Lavérune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lavérune
Hôtel de ville
Hôtel de ville
Blason de Lavérune
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Montpellier-8
Intercommunalité Montpellier Agglomération
Maire
Mandat
Roger Caizergues
2014-2020
Code postal 34880
Code commune 34134
Démographie
Gentilé Lavérunois
Population
municipale
2 737 hab. (2011)
Densité 381 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 35′ 11″ N 3° 48′ 22″ E / 43.5863888889, 3.8061111111143° 35′ 11″ Nord 3° 48′ 22″ Est / 43.5863888889, 3.80611111111  
Altitude 30 m (min. : 17 m) (max. : 72 m)
Superficie 7,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Lavérune

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Lavérune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lavérune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lavérune

Lavérune (en occitan La Veruna) est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Lavérune est située à l'ouest de Montpellier, sur la rive droite du fleuve Mosson.

Le territoire de Lavérune est mitoyen de Saint-Jean-de-Védas à l'est dont elle est séparée par la Mosson, de Saussan au sud-ouest, de Pignan à l'ouest, de Saint-Georges-d'Orques au nord-ouest et de Juvignac au nord-est.

Le territoire de Lavérune est situé dans la plaine alluviale de la Mosson et de son affluent, le ruisseau de Lassedéron. Le relief est plat au plus près de la Mosson et comprend plus de collines à l'ouest.

La ville est à proximité des axes occidentaux menant ou contournant Montpellier grâce à la départementale 5 qui dessert également les communes du nord du canton de Pignan avec lesquelles Lavérune a des relations intercommunales. En effet, le canton de Pignan et Lavérune ont appartenu au canton de Montpellier-8 jusqu'à son démembrement pendant les années 1990, et Lavérune appartient au Syndicat intercommunal à vocations multiples (SIVOM) Entre Vène et Mosson auquel appartiennent les communes de ce canton voisin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le vieux village de Lavérune est installé depuis le Ier siècle, au carrefour de la voie domitienne et du sentier sud nord des marchands de coquillages qui portaient les produits de leur pêche aux Romains du fort de Murviel (Oppidum d'Altimurium), entoure l’église du XIIIe siècle et se serre contre le château du XVIe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Roger Caizergues DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 737 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
493 505 554 607 685 659 610 604 588
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
553 601 597 607 616 477 524 616 665
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
708 625 591 659 625 646 610 516 553
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
664 954 1 254 1 752 2 090 2 603 2 730 2 702 2 721
2011 - - - - - - - -
2 737 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

un vitrail de l'église de Lavérune
Les vitraux de l'église de Lavérune créés par l'artiste verrier Carlo Roccella.
Portail d'entrée nord du château de Lavérune.
Usine de torréfaction de café Jacques Vabre/Carte Noire.
  • Le château de Lavérune et son parc au sud du village ancien. Le parc du château est inscrit à l’inventaire des monuments historiques, ouvert en permanence aux piétons, un des plus beaux parc du midi de la France.
  • le musée Hofer Bury, musée de peinture contemporaine
  • L'église paroissiale des XIVe et XVIIIe siècles
  • La salle Capitulaire du XIVe siècle jouxtant l'église, (vestiges des bâtiments du chapitre de Montpellier)
  • Le château de l'Engarran, au nord sur la route vers Juvignac, est une des « folies » montpelliéraines, un de ses domaines viticoles dont la résidence principale fut reconstruite à grands frais au XVIIIe siècle par la bourgeoisie et la noblesse de robe locale. Le domaine de l'Engarran, fondé par Henry d'Engarran, voit sa folie construite par Jean Vassal. La grille du château est classée monument historique. Jean Vassal acheta ces grilles en 1785 à la ville de Montpellier qui s'en servait pour clore la place de la Comédie, après les avoir elle-même achetées à la famille Bonnier de la Mosson, ruinée par la construction du château de la Mosson, autre folie située sur la rive gauche de la Mosson.

L'usine de torréfaction de café de l'entreprise Jacques Vabre, produisant également les cafés Carte Noire[3], marque depuis 1970 le paysage : son principal bâtiment est maquillé comme un paquet de café en poudre. L'usine se trouve au nord de la ville, sur la route menant à Saint-Georges-d'Orques.

Un village sans publicité[modifier | modifier le code]

Début 2014, un arrêté municipal permet de protéger les bâtiments architecturaux pittoresques, artistiques ou historiques qui, à Lavérune, sont donc désormais à l’abri de toutes publicités dans un périmètre de 100 m autour du bâtiment concerné. "Ce qui n’inclut pas les enseignes commerciales", tient à préciser le maire[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :