Montpellier Hérault rugby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Montpellier Hérault rugby

Logo du Montpellier Hérault rugby
Généralités
Noms précédents Montpellier Université Club
Montpellier Paillade Sport Club
Stade montpelliérain
Montpellier rugby club
Montpellier Hérault rugby club
Fondation 1986
Statut professionnel SASP
Couleurs bleu et blanc
Stade Altrad Stadium
(14 700 places)
Siège Quartier Ovalie
500, avenue de Vanières
34070 Montpellier
Championnat actuel Top 14
ERCC1
Président Mohed Altrad
Entraîneur Fabien Galthié
Mario Ledesma
Stéphane Glas
Site web www.montpellier-rugby.com
Palmarès principal
National[Note 1] Championnat de 2e division (1)
Challenge de l'Espérance (1)
International[Note 1] Bouclier européen (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2013-2014 du Montpellier HR
0

Dernière mise à jour : 9 juillet 2013.

Le Montpellier Hérault rugby est un club de rugby à XV français basé à Montpellier et actuellement présidé par Mohed Altrad. L'équipe première, entraînée par Fabien Galthié depuis 2010, évolue en Top 14 depuis 2003 et dispute selon les années la Coupe d'Europe ou le Challenge européen.

Le club est créé en 1986 à la suite de la fusion du Stade montpelliérain, fondé en 1963 et de la section rugby du Montpellier Paillade Sport Club, anciennement section rugby du Montpellier Université Club fondée en 1974. Il débute dans le groupe B du championnat de France et monte une première fois en première division en 1990. Après plusieurs aller-retour entre les deux échelons, il remporte le titre de Pro D2 en 2003 et reste pensionnaire de l'élite depuis. Le club remporte le Bouclier européen en 2004 et atteint pour la première fois de son histoire la finale du Top 14 en 2011 où il s'incline face au Stade toulousain.

Après avoir évolué au stade Sabathé à ses débuts, le Montpellier HR s'installe au stade Yves-du-Manoir au début de la saison 2007-2008. Depuis 1999, le Montpellier HR possède également un centre de formation sur lequel l'équipe première s'appuie ainsi qu'une équipe féminine qui évolue en première division depuis 2005.

Histoire[modifier | modifier le code]

Naissance du club[modifier | modifier le code]

En 1952, la section rugby de l'ASPTT Montpellier, dernier club de rugby à XV montpelliérain en activité depuis le passage au rugby à XIII du club historique de la ville, l'union sportive Montpelliéraine[Note 2], arrête ses activités. Montpellier se retrouve orphelin de rugby à XV pendant plus de 10 ans, laissant la place au rugby à XIII et son porte-drapeau local, l'USM XIII[1].

Le 27 mai 1963, le Stade montpelliérain est créé à l'initiative de Georges Pastre, journaliste au Midi libre, le quotidien régional avec comme premier président Pierre Bouyeron conseiller général du canton du Caylar[2]. Robert Spagnolo, champion de France avec l'AS Béziers en 1961, est choisi comme entraîneur-joueur d'une équipe évoluant en division d'honneur du Languedoc. À la fin de sa première saison, le club obtient le titre de « champion du Languedoc » et, en 1965, accède à la troisième division[3]. Le club atteint deux ans plus tard la deuxième division, objectif à la création du club, grâce à une victoire en huitième de finale sur le Toulouse Lalande omnisports grâce à un drop à trois minutes de la fin de Robert Spagnolo mais doit ensuite s'incliner en demi-finale du championnat face à Céret[4]. Au début de l'année suivante, les dirigeants mettent en place une école de rugby qui remporte de nombreux trophées au niveau régional[5]. Le stade montpelliérain est relégué en 1970 et connaît en 1973 une grave crise en raison de la promesse non tenue d'achats de blazers par le président[6]. De nombreux joueurs et dirigeants quittent alors le club et créent la section rugby du Montpellier Université Club (MUC)[7]. Le stade montpelliérain ne retrouve la deuxième division qu'en 1986 sous l'impulsion de l'entraîneur Patrick Galy[8].

De son côté le MUC rugby, entraîné par Robert Spagnolo, remporte dès sa première année d'existence le championnat de France de 4e série[9]. Il atteint la troisième division en 1981 puis la deuxième en 1982. Sous la direction d'Alain Paco, le MUC obtient l'accession en première division groupe B en 1986. Le club compte alors 400 licenciés et prend, au cours de la saison 1985-1986, l'appellation Montpellier Paillade Sport Club à la suite d'un accord avec le groupe Nicollin[10].

En fin de saison, le Montpellier rugby club (MRC) est créé à la suite de la fusion du stade montpelliérain et du Montpellier Paillade Sport Club sous l'impulsion de Georges Frêche, maire de la ville de Montpellier, en accord avec Francis Sénégas, président du comité du Languedoc[11]. L'équipe, entraînée par Alain Paco et Jean Sarda, est éliminée en huitième de finale et ne peut se qualifier pour le Challenge de l'Espérance. L'équipe réserve finit de son côté championne de France de nationale B. Le MRC décide également d'aménager un club-house en face du stade Sabathé[12]. La saison suivante, le club doit faire face au départ de son duo d'entraîneurs et engage Yvan Buonomo. Le club concourt sous ses ordres aux saisons en groupe B avec des joueurs comme Pascal Cancès, Jean-Jacques Sauveterre, Didier Bès ou les anciens de l'AS Béziers Jean-Marc Cordier et Philippe Chamayou.

Débuts au haut niveau, crise et accession au Top 16[modifier | modifier le code]

Photo des deux packs se préparant à la mêlée.
Mêlée entre le MHRC et le Stade toulousain, en septembre 2005

En 1991, le club montpelliérain accède au plus haut niveau français pour la première fois en participant au Championnat de France de 1re division groupe A. Cette saison, l'équipe se qualifie même pour les huitièmes de finale mais s'incline contre le Stadoceste tarbais[13]. Le club reste six années durant parmi l'élite avant d'être relégué dans le groupe A2 en 1996 mais réussit à remonter dès la saison suivante. Le MRC redescend cependant en 2e division à la fin de la saison 1997-1998. Le club fait alors face à une crise financière et les joueurs se mettent en grève en décembre 1997, une première dans le rugby français. Neuf joueurs quittent le club, les autres, dont le capitaine Pascal Cancès et le vice-capitaine Didier Bès, acceptent une baisse des salaires de 30 %[14]. En fin de saison, le MRC est rétrogradé en championnat élite 2.

En juin 1998, Thierry Pérez et Jean-Jacques Sauveterre sont nommés à la présidence du club et Jean-Pierre Massines devient directeur administratif. L'objectif des dirigeants est de redonner des bases solides au club et un pôle de formation, qui obtient en 2001 l'agrément de la ligue nationale de rugby[15], est mis en place en septembre 1999[16]. Sous l'autorité de Didier Nourault, nouvel entraîneur, le club se classe en milieu de tableau du championnat de 2e division en 2000-2001 ce qui lui permet d'accéder à la Pro D2 la saison suivante[17]. En 2002, le MRC termine sixième, de leur côté les féminines remportent le titre de 2e division[18].

Le MRC joue l'année suivante les premiers rôles en championnat et termine deuxième de la phase préliminaire derrière le CA Brive. En phase finale, les Montpelliérains s'imposent en demi-finale face au FC Auch (28–24) puis le 1er juin 2003, le club remporte le championnat de Pro D2 en battant le Stadoceste tarbais après prolongations sur un essai à la dernière minute de Denis Navizet (25–21) lors de la finale disputée à Sapiac[19]. Il accède donc au Top 16.

Victoire en bouclier européen et années difficiles dans l'élite[modifier | modifier le code]

Les joueurs marchent devant la tribune et applaudissent les spectateurs.
Tour d'honneur des joueurs après le dernier match de la saison 2005-2006

Pendant l'été, le club adopte la fleur de ciste comme logo et devient le Montpellier Hérault rugby club (MHRC)[20]. En championnat, le club bat, pour son premier match en Top 16, le Stade toulousain (50–31) mais lutte toute l'année pour ne pas descendre et termine deuxième de la phase de maintien. Éliminé dès le premier tour du challenge européen, le club montpelliérain joue alors le Bouclier européen. Le 21 mai 2004, le MHRC remporte cette compétition face au club italien de l'Arix Viadana sur le score de 25 à 9[21]. La même année, le projet du nouveau stade Yves du Manoir est présenté par Georges Frêche, président de Montpellier Agglomération[22]. Le Top 16 2004-2005 se déroule dans le cadre d'une poule unique. Le MHRC termine onzième sur seize avec douze victoires dont une seule à l'extérieur. Pour Didier Nourault, « […] le groupe est jeune et manque d'expérience mais sa volonté et son enthousiasme lui laisse une marge de progression »[23]. Le club ouvre lors de cette saison sa boutique en centre-ville de Montpellier et au niveau administratif, Alain Egea, coprésident de l'association depuis 2002 en devient le nouveau président en juin 2005, à la suite de la démission de Jean-Jacques Sauveterre[24].

Pour la première saison du Top 14, le MHRC termine onzième. Son centre de formation est élu meilleur centre de France par la LNR et la FFR le 26 janvier 2006[25] et trois joueurs formés au club, Fulgence Ouedraogo, Julien Tomas et Jacques Boussuge remportent en fin de saison la coupe du monde des mois de 21 ans avec l'équipe de France des moins de 21 ans. Le capitaine du MHRC, Jérôme Vallée est quant à lui le premier joueur du club appelé en équipe de France A pour un match contre les Tonga, le 26 novembre 2005 au stade de la Mosson[26].

La saison suivante, le 17 novembre 2006, le trois-quarts aile montpelliérain Laurent Arbo marque son centième essai dans l'élite lors de la victoire 25–13 face au Stade français[27]. La saison est cependant difficile et le club lutte pour éviter la relégation. Lors de la dix-neuvième journée, six jeunes joueurs - Boussuge, Caudullo, Ouedraogo, Picamoles, Tomas et Trinh-Duc - sont lancés face à l'Aviron bayonnais, le MHRC s'impose 39–17 et quitte la dernière place[28]. Le club se sauve à la vingt-cinquième journée, grâce à une victoire, le 12 mai 2007, face à Biarritz, terminant douzième du championnat[29]. Le match contre Biarritz est également le dernier disputé au stade Sabathé qui voit depuis évoluer l'équipe féminine de Montpellier ainsi que le club de rugby à XIII[30]. Un mois plus tard, le 23 juin 2007 le Stade Yves-du-Manoir est inauguré en présence de Bernard Lapasset, président de la FFR.

En fin de saison, le 9 juin 2007, face à la Nouvelle-Zélande à Wellington, Fulgence Ouedraogo devient le premier Montpelliérain à jouer pour le XV de France. De son côté, l'équipe féminine devient, le 24 juin 2007, championne de France en dominant le Caen Rugby Club en finale à Grenoble. Au niveau administratif, la liste menée par Thierry Pérez et Alain Egea l'emporte sur celle menée par Jean-Jacques Sauveterre mais Pérez indique alors sa volonté de quitter la présidence en décembre pour se consacrer aux élections de la LNR[31].

De la nouvelle vague au duo Galthié-Béchu[modifier | modifier le code]

Un joueur de dos réceptionne le ballon lors d'un alignement en touche.
Une touche contre l'ASM Clermont Auvergne au Stade Marcel-Michelin le 27 mars 2010

Le MHRC débute dans son nouveau stade le 27 octobre 2007, lors de la 1re journée du Top 14, par une victoire 19–12 sur l'USAP devant 10 500 spectateurs[32]. Montpellier termine en fin de saison huitième de la phase régulière et échoue de peu à se qualifier pour la coupe d'Europe de rugby à XV[33]. Cette saison est également la consécration pour la formation montpelliéraine et quatre joueurs de sa nouvelle vague, Fulgence Ouedraogo, François Trinh-Duc, Louis Picamoles et Julien Tomas, sont appelés en sélection nationale par Marc Lièvremont. Les quatre Montpelliérains jouent deux matchs ensemble cette année-là (France-Italie et France-Australie le 22 novembre 2008), ce qui leur vaut d'ailleurs d'être surnommés « Les Quatre Fantastiques » par la presse, surnom qui s'avère difficile à porter pour les joueurs[34].

Thierry Pérez quitte la présidence en novembre 2008 pour se consacrer aux élections de la LNR. Son successeur, Philippe Deffins, annonce alors le titre dans les trois ans, le recrutement de Sébastien Chabal et Lionel Nallet et le renouvellement des contrats des quatre nouveaux internationaux[35]. Après deux défaites face au Stade toulousain puis contre l'ASM Clermont Auvergne, il démissionne vingt-six jours plus tard, pointant « la situation financière, juridique et fiscale du club[36]. » Les recrutements prévus ne se font donc pas alors que Louis Picamoles signe au Stade toulousain[37] et Thierry Pérez revient alors à la présidence. En Top 14, le club se retrouve en position difficile et les entraîneurs Didier Nourault et Alain Hyardet sont remerciés après la large défaite face à l'USAP (50–13)[38]. En 2009, le club change de nom et de logo pour devenir le « Montpellier Hérault rugby » (MHR). Ce changement a pour but de se démarquer du Montpellier Hérault Sport Club (MHSC), le club de football de la ville et de « faire ressortir le mot rugby » selon Thierry Pérez[39]. Sur le terrain, le MHR fait preuve d'irrégularité et malgré treize victoires termine dixième du championnat[40].

Un joueur en train de conserver le ballon dans les pieds en troisième ligne d'une mêlée fermée. Les deux demi de mêlée suivent la progression de celle-ci, l'arbitre est attentif.
La demi-finale de championnat de la saison 2010-2011

Au mois de mai 2010, le président Thierry Pérez fait venir Fabien Galthié à Montpellier pour entraîner le MHR en signant un contrat pour trois saisons[41]. Il est associé à Éric Béchu, ancien entraîneur du SC Albi pour encadrer le secteur sportif du club[42]. Au niveau de l'équipe dirigeante, le club connaît de nombreuses tensions. Le 25 juin 2010, Thierry Pérez démissionne de son poste de président de la SAOS Montpellier rugby club, à la suite des pressions exercées par Georges Frêche, président de la région Languedoc-Roussillon et de Montpellier Agglomération, qui menace de couper les subventions publiques versées au club si Pérez ne quitte pas la présidence[43]. Le directoire, par solidarité, démissionne collectivement[44]. Le 9 juillet, l'assemblée générale des actionnaires et le conseil de surveillance de la SAOS Montpellier rugby club décident alors la nomination de Jean-Pierre Massines comme nouveau président du directoire et d'Olivier Nicollin comme président du conseil de surveillance[45]. Le 24 février 2011, la totalité des actionnaires du club se réunissent lors d'une assemblée générale extraordinaire et votent à l'unanimité une augmentation du capital de 2,2 millions d'euros (le portant ainsi à 3,5 millions) ainsi qu'un changement de forme juridique de société anonyme à objet sportif (SAOS) à société anonyme sportive professionnelle (SASP)[46], faisant de Louis Nicollin l'actionnaire majoritaire du club, le 20 mai 2011, Mohed Altrad, PDG du groupe Altrad devient à son tour l'actionnaire majoritaire du MHR en apportant 2,4 millions d'euros[47].

Ces changements à la tête du MHR ne perturbent pas les hommes du duo Galthié-Béchu qui réalisent le meilleur début de saison de l'histoire du club. Au terme des matchs allers, le MHR occupe la place de second du Top 14 après en avoir été le leader lors des huitièmes et dixièmes journées de la saison 2010-2011[48]. Le MHR connaît une baisse de régime au printemps mais accroche la sixième place, qualificative pour la coupe d'Europe, grâce à une victoire avec bonus offensif contre le RC Toulon lors de la dernière journée (27–3)[49]. En barrages, le MHR crée la surprise en s'imposant au stade Pierre-Antoine sur le Castres olympique (18-17)[50] puis en demi-finale défait à Marseille le Racing Métro 92 (26–25)[51]. Les Montpelliérains s'inclinent en finale face au stade toulousain (10–15) après avoir mené jusqu'à la soixante-et-onzième minute[52]. En fin de saison, Mohed Altrad devient le nouveau président du club, le directeur commercial du groupe Altrad devenant lui président du conseil de surveillance[47].

Suite à une saison 2010-2011 particulièrement aboutie (finaliste du Top 14 Orange, huitième de finale espoir élite, champion de France juniors Reichel, quart de finale juniors Crabos, quart de finale cadets Alamercery et champion de France cadets Gaudermen), le MHR se voit décerner le trophée Total Club complet qui récompense le meilleur club ayant qualifié le plus grand nombre d'équipes dans les cinq catégories majeures des compétitions fédérales[53]. La saison suivante, le club subit en début de saison l'absence des joueurs sélectionnés dans leurs différentes équipes nationales pour la Coupe du monde de rugby et, ne compte, au bout de neuf journées, que deux victoires. Avec le retour de l’ensemble des joueurs, le MHR réussit une belle seconde partie de saison et termine comme la saison précédente à la 6e place du championnat. En barrage, le club retrouve le Castres olympique mais cette fois-ci s'incline (31-15)[54]. L'intersaison est ensuite de nouveau marquée par des tensions au niveau de l'équipe dirigeante, entre l'association, responsable du secteur amateur, et le président de la SASP, Mohed Altrad, notamment sur la gestion du centre de formation. Une convention entre les deux parties est finalement signée et la gestion du centre de formation est confiée à l'association[55]. Lors de cette saison marquée par la mort de l'entraîneur Eric Béchu[56], l'équipe termine cinquième du championnat et retrouve de nouveau en barrages le Castres olympique, les Montpelliérains s'inclinent chez leur adversaire, le futur champion de France (25-12). En Coupe d'Europe, le club atteint pour la première fois de son histoire les quarts de la finale de la compétition où il est battu par l'ASM Clermont Auvergne (36-14)[57].

Image et identité[modifier | modifier le code]

Couleurs et maillots[modifier | modifier le code]

Né de la fusion du stade montpelliérain et de la section rugby du Montpellier Paillade Sport Club, le Montpellier Hérault rugby a logiquement repris les principaux éléments des équipements de ces deux clubs. Les premiers maillots portés à domicile sont majoritairement bleus avec une bande rouge et blanche. Actuellement, le club joue en bleu et blanc, couleurs de la ville de Montpellier et en rouge et blanc à l'extérieur. Des maillots spécifiques sont mis en place pour la Coupe d'Europe[58].

Évolution du maillot montpelliérain[59]

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1986
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2002-2009
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2011
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2012

[modifier | modifier le code]

Le premier logo, utilisé jusqu'au titre de Pro D2 en 2003, reprend le logotype de la ville de Montpellier, un grand « M » sur un fond bleu. Le 19 décembre 2003, les dirigeants rajoutent le « H » de l'Hérault au nom du club et choisissent un logo avec la fleur du ciste de Montpellier, arbuste très présent dans la garrigue[20]. En 2009, le « C » est abandonné pour se différencier du Montpellier Hérault Sport Club[39]. En août 2010, le logo est légèrement modifié avec l'apparition d'un pétale supplémentaire sur la fleur. Le 24 mai 2013, le club change à nouveau son logo pour un retour vers un bouclier portant la fleur de ciste et le nom du club[60].

Évolution des logos du club

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances du Montpellier Hérault rugby dans les diverses compétitions françaises et européennes. Le club a également remporté le Challenge Armand Vaquerin en 2009 et le Legion Geneva Challenge en 2013, deux compétitions amicales.

Compétitions nationales Compétitions internationales
Championnat de France de première division
  • Vice-champion (1)  : 2011
Championnat de France de deuxième division
  • Champion (1) : 2003
Challenge de l'Espérance
  • Vainqueur (1) : 1993
  • Finaliste (1) : 1990
Coupe d'Europe
  • Quart de finaliste (1) : 2013
Challenge européen
  • Quart de finaliste (2) : 2008 et 2011
Bouclier européen
  • Vainqueur (1) : 2004
Autres compétitions nationales Compétitions de jeunes
Championnat de France 4e série
  • Champion (1) (MUC rugby) : 1974
Championnat de France espoirs
Coupe Frantz-Reichel
  • Vainqueur (1) : 2011
  • Finaliste (1) : 2004
Championnat de France juniors Crabos
  • Vice-champion (1) : 1994
Championnat de France juniors Balandrade
  • Champion (1) : 2006
Championnat de France cadets Alamercery
  • Champion (1) : 2009
  • Vice-champion (1) : 2010
Championnat de France cadets Gaudermen
  • Champion (1) : 2011
  • Vice-champion (1) : 2013
Challenge provinces Frantz-Reichel coupe A
  • Vainqueur (1) : 1995
Compétitions féminines
Coupe d'Europe de rugby féminin 
  • Vainqueur (1) : 2008
Championnat de France féminin 1re division 
  • Champion (4) : 2007, 2009, 2013, 2014
  • Vice-champion (2) : 2008, 2010
Championnat de France féminin 2e division 
  • Champion (1) : 2005
Championnat de France féminin 3e division 
  • Champion (1) : 2002
Championnat de France féminin 4e division 
  • Champion (1) : 2014

L'équipe première du club montpelliérain dispute quatre finales dont les détails sont donnés dans le tableau suivant[Note 3].

Compétition Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
Top 14 4 juin 2011 Stade toulousain 15 - 10 Montpellier HR Stade de France, Saint-Denis 77 000
Bouclier européen 21 mai 2004 Drapeau : France Montpellier HR 25 - 19 Viadana Drapeau : Italie Stade Sergio-Lanfranchi, Parme 2 553
Championnat de France de Pro D2 2 juin 2003 Montpellier HR 25 - 21 Tarbes Stade Sapiac, Montauban 9 500
Championnat de France 4e série 1974 Montpellier UC 8 - 3 US Crest Bédarrides  ?

Structures[modifier | modifier le code]

Stades[modifier | modifier le code]

Stade Sabathé[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stade Sabathé.

Le stade Sabathé érigé en 1909, porte alors le nom de « stade de la Croix Bonhomme »[61] et est édifié de façon sommaire au milieu des vignes. Le stade est inauguré le 11 novembre 1930 lors du match opposant l'union sportive Montpelliéraine au Racing club narbonnais[62]. Il prend, en 1944, le nom de « stade Sabathé » en hommage à Jean Sabathé, capitaine-entraîneur de l'USM mort en 1941 d'un accident cardiaque[63]. Le stade, consacré tout d'abord au rugby à XV, s'ouvre ensuite au rugby à XIII et à l'athlétisme à la suite de la disparition, en 1952, du dernier club quinziste de Montpellier.

Lors de la renaissance du rugby à XV à Montpellier, en 1963 avec la création du stade montpelliérain, Sabathé redevient un équipement consacré au rugby. Le club occupe le stade sous ce nom, puis à partir de 1986 en tant que MRC et ce jusqu'en fin de saison 2007 et son déménagement au stade Yves du Manoir. Le dernier match disputé par le club à Sabathé a lieu le 12 mai 2007 et se conclut par une dernière victoire en top 14 face au Biarritz olympique 39–29[64]. Le stade Sabathé demeure par la suite consacré au rugby puisque l'équipe féminine du MHR ainsi que l'équipe de rugby à XIII montpelliéraine les Diables Rouges y évoluent[30].

Sa capacité totale officielle est de 8 000 places[65]. Le stade est composé de deux tribunes latérales couvertes pouvant accueillir 2 800 spectateurs et d'une tribune non couverte. Dix places sont réservées aux personnes handicapées.

Stade Yves du Manoir puis Altrad Stadium[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Altrad Stadium.

Le stade Yves du Manoir est le premier stade moderne construit en France depuis l'avènement du professionnalisme[15]. Le stade accueille tous les matchs à domicile du Montpellier Hérault rugby.

Référencé en catégorie A[Note 4],[66], il s'inscrit dans un complexe de 13 hectares dévolu au rugby. Aux abords du stade se trouvent un autre stade et deux terrains annexes. Le second stade, en catégorie C[Note 4], d'une capacité de 500 places, permet l'entraînement des équipes premières et des compétitions régionales tandis que les deux terrains, en catégorie D[Note 4] et dont les pelouses sont synthétiques, servent aux écoles de rugby[66]. L'ensemble des équipements appartient à la communauté d'agglomération de Montpellier qui le loue au club.

Le stade compte 12 734 places assises avec quatre tribunes aux noms de stades mythiques de rugby : Eden Park (Sud-Ouest, 4 168 places), Ellis Park (Nord-Est, 1 543 places), Murrayfield (Sud-Est, 2 316 places) et Twickenham (Nord-Ouest, 2 567 places), un pesage de 860 places permet également d'accueillir du public debout[66]. Le record d'affluence du stade est établi le 7 mai 2011, lors de la dernière journée du Top 14 face au RC Toulon, avec 14 719 spectateurs[67].

Vue panoramique du stade depuis une des tribunes.
Vue panoramique du Stade Yves-du-Manoir depuis la tribune Murrayfield

En juin 2014, le Stade Yves du Manoir prend le nom d'Altrad Stadium suite à un contrat de naming avec le Groupe Altrad.

Centre de formation[modifier | modifier le code]

En 1999, Thierry Pérez met en place le pôle de formation du club. Devenu centre de formation en septembre 2001, il obtient en décembre 2002 l'agrément du ministère de la Jeunesse et des Sports et de la ligue nationale de rugby[68]. Classé en catégorie 1 depuis la saison 2003-2004, il est reconnu meilleur centre de formation de France en 2009 et 2010[68]. Le centre de formation est actuellement dirigé par Jean-Philippe Lacoste et accueille, en 2010, vingt-six stagiaires[68].

L'école de rugby est fondée en 1967 par Maurice Bonafos, dirigeant du stade stade montpelliérain[4]. Elle est destinée aux enfants de dix à quatorze ans et compte, au moment de la fusion, 164 jeunes[69]. En 2010, l'école de rugby, la plus importante de France, accueille 530 enfants de sept à quinze ans encadrés par soixante-cinq éducateurs diplômés[6]. Six internationaux français sont issus de l'école de rugby ou du centre de formation du MHR : Nicolas Jeanjean, Clément Baïocco, Fulgence Ouedraogo, Louis Picamoles, Julien Tomas et François Trinh-Duc ainsi qu'un international samoan, Naama Leleimalefaga.

Partenariats avec les autres clubs[modifier | modifier le code]

Le MHR parraine douze clubs ou écoles de rugby de l'Hérault : le Rugby olympique lunellois, le Rugby club Mauguio Carnon, le Rugby club Palavas, le Rugby club Villeneuve-lès-Maguelone, le Rugby olympique Saint-Jean-de-Védas, le Thau rugby, le Rugby club olympique Salagou, le Rugby club Jacou Montpellier Nord, le Rugby club Grand-Mottois, le Rugby club vallée de l'Hérault basé à Ganges, l'ASP XV Poussan et le Rugby club Prades-le-Lez/école de rugby du Pic Saint-Loup[70]. Ce partenariat consiste en une collaboration sur des catégories d'âge, à un soutien logistique apporté par le MHR aux clubs et peut également se concrétiser par l'échange de joueurs[71].

En mai 2010, un partenariat est également noué avec les Las Vegas Blackjacks RFC, club de rugby à XV de Las Végas, à l'occasion du recrutement de Seta Tuilevuka. Avec cet accord, les jeunes joueurs montpelliérains se voient proposer l'opportunité d'évoluer dans le championnat américain pendant la trêve du championnat français, et les meilleurs éléments des Blackjacks ont l'opportunité d'évoluer au niveau professionnel au MHR[72].

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Statut juridique et légal[modifier | modifier le code]

Le MHR est une société anonyme sportive professionnelle (SASP) depuis le 24 février 2011, le club avait auparavant le statut de société anonyme à objet sportif (SAOS). Ce statut est adopté lors d'une assemblée générale extraordinaire par la totalité des actionnaires du club. Lors de cette assemblée, une augmentation du capital de 2,2 millions d'euros est votée, le portant à 3,5 millions et faisant du groupe Nicollin présidé par Louis Nicollin l'actionnaire majoritaire du club[46]. Le 20 mai 2011, Mohed Altrad, PDG du groupe Altrad devient actionnaire majoritaire du MHR en apportant 2,4 millions d'euros.

Organigramme[modifier | modifier le code]

L'organigramme du MHR s'établit comme suit[73],[74] : :

Direction Administratif Sportif
Président : Mohed Altrad
Président de l'association : Jean-Michel Arazo
Directeur général : Denis Navizet
Directrice adjointe : Sophie Coste
Responsable des opérations : Karen Parada
Responsable administratif centre de formation : Yoann Moioli et Jean-Philippe Lacoste
Entraîneur : Fabien Galthié
Entraîneur adjoint : Mario Ledesma
Entraîneur adjoint : Stéphane Glas

Budget[modifier | modifier le code]

Le budget prévisionnel du Montpellier HR pour la saison 2010-2011, huitième budget du Top 14 en hausse de 14 % par rapport à l'année précédente, est de 15,01 millions d'euros[75]. Le budget prévisionnel du club connaît de nombreuses hausses au cours des saisons dans l'élite et atteint les 17,5 millions d'euros lors de la saison saison 2011-2012[74].

Budget prévisionnel du Montpellier HR
Saison 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014
Budget 4,5 M€[76] 6,4 M€ 7,4 M€[77] 10 M€[78] 11,5 M€[79] 13,1 M€[75] 15 M€[75] 17,5 M€[74] 17,5 M€[80] 19,9 M€[81]

Sponsors et équipementiers[modifier | modifier le code]

De 2001 à 2009, le sponsor principal du Montpellier HRC est la société Belmonte, entreprise de rabotage de route présidée par Philippe Deffins. Sa démission du poste de président du MHRC en janvier 2009 s'accompagne de la rupture du contrat de sponsoring[82]. Le club s'affiche alors sous les couleurs de Maxime, un jeune joueur du club victime d'une grave maladie[83].

À partir de janvier 2011, 1Worldcom, entreprise sud-africaine de téléphonie mobile devient le principal sponsor maillot[84],[85]. Le second sponsor est le Groupe Nicollin, société de Louis Nicollin basée à Montpellier. En dehors de ces sponsors, le club compte trois cent quatre-vingts entreprises partenaires[86]. Par ailleurs, la ville de Montpellier, la Communauté d'agglomération de Montpellier, le Conseil général de l'Hérault et le Conseil régional de Languedoc-Roussillon sont les partenaires institutionnels du club.

À l'inter-saison 2011, le groupe Nicollin se retire du sponsoring du club suivi de 1Worldcom. Le groupe Altrad se substitue alors à Nicollin à hauteur de 600 000 euros, et le groupe Vinci devient sponsor maillot du MHR pour la saison 2011-2012[74].

De 2001 à 2007, ASICS, dont le siège social en France est situé à Mauguio dans l'Hérault, est l'équipementier du club. Montpellier signe ensuite avec la nouvelle marque H2[87] mais le contrat est rompu à l'amiable l'année suivante[88]. Les Montpelliérains se prennent alors en charge sous la marque « l'esprit rugby de Montpellier ». De 2009 à 2012, le club est de nouveau sous contrat avec ASICS[89]. À partir de la saison 2012-2013, l'équipementier Puma va succéder à ASICS et ce, pour une durée de quatre ans[90]. Le club ouvre, en juin 2008, sa boutique sous la tribune Murrayfield du stade Yves du Manoir[91].

Mascotte du Montpellier Hérault rugby
Mascotte du Montpellier Hérault rugby
Supporters du Montpellier Hérault rugby lors de la demi-finale de Top 14 2010-2011 Racing Métro 92 - Montpellier disputée à Marseille, des drapeaux sont agités par le public
Supporters du Montpellier Hérault rugby

Supporteurs[modifier | modifier le code]

Le « Club Historique des Supporters », « Ovalie 16 » et « Les Cistes du MHR » sont les trois associations de supporteurs du club. Ovalie 16 est un jeune club de supporteurs créé en 2008, présent en tribune Murrayfield qui organise également des déplacements lors des matchs à l'extérieur[92]. L'association Les Cistes du MHR est créée à partir de la saison 2012-2013. Le club à un espace en tribune Murrayfield[93].

Le club historique des supporters est créé en début d'année 2001[94] mais ne se développe réellement qu'avec la montée du Montpellier HR en Top 16 en 2003. Le club a un espace réservé en tribune Twickenham[95]. Il est également à l’origine de la création de la mascotte officielle du MHR, « Bikounet », un cheval camarguais, qui accompagne les joueurs sur tous les matchs[96]. Le club des supporters est affilié à la Fédération Française Supporters Rugby qui regroupe des associations de toute la France et organise des réceptions au stade Yves du Manoir lors de la venue des supporteurs des équipes adverses[95].

Personnalités historiques du club[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Lors de la fusion, en 1986, Alain Paco, entraîneur du MUC puis du MPSC depuis 1983, devient entraîneur du MRC, associé à Jean Sarda, lui aussi ancien de l'AS Béziers[97]. Les deux entraîneurs quittent leurs fonctions en fin de saison et Yvan Buonomo, autre ancien de l'AS Béziers leur succède, associé au capitaine de l'équipe l'année précédente, Philippe Morrisson[12].

Photo en buste de Fabien Galthié.
Fabien Galthié est l'entraîneur du MHR depuis 2010.

Deux saisons plus tard, André Quilis, ancien entraîneur de Narbonne prend les commandes de la direction sportive du MRC, associé à Pascal Mancuso, ancien joueur du stade montpelliérain puis du MUC et entraîneur des jeunes du club depuis 1988. Le club accède, avec ce tandem d'entraîneurs, à la première division (groupe A) en 1991 et remporte le challenge de l'Espérance en 1993. En 1994, André Quilis prend du recul en devenant dirigeant de la commission technique[98], Pascal Mancuso devient entraîneur principal, assisté de Jean-Claude Cazotes et de Jean-François Escande. En septembre 1996, Christian Bourrel, ancien entraîneur de l'AS Béziers est nommé entraîneur et, sous ses ordres, le MRC termine premier de la poule 3 du groupe A2 de première division en alignant huit victoires[99]. Il est remplacé en janvier 1998 par Christian Farrenc qui assure l'intérim jusqu'en fin de saison.

En 1998, le nouvel entraîneur est Henri Sanz, ancien international et demi de mêlée du RC Narbonne. Son adjoint est Philippe Teissier, chargé de la préparation physique[100]. L'année suivante, la direction technique du club est assurée par Pierre Arrambide et Pascal Mancuso. En juillet 2000, Didier Nourault devient entraîneur général avec comme adjoint Éric Tissot et Pascal Mancuso. Avec ce trio d'entraîneurs, le MRC accède au Top 16 en 2003 en remportant le Championnat de France Pro D2. Wilfried Maccary et Didier Bès, capitaine du MRC l'année précédente, succèdent à Éric Tissot et Pascal Mancuso comme adjoint de Nourault. En fin de saison, le MRC remporte le bouclier européen.

Patrick Arlettaz, membre éducateur du club depuis sa retraite sportive en 2003, remplace en 2005 Wilfried Maccary, qui repart au RC Aubenas, comme entraîneur des trois-quarts[101]. En 2006, Patrick Arlettaz devient entraîneur de l'Étoile sportive catalane et Didier Bès entraîneur des juniors Reichel. Les nouveaux adjoints de Nourault sont Alain Hyardet, responsable des arrières et Éric Tissot responsable des avants[77]. Le duo Nourault-Hyardet s'occupe de l'équipe première jusqu'en mars 2009 où une lourde défaite à Perpignan face à l'USAP (50-13) entraîne leur mise à l'écart par le président Thierry Pérez[38], à la demande des joueurs[15]. Le club termine la saison sans entraîneur général, le manager général du club, Denis Navizet est associé à Pascal Mancuso pour la sélection d'équipe, Jean-Philippe Lacoste, pour les arrières, Jharay Russell et Warren Britz pour la défense et Didier Bès, pour les avants, assurant les entraînements[102]. L'année suivante, Pascal Mancuso et Warren Britz dirigent l'entraînement associés à Jean-Philippe Lacoste et Didier Bès[103].

Thierry Pérez prend en avril 2009 ses premiers contacts avec Fabien Galthié en vue de la saison suivante mais celui-ci refuse en raison de problèmes de contrats[104]. Sa signature intervient en 2010[105] avec comme coentraîneur Éric Béchu[106], Didier Bès se retrouvant lui responsable du secteur de la mêlée. Le reste du staff technique est composé de deux préparateurs physiques Patrick Ballesta, ancien boxeur[107], et Renaud Chevalier[108] et d'un analyste vidéo, Matthieu Austruy, ancien joueur du MRC[109]. Le trio d'entraîneurs Galthié-Béchu-Bès reçoit en fin de saison 2011 l'Oscar du Midi olympique du meilleur staff[110] ainsi que le titre de meilleur staff d’entraîneurs du Top 14 de la saison 2010-2011 lors de la huitième Nuit du rugby[111]. En juin 2012, l'encadrement technique est modifié, Mario Ledesma et Stéphane Glas deviennent entraîneurs adjoints de Fabien Galthié, Éric Béchu prenant du recul avec le terrain et Didier Bès étant chargé de la cellule haute performance du club[112].

Liste des entraîneurs successifs du Montpellier Hérault rugby
Saisons Entraîneurs Adjoints Titres
1986-1987 Drapeau : France Alain Paco Drapeau : France Jean Sarda
1987-1989 Drapeau : France Yvan Buonomo Drapeau : France Philippe Morrisson
1989-1993 Drapeau : France André Quilis Drapeau : France Pascal Mancuso Challenge de l'Espérance 1993
1993-1994 Drapeau : France Alain Gozioso
1994-1996 Drapeau : France Pascal Mancuso Drapeau : France Jean-Claude Cazaute
Drapeau : France Jean-François Escande
1996-janvier 1998 Drapeau : France Christian Bourrel
janvier 1998 - 1998 Drapeau : France Christian Farenc
1998-1999 Drapeau : France Henri Sanz Drapeau : France Philippe Teissier
1999-2000 Drapeau : France Pierre Arrambide Drapeau : France Pascal Mancuso
2000-2001 Drapeau : France Didier Nourault Drapeau : France Pascal Mancuso
Drapeau : France Éric Tissot
2001-2002
2002-2003 Championnat de France Pro D2 2003
2003-2004 Drapeau : France Didier Bès
Drapeau : France Wilfried Maccari
Bouclier européen 2004
2004-2005
2005-2006 Drapeau : France Didier Bès
Drapeau : France Patrick Arlettaz
2006-2007 Drapeau : France Éric Tissot
Drapeau : France Alain Hyardet
2007-2008 Drapeau : France Alain Hyardet
2008-mars 2009 Drapeau : France Alain Hyardet
Drapeau : France Didier Bès
mars 2009-2009 Drapeau : France Denis Navizet
Drapeau : France Pascal Mancuso
Drapeau : France Jean-Philippe Lacoste
Drapeau : Afrique du Sud Warren Britz
Drapeau : Angleterre Jharay Russell
Drapeau : France Didier Bès
2009-2010 Drapeau : France Pascal Mancuso
Drapeau : Afrique du Sud Warren Britz
Drapeau : France Jean-Philippe Lacoste
Drapeau : France Didier Bès
Challenge Armand Vaquerin 2009
2010-2012 Drapeau : France Fabien Galthié Drapeau : France Éric Béchu
Drapeau : France Didier Bès
2012- Drapeau : Argentine Mario Ledesma
Drapeau : France Stéphane Glas
Legion Geneva Challenge 2013

Présidents[modifier | modifier le code]

Photo en noir et blanc d'un homme vu de profil
Mohed Altrad, président du MHR depuis 2011.
Liste des présidents successifs du Montpellier Hérault rugby
Saisons Présidents
1986-1989 Drapeau : France Jean-Louis Imbach
Drapeau : FranceChristian Marty
1989-1998 Drapeau : France Daniel Donadio
1998-2002 Drapeau : France Thierry Pérez
Drapeau : France Jean-Jacques Sauveterre
2002-décembre 2008 Drapeau : France Thierry Pérez
décembre 2008-janvier 2009 Drapeau : France Philippe Deffins
janvier 2009-2010 Drapeau : France Thierry Pérez
2010- 2011 Drapeau : France Jean-Pierre Massines
2011- Drapeau : France Mohed Altrad

Les premiers présidents, lors de la fusion en 1986, sont Jean-Louis Imbach, président du MPSC, anciennement Montpellier Université Club et Christian Marty, président du stade montpelliérain. Ils démissionnent le 29 mars 1989, Georges Privat, secrétaire du club, assurant l'intérim jusqu'à la fin de la saison[113]. Daniel Donadio est élu au cours de l'été 1989 et occupe la présidence du club jusqu'en 1998, année de crise financière et sportive.

Aux élections de juin 1998, Jean-Jacques Sauveterre, ancien joueur de l'équipe, prend la présidence du club avec comme coprésident Thierry Pérez, vice-président dans l"équipe précédente[100]. Après le retrait de Jean-Jacques Sauveterre qui devient coprésident de l’association, Thierry Pérez devient l'unique président de la SAOS. En juin 2007, Sauveterre se présente aux élections face à Pérez, facilement réélu avec 88 voix sur 93 exprimés, la liste Sauveterre ayant été invalidée[114].

En décembre 2008, Thierry Pérez quitte son poste pour se présenter aux élections de la ligue nationale de rugby, Philippe Deffins, sponsor du club depuis 2001 à travers la société Belmonte, lui succède[35]. Vingt-six jours plus tard, il démissionne expliquant sa décision par un déficit de 1,5 millions d'euros qui lui aurait été caché[36]. Thierry Pérez retrouve alors la présidence par intérim. Sous la pression de Georges Frêche, qui menace de couper les subventions publiques accordées au club si Thierry Pérez reste président, celui-ci démissionne le 25 juin 2010 et Jean-Pierre Massines, directeur administratif depuis 1998, devient le nouveau président du MHR. Lors de l'assemblée générale du 22 juin 2011, Mohed Altrad, actionnaire principal du club depuis le 20 mai, devient le nouveau président du MHR[47].

Joueurs[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Joueur du Montpellier HR.

Le MRC s'appuie, à sa création, sur de nombreux anciens Biterrois tels que Philippe Morrisson, capitaine lors de la fusion, Philippe Chamayou, Patrick Fort, Philippe Escande, Jean-Paul Wolf et Jean-Marc Cordier. Ces quatre derniers sont vainqueurs du bouclier de Brennus en 1984. Aux Biterrois, il faut ajouter deux anciens de l'école de rugby du MUC, Serge Doumayrou, passé par l'AS Béziers, et Jean-Jacques Sauveterre, passé par Nîmes, qui font partie de l'équipe qui monte en première division en 1989[12].

Le demi de melée Pascal Cancès est également un des éléments importants de l'équipe de 1988 à 1999, année où il met fin à sa carrière à la suite de blessures à répétition[115]. L'ailier Denis Navizet est l'auteur de l'essai victorieux en finale du championnat de Pro D2. Arrivé au club en 1995, il met fin à sa carrière le 9 avril 2005 après une entorse du genou droit subie sur un placage lors du match contre l'USAP. Il devient ensuite responsable du centre de formation puis manager général du club[116]. En 2000, le capitaine est le talonneur Didier Bès qui rejoint le club en 1990 après avoir été champion de France de 2e division en 1989 avec Castres face à la Section paloise. Joueur de devoir et d'expérience[117], il met fin à sa carrière en 2003 après le titre de champion de Pro D2 et rejoint le staff technique.

Statistiques des joueurs depuis l'accession en 1re division en 2003 (compétitions nationales et internationales)
Meilleur marqueur Drapeau : FidjiTimoci Nagusa 34 essais
Meilleur réalisateur Drapeau : Argentine Martín Bustos Moyano 721 points
Meilleur buteur Drapeau : Argentine Martín Bustos Moyano 656 points
Meilleur marqueur de drop Drapeau : France François Trinh-Duc 17 drops
Matchs joués Drapeau : Afrique du Sud Drikus Hancke 199 matchs
Titularisations Drapeau : Afrique du Sud Drikus Hancke 155 titularisations
Minutes jouées Drapeau : Afrique du Sud Drikus Hancke 12 569 minutes

En 2001, trois joueurs des lignes arrières du RC Narbonne, Sébastien Buada, Jérémy Valls et Patrick Arlettaz, rejoignent Montpellier[118] et stabilisent le jeu des trois-quart montpelliérains. Le demi de mêlée Sébastien Buada reste au club jusqu'en 2007, ses bonnes performances lui valant d'être sélectionné pour participer aux tests d'évaluation de l'équipe de France en 2005[119]. Jérémy Valls, demi d'ouverture formé au MRC, occupe l'autre poste de la charnière jusqu'en 2005. Excellent buteur, il est aussi à quelques occasions capitaine de l'équipe[12]. Enfin, le trois-quart centre Patrick Arlettaz met fin à sa carrière sur le titre de champion de Pro D2. Il dispute son dernier match à Sabathé, le 2 mai 2003 face à Marmande (55-19), en même temps que Didier Bès, les deux joueurs marquent chacun un essai lors de ce match[120].

D'autres joueurs marquent à cette période l'histoire du MRC. Jérôme Vallée signe au club à 22 ans lors de la saison 1998-1999. Au poste de troisième ligne aile, il devient rapidement un des meilleurs preneurs de balle en touche de l'effectif[116]. Capitaine de 2004 à 2007, il est le premier joueur du MHRC appelé en sélection nationale lors d'un France A-Samoa disputé au stade de la Mosson en 2005. Il dispute 130 matchs en première division et met fin à sa carrière en janvier 2011 en raison d'un lumbago persistant[121]. L'autre poste de troisième ligne aile est occupé par Sébastien Galtier qui rejoint le club en 2001. Très bon défenseur[122], il met fin à sa carrière en 2008 après avoir disputé 90 matchs dans l'élite. En deuxième ligne, Mickaël Bert, formé au club, devient titulaire lors de la saison 1998-1999 à 18 ans[123]. Pièce maîtresse du pack montpelliérain lors des victoires en Pro D2 et en bouclier européen, il quitte le club en 2008 pour rejoindre l'US Dax après avoir disputé 96 matchs dans l'élite et marqué neuf essais. Le club peut également compter sur une forte première ligne composée de Philemon Toleafoa, Clément Baiocco et Olivier Diomandé qui permet à la mêlée montpelliéraine d'être très solide à domicile[122]. Néo-zélandais d'origine, Toleafoa occupe le poste de pilier gauche. Il arrive au club lors de la saison 2002-2003. S'il débute avec les espoirs, ses qualités physiques le font appeler rapidement en équipe première[116]. Il rejoint en 2010 le Lyon OU. L'autre poste de pilier est occupé par Clément Baïocco, issu du centre de formation[123] qui débute en équipe première en 1999 et reste dix ans au club. Le poste de talonneur est occupé par l'international ivoirien, Olivier Diomandé, au club en 2002 à 2008.

Photo de face de François Trinh-Duc
François Trinh-Duc, issu du centre de formation du club, joue avec l'équipe première du MHR depuis 2005

Avec la montée dans l'élite en 2003, le club se renforce en recrutant plusieurs joueurs qui jouent un rôle essentiel pour le maintien en Top 16 puis Top 14. Le deuxième ligne Michel Macurdy dispute 174 rencontres dont 138 titularisations pour (10 970 minutes jouées. Macurdy ne quitte le club qu'en février 2011 lorsqu'il est engagé comme joker médical par l'US Carcassonne après une dernière victoire face aux Exeter Chiefs en challenge européen (32-30)[124]. L'arrière David Bortolussi inscrit 517 points dont 113 pénéalités. Il devient international italien en 2006 et rejoint ensuite en 2008 l'US Dax. L'ailier Laurent Arbo, un des éléments essentiels de l'attaque du club, inscrit son 100e essai en championnat le 17 novembre 2006 face au stade français[125]. Il est le second meilleur marqueur du club avec 26 essais inscrits. Il met fin à sa carrière en fin de saison 2007. Le club fait signer également l'international italien Alessandro Stoica qui porte le brassard de capitaine lors de la victoire en bouclier européen en 2004 et reste quatre ans au club.

Photo de dos en demi grandeur de Fulgence Ouedraogo
Fulgence Ouedraogo, issu du centre de formation du club, joue avec l'équipe première du MHR depuis 2005

En 2005, le MHRC engage David Aucagne comme demi d'ouverture. Il joue deux ans au club et marque 277 points en 46 matchs. Autre recrue cette saison-là, Drikus Hancke rejoint le club en novembre, au poste de deuxième ligne. Il devient en 2013 le joueur ayant le plus disputé de rencontres sous le maillot montpelliérain avec 199 apparitions dont 155 titularisations pour (12 569 minutes jouées et, prend sa retraite en fin de saison[126]. Mamuka Gorgodze, jeune géorgien de 20 ans, signe cette même année en tant qu'espoir. Deuxième ligne de formation, il est replacé par le duo Galthié-Béchu au poste de troisième ligne aile où ses qualités physiques et son endurance en font un des joueurs les plus redoutés du Top 14[127]. L'international géorgien a été élu meilleur étranger du championnat de France en 2011 par le Midi olympique[110]. Dernière recrue importante dans l'histoire du club, l'ailier Sébastien Kuzbik, en provenance de Clermont. En six ans au MHR, il dispute 105 rencontres et marque 19 essais.

Le demi d'ouverture ou arrière argentin Federico Todeschini arrive au club en 2006 et inscrit 450 points jusqu'en 2010, année où il prend sa retraite[128]. La même année, le club enregistre la signature d'Olivier Sarraméa qui joue arrière ou ailier. Ce joueur puissant prend sa retraite également en 2010 après avoir joué 91 matchs et marqué 109 points.

Lors de la saison 2006-2007, le MHRC, en position défavorable en championnat, fait confiance à de jeunes joueurs issus du centre de formation lors de la dix-neuvième journée. Le talonneur Joan Caudullo arrive en cadets au club en provenance du RC Jacou[123]. Il compte à ce jour 145 rencontres disputées sous le maillot montpelliérain pour 45 points marqués. Louis Picamoles débute au MHRC en minimes et dispute son premier match en équipe première lors de la saison 2004-2005[129]. Il éclate au poste de numéro 8 en fin de saison 2007, devient international en 2008 puis rejoint en 2009 le Stade toulousain. Le troisième ligne aile Fulgence Ouedraogo débute le rugby à l'école du Pic Saint-Loup à l'âge de 6 ans et rejoint le MHRC à 17 ans[129]. Il remporte la coupe du monde des moins de 21 ans en 2006 et devient, à 23 ans, capitaine du club. Premier joueur formé au club appelé en équipe de France, son influence sur le groupe montpelliérain est très importante. Pour ses coéquipiers, « les matches sans Fufu ne sont pas du tout les mêmes »[130]. Il reçoit en 2011, l'oscar de bronze Midi Olympique, suite à la belle saison en championnat[110]. Le demi de mêlée Julien Tomas débute à l'école de rugby du club en poussins. À 18 ans, il intègre l'équipe première et se trouve sur la feuille de match lors de la victoire en bouclier européen en 2004[123]. International français depuis 2008, il progresse en vision de jeu et en technique avec l'arrivée de Fabien Galthié ce qui lui permet de retrouver le groupe France pour le tournoi des Six Nations 2011[131]. En concurrence avec Benoît Paillaugue, il connaît une saison 2012-2013 difficile et rejoint ensuite le Castres olympique[132]. Le demi d'ouverture François Trinh-Duc découvre le rugby à l'âge de 4 ans au sein de l'école du Pic Saint-Loup où il fait toutes les catégories d'âge en compagnie de Ouedraogo puis rejoint à 17 ans le MHRC[129]. Il dispute quelques matchs en équipe première à partir de la saison 2004-2005 puis devient titulaire en fin de saison 2007. Il est le demi d'ouverture titulaire de l'équipe de France depuis 2008. Lors de la huitième Nuit du rugby, il est élu par ses pairs meilleur joueur du Top 14 de la saison 2010-2011[111]. Il est le deuxième meilleur marqueur du club avec 33 essais inscrits.

En 2010, le club recrute l'ailier argentin Martín Bustos Moyano qui devient en trois saisons le meilleur buteur du club avec 721 points inscrits dont 154 pénalités[133], il rejoint en 2013 l'Aviron bayonnais.

Effectif 2013-2014[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2013-2014, l'effectif du Montpellier Hérault rugby compte 41 joueurs (dont deux jokers médicaux). Il y a 22 joueurs français pour 19 joueurs de nationalité étrangère, et 10 d’entre eux sont issus du centre de formation du club.

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections
(points marqués)
Dernier club Arrivée au club
Thomas Bianchin Talonneur 11 août 1987 Drapeau de la France France - Drapeau : France Racing Métro 92 2013
Charles Géli Talonneur 26 mars 1987 Drapeau de la France France - Drapeau : France USA Perpignan 2012
Mickaël Ivaldi Talonneur 20 février 1990 Drapeau de la France France - Drapeau : France RC Toulon 2013
Maximiliano Bustos Pilier 2 avril 1986 Drapeau de l’Argentine Argentine 4 (0) Drapeau : Argentine Pampas XV 2011
Barry Fa'amausili Pilier 14 mai 1988 Drapeau des Samoa Samoa - Drapeau : Italie San Gregorio 2012
Paea Fa'anunu Pilier 4 novembre 1988 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders 2013
Juan Figallo Pilier 25 mars 1988 Drapeau de l’Argentine Argentine 17 (5) Drapeau : Argentine Jockey de Salta 2009
Na'ama Leleimalefaga Pilier 20 novembre 1987 Drapeau des Samoa Samoa 2 (0) Formé au club -
Nicolas Mas Pilier 23 mai 1980 Drapeau de la France France 63 (0) Drapeau : France USA Perpignan 2013
Mikheil Nariashvili Pilier 25 mai 1990 Drapeau de la Géorgie Géorgie 11 (0) Drapeau : Géorgie Aia Koutaïssi 2010
Yvan Watremez Pilier 21 avril 1989 Drapeau de la France France 1 (0) Drapeau : France Biarritz Olympique 2012
Mickael De Marco 2e ligne 22 avril 1989 Drapeau de la France France - Formé au club -
Jim Hamilton 2e ligne 17 novembre 1982 Écosse Écosse 48 (5) Drapeau : Angleterre Gloucester RFC 2013
Thibaut Privat 2e ligne 6 février 1979 Drapeau de la France France 10 (0) Drapeau : France ASM Clermont Auvergne 2011
Robins Tchale-Watchou 2e ligne 10 mai 1983 Drapeau du Cameroun Cameroun 2 (0) Drapeau : France USA Perpignan 2013
Sitaleki Timani 2e ligne, 3e ligne aile 19 septembre 1986 Drapeau de l'Australie Australie 10 (0) Drapeau : Australie Waratahs 2013
Alexandre Bias 3e ligne aile 21 avril 1981 Drapeau de la France France - Drapeau : France CA Brive 2012
Mamuka Gorgodze 3e ligne aile 14 juillet 1984 Drapeau de la Géorgie Géorgie 51 (110) Drapeau : Géorgie Lelo Tbilissi 2005
Fulgence Ouedraogo 3e ligne aile 21 juillet 1986 Drapeau de la France France 33 (5) Formé au club -
John Beattie 3e ligne centre 21 novembre 1985 Écosse Écosse 24 (15) Drapeau : Écosse Glasgow Warriors 2012
Kélian Galletier 3e ligne centre 18 mars 1992 Drapeau de la France France - Formé au club -
Paul Grant 3e ligne centre 27 octobre 1987 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - Drapeau : Nouvelle-Zélande Otago 2013
Alex Tulou 3e ligne centre 21 mars 1987 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - Drapeau : France CS Bourgoin-Jallieu 2010
Éric Escande Demi de mêlée 18 novembre 1992 Drapeau de la France France - Formé au club -
Benoît Paillaugue Demi de mêlée 17 novembre 1987 Drapeau de la France France - Drapeau : France FC Auch 2009
Jonathan Pélissié Demi de mêlée, Demi d'ouverture 6 juin 1988 Drapeau de la France France - Drapeau : France FC Grenoble 2013
Enzo Selponi Demi d'ouverture 16 juin 1993 Drapeau de la France France - Formé au club -
François Trinh-Duc Demi d'ouverture 11 novembre 1986 Drapeau de la France France 48 (70) Formé au club -
Thomas Combezou Centre 26 janvier 1987 Drapeau de la France France - Drapeau : France Stade rochelais 2011
JP du Plessis Centre 29 avril 1991 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud - Drapeau : Afrique du Sud Stormers 2013
Robert Ebersohn Centre 23 février 1989 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud - Drapeau : Afrique du Sud Cheetahs 2013
Wynand Olivier Centre 11 juin 1983 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 37 (5) Drapeau : Afrique du Sud Bulls 2013
Rene Ranger Centre, ailier 30 septembre 1986 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 6 (5) Drapeau : Nouvelle-Zélande Blues 2013
Yohann Artru Ailier 31 mai 1992 Drapeau de la France France - Formé au club -
Yoan Audrin Ailier 14 août 1981 Drapeau de la France France - Drapeau : France Castres olympique 2011
Lucas Dupont Ailier 19 mars 1990 Drapeau de la France France - Drapeau : France FC Grenoble 2013
Timoci Nagusa Ailier 14 juillet 1987 Drapeau des Fidji Fidji 12 (35) Drapeau : Irlande Ulster 2010
Anthony Tuitavake Ailier, centre 12 février 1982 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 6 (5) Drapeau : Japon NEC Green Rockets 2013
Pierre Berard Arrière, ailier 23 mai 1991 Drapeau de la France France - Formé au club -
Anthony Floch Arrière 12 février 1983 Drapeau de la France France 3 (5) Drapeau : France ASM Clermont Auvergne 2013
Benoît Sicart Arrière 23 avril 1990 Drapeau de la France France - Formé au club -

Popularité[modifier | modifier le code]

Affluence[modifier | modifier le code]

Lors de la dernière saison à Sabathé, le MHR réalise le meilleur taux de remplissage du Top 14 (93 %) mais n'accueille que 6 034 spectateurs par match en moyenne[134] dont 6 500 lors du dernier match dans ce stade pour la venue de Biarritz, le 12 mai 2007[29]. En 2007, le club déménage au stade Yves-du-Manoir, ce qui lui permet de doubler son public  : l'affluence moyenne passe à 11 293 spectateurs, malgré un classement dans le bas du tableau. Les années suivantes confirment cet engouement, la moyenne de spectateurs est de 11 569 en 2009 et de 11 237 en 2010.

Les bons résultats obtenus lors de la saison 2010-2011 entraînent une hausse des spectateurs, 12 635 en moyenne[135]. En 2010, le club compte également 7 964 abonnés[136]. Lors de la demi-finale du championnat 2011, près de 25 000 supporteurs font le déplacement au Stade Vélodrome pour soutenir le club[137] puis un peu plus de 10 000 se rendent au Stade de France[138].

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile du CLUB depuis 2003
Stade Yves-du-Manoir (Montpellier) Stade Sabathé

Relations avec les médias[modifier | modifier le code]

Enregistrement public de l'émission radio "club Sers" (France Bleu Hérault), le 6 mai 2013.

L'actualité du MHR est couverte généralement par tous les médias locaux et en particulier par le quotidien régional Midi libre qui réalise des suppléments lors des matchs contre l'USAP ou en début de saison. Deux numéros hors-série sont également publiés en mai 2011, « La folle saison », puis en juin 2011, « Une grande équipe est née », pour saluer la belle saison du club. Midi olympique, bi-hebdomadaire consacré au rugby, édite également à chaque numéro un supplément Hérault couvrant notamment les matchs du club. Le MHR réalise à chaque rencontre à domicile un programme de match, l'Ovalie news[139].

La chaîne locale de télévision TV SUD, anciennement 7L TV, programme chaque semaine Ovalie Hebdo, un magazine consacré à l'actualité du club[140]. Enfin, France Bleu Hérault couvre l'ensemble des matchs du MHR et consacre aussi un magazine à l'actualité sportive du département intitulé Hérault Sports[141], animé par Philippe Sers, ce dernier animant également tous les lundis le club Sers, consacré aux événements sportifs du week-end et largement consacré au rugby.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. L'USM est issue de la section rugby du Stade Olympique Montpelliérain (SOM) fondé en 1919. Elle prend son autonomie sous le nom d'USM en 1923 et devient pendant une vingtaine d'années le porte-drapeau du rugby montpelliérain. Les deux clubs (SOM et USM) fusionneront à nouveau entre 1941 et 1944 sous les initiales USOM, la section rugby atteignant les quarts de finale du Championnat de France en 1943. En septembre 1944, l'USM passe au rugby à XIII sous le nom d'USM XIII, puis se met en sommeil en 1946 faute de moyens avant de renaître en 1953. Le club, désormais appelé Montpellier agglomération rugby XIII, évolue aujourd'hui dans l'élite treiziste.
  3. L'utilisateur accède, lorsqu'il existe, à l'article qui traite d'une édition particulière en cliquant sur le score de la rencontre.
  4. a, b et c Les stades de catégorie A peuvent accueillir des rencontres nationales ou internationales, ceux de catégorie C, des rencontres régionales, les stades de catégorie D servent à l'entraînement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Laffond, « A Montpellier, le rugby a près de 100 ans », sur www.lnr.fr, LNR (consulté le 30 mai 2011)
  2. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 87
  3. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 88
  4. a et b Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 90
  5. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 91
  6. a et b Cent ans de sport dans l'Hérault, p. 198
  7. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 93
  8. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 94
  9. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 96
  10. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 97
  11. Cent ans de sport dans l'Hérault, p. 194
  12. a, b, c et d Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 105
  13. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 110
  14. Dominique Shatenoy, « La « génération gâchée » du Montpellier rugby club », sur humanite.fr, L'Humanité,‎ 19 Janvier 1998 (consulté le 6 mai 2011)
  15. a, b et c Une grande équipe est née, p. 22
  16. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 118
  17. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 120
  18. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 18
  19. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 26
  20. a et b De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 41
  21. (en) « Montpellier 25 Viadana 19 », sur www.ercrugby.com, ERC,‎ 21 mai 2004 (consulté le 31 mai 2011)
  22. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 45
  23. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 58
  24. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 71
  25. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 77
  26. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 75
  27. Pierrick Taisne, « Montpellier réussit son pari », sur www.rugby365.fr,‎ 17 novembre 2006 (consulté le 1er juin 2011)
  28. Myriam Périssat, « Montpellier respire », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 26 janvier 2007 (consulté le 1er juin 2011)
  29. a et b De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 4
  30. a et b De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 112
  31. Myriam Périssat, « Montpellier bientôt sans président », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 28 juillet 2007 (consulté le 26 mai 2011)
  32. Pierrick Taisne, « Les jeunes guident Montpellier », sur www.rugby365.fr,‎ 27 octobre 2007 (consulté le 26 mai 2011)
  33. Philippe Da Costa, « Le bilan: Montpellier », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 3 juillet 2008 (consulté le 26 mai 2011)
  34. « Trinh-Duc : « Avant, nous étions des fonctionnaires du rugby » », sur www.metrofrance.com, Métro,‎ 31 août 2010 (consulté le 18 octobre 2011)
  35. a et b Nicolas Augot, « Montpellier vise très haut », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 19 décembre 2008 (consulté le 26 mai 2011)
  36. a et b Myriam Périssat, « Montpellier : Deffins démissionne », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 13 janvier 2009 (consulté le 26 mai 2011)
  37. Pierre-Laurent Gou, « Picamoles à Toulouse », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 23 janvier 2009 (consulté le 26 mai 2011)
  38. a et b Nicolas Augot, « Montpellier fait le ménage », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 3 mars 2009 (consulté le 26 mai 2011)
  39. a et b « Montpellier: Pourquoi le MHRC est devenu le MHR... », sur www.angers.maville.com, Ouest-France,‎ 4 septembre 2009 (consulté le 5 février 2013)
  40. « La frustration selon Montpellier », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 28 avril 2010 (consulté le 26 mai 2011)
  41. « Galthié rejoint Montpellier », sur www.lequipe.fr, L'Equipe.fr,‎ 22 mai 2010 (consulté le 10 août 2010)
  42. « Béchu, 3 ans à Montpellier », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 6 mai 2010 (consulté le 10 août 2010)
  43. « Perez démissionne », sur www.lequipe.fr, L'Equipe.fr,‎ 25 juin 2010 (consulté le 5 février 2013)
  44. Jérémy Fadat, « Frêche-Perez : le combat continue », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 25 juin 2010 (consulté le 26 mai 2011)
  45. Jérémy Fadat, « MHR : Massines et Nicollin élus », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 9 juillet 2010 (consulté le 10 août 2010)
  46. a et b « MHR: Hausse du capital », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 24 février 2011 (consulté le 24 février 2011)
  47. a, b et c Emmanuel Massicard, « Montpellier: Altrad actionnaire majoritaire », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 20 mai 2011 (consulté le 1er juin 2011)
  48. Vincent Bissonnet, « Montpellier, c'est du sérieux ! », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 5 novembre 2010 (consulté le 24 février 2011)
  49. Simon Valzer, « Montpellier dans la cour des grands », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 7 mai 2011 (consulté le 24 février 2011)
  50. Bertrand Lagacherie, « Montpellier continue l'aventure », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 15 mai 2011 (consulté le 1er juin 2011)
  51. Bertrand Lagacherie, « Quelle jeunesse ! », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 28 mai 2011 (consulté le 1er juin 2011)
  52. Jérémy Fadat, « Toulouse champion sur le fil », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 4 juin 2011 (consulté le 4 juin 2011)
  53. [PDF] « Montpellier devance Toulouse ! », Montpellier agglomération Harmonie, no 289,‎ décembre 2011 (lire en ligne)
  54. Frédéric Marie, « Bilan: Montpellier, jamais sans mes internationaux », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 27 juin 2012 (consulté le 30 juin 2012)
  55. J.Fa.avec Émilie Dudon, « Montpellier: accord signé entre Altrad et l'association », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 26 juin 2012 (consulté le 30 juin 2012)
  56. « Décès d'Eric Béchu », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 15 janvier 2013 (consulté le 26 juin 2013)
  57. Simon Valzer, « Top 14 - Bilan: Montpellier, satisfaisant mais… », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 14 juin 2012 (consulté le 26 juin 2013)
  58. « Montpellier: Un maillot spécial contre Cardiff », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 14 décembre 2012 (consulté le 5 février 2013)
  59. « Histoires de maillots », sur histoire.maillots.free.fr (consulté le 13 juin 2011)
  60. « Le nouveau logo dévoilé ! », sur www.montpellier-rugby.com, MHR,‎ 24 mai 2013 (consulté le 30 mai 2013)
  61. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 110
  62. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 133
  63. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 19
  64. « Top 14.Montpellier l'a fait et a ajouté la manière », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 13 mai 2007 (consulté le 5 février 2013)
  65. « terrain de rugby Sabathé », sur www.montpellier.fr, ville de Montpellier (consulté le 19 février 2011)
  66. a, b et c « Stade de rugby - Yves du manoir », sur www.montpellier-agglo.com (consulté le 31 mai 2011)
  67. Nicolas Lavallée, « TOP 14 Orange : Montpellier-Toulon à guichets fermés », sur www.lnr.fr, LNR,‎ 2 mai 2011 (consulté le 31 mai 2011)
  68. a, b et c « Le Centre de Formation de Haut Niveau du MHR », sur www.montpellier-rugby.com, MHR,‎ 11 janvier 2011 (consulté le 31 mai 2011)
  69. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 100
  70. « Neuf clubs et deux écoles de rugby sont parrainés, à ce jour, par le Montpellier Hérault Rugby », sur www.montpellier-rugby.com, MHR,‎ 13 janvier 2011 (consulté le 31 mai 2011)
  71. « Partenariat : Saint-Jean-de-Védas et Montpellier », sur www.montpellier-rugby.com, MHR,‎ 17 septembre 2010 (consulté le 31 mai 2011)
  72. (en) Hepi Mita, « Vegas rugby club enters into player agreement with French pro team », sur www.lasvegassun.com, Las Vegas Sun,‎ 15 mai 2010 (consulté le 31 mai 2011)
  73. « Le Montpellier Hérault Rugby », sur www.montpellier-rugby.com, MHR,‎ 6 septembre 2010 (consulté le 12 juin 2011)
  74. a, b, c et d Julien Louis, « Nouvelles fondations », Midi olympique, no 5089,‎ 8 août 2011, p. 12
  75. a, b et c « Les budgets à la hausse », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 9 août 2010 (consulté le 14 juin 2011)
  76. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 52
  77. a et b De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 85
  78. J-L L., « Top 14. Des bonus au compte-gouttes », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 24 décembre 2007 (consulté le 12 juin 2011)
  79. « Le Stade Toulousain champion… des budgets », sur www.rmcsport.fr, RMC Sport,‎ 22 août 2008 (consulté le 12 juin 2011)
  80. « Les budgets 2012-2013 des clubs du Top 14 », sur www.sport.fr,‎ 19 août 2012 (consulté le 6 septembre 2012)
  81. Dossier de presse, Reprise TOP 14 2013-2014, sur le site de la LNR.
  82. Guy Trubuil, « Le divorce Belmonte- MHR se joue au tribunal », sur www.montpellier.maville.com, Midi libre,‎ 5 décembre 2009 (consulté le 12 juin 2011)
  83. Christian Goutorbe, « Sport&Business : petits budgets mais grande ambition », sur www.objectif-lr, Objectif-lr (consulté le 12 juin 2011)
  84. Jean-Loup Robertier, « Prasanth Seevnarayan : le rugby et au-delà… », sur www.midilibre.fr, Midi libre,‎ 15 avril 2011 (consulté le 12 juin 2011)
  85. Une grande équipe est née, p. 40
  86. Anthony Rey, « Un pack de nouveaux partenaires pour le MHR », sur www.objectif-lr, Objectif-lr,‎ 17 janvier 2011 (consulté le 12 juin 2011)
  87. « H2 équipera le MHRC », sur www.sportstrategies.com, Sport Stratégies,‎ 6 juillet 2007 (consulté le 12 juin 2011)
  88. « Montpellier se prend en charge », sur www.sponsoring.fr, sponsoring.fr,‎ 29 août 2008 (consulté le 12 juin 2011)
  89. « Montpellier RC 2009-2010 » (version du 12 novembre 2011 sur l'Internet Archive)
  90. Alexandre Bailleul, « PUMA signe avec le Montpellier Hérault Rugby jusqu’en 2016 », sur www.sportbuzzbusiness.fr, sportbuzzbusiness.fr,‎ 2 mars 2012 (consulté le 5 février 2013)
  91. « Présentation Boutique », sur www.montpellier-rugby.com, MHR,‎ 14 février 2011 (consulté le 12 juin 2011)
  92. « Venez découvrir le jeune club de supporters du MHRC : Ovalie 16 ! », sur www.montpellier-rugby.com, MHR,‎ 12 août 2009 (consulté le 13 juin 2011)
  93. « Les Cistes du MHR », sur www.montpellier-rugby.com, MHR (consulté le 16 décembre 2012)
  94. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 97
  95. a et b « Club historique des supporters », sur www.montpellier-rugby.com, MHR,‎ 29 juillet 2009 (consulté le 13 juin 2011)
  96. « Historique du CHDS », sur chdsmhr.e-monsite.com (consulté le 31 mai 2011)
  97. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 103
  98. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 112
  99. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 113
  100. a et b Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 116
  101. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 72
  102. Pascal Pavani, « Top 14: Montpellier remercie les entraîneurs Nourault et Hyardet », sur www.lepoint.fr, Le Point,‎ 3 mars 2009 (consulté le 19 juin 2011)
  103. Jean-Loup Robertier et Patrice Espinasse, « Rugby : Thierry Perez : « On a pourtant le potentiel... » », sur www.montpellier.maville.com, Midi libre,‎ 23 octobre 2009 (consulté le 27 juin 2011)
  104. « Pérez et l'affaire Galthié », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 11 juin 2009 (consulté le 1er juin 2011)
  105. Jérémy Fadat, « Montpellier : Galthié a dit oui », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 22 mai 2010 (consulté le 1er juin 2011)
  106. Emmanuel Massicard, « Béchu : « Je ne veux pas perdre de temps » », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 9 mai 2010 (consulté le 1er juin 2011)
  107. Adrien Bentéjac, « Un boxeur en finale du Top 14 », sur www.ffboxe.com, Fédération française de boxe,‎ 3 juin 2011 (consulté le 6 juin 2011)
  108. « La reprise, c'est physique », sur www2.lequipe.fr, L'Equipe.fr,‎ 14 juin 2010 (consulté le 5 février 2013)
  109. Jean-Loup Robertier, « “Boulette”, plein écran ! », sur www.midilibre.fr, Midi libre,‎ 25 mai 2011 (consulté le 6 juin 2011)
  110. a, b et c C.M., « Oscars Midol : Clerc sacré, Henry honoré », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 21 novembre 2011 (consulté le 21 novembre 2011)
  111. a et b « Le direct commenté de la 8ème Nuit du Rugby », sur www.lnr.fr, Ligue nationale de rugby,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 29 novembre 2011)
  112. « Montpellier: Glas et Ledesma épauleront bien Galthié », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 14 juin 2012 (consulté le 14 juin 2012)
  113. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 107
  114. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 144
  115. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 62
  116. a, b et c De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 60
  117. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 123
  118. Rugby de ville, rugby des terroirs, p. 121
  119. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 59
  120. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 24
  121. « Montpellier : Vallée en a plein le dos », sur www.rugby-transferts.com,‎ 17 janvier 2011 (consulté le 9 juin 2011)
  122. a et b De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 81
  123. a, b, c et d De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 107
  124. Sa. Ba., « Pro D2. US Carcassonne : Macurdy (Top 14) pour remplacer Guicherd », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 21 janvier 2011 (consulté le 5 juin 2011)
  125. De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 90
  126. Jérôme Diesnis, « Drikus Hancke, la belle fin d'un géant sud-af' », sur www.20minutes.fr, 20minutes,‎ 2 mai 2013 (consulté le 26 juin 2013)
  127. « Mamuka Gorgodze, le perforateur de Montpellier », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 30 mai 2011 (consulté le 11 juin 2011)
  128. (es) « Federico Todeschini, la revelación del año 2006 », sur www.rugbytime.com,‎ 18 septembre 2009 (consulté le 20 juillet 2014)
  129. a, b et c De la cuvette de Sapiac au quartier d'Ovalie, p. 108
  130. Jean-Loup Robertier, « Ouedraogo, guide aspirant », sur www.midilibre.fr, Midi libre,‎ 28 mai 2011 (consulté le 11 juin 2011)
  131. « Julien Tomas : "J'ai mûri dans mon jeu" », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 3 juin 2011 (consulté le 11 juin 2011)
  132. Julien Louis, « Top 14, Montpellier - Julien Tomas: Je ne garde que de beaux souvenirs », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 1re mai 2013 (consulté le 26 juin 2013)
  133. Christian Goutorbe, « Bustos Moyano, le pied d'or », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 4 juin 2011 (consulté le 28 mai 2012)
  134. David Reyrat, « Cure de jouvence pour Montpellier », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 25 décembre 2007 (consulté le 1er juin 2011)
  135. « Historique du club de Rugby de Montpellier », sur www.rugbystats.fr (consulté le 1er juin 2011)
  136. « Dossier de presse barrage CO-MHR », sur www.lnr.fr, LNR (consulté le 13 juin 2011)
  137. Une grande équipe est née, p. 14
  138. Une grande équipe est née, p. 12
  139. « Montpellier Hérault Rugby », sur www.lnr.fr, LNR (consulté le 31 mai 2011)
  140. « Ovalie hebdo », sur www.tvsud.fr, TV SUD (consulté le 31 mai 2011)
  141. « Hérault sports », sur sites.radiofrance.fr, France Bleu Hérault (consulté le 5 février 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 20 juillet 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.