour un second rôle dans la comédie France Boutique, menée par François Cluzet et Karine Viard. Elle fait ensuite partie du casting choral du drame Les Sentiments, de Noémie Lvovsky.

En 2003, elle partage l'affiche du drame Une vie à t'attendre avec Patrick Bruel. L'année 2005 est marquée par la sortie de deux autres drames L'un reste, l'autre part, de Claude Berri puis surtout Le Petit Lieutenant, qui marque sa seconde collaboration avec Xavier Beauvois. Elle y interprète une commandante de police revenue d'un drame familial et de l'alcoolisme. Sa prestation lui vaut le quatrième César de sa carrière (son second trophée dans la catégorie « Meilleure actrice »).

En 2006, elle joue dans le drame La Californie aux côtés de Ludivine Sagnier et fait partie du casting du thriller Ne le dis à personne, gros succès critique et commercial réalisé par Guillaume Canet.

Après dix ans d'absence au théâtre, Nathalie Baye crée à Vidy-Lausanne, en , Zouc par Zouc, un entretien entre Zouc et Hervé Guibert, puis le joue au Théâtre du Rond-Point jusqu'au 30 décembre

En 2007, elle retrouve d'abord Gérard Depardieu pour la comédie dramatique Michou d'Auber, de Thomas Gilou ; puis elle porte le film indépendant Mon fils à moi, de Martial Fougeron ; enfin, elle donne la réplique à Christian Clavier pour la comédie de mœurs Le Prix à payer , d'Alexandra Leclère.

Elle figure en huitième position de la liste des célébrités mieux payées du cinéma français pour l'année 2007, avec 1,2 million d'euros de revenus[5].

En 2008, elle retrouve Tonie Marshall pour la comédie dramatique Passe-passe, où elle a pour partenaire Édouard Baer. Elle fait partie de la distribution chorale de la comédie Les Bureaux de Dieu, de Claire Simon. Enfin, Josiane Balasko la dirige dans le drama Cliente. Il s'agit d'une adaptation de son propre best-seller publié en 2004 (initialement un scénario refusé par les producteurs), centré sur la prostitution masculine.

L'année suivante, elle joue dans le film indépendant Visage, de Tsai Ming-liang. Elle y seconde Laetitia Casta et Fanny Ardant.

Elle est nommée Chevalier de la Légion d'honneur le [6]. Elle est promue au grade d'officier lors de la promotion du Nouvel an 2018[7].

Seconds rôles et drames (années 2010)[modifier | modifier le code]

L'actrice aux Césars 2017, où elle reçoit le César de la meilleure actrice dans un second rôle.

En 2010, elle joue dans Ensemble, c'est trop, une comédie de Léa Fazer avec notamment Pierre Arditi, Jocelyn Quivrin (ce fut son dernier film), Éric Cantona ou encore Aïssa Maïga. Elle y joue une femme qui découvre que son mari l'a trompée et s'installe chez son fils, mais la cohabitation va devenir un enfer pour la famille de ce dernier. Autre comédie de mœurs, De vrais mensonges, de Pierre Salvadori, qui marque ses retrouvailles avec Audrey Tautou.

En octobre 2011, elle est la présidente du jury du 22e Festival du film britannique de Dinard. La même année, elle tient un second rôle dans la comédie dramatique Je n'ai rien oublié, portée par Gérard Depardieu.

Engagée pour la défense de l'environnement et le soutien à l'enfance défavorisée, Nathalie Baye est membre du comité d'honneur de l'Institut Jane Goodall France[8].. Membre du comité d'honneur de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité[9], elle s'implique régulièrement aux côtés de l'association, et cosigne en 2012 un appel aux candidats à l'élection présidentielle leur demandant de s'engager à déposer un projet de loi pour légaliser l'euthanasie[10].

Cette année-là, elle joue dans l'acclamé Laurence Anyways, de Xavier Dolan. Puis en 2013, elle fait partie du quatuor féminin de la comédie Les Reines du ring, de Jean-Marc Rudnicki ; en 2014, elle joue pour la première fois une grand-mère dans Lou ! Journal infime, de Julien Neel, mais seconde aussi Raphaël Personnaz, héros du thriller L'affaire SK1, de Frédéric Tellier.

En 2015, elle revient en tête d'affiche pour le drame indépendant La Volante, de Christophe Ali et Nicolas Bonilauri ; puis Préjudice, écrit et réalisé par Antoine Cuypers.

L'année suivante, elle retrouve Xavier Dolan pour un second rôle dans le drame Juste la fin du monde[11]. Sa prestation lui vaut une nomination au César de la meilleure actrice dans un second rôle. Enfin, elle partage l'affiche du thriller psychologique Moka avec Emmanuelle Devos.

En 2017, elle enchaîne trois projets : un second rôle dans la comédie Alibi.com, gros succès populaire signé Philippe Lacheau ; elle retrouve Xavier Beauvois une troisième fois, qui la dirige dans le drame historique Les Gardiennes, aux côtés de sa propre fille, Laura Smet.

En avril 2018, elle est la seconde actrice française à se prêter à une masterclass Horschamp - Rencontres de Cinéma. La même année, elle passe à la télévision pour incarner l'héroïne de la série télévisée Nox, mise en scène par Mabrouk el Mechri.

Elle est la marraine du projet de sauvegarde Sebitoli Chimpanzee de la primatologue Sabrina Krief[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1972, à 24 ans, elle fait ses débuts cinéma et rencontre son premier grand amour, Philippe Léotard, qui quitte femme et enfants pour elle. Le couple se sépare en 1982.

Lors d’une émission télé en 1982, elle rencontre Johnny Hallyday. Leur liaison surprend leur entourage. En novembre 1983, naît Laura Smet, qui a deux ans quand ses parents se séparent.

Puis elle fréquente un temps Pierre Lescure, alors PDG de Canal +. Elle cultive par la suite une certaine discrétion sur sa vie privée.

Dans les années 1990, elle est la compagne de Jean-Louis Borloo, qui est alors maire de Valenciennes[13]. Une rumeur lui a prêté une liaison avec l'acteur Jean-Yves Berteloot, ce qu'elle a démenti[14].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Nathalie Baye prête sa voix pour un livre audio, La Marquise de George Sand, publié aux éditions des femmes, dans la collection « Bibliothèque des voix ».

C'est elle qui lit l'introduction parlée de la chanson de son compagnon de l'époque, Johnny Hallyday, Quelque chose de Tennessee, en 1985. Cette phrase est tirée de la fin de la pièce La Chatte sur un toit brûlant.

Elle participe à l'enregistrement de la Chanson des Restos de Jean-Jacques Goldman, en 1986.

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Engagements[modifier | modifier le code]

En septembre 2018, à la suite de la démission de Nicolas Hulot, elle signe avec Juliette Binoche la tribune contre le réchauffement climatique intitulée « Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité », qui parait en une du journal Le Monde, avec pour titre L'appel de 200 personnalités pour sauver la planète[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Nathalie Baye, fiche biographie sur Gala.
  2. Nathalie fait l'Angèle, L'Express, 4 février 1999.
  3. « Nathalie Baye Biographie », AlloCiné (en français).
  4. Marc Fourny, « Sylvie, Nathalie, Adeline, Læticia... les femmes de Johnny », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2017).
  5. Daniel Auteuil, acteur français le mieux payé en 2007 avec 3,2 millions d'euros , Libération, 25 février 2008.
  6. lefigaro.fr, « La Légion d'honneur du Nouvel An », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mai 2017).
  7. « Promotion du Nouvel an 2018 », sur www.legiondhonneur.fr (consulté le 1er janvier 2019)
  8. Le comité d'honneur, sur janegoodall.fr.
  9. Liste des membres du Comité de parrainage Site de l'ADMD.
  10. Euthanasie: des personnalités s'engagent pour "une loi d'ultime liberté" Notre Temps/AFP, 22 février 2012.
  11. (en) « Cannes: Marion Cotillard, Lea Seydoux Join Xavier Dolan's Next Drama », The Hollywood Reporter, .
  12. Nathalie Baye s'engage pour la cause des grands singes, sur midilibre.fr, consulté le 28 février 2019
  13. Émilie Trevert, Les trois vies de Jean-Louis Borloo, Le Point, publié le 23/12/2009, consulté le 6 décembre 2017[1].
  14. Nathalie Rouiller, « Nathalie Baye, floue artistique », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2017).
  15. (en) « Cannes: Marion Cotillard, Lea Seydoux Join Xavier Dolan's Next Drama », The Hollywood Reporter, .
  16. « Ceci n’est pas une assemblée générale des Magritte du Cinéma », sur www.lesmagritteducinema.be (consulté le 4 mai 2017).
  17. « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité : l’appel de 200 personnalités pour sauver la planète », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :