Restinclières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec le domaine de Restinclières, au nord de Prades-le-Lez.
Restinclières
Vue aérienne
Vue aérienne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Castries
Intercommunalité Montpellier Agglomération
Maire
Mandat
Geniès Balazun
2014-2020
Code postal 34160
Code commune 34227
Démographie
Gentilé Restincliérois
Population
municipale
1 556 hab. (2011)
Densité 238 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 43′ 28″ N 4° 02′ 23″ E / 43.7244444444, 4.0397222222243° 43′ 28″ Nord 4° 02′ 23″ Est / 43.7244444444, 4.03972222222  
Altitude Min. 47 m – Max. 101 m
Superficie 6,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Restinclières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Restinclières

Restinclières est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village doit son nom au restincle, ou lentisque, qui y fut peut-être cultivé pour la résine aromatique qu'il contient et qui faisait office de chewing-gum pendant l'antiquité. Au XIIe siècle, le domaine appartenait à Pierre de Castries, vassal du comte de Toulouse. À cette même époque fut construite l'église romane, dédiée à saint Césaire, évêque d'Arles, honoré ici dès le VIe siècle. Agrandie aux XIVe et XVe siècles et fortifiée durant les guerres de religion, elle devint le siège d'un archiprêtré comprenant une quinzaine de paroisses alentour. Avec l'extraction de la pierre calcaire, la vigne et l'olivier furent les principales ressources du terroir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason D'azur à Saint Césaire habillé en évêque d'argent, la chasuble d'or bordée de gueules, tenant dans sa dextre une branche de lentisque d'or et dans sa senestre une crosse aussi d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Henry Julian MDC  
mars 2001 mars 2014 Jean-Pierre Coulet UMP  
mars 2014 en cours Geniès Balazun SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 556 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
146 146 160 189 207 199 197 192 224
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
217 231 251 258 282 215 206 234 264
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
272 261 258 254 227 230 210 154 192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
214 211 296 587 781 1 162 1 481 1 478 1 552
2011 - - - - - - - -
1 556 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Césaire du XIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques de Saint-Bonnet et Rollin de Saint-Bonnet de Toiras (mort en 1627), frères du maréchal de France Toiras (1586-1636), furent seigneurs de Restinclières.
  • L'ingénieur anglais Samuel Bentham, qui avait acheté le château de Restinclières et son domaine, y fit prospérer une exploitation agricole ; mais le système d'irrigation mis au point par son fils Georges suscita la colère des agriculteurs de la région[3] et les Bentham durent quitter le pays en 1826.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  3. Cf. Georges Bentham, Autobiography 1800-1834, Toronto, University of Toronto Press,‎ 1997 (réimpr. éd. comm. de M. Filipiuk) (ISBN 0-80200-791-0), p. 234.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :