Montaud (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montaut.
Montaud
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Castries
Intercommunalité Montpellier Agglomération
Maire
Mandat
Joël Raymond
2014-2020
Code postal 34160
Code commune 34164
Démographie
Gentilé Montaudois
Population
municipale
928 hab. (2011)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 45′ 07″ N 3° 57′ 23″ E / 43.7519444444, 3.9563888888943° 45′ 07″ Nord 3° 57′ 23″ Est / 43.7519444444, 3.95638888889  
Altitude 110 m (min. : 51 m) (max. : 210 m)
Superficie 12,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Montaud

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Montaud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montaud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montaud

Montaud (en occitan Montaut) est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon. Les habitants de Montaud, sont appelés les "Montaudois".

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est dominée par les ruines du Château de Montlaur, édifié au XIe siècle, par Bernard de Montlaur, qui voit, entre autres, la naissance, en 1120, de Jean de Montlaur, évêque de Maguelone, qui fera condamner par le Pape l'hérésie des cathares qui déclenchera la croisade contre les Albigeois.

En 1573, lors de la quatrième guerre de religion les troupes protestantes, descendant des Cevennes prennent le château qui est situé sur une position stratégique.

Redevenu possession du parti catholique, il est assiégé pendant la première rébellion huguenote, en 1622, une première fois sans succès par Benjamin de Rohan, duc de Soubise grâce à la farouche résistance de François, baron de Montlaur. Assiégé une seconde fois peu de temps après le château succombe et les défenseurs sont massacrés. Les vainqueurs enverront le baron de Montlaur, dans les geôles protestantes du château de Sommières et démantèleront le château.
Montaud est un village né de ce démantèlement.

En 1664, la famille de Montlaur ajoute à ses armoiries 7 fleurs de lys d'argent pour récompenser la résistance du château lors du siège de 1622[1].

Durant la Révolution française, le marquis de Montlaur est arrêté, incarcéré à Paris et son château pillé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montaud Blason D'or à Sainte Marguerite de carnation, habillée d'azur et de gueules, foulant aux pieds un dragon de sinople qu'elle tient attaché à sa dextre par une chaîne d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Municipalité[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Pierre Combettes PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 928 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
201 162 167 284 206 227 280 261 298
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
279 279 280 283 268 228 202 230 218
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
249 260 272 263 268 304 284 315 306
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
292 290 298 413 545 616 819 848 928
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Montlaur[modifier | modifier le code]

L’origine du château, berceau de cette ancienne maison, se perd dans la nuit des temps. Il appartenait déjà aux seigneurs de ce nom quand l’année 1095, Pons et Bernard de Montlaur se croisèrent avec Raymond Comte de Toulouse pour délivrer les lieux saint en conséquence du concile de Clermont. Il fut transmis de père en fils depuis lors jusqu’à Hector de Montlaur commandant pour le Roi en 1424 la garde de Montpellier, dont le fils Antoine sans héritier mâle, transmit tous ses biens à son cousin Jean III de Montlaur Baron de Murles (Arrêt du parlement de Toulouse en date du 28 janvier 1494).

En 1592, le château et la baronnie appartenaient à Marthe de Montlaur. Elle les cède a son proche parent Jean de Bousquet-Verlhac, de cette maison du Quescy ayant donné un cardinal au XIIIe siècle, qui venait d’épouser en 1590 une petite fille de Jean V de Montlaur. Pour sa descendance le fief sera érigé en marquisat en vertu de lettres patentes données par Louis XIV à Saint-Germain-en-Laye le 25 décembre 1679, enregistré en 1680.

En 1748, Jacques-Josèphe-Toussaint-Hercule IIe marquis de Montlaur meurt sans enfants laissant son héritage à sa petite nièce, fille de Étienne de Montlaur et de Marie de Faur, mariée en 1740 à Henri-Josephe-Engène de Villardi, comte de Quinson, de cette maison originaire du Milanais, possessionné en Provence avant 1350 qui rend hommage cette même année 1748, comme IIIe Marquis de Montlaur. Son fils Gabriel-Josèphe-Raymond, Baron des états de Languedoc en 1784 fera substitué son nom et armes à celles de Montlaur et Louis XVI ré-érigera pour lui en marquisat par lettres patentes données à Versailles en 1782, enregistrées en 1787. Depuis cette époque le Château n’a pas cessé d’appartenir a la même famille.


Parmi les membres les plus connus de la famille de Montlaur on peut citer[4] :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :