Saint-Geniès-des-Mourgues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mourgues.
Saint-Geniès-des-Mourgues
L'église abbatiale Saint-Geniès (XIe siècle)
L'église abbatiale Saint-Geniès (XIe siècle)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Castries
Intercommunalité Montpellier Agglomération
Maire
Mandat
Yvon Pellet
2014-2020
Code postal 34160
Code commune 34256
Démographie
Population
municipale
1 763 hab. (2011)
Densité 155 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 52″ N 4° 02′ 10″ E / 43.6978, 4.0361 ()43° 41′ 52″ Nord 4° 02′ 10″ Est / 43.6978, 4.0361 ()  
Altitude Min. 23 m – Max. 90[1] m
Superficie 11,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Geniès-des-Mourgues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Geniès-des-Mourgues

Saint-Geniès-des-Mourgues est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Saint-Geniès-des-Mourgues est situé sur l'un des premiers plissements des Cévennes. Le village est situé à 16 kilomètres au nord-est de Montpellier et à 15 kilomètres de la Méditerranée à vol d'oiseau (face à l'étang de l'Or).

L'origine de la commune remonte à l'an 1019 avec la fondation d'une abbaye dédiée à St Genies. Les Mourgues (nones) ont complété le nom du village. Les habitations se sont développées autour de ce monastère dès le XIIIe siècle. Ce monastère est rattaché à l'abbaye de Maguelone en 1236. La vie du village a perduré autour de la viticulture, des carrières, des vergers et de l'élevage de bovins.

La commune est située sur la ligne ferroviaire de Montpellier à Nîmes via Sommières, inaugurée le 30 octobre 1882. Cela permettait l'acheminement de "foudres" de vin à destination des marchés de Beaucaire, Marseille et vers la Bourgogne. Elle est fermée au trafic voyageurs depuis 1970 et marchandises depuis 1971.

Le village est composé de deux parties. Le centre historique, établit sur une colline, comprend les bâtisses les plus anciennes. Le château et l'église (ancienne abbaye) datent du XIe siècle et sont entourés de maisons de maitre en pierres de taille des carrières de St Geniès (pierre de Castries) et de maisons vigneronnes plus récentes. Le deuxième partie, appelée "les Mourguettes", est beaucoup plus récente. La construction de ce quartier date de la fin des années soixante-dix. Vient d'être créée "le quartier vigneron" qui complète l'offre de logements sociaux intégrés, déjà présente avec le quartier des Cagnettes. Saint-Geniès-des-Mourgues bénéficie du calme de par son isolement relatif mais aussi de la proximité de Montpellier grâce aux voies d’accès comme la nationale 110 au nord et 113 au sud.

Le village, rattaché à Montpellier Agglomération, est ancré dans la tradition camarguaise, dans celle du vin et de la pierre. La fête votive de la Saint Louis (fin août) met en avant la tradition avec des courses camarguaises, des abrivados, bandidos et des jeux taurins ouverts à tous.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Saint-Geniérois.

La commune se nomme en occitan Sant Ginièis de las Morgas[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason D'or à Saint Geniès martyr de carnation habillé de gueules tenant en sa main une palme de sinople, au franc-quartier d'azur chargé d'une crosse d'argent accostée des lettres capitales d'or S à dextre et G à senestre.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
14 mars 1971 13 mars 1983 Jean Farrusseng    
13 mars 1977 6 mars 1983 Jean Farrusseng    
6 mars 1983 12 mars 1989 Jean Farrusseng    
12 mars 1989 11 juin 1995 Jean Farrusseng    
11 juin 1995 11 mars 2001 Yvon Pellet    
11 mars 2001 9 mars 2008 Yvon Pellet    
9 mars 2008 23 mars 2014 Yvon Pellet    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 763 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
347 328 378 450 500 550 603 612 600
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
641 674 751 819 812 809 749 748 790
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
860 874 824 870 850 793 741 595 624
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
694 862 834 1 112 1 415 1 509 1 596 1 609 1 763
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les Carrières de St Geniès : sentier didactique..
  • L'Abbatiale romane du XIe siècle à laquelle fut accolé il y a une centaine d'années un haut clocher servant de tour de l'horloge, surmonté d'un campanile en fer en forme de flèche culminant à environ 25 mètres.
  • La route des vins de l'Agglomération de Montpellier. Le Caveau de dégustation des vignerons.
  • Les Arènes où se déroulent des courses camarguaises notamment pour la fête du village à la St Louis.
  • L'ancienne gare de type " 3 travées PLM "; propriété privée et fort peu mise en valeur ( notamment au niveau de l'ancien quai .... ) contrairement à ses "voisines " de Boisseron, St Christol ou encore Castries; Édifiée de 1881 à 1882, Inaugurée au trafic en même temps que la ligne de la Vaunage ( Nîmes Sommières ), la ligne permettait de relier Sommières à Montpellier via Le Crès. Elle fut définitivement fermée au trafic en 1969/70 et ses rails déposés en 1980.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Albert Ayme, peintre, sculpteur, né à Saint-Geniès-des-Mourgues

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]